Bien le bonjour ! Dans la catégorie des fics que j'ai commencé et que j'ai du stopper pendant deux ans à cause de ma prépa ...celle-ci me tient à cœur. Comme elle a été commencée (oui tu l'as déjà dit), j'ai quelques vagues chapitres en avance mais j'aimerais au préalable les dépoussiérer un peu ...et comme je suis très lente à poster car perfectionniste (ou plutôt stressée de la vie) hésitez pas à me mettre la pression, à me harceler. Enfin si cela vous plait et que vous voulez une suite. Ce qui serait présomptueux de ma part ...


-Allez Ace ! Bouge ton cul et viens boire un coup !
-J'arrive ! Trois secondes ! Je cherche ma botte !

Ils éclatèrent tous de rire.
-Et où as tu pu perdre ça ?
-Justement je cherche !
-Ne tarde pas trop mon fils !
-Ouais ouais t'inquiète ! Lança le brun à son père adoptif en s'éloignant.

C'était sa fête, c'était sa promotion qu'ils fêtaient. S'il avait su un jour qu'il serait commandant d'une flotte de Barbe Blanche ! Il en souriait intérieurement, sûrement que Sabo serait fier de lui, également et surtout parce qu'il avait enfin trouvé sa place. Quant à Luffy il n'allait pas en revenir ...quoique le connaissant il ferait tout pour dépasser un tel honneur. Le jeune homme laissa derrière lui la pièce joyeusement éclairée pour sortir sur la douceur sombre du pont la nuit. En y réfléchissant, c'était sûrement une blague de l'un de ses compagnons. Inutile donc de chercher dans les pièces communes telles que les dortoirs, sa botte devait être dissimulée dans quelque coin secret. Après avoir fouillé quelques endroits aussi étranges les uns que les autres, il pénétra dans une sorte de remise dont la porte mit un moment à céder, comme si elle n'avait pas été ouverte depuis un long moment déjà. À la faible lueur de la lune, il remarqua combien l'endroit était en désordre. Dès qu'il posa son pied nu sur le sol, il sentit un nuage de poussière se soulever. « Je doute de trouver quoique ce soit ici ... » songea-t-il. Il avança néanmoins, s'éclairant à l'aide de son pouvoir. L'endroit était jonché de vieux cartons, de vêtements passés, de malles. Il se demandait quelle était donc l'intérêt d'un telle pièce lorsqu'il buta sur un des cartons et qu'une feuille en haut de la pile qu'il contenait se mit à voltiger. Il la rattrapa et fut surpris en voyant le nom de son père rédigé d'une écriture féminine. La lettre, car c'en était une, semblait même dégager un vieux parfum fleuri conservé. Il hésita un instant avant de s'asseoir pour la lire. Le paternel avait donc une amante ... ? Voilà qui ferait sujet à conversation.

Cher Edward,

Je t'en prie, ne juge pas l'imprudence de ma conduite, mille précautions ont été prises pour acheminer ce paquet, je ne risque rien.
Je sens la fin venir. Non, ne proteste pas.

Dans le paquet que je t'envoie il y a mes journaux et les siens ainsi que quelques feuillets t'appartenant. Tu trouveras ici j'espère plus de joie à l'évocation de tant de souvenirs heureux que de mélancolie. Lui et moi avons bien vécu, ne nous pleure pas trop longtemps, tu as une vie à mener, ce n'est pas parce que je suis plus jeune que toi que je n'en ai pas moins bien profité de l'existence.

Jette la robe et le reste ...tout cela ne t'apportera que malheur.

Adieu mon ami, mon frère, mon amour. Tu sais déjà tout. Je te souhaite de trouver ce que tu cherches.
Je ne te demanderais qu'une chose, je le répète, c'est la fin, je ne survivrais pas assez longtemps pour voir grandir mon enfant. Si jamais tu le croises sur les mers ou ailleurs, ou qu'il soit, je t'en prie, traite le comme le tien.

Avec toute mon affection et en te demandant pardon.

Rouge

Lentement, la feuille échappa des mains de Ace sans qu'il ne s'en rende compte et il se passa au moins une minute avant qu'il ne se rue sur le carton pour en sortir une pile non négligeable de vieux journaux et de feuilles éparses.


Un commentaire si vous voulez faire la fête avec eux !