Coucou ! Voici le dernier chapitre de Blocage, j'espère qu'il vous plaira !

Merci à :

Mimi : coucou toi ! Ben écoute, j'ai pas vraiment de secret pour la traduction, c'est juste que je ne me débrouille pas trop mal en anglais...En tout cas, tu as de bonnes raisons de ne pas aimer le Draco/Hermione, même si je ne suis pas d'accord avec toi pour le Hermione/Ron (erk !). Et puis c'est vrai que le ptit blond va très bien avec Harry...Mais comme tu dis, ça m'étonnerait vraiment beaucoup que JKR vire au slash lol. Bisous !

Sailor Digitale : elle t'as fait plus d'effet cette fin-là ? C'est vrai que c'est très intense...C'est beau...Ils sont cute tous les deux ! Merci !

Ange Rogue : merci à toi ! Et à ce que je vois, les bottes de Charlie et la femme qui s'évanouit ont toujours autant de succès lol. Bisous !

Saael' : wow, je pensais pas te mettre dans des états pareils ! Je suis désolée...C'était pas voulu...enfin je suis contente que ça t'ait émue, parce que c'était quand même triste à la base lol. J'espère que t'es remise et que tu vas pouvoir affronter la fin qui est un joli happy end ! Bye ! Je viens de recevoir ton deuxième message : on se calme ! ! Je ne peux pas traduire un texte qui n'existe pas ! Et puis, il me faut un peu de temps quand même ! J'ai une vie ! lol. Mais j't'aime quand même, va...Et réconforte ton ange car la fin arrive !

Headmaze : ah la la, ces bottes en peau de dragon...quel succès, tout de même ! Merci pour ta review !

Chari : voilà, le dernier chapitre est disponible, et il y a une fin 'prolongée', tu verras...J'espère que ça te plaira ! Bisous !

Nicolina : merci merci ! Mais ne t'inquiète pas, je reviendrai bientôt avec une autre traduction de Blanche Malfoy, avec Harry et Draco en vedette ! Bisous et continue tes fics !

Elava: désolée, suite à un petit problème de mail non envoyé, je n'avais pas vu ta review...Tu me pardonnes? En tout cas, merci de m'être toujours aussi fidèle et je suis très contente que tu aimes ce que je fais, ça fait toujours plaisir! Et félicitations pour ton 14! Bisous!

Hedwige: oups désolée, toi non plus je n'avais pas reçu le mail de ta review, donc je n'avais pas vu que tu m'en avais envoyé une...Désolée vraiment, surtout que c'était une longue review, comme d'habitude d'ailleurs! Et c'est loin d'être une critique! Et oui, Harry est très compliqué et est un peu fille sur les bords, même s'il s'en défend! Je confirme, tes envolées lyriques sont magnifiques! Lol Mais c'est pas grave, il faut être fier de sa folie, regarde moi par exemple...Fière comme un coq! Enfin, plutôt une poule parce que j'ai pas changé de sexe jusqu'aux dernières nouvelles...Bon, moi aussi, je vais m'arrêter là! Bisous!

Et un gros bisou à Caro et Falyla !

AMOUR

Mes journées sans Draco étaient longues et tristes. Le premier mois, j'avoue que ce fut plus facile de ne pas penser à lui à chaque instant. J'eus de très bons moments avec mes coéquipiers, et le Quidditch était comme un deuxième amant pour moi. Dans le ciel, je me sentais chez moi. Le problème était quand je reposais mes pieds sur terre.

J'essayais de sortir et de m'amuser un peu, mais c'était inutile. Draco était à jamais dans mon sang. La nuit, c'était presque comme si la fièvre s'emparait de mon corps. Je m'embrasais chaque fois que je pensais à lui, à nous, et je priais pour qu'il m'attende vraiment.

Ma plus grande peur était qu'il tombe amoureux de Charlie. Je savais qu'à présent, ils enseignaient tous les deux à Poudlard et étant donné leur proximité, j'avais peur qu'il ne résiste pas. Je lui envoyais des lettres – tellement que j'en avais perdu le compte – juste pour lui assurer que mon amour était toujours aussi fort et que je reviendrais vers lui.

Cependant, mes premières lettres ne furent pas tant à l'eau de rose que ça, car j'étais alors trop énervé contre lui pour renoncer à notre relation aussi facilement. Je n'avais pas les pensées claires, évidemment. J'étais blessé. Je croyais que Draco me suivrait jusqu'aux portes de l'enfer si nécessaire – et je pense qu'il le ferait en un sens – mais ce ne fut que beaucoup plus tard que je réalisai qu'il voulait avant tout mon bonheur. Il voulait que je trouve ma voie, que je vois par moi-même ce dont j'avais envie.

Je crois que ça avait été dans les deux sens. Il m'avait laissé partir et moi, je n'avais pas fait d'effort pour rester.

Il me fallut cinq mois pour voir la vérité en face. Cinq mois pour me rendre compte à quel point j'étais stupide.

Le Quidditch était génial, j'adorais vraiment. Mais quelque chose manquait. Je souffrais tellement que ce me fut impossible de l'ignorer plus longtemps. Draco me manquait. Sans lui, rien ne comptait réellement. Sans lui, ma vie semblait fade. Peu importait le nombre de victoires que j'avais remporté, il n'était pas là pour les fêter avec moi. Ces victoires devinrent vides de sens, tout comme mon cœur.

Il ne m'avait pas écrit, ce qui m'énervait et m'inquiétait encore plus qu'auparavant. Je craignais qu'il ne se soit lassé de m'attendre et qu'il ne continue sa vie. Je l'imaginais en train de bécoter Charlie et ça me rendait malade. Ron me dit que Draco était seul. Hermione m'assura qu'il était aussi malheureux que moi.

Ce fut pourquoi je décidai de prendre une semaine de pause pour aller le voir à Poudlard. Le discours de Hermione m'avait ouvert les yeux. Ca et Sharon.

Sharon était une très belle top-model sorcière, blonde aux yeux bleus. Elle était sympathique, mais un peu ennuyeuse aussi. Elle s'était convaincue qu'elle était amoureuse de moi, mais je savais toute l'histoire. Elle aimait un autre joueur de Quidditch et voulait juste le rendre jaloux en sortant avec le grand Harry Potter. La presse semblait l'avoir en adoration, et je devais supporter des journalistes agaçants qui nous prenaient en photo et nous posaient des questions du genre 'où aurait lieu notre mariage'. Ouais, bien sûr. Comme si ça allait arriver...Si jamais je me mariais un jour, ce serait avec Draco et personne d'autre.

Mais Sharon m'aida également à me rendre compte de ma stupidité. Alors qu'elle monologuait sur un sujet débile, je pris la décision de rejoindre Draco. Je déposai quelques billets sur la table et la plantai là, au restaurant, et elle eut l'air perplexe, mais aussi blessé. J'espère qu'elle me pardonnera un jour.

Dès que j'arrivai à l'hôtel, je pliai bagages, en espérant que Dumbledore veuille bien m'accepter.

Mon entraîneur fut très énervé contre moi car j'abandonnai l'équipe, mais peu importait les amendes que j'encourais pour quitter l'équipe dans un match aussi capital, car Draco était plus important. Je dus payer cinq cents gallions d'amende pour mon insubordination pour avoir une semaine de libre. Rien d'autre ne comptait que Draco.

J'écrivis à Dumbledore pour lui demander si le poste de professeur de Quidditch était encore disponible et je fus bien content d'apprendre qu'il l'était. Madame Bibine en avait assez d'enseigner et elle voulait s'installer à Paris avec sa sœur. Elle eut l'air vraiment heureuse de savoir que j'avais fini par accepter le poste.

J'espérais simplement que ce n'était pas trop tard pour nous.

****

Après un si long voyage, j'étais épuisé et ne souhaitais rien d'autre qu'un lit dans lequel je pourrais dormir pendant des jours. Mon vol avait été extrêmement fatigant, et pour améliorer encore les choses, il pleuvait. Je jurai à voix basse tout le long du chemin menant à la Grande Salle et j'y trouvai Dumbledore qui me fixa de ses yeux bleus pénétrants remplis d'amusement. A côté de lui, Madame Bibine eut l'air très heureuse de me voir.

" Harry ! C'est bon de te voir ! "

" C'est bon de vous voir aussi, monsieur " dis-je en souriant. " Je sais que c'est imprévu mais pourrais-je rester ici une semaine ? "

" Eh bien, évidemment, mon garçon ! Ce serait un plaisir de t'avoir parmi nous "

" Merci, monsieur "

" Laisse tes valises ici. Je vais dire aux elfes de maison de les emmener dans la chambre de Draco "

J'eus un faible sourire, pas certain que ce soit une bonne idée.

" Vous pensez qu'il m'écoutera ? "

" Oh, je ne me fais aucun souci pour ça, Harry "

" Où est-il ? "

" J'ai bien peur que Draco ne soit allé faire une promenade "

" Quoi ? Sous cette pluie ? "

J'arrivais pas à le croire. Ce con se promenait sous la pluie ! Il devait être totalement fou pour faire une telle chose. Mais là encore, Draco avait toujours fait une fixation bizarre sur la pluie. Je ne savais pas vraiment pourquoi. J'aimerais lui demander pourquoi il aimait tant la pluie. Et vu l'état du ciel, on aurait dit la fin du monde. Et en plus, il faisait sacrément froid. Il pourrait attraper une pneumonie. Ne se préoccupe-t-il donc pas de sa santé ?

" Je vais le rejoindre " dis-je, maussade. " Savez-vous où il est allé ? "

" Je crois qu'il est vers le lac "

" D'accord " et je marmonnai quelque chose de beaucoup moins poli.

" M. Potter, avant que vous ne partiez, laissez-moi vous dire que je ne pouvais pas penser à une meilleure personne que vous pour me remplacer en tant que professeur de Quidditch. J'ai été bien contente de recevoir votre lettre. Vous n'en avez pas idée " dit Madame Bibine, le sourire aux lèvres.

" Peut-être pourrons-nous discuter un peu plus tard des dispositions quant à votre logement permanent " proposa Dumbledore avec un sourire énigmatique.

De toutes façons, il m'avait toujours regardé d'un air énigmatique, alors...

Mais je n'avais pas le temps de penser à Dumbledore et à sa façon bizarre de me dire des choses avec ses yeux. Je devais trouver Draco et lui mettre un peu de plomb dans la tête. Mais à quoi pensait-il, bon sang, pour sortir un jour aussi sinistre ?

Je songeai à faire apparaître un parapluie, mais en fait, je n'avais pas les idées bien en place. Je ne pouvais penser qu'à lui, même si la pluie me tapait sur le système.

On aurait dit que mes vêtements formaient une seconde peau contre mon corps. Merde...

Je le cherchai partout et finalement, alors que ma patience était à bout, je le vis appuyé contre un arbre et mon cœur s'arrêta. Mais j'étais trop énervé pour m'attarder sur sa beauté. Je me rapprochai de lui à pas rapides et il me repéra. Ses yeux vacillèrent, et je me demandai s'il n'était pas déçu de me voir s'il ne voulait pas que je sois quelqu'un d'autre quelqu'un comme Charlie. Cette pensée m'énerva encore plus.

J'enlevai mes lunettes – parce je n'y voyais vraiment plus rien à cause de cette satanée pluie.

" J'arrive pas à y croire ! Qu'est-ce que tu fous au milieu de cette putain de pluie ? J'arrivais pas à le croire quand Dumbledore m'a dit que je te trouverai sûrement ici ! " m'écriai-je. " T'essaies de tomber malade ? Ou peut-être que tu veux être frappé par la foudre ! C'est ça ? T'as des envies suicidaires ou quoi ? "

Il me regarda comme si j'étais un extraterrestre. Il ouvrit la bouche pour parler mais je le devançai.

" J'ai voyagé tellement longtemps pour venir ici ! Tu sais où j'étais ? Au Japon ! Je suis carrément crevé et tout ce que je veux, c'est un endroit chaud et agréable pour me reposer ! Et Dumbledore me dit que tu es ici et maintenant, regarde moi ! Je suis trempé ! C'est entièrement ta faute ! ".

Il me jeta un regard furieux et je me rendis compte que j'avais un peu dépassé les bornes.

" Va au diable, Potter ! Qu'est-ce que tu as ? Ca fait des mois qu'on s'est pas vus ! Je penserais que tu serais un tout petit peu moins crispé. Et c'est moi qui fait du cinéma ! Si t'as peur de trois gouttes, alors retourne au château. En fait, t'avais même pas à me rejoindre. Pourquoi t'es là, de toutes façons ? Si ma mémoire est bonne, tu ne m'as pas écrit ET je n'ai jamais entendu parler de toi depuis un bon bout de temps ". Il fit une tête bizarre, comme s'il se rappelait soudainement quelque chose de désagréable. " Si t'es là pour me dire que tu vas te marier avec un mannequin stupide et boulimique, je te jette un sort, Harry. Et ne crois pas que je n'ai pas le cran de le faire ! "

D'accord...Qu'est-ce que c'était que ce cirque ? C'était lui qui avait joué au mec distant, pas moi ! C'était moi qui avait tout laissé tomber pour le rejoindre, et non l'inverse. Je n'avais pas écrit ? Ouais, bien sûr. Et c'était qui ce mannequin d'abord ? Et cette histoire de mariage ? Il perdait la tête. C'était sûrement la pluie. [oh la la, quand c'est pas la faute aux bottes de Charlie, c'est la faute à la pluie lol]

" Mannequin ? Quel mannequin ? ". Je réfléchis et alors ça fit tilt : " Ah ! Tu parles de Sharon, c'est ça ? "

" J'en ai rien à battre de son nom. En fait, je ne veux même pas en entendre parler "

Il était jaloux. Comme c'était mignon.

" Je ne suis pas ici à cause de Sharon. Ou peut-être que si "

Il me lança un regard assassin. Je n'avais jamais vu ses yeux si sombres. Mais alors, tout à coup, son regard changea. Au lieu de me regarder avec fureur, il se mit à me contempler avec désir. Je pris ça comme un bon signe. Peut-être que tout n'était pas perdu pour nous deux.

" Ecoute, t'as sûrement dû voir cette photo de nous dans la Gazette du Sorcier. Ce n'est pas ce que ça semble être ! "

" Ca ne l'est jamais ! " dit-il, sarcastique.

Il avait raison. Cette excuse était le cliché le plus stupide au monde. Mais c'était la vérité.

" Non, je suis sérieux. Sharon est vraiment très ennuyante et rien ne s'est passé entre nous. La seule bonne chose qu'elle me rappelait était à quel point cet endroit me manquait ". Je soupirai. " Je déteste l'admettre mais tu avais raison. Etre un joueur de Quidditch n'était pas mon rêve, mais celui de Ron. Mais je devais partir et tu avais aussi raison sur ce point. Flûte ! Tu avais raison sur toute la ligne ! J'espère que t'es content parce que j'ai lamentablement échoué " dis-je amèrement.

Je détestais avoir tort.

" Pourquoi dis-tu que tu as échoué ? " demanda-t-il, perplexe. " Je comprends pas, Harry. Tout le monde t'aime. T'es encore plus célèbre que Krum ! T'as pas encore perdu un match ! Qu'est-ce que tu racontes, bon sang ? Tu n'as pas échoué, Harry. Loin de là. Pourquoi... "

" Si, j'ai échoué " répondis-je. " Peu importe toutes les victoires que j'ai remportées, car à la fin de la journée, il n'y avait personne pour partager ma joie. Les mecs de l'équipe étaient sympas, mais aucun d'eux n'était toi. Chaque putain de nuit, je te cherchais dans mon lit, mais je le trouvais vide. Tu m'as tellement manqué. Et cet endroit m'a manqué, aussi. Tu dis que je ne t'ai pas écrit, mais c'est faux. TU ne m'as pas écrit ! Pas une seule fois ! Moi, je t'ai tellement envoyé de lettres que j'en ai perdu le compte "

" Tu mens ! Tu n'as pas écrit, Harry. Par contre, je suis assez honnête pour reconnaître que je ne t'ai pas écrit "

" Mais je t'ai vraiment écrit ! Je te jure ! "

" Alors, où sont les lettres ? "

Et alors, comme par magie, Hedwige sortit de nulle part et jeta un paquet de lettres – mes lettres - dans les mains de Draco. Je la regardai, dans l'incrédulité la plus totale. Qu'est-ce que c'était que ce merdier ? J'en serrai les poings de rage.

" Hedwige ? Pourquoi n'as-tu pas distribué ces lettres à Draco ? Qu'est-ce que tu as, par l'enfer ? ! "

L'intéressée pépia vigoureusement, manifestement bouleversée. Si Hedwige ne s'était pas envolée à cet instant précis, je l'aurais étranglée. J'aurais dû savoir que quelque chose n'allait pas chez elle. Son comportement n'était pas à proprement parler normal. Il n'y avait qu'une seule explication à tout ça.

" Cette chouette est cinglée ! " m'écriai-je.

" Peut-être...peut-être qu'elle voulait simplement que tu reviennes " suggéra Draco d'une voix douce.

" Même...Ca n'a aucun sens "

Est-ce que les chouettes peuvent être stressées ? [ça, c'est de la question !]

" T'as déjà pensé à la thérapie ? " dit Draco.

" A la thérapie ? ". Je le regardai, déboussolé.

" Oui, pour Hedwige "

Oh, c'était une plaisanterie. J'étais tellement bouché quelquefois...[c'est déjà bon signe s'il s'en rend compte...]. Une thérapie pour Hedwige, Ouais, elle avait vraiment l'air d'en avoir besoin. Je souris à la pensée de Hedwige faisant une thérapie pour soigner son stress, pépiant furieusement contre moi et je réalisai à quel point j'avais été cruel de l'avoir emmenée loin de Poudlard sans même lui demander son avis. Draco et moi ne pûmes nous empêcher de rire.

" C'est marrant comme idée " dis-je.

" Ouais "

Pauvre Hedwige, malgré tout. Je ne m'étais jamais demandé si cet endroit lui manquait.

" Je crois que Poudlard lui manquait. Je pense qu'elle était en colère contre moi "

" Alors, elle a décidé de faire la grève " plaisanta Draco.

" Apparemment " dis-je en souriant.

Nous ne pouvions détacher nos regards l'un de l'autre et je tendis le bras pour lui caresser le visage. Comme ça m'avait manqué de faire ça.

" Tu m'as manqué. J'étais malheureux sans toi " avouai-je. " Je ne peux pas vivre sans toi. Malheureusement, j'ai encore cinq matchs à jouer, donc je dois retourner à Londres dans une semaine ". Ou sinon mon entraîneur mangerait mon foie comme dessert. Ouais, c'était un type bizarre. " Mais une fois la saison terminée, je serai le nouveau professeur de Quidditch de Poudlard. J'ai déjà parlé à Dumbledore et Madame Bibine était vraiment très heureuse de me voir. Elle veut partir à la retraite "

" Tu reviens vers moi alors ". Ses yeux s'éclairèrent.

En voyant son sourire, je me dis que je n'avais pas fait ce voyage pour rien et j'en oubliai même ma profonde colère.

" Je t'aime, Draco. J'espère que ce n'est pas trop tard pour nous. Je me rends compte que maintenant tu as Charlie mais... "

" Combien de fois dois-je te répéter que Charlie est un simple ami ? "

" Ben, il est beaucoup plus attirant que moi. Je n'aurais pas pu t'en vouloir si tu avais choisi de rester avec lui. Bien sûr, ça ne m'aurait pas empêcher de vous détester ". Je l'attirai vers moi et nos lèvres se frôlèrent. " Tu es superbe. Tes lèvres m'ont manqué. Il n'y a rien de plus doux que tes lèvres, Draco. Et rien de meilleur goût, aussi "

Je l'embrassai, impatient de sentir sa saveur qui m'avait tellement manqué.

" Est-ce que tu m'aimes encore, Draco ? " murmurai-je, craignant sa réponse.

" Qu'est-ce que tu crois ? Bien sûr que je t'aime encore, Harry "

Sa voix sembla me dire à quel point j'étais stupide d'avoir pu pensé ça. Je l'embrassai encore une fois. Je ne pouvais même pas décrire ce que je ressentais. 'Bonheur' n'était pas suffisant. Il m'étreignit, me montrant par chacun de ses gestes et chacune de ses caresses qu'il ne me laisserait plus jamais repartir.

" Je t'aime tellement " chuchota-t-il. " S'il te plaît, ne me laisse pas encore une fois... ".

" Non, promis. Je ne pourrais pas. Et je l'ai découvert de la pire des façons ". Je l'embrassai doucement. " On peut aller dans un endroit plus sec ? Ne le prends pas mal, t'es très bien avec tes vêtements plaqués contre ton corps comme ça, mais cette pluie me tape sur les nerfs ! Sans parler que mes lunettes sont dans un bel état ! "

Ce con me fit un sourire radieux et il me contempla avec un regard tellement intense que je souhaitai pouvoir savoir à quoi il pensait. Comme s'il avait lu mes pensées, il me rapprocha de lui et me murmura à l'oreille toutes les choses excitantes qu'il voulait faire avec moi – toutes sous la pluie. Soudainement, la pluie ne me parut plus si mauvaise que ça.

Particulièrement après qu'il m'eût soufflé : " J'ai envie de lécher chaque goutte d'eau qui tombe sur ta peau douce "

" Je crois que la pluie n'est pas si mauvaise que ça " murmurai-je alors que il me caressait d'une manière plus intime, me donnant des frissons.

" Ouais ". Et il m'embrassa comme si c'était la fin du monde.

Je m'abandonnai à son besoin, parce que c'était le même que le mien. Et j'étais là, à embrasser Draco Malfoy sous la pluie, mon ancien ennemi juré et à présent mon amant, mon ami, mon tout...[j'crois que je vais pleurer...]

****

La saison de Quidditch mit encore cinq mois à se terminer, mais cette fois-ci Draco et moi, nous nous envoyions des lettres presque tous les jours. Ses lettres étaient si sentimentales que si je les montrais à Ron et Hermione, ou à n'importe qui d'autre d'ailleurs, personne ne croirait que c'était lui qui les avaient écrites. Elles en furent d'autant plus spéciales pour moi.

Je n'avais plus peur de le perdre à présent car je serais bientôt de retour dans ses bras.

Le cinquième mois, mes coéquipiers organisèrent une fête délirante pour célébrer mes victoires et aussi ma dernière journée avec eux. La fête continua jusqu'à six heures du matin, mais je retournai dans mon appartement bien avant. Quand j'y arrivai, j'eus une délicieuse surprise.

Draco dormait comme un bébé sur le canapé. Je m'agenouillai à côté de lui, lui caressai les cheveux et il se réveilla peu à peu.

" Harry " marmonna-t-il avec un sourire et des yeux endormis.

" Qu'est-ce que tu fais là ? " demandai-je en lui rendant son sourire.

" Je suis venu te voir. Je ne pouvais plus attendre. Tu me manquais trop "

" Je suis ravi que tu sois venu mais tu n'étais pas obligé. Je prends le bus pour Poudlard demain "

" Pourquoi tu ne transplanes pas ? "

" Tu sais à quel point je déteste faire ça. En plus, j'aime contempler le paysage. Ca me rappelle de bons souvenirs "

" Je crois que je prendrai le bus avec toi alors. Ca sera une première "

" Tu n'es jamais monté dans un bus ? " demandai-je, interloqué.

" Ben, non ". Il semblait mal à l'aise. " J'en ai jamais eu besoin "

" T'es vraiment un aristocrate " le taquinai-je.

Il haussa les épaules. " Et alors ? "

Je secouai la tête et avant qu'il n'ait pu comprendre, je lui sautai dessus. Cinq mois de séparation ne semblaient pas être très longs, mais ça l'était, au moins pour mon corps. Je voulais le sentir et le toucher, prêt à tout pour le faire mien.

" Pourquoi est-ce que t'as mis si longtemps à venir ? " demanda Draco entre deux baisers.

" Mes amis ont organisé une fête en mon honneur pour me souhaiter bonne chance pour ma nouvelle vie "

" Une fête ? ". Il me lança un regard furieux. " Est-ce que c'était une de ces fêtes avec des femmes qui dansent nues sur les tables ? ". Il sentit mon haleine et fronça les sourcils. " Et je crois bien que tu as bu ! Est-ce que t'es bourré, Potter ? " [lol]

Il avait l'air tellement outré que je ne pus m'empêcher de rire. Il prit ça comme une insulte personnelle et me poussa hors du canapé. Cette scène avait un air de déjà-vu. Je riais tellement que je ne pouvais pas m'arrêter. C'est vrai, franchement, Draco était la dernière personne que j'imaginais avoir de grands principes moraux. Ou peut-être était-il simplement jaloux. Quelle que soit la raison, je continuai de rire jusqu'à ce que tout à coup –et ce, indéniablement pour se venger – il me jette de l'eau à la figure. [lol]

J'arrêtai immédiatement de rire et je le regardai, incrédule. Il se contenta de sourire victorieusement.

" Maintenant, on est à égalité " déclara-t-il, faisant référence à la fois où je l'avais giflé pour la même raison – un fou rire.

" Je te conseille de courir " dis-je très sérieusement.

Il haussa un sourcil et me lança une œillade langoureuse : " Vraiment ? "

" Oui " répliquai-je en lui renvoyant son regard.

Nos yeux se croisèrent d'un air de défi. Je me relevai lentement et le pourchassai dans toute la chambre. Je le saisis par derrière et nous tombâmes tous les deux sur le lit, en riant comme des gamins. Nos vêtements ne furent bientôt plus qu'un tas sur le sol. Il n'y avait aucune hâte dans nos gestes. Je caressai sa peau, comme si je pouvais la goûter avec le bout de mes doigts. Ses lèvres enflammaient tout ce qu'elles touchaient. Ses baisers liquéfiaient mon corps. Quand vint le moment de la jouissance, j'entendis des feux d'artifice, bien que je pense que c'était à cause d'un match de foot à côté. [lol]

" Si j'avais su plus tôt que tu serais là, j'aurais quitté la fête avant " dis-je, satisfait.

" Je voulais te faire une surprise "

Nous nous blottîmes l'un contre l'autre.

" J'ai seulement bu un verre, Draco, et même pas encore "

" Mais il y avait des femmes nues, hein ? " [lol]

" T'en fais pas pour ça. En plus, j'aurais trouvé ça plus intéressant si les femmes avaient été des hommes " fis-je, taquin, et il me pinça.

" Ne t'avise pas de faire ça, Potter "

" Arrête de m'appeler Potter, Malfoy "

il se pelotonna contre moi. " Je t'aime, Harry "

" Je sais "

" Connard " [bon, je vous explique : il y a un jeu de mot. 'Prick' veut dire à la fois 'con' et 'bite' (désolée pour le vocabulaire, mais c'est comme ça !), donc là, Harry le prend dans le second sens, regardez sa réponse. J'espère avoir été assez claire, parce qu'il y a pas trop de solution pour la traduction]

Je souris. " Seulement pour toi, bébé " [vous avez saisi ? Je sais, ça vole pas bien haut...]

Il eut un gloussement adorable.

" J'ai peur d'un truc " dis-je. [c'est reparti...]

" De quoi ? "

" Ben, maintenant tu vas enfin m'avoir tout à toi ". Je l'entendis marmonner un truc du genre 'Quelle modestie de ta part' et je poursuivis : " On va pratiquement vivre ensemble. Je vais dormir dans ta chambre... "

" Ah oui ? "

Je fronçai les sourcils et quand je le regardai, je me rendis compte que ce n'était qu'une simple plaisanterie.

" Bref, puisqu'on vivra ensemble, j'ai peur que tu te lasses de moi. Tout le monde m'a dit que l'amour ne durait pas, que ça finissait par nous rendre malheureux "

Il secoua la tête. " Qu'est-ce qu'ils en savent ? Ne sais-tu pas déjà que je ne me lasserai jamais de toi ? Ca m'a pris trop de temps et trop de travail pour t'avoir, Harry. Après autant de stress, je ne vais pas te laisser tomber aussi facilement. Peut-être qu'après quelques années, je n'arriverai plus te regarder...Tu sais comment je suis. Mais pourquoi s'angoisser d'avance ? "

Il dit cela avec tellement de sérieux que je le crus vraiment pendant un instant.

" Je plaisante, Harry " dit-il avec un grand sourire. " T'es tellement bête "

Nous inversâmes de position, et je me retrouvai sur lui. " Tu vas devoir payer pour ça "

" J'ai si peur " railla-t-il.

Nous commençâmes notre lutte amoureuse. Cette fois, nous n'avions pas envie d'aller doucement. Draco me mordit un endroit sensible de mon cou je le mordis en retour. Nous jouâmes à ce jeu pendant longtemps, se taquinant et s'aimant l'un l'autre jusqu'à l'aube.

Avant de s'endormir, Draco eut encore la force de plaisanter.

" Même si on sera malheureux plus tard, au moins on sera malheureux ensembles. Qu'est-ce que t'en dis ? Veux-tu être malheureux avec moi pour le restant de tes jours ? " demanda-t-il. |j'ai le droit de rire ?]

Je ris [ah ben je suis pas la seule !]. " Est-ce une demande en mariage ? "

" Oui "

" Je ne peux pas penser à une meilleure personne que toi avec qui passer le reste de ma misérable exixtence, Draco "

" Je te déteste, Harry " dit-il en souriant.

" Moi aussi je t'aime Draco "

Et nous scellâmes notre promesse par un tendre baiser.

FIN

Alors, c'était-y pas mignon ? ? Bon, ben vous me retrouverez bientôt pour un nouveau slash ! Enfin, n'hésitez pas à me faire part de vos commentaires ! Bisous tout plein !