Ha'ge Ohasu [L'être lumière] ~ Partie XVI Na'fainu-fam [Vers l'inconnu]


chapitre 3 Pu'aik Saïshen
[Saïshen féeriques]

oOo

Précédemment
Sikan était satisfait. Cette Amirale n'allait pas empêcher Spock et Jim d'aller à la recherche de T'saï Ève. Après ce qu'ils avaient accompli tous les trois, ce n'était que justice qu'ils soient à nouveaux réunis.

ooo

Il n'y avait pas de tour de transmission électro-magnétique à Saej-Zhi. Ève ne voulait pas incommoder les habitantes avec sa Saïshen. Sagz emmena donc Ève et Aïshima à la sortie de la ville, dans une jolie clairière où paissaient paisiblement des jiisk [pucerons géant] au regard doux.

Toutes les Saejiennes savait où la Sishen allait et ce qu'elle y ferait. Ève se retrouva finalement au centre d'un cercle de spectatrices, arrivées avant elle, qui se placèrent à une distance respectueuse. Elle ne s'en offusqua pas. Elle comprenait leur curiosité. C'était naturel: jamais aucune d'elle n'avait vu la Saïshen d'une Sishen, cette lumière étrange qui protégeait leur planète. Et les regards étaient tous bienveillants mais pas insistants. Ève en était sûre, si elle leur demandait de partir pour la laisser seule, elles le feraient sans insister.

- Vont-elles vous déconcentrer? S'enquit Sagz, la maire de Saej-Zhi, confirmant sans le savoir l'intuition de Ève. Souhaitez-vous que je leur demande de partir?

Ève adressa à la foule un gentil sourire puis répondit à la maire.
- Non, je comprends leur curiosité, cela ne me pose pas de problème. Je vais commencer, je vous conseille de vous éloigner de moi. Ma Saïshen peut avoir des effets particuliers.

Aïshima ne put se retenir de prendre sa fille dans ses bras et de déposer sur sa joue un tendre baiser. Ève ne la repoussa pas.
Ève n'avait jamais connu cela. Sa mère Humaine avait été aimante... enfin... Avec du recul, Ève prenait conscience du vide béant laissé par le comportement distant de sa mère. Jamais de câlin, de geste de tendresse, jamais un mot pour l'encourager ou la soutenir... que ce soit de la part de son père ou de sa mère. Elle n'avait manqué de rien, sauf d'amour. Elle comprenait à présent l'origine de cette soif éperdue d'aimer et d'être aimée.
Jour après jour, tendresse après tendresse, Aïshima soignait sans le savoir ce manque affectif que même l'amour éperdu de Jim et Spock ne pouvait combler.
Ève lui rendit son étreinte, l'embrassa et lui adressa un affectueux sourire.

Sagz et Aïshima rejoignirent les autres spectatrices. Ève ferma les yeux, se concentra...

OOO

L'Amirale Tanya Shallet avait à présent hâte de rencontrer le Capitaine et son Commandant, de parler avec ces hommes qui avaient réussi l'exploit de gagner à la fois la loyauté de Klingon et le respect des Vulcains, sans jamais renier les principes moraux de Starfleet. Elle et l'Amiral Sikan étaient retournés à son bureau.

- Je me dois de vous informer que le Capitaine Kirk et le Commandant Spock sont devenu des Sishen au contact de T'Saï Ève, leur Épouse et ...

- Des Sishen? L'interrompit l'Amirale. Que voulez-vous dire?
Elle aurait peut-être dû lire les rapports transmis par l'Ambassade Vulcaine. Mais, finalement, non. Car elle avait agi ainsi par rectitude et non par négligence. Elle voulait se faire une opinion par elle-même, sans être influencée par quiconque, aussi n'avait-elle compulsé que les dossiers de demande d'utilisation de l'Enterprise.

- Les Sishen sont des Humanoïdes d'apparence très proche de celle des Humains. Ils sont natifs du peuple de la planète Zhuiyi-Xim. Lui expliqua Sikan. Les Sishen ont le don d'émettre une forme atypique de lumière nommée Saïshen...

Si ces mots n'avait pas été prononcés de façon aussi froide et détachée par un Vulcain, l'Amirale n'en aurait pas cru un seul. Des Humanoïdes capables d'émettre de la lumière!

-... Cependant, tous les Zhuiyi-Xim ne sont pas porteurs de lumière, ils représentent à peu près 10% de la population. T'Saï Aïshima Zojia est l'Ambassadrice de ce peuple. Elle a pris part en tant qu'observatrice aux débats de la conférence de Babel. Elle est elle-même une Sishen.

- Oui! Maintenant que vous m'en parlez, je me souviens que les Zhuiyi-Xim envisagent de demander de faire partie de la Fédération des Planètes Unies... et comment cette Tsaye Ève a-t-elle obtenu ce don?

- L'Ambassadrice Aïshima Zojia est la mère de T'Saï Ève. Lui révéla Sikan
Cette information n'était pas classée confidentielle, et était susceptible d'impressionner favorablement cette Amirale.

- ...ah... cela non plus, ils ne l'ont pas mis dans leurs rapports.

- T'Saï Ève leur a transmis ce don. Reprit Halitra Sikan comme s'il n'avait pas comprit la question implicite. Ils s'entraînent actuellement à émettre de la Saïshen afin d'entrer en contact avec leur Épouse. Il serait judicieux d'attendre qu'ils aient fini.

- Ils émettent de la lumière comme des Sishen? S'étonna l'Amirale Shallet avec un vif intérêt qu'elle ne se donna pas la peine de cacher. Vraiment?
Elle allait pouvoir par elle-même vérifier de la véracité de ces informations. Que ce soit cette incroyable faculté à émettre de la lumière ou cette histoire "d'entrer en contact" avec leur épouse, alors qu'elle se trouvait à un nombre considérable de parsec de la planète Terre.

- C'est ainsi qu'ils communiquent avec T'sai Ève. Cela constitue leur seul moment d'intimité avec elle de la journée.

- Je veux voir ça! Décréta l'Amirale

- N'avez vous pas compris ce que je viens de vous dire, Amirale Shallet? Il s'agit d'un moment intime. Insista Sikan en parvenant à mettre l'accent sur le mot intime

L'Amirale Shallet avait parfaitement compris, mais sa curiosité était la plus forte. Elle devait savoir. Elle tenta de le provoquer:
- Vont-ils s'envoyer en l'air devant nous?

- Pardon? Demanda Sikan, perplexe. Que signifie cette expression?

- Peu importe. Je VEUX voir cela, sinon je leur refuse leur requête.

Sikan s'autorisa à froncer un demi sourcil afin de montrer sa totale désapprobation. Sur son épaule Kur'ek'zer grommelait de mécontentement à propos de cette it-fam Ko-Qom'i lautuv [indiscrète Humaine têtue]

- Ko-fosh-lan T'kin [lieutenante T'Kin]. Dit Sikan à son assistante en sortant de son bureau. À la demande de l'Amirale Tanya Shallet, nous allons rejoindre le Capitaine et le Commandant dans la salle d'entraînement.

Sikan avait choisi T'Kin comme assistante pour sa grande intelligence et sa capacité à comprendre les sous-entendus. Tout comme lui, elle avait un grand respect pour le Capitaine Kirk et ses ami·es. Elle avait pu juger de leur valeur lors de leur voyage vers Dochnesh.
Ko-fosh-lan T'kin avait parfaitement décelé les infimes signes de désapprobation de Halitra Sikan et elle partageait entièrement son désaccord. Cependant, cette Humaine était la supérieure hiérarchique du Capitaine Kirk, elle était parfaitement dans son droit. T'Kin déduisit que Sikan allait logiquement emmener cette Humaine en choisissant le trajet le plus long. Il la prévenait ainsi afin qu'elle ait le temps d'avertir les amis proches du Capitaine Kirk et du Commandant Spock. Ce qu'elle fit dès qu'illes sortirent de la pièce.

Halitra Sikan mena l'Amirale à travers un long dédale de couloirs.
Jim et Spock commençaient à peine à émettre leur lumière lorsque Sikan fit entrer l'Amiral Shallet dans la salle. Sikan était très mécontent vis à vis de lui-même car aucun de ses arguments n'étaient parvenu à la faire changer d'avis.

Bones, Séjal et Sikan les y rejoignirent moins d'une minute plus tard, indignés.

Concentrés sur leurs émissions de Saïshen dont ils redirigeait l'énergie dans leur Reh-vla-talikal'kash-naf , Spock et Jim ne prirent pas conscience de leur présence. Diamant vert sur l'épaule de Spock, Lash'a se garda bien de distraire ses K'diwalar [bien-aimés] : Korsausu'Sikan [Sikan-le-Protecteur] était là. Lash'a savait qu'il veillerait à ce que nul n'interrompe cette union des Saïshen.

Spock et Jim se tenaient par une main, ils avaient le visage serein. Leurs Saïshen tourbillonnaient autour d'eux en camaïeux de volutes vertes, émeraudes, jade, ambre, or, ocres jaune, orangées, corail... magnifiques.
Tanya Shallet n'en croyait pas ses yeux et put retenir un sentiment d'émerveillement.

- C'est d'une totale indiscrétion! Protesta Bones à mi-voix pour ne pas déranger ses amis. Vous ne pouvez pas faire cela! Vous devez respecter leur intimité et sortir immédi... oooh!

Les observateurs sursautèrent presque et restèrent bouche bée, à l'exception de Sikan qui parvint de justesse à contenir la violence de son émotion: une orbe blanche irisée venait de jaillir de leurs mains unies. Il entoura le couple d'un trait d'albâtre diaprée. À l'intérieur de ce halo féerique, leurs corps devinrent peu à peu translucides, et se soulevèrent doucement à quelques centimètres du sol. Une silhouette de nacre opaline apparut entre Spock et Jim. Elle avait nettement une forme humaine. Elle glissa ses bras à la taille de Jim et Spock, qui firent de même avec elle et entre eux. Leurs Saïshen se mêlèrent avec harmonie.

-LoQ be'nI wI (ma sœur) ! S'exclama aussitôt Azhular. Jik'ta! Je reconnaîtrai cette lumière entre milles!
Il l'avait si souvent subie en ronchonnant des protestations. Et maintenant, il aurait donné une fortune pour que Léo et lui puissent se la prendre à nouveau dans la figure, cette fichue lumière!

Sans se rendre compte de ce qu'il faisait, Azhular se rapprocha de Leonard et lui saisit la main avec possessivité. Il avait besoin de partager ce moment de bonheur avec son ghautan QI'tu Sor [bien-aimé arbre-oasis]. Leonard ne le repoussa pas, au contraire, il resserra ses doigts autours de ceux de son Satané Gamin. Leurs esprits de précipitèrent aussitôt l'un contre l'autre, tels deux aimants. Leurs Naph-fo-dan [boucliers mentaux] jouèrent parfaitement leur rôle, avec naturel, leurs esprits s'adaptèrent l'un à l'autre sans effort. Azhular et Leonard eurent un aperçu de ce que pouvaient ressentir leurs ami·es. Ce sentiment d'harmonie absolue, d'avoir trouvé sa place dans le grand chaos de l'univers.

- Que se passe-t-il ? Parvint à articuler l'Amirale Shallet dès qu'elle retrouva l'usage de la parole face à ce fabuleux phénomène totalement sur-réaliste.

- Cet Être de Lumière Blanche est T'Saï Kumau katra k'hagal [Dame qui éveille l'esprit par la lumière]... T'saï Ève. Expliqua Sikan impassiblement. Elle se trouve actuellement dans un univers parallèle au nôtre. C'est de cet endroit situé à des parsecs de ce monde qu'elle projette cette énergie spirituelle. Comme je vous l'ai dit, ce partage de Saïshen est leur seul moyen de communication.

L'Amirale Shallet ne parlait pas Vulcain. Elle pensa que ce surnom interminable était un titre honorifique typiquement Vulcain.
- Qu'a dit le Lieutenant Azhular?

- Le Lieutenant Azhular a adoptée T'Saï Ève comme petite sœur.
Il était inutile de lui préciser qu'elle avait à présent des gènes en commun avec lui.

- Le Klingon l'a adoptée comme sœur? Répéta l'Amirale, incrédule.
Décidément, cette visite lui assénait une suite ininterrompue de sources d'étonnements.

- J'adopte qui je veux comme je veux. Ronchonna Azhular pour masquer son émotion.

Mais l'Amirale Shallet n'était pas stupide. Elle devina les puissants sentiments fraternels que ressentait ce Klingon, cet amour qu'éprouvait tous ces hommes, en fait. Une immense et profonde amitié les liait toustes entre elleux. Même ce froid et impassible Sikan faisait partie de cet étroit cercle d'ami·es.

- Spock, Kirk et Ève sont mentalement inter-connectés grâce à leurs lumière. Intervint Séjal. Cet orbe lumineux qui les entoure est vraisemblablement la matérialisation électro-magnétique d'un espace-temps divergent, résultant de la jonction de l'espace-temps de la planète Chzizv où se trouve Ève et de celui de l'endroit où nous sommes. C'est une sorte de trou de verre composé de Saïshen. Leurs essences vitales sont unies, leurs esprits sont à la fois ici et là-bas. Ils ne peuvent communiquer entre eux que lors de cette fusion électro-magnétique et mentale. Cela ne leur est possible qu'une fois par jour et requiert une somme considérable d'énergie mentale.

- C'est pour cette raison que j'avais insisté sur l'aspect intime de ce moment. Renchérit Sikan

- Je comprends qu'ils veillent maintenir cette connexion le plus longtemps possible jusqu'à l'épuisement. Intervint Bones d'une voix émue. Ils ont toujours été si fusionnels! Je vais leur prescrire plus de fortifiants et de repos

- Alors ça, Léo, il faudra que tu parviennes à convaincre Spock de se reposer et à faire accepter à Jim un hypospray. Railla Azhular qui avait oublié la présence de cette Amirale. 'oH neH Doch jim jISuvvIpbe' (c'est le seul truc que Jim craint)

- laH mo' spock tlhejmeH. (Spock saura le raisonner). Il me suffira d'en avoir toujours sur moi

Le médecin parlait Klingon? ! L'amirale Shallet se tourna vers eux et sursauta : le Docteur McCoy et le Lieutenant Kyuoshi émettaient tout deux, eux aussi, des auras de lumière. Les deux hommes se tenaient côte à côte, main dans la main, et leurs Saïshen écarlates et azur s'enlaçaient passionnément autour d'eux.

- Amiral Sikan? L'interpella-t-elle. Voyez-vous ce que je vois?

Sikan se tourna vers elle à contre-cœur, puis regarda McCoy et Azhular. Ce qu'il vit ne l'étonna même pas: il savait que ces deux hommes étaient en couple, et que T'Kahael Ève les aimait comme des frères.

- Oui, je le vois. Constata-t-il impassiblement. T'Saï leur probablement légué un don de Saïshen à sa mort

Sikan comprit mieux un certain nombre de leurs comportements. Il ne se donna pas la peine d'expliquer à l'Amirale les implications psychiques de ce don. Grâce à cette lumière, ces deux hommes partageaient un embryon de Kash-naf, lequel leur permettait vraisemblablement de se communiquer leurs émotions... voire plus, car il comprit à présent pourquoi Hakausu T'Raya [Guérisseuse T'Raya] avait demandé à retourner à bord de l'Enterprise, quelques jours après qu'elle ait diagnostiqué la renaissance du Reh-vla-talikal'kash-naf du troupe. Cette fois encore, l'Amirale aurait posé trop de question.

- Et cela ne vous étonne pas plus que cela? S'étonna-t-elle

S'il avait été Humain, Sikan aurait haussé les épaules
- De la part de ces Hommes, plus grand chose ne m'étonne. Répliqua-t-il simplement

Ils restèrent ainsi pendant plus d'une demi-heure, incapables de bouger, fascinés par cet étrange spectacle d'une si grande beauté.
Lash'a émit un faible bourdonnement, et les trois silhouettes tournèrent leurs visages vers eux, irradiants de bienveillance. Les Saïshen de McCoy et Azhular flamboyèrent, tandis que les deux hommes perçurent l'étreinte aimante et fraternelle de l'esprit de Ève tout contre les leurs. Séjal fut à son tour caressé par une tendre lumière affectionnée et fut heureux de cette marque d'amitié. Même Sikan, à sa grande surprise, fut enlacé par une lumière douce et affectueuse.

Puis les silhouettes s'étreignirent, comme pour se retenir les unes les autres, avec une sorte de désespoir. Il leur devenait difficile de continuer à produire cette lumière, mais ils persistèrent énergiquement jusqu'à ce que la fatigue ne les vainquît. La silhouette blanche se dissolut, l'orbe disparut, et les corps de Jim et Spock redevinrent tangibles.
Les deux hommes tombèrent à genoux tandis que McCoy et Azhular se précipitaient vers eux.

- Jim ! Spock!

-... ça... va... Dit Jim avec difficulté. ... ne vous... inquiétez ...pas

- ... Ève nous a transmis un grand nombre d'informations importantes. Articula Spock lentement

- ... il faut... contacter... les astrophysicien et les...

- HORS DE QUESTION. Mugit McCoy avec autorité. Il faut vous REPOSER! ORDRE du médecin.

- ... mais... tenta de protester Jim.

- ... ORDRE DU DOC ! Gronda Azhular, comme s'il menaçait de les égorger avec ses dents. Ça peut bien attendre cet après midi!

Spock et Jim tentèrent de se lever, mais n'y parvinrent pas. Sans faire de manières, Azhular passa son bras à la taille de Spock et le mit debout. McCoy fit de même avec Jim. Aucun des deux ne protesta

- C'est comme ça à chaque fois? Demanda Séjal qui s'était approché d'eux, inquiet. Cette grande fatigue?

- Non.

- Vous mentez mal Capitaine. Rétorqua Séjal avec un sourire triste. Il est nocif pour votre santé de pousser vos organismes ainsi dans ses limites!

- ...allez... trois mère-poules pour le prix d'une! Grommela Jim

- Pardon? S'étonna Séjal.

-Tu es aussi... enquiquinant... que Bones et Azhular! Expliqua Jim avec une fausse mauvaise humeur

Le "reproche" était à la fois un compliment et un aveu d'amitié. Et Séjal l'apprécia à sa juste mesure

- Parle pour toi! Grommela Azhular, mécontent
En tant que guerrier Klingon, il ne pouvait pas se permettre d'apprécier un tel compliment.

- Tu vas voir combien je suis enquiquinant! Grogna McCoy, faisant mine d'être vexé. Tu vas avoir droit à une double dose d'hypospray!

- Tu es décidément sans pitié! Protesta Jim sans grande véhémence.

Ils firent quelques pas vers la cabane de repos

- Nous ne voulions pas être indiscrets. Reprit McCoy, mal à l'aise. Mais lorsque nous avons appris que l'Amirale Shallet voulait absolument vous voir, nous...
Le docteur hésita, embarrassé

- ... pas grave... Ève a été réellement heureuse de vous voir par nos yeux. Leur révéla Jim

- Oui, nous avons senti sa fichue lumière. Ronchonna Azhular

Ils pénétrèrent dans le 'nid douillet'. Sikan empêcha l'amiral Shallet d'entrer avec eux dans la petite chambre.

- Vous en avez assez vu. Affirma-t-il d'un ton qui ne permettait pas de réplique.

Cette fois-ci elle n'insista pas.

- Qu'est ce que c'était vraiment? Qu'est ce que j'ai vu? Demanda l'Amirale, incrédule
Avait-elle eu des hallucinations?

- Séjal d'Epsylon-Prime vous l'a déjà expliqué. Le Capitaine Kirk et le Commandant Spock sont devenu des Sishen au contact de leur Épouse. Ils parviennent à communiquer ensemble par la pensée lorsqu'ils émettent une vive lumière. L'aura blanche que vous avez vue est celle de T'sai Ève.

- Le Docteur et le Lieutenant aussi? Ils sont aussi des Sishen?

- Vraisemblablement, oui, ils sont aussi devenu des Sishen, mais dans une moindre mesure. Et ils ne peuvent pas communiquer mentalement avec elle.

- Et vous et l'ambassadeur Séjal aussi?

- Non. Lors de ce contact mental, T'sai Ève nous a transmis des affects... amicaux. Répliqua-t-il impassiblement.
Il était Vulcain. Il parvint à ne pas lui révéler le plaisir qu'il avait ressentit à ce contact, ni à quel point il s'en était senti honoré.
Sur son épaule, comme par contagion, Kur'ek'zer irradiait de bien-être. Elle avait absorbé une infime quantité de Saïshen. Elle brillait autant qu'une émeraude exposée sous les rayons d'un soleil. Sikan percevait cette énergie positive, ce bonheur serein, irradier en lui, et c'était indescriptiblement agréable.

L'Amirale Tanya Shallet resta un long moment silencieuse. Encore incrédule face à tout ce qu'elle venait de découvrir de ces hommes et ces femmes, de cet équipage à la fois hétéroclite et uni. Humains, Vulcains, Klingons, Kokivo-yans, Epsyloniens, Androïdes. Toustes ami·es, loyaux, fidèles, protecteurs les un·es des autres, malgré leurs différences. Ce Capitaine et son Officier en second avaient réussi à fédérer autour d'eux et leur Épouse pas moins de quatre nations!

- Quels formidables Ambassadeurs de l'esprit de fraternité de la Communauté des Planètes Unies font les hommes et les femmes de l'équipage du Capitaine Kirk! S'exclama soudain l'Amirale Shallet avec enthousiasme, des étoiles plein les yeux.

-En effet. Approuva l'Amiral Sikan.
Kur'ek'zer bourdonna paisiblement son approbation.

- Starfleet a beaucoup à gagner en accédant à cette requête surréaliste du Capitaine Kirk de partir à l'aventure dans un univers inconnu à la recherche de son Épouse! Ma décision est prise, vous pourrez annoncer au Capitaine que sa requête est acceptée.

- HIja'!(ouai!) Pensa Kur'ek'zer avec malice en ressentant la furtive mais profonde satisfaction de Sikan.

ooo

Comme Ève l'avait demandé, les spectatrices reculèrent d'un pas.
Ève commença par émettre un At'ran-saïdun [bouclier de contention de la lumière) pour contenir sa Saïshen et l'empêcher de se répandre sur elles. L'esprit de Ève se tourna entièrement vers ses Sa-t'hylara et son cœur se gonfla de bonheur par anticipation. Elle libéra sa Dahr-Saïshen.

Aïshima n'avait jamais vu une Saïshen comme celle-ci. À son grand étonnement, cette lumière étrange commença par façonner autour de Ève un orbe scintillant, au cœur duquel le corps de la jeune femme devint une silhouette d'opaline blanche, puis se dilua progressivement dans cette lumière hors norme. Aïshima n'aurait jamais pu imaginer qu'un tel phénomène puisse exister. La Saïshen n'était pas censée provoquer cette sorte de dématérialisation des corps. La Saïshen de sa fille était réellement différente de celles des autres Sishen, sans doute parce que Ève était une Sishen métisse. Aïshima éprouva une grande fierté.

Aïshima ouvrit à nouveaux de grands yeux émerveillés quand elle vit autres deux silhouettes translucides, scintillantes d'émeraudes et d'ocres orangés, apparaître aux cotés de son enfant. Leurs Saïshen se mêlèrent à la sienne dans une harmonie irisées. Aïshima comprit alors réellement ce qui s'accomplissait là, sous ses yeux. Sa précieuse enfant était enfin heureuse, étroitement unie avec ses bien aimés. L'émotion lui gonfla la gorge et des larmes coulèrent sur ses joues. Ce bonheur là, malgré tout son amour de mère, elle était incapable de le lui donner. Elle pouvait s'illusionner avec l'apparente jeunesse de sa petite fille, d'autant plus que Ève ne repoussait pas ses attentions maternelles. Ève n'en était pas moins une femme adulte, une femme éperdument amoureuse, et malheureuse sans ses bien-aimés...

Autour d'elle, les Zhizv murmuraient leurs émerveillements et leurs admirations
Il ne se passait pas grand chose. Les trois Êtres de Lumière Pure se tenaient les un·es contre les autres, immobiles, dans un tourbillon de lumières scintillantes. C'était féerique, ces arcs-en-ciel entremêlés scintillants comme une infinité de pierres précieuses... c'était si magique
Les Zhizv percevaient distinctement le profond amour qui liait ces trois Êtres, un amour si grand, si pur, si universel... cela leur apparut éperdument beau. Même les enfants, d'ordinaire joyeusement turbulentes, restèrent silencieuses pour ne pas déranger les amoureuxses, émerveillées... Instinctivement, comme par contagion, les couples se prenaient par la main, s'enlaçaient chastement, les parents soulevaient leurs petites dans leurs bras en de tendres câlins... Toutes partagèrent un profond sentiment de plénitude.

Le trio leva la tête et illes se tournèrent du même coté. Non loin d'elleux en apparurent d'autres. Les émotions transmises par la Saïshen de Ève se modifièrent pour devenir une puissante amitié, faite de confiances mutuelles et absolues, d'amours fraternelles solides et solidaires. Aïshima reconnut intuitivement les silhouettes flamboyantes de saphirs bleus et de carmins entremêlés : le docteur McCoy et le Klingon Kyuoshi Azhular. Elle ne parvint pas à identifier les deux autres plus pâles: une silhouette d'ambre dorée et une autre d'un gris doux et serein, chacune d'elle portait sur l'épaule une étoile scintillante d'amour. Sans doute des Émeraudines.

Puis la Saïshen de Ève déclina, celle de Spock et Jim disparurent, l'orbe se délita.
Ève se laissa tomber à genoux, épuisée.

Aussitôt, Aïshima se précipita vers elle. Elle la prit dans ses bras

- Nous avons... réussi! Je leur ai... transmis... tous les... Articula Ève le plus fort possible pour que Sazv l'entende

- shhh. Tu le raconteras tout à l'heure. À présent, tu dois te reposer.

- ... oui, non... Oh, Mumei! j'ai vu... Bones et Azhu... et Séjal... et même Sikan !... ils vont bien... tous bien!... je suis si contente, Mumei... ils vont tous bien! Les Saïshen de... Azhu et Bones sont si belles! J'ai réussi à leur transmettre le don! Je suis si contente!
De grosses larmes coulaient sur les joues de Ève

Le cœur de Aïshima s'était gonflé d'amour en entendant sa fille chérie l'appeler Mumei avec tant de naturel. Elle la serra contre elle, berça son enfant tremblante d'émotions, lui caressa les cheveux, l'embrassa:
- Oui, ma chérie. Oh, je suis fière, si de toi! Je suis si heureuse pour toi mon Haïme-naï (enfant-chérie)! Mais à présent, tu dois te reposer!

-... oui, tu as raison Mumeï, je vais dormir un peu... Répondit son enfant en se laissant aller dans ses bras si aimants et si réconfortants.

Sezv vint soulever Ève. Elle blottit tout contre la Zhizv et s'y détendit en toute confiance. Aïshima aurait donné n'importe quoi pour pouvoir porter ainsi son enfant. Ève dormait déjà quand Sezv la déposa avec précaution sur le lit. Aïshima la borda et déposa un baiser sur son front. Ève soupira, et son corps exsuda une douce lumière nacrée.

OOO

Bones éprouva une sorte de plaisir à claquer la porte au nez de l'indiscrète Amirale Shallet, la laissant aux bons soins de Halitra Cerbère-Sikan.
- Bon, maintenant AU LIT, tous les deux! Décréta-t-il avec autorité

- Mais... Protesta Jim

- Ordre du Doc! Gronda Azhular, menaçant.

- Bones a raison. Insista Séjal. Vous devez prendre du repos

Spock et Jim finirent pas accepter de se laisser mettre en sous-vêtements par ces trois mère-poules. Cette prévenance était à la fois réconfortante et agaçante.

- Chacun son tour! Jubila Bones qui se souvenait de la fois où Ève l'avait endormi avec sa lumière, et où ses amis l'avaient dévêtu de la sorte.

Ils s'allongèrent et ressentirent déjà une forme de soulagement.

- Séjal. Dit Spock. Je peux déjà te transmettre les informations scientifiques, afin que tu puisses les modéliser. Les scientifiques Zhizv ont convertis toutes leurs données chiffrées en fonction des tableaux de concordances métrique que Balok leur a transmises, afin que leurs données soient compréhensibles pour nous.

- Rassure-toi, Bones, cela ne le fatiguera pas. Prévint Jim

- Oui, fais-le. Répondit Séjal en se penchant sur Spock.

Spock leva la main et la posa sur le visage de Sèjal.

... ouverture disque mémoire "Spock"...
(S:)
...réception données...
S:\enregistrement{Ève/Myrmarachnes}...
S:\Ève_{Zhizv/Myrmarachnes}/planète_Chzhizv/données_scientifiques/analyse_Spock{théories#chiffres#schémas}
S:\Ève_{Zhizv/Myrmarachnes}/planète_Chzhizv/liste_Spock{astronomes#cosmologues#physiciens#astrophysiciens}

Séjal connaissait bien le mode de fonctionnement mémoriel de Spock, la transmission et l'enregistrement des nombreuses informations fut rapide et efficace.

- Souhaitez-vous que je commence à les contacter dès maintenant ?

- Oui... c'est une excellente idée. Approuva Jim. Plus tôt nous serons prêts à partir mieux cela sera... dès que l'Amirale aura donné sa réponse.

- Vous devriez faire une petite séance de votre transe magique. Suggéra Bones qui connaissait parfaitement le terme exact, mais il aimait trop taquiner Spock.

- Je vous remercie pour votre suggestion pertinente, Docteur. Répliqua lentement le Vulcain en acceptant le jeu. Mais il n'y nulle magie dans la transe algique.

Satisfait, Bones se contenta de répondre par une nouvelle taquinerie
- Faites de beaux rêves.

- Les Vulcains ne rêvent pas. Rétorqua Spock de sa voix neutre, en appréciant la vague d'amusement qui provenait de l'esprit de Jim.

Bones, Azhular et Séja sortirent, Sikan les attendait à coté de la porte.

- Leur état de santé est-il alarmant?

- Il n'y a aucune inquiétude à avoir. Répondit McCoy. Une petite injection de fortifiant, une bonne transe algique et ils seront comme neuf, Halitra Sikan

- L'Amirale est partie. Remarqua Azhular

- Elle m'a informé qu'elle validait la demande du Capitaine. Vous pourrez utiliser l'Enterprise. Elle a même montré une forme d'enthousiasme vis à vis du cosmopolisme de l'équipage, qu'elle estime représentatif de l'esprit de la Communauté des Planètes Unies

Azhular se retint d'exclamer un HIja'!(ouai!) de satisfaction. McCoy jubila lui aussi en silence. Mais ils ne parvinrent pas à empêcher leurs corps d'émettre de discrets halos de lumière.

- Parfait. Approuva Séjal en souriant. Sikan, voudriez-vous mettre des canaux de communication à ma disposition, je vais contacter des scientifiques afin de leur proposer le problème de la planète Chzhizv.

ooo

La tow-kath [transe algique] avait été d'autant plus efficace que Bones était revenu en douce leur faire une injection de fortifiant. En à peine une heure, les deux hommes avaient récupéré leur énergie.
Ils se laissèrent encore un peu flotter dans ce cocon reposant

Jim exsuda sans prévenir une violente bouffée d'amour, qui permit à Spock de sortir à son tour de transe.

- L'inconvénient, avec cette méthode, c'est que cela me donne des idées. Susurra Jim d'un ton suggestif

- Des idées? Répondit Spock faisant mine de n'avoir pas compris l'allusion de son Sa-t'hy'la. Ce terme est très imprécis, Jim.

Oh oui! Jim adorait quand Spock faisait le Vulcain-premier-degré... d'autant plus que cela finissait toujours de la même façon. Jim se tourna et se coucha contre lui.

Spock sentit nettement son érection tout contre sa hanche. Il déclara avec un grand sérieux :
- Je me dois de te signaler que tu as, semble-t-il, un problème de nature physique à résoudre.

- Certes. Reconnut Jim, tout aussi sérieusement, en mode Capitaine sur la passerelle. Heureusement pour moi, la physique fait partie de tes domaines de compétences. Quelle procédure me conseille mon officier scientifique pour résoudre ce problème ?

Spock appréciait vivement lorsque Jim acceptait ce jeu, et le laissait décider "de la marche à suivre". Il se tourna vers Jim

- Tout d'abord, je dois évaluer les différents paramètres de cette manifestation physique en effectuant des mesures précises. Commenta-t-il impassiblement, en tâtant le "problème". Je procède immédiatement à une première évaluation.

Il posa tranquillement sa main sur la manifestation délicieusement physique du désir de son Sa-thy'la.

-...et...? hum... quelles sont tes premières déductions ? Demanda Jim en essayant de ne pas se tortiller de plaisir sous ces attouchements

Jim montrait déjà des signes de faiblesse dans sa tentative garder le contrôle de lui-même, ce qui excita Spock davantage.

- Il y a des interférences qui biaisent l'analyse. Répondit Spock, toujours aussi impassiblement

- C'est... hum... embêtant. Tu as une solution?

- Oui. Il faut supprimer les interférences.

Spock se redressa, il glissa ses doigts sous la ceinture du boxer de Jim et le lui enleva.

- Bien. Dit Spock avec toujours autant de sérieux. J'ai à présent une vision plus précise de ce fascinant problème physique, qui présente des particularités aérodynamiques tout à fait fascinantes

- Des préconisations? Demanda Jim avec un long frisson, les yeux si attentifs de Spock sur lui mettait les reins en feu.

- Je procède à une première analyse. Répliqua Spock en se penchant sur son sexe dressé pour l'engloutir dans sa bouche

Et là, Jim ne fut plus en état de jouer aux petits scientifiques sur la passerelle... Et il le fut encore moins lorsque Spock, après l'avoir longuement préparé, vint s'immerger en lui.

ooo

Il ne fut pas facile pour Séjal de parvenir à obtenir l'intérêt des scientifiques. Bon nombre d'entre-elleux ne crurent pas à un mot à ses explications à propos d'une planète à sauver située dans un univers parallèle... illes lui répliquèrent avec condescendance qu'illes avaient mieux à faire que d'écouter ces élucubrations.

Cependant, trois d'entre elleux acceptèrent de l'écouter. Tout d'abord parce que Séjal lui-même était intriguant. Illes n'avaient jamais croisé d'Epsylonnien, et quand illes lui demandèrent s'il y avait beaucoup d'Androïdes intelligents vivants sur Epsylon-Prime, Séjal leur avait révélé en être un. Leurs curiosités fut piquée au vif.
Séjal leur résuma la situation de la planète Chzhizv, ainsi que les données astrophysiques dans les grandes lignes. L'éventualité de sortir de leur laboratoires de recherche afin de sauver un monde éveilla leur intérêt scientifique. Illes relevèrent le défis avec enthousiasme et firent leurs valises le jour même.

Les trois scientifiques vivaient déjà sur Terre, illes se rencontrèrent quelques heures plus tard dans le véhicule qui les menait à l'ambassade Vulcaine. Illes se connaissaient déjà pour avoir échangé des théories lors de divers colloques, et se respectaient. Illes commencèrent ensemble à analyser la situation inédite de la planète Chizzz.. Chivfff... pffff... de la planète lointaine. Illes arrivèrent en fin de journée

Illes furent accueillis par un Vulcain d'apparence austère au premier abord, mais aimable.

- Soyez les bienvenus à l'Ambassade Vulcaine. Je suis l'Amiral Sikan Shen A'tha. Séjal d'Epsylon-Prime m'a prévenu de votre arrivée. Dit-il en s'efforçant d'avoir une voix aimable. Vous êtes les scientifiques qui ont accepté de répondre à son appel.

Séjal lui avait fait part des difficultés qu'il avait rencontrées. Sikan était tout disposé à accueillir le mieux possible les seul·es scientistes qui avaient accepté de répondre. D'autant plus que Kur'ek'zer ne percevait rien de mauvais en elleux.

- Comment résister à une telle énigme à résoudre, et à la possibilité de mettre nos savoirs au service d'une si noble cause! Dit le plus petit d'entre-eux qui se déplaçait avec difficulté. Je suis Steven Aukins, astrophysicien. Je m'intéresse plus particulièrement à la gravité quantique et aux singularités.

- Hugue Raive, astrophysicien aussi. Dit le barbu. J'étudie aussi les phénomènes électromagnétiques

- T'Aria Yel-tsarik, physicienne. Dit la Vulcaine sobrement.

L'étrange animal que Sikan portait sur l'épaule vint bourdonner autour d'elleux en signe de bienvenu.

- Quelle est cette petite merveille? Demanda Raive

- Kur'ek'zer. Une Émeraudine d'Epsylon-Prime.

Aukins lui tendit sa paume afin qu'elle s'y pose. Son bourdonnement devint très doux, comme si elle voulait consoler l'Humain. Puis elle retourna sur l'épaule de Sikan qui haussa un sourcil.

- Si vous êtes mal-portant ou souffrant, Steven Aukins, ce voyage est inapproprié. Dit Sikan

- Votre Kurekzer est douée d'une faculté d'empathie, n'est-ce pas? Répondit Aukins

- En effet.

- Rassurez votre amie. Ce n'est pas un voyage interstellaire qui pourra me faire du bien ou du mal, mon problème est génétique.

- Je vais devoir en informer le médecin de bord afin qu'il puisse faire face à toutes éventualité. Toutes ces informations resteront, bien évidemment, confidentielles.

- Bien sûr. Je comprends, j'ai l'habitude. Je lui remettrai mon dossier médical.

- Quand pourrons-nous rencontrer le Capitaine et monsieur Séjal? Demanda T'Aria

- Tout de suite. Ils sont logés à l'ambassade. Si vous faites partie de la mission, une chambre vous sera aussi attribuée. Veuillez me suivre.

ooo

Il régnait une ambiance décontractée à la salle de loisir. La première chose qui frappa l'esprit des physicien·es fut la diversité ethnique. Kur'ek'zer prit son envol et fut rejointe par deux autres Émeraudines, dans un ballet joyeux.

Cinq hommes se levèrent de la table, où ils jouaient aux cartes.

- Soyez les bienvenus. Leur dit Séjal. Permettez-moi de vous présenter le Capitaine Kirk, le Commandant Spock, second officier et officier scientifique, le médecin référent de bord le Docteur McCoy ainsi que le lieutenant Kyuoshi, chef de la sécurité. Messieurs, voici messieurs Steven Aukins, Hugue Raive et T'sai T'Aria Yel-tsarik.

- Madame, Messieurs, c'est un honneur de vous rencontrer. Répondit Kirk avec un charmant sourire.

- Monsieur Séjal nous dit que vous aviez une vidéo de la situation à nous montrer. Dit T'Aria.

Nul ne s'offensa de cette demande si directe.

- En effet. Répondit Spock. Il y en a deux, une pour vous présenter le peuple Zhizv de Chzhizv et une seconde vous exposant le problème d'affaissement de leur univers

- Le simple fait qu'un univers puisse être en affaissement est scientifiquement fascinant! S'exclama Raive avec enthousiasme

- Pouvons-nous les voir dès maintenant? Demanda Aukins plus calmement.
Même si ce fait était intellectuellement et scientifiquement excitant, il faisait un effort pour conserver son calme. Car pour les habitants de cette planète, cette situation était tout bonnement dramatique.

- Oui. Nous disposons d'un grand écran. Répondit Spock.

En moins de cinq minutes, la pièce fut réaménagée en salle de projection. Le Capitaine se plaça devant l'écran.

- Vous allez découvrir le peuples Zhizv. Déclara-il. Leur aspect est un peu déconcertant, je vous demande de faire abstraction de leur apparence. Elles sont des Myrmarachnée. S'il y a des arachnophobes parmi vous, je leur conseille de sortir.

- Permettez-moi de répéter une phrase que Ève a prononcé avant de montrer ces images aux Sishen vivant sur Chzhizv. Intervint Séjal. Par peur de les effrayer par leur apparence, les Zhizv portaient de longues tuniques cachant l'intégralité de leur corps et de leur visage. Ève a mis fin à cette situation. Elle a cité de passage d'un livre qu'elle aime tout particulièrement avant de leur montrer une vidéo qu'elle avait fait des Zhizv: On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux.

- C'est beau... Murmura Uhura

T'Aria posa un regard presque étonné sur ce robot qui venait de prononcer une phrase si hautement émotionnelle.

Jim vit Miss Chapel se tendre, et rapprocher sa chaise de celle de Angghal...

...
- Dis-donc, Spock, tu as remarqué, entre Miss Chapel et Angghal? Ces deux là sont de plus en plus souvent ensemble

- À présent que tu me le dis, il semble en effet y avoir un attrait mutuel entre eux

- Les Klingons seraient-ils attirés par le personnel médical ? Plaisanta Jim

- Je l'ignore, de plus ce n'est pas le moment de s'interroger sur ce sujet

- Tout à fait, de toute façon, cela ne nous regarde pas
...

Séjal lança le petit film. Miss Chapel sursauta en voyant les premiers Zhizv et Angghal mit un bras protecteur autour de son épaule, comme pour la protéger, confirmant les soupçons de Jim qui était resté face aux spectateurs
Mais l'attitude de ces enfants eut tôt fait de l'attendrir, comme tous les autres spectateurs. Excepté T'Aria qui resta impassible. (mis à part un demi-haussement de sourcil à la découverte de l'aspect des Zhizv)

- Vous avez eu raison de nous avertir. Dit Sulu à la fin de la séance. Ils sont vraiment très... différents.

- Ève les considère comme l'un des peuples les plus bienveillant qu'elle ai rencontré. Affirma Spock

- Quand on observe le comportement de leurs enfants, cela semble logique. Dit Aukins.

- À présent, le second film vous exposera le problème dont ils souffrent.

La séance dura plus de quatre heures. Les scientifiques écoutèrent religieusement chaque mot de leurs confrères Zhizv, regardèrent avec attention chaque graphique, chaque modélisation. Même Spock et Séjal se passionnèrent... Tandis que Jim eut beaucoup de mal à ne pas s'endormir. Il ne comprenait pas grand chose de ce qui était dit tant les thématiques abordées étaient spécifiques et pointues. Il se demandait comment Ève avait fait pour mémoriser tout ce charabia qu'elle n'avait pas dû comprendre non plus. Mais en tant que Capitaine, il ne pouvait se permettre de s'éclipser discrètement comme le reste de l'équipage... même Bones l'avait lâché... Il endura le supplice en silence.

- Fascinant! Dit T'Aria en guise de conclusion.

- Quand partons-nous? Demanda Raive.

- J'ai hâte d'y être. Déclara Aukins. Et nous avons déjà là suffisamment de matière pour commencer un premier travail de recherche.

- Il faut juste attendre que votre laboratoire soit installé à bord convenablement, et ensuite nous pourrons partir. Répondit Kirk qui était parfaitement éveillé, à présent. Faites-nous part de vos besoins.

ooo

à suivre

- Bordel! J'ai l'impression que ma tête va exploser! Ronchonna Jim en se dirigeant vers la douche en se massant les yeux
- Cette discussion a été passionnante, pourtant. Répondit Spock à Jim qui lui tournait le dos
Spock perçut comme un sursaut dans l'esprit de Jim qui se ferma au sien...


.

Mumeï Aïshima.
J'espère que vous ne la trouvez pas trop... mère poule. Son petit bébé est une femme adulte qu'elle n'a pas pu voir grandir... Même si elle sait que Ève n'est plus une enfant, elle ne parvient pas à voir autrement Ève que comme sa petite fille chérie-précieuse-adorée...
(je suis moi-même une maman, j'imagine sans peine ce qu'elle peut ressentir...)

en même temps, Ève a tellement besoin d'aimer et d'être aimée... c'est impossible pour elle de rejeter autant d'amour.

ooo

je partage avec vous cet article tout en douceur :
nospensees·fr/on-ne-voit-bien-quavec-coeur-lessentiel-invisible-yeux/

ooo