« Nos cicatrices ont le mérite de nous rappeler que le passé n'a pas été qu'un rêve. »
Hannibal


Il se réveilla en sursaut, le cœur battant à tout rompre. Il porta sa main à son cœur pour essayer de le résonner mais rien n'y fait, ça ne suffisait pas à le calmer. Il resserra sa prise sur son t-shirt mais cette fois-ci c'était ses poumons qui ne voulaient pas répondre. Son corps se plia en deux, il avait le souffle court et commençait à suffoquer. « Respire ce n'était qu'un cauchemar » voilà ce que lui disait sa tête mais son corps lui ne voulait rien entendre. Il se leva avec toute la force dont il était capable, les jambes tremblantes prêtes à céder sous son poids et se dirigea dans la salle de bain attenant à sa chambre. Il eu à peine le temps de se pencher au dessus des toilettes, qu'il se vida complètement, vomissant jusqu'à la bile. Il jura entre deux remontées. Il ne se souvenait pas s'être endormi, ce n'était pas dans son habitude, surtout pas ici… En réfléchissant bien, il avait pris des somnifères, il s'était forcé parce que son corps commençait à le lâcher. En même temps qui pouvait supporter de ne plus dormir pendant des jours ? Pas lui en tout cas. Avoir besoin de médicament le faisait se sentir faible mais pas autant que de savoir qu'il poussait son corps aussi loin. Il avait peur de fermer les yeux. Peur de revivre toutes les nuits de son enfance dans ses rêves ou pire, peur de devoir les revivre dans la réalité.

Suant et tremblant, il posa ses mains de part et d'autre de la cuvette et força sur ses bras pour se relever. Quand ses genoux quittèrent le sol froid et qu'il fût sûr que ses chevilles n'allaient pas l'abandonner, il avança jusqu'au lavabo. Il ouvrit le robinet, récupéra de l'eau dans sa bouche et recracha. Il s'en passa aussi sur le visage. Répétant ce manège jusqu'à qu'il se sente un peu mieux.

Au moment où se fut le cas, il entendit quelqu'un frapper à la porte de la chambre et tourner la poignée. La panique le submergea, le paralysant complètement. Il comprit cependant aux paroles de la personne dans le couloir que la porte était verrouillée, elle voulait qu'il ouvre pour voir ce qui se passait… Il se dirigea vers la porte et glissa la main aux verrous, vérifiant qu'ils étaient bien fermés. Il ne comptait pas les ouvrir, même pour lui, sa famille, la seul qui lui restait. A cette pensée, son cœur se remit à tambouriner dans sa poitrine. Famille, il ne savait même plus ce que ça voulait dire, on avait brisé sa vision de la famille et aujourd'hui, il n'arrivait plus à savoir si c'était une bonne chose de l'avoir laissé revenir dans sa vie. De l'autre coté de la porte l'inquiétude se fit plus pressante, cherchant tout de même à réconforter.

Posant chacun leur front sur un coté de la porte et une main tout près de leur tête, l'un cherchait à ériger un mur et l'autre désespérait de le faire tomber.


Petit note de l'auteur:
Alors est-ce que vous avez deviné qui sont les 2 personnages ? Aller je mets au défi quelqu'un de trouvé !
Est-ce que ce prologue vous donne envie de lire la suite ?
PS : je savais que je n'allais pas tenir, cette fic est ma chouchoute