Alors ça c'est la faute d'une amie qui se reconnaitra. ;)

On a parlé d'OS hier soir et voilà ce que ça donne ce matin.

J'ai cherché un thème et comme on est en Avril...

.

Rating T pour langage un peu fleuri et quelques allusions ... hum... pour adultes. Mais c'est tout.

.

.

Poisson d'Avril.

.

Oh putain ! Sam avait osé toucher à son bébé!

Ca allait saigner !

.

Dean déglutit en approchant de son impala adorée et arracha dans un mouvement rageur le petit nœud rose fixé à l'un des essuie glace.

Des inscriptions avaient été tracées en rouge partout sur la carrosserie noire immaculée et elles n'avaient vraiment rien à voir avec des glyphes de protection démoniaque.

Sur la portière conducteur, on pouvait lire" Vive le Destiel", à l'arrière " Cass et Dean forever" et sur le capot" Longue vie aux jeunes mariés".

Il allait le tuer ! Ca c'était sur.

Il lui restait juste à déterminer de quelle façon lente et douloureuse.

.

Dean approcha une main légèrement tremblante et gratta du bout de l'ongle les petits cœurs rouges qui avaient été odieusement dessinés partout sur le noir luisant de sa Chevroley adorée.

Du Ketchup! Il en soupira de soulagement. Ca aurait pu être pire. Mais si Sam croyait s'en tirer à bon compte parce que l'affront était lessivable, il se fourrait le doigt dans l'œil au moins jusqu'au coude.

.

Dire que tout ça avait commencé comme un innocent poisson d'avril. Comment est ce que ça avait pu dégénérer de cette façon?

Mais avec les frères Winchester et leur goût de la compétition et de la surenchère, on savait toujours comment ça commençait, mais jamais comment ça se terminait.

Ni quand.

Ni dans quel état.

La dernière fois il avait fallu l'intervention de Bobby pour briser un sort particulièrement embarrassant qui faisait régurgiter des limaces à Dean toutes les trente secondes, pendant que Sam, le crane rasé, le regardait d'un air dégoutté mais oh combien satisfait.

Et leur quasi père les avait traités de tous les noms et leur avait fait jurer de ne plus jamais recommencer leurs conneries de cour de maternelle, sinon il viendrait leur botter le cul tellement fort qu'ils chieraient par les narines pendant au moins une semaine.

Et oui, Bobby avait dit ça. Il faut dire qu'il était particulièrement en rogne ce jour là. On ne plaisantait pas avec les sorts de magie noir, bordel !

.

Oui, mais ce matin, Dean s'était réveillé avec poisson mort dans son lit.

Une truite énorme, ou un truc du genre - il n'y connaissait rien en poiscaille - posée sur son oreiller et qui le regardait de ses yeux glauques.

En un quart de seconde, il était passé en mode chasseur et avait bondit de son lit à la vitesse de l'éclair lorsqu'il avait ouvert un œil et aperçu les écailles à dix centimètres de son visage. Sa première pensée avait été qu'un monstre avait réussi à franchir les barrières de sécurisé du Bunker et venait les attaquer.

Puis il avait compris.

On était le premier avril.

La conclusion qu'il en avait tiré s'était imposée comme une évidence.

Sam allait prendre cher !

.

Pendant tout le petit déjeuner, il avait attendu que son frère lance le traditionnel "Poisson d'Avril !", mais rien n'était venu.

Dean en avait déduit que la blague n'allait pas s'arrêter là. Il en avait soupiré de dépit. Ca aurait été trop facile.

La vengeance qu'il ruminait depuis son réveil en catastrophe prit alors des proportions... disproportionnées.

Ah Sam voulait jouer à ce petit jeu ?

Il n'allait pas être déçu, mais il fallait être subtil quand même.

.

Et pourtant Dean avait commencé très soft.

Le cellophane sur les chiottes était un grand classique et plutôt dégueu à nettoyer. Ca valait bien l'odeur de vase qui collerait sûrement une éternité à son oreiller même si il le passait à la machine. C'était parfait.

Dean s'était félicité lui même de sa grande maturité. Il aurait pu faire largement pire.

.

Sauf que Sam avait eu le culot de jouer les innocents. De l'accuser d'avoir brisé sa promesse faite à Bobby et d'avoir ouvert les hostilités. Il avait claqué la porte en lui hurlant qu'il avait intérêt à avoir tout nettoyé avant qu'il ne revienne parce que ça allait chier !

Et Dean n'avait pas pu s'empêcher de rire parce que, franchement, c'était approprié comme expression, non ?

.

Enfin bref. En plus d'être un sale petit pervers fétichiste du poisson, son frangin était quand même foutrement gonflé de jouer les innocents. Ca en méritait bien une autre!

Et lorsque Sam était retourné dans sa chambre dans l'espoir stupide que Dean ait nettoyé ses toilettes, il s'était retrouvé enfermé.

Un simple petit morceau de fil de fer dans la serrure et Monsieur le grand chasseur avait été pris au piège.

Trop facile.

Sam avait menacé de défoncer la porte. Mais et alors ? Après tout c'était la sienne. D'ailleurs il ne l'avait pas fait au final.

Il avait tenté de démonter la serrure, mais sans tournevis, juste avec son couteau c'était pas si évident, surtout que toutes les portes du Bunker étaient sécurisées. Et comme il n'y avait pas de fenêtre, il avait finalement du se résoudre à passer par un conduit d'aération.

Mais loger sa carrure impressionnante dans un boyau de cinquante centimètres de diamètre n'avait pas été une mince affaire, tout comme y ramper pendant prés de vingt minutes avant de trouver une sortie qui donnait par le plus grand des hasards pile au dessus du conteneur à poubelle du garage. Il en était ressorti furax et noir de crasse. Encore plus quand il était retourné dans sa chambre pour se doucher et constater que ses chiottes n'avaient évidemment pas été nettoyées.

Ok ! Phase deux ! Avait il songé alors. A mon tour.

.

Le reste de la journée avait été un cauchemar pour l'un comme pour l'autre.

Ils ne pouvaient faire un mouvement sans craindre de se prendre un sceau de flotte glacée sur la tronche ou de s'asseoir dans du cambouis.

Dean avait recraché sa bière assaisonnée au piment extra fort et Sam sa salade que Dean avait parsemée de limaces bien juteuses. Visiblement il n'avait pas digéré la dernière fois. Au sens propre comme au figuré.

Il y avait eu aussi le dentifrice remplacé par du colorant alimentaire. Et Dean s'était bien demandé combien de temps on gardait les dents et la langue bleue avec ce truc là ?

Bien sûr le dentifrice initialement dans le tube et que Sam avait gardé dans un verre pour ne pas le gaspiller - grossière erreur de débutant - n'avait pas été gâché. Il avait avantageusement remplacé la crème dans les Oréos et Sam avait manqué de peu de rendre tout le repas qu'il venait juste d'ingurgiter.

Ca aurait fait encore du nettoyage.

Parce qu'à ce rythme là, le Bunker allait briller comme un sou neuf, astiqué de partout après leurs multiples conneries.

Ou détruit.

Le jury n'était pas encore sûr du verdict.

.

Et étrangement l'ordinateur portable de Sam avait commencé à parler en Clingon. Si si.

Et tout aussi étrangement, Sam n'avait pas eu l'air convaincu quand Dean lui avait assuré qu'il s'agissait probablement d'un virus intergalactique.

Bon sang, là, l'aîné des Winchester s'était vraiment surpassé. Il devait bien avouer qu'au départ il avait juste voulu mettre l'écran à l'envers ou sélectionner Chinois en langue principale, mais quand il avait vu "Clingon" dans les options, il n'avait pas pu résister

Clingon, sérieux ? Et ben oui, allez vérifier dans le paramétrage de votre ordi, il y est !

.

Ca, c'était peu avant que Dean ne reçoive une confirmation de sa toute récente inscription sur " Drag Queen SM Prés De Chez .com " accompagné d' une photo de lui en porte jarretelle rose.

Et merde!

Déjà parce que ça voulait dire que Sam avait beaucoup trop rapidement arrangé son petit soucis informatique. Il lui avait quand même fallu une heure, à lui, pour trouver le réglage.

Ensuite parce que, même si la photo était un montage grossier, Dean avait eu une épouvantable sueur froide à l'idée que son frangin ait découvert le secret le mieux gardé depuis le sexe des anges ( sauf que celui là n'en était plus un depuis un bail). Il avait dix neuf ans quand c'était arrivé. Même Ronda Hurley avait dû oublier depuis le temps. Il y avait prescription, quand même non ?

Et enfin parce que depuis, il recevait en permanence des propositions de rencard de la part d'un certain " Jvaitlamettrebienprofon 912" et vu la photo de la partie de son anatomie qui accompagnait le message, Dean était vraiment, mais alors vraiment vraiment vraiment sûr de ne pas être intéressé du tout.

.

Un énième bip signala un autre message entrant. Les sourcils froncés de concentration, Dean tourna plusieurs fois son téléphone dans tous les sens, dans l'espoir illusoire de comprendre l'étrange photo que son insistant admirateur venait de lui envoyer avec la légende suivante: "Dans le tien ou dans le mien ?"

Hein, mais où est ce que sa main s'enfonce ? Oh putain! S'écria t'il en éteignant son téléphone avec les yeux écarquillés. Les gens sont dingues!

.

Et là, Dean avait prudemment battu en retraite dans le parking du Bunker, attendant que Sam découvre sa dernière vengeance. La bouteille de Coca piégée.

Et ben quoi ? Quand on était un putain de hippie aux cheveux trop longs qui fait attention à sa ligne et qui bouffe plus de salade qu'une colonie de lapins, on ne boit pas de coca, si ? C'est de l'hypocrisie pure et simple. C'est bourré de sucre et d'additifs plus mauvais pour la santé les uns que les autres, ce truc là. Finalement c'était pour son bien. Son devoir de grand frère en somme !

Et puis Dean voulait tester ce truc qu'il avait vu sur internet avec les mentos.

Réussir à ce que les bonbons tombent dans le coca juste au moment où Sam allait ouvrir la bouteille avait demandé des trésors d'ingénierie. Mais quand on est vraiment motivé...

Sauf que Dean n'avait pas envie de se trouver dans la même pièce quand ça arriverait. En tout cas, pas si la réaction était aussi spectaculaire que dans le tuto.

Parce que là, en parlant de nettoyage ...!

.

Il avait donc disposé une camera de surveillance trouvée dans le matériel des Hommes de Lettres - merci pour le prêt les gars, même si il ne garantissait pas de la restituer dans l'état d'origine - dans un angle de la pièce en hauteur. Il avait prévu d'opérer ensuite une retraite stratégique dans son bébé à écouter du bon vieux Rock pendant que Sam se prendrait un énorme geyser de coca en pleine tronche et devrait ensuite tout nettoyer, alors que lui se marrerait à le regarder en direct sur son téléphone.

Le dit téléphone émit un nouveau bip.

Putain de bordel de merde ! Dean grogna en fermant les yeux d'exaspération.

Ouais, il se marrerait en regardant Sam...entre deux messages de "Jvaitlamettrebienprofon 912", bien sûr.

.

Son plan était presque parfait.

Sauf que Dean n'avait pas prévu de trouver son pauvre bébé dans un état pareil ! Sacrilège !

Le cri qu'il poussa fit écho à celui de son frère deux niveaux au dessus de lui.

- SAM , je vais te tuer!

- DEAN, t'es mort !

.

Le bruit si familier des ailes angéliques passa presque inaperçu dans le vacarme que faisait son sang en battant dans ses tempes.

Putain là, Sam avait dépassé les bornes! Ca allait saigner !

.

- Hello Dean.

L'interpellé sursauta violemment et se retourna en une fraction de seconde, prêt à étrangler de ses mains son frangin si il avait eu l'impudence de venir rire du massacre de l'amour de sa vie.

Mais ce n'était pas du tout la voix de Sam. Et la vision du trench coat bien connu, trop près de lui comme toujours, l'arrêta sur le champ.

Putain Cass, mon espace personnel !

.

- Cass ? Mais qu'est ce que tu fais là ?

- Je t'ai entendu crier depuis le paradis. Pourquoi voudrais tu tuer Sam ? Il a de nouveau perdu son âme ?

- Tu crois pas si bien dire! Regarde ! Dit il en se reculant, indiquant le massacre d'un geste de la main. Qui pourrait faire un truc pareil si il possède encore une âme?

L'ange tiqua en inspectant minutieusement chaque centimètre carré de la carrosserie.

- Ces dessins n'ont rien de démoniaque, Dean. Dit il d'un ton encore plus dogmatique que d'habitude.

Il posa son doigt sur le D de Destiel et le porta à sa bouche.

- Tomates, vinaigre, sucre, sel, piment de la Jamaïque.

Il plissa les yeux, se concentrant davantage.

- Clous de Girofle, cannelle, oignons et céleri. Énuméra t'il consciencieusement de sa voix grave. Aucun de ces ingrédients n'entre dans la composition d'un sort ou d'une incantation dangereuse. Si Sam a voulu faire de la magie noire, il a probablement fait une erreur.

- C'est du Ketchup Cass. Soupira Dean en levant les yeux au ciel. Et c'est pas de la magie noire. C'est juste une blague.

Castel fronça les sourcils.

- Je vois. Et Sam n'est pas réellement démoniaque, c'est ça ?

- T'as tout compris.

- Et donc tu n'as donc pas réellement l'intention de le tuer ?

- Ca faut voir. Mais non, pas réellement. Confirma Dean devant son air sérieux.

L'aîné des Winchester secoua la tête.

- Tu nous observes depuis des millénaires, j'arrive pas à croire que t'ai jamais entendu parler du premier avril, des poissons et tout ça. Ca te dit vraiment rien ?

.

Castiel se redressa et le considéra un moment avec étonnement.

- Bien sûr que si. Et même si la signification de cette étrange coutume humaine m'échappe effectivement, c'est la raison pour laquelle je t'ai apporté un saumon frais ce matin.

Dean ouvrit deux yeux stupéfaits

- C'est toi, le poisson crevé sur mon oreiller ?

- Évidement. Le plus beau saumon que j'ai pu trouver, tout juste sorti des fjords norvégiens. C'est bien le cadeau approprié en ce jour non ?

Dean se passa la main sur le visage.

Oh putain, comment est ce qu'il allait pouvoir expliquer ça à Sam ? Et sans qu'il se foute de lui jusqu'à la fin des temps.

Il leva un sourcil lorsqu'une idée proprement machiavélique lui traversa l'esprit.

Après tout, c'était plutôt marrant. Pas besoin de lui expliquer, si ? En tout cas pourquoi tout de suite ?

- Absolument ! Merci Cass. Bien sûr que j'ai adoré ton cadeau. Mais j'ai peur que Sam ne soit pas vraiment content que tu l'ai oublié. Il risque d'être un peu jaloux tu crois pas ? Ce serait peut être abuser de tes pouvoirs d'emplumé, mais...

Il se rapprocha de l'ange pour lui parler à voix basse et prit une mine de conspirateur.

- Un grand requin blanc, sur son oreiller à lui, c'est pas possible, hein ?

Castiel le regarda d'un air dubitatif. Il n'était peut être pas très au fait de toutes les subtilités des coutumes humaines, mais il n'était pas stupide pour autant. Il avait parfaitement compris que son humain était entrain d'essayer de le manipuler et d'ailleurs sans aucune finesse. Mais Dean se rétracta avant qu'il ne réponde.

- Non, oublie. C'est pas une bonne idée. Une méduse? Ca c'est possible non ?

- Probablement Dean. Mais je ne crois pas ...

Dean l'interrompit en posant sa main sur l'épaule de Castiel et l'entraîna vers l'escalier.

- Cass mon pote, faut qu'on parle de l'année prochaine. Je pense qu'on va faire de grandes choses toi et moi !

.

Avant de quitter le garage, Castiel se retourna vers la voiture de Dean et fixa un moment les étranges inscriptions à base de condiment.

- Dean ? Je peux te poser une question?

- Vas y, balance.

- Qu'est ce que c'est, le Destiel ?

Dean se sentit rougir.

Oh putain, là il était vraiment dans la merde !

.

- Dean ?

Castiel se retourna vers lui avec un petit sourire satisfait purement diabolique sur les lèvres.

- Poisson d'Avril !

.

oOoOoOoOoOoOoOo

.

Alors pas si ingénu que ça notre petit Castiel, finalement.

.

Voilà pour ce mois ci.

Bon je sais le premier Avril, c'est français, pas américain, mais tant pis, ça me faisait rire et pis c'est moi l'auteur, NA !

En tout cas moi, j'ai bien rigolé en l'écrivant, j'espère que vous aussi en le lisant.

.

J'ai rien prévu, ni les sujets suivants, ni la façon dont ils vont sortir, mais je pense qu'il y en aura un sur chaque mois, parfois drole, ou dur ou triste et avec des ratings différents que je préciserai à chaque fois en haut de page.

Alors à bientôt si ça vous dit.

Bonne journée.