Salut !

Voici la suite qui c'est fait attendre !

J'espère qu'elle vous plaira, j'ai de plus en plus de mal à écrire au fur et à mesure que Pavel grandit.

Les enfants c'est plus facile. Mais j'ai trop envie d'arriver à l'époque de l'entreprise pour m'arrêter !

J'ai plein d'idée, notamment pour la psychologie du personnage, mais des difficultés à les exprimer, j'espère donc que le message passera comme même.

.

Comme d'habitude :

Cette fic est librement inspirée de la nouvelle série de JJ Abrams. Je ne connais de l'univers Star Trek que ceux-là. Les puristes sont prévenus.

J'écris comme cela me vient, pas de grande littérature ni de date pour les sorties de chapitre.

Désolé pour les fautes, j'ai beaucoup de mal avec cela.

.

Sur ce : bonne lecture !

.

.

.

.

.

Pavel à 10 ans quand il comprend douloureusement qu'il y aura toujours des personnes pour lui reprocher sa différence.

.

Il a quitté La Kova depuis à peine 3 semaines que le voila de nouveaux mis à l'écart.

Jusqu'alors trop jeune pour partir vivre en internat, ses parents ont enfin accepté de le laisser rejoindre l'Académie Junior de La Fédération Unie, après qu'il leur ai doucement dit qu'il commençait à s'ennuyer –et puis en navette ce n'était pas si loin, a peine 5h de route pour traverser l'océan, changer de ligne et rentrer pour les vacances.

.

.

Ces relations avec sa famille, bien que distantes, ne s'étaient jamais mieux portées que depuis qu'ils vivaient avec ces grands parents.

Son père lui prêtait beaucoup plus d'attention et il accompagnait désormais celui-ci avec ces frères à chacune de ces escapades, babillant joyeusement sur tout ce qu'il avait appris sous leurs regards amusés et attendris.

Il faut dire que Pavel n'avait pas beaucoup grandis.

Nikita était aussi grande que lui. Pas vexé pour un sou, Chekov aimait le caractère franc de sa sœur. Ils s'étaient beaucoup rapprochés au cours de ces week ends. Elle était très curieuse, pleine de vie et d'énergie. Quand il lui parlait ses yeux s'éclairaient de mille étoiles. Dans ces moments, où elle pouvaient rester des heures sans le lâcher du regard, il avait l'impression d'être important et son cœur se gonflait de fierté de pouvoir lui raconter tout se qu'il avait appris. –Pavel s'était promis de la protéger, après tout lui aussi était grand frère maintenant-.

Étonnamment ce fut elle qui arbitra d'une main de maître le rabibochement entre la mère et le fils. Aussi éveillé que son génie de frère, elle était dotée d'une empathie formidable qui lui permettait de comprendre les sentiments des personnes l'entourant quand eux même étaient perdus.

Ainsi, bien que Lyuda ne soit pas proche de son fils, au moins arrivaient ils à discuter sans qu'elle ne détourne le regard.

En faite ce fut Pavel qui eu le plus de mal. Il avait tellement l'habitude de surveiller chacun de ces gestes en sa présences qu'il se crispait automatiquement.

.

Les jumeaux, Eduard et Viktor, avaient gardés leur tempérament énergique et malicieux tout en développant un côté calme aux élans pacificateur. Il faut dire que dans une fratrie de six on apprenait vite à relativiser. Pavel s'était beaucoup rapproché d'eux suite à la découverte d'une activité commune. Ou plutôt après que ces aînés l'est entraînés dans la création de leur blague en tout genre. C'est que l'aide d'un génie était très utile pour les mettre en application. Et une fois lancé leur timide petit frère ne l'était plus temps que cela.

C'est ainsi que la famille Chekov découvrit avec rire et fracas la malice du benjamin.

.

Les deux aînés de la famille étaient désormais de jeune ados à la forte indépendance. L'un était en apprentissage dans la ville voisine et l'autre se préparait pour de longues études de professeur.

Aucun des enfants Chekov n'étaient idiot.

Féodor qui venait d'atteindre sa majorité, vivait la semaine avec sa petite amie sur le campus de l'université de lettre.

Nikolaï, de deux ans son cadet, était lui féru de l'art et de la sculpture du bois. Son rêve était de pouvoir un jour rénové les objets de l'ancien millénaire dont le temps avait altéré la noble matière.

Quoiqu'il en soit, les deux ne manquaient jamais de rentrer en fin de semaine et passaient invariablement les deux jours avec leur famille.

Aussi inséparable que les jumeaux, ils étaient une figure d'autorité et de confiance pour les plus jeune, Féodor veillant calmement pendant que Nikolaï trouvait toujours les mots juste pour rassurer, aidé et consoler.

.

Les week ends chez les Chehov se passaient donc calmement, bien qu'avec un zeste de malaise ambiant.

.

Quand aux grands parents paternels, ils étaient tout simplement devenu les héros de Pavel.

Dedushka était un passionné d'histoire et de musique classique. Entre deux récits des millénaires passés, il apprit à son petit fils à jouer du piano et à faire de délicieux baba au rhum. -Bien qu'ils passaient plus de temps à s'amuser à adapter la recette avec toute sorte d'arôme, du chocolat jusqu'à la coco en passant par la lavande, les vêtements pleins de farine et le bout du nez tacheté, qu'à faire de véritable baba au rhum.-

Babushka, elle, lui parlait de tout et de rien. Un jour elle lui racontait un conte, le suivant lui parlait de la découverte du vaccin, puis le faisait se questionner sur un sujet quelconque -parfois si philosophique que Pavel méditait dessus pendant des jours-.

Elle disait toujours : « Tu es très intelligent petit, alors sert toi de ta tête au lieu d'apprendre bêtement une réponse. ». Ainsi il n'y avait jamais de véritable réponse à ces questions bien trop générales et universelles, mais elle voyait –en hochant la tête d'un air satisfait- son petit fils commencer à développer un esprit critique plutôt que de compiler les PADD de sa mémoire phénoménal.

Elle lui apprit aussi à jouer au échec, mais le petit garçon préférait encore jouer aux pirates de l'espace.

Son grand père prenait volontiers le rôle du corsaire.

.

.

C'est donc avec l'appuie de ces grands parents –qui bien qu'inquiet connaissaient mieux que quiconque le rêve de leur petits fils- que Pavel fit ces bagages pour l'Australie.

.

L'Académie Junior de la Fédération était tout ce dont avait rêvé Pavel –encore mieux que La Kova-.

Il y avait tant de chose à voir, à sentir, à apprendre. C'était magique !

Cette école était bien plus grande et plus fréquenté, toute cette agitation l'intimida… environ dix secondes avant qu'une boule d'excitation, bien plus agréable que l'autre, ne réchauffe son estomac et qu'il suivent avec empressement le surveillant de leur groupe, tournant la tête dans tout les sens, les yeux grand ouvert.

Il fut installé dans un dortoir avec une dizaine d'autre « garçon », ou du moins ce qui s'y apparentait dans les autres espèce.

Il fut cependant un peu déçu de la bibliothèque à leur disposition. Elle était peut être plus petite à La Kova mais les ouvrages y était plus intéressant.

Ainsi que vite ennuyé des cours. –Pourtant on l'avait placé dans une classe de deux grade au dessus de son âge et tout le monde l'aimait bien-.

Il fut donc rapidement transféré au collège et du déménager dans un autre campus, là c'était bien plus intéressant !

.

Mais si l'Académie Junior était remplie d'enfant prometteur, ce n'était pas une école spécialisée pour prodige. C'est pourquoi l'on trouvait aussi bien des jeunes repérés pour leurs talents, que d'enfants d'officier de Starfleet ou d'agent de la Fédération, ou encore d'enfant seulement venue pour recevoir une bonne éducation sans pour autant vouloir faire carrière dans l'un ou l'autre.

.

La Fédération considérait que chacun avait le droit à l'apprentissage, et à ce titre disposais de plusieurs école sur la terre et ailleurs.

Celle-ci se divisait en 3 pôles, eux même classé.

Il y avait l'Ecole pour les jeunes enfants (de l'école maternelle à la 6ème = 12ans) séparer des deux autres par la cordillères australienne et entouré par la grande métropole.

A la périphérie Nord-Est de celle-ci avait été construit le campus du Collège et de l'Université, regroupant les niveaux de 13 ans aux Masters spécialisés et autre doctorat.

.

Autant dire que le complexe était immense et le jeune Pavel aussi grand qu'un enfant de 8 ans et à l'age déjà bien jeune se retrouva entouré d'ados pré pubères dans lesquels il ne passa pas inaperçus.

Si sa bouille attendris certains, la majorité fut agacée qu'un gamin soit admis dans leurs classes. Plus encore quand celui-ci pris la tête de la promotion, ceci en suivant plusieurs options spécialisé pour une futur orientation à Starfleet.

.

C'est comme cela que le jeune Pavel se retrouva enfermé dans un des casiers des vestiaires d'un des stades de L'Académie.

La Fédérations prenait a cœur la bonne santé des citoyens, tout naturellement ces étudiants était encouragés a pratiquer différents sport, deux demies journées obligatoires leur étant accordé dans la semaine.

Sachant qu'il devrait avoir une condition physique remplissant les critères de Starfleet, Pavel suivait sérieusement ces entraînements. Son professeur lui ayant aménagé un programme simplifier à base de jeu qui aiguiserait ces réflexes.

C'était amusant.

Tout heureux le petit Chekov ne fit pas attention aux messes basses de ces camarades qui attendirent que les vestiaires ce vide pour le pousser dans un casier.

Sous la surprise il laissa échapper un petit couinement qui redoublât les rires de l'autre côté de la porte en métal qui s'était refermé sur lui.

Il n'était même pas assez grand pour voir à travers les fentes le visage de ces agresseurs. Il ne chercha pas à répliquer, sachant bien que cela ne servirait à rien et ces vieilles habitudes ancrés dans sa peau : fais toi le plus petit possible, ne fais pas de bruit, ne te fais pas remarquer.

.

Là, grelottant contre les parois froides de sa prisons, a demie changé dans son tee shirt blanc, l'obscurité qui lui permettait d'admirer les étoiles lui sembla tout a coup étouffante.

Il se revit enfant, serrant Nesti contre lui comme un bouclier.

Il se revit enfant, pleurer silencieusement, cachant ces sanglots et étouffants ces hoquets.

Il se revit enfant se recroquevillé pour atténuer cette boule qui lui pinçait l'estomac et lui serrait la gorge.

Mais c'était lui qui ce tapissait entre les deux coins, ces jambes pelotonné contre lui pour oublier ce pincement.

C'était lui qui gémissait aussi doucement que possible alors que les larmes dévalaient ces joues.

.

Le passé avait rattrapé le présent, et cette fois l'enfant n'avais pas Nesti pour ce protéger.

.

C'est un petit Pavel de 10 ans que l'un des joueurs de l'équipe de foot retrouvera blotti au fond du vestiaire, intriguer par les affaires laissées traîné, tout frissonnant dans son sommeil et les joues marqués par les larmes.

.

.

.

.

Plusieurs remarque pour ce chapitre :

La Kova = j'ai inventé cette école du nom de Sofia Kovalevskaïa, première femme-professeur de mathématique du monde. La classe.

La passion des jumeaux pour les blagues est une référence, ai-je vraiment besoin de préciser de qui ?

.

C'est encore de durs jours pour Pavel. J'ai beaucoup réfléchi à cette fin de chapitre avant de me décider. Dans les films je n'ai jamais vu Pavel comme étant faible, malgré sont jeune age, il est très intelligent et n'hésite pas à prendre la parole s'il trouve cela nécessaire. Cependant avant d'arriver à se caractère il peut avoir passé de dur moment, qui l'on certes endurci et fait grandir mais qui l'ont aussi blessé. Et un enfant blessé ne guéri pas en un claquement de doigts. C'est pourquoi je voulais montrer que bien que sa situation familiale s'arrange et qu'il s'épanouit peut à peut ces anciennes blessures sont toujours là pouvant resurgirent n'importe quand, et les réflexes « de préservation » qui vont avec.

.

Par exemple, j'ai beau adorer Harry Potter, c'est un truc que j'ai toujours trouver bizarre : Il a été maltraité mais ne semble avoir aucune séquelle (si ce n'est son syndrome du héros), et aucun adulte ne voient rien. Totalement exaspérant. Du coup je me délecte quand je tombe sur de bons fics qui s'amusent à trouver tous les défauts de l'œuvre original et à les remanier. C'est dingue ce que l'imagination et la réflexion collectives peuvent faire.

.

En bien comme en mal d'ailleurs. Mais je suis une optimiste.

.

Bref vive les fanfiction !

.

Et ne vous inquiétez pas Pavel ne va pas toujours s'en prendre plein la tronche. (Ou un peu… parce que qui aime bien châtie bien.)

.

Promis ils ne meurent pas tous à la fin !

.

.

Autres mémos :

Féodor = 18 ans

Nikolaï = 16 ans

Eduard et Viktor = 13 ans

Pavel = 10 ans

Nikita = 7 ans

.

Comme vous l'avez remarquez on se rapproche doucement de starfleet. Donc : sachez que je n'y connais rien et que je vais beaucoup broder !

Si vraiment vous pensez que je devrais savoir quelque chose apprenez le moi, mais sinon je vais juste m'amuser n'en déplaise au puriste. Et non il ne « suffit pas juste de renseigner », il y a trop d'info sur wikipédia pour que sa rentre comme un timbre à la poste, ce genre d'univers il faut apprendre à le connaitre au fur et à mesure pour que se soit clair et que ça reste. Et j'ai pas le temps de me remater les 36 séries.

.

Sur ce laissez moi vos impressions si vous en avez envie, c'est toujours plaisant, et je vous dit à bientôt pour la suite des aventures du petit Pavel !

.

LC