Salut !

Voici un petit défi réalisé sur le thème : Votre Personnage se questionne sur la limite entre le bien et le mal.

Bon c'est pas grand chose, mais défi terminé.

SPOILERS SAISON 10 ! NE LISEZ PAS SI VOUS N'AVEZ PAS VU JUSQU'À L'ÉPISODE 7 DE LA SAISON 10.


Bill n'avait pas vraiment mal. Alors qu'elle sentait le changement dans l'air, le moine lui confirma ce qu'elle savait déjà. Son consentement était pur. Elle agissait par amour. Mais elle sentait déjà la culpabilité la rattraper. Elle venait ni plus ni moins de vendre son monde pour sauver le Docteur. Son tuteur, son « grand-père » comme elle l'avait appelé pendant plusieurs heures quand il s'était incrusté dans sa maison.

Depuis qu'elle l'avait rencontré, et qu'il l'avait pris sous son aile, elle avait énormément appris. Dissertation après dissertation, elle avait tenu sa part du marché et s'était appliqué. Si seulement elle avait su que son explication sur le voyage dans le temps qu'elle avait un jour écrit ne resterait pas longtemps de la science-fiction. Elle était heureuse de voyager avec le docteur. Elle découvrait énormément de choses.

Pourtant, ces voyages s'accompagnaient de prises de conscience violentes qu'elle ne savait pas toujours régler.

Qu'est-ce que la vie ? avait un jour demandé le Docteur dans une de ses lectures avant de partir dans des explications abracadabrantes sur la musique de l'univers et l'immortalité de certaines chansons. Elle avait juste souri, habituée à ce que l'homme parte dans tous les sens.

Y a-t-il une limite entre le bien et le mal ? avait-il demandé une autre fois, dans son bureau, avant de la laisser partir, prête à rédiger une dissertation sur le sujet. Elle n'avait pas compris. Pas tout de suite. Elle avait parlé de choix, de perspective, de la morale de Kant, de l'effondrement de la morale selon Nietzsche… Mais jamais elle n'avait approché réellement le cœur du problème dans une situation réelle.

Mais à courir d'un bout à l'autre de l'univers, à rencontrer des robots conscients d'eux-mêmes, à sauver des monstres et tuer des innocents, elle commençait à ressentir à un niveau beaucoup plus instinctif ce que le Docteur avait voulu lui montrer de façon intellectuelle.

Le Docteur avait tué. Mais il avait aussi sauvé tellement de personnes. Elle était en train de sacrifier toute une planète pour un seul homme. Et il les sauverait elle le savait. Et si sa culpabilité – infime mais réelle – à prendre sa décision, et l'espoir qui en résultait en était une indication, alors elle était certaine d'avoir joué un jeu dangereux mais qui allait s'avérer payant. Qui devait s'avérer payant. Elle pouvait aider à sauver tout le monde.

Il n'était plus question de bien et de mal, mais de vies à sauver.

Sauver tous ceux qui peuvent l'être, et continuer d'avancer malgré les sacrifices.

Le Docteur avait intérêt à se montrer à la hauteur.