Disclaimer: Undertale et Reapertale ne sont pas à moi

1) Undertale a été créée par Toby Fox

2) Swaptale n'est pas à moi mais je n'ai pas trouvé qui l'a inventé donc...

Genre: Fluff, un peu triste.

Personnages de l'histoire: Swap!Kid, Swap!Frisk

Paring: Sous entendu de KidxFrisk (?)

Rating: Pour tous


Enfants Royaux


«Laissez-là tranquille!» siffla la jeune vouivre, sa queue fouettant l'air avec agressivité. Ses crocs dépassaient de ses lèvres, brillant comme de l'ivoire. Il se dressait de toute sa jeune taille entre une jeune humaine et deux monstres plus grand que lui.

Un grondement le secoua, remontant dans sa gorge comme un sourd avertissement. Un peu de fumée sortit de ses narines. Le sol était encore noirci, ici et là, des flammes qu'il venait de cracher vers ses ennemis. Ses griffes grattèrent le sol.

«Si je vous vois l'approcher encore je vous grille!» Avertit-il, plissant les yeux, ceux-ci luisant légèrement de magie bleue. Maîtrisant ses pouvoirs depuis peu, il ne se privait pas de s'en servit quand il voulait pour se faire respecter ou pour protéger la jeune humaine recueillie par sa famille.

«C'est une humaine, et si on avait son âme...

- C'est ma sœur et mes parents l'ont adopté! Et mes parents, c'est le roi et la reine!»

Il se détourna, presque dédaigneusement.

Une voix claqua derrière lui «Tu es le prince juste parce qu'ils peuvent pas avoir d'enfants. T'es même pas un boss!»

Un rire sec lui échappa «Ha ouais? Quelle taille tu feras, une fois adulte? Moi je pourrais t'écraser de mes pattes, t'envoyer valser d'un coup d'aile! Te griller de mes flammes!»

Frisk se redressa. «Kid. Arrêtes. Jeter de l'huile sur le feu n'apporte rien de bon.»

Le jeune dragon gloussa «Très bien frangine. T'as de la chance que ma sœur soit miséricordieuse mon vieux ou je t'aurais rossé jusqu'à ce que tu n'ose plus sortir de chez toi pendant des mois. Jusqu'à ce que tes écailles repoussent toutes!»

Il rejoignit sa soeur adoptive tandis que les autres jeunes monstres s'en allaient, rapidement. Marmonnant entre eux mais n'osant pas revenir à la charge.

"Ca va?" Demanda le jeune dragon, se penchant vers Frisk, inquiet.

La jeune humaine frotta sa tenue poussiéreuse. «Ce n'est pas grave. On ne peut pas les empêcher de penser.

- Mais je peux les empêcher de t'attaquer en te protégeant!»

Il bondit sur une pierre «J'aimerais les faire tous payer, eux qui jugent sans savoir, eux qui jugent les humains alors que ça fait des siècles que la guerre s'est produite, eux qui te jugent et t'attaquent sans te connaître.» Un sifflement lui échappa «Personne ne te fera de mal pour ton âme! Et même si tu mourrais je ne laisserais personne y toucher! Hors de question que tu sois réduite au rang d'outil!»

Frisk éclata de rire «Je ne vais pas mourir enfin. Les monstres ne sont pas désespérés à ce point.»

Son visage se froissa.

«Et la surface n'est pas si paradisiaque que ça. Là haut vivent de bons humains oui mais des mauvais aussi. Des gens qui vous accepteront et d'autres qui voudront vous éliminer par peur ou par haine. On a déjà du mal à vivre ensemble entre humains alors...

- Tu es pessimiste.

- Je ne déteste pas ce que je suis. Je ne hais pas les humains mais je pense que ça ne serait pas la meilleure fin pour les monstres car il suffirait d'un seul pas de travers pour mettre le feu à la poudrière...et une guerre qui finirait par soumettre un clan ne serait pas la solution non plus

- Nos parents ne voudraient pas ça.» il se laissa tomber au sol «C'est pas dit qu'on gagnerait.»

Frisk secoua la tête «On a survécu des siècles sans magie. Ils trouveront une solution rapidement. Si les humains sont forts dans un domaine, c'est dans l'adaptation. Vous n'avez jamais fait face à la technologie humaine. Crois-moi pour ce qui est d'inventer des armes, les adultes sont forts.»

Kid grogna «Et puis rien ne dit que le coup des âmes marchent, ça pourrait être un mensonge ou un piège. Si ça se trouve utiliser 7 âmes renforcera la barrière plutôt que la briser!

- Ça serait sournois.

- Mais si les humains ont pensé au coup des 7 âmes puisqu'ils devaient savoir que 7 seraient nécessaire non?...ils peuvent avoir pensé ''et si les âmes étaient prises par force? Par meurtre?'' ça serait probablement un coup tordu, une punition anticipée par les magiciens.»

Frisk hocha la tête, époussetant le livre qu'elle avait fait tomber quand les monstres l'avaient abordé. C'était un ouvrage à la couverture de cuir bleu, gravée de symboles et de lettres d'argent. «C'est bien possible, surtout avec le contexte de la guerre!» Elle plissa les yeux «Il faudrait des âmes qui ne soit pas prises par force, soit sans tuer. Dans un cimetière, on pourrait trouver des âmes qui ne seraient donc pas prises par force. Mais pour sortir du mont, il en faut au moins une.

- On peut attendre que quelqu'un tombe, comme toi. Mais en ne survivant pas à sa chute.

- Et si il survit?

- On attend le suivant! Y en aura peut-être un qui...» Il grinça des dents «Je ne le veux pas mais...

- Je sais, tu dois penser à ton peuple! »

Le jeune dragon haussa un sourcil, posant les yeux sur ce qu'elle tenait contre elle «Et c'est quoi ça?

- Un livre de légende, je te cherchais des idées de noms. Pour toi. Puisque tu m'as dit que ton espèce avait pour tradition de prendre un nom en étant grand.

- Ha.

- Tu as dis que tu en voulais un qui soit cool. Mais aussi unique. Que tu voulais être classe mais que tu n'avais pas d'idées.» Elle leva l'ouvrage «Alors je suis allée à la bibliothèque pour voir les livres retrouvés à la décharge, les livres venant d'en haut. Mais je n'en ai pas trouvé l)-bas alors je suis allée fouillée à la décharge et j'ai trouvé celui-là entre deux coussins d'un canapé. Les gens jettent n'importent quoi. Et y a des noms qui pourraient te plaire là-dedans.

- Les humains ont des noms de dragons?

- Ils adorent les dragons.

- Ho...

- ça fait partit des créatures les plus aimés de l'imaginaire collectif.»

Kid roula des yeux «Au moins ils n'en sont pas dépourvu, d'imagination, c'est déjà ça!»

Frisk eut un sourire «Et toutes les régions du monde ont leurs propres légendes! Et plein de noms différents.» Elle ouvrit le bouquin et posa un doigt sur une ligne «Par exemple...Ryû veut dire Dragon en japonais, et c'est aussi un prénom.

- Bof. C'est sympa mais là le nom c'est littéralement le nom de l'espèce. C'est comme si Sans décide de s'appeler Squelette dans une des différentes langues humaines. Ou que les chiens décidaient de s'appeler Chien dans d'autres langues.

- Vrai mais je trouve que c'est classe.

- Hum. Ben je sais pas trop...»

Sa sœur adoptive roula des yeux mais passa au nom suivant «Ryūjin, c'est le nom d'un dieu. Celui des océans.

- Sympa mais ça fait un peu arrogant de porter un tel nom non?

- Ben...ça a la classe au moins.

- Hum...tu aurais autre chose?

- Je n'ai pas encore tout lu, tu sais...les histoires de dragons, y en a des tas dans ce livre. Même si beaucoup sont identiques niveau caractère.

- Je ne leurs ressemble pas.

- Je dois avouer que...

- Parce que je n'ai pas de princesse à kidnapper.

- …

- Enfin à part toi.» rit la jeune vouivre, sa queue balayant le sol. «Mais personne me prendrait au sérieux là et aucun chevalier viendrait te sauver.

- Principalement parce que tu les cramerait d'un jet de feu bien senti, monstres comme humains.

- Je ne le nie pas.» Ricana le jeune dragon, fier de lui. «Parce que je n'en jugerais aucun digne de toi. Et on jouerait aux échecs entre deux carbonisations d'idiots.» il s'immobilisa, entourant Frisk de sa queue écailleuse, susurrant d'un ton joueur et malicieux «Surtout si l'idiot est un squelette à l'humour pourri et accro au miel.

- Papyrus n'est pas si insupportable que ça.

- Ses blagues sont atroces. Et il est à peine plus vieux que nous.

- Il pourrait améliorer son humour.

- Non. Définitivement pas.» il grogna «Si ça ne faisait pas rire papa, je lui cracherait du feu dans la figure chaque fois qu'il sort une vanne.

- Ca et le fait que maman s'apprécierait pas que tu grille quelqu'un dans la maison ou le jardin.

- Oui aussi.»

Frisk rangea finalement son livre dans son sac à dos. «Moi j'aimerais écrire des histoires.

- Tu en racontes déjà de belles.

- Oui mais les écrire, ce n'est pas la même chose.»