C'est après un échange de poignes de mains et un énième soupir exaspéré du capitaine Solo que le trio regagna les plots de téléportation afin de regagner l'Enterprise.

- Un plaisir de t'avoir revu, petit. Prends soin de toi et de l'Enterprise, fit , solennel, Solo.

- Malgré les circonstances, le plaisir est partagé. Merci encore d'avoir sauvé mon équipage.

- Haha, de rien. De rien. Les vaisseaux de défense sont là pour ça non ?

- Ils n'arrivent pas toujours dans les temps, fit avec un sourire triste le jeune capitaine.

- Tous les vaisseaux sous assauts n'ont pas en communication une femme capable de pirater tous les protocoles en frôlant l'illégalité pour lancer un message prioritaire, lança avec un sourire en coin Solo.

Mc Coy laissa un gloussement lui échapper. Kirk sourit à cette remarque.

Debout dans l'ombre de son capitaine, Finney avait un teint livide et un regard sombre. Il ouvrit la bouche pour parler mais sa voix s'étouffa dans sa gorge lorsque son regard croisa celui du vulcain. Il l'effrayait malgré son air neutre, sa posture droite et son expression... Inexpressive... Ses yeux sombres, par leur intensité, le clouaient sur place et imposaient son silence...

Cet échange fit s'esclaffer Mc Coy alors que Solo levait les yeux au ciel. Kirk eut un sourire sans joie, disant, via son communicateur :

- Enterprise, ramenez nous.

- Avec plaisir Cap ! Lança Scotty en activant l'énergie.

Sulu, sur la Passerelle, quitta le siège de commandement lorsque son supérieur quitta le turbolift aux côtés de Spock.

- Capitaine sur la passerelle, annonça-t-il.

- Quel est le cap, capitaine, demanda Chékov, prêt à entrer les coordonnées.

- Nous allons rejoindre la base stellaire 56 pour demander des informations sur Drum. Le temps de réparer les dégâts causés par les oiseaux de proie et nous partirons.

- Le bouclier ayant tout encaissé, il sera inutile de rester sur place plus de 48 heures, capitaine, commenta Spock.

- Pourquoi cette volonté de ne pas vous attarder, Spock ?

- Hm... Selon les relevés, depuis notre départ, aucune navette n'a abordé ou quitté la base. De ce fait, je me permets de vous signaler l'existence des Sullibans vous convoitant et le commandant par intérim de la base ne vous appréciant guère, il est imprudent de rester à sa portée.

- Bah les sullibans ne s'attaqueront pas à moi si je suis accompagné. Et ce cher Sivak devra prendre son mal en patience, nous avons des questions à lui soumettre. Si Khan est en liberté, nous devons en savoir plus sur les expérimentations de l'amiral Drum et nous ne trouverons d'infos fraîches que sur la base.

- En 48h ?

- En 48 heures, nous trouverons les infos qu'il nous faut. Il n'y aura pas de permissions. L'équipage restera à bord et la sécurité sera renforcée.

- Capitaine, un message, commenta Uhura, sourcils froncés.

- De ?

- Inconnu, monsieur. Je le transmets sur l'écran central ou vous préférez le visionner en privé ?

- Sur l'écran central, Uhura, merci.

- Bien...

Une grésillement introduit le message vidéo. Une Passerelle semblant vide s'offrit à eux alors que Nero se faisait soulever par la gorge. Son assaillant s'avança vers l'objectif , sans lâcher sa victime, disant :

- Hey ! L'Enterprise ! Que dire sinon que c'est un plaisir de vous revoir ! Je ne suis pas votre ennemi. Je ne suis pas non plus votre ami, même si je le voulais je pense que tous à bord préfèrent mourir que de me désigner comme étant un « ami » ... Bref, je ne suis pas là pour parler sentiments... J'ai appris que vous aviez à bord un sulliban... La belle nouvelle... Il me faut son supérieur si ce n'est pas vous qui le détenez. Je ne veux pas croiser le fer avec vous, Enterprise. Je veux justice et je l'aurai. Nero est un ami de ceux ayant détruit toutes les capsules de mon équipage... Tous morts... A cause de quelques fous... Je les trouverai, ne vous mettez pas sur mon chemin et je ne vous ferai rien.

Le message s'acheva. Kirk eut un sourire en coin, disant :

- Bon, ça nous fait un problème de résolu et un autre en suspens.

- La situation n'a rien de favorable, capitaine, commenta Spock avec une certaine exaspération qui ne se démontrait que par son sourcil haussé.

- Je sais , je sais... Je détends l'atmosphère. Bon, distorsion 6.8, M. Sulu, nous allons à la base 56.

- A vos ordres, capitaine.

- Je vais voir comment avance l'interrogatoire de Gevaar, à vous la Passerelle, Sulu, fit Kirk en quittant son siège de commandement pour embarquer dans l'ascenseur, Spock le suivant sans demander si sa présence était indispensable. En bon vulcain, il aurait trouvé mille raisons valables et logiques pour l'accompagner à cet interrogatoire.