Pour la St-Valentin et une amie qui aime le Don/Léo.

Tout était de sa faute. Il n'aurait jamais dû laisser trainer le poème. Il n'était pas de lui, il l'avait recopié. N'empêche que Raph ne lui laissa pas le temps de prétendre le contraire en déboulant dans le salon et clamant avec ostentation les premiers vers, gesticulant de manière grandiloquente pour ajouter à la mortification de Donnie :

« Tes yeux bleus comme deux bleuets

Me suivaient dans l'herbe fanée

Et près du lac aux joncs fluets

Où la brise désordonnée

Venait danser des menuets. »

-Pauvre April, ajouta Raph avec une fausse sollicitude, tu dois en avoir marre! Don te saoule avec ses pathétiques tentatives de séduction.

L'interpellée rougit en regardant par terre, car évidemment que Raph allait l'humilier devant elle. Casey et Raph se bidonnaient, en se poussant du coude, alors que le cœur de Donnie vola en miettes. Il ne pouvait le nier, constatant le malaise évident de la jeune fille : April le trouvait lourd.

Les yeux piquant de honte, de colère et de peine, il baissa la tête, ne sachant comment se sortir élégamment de la situation. Il en avait assez de paraitre comme un raté aux yeux de sa bien-aimée, qui plus est devant Casey, son rival. Il entendit comme en dessous de l'eau la voix autoritaire de Léo qui ordonnait à Raph de se taire et de s'excuser.

Il releva les yeux pour croiser le regard bleu désolé de l'aîné et soudain, il eut une illumination. Cela aurait pu être Mikey, mais le benjamin était dans la cuisine et, stressé comme il était, Donatello ne se rappelait même plus qu'il avait un autre frère aux yeux pervenches. Il jeta sèchement :

-Ce n'est pas pour April que j'ai recopié le poème. Vois-tu son nom quelque part?

Raph roula ses prunelles vertes et ricana :

-Ce que t'es con. Tu crois tromper qui, Baudelaire? April est la seule meuf aux yeux bleus qu'on connait. Et tout le monde sait que tu te languis d'amour pour elle. T'as pas dessiné tous ses petits cœurs pour rien autour de ton foutu poème. Y a qu'elle comme possibilité!

Donnie plissa les yeux et répliqua audacieusement :

-C'est pour Léo. C'est lui que j'aime.

Les mots s'étaient échappés presque sans sa permission de sa bouche. Et là, il était trop tard, il ne pouvait les rattraper.

Le rire se cassa net, alors que Casey grimaça de dégoût et que Léo recracha en jets son thé, le choc le saisissant plus brutalement qu'un infarctus. April soulagée de ne pas être en cause s'écria, excitée et sautillant :

-Mais Donnie, c'est merveilleux! Je n'aurai jamais cru qu'il y quelque chose entre toi et Léo! Mikey! Tu dois venir ici!

Précipitamment, la rouquine se leva pour amener dare-dare le benjamin au salon.

Croisant le regard choqué de son leader, Donnie pesa soudainement toutes les conséquences de ses paroles trop vives. Mikey serait un témoin de plus de son mensonge lâche. Et pas un témoin silencieux.

« Calme-toi » se dit-il « April et Casey partiront éventuellement et tu expliqueras à Léo que, malgré toute ton intelligence, tu n'as pas trouvé mieux pour te sortir de l'embarras. Léo est compréhensif »

Mikey arriva, débordant d'excitation et se précipitant sur Donnie comme une abeille sur du miel.

-Quoi D! Qu'est-ce qu'April m'annonce? T'as de quoi pour Léo? Mais c'est fantastique! Dire que je pensais que personne ne connaitrait l'amour et que nous mourrions tous vierges!

Mikey était si enthousiaste de la révélation qu'il était presque assis sur lui, bloquant son champ de vison et sa respiration. Il tenta tant bien que mal de se débarrasser de la tortue orange, mais Mikey refusa de s'en laisser imposer.

-L'avez-vous déjà fait? Questionna-t-il les yeux brillants. Je veux vous voir vous embrasser! C'est tellement beau !C'est le plus cool jour de ma vie! Je me sens dans Games of thrones! C'est tellement "in" l'amour interdit!

Léo s'interposa après s'être éclaircit la gorge. Malgré qu'il eût perdu de son attitude zen de d'habitude, la consternation se voyant clairement sur son visage, il tenta de maitriser la situation et refréner Mikey qui promettait de devenir incontrôlable, dans sa joie de voir ses frères en couple.

-Personne n'embrassa personne, statufia-t-il fermement. Donatello a voulu nous faire une blague. N'est-ce pas, Donnie?

Tous les regards se tournèrent dans sa direction et il se renfonça dans le fauteuil sous ce poids. Léo lui offrait une porte de sortie. Il devait la prendre. Il jeta un regard rapide vers April.

Les yeux de celle-ci brillaient d'espoir, comme deux saphirs. Ses yeux étaient vraiment magnifiques. C'était ce qu'il préférait chez elle, songea-t-il, mais leur regard lui brisa le cœur. April SOUHAITAIT plus que tout que Léo fut le réel destinataire du poème. April ne VOULAIT pas de lui. Elle voulait se DÉBARASSER de son admirateur à l'amour encombrant. Léo COMPRENDRAIT.

-Non, Léo. Je suis sérieux. J'ai écrit cela pour toi. Pourquoi es-tu surpris? Dit-il avec le plus de naturel qu'il put, croisant ses jambes pour en dissimuler le tremblement nerveux.

-Mais, Donnie…tu…tu n'as jamais rien dit. Nous sommes frères, articula avec peine Léo, aussi enjoué que si on venait de lui annoncer qu'il avait la malaria.

-Léo. Je n'ai pris conscience de mes sentiments il n'y a que quelques semaines. Je voulais attendre la St-Valentin, dans deux jours. Mais bon, Raph a gâché une de mes surprises, on dirait, hé hé. ..

A lui-même son rire sonna faux, mais tout le monde sembla croire ce qu'il venait de dire, sauf le principal concerné qui fronçait les sourcils et qui répéta son argument, considérant qu'il devait mettre une fin à la « folie » de Donatello.

-Nous sommes frères.

-Juste d'éducation. Et puis, ce n'est pas comme s'il y avait d'autres membres de notre espèce, expliqua Donnie, essayant de paraitre convaincu. Je suis juste arrivé à un stade de ma vie où j'ai besoin d..d'exprimer mon amour de façon…euh plus concrète. A notre âge, chercher un partenaire est naturel. Je peux te fournir quelques données scientifiques sur la normalité du phénomène. Si tu veux nous pouvons aller dans mon laboratoire, seuls, et je vais te montrer que…

Il voulait, par cette invitation, uniquement parler seul-à seul à son aîné pour lui expliquer la raison de cette mascarade, mais Mikey, se méprenant sur ses intentions, joignit les mains, comblé :

-Ils veulent être seuls! Comme c'est mignon! s'écria-t-il extatique. Il ne laissa pas le temps à Donnie d'infirmer quoique ce soit et poursuivit sur sa lancée :

-Allez-vous partager la même chambre? Prenez celle de Léo. Elle est plus loin. Je ne veux pas entendre vos cris la nuit. Raph, lui, c'est un pervers, il va s'en remettre!

Pour le moment, jugea Donnie, Raph, dit le pervers, semblait sur le point de se trouver mal. Il sourit d'avoir réussi à traumatiser la tortue rouge. « Bien fait » pensa-t-il. « Ça t'apprendra à te mêler de ma vie sentimentale et de fouiller dans mon labo ».

Il regretta d'éventuellement devoir décevoir Mikey et d'avoir foutu la trouille au Fearless leader qui n'avait rien fait pour mériter un tel choc. Il allait devoir aussi expliquer sa « rupture » plus tard à April, mais ils traverseront le pont quand ils seront à la rivière. L'important était les yeux bleus de la jeune fille vrillés sur lui, comme si, enfin, il valait quelque chose.

Mikey leur annonça que le repas était prêt mais qu'il regrettait de n'avoir rien fait d'assez extraordinaire pour souligner l'évènement.

-Merde, D. Si tu me l'avais dit, j'aurai prévu le coup!

Alors, qu'ils s'apprêtaient à passer à table, la jeune fille aux cheveux roux pressa sa main :

-Tu me raconteras tout, chuchota-elle.

Donnie hocha la tête d'un air absent, alors que Mikey réorganisa les places à table.

-Voilà, s'écria la tortue exubérante. Raph sera à côté de moi et Léo à côté de Donnie. Il risque d'y avoir moins de disputes à table et plus d'amourrrrrrrr, ronronna-t-il en faisant des mines mielleuses et en battant des cils de façon suggestives. Donnie voulu fondre d'embarras et en jetant un œil vers Léo, celui-ci n'était guère mieux. Puis, Mikey enfonça le clou final en déclarant :

-Je vais chercher Maitre Splinter! Attendez qu'il apprenne ça! Il va ouvrir son saké des grandes occasions! Je veux lui dire en premier! Attendez-nous pour vous embrasser!

Il fuit rapidement, avant que Donnie, sidéré, puisse l'arrêter. Si Maitre Splinter était mêlé à ça, la plaisanterie venait d'atteindre presque un point de non-retour. Il gémit, sa plainte faisant écho à celle provenant de Léo.