La Malédiction du Titanic.

...

Me revoilà !

Je me suis tellement bien amusée à écrire ma dernière fanfiction « Un fantôme dans l'Hôtel », que j'ai décidé de reprendre le clavier...

Comme précédemment, toujours pas de Castiel mais je reviens avec ma nouvelle « Team Hunters » et toujours à la manière du 12.16 « Ladies Drink Free »...

J'ai aussi utilisé certains dialogues des épisodes : 12.17 « The British Invasion » et 12.18 « The Memory Remains »...

Bref, j'espère que, malgrè tout ça, l'histoire vous plaira !

(Relue, corrigée et approuvée par Caly)

Disclaimer : tous les personnages appartiennent à Eric Kripke à la CW, etc. Je ne détiens aucun droit sur cette série et n'en tire aucun profit. Àpart peut-être mon plaisir personnel.

Bonne chasse !

...

Prologue

Q.G Hommes de Lettres Britanniques :

Une semaine venait de se passer depuis que Mick Davies était revenu de la chasse au fantôme avec les Winchester dans l'Iowa. Mr Ketch avait d'ailleurs dû éliminer les deux survivants en attendant que la faute retombe sur son leader. Mais ce dernier passait son temps dans son bureau, à chercher une nouvelle enquête pour lui et les Winchester.

Mr Ketch rongea son frein. Il attendait le bon moment pour que lui et ses collègues Britanniques puissent enfin mettre en action leur mutinerie...

Quoi que, la nouvelle affaire que Mick venait de trouver pour lui et les frères, pourrait peut-être être favorable à Mr Ketch...

Car, pendant que son patron partirait à la chasse, le Bunker des Winchester resterait donc sans surveillance...

...

Partie 1 : Le signe des trois.

...

Lebanon, Kansas, au Bunker :

Cette fois, ce fut Dean qui était le premier éveillé et qui pianotait sur son ordinateur portable, dans la cuisine du Bunker, avec une tasse à café à la main et un bol de céréales déjà vide à côté de lui. Sam entra enfin pour se servir un peu de carburant, histoire de vraiment démarrer la journée. Il fut cependant surpris de voir son frère déjà debout. Tout en se dirigeant vers la machine à café, il demanda.

- Déjà réveillé ?

- J'ai reçu un mail de Mick. Il a trouvé une affaire.

Sam remplit sa tasse tout en questionnant.

- Encore ? Et il s'agit de quoi ?

Dean esquissa un sourire en avouant.

- Des morts inexpliqués de touristes qui auraient visité un musée...

Le cadet aperçut son frère rire jusqu'aux oreilles, mais comme il continuait de garder le suspense, Sam dut demander.

- Et ? Quel musée ?

Tout en souriant, Dean tourna l'ordinateur dans la direction de son frère, en avouant.

- Titanic Museum, à Branson dans le Missouri.

Sam fit les gros yeux en s'asseyant en face de Dean, devant l'ordinateur tourné vers lui pour lire l'article. Il questionna néanmoins.

- Sérieusement ? Mais comment il a trouvé une affaire pareille ?

Dean haussa les épaules en rétorquant.

- Va savoir, il a peut-être le mal du pays. Après tout, le Titanic était Britannique.

Sam ne releva pas la remarque de son frère. Il continua sa lecture tout en buvant son café. Une fois l'article terminé, il reprit.

- D'accord... Et donc, tu veux accepter l'affaire ?

Dean ferma l'écran du portable tout en avouant.

- J'ai déjà dit oui. Mick est en route, il vient nous retrouver ici.

Face à cette révélation, Sam fit une mine étonnée tout en lâchant, et avec le sourire.

- Tu l'apprécies Mick, maintenant, pas vrai ?

L'aîné leva les yeux au ciel en se justifiant.

- Disons que, c'est le moins pénible des Hommes de Lettres Britanniques.

Mais Sam garda son sourire en terminant.

- Tu l'aimes bien.

- La ferme, Sammy.

Le cadet garda son air ravi tout finissant sa tasse de café.

Dean avait déjà préparé l'Impala et il téléphona une nouvelle fois à Castiel. Et comme la fois précédente, il tomba sur sa messagerie :

« C'est ma boîte vocale. Votre voix ira dans la boîte. »

L'aîné leva les yeux au ciel en enregistrant, après le bip.

- Cass, c'est moi. Encore. Je voulais savoir où vous en étiez, Crowley et toi, dans votre recherche. Sammy et moi, on va partir chasser. Mick nous a trouvé une nouvelle enquête. Appelle-moi si tu as du nouveau...

Puis il raccrocha au moment où quelqu'un toqua à la porte blindée du Bunker. Sam se dirigea vers l'entrée tout en regardant son frère d'un air interrogateur et en demandant.

- Tu as donné l'adresse du Bunker à Mick ?

- Nan. C'est un Homme de Lettres. Ils ont les clefs et les adresses de tous les Bunkers du Monde. D'ailleurs, c'est comme ça que l'autre crétin de Ketch est venu m'acheter pour entrer dans la Team avec sa bouteille de Whisky hors de prix.

Sam sourit en ouvrant la porte, découvrant sans surprise Mick sur le seuil.

Sur la route, entre Lebanon et Branson, via Kansas City :

Ils étaient tous les trois partis tôt, en fin de matinée, comme il fallait presque huit heures de route pour rallier les deux villes à bord de l'Impala. Et Dean souhaitait arriver avant la nuit. En réalité, il ne voulait pas se l'avouer, mais il espérait secrètement que, en arrivant de nuit, Mick aurait réservé une suite dans un autre Hôtel 3 Étoiles, comme il l'avait fait pour l'enquête sur les loups-garous...

Comme cela devenait une habitude : Dean conduisait, Sam côté passager et Mick derrière les deux frères. L'Anglais était d'ailleurs en train de lire les informations de l'enquête dans son dossier, dont la couverture était une fois de plus estampillée du logo des Hommes de Lettres. Contre toute attente, ce fut Sam qui rompit le silence en demandant au nouveau chasseur.

- Hey, Mick, pourquoi avoir choisi cette affaire ?

L'intéressé mit quelques secondes pour comprendre que la question lui était adressée. Avant qu'il eut le temps de répondre, Dean badina.

- Mal du pays, peut-être ?

Cette réplique, bien qu'un peu clichée, eut le mérite de faire sourire Mick qui répondit néanmoins.

- Non. En fait, je me suis renseigné longuement sur Internet en lisant les articles. Je pense savoir qu'il s'agit sûrement d'une malédiction, rattachée à quelques objets rescapés du Titanic. Et je m'y connais plutôt bien en malédiction, alors pour une fois, je pourrai aider.

L'aîné se mit à rire en rétorquant.

- Ah ? On vous apprend quelque chose à Poudlard, finalement ?

- Dean... gronda Sam.

Étrangement, Mick sourit en expliquant.

- En réalité, je l'ai plutôt appris à « l'école de la vie ».

Comme il ne se décidait pas à en dire plus, Sam demanda par curiosité.

- Comment ça ?

Mick ferma le dossier en dévoilant.

- Quand j'étais petit, j'errais dans les rues de Londres lorsque les Hommes de Lettres m'ont trouvé. J'avais volé un de leur membre, sans le vouloir, en lui vidant ses poches. J'avais besoin d'argent. À la place, je me suis retrouvé avec une pièce maudite de Babylone.

- Ouais, normal. Ça peut arriver à n'importe qui... plaisanta Dean pour détendre l'atmosphère, ce qui fit sourire Sam.

- Les Hommes de Lettres m'ont retrouvé... continua Mick. Ils ont décidé de me prendre sous leurs ailes pour m'apprendre leur fonction. Ils m'ont donné une vie meilleure. C'est comme ça que j'ai terminé à Kendricks Academy.

Cette histoire, aussi improbable soit-elle et bien que Mick la racontait avec tout le flegme britannique dont il pouvait faire preuve, toucha néanmoins les Winchester.

Après de longues secondes de silences pesantes, Sam demanda.

- Alors, les Hommes de Lettres ont brisé la malédiction que tu avais eu en volant la pièce ?

- Exactement.

- Comment ? s'enquit Dean.

Mick répondit, en récitant presque.

- Il existe trois sortes de malédiction : Auto-infligées par nos propres mots. Exprimées, formées contre nous venant d'une autre personne ou d'un objet. Et les malédictions héritées ou générationnelles. La mienne était de la seconde catégorie. L'Homme de Lettres qui m'a retrouvé a récupéré la pièce et a enfermé cet artefact puissant dans une boîte en argent. Ensuite, il m'a béni en récitant une prière en latin. Il a lu la liturgie de la « Séquence au Saint-Esprit », pendant que je devais me repentir de mes péchés. Cela a suffi à lever la malédiction.

Dean serra les mains sur le volant. Il jeta un coup d'œil à Sam et ils se comprirent comme par télépathie. Ils n'avaient jamais demandé ou imaginé le passé de Mick. Pour eux, il n'était qu'un ennemi Britannique, débarqué en Amérique pour les emmerder. Finalement, se dirent-ils, la vie de leur nouveau chasseur avait dû être aussi compliquée que la leur.

...

Fast Food, White Castle, près de Springfield :

En milieu d'après-midi, ils s'arrêtèrent à un petit restaurant sur la route, pour manger quelque chose avant d'arriver à Branson. Dean choisit, non sans surprise, un Fast Food connu et se commanda un « Double Cheese Slider » avec des frites et une bière. Tandis que Sam prit un simple « Sausage, Egg & Cheese Slider », puisque cette chaîne de restaurants ne comptait pas de salade qu'il affectionnait tant. Quant à Mick, aussi surprenant que cela puisse paraître selon les clichés anglais de Dean, il prit un « Western BBQ Grilled Chicken », ainsi qu'une bière, comme l'aîné des Winchester.

Ils s'installèrent tous les trois à une table du fond, à côté d'une fenêtre qui donnait sur la route et surtout sur la vue de l'Impala, garée non loin de là. Dean savourait son hamburger pendant que Mick et Sam mangèrent tout en réfléchissant à l'affaire en cours. Le cadet des Winchester interrogea son aîné.

- Cet histoire me fait penser à celle de Gavin MaCleod. Tu te souviens, Dean, le fils de Crowley qui était à bord du bateau « The Star » ?

L'intéressé rétorqua, presque la bouche pleine.

- Bien sûr que je m'en souviens ! J'étais là et c'était il y a tout juste quelques mois de ça ! Tu crois vraiment que j'ai une mémoire de poisson rouge, ou quoi ?

À l'entente du prénom « Crowley », Mick demanda.

- Attendez, vous parlez du Roi de l'Enfer ? « LE » Roi de l'Enfer ? Votre pote le Démon ? Il a un fils ?

- « Avait », corrigea Dean. Et ce n'est pas notre « pote ». Tu n'es pas le seul Anglais qu'on ne peut pas supporter, tu vois.

L'intéressé tiqua et justifia.

- En fait, je suis né à Drogheda, donc techniquement, je suis Irlandais. Et si vous ne pouvez pas me supporter, pourquoi je suis ici, alors ?

- Dean plaisante... rassura Sam. Il a toujours du mal avec les nouveaux. Ça fait neuf ans qu'on connaît Castiel et il le charrie encore.

Pour toute réponse, Dean sourit jusqu'aux oreilles tout en mâchant la fin de son hamburger.

Le téléphone de Sam se mit à sonner, il vibra au milieu de la table, là où il était posé. Le cadet lut le nom sur le portable et comme il avait les mains autour de son sandwich, il informa Mick.

- Décroche, je crois que c'est pour toi.

L'intéressé attrapa le smartphone et lut à son tour le nom sur l'écran : « Hobbit ». Il leva les yeux au ciel en décrochant.

- Mick Davies, j'écoute... Mr Ketch ? Oui, je suis avec les Winchester, nous sommes sur une affaire dans le Missouri... Mon portable n'a plus de batterie, je le rechargerai à l'hôtel en arrivant... D'accord, pas de souci... D'accord, tiens-moi au courant... Au revoir, bonne chasse à toi aussi.

Il raccrocha et sous les regards interrogateurs des frères, il annonça.

- C'était Mr Ketch. Il va partir chasser, mais sans Mary. Je crois que votre mère veut passer quelques jours à Lawrence.

Sam et Dean se lancèrent un regard complice, eux seuls se doutaient de la raison pour laquelle Mary veuille passer quelque temps dans cette ville. Mick rendit le téléphone à Sam, puis il questionna, le plus naturellement possible.

- J'ai peur de demander... Si Mr Ketch s'appelle « Hobbit » sur ton téléphone, c'est quoi pour moi ?

Dean, qui n'avait pas parlé depuis quelques minutes, puisqu'il s'empiffrait, répondit en riant.

- Toi, c'est « Frodon ». Et je te rassure, ce n'est pas que sur le téléphone de Sam. C'est aussi sur le mien et celui de maman.

Mick tiqua derechef et avoua.

- Je ne suis pas certain que cela me rassure...

Mais cette réplique eut au moins le mérite de faire sourire les deux frères.

Ils terminèrent de manger dans le calme. Après ça, Sam et Dean partirent se changer dans les toilettes pour passer leurs costards d'Agents de FBI. Encore une fois, Mick en était dispensé puisqu'il portait toujours son costume deux pièces bleu marine, sans cravate, qui lui donnait déjà un air de « premier de la classe ».

Une fois les Winchester prêts, le trio repartit sur la route. Dean voulait arriver avant la tombée de la nuit. Et il pria pour avoir un grand hôtel.

...

Lebanon, Kansas, au Bunker :

Après avoir appelé Mick, Ketch avait quitté le Q.G des Hommes de Lettres avec quelques collègues à lui. Il avait menti sur l'enquête à faire, mais il voulait avoir la certitude que son patron, ainsi que les chasseurs, seraient loin du Bunker durant les prochaines heures.

Lui et les autres arrivèrent chez Sam et Dean. En tant qu'Hommes de Lettres, ils avaient la clef de tous les Bunkers. Ils entrèrent donc sans difficulté. Chacun d'eux s'attelèrent à la tâche, faisant l'inventaire, posant des micros un peu partout, des caméras discrètes pendant que Ketch fouillait aussi en faisant son petit discours.

- Rappelez-vous les ordres : dès que nous seront partis, Dr Hess veut tout savoir sur nos amis, les Winchester. Leurs alliés, leurs habitudes, comment Sam a les cheveux aussi brillants, combien Dean a de chemises douteuses en flanelle... Donc travaillez vite, en silence et ne laissez aucune trace.

Il sourit à ses propres plaisanteries tout en se dirigeant vers les chambres, cherchant celles des deux frères. Une fois que la fouille serait terminée ici, il avait pour ordre d'examiner le bureau de Mick, au Q.G. Ni lui, ni le Dr Hess ne faisaient désormais plus confiance à l'Homme de Lettres. Tous deux le pensait corrompu par les Winchester. Si Ketch aurait réglé ce problème en logeant une balle dans le crâne de Mick, le Dr Hess, quant à elle, le voulait vivant. Elle s'était attachée à lui depuis que, adolescent, il avait tué son meilleur ami sous ses ordres pour prouver sa loyauté au Code. Le Dr Hess restait persuadé qu'elle pourrait le reconditionner et utiliser à son avantage les informations qu'il avait sur les Winchester...

À suivre...

Informations :

- Chaque titre des Parties aura une référence à un livre de Sherlock Holmes.

Ce détective a bercé mon adolescence et je trouve qu'il est bon d'utiliser les titres des œuvres d'Arthur Conan Doyle pour illustrer une enquête à la Winchester.

Ainsi, le titre de la Partie 1 : Le signe des trois.

Fait référence au livre : « Le signe des quatre ».

- L'histoire de Mick, sur sa malédiction et sa découverte des Hommes de Lettres, est racontée dans le 12.17 et n'est donc pas inventée par moi.

J'ai juste imaginé la « contre malédiction ».

- Il existe bien un musée sur le Titanic à Branson.

- La boîte vocale du téléphone de Castiel est celle qu'il a dans la Saison 12. Je n'ai encore rien inventé de ce côté là non plus.

...

La suite lundi prochain !