Ha'ge Ohasu [L'être lumière] ~ Partie XIII Kaisu'es [Fraternité]


chapitre 5 Hu'a
[démon séducteur]

ooo

précédemment
Les battements du cœur de Ève s'emballèrent. Elle avait sentit la présence des trois hommes en plus de ses T'hylara, et surtout...

ooo

Spock, Jim et Ève sentaient la présence écrasante de Dochnesh, dont l'esprit était entièrement concentré sur elleux, et essayait de percer les défenses leurs kash-naf. La psyché de Spock avait aussitôt dressé une seconde barrière autour de leurs boucliers mentaux. La lutte était cependant difficile: Dochnesh avait gagné en puissance depuis leur première rencontre. Cette fois-ci, il tentait de soumettre leurs esprits au sien.

...
- Tukh-nisau ish-veh sarlha svi't'ama! Ri nam-tor T'ai'lu 'nach-veh naph-fo-dan-shidik ! [Il essaie de pénétrer nos esprits! Mes frères n'ont pas de barrière mentale pour les protéger]. S'inquiéta Ève en luttant pour ne pas céder à la panique. Il va faire du mal à mes frères !

- Hafa'uh shaula t'nash-veh heh thaka'uh t'du [Conserve ton calme et concentre-toi]. Conseilla Spock. J'ai confiance en toi: tu trouveras en toi un moyen de nous protéger avec ta Saïshen. De plus, pour le moment son intérêt est uniquement centré sur nous trois.

- Oui, je sûr que tu sauras faire une sorte de bulle de protection autour de nous. Renchérit Jim. Un bouclier de lumière positive! Ne doute pas de la puissance de ta Saïshen!
...

Ève respira profondément, Spock l'aida à retrouver son calme. Elle se laissa guider par son instinct de protection. De petites étincelles jaillirent autour d'elleux en crépitant. Elles s'étirèrent en étoiles dont les ramifications les entourèrent toustes les six, telles les arabesques de branches d'arbres couvertes de givre. Elles prirent la forme d'une sphère protectrice composée de délicates broderies de lumières. Chacune des brindilles de soie blanches était parcourue de fils de lumières jaunes-orangés et verts.

Azhular et Leonard contemplèrent cette magie féerique avec admiration. Ils ressentirent un profond soulagement en sentant la présence mentale de Dochnesh s'éloigner d'eux et devenir plus lointaine. Instinctivement, ils se tournèrent l'un vers l'autre et sursautèrent presque. Ils se voyaient! Ils voyaient leurs âmes et découvrirent qu'elle étaient à la fois singulièrement semblables et complémentaires.

Car cette sphère protectrice avait modifié la structure de l'espace-temps autour d'eux. Elle révélait les ombres claires-obscures des émanations psychiques de leurs esprits.

Sikan ouvrit de grand yeux, bien conscient cependant que cela n'était qu'une illusion de mouvement, en voyant ces formes humanoïdes apparaître. Il sut instinctivement que ce qu'il voyait révélait les mois profonds de ces Humanoïdes. Illes étaient étonnement identiques à ce que leurs comportements pouvait permettre de déduire de leurs personnalités respectives.

Au centre, se trouvait la source de ce bouclier de dentelle protectrice: la silhouette de l'Humaine. Une forme d'un blanc pur, étincelant mais doux, délicatement irisé. Elle diffusait un amour irradiant qui parvenait à s'immiscer à travers les barrières de ses Kash-naf sans les altérer. À la droite de l'Humaine se tenait un être composée de verts et de jades profonds aux nuances opalines rayonnantes de sérénité et de bienveillance, le Commandant Spock? À la gauche de T'sai Ève, ce ne pouvait être que le Capitaine Kirk, tout d'ocres-orangés flamboyants et d'ors volontaires et passionnés. Toustes trois se tenaient par la main, mais à ces jonctions de leurs corps éthérés, les couleurs se mélangeaient, comme si leurs énergies s'inter-pénétraient.
Sikan y vit une preuve de cette fusion mentale dont lui avait parlé l'Ambassadeur Sarek.

Sikan tourna son regard. Il fut surpris par l'impression de puissance et de maîtrise de soi qui se dégageait de l'esprit du Klingon, silhouette de carmins et de vermeils incandescents comme les braises sur lesquelles il suffirait de souffler pour qu'elles s'enflamment. Celle du médecin Humain était composée d'azurs, de turquoises et de saphirs, lumineux, étincelants et ardents comme une lente combustion. Il se dégageait de chacun d'eux des ondes de chaleurs enveloppantes, aux vibrations semblables à celles des battements d'un cœur. Ces deux humanoïdes étaient des mâles aux esprits de feu dont les instincts de protection étaient extrêmement développés. Eux aussi se tenaient par la main, mais le phénomène de mélange des lumières était nettement moins important.

Sikan regarda ses propres mains, d'un gris uni et mate, comme sans vie. Sikan rectifia, non, pas sans vie. Son esprit était expurgé de toutes ces émotions futiles et inutiles, sa pensée avait été forgée avec rigueur dans les fers exigeants de la logique et de la raison.

Étrangement, Ève ne ressentait plus aucune peur. Plus que jamais, elle sentait, s'écoulant dans sa conscience, la force spirituelle de ses T'hylara. L'inaltérable optimisme volontaire de Jim, l'incorruptible énergie mentale de Spock. À elleux trois, rien n'était impossible.

Doshnech prit la parole avec concupiscence :
- ET BIEN, ET BIEN, MA GOURMANDE. TES DEUX VIGOUREUX AMANTS NE TE SUFFISENT PLUS?

.

...
- Va-tor ish-veh ra? [Qu'est ce qu'ille raconte ?] S'étonna Ève naïvement

- Ille sous-entend que Azhular, Bones et cet Amiral sont tes amants. Expliqua Jim, ne sachant pas s'il devait s'en amuser ou s'en irriter.

(Le trio ne se rendit pas compte que, enveloppés par leurs lumières protectrices, leurs "protégés" entendaient leurs pensées. Grace à cette étrange fusion mentale , Bones et Azhular comprenaient même les mots en Vulcains alors qu'ils ignoraient tout de cette langue. Fascinés par cette étrange façon de parler, ils n'intervinrent pas, croyant que le trouple parlait "normalement")

- Mais ille est complètement à coté de la plaque, Môssieur machin! Ashau nash-veh Azhular heh Bones, k'ek' khaf-spol t'nash-veh! Hi, nam-tor au Os-sa-kai t'nash-veh ! [J'aime Azhular et Bones, de tout mon cœur, mais ils sont mes grands frères!] S'indigna Ève. Heh ri nam-tor nash-veh skamau fundaultk sanok-fam Halitra-lan Le-suma ! [Et je ne suis en aucune façon attirée par le déplaisant Amiral glaçon!]

(Tout l'amour qu'elle leur portait était quasi palpable alors qu'elle prononçait ces mots, et cela emplit les cœurs de ses frères d'une force considérable. Par contre, Sikan en fut vivement incommodé mais il se retint de protester)

- L'amiral applique avec rigueur la discipline du T'san'at [maîtrise des émotions]. Expliqua Spock très calmement

- Ses lieutenants Skitra et T'kin aussi, mais ils ne dégagent pas cette condescendance glaçante! Répliqua Ève. On peut appliquer rigoureusement le T'san'at et la logique sans pour autant devenir aussi désagréable. La preuve : ton père n'est pas comme ça!

-Ac-ruth'es [Certes]. Concéda Spock impassiblement
...

.

Ève essaya de communiquer avec Dochnesh, en prononçant les mots comme si elle parlait avec sa bouche :
- L'Amiral n'est pas mon amant, pas plus que le Docteur McCoy et le DevwI' Azhular! Pourquoi sommes-nous ici?

Il y eut un silence. L'avait-il entendue?

Malgré tous ses efforts, Dochnesh ne pouvait plus avoir un total accès aux esprits de Jim, Ève et Spock. Cette sphère de lumière blanche court-circuitait son pouvoir. Ille ne perçut donc pas leurs échanges autrement que par leurs silences. Sa frustration était perceptible.

- Répondez-lui! Gronda Azhular

- PATIENCE MA BELLE. PATIENCE MON MIGNON. VOUS ALLEZ COMPRENDRE.

- Mon mignon? ! Mais il se prend pour qui, celui-là? S'indigna le Klingon

.

...
- Dochnesh entend nos paroles lorsque nos esprits les prononcent comme si nous parlions avec notre bouche, mais pas quand lorsque nous les partageons via notre Kash-naf. Déduisit Spock.

(Bones, Azhular et Sikan comprirent: c'était donc pour cela qu'illes parlaient de cette façon étrange, mi-Vulcain mi-Standard! Ils avaient accès aux pensées qu'illes partageaient via leur lien mentaux. Aucun d'eux ne révéla la situation, Bones et Azhular pour ne pas les mettre mal à l'aise et Sikan car il trouvait cette promiscuité mentale extrêmement embarrassant.)

- Tant mieux! S'il fallait abaisser ce bouclier pour communiquer avec ça, je crois que nous ne pourrions pas résister longtemps à ses assauts mentaux. Ajouta Jim. N'hésite pas à puiser dans nos énergies si nécessaire.

- Oui. Je le ferai.
...

.

Dochnesh re-dirigea donc son attention sur les trois autres Humanoïdes dont une partie des pensées superficielles lui étaient encore accessibles. Il étaient certes un second choix. Cependant, ille pouvait semer la zizanie entre elleux et affaiblir leurs liens en révélant les bassesses de leurs minables mesquineries respectives. L'idée lui plut au plus haut point.

Ille se rapprocha d'abord de celui qui était, en apparence, le plus faible des trois : le docteur McCoy.
Leonard sentit aussitôt cette présence écrasante roder autour de son esprit, qu'allait tenter de faire ce monstre? La main de Azhular se serra dans la sienne et Leonard eut la sensation que son Amant lui communiquait son indomptable volonté. Son angoisse reflua.

Dochnesh éprouva de la satisfaction: les angoisses intimes de cet Humain étaient si facilement discernables, si primitives. Ille n'eut même pas besoin d'aller de fouiller dans ses pensées profondes:
- HUM, UN MÉDECIN... SI INTÈGRE. SI ENTIÈREMENT DÉVOUÉ À SA VOCATION. JOINS-TOI À MOI, DOCTEUR McCOY! ET TU DÉTIENDRAS LE POUVOIR DE GUÉRISON ABSOLU! PLUS AUCUN DE TES PATIENTS NE MOURRA!

...
- Il arrive quand même à deviner leurs pensées! S'alarma Ève en luttant contre sa panique

- Probablement, mais il n'a semble-t-il aucun pouvoir hypnotique sur eux. Répliqua aussitôt Spock, toujours aussi calme. Faute de quoi, il ne se donnerait pas la peine de faire de telles propositions. Nam-tor korsan t'nash'veh nekwitau-bosh [Ta protection est efficace.]

- Par contre, ce démon va les tenter un à un! Comprit Jim
...

Bien qu'une demie-seconde soufflé par le culot une telle proposition, (le prenait-il donc pour un idiot?) le docteur répliqua avec mépris :
- Le jour où je croirai aux miracles et à la poudre de Perlimpinpin, je vous ferai signe. Répliqua Bones. Gardez vos vaines promesses pour les imbéciles qui auront la stupidité de croire à vos mensonges!

...
- Pan! Prend ça dans les dents! Ne put se retenir d'exulter Ève.

- Je reconnais bien là notre "bon" docteur ! Jubila Jim aussitôt avec fierté. Qu'est ce que je peux aimer son sale caractère!

- HA! Nam-tor ko-veh ved lo'uk ! [Oui, il est vraiment génial!] Renchérit Ève avec admiration

- ... poudre de perlimpinpin... intéressant. Je ne connaissais pas cette expression. Remarqua Spock tranquillement. Notre inflexible Bones possède vraiment l'art de la répartie!

(Trois remarques, trois compliments, Bones ressentit une vive émotion. Il ne savait pas que Spock aussi le surnommait Bones, et cela lui fit plaisir de le découvrir)

- C'est en effet le moment idéal pour enrichir ton vocabulaire. Ironisa Jim

- C'est toujours le bon moment pour découvrir de nouvelles choses. Plaisanta doucement Ève. Notre Spock est un scientifique! Et tout scientifique qui se respecte a toujours l'esprit en éveil!
...

Dochnesh n'accorda aucun intérêt à la réponse du médecin. Ille reporta son attention sur Azhular. À cause de cette sphère protectrice, ille n'avait aucune prise sur lui, aucun moyen de l'hypnotiser pour le soumettre à sa volonté. Ille observa alors rapidement son esprit bouillonnant. Les Klingons étaient une race d'humanoïdes si peu évolués. Azhular se crispa mais résista autant qu'il put à cette tentative d'intrusion, avec toute son opiniatreté. Il sentait que Leonard avaient en lui une confiance absolue et cela décupla ses forces mentales.

- UN KLINGON! Jubila Dochnesh. UN GUERRIER-NÉ! JE VOIS QUE LA DÉLICIEUSE VIOLENCE DE TES ANCÊTRES GUERRIERS COULE DANS TON SANG INDOMPTABLE... HUUM... TON SANG ROYAL. CE N'EST PAS TON JEUNE COUSIN QUI DEVRAIT ÊTRE CHANCELIER, MAIS TOI!... PRÊTE-MOI ALLÉGEANCE, ET JE TE DONNERAI LE POUVOIR ABSOLU! TU SERAS ROI COMME TON NOBLE ANCÊTRE !

Sikan eut des difficultés à contenir son vif étonnement. Comment se faisait-il qu'un héritier Klingon ait accepté ce poste subalterne à bord d'un vaisseau de Starfleet? De plus, selon ses informations, le Chancelier Tamek avait l'âge d'être le grand père de Azhular, pas son "jeune cousin". Cette situation était totalement incohérente!

- Tu as un siècle de retard, pauvre naze! Et mon honneur est déjà engagé. Répliqua Azhular avec une morgue cinglante. Un Klingon ne combat que pour une noble cause."La délicieuse violence de mon peuple de guerrier" que tu sembles tant apprécier va venir te botter le cul en profondeur!

Oui, Azhular le savait, il était Qo'noS cho'wI', l'Héritier. Il avait fait son devoir en assurant la stabilité du pouvoir, en ne revendiquant pas cette couronne, en la laissant entre les mains de Tamek. Azhular avait été souillé par son esclavage. Prétendre au trône aurait provoqué d'interminables guerres de clans. Et il voulait que son peuple soit uni. Rien n'était plus important. Il n'avait aucun regret. D'ailleurs son cousin assumait cette responsabilité de façon juste et digne.
Comment ce crétin de Dochnesh avait-il pu imaginer qu'il ait ces stupides rêves de pouvoir? Parce qu'il pensait souvent à Qon'oS? Parce que celles et ceux qu'il avait aimé·es vivaient toujours dans sa mémoire et son cœur? Ce Dochnesh ne comprenait donc rien aux sentiments!

...
-Nam-tor Os-sa-kai t'nash-veh ved lo'uk [Mon grand frère est vraiment génial!]. S'extasia à nouveau Ève. Ma nash-veh veed niiiii taurauik Os-sa-kai-lar [j'ai vraiment des grands frères siiiii merveilleux!]

(Azhular savait que c'était un cri du cœur, et le sien se remplit de fierté, tandis que la main de Leonard se resserrait dans la sienne. Chacun d'eux avaient la sensation de percevoir physiquement l'amour de l'autre dans chacune des cellules de leurs corps)

-Intéressant euphémisme doublé d'une fascinante métaphore militaire. Commenta Spock très sérieusement.

- À croire que Bones a déteint sur lui. S'amusa Jim

- Azhular est aussi atrabilaire que Bones, voire plus. Ajouta Spock comme s'il énonçait la conclusion d'une expérience scientifique, mais Azhular le prit, à juste titre, pour un compliment.

- Ne dit-on pas qui se ressemble s'assemble? Dit Jim

- L'expression "botter le cul", tu la connaissais ? Demanda Ève

- Oui, je l'ai déjà entendue dans la bouche de Bones.
...

Stupéfait, Dochnesh resta silencieux pendant une demi-minute. Ille se concentra à nouveau sur le Klingon et trouva son point faible:
- KLINGON INSOLENT! JE VAIS PULVÉRISER VOS MINABLES VAISSEAUX, ET J'ENVERRAI MES HOMMES VIOLER TON MIGNON JUSQU'À CE QU'IL EN CRÈVE!

Azhular allait répliquer avec rage mais Bones le retint:
- Ne réponds pas à sa provocation minable! Il sait qu'il n'a pas de prise sur toi, alors il se venge en me menaçant.

Azhular prit une grande respiration et parvint à retrouver un semblant de calme, mais son sang restait incandescent et comme de la lave. Son aura semblait avoir pris feu, un incendie qui entourait à présent la silhouette de son précieux Amant, comme pour tenter de le protéger.

Sikan regarda avec mépris cet Humanoïde incapable de contenir ses affects primitifs. L'attention de Dochnesh se tourna vers lui, oppressante, et il éprouva soudain une difficulté à respirer... impossible, seul son esprit était en ces lieux.

Cette fois-ci, Dochnesh prit mieux le temps d'examiner correctement cet esprit, de le décortiquer afin de mettre à jour ses aspirations secrètes les plus profondes. Ce Vulcain possédait certes ces boucliers mentaux propres à sa race, mais ses aspirations étaient si puissantes qu'elle suintaient de ces remparts imparfaits.
À cause de la barrière protectrice de la Sishen, Dochnesh ne pouvait pas le soumettre lui non plus. Mais s'ille lui faisait la bonne proposition, ille pouvait semer le doute en son esprit, et provoquer la division entre lui et les amis de Ève.

- UN VULCAIN! FROID. RATIONNEL. PARFAIT. Dit-il en feignant l'admiration à la perfection. TOUTES CES FUTILES ÉMOTIVITÉS SONT INSUPPORTABLES, N'EST-CE PAS? FAIBLES HUMAINS ET KLINGONS IMPÉTUEUX SOUMIS À LEURS AFFECTS RÉPUGNANTS, ET À LEURS PENSÉES SI IRRATIONNELLES! ILS POURRAIENT SOUILLER ET CONTAMINER TON NOBLE PEUPLE. ET RIEN N'EST PLUS PRÉCIEUX QUE VULCAIN... RÉFLÉCHIS-Y...

Sikan se figea en entendant ces mots qui reflétaient si bien ses pensées

Dochnesh se tut, satisfait de lui-même. Cette fois-ci, ille avait réussi. Ille avait trouvé le point faible de ce Vulcain. Ille laissa ses mots imprégner et flatter l'orgueil de celui-ci.

.

...
-Il n'est pas possible qu'un homme aussi rationnel et intelligent que l'Amiral puisse penser des choses aussi absurdement racistes ! S'indigna Ève. N'est-il pas sensé pratiquer comme toi, Spock, la «Tu-Surak» [voie de Surak] et suivre ses enseignements qui disent «Nam-tor olozhika he utvau natyafam, skasau ish-veh kanok hasular u'ka» [«La logique et la raison sont impartiales: elles traitent tous les humanoïdes comme des égaux.»]?

Spock ressentit une secrète fierté à ce que son épouse cite aussi naturellement les paroles de Surak, mais il maîtrisa si rapidement cet orgueil qu'aucun de ses T'hylara ne le perçut.

- Tu as remarqué à quel point il méprise tout ce qui n'est pas Vulcain. Lui répondit Jim. S'il applique rigoureusement les To-gav k'olozhika [lois de la logique] et le T'san'at [contrôle des émotions], par contre, il a totalement oublié la tolérance et Kol-ut Shan [IDIC].

- Fascinant. Se contenta de dire Spock. Il semblerait que Dochnesh ait le pouvoir de lire les angoisses enfouies au fond des esprits afin de les manipuler. C'est sans doute ainsi qu'ille a enrôlé les Krupsu et les Humanoïdes arachnoïdes

- Mais pourquoi alors ne nous a-t-ille pas fait ces propositions à nous aussi ? S'étonna Ève. Il y a plein de choses qui m'angoissent terriblement. En plus l'Amiral est Vulcain, n'a-t-il donc pas de Kash-naf pour se protéger de ça?

- Les Kash-naf de l'Amiral sont faibles comparées aux nôtres, Expliqua Spock. Elles ne sont pas sur-entraînées.

( Sikan n'avait aucune honte de ses opinions concernant la légitime et logique supériorité de la culture Vulcaine, laquelle devait servir de modèle pour tous les peuples de la galaxie. N'en déplaise à ces stupides Humains sur-émotif-ves, il suivait de façon rigoureuse la Tu-Surak, et appliquait sans faillir le to-gav k'olozhika et le T'san'at. Par contre, il fut mortifié par ces derniers propos. Comment son mental de Vulcain pouvait-il être moins fort que celui de cet hybride et surtout de ces deux Humains?)

- Sur-entraînées ? Ah oui, à cause de notre Kash-nov [fusion mentale] permanente. Comprit Jim

(Que disait donc cet Humain? S'insurgea Sikan. Qu'ils soient capable de fusionner ponctuellement leurs esprits, il finissait par y croire. Mais de façon permanente? Il était impossible que des Humains soient capables d'accomplir une prouesse psychique que très peu de Vulcain parvenait à réaliser!)

-Exactement, Jim. Acquiesça Spock tranquillement. Nos Kash-naf respectifs sont devenues instinctives. Nous n'avons eu de cesse de les renforcer et de les adapter au fur et mesure que nous avons tous les trois acquis cette capacité. De plus, nous savons à présent utiliser l'énergie psychique de nos Saïshens pour les renforcer. Dochnesh ne peut ni les briser, ni les contourner

- Oui, c'est vrai, grâce à toi! Poursuivit Ève. Nous savons tous les trois que la plus grande angoisse de Bones est de ne pas parvenir à sauver une vie. Pas besoin d'être médium pour le savoir. Mais pour Azhular, ille était totalement à coté de la plaque : mon grand frère n'a jamais-jamais eu ces ridicules idées de conquête du pouvoir, ça j'en suis sûre et certaine. Êtes-vous sûrs que Dochnesh ne s'est pas encore trompé? Insista Ève espérant de toutes ses force que cet Amiral ne puisse pas être aussi raciste.

- Je ne pense pas que Dochnesh se trompe pour l'Amiral. Rétorqua Spock. Comme tu le dis, les angoisses de Bones sont évidentes, c'est un médecin...

- Il irait jusqu'en enfer s'il estimait que ça pouvait sauver des vies. Ajouta Jim

- Là c'est l'hôpital qui se fout de la charité, Jim. Répliqua Ève comme si elle avait entendu les pensées de Bones qui se disait exactement la même chose

- Je te renvoie le compliment! Reprit Jim. Dochnesh a considéré Azhular uniquement en tant que Klingon, pas en tant que personne. Par contre, ille n'a pas fait la même erreur avec l'Amiral. Tu remarqueras qu'ille a pris plus de temps avant de lui faire ces propositions.

- Tout à fait, ille a pris de temps de détecter les réelles aspirations de l'Amiral. Confirma Spock. Afin que ses propositions correspondent à ses aspirations les plus profondes
...

.

Sikan n'eut pas le temps de leur rétorquer que leurs propos étaient totalement irrationnel, Dochnesh reprit la parole avec emphase :

- TON PEUPLE EST UNE MAGNIFIQUE CIVILISATION, SUPÉRIEUREMENT ÉVOLUÉE, LUI SEUL DEVRAIT DIRIGER L'UNIVERS DE SA GRANDE SAGESSE! ET TOI NOBLE SIKAN, TU DEVRAIS EN ÊTRE LE GUIDE SUPRÊME. TU ES NÉ POUR ÊTRE CE GUIDE! PRÊTE-MOI ALLÉGEANCE! ET JE RÉALISERAI TA DESTINÉE !

Oui! Guider son peuple et imposer à tous la noble kahr'y'tan [la voie Vulcaine]
C'était tentant... oh, si tentant...

- L'amiral Sikan est un homme d'honneur! JAMAIS il ne trahira jamais la confiance de son peuple! S'indigna Ève avec véhémence. Il ne sera jamais un tyran comme vous!

Sikan sursauta.
... trahir? Trahir la confiance de son peuple... ?

Un violent dégoût de lui-même se répandit soudain en lui.
Il lui sembla qu'une part de son esprit se déchirait, que son sang se figeait et se changeait en glace dans ses veines. Jamais de sa vie il n'avait ressenti une telle souffrance
- Un Vulcain ne se déshonore pas en trahissant sa parole. Parvint-il à répliquer froidement. Nous vous vaincrons lors d'un combat honorable et vous ne pourrez plus nuire.

D'une certaine façon tout ce qu'il avait vu et entendu depuis qu'il était monté à bord de ce vaisseau s'était inscrit dans un coin de son esprit. Les propos de l'Ambassadeur Sarek sur la logique de l'acceptation des Humains tels qu'ils étaient ; le récit de l'Ambassadeur Sèjàl et sa critique de la logique pure dénuée de sentiments ; les joyeux débats amicaux où les participants de races différentes se découvraient, avec une jubilation perceptible, plus de points communs culturels que de différences ; la lumière-Saïshen de Tsaï Ève... et cette tolérance, cette bienveillance qu'il avait tant méprisées...
L'IDIC était partout présente à bord de ce vaisseau, presque vivante, palpable autour de lui... il y avait puisé des forces pour repousser ce Hu'a [démon séducteur]

...
- Bénie soit l'intransigeance Vulcaine! Pensa Jim avec soulagement

- L'Amiral est connu en effet pour son esprit inflexible. Renchérit Spock

- Je vous avais bien dit que Dochnesh s'était encore trompé! Que l'Amiral ne pouvait pas avoir de telles pensées! Il est juste un peu orgueilleux, c'est tout! Nous avons tous des défauts! Moi non plus je ne suis pas parfaite!

- Oui, tu as raison. Reconnut Spock.
...

Cette bienveillance...
Comment pouvaient-illes avoir aussi aveuglément confiance en lui ? Songea Sikan avec douleur. N'avaient-illes pas compris qu'il n'en était pas digne, que ce monstre avait réellement mis son esprit à nu sous leurs yeux?

Dochnesh ne s'estima pas vaincu pour autant. Ille sentait qu'il y avait encore moyen de fragiliser ce Vulcain, ille sentait que son esprit était perturbé, ille pouvait davantage l'affaiblir mentalement

- À présent, laissez-nous repartir. S'exclama Ève.

- NON, J'AI ENVIE DE M'AMUSER ENCORE UN PEU AVEC VOUS! .

Sikan sentait qu'une bonne partie de... la pensée de ce Dochnesh était toujours tournée vers lui, assiégeait ses kash-naf affaiblis, fouillait son esprit... La terreur montait lentement en lui. Il n'avait nulle part pour le fuir ou se cacher du monstre qui parvenait à fissurer ses barrières mentales malgré le bouclier de lumière blanche. Et cette lumière sombre n'avait en aucune façon la bienveillance de celle de T'sai Ève!

- Non! Hurla Ève. LAISSEZ-NOUS-PARTIR!

Sans même le contrôler, elle émit une Saïshen à la foi éblouissante et intense. En une fraction de seconde, illes furent libérés.
Illes se retrouvèrent au mess, entouré·es de silence. Leur sensation de soulagement fut immédiat.
Sikan parvint de justesse à retrouver l'intégralité de son contrôle mental. Nul ne devait savoir sa déchéance. Jamais.

- Dochnesh vous a à nouveau kidnappés. Constata Sarek avec un calme qu'il ne ressentait pas.
Son fils était en vie! Sa bru, son gendre étaient en vie! Il percevait les émotions de son Épouse de façon quasi-physique.

- Oui. Mais Ève est parvenue à nous arracher à son attraction morbide. Répondit Jim sans se donner la peine de cacher sa fierté à son égard.

- Combien de temps cela a-t-il duré cette fois-ci? Demanda Spock

- 36.54 minutes. Répondit Sèjàl, la voix étonnement vibrante
Il avait compté chaque seconde avec anxiété. Malgré sa longue vie parmi les Humains, jamais il n'avait ressenti une telle inquiétude. Le soulagement qu'il éprouvait à présent en était presque... douloureux ? ?

La Teikogu Senta se contenta d'émettre un soupir discret.
Elle avait voulu rejoindre le Trouple royal dans cette sphère noire pour tenter de les protéger. Mais Sarek et Sèjàl l'avaient retenue. Ils lui avaient expliqué que ni sa grande force physique, ni sa puissante volonté morale et sa vive intelligence, ni son couteau ou son phaser, ne pourrait malheureusement leur être d'aucune utilité. Elle avait toujours détesté être impuissante! Elle avait rongé son frein avec difficulté. Kalaï Senta était prête à offrir sa vie, sans aucune hésitation, sans aucun regret, en échange de celles de ces Honorables Personnes qui avaient apporté tant de bienfaits aux peuples de sa planète bien-aimés et d'Epsylon-Prime. Heureusement, si Kôgo-Ève avait l'air épuisée, elle était indemne.
Toutes les personnes présentes au mess avaient pu constater à son insistance à vouloir aller les aider, quitte à en mourir, que sa loyauté envers le Capitaine, le Commandant et T'saï Ève était absolue.

- Moi, j'ai l'impression que ça a duré des heures! Retorqua Azhular
Il ceinturait la taille de son Leonard avec possessivité, se contrefichant du qu'en dira-t-on, mais Bones ne le repoussait pas. Il était trop soulagé d'être de retour et de constater que personne n'était blessé. Et le corps puissant de Azhular était si tangible contre le sien, si rassurant. De toute façon, nul ne songeait à lui faire de remarque à propos de cette démonstration d'appartenance.

- Moi aussi. Confirma le médecin.

Ève s'affaissa soudain contre Jim, et de lourdes larmes se mirent à dévaler avec abondance sur ses joues alors qu'un sanglot lui montait à la gorge. Jim l'entoura de ses bras, sans que Sikan, lui-même occupé à tenter de gérer ses pensées bouillonnantes, ne songe à désapprouver ce manque de contrôle émotionnel.

Amanda n'y tint plus. Avant que Sarek n'ait le temps de la retenir, elle se leva précipitamment et vint prendre Ève dans ses bras. Jim n'en prit pas ombrage, au contraire. C'était exactement ce dont avait besoin sa bien-Aimée. La jeune fille ne résista pas et s'abandonna à cette étreinte si maternelle, sa lumière jaillit doucement et les entoura toutes les deux de sa douce aura.
Spock dut contenir sa vive émotion à la vue des deux femmes de sa vie ainsi enlacées. Jim posa brièvement la main sur son épaule

...
- Oui, Spock. Nam-tor ish-veh vaksurik, [C'est beau], juste beau. Pensa-t-il. Ta mère est vraiment adorable!

- Fai-tor nash-veh [je sais]. Se contenta de répondre Spock.

L'intense réconfort que ressentait Ève circulait le long de leur Reh-vla-talikal kash-naf, et c'était puissamment apaisant, comme si eux aussi étaient tendrement câlinés. Sans qu'ils n'y fassent attention, ils émirent eux aussi une légère aura de Saïshen.
...

- C'est fini, c'est fini, mon enfant. Murmurait Amanda en lui caressant les cheveux et en l'embrassant tendrement sur les joues et le front... C'est fini. Tout va bien se passer, ma Chérie. Tu n'es pas seule. Nous sommes tous là, avec toi, tout va bien. Tout va bien.
Le tutoiement fut comme un réconfort supplémentaire

- Que c'est-il passé à l'intérieur de cet espace-temps parallèle? Demanda Sarek d'une voix à la fois calme et douce.

Ève leva le nez de l'épaule de Amanda. Elle prit une grande respiration et essaya de trouver les mots.

- Dochnesh, il... il a essayé de soumettre nos esprits... de lire nos pensées... mais comme mon bouclier l'en a empêché... alors... alors il a essayé de corrompre Bones et Azhular et l'Amiral... il a pu voir quelques unes de leurs pensées... alors il leur a proposé des... des trucs... des trucs insensés ! Mais il s'est trompé... complètement trompé... pour tout les trois! Ils lui ont tous les trois dit non!

- Logique. Se contenta de répondre l'Ambassadeur impassiblement
Et pourtant, cela résonnait comme un compliment.

Nul ne vit Sikan se raidir imperceptiblement

- Ne pleure plus, ghaytan loQ be'nI'wI! [ma petite sœur bien-aimée] Gronda Azhular d'une voix bourrue. N'oublie pas que tu m'as promis des filleuls et je les veux! Alors, tu as intérêt à vaporiser ce putain de machin prétentieux avec ta fichue lumière!

Ève posa sur lui de grand yeux mouillés et ne put retenir un sourire amusé:
- Voui! Approuva-t-elle en reniflant. Tout plein de mini-Spock et de mini-Jim!

- Quelle idée adorable! Approuva Amanda, attendrie à cette seule idée.

- C'est en effet un projet bien plaisant! Sourit Jim en échangeant un regard complice avec Spock

- Mouais! S'ils ont la moitié de la foutue gentillesse de Ève, ce sera une catastrophe! Ronchonna Azhular. Et quand je vois leur future grand-mère... Bon sang, ça va être un total désastre!

Ève ouvrit de grand yeux surpris. La Teikogu Senta, qui était restée silencieusement en retrait, ne put se retenir d'éclater de rire. Séjàl montra de l'amusement. La future grand-mère comprit parfaitement l'allusion et lui répondit par un grand sourire. Sarek haussa un demi-sourcil. Ce Klingon avait une façon bien particulière de montrer son attachement. Et cette pudeur était étonnement rafraîchissante.

- Ça veut dire quoi, ghaytan? Demanda Ève en essuyant ses larmes d'un revers de ses longues manches.

Azhular rougit si fort que cela se vit nettement sur sa peau noire. Il était pris en flagrant délit de démonstration de tendresse (un vrai Klingon n'est pas tendre, jamais):
- ...euh... exaspérante! Mentit-il

Nul ne fut dupe.

- Vraiment ? Insista Spock tranquillement

Sarek remarqua du coin de l'œil l'absence de réprobation de la part de Sikan face à ces étalages, plus que naturels, d'émotions Humaines. Cela l'intrigua. Les yeux des deux Vulcains se croisèrent.
Sikan était trop raide, sa main droite tremblotait imperceptiblement. Sarek comprit. L'Amiral, bien que parfaitement calme et contrôlé en apparence, était émotionnellement compromis. Sarek savait à quel point la douce Saïshen si aimante de sa Bru pouvait être déstabilisante pour un Vulcain. Ce devait encore pire avec la lumière sombre de cet être maléfique, laquelle devait être uniquement composé des affects les plus abjects. À cette pensée, Sarek eut presque un frisson de dégoût, immédiatement contenu.
Sikan se rendit compte que l'Ambassadeur avait déduit son état mental. Et pourtant, son regard neutre sur lui n'était que compréhension et bienveillance. Comment avait-il pu se permettre de juger et condamner l'attitude pourtant irréprochable de ce Vulcain ?

L'ambiance commençait à se détendre mais Sikan prit la parole, lentement, en essayant de ne pas montrer son état de choc. Mais il ne put empêcher sa main droite de trembler encore. Il la referma en un poing. Il avait besoin de le verbaliser:
- Cette chose, ce Dochnesh... c'est...

- Le mal absolu. Compléta Bones, toujours prisonnier des bras de Azhular. Comme celui des légendes primitives.

- L'assemblage de tous les affects les plus vils et immondes. Décréta Sikan. Il doit absolument être détruit!
Il réprima une onde de profond dégoût.

- En attendant, je pense que suite à cet enlèvement, vous devriez tous prendre du repos. Proposa Sarek de sa voix raisonnable. Vous me semblez tous épuisés.

- Je dois prendre mon quart ce matin. Répliqua aussitôt Kirk, dont le sens du devoir était toujours en éveil. Et je suis déjà en retard.

- Certes. Mais je suis sûr que l'un de vos hommes peut prendre le relais, Capitaine. Intervint Sèjàl. Prenez au moins la matinée.

...
- Ève est émotionnellement affaiblie, Jim. Elle a besoin de notre soutien à tous les deux. Pensa Spock dans l'esprit de Jim. Sèjal et mon père ont raison. De plus la situation ne présente pour le moment aucun danger
...

- Ok. Céda le Capitaine. Lieutenant Sulu. Je vous confie le commandement.

- Aye, Capitaine. Répondit Sulu. Comptez sur moi pour vous avertir immédiatement au moindre problème

- Je n'en attendais pas moins de vous. Approuva le Capitaine.

- Attendez! S'exclama McCoy avec un autorité toute médicale
Il dégaina le médicorder de sa sacoche de ceinture et Azhular accepta enfin de le lâcher.

McCoy analysa l'état de santé de Ève, de Kirk puis de Spock, aucun d'eux ne broncha. Protester était inutile, et de toute façon, illes étaient en parfaite santé

- En accord avec mes collègues les docteurs Sarek et Sèjàl. Déclara-t-il en lançant un regard complice aux ambassadeurs. Je nous prescris une matinée de repos obligatoire! Pour vous aussi, DevwI'Azhular!
Il regretta aussitôt sa familiarité. Mais Sarek ne parut pas plus choqué que Sèjàl qui souriait. L'Ambassadeur Vulcain hocha discrètement la tête, montrant qu'il comprenait et acceptait l'innocente plaisanterie

- Pas de piqûre, cette fois-ci ? S'étonna Ève.

- Non, mon Petit. Répondit-il avec tendresse. Mais si vous y tenez, j'ai toujours un hypospray de fortifiant de disponible pour vous trois.

- Non merci! Répliqua aussitôt Kirk comme si on venait de le condamner à une peine de mort par décapitation

- Quel courageux Capitaine vous faites! Railla le Docteur.
Il eut le plaisir de provoquer le rire de Jim et Ève, et même un lever de sourcil approbateur de Spock

- Amiral Sikan, acceptez-vous que je vous examine? Proposa McCoy persuadé de recevoir un refus catégorique.
Même si ce gobelin-là lui était profondément antipathique, il se devait de l'ausculter, lui aussi.

- Faites votre travail, Docteur. Répliqua-t-il

Le Docteur promena sur lui son médicordeur et fronça les sourcils. Il détecta un fort surdosage de cortisol et d'adrénaline* qui allaient croissant. Pour ne pas dire un dosage beaucoup trop important pour un Vulcain. Ce n'était pas un Pon Farr, il n'en reconnaissait pas les signes. Mais l'Amiral devait être à la limite du débordement émotionnel. McCoy ne se permit aucune remarque. Lui proposer un calmant alors qu'il donnait l'impression d'être parfaitement calme et contrôlé reviendrait à l'humilier aux yeux de tous en révélant son état.
Spock avait lui aussi été soumis à un stress intense lors de cet enlèvement, mais son dosage hormonal était nettement moins élevé. Peut-être que sa part Humaine l'avait aidé à gérer ce surcroît de stress.

- Je vous conseille à vous aussi une matinée de repos. Se contenta de dire McCoy

- Je ferai selon votre prescription, Docteur.
Sikan avait puissamment besoin d'une séance de méditation, le plus tôt possible serait le mieux.

ooo

à suivre
Le trio parti d'un coté pour rejoindre le hangar, avec pour projet de refaire un exercice de lumière avant midi. Sikan, McCoy et Azhular montèrent dans un turbofleet pour retourner dans leurs quartiers respectifs.


Voilàààà... Notre cher Sikan s'est pris une bonne grosse gifle bien méritée... qui a biiien dégonflé son stupide melon vulcano-centriste.

Ça vous a plus?

ooo

le coin médical
futura(tiret) sante questions-reponses divers-sont-hormones-liees-stress-3069
La manifestation d'un stress est toujours le résultat d'une réaction hormonale en chaîne. Car en fait, pas moins de cinq hormones entrent en jeu :

L'ACTH est sécrétée par l'hypophyse, une glande située à la base du cerveau. Son rôle est de stimuler les glandes surrénales, qui à leur tour libèrent le cortisol.

Le cortisol a pour but de fournir au cerveau un apport en énergie suffisant pour nous préparer à faire face au stress. Il intervient notamment dans la régulation de la tension artérielle, de la fonction cardiovasculaire, de la fonction immunitaire.

L'adrénaline, elle, prépare l'organisme à répondre au stress : le rythme cardiaque et la respiration s'accélèrent, la pression artérielle augmente.

L'ocytocine intervient notamment au niveau de notre comportement en société. Elle est aussi particulièrement impliquée dans la relation mère-enfant.

La vasopressine enfin, est également appelée hormone antidiurétique. Elle permet de réguler les fonctions urinaires et la pression sanguine. Elle joue un rôle important dans la gestion de l'anxiété.

Source : interview du professeur Martine Duclos, service de médecine du sport et des explorations fonctionnelles, CHU Clermont-Ferrand.