Tout est parti d'un jeu du Fof où il fallait écrire sur le thème "colle" en une heure. Mes enfants sont donc nés durant une nuit d'écriture, et je n'aurai jamais pensé que cette histoire aurait une suite... Et j'en suis contente :)

Bonne lecture!


- C'est toi qui t'y colles !

On entendit le claquement caractéristique d'une main qui frappait un dos, un rire puis des pas précipités.

- Mais, c'est pas du jeu !

- Les enfants ! s'écria Toriel. Il ne faut pas courir dans la maison !

- Allons Tori, dit doucement Asgore, les vacances viennent de commencer, c'est normal qu'ils soient excités.

Une boule de poils passa à toute allure devant le couple royal et bondit à l'extérieur de la maison.

- Désolé Mamie ! On va dans le jardin !

- Fais attention Marsyas !

Moitié bouc, moitié humain, ressemblant à un satyre, Marsyas était le fils de Chara et Asriel. Entre ses cheveux bruns aux pointes argentées, deux petites cornes pointaient. C'était un petit excité qui adorait le sport, surtout les arts martiaux, ainsi que les films d'actions, et les romances, surtout les romances. Râleur, pleurnichard mais respectueux envers son prochain, un jour il pouvait être solitaire, et le lendemain il collait à tout le monde. Sa mère était fière de le voir aussi doué pour se battre, mais pour les bagarres les plus forts étaient…

- Taclebondis !

Une créature sauta de l'arbre du grand jardin qui entourait la maison, et atterrit brutalement sur le satyre, qui était maintenant bien écrasé.

- Penny, ça fait mal !

- Raté, moi c'est Voxy ! Tu me dois un euro !

Penny et Voxy étaient les jumelles d'Undyne et Alphys. Il était difficile de les différencier tant elles se ressemblaient en tout point : mêmes écailles vertes, mêmes cheveux rouges (mais ceux de Voxy étaient plus bouclés que ceux de Penny), même goût pour le combat et même esprit mathématique qui défiait toute autre intelligence. Elles avaient toutes les deux des branchies et une longue queue reptilienne épaisse. Elles étaient incroyablement fortes, grâce à l'entraînement intensif d'Undyne, et assister Alphys au labo leur avait apporté plus de connaissances que l'école ne pouvait le faire (bien que Penny soit plus intéressée par les explosions et les réactions chimiques bien dangereuses). Voxy était un peu plus calme que sa sœur, mais ça ne l'empêchait pas de vouloir la battre lors de leurs séances sportives. D'ailleurs, ça finissait toujours en match nul. Et elles avaient inventé une règle : quiconque les confondait leur devait un euro.

La vraie différence entre les deux sœurs, et ce qui justement les liait le plus, étaient leurs passions : Penny adorait le dessin, elle était extrêmement douée, aussi bien pour les paysages que les personnages en mouvement, les expressions. Elle rêvait de devenir graphiste, dessinatrice de bande dessinées ou de jeux vidéo… Voxy, quant à elle, adorait le théâtre, utiliser sa voix, son corps, jouer, doubler, imiter pour donner vie à un personnage. Elle faisait rire tout le monde avec ses mimiques exagérées.

En secret, elles avaient décidé de créer un animé pour leurs mères, un animé qui les mettraient en scène, avec tous leurs exploits ! C'était extrêmement difficile de faire ça seules. Mais Marsyas les aidait à réaliser les montages vidéo, il adorait ça !

Voxy fut soudainement arrachée de Marsyas, et se retrouva gracieusement pendue par le pantalon à une branche de l'arbre.

- Arial ! Fais-moi descendre TOUT DE SUITE !

- Nope, pas question, répondit la concernée avec un sourire moqueur. T'avais qu'à pas t'attaquer à mon cousin. Alors je te SUSPENDS pour attaque délibérée.

Arial, la fille de Sans et Frisk, était, avec Marsyas, la première enfant issue de l'union entre un monstre et un humain. Cette particularité ne la gênait pas. Au contraire, elle en était fière. De petite taille, la peau et les cheveux aussi blancs que la neige, il était rare de la voir en colère, et si c'était le cas, mieux valait s'enfuir le plus vite possible. Ses yeux, complètement noirs, possédaient une pupille blanche. Elle avait hérité de la légendaire flemmardise de son père, ainsi que de son obsession pour les blagues. Mais c'était également quelqu'un de très engagé, son don pour plaidoyer et argumenter lui avait déjà beaucoup servi. Même si cela paraissait un peu naïf, elle se battait pour réduire les inégalités, défendre les opprimés et punir les injustices. Après tout, elle avait hérité de la détermination de sa mère.

Souhaitant venger sa sœur humiliée, Penny surgit des buissons et bondit vers la fille-monstre. Elle eut tôt fait de se retrouver plaquée par terre, son âme devenue bleue. Marsyas en profita pour se jeter sur elle et lui administrer une attaque de chatouilles.

Assise sur la terrasse, Frisk regardait avec un doux sourire les enfants s'amuser.

Elle était heureuse.

Heureuse de vivre à la surface, aux côtés de ceux qu'elles aimaient.

Heureuse que Sans, Chara et Asriel aient fait table rase du passé, et cohabitaient désormais en paix.

Heureuse de voir que monstres et humains commençaient à s'accepter, après de longues négociations, et un combat ardu pour que tous soient reconnus comme égaux.

Heureuse de savoir que la prochaine génération grandirait désormais sous le soleil.

Libres.

Penny réussit enfin à se libérer de l'étreinte de Marsyas, et Arial ne fit pas un effort pour l'éviter lorsqu'elle se jeta sur elle. Le monstre comprit trop tard son erreur, et sentit qu'elle allait passer un mauvais moment.

Les pupilles d'Arial s'enflammèrent et, toujours avec son sourire amusé, elle lâcha :

- On dirait que c'est moi qui m'y colle…