Chapitre 7 :

Jim soupira légèrement quand il vit la demande de vidéoconférence au nom de Spock. Il savait qu'il devrait l'affronter, à un moment ou un autre. Il ne pourrait l'éviter pour toujours et vraiment, malgré tout, il ne le voulait même pas.

Mais ça faisait encore de le voir. De penser à lui.

Bien sûr, Jim avait Gary maintenant, et des amis comme Bones et sa copine, Christine, mais Jim savait qu'il passerait sa vie à vouloir et souhaiter Spock. Il avait appris à le cacher à Gary. Il avait avoué une partie à Bones. Mais Jim savait qu'il ne pourrait pas tromper Spock, pas vraiment.

Il appuya sur le bouton, et Spock apparut sur l'écran. Le voir lui causa une douleur immédiate dans la poitrine. Spock était si beau, si précieux.

Taluhk nash-veh k'dular.

Jim se força à sourire. « Salut, Spock. »

« Jim, j'espère que tu vas bien. »

« Oui, je vais bien. Et toi ? »

Spock hocha la tête. « Bien. Ais-je interrompu quelque chose ? »

Pendant un instant, Jim songea à saisir cette excuse pour faire court. Bones était allé dîner avec Christine. Ils l'avaient invité, mais Jim n'avait pas voulu être la troisième roue. Gary devait, lui, travailler toute la nuit, ce qui laissait Jim seul ici. Il étudiait. Et connaissait toutes les réponses par cœur.

« Non, j'ai le temps. » Admit-il à la place.

« Y a-t-il quelqu'un d'autre avec toi dans la pièce ? »

« Il n'y a personne ici, Spock. »

Le Vulcain acquiesça à nouveau. « J'ai enquêté sur tes amis. »

« Quoi ? »

« Plus précisément sur Leonard 'Bones' McCoy et Gary Mitchell. As-tu d'autres amis dont je dois avoir connaissance ? » Demanda Spock très sérieusement.

« Euh – »

« Leurs noms, s'il-te-plaît. »

« Spock – »

« Jim. »

« Je ne suis pas un enfant, tu sais. Je n'ai pas besoin que – »

« Je pourrais obtenir ces informations sans ton aide si nécessaire, mais ce serait plus simple si tu me les donnais toi-même. »

« J'avais presque oublié quel obsédé du contrôle tu pouvait être. »

Spock arqua un sourcil. « Je vois que tu as élargi ton vocabulaire. »

« Je suis désolé. » Marmonna Jim. « Très bien. Il y a la petite-amie de Bones, Christine Chapel. »

Spock hocha la tête.

« Et il y a Scotty. »

«Quel est son nom de famille ? »

« Scott. »

« Scotty Scott ? »

Jim rit, ce qui sembla provoquer un léger élargissement des yeux noirs de Spock.

« Non. Hum, Montgomery Scott. On l'appelle juste Scotty. Oh, et il y a Carol Marcus. Elle est cool. Et certains camarades de classe. Je ne pense pas que tu es besoin de tous leurs noms. »

Spock ouvrit la bouche pour le contredire, mais il ferma la bouche et acquiesça. « J'ai recupéré certaines informations sur McCoy et Mitchell. »

Jim arqua à son tour un sourcil, mais à sa façon. « Vraiment ? »

« McCoy, bien sûr, est docteur. Et assez respecté. »

« Je sais. »

« Je me demandais pourquoi il avait rejoint Starfleet étant donné sa carrière déjà établie. »

Jim haussa les épaules. « Ils ont aussi besoin de médecins. Pour quand nous irons dans l'espace, s'il y a des blessures. »

« L'espace. » Répéta Spock comme si ça lui semblait désagréable.

« Oui. L'objectif est de commander un vaisseau spatial. »

« Quel objectif ? »

Jim sourit. « Le mien, bien sûr. »

« Tu n'étudies pas les sciences ? »

« Je prends des cours, au besoin, mais ce n'est pas ma priorité. J'ai décidé de suivre le cursus de commandement. »

Spock fronça les sourcils. « Tu es très habile en science, et tu as été accepté à l'Académie des Sciences de Vulcain. »

« Je sais. J'ai changé d'avis. »

Les yeux de Spock se rétrécirent légèrement. « A propos de beaucoup de choses, il semblerait. Mère était-elle au courant de ce changement majeur ? »

« Je crois l'avoir mentionné. »

« Tu crois ? »

Jim soupira, s'irritant de plus en plus. « Est-ce important, Spock ? »

« Ta famille doit être informé des changements dans ta vie. »

« Eh bien, tu l'es, non ? »

La mâchoire de Spock se resserra, mais il décida de changer de sujet.

« Comme je le disais, le Dr McCoy est originaire du Sud, est divorcé avec un enfant, et semble parfois peu orthodoxe. »

Jim rit un nouveau, provoquant le même élargissement de regard chez Spock que la première fois. Bizarre.

« Oui, ça décrit bien Bones. Il est différent, c'est sur, mais il est gentil et il a même décidé de faire un suivi régulier de mes allergies. »

Spock hocha la tête. « Je vais lui transmettre ma gratitude. Tu m'enverras ses coordonnées. »

Jim comprit clairement l'ordre. « D'accord. »

« Maintenant, à Gary Mitchell. »

Jim se mordit la langue et hocha la tête.

« J'ai découvert que c'était un criminel. »

« Un criminel ? »

« Oui, il a été de nombreuses fois arrêté. » Dit Spock avec raideur.

« Bien. »

« Bien ? »

« Je sais tout ça. Gary était adolescent, et c'était pour des petits larcins. Il m'en a parlé. »

« Le vol, quel qu'il soit, n'est pas qu'un petit larcin. »

Jim réussit à ne pas lever les yeux au ciel. « Quoi qu'il en soit, ça a été effacé de son casier. Comment tu l'as découvert ? »

« J'ai mes méthodes, Jim. Comme tu le sais. »

C'était vrai. Spock pouvait déterrer n'importe quel saleté sur n'importe qui. Il n'y avait aucun moyen de lui cacher quoi que ce soit.

« De toute façon, il m'en a déjà parlé. Et je ne pense pas que cela fasse de lui un criminel. »

« Je ne peux être d'accord. »

« Tout le monde fait des erreurs. » Insista Jim.

« Aucun de nous n'a été arrêté. »

« Je sais. » Soupira Jim. « Autre chose ? »

« Rien que je n'ai trouvé. » Répondit Spock. « Mais je crois que les arrestations suffisent pour que tu agisses avec prudence. »

Jim acquiesça. « Ok. » Il était temps pour lui de détourner la conversation. Bien que ça le tua de le faire, il demanda : « Comment va Nyota ? »

« Elle va bien. »

« Génial. As-tu compris pourquoi le lien ne marchait pas ? »

Spock secoua la tête. « J'ai rendez-vous demain avec T'Pau. »

« Si quelqu'un peut comprendre, je suis sûr que c'est elle. Elle est très sage. »

« En effet. » Accorda Spock.

« Faits-le moi savoir si tu as des nouvelles. J'ai faim, je dois aller à l'épicerie en bas chercher un sandwich végétarien. Autre chose ? »

« Négatif. »

« D'accord. Alors, à plus tard. »

« Jim – »

« Ouais ? »

Spock hésita et secoua très lentement la tête. « Rien. » Il leva la main en ta'al. « Longue vie et prospérité. »

« Paix et longue vie. »