.:: PREMIÈRES FOIS ::.

Petite fic toute fluffy mignonne aux chapitres assez courts pour un peu couper avec mon autre fic "Il avait promis" qui traite d'un sujet plus difficile.
Cette fic est déjà écrite en intégralité, ce qui n'entravera donc pas la publication des chapitres de l'autre histoire en cours - car en temps normal, je ne publie pas deux fics à chapitres en même temps.

Une fois n'est pas coutume, cette fic devait être un OS qui commençait à être un peu long (le résumé des "premières fois" tenait sur 6'000 mots), du coup, je l'ai découpé en chapitres. Un chapitre par "première fois", et chaque chapitre sera un POV différent racontant les "premières fois" de Dean et Cas'.

Merci infiniment à MicroFish pour ses corrections et ses avis vraiment motivants !

Pairing : Destiel
Type : Suites de POV
Rating : M
Disclaimer : Rien ne m'appartient, si ce n'est l'histoire proposée ci-après.
Spoil : Aucun. Disons que ça se déroule au fil des saisons sans vraiment tenir compte de la trame de fond.
Note :
Pardon d'avance pour les fautes d'orthographe et de frappe qui peuvent se cacher dans le texte.


:: La première fois qu'il y eut un homme dans ses pensées ::
POV Dean

-.-

Évidemment que j'étais en colère la première fois que je l'ai vu. Je ne savais pas qui il était, ni ce qu'il était d'ailleurs. Quand il me l'a dit, me dévoilant par la même occasion la raison pour laquelle il m'avait libéré de mes chaînes, de l'Enfer, j'ai cru le détester. Je n'étais rien d'autres qu'un pion avantageux pour une chamaillerie entre deux frangins angéliques.
Mais en même temps, il dégageait tellement de douceur. Il semblait me faire entièrement confiance, comme personne depuis longtemps, pas même mon frère, à cette époque.

Difficile de ne pas être obnubilé par cet ange qui était tout le temps dans mes pattes, apparaissant n'importe quand, n'importe où, sans bruit ni pudeur, ne prenant pas en compte les codes de bonne conduite, ne serait-ce qu'en ce qui concernait les distances de politesse, envahissant mon espace personnel à tout moment. Jusque dans la salle de bain, plantant fixement son regard glacial sur moi sitôt qu'on échangeait quelques mots. Envahissant ! Et troublant...

Non, vraiment, il aurait été impossible de ne pas penser à lui. C'est à croire que s'il avait pu vivre sur mon épaule en tant que petite conscience, il l'aurait fait. Mais il faut dire que c'est grâce à ce comportement qu'il a fini par comprendre qu'il n'avait peut-être pas choisi le bon camp, qu'il se devait d'apprendre à penser par lui-même, de se libérer, lui aussi, de ses chaînes. Ironie de la situation, c'est moi qui l'ai pris sous mon aile pour l'aider à découvrir un peu le monde humain qui semblait l'intriguer de plus en plus. Et cela le rendait, lui aussi, plus humain, plus attachant.

À vrai dire, je ne sais pas vraiment ni quand, ni pourquoi il est resté. Le lui a-t-on proposé ? L'a-t-il demandé ? Je crois que c'était simplement évident. Lui, mon frère, moi... La Team Free Will ! Personne pour nous dire quoi faire. Personne pour se mettre en travers de notre route. Juste nous trois.
Castiel avait rapidement pris une place importante dans notre vie, ma vie. Sans même que je m'en rende compte. Comme un frère. Sans être vraiment un frère. Et pourtant... Je ne pouvais pas m'imaginer le perdre, j'étais prêt à donner ma vie pour lui, comme pour Sam.

Castiel était important, il m'obnubilait, j'aurais pu mourir pour lui, troublé par son regard posé sur moi...
Et malgré ça, je n'ai pas compris, je refusais d'accepter l'évidence...


... À suivre...