Après le départ du Capitaine, Spock s'était de nouveau attelé à l'écriture de son rapport tandis que T'Meï s'occupait en jouant avec Sor. La petite fille était en réalité profondément plongée dans ses réflexions, elle pensait à l'échange plus tôt entre le capitaine et Spock et ne savait pas comment faire pour éclaircir la situation. Spock avait dit qu'il voulait rester avec elle, et elle n'avait pas compris tout ce que cela impliquait pour lui exactement, qu'il allait devoir abandonner son travail à bord de l'Enterprise, qu'il allait devoir se séparer de ses amis, des gens qu'il aimait. C'était une première chose, et même si c'était important, ce n'était pas tout, il y avait aussi les sentiments étranges qu'elle avait senti. Le capitaine et Spock étaient tristes et elle ignorait pourquoi, mais elle ne voulait pas qu'ils le soient, elle devait réparer les mauvaises choses. Même si les réparer signifiait qu'elle allait devoir aller vivre seule sur New Vulcain. Au moins, ça ne pouvait pas être pire que chez les maîtres, non ? Elle entendit Spock se déplacer et reposer son padd sur la table devant lui.

« J'ai terminé mon rapport, avez-vous quelque chose que vous voulez faire? » Proposa Spock. La petite fille se tourna vers lui, Sor serré contre sa poitrine. Elle inspira et baissa les yeux. C'était le moment où jamais, Spock n'était plus occupé à son travail et elle pouvait lui poser les questions qui l'occupaient. « Puis-je vous poser une question ? » Demanda-t-elle. Elle savait qu'il lui avait dit que toutes ses questions étaient les bienvenues, mais elle ne pouvait pas s'empêcher de demander pour s'en assurer, elle avait toujours un peu peur de le déranger. Elle l'entendit se redresser sur le canapé. « Oui, bien sûre, Kan-bu, qu'y a-t-il ? » L'interrogea-t-il. Elle souffla doucement. « Êtes-vous triste à cause de moi ? » Le questionna-t-elle. « Évidemment non, pourquoi serais-je triste à cause de vous ? » Enquêta-t-il. Elle se tortilla légèrement sur son siège, mal à l'aise. « Tout à l'heure, quand vous avez dit au Capitaine que vous vouliez rester avec moi sur New Vulcain, il avait l'air triste de quelque chose, et ensuite, vous aussi vous aviez l'air triste… alors je me demandais… » Elle laissa sa phrase en suspend, n'osant pas dire exactement ce qu'elle avait eu en tête. Elle entendit Spock bouger près d'elle et il posa doucement une main sur son épaule. « Je ne vous mentirais pas en vous disant que quitter l'Enterprise et les gens que je suis venu à apprécier au cours de ces années ici ne m'affecte pas. De même, le Capitaine étant un très bon ami, et un humain très émotionnel de surcroît, il est compréhensible que l'annonce de mon départ l'ait fortement affecté. Cependant, ce n'est en rien de votre faute. Que vous demandiez-vous exactement ? » Demanda-t-il. Elle se raidit légèrement, c'était à son avis assez proche de dire qu'il était triste de partir. « Je me demandais si vous vouliez vraiment m'adopter… » Souffla-t-elle.

« Bien sûre que je le veux. Pourquoi je ne le voudrais pas ? » Interrogea-t-il. « Parce que ça vous rend triste… » Répondit-elle et de son expérience les choses qui rendaient tristes étaient de mauvaises choses. Spock la prit doucement dans ses bras. « Kan-bu, je vous assure que vous avoir ne me rend pas triste, bien au contraire. » Lui assura-t-il. Mais il avait dit que partir, quitter l'Enterprise, l'affectait ? « Mais vous avez dit… » Commença-t-elle. « Oui, j'ai dis que quitter l'Enterprise et quitter mes amis m'affectait, mais vous avoir est pour moi une grande source de contentement. » Répondit-il. Elle ne comprenait pas, comment pouvait-on être à la fois triste et content d'une chose ? « Je ne comprends pas… » Murmura-t-elle. « Les sentiments sont rarement logiques, T'Meï, qu'est-ce que vous ne comprenez pas ? » Demanda-t-il. « Pourquoi êtes-vous content de m'avoir ? » Demanda-t-elle en haussant les épaules. Spock prit un instant avant de lui répondre. « Parce que je ressens pour vous l'attachement d'un parent à son enfant et, cela m'affecterait aussi si je venais à vous perdre. » Mais, même si elle était venu à considérer Spock comme son Sa-mekh, il n'y avait aucun réel lien qui les unissait ? Il n'était que le vulcain qui l'avait découverte dans sa cellule, il n'avait aucune obligation envers elle. Elle ne comprenait pas, pourquoi l'aimait-il comme un père ? Et pourquoi ressentait-elle un tel besoin de sa présence ? Pourquoi s'étaient-ils accrochés ainsi l'un à l'autre ? Et, si elle avait besoin de lui, parce qu'elle était petite, seule et sans défense, en quoi lui avait-il besoin d'elle ? Elle ne lui apportait absolument rien, il allait même perdre son travail à cause d'elle… Elle ne comprenait pas. Pourquoi voulait-il être son Sa-mekh ?

« Mais… vous allez quitter votre travail et vos amis à cause de moi… » Rétorqua-t-elle. « Non, pas à cause de vous, je dois quitter mon travail parce qu'il est trop dangereux pour vous permettre de rester ici avec moi et parce que je veux rester avec vous. » Répondit Spock. Mais, toute sa vie était ici, et il allait partir, pour elle ? Elle ne comprenait pas, pourquoi faire tous ces efforts pour elle ? Elle ne méritait rien de tout cela, elle n'était qu'une esclave. Pourquoi faisait-il tout cela pour une esclave ? « Mais… vous aimez votre travail. Et vos amis ? » Demanda-t-elle. Elle ne comprenait pas, pourquoi faisait-il cela pour elle ? « Oui, mais je vous aime plus que mon travail. Et je retrouverai facilement un travail, à Starfleet, ou sur New Vulcain, dans lequel je pourrais rester avec vous. Ne vous inquiétez vraiment pas pour cela, ce n'est absolument pas un problème, d'accord ? » Demanda-t-il et elle hocha la tête. « D'accord… » Accepta-t-elle. « Mais… et vos amis, et le Capitaine et le docteur ? » Interrogea-t-elle. Ne voulait-il pas rester avec eux ? C'étaient ses amis, elle sentait quand ils étaient ensembles, combien lui et le capitaine étaient proches. « Qu'en est-il d'eux ? » Demanda Spock. « Ils ne vont pas vous manquer ? » Questionna-t-elle. « Bien sûre, mais vous êtes plus importante. » Répondit-il. La question qu'elle s'était posée plus tôt, à propos de Spock et du capitaine Kirk, lui revint en tête… Elle se souvenait des sentiments étranges qu'elle avait senti quand ils étaient l'un autour de l'autre, la chaleur quand Spock parlait du capitaine, la tristesse de Kirk quand il lui avait annoncé qu'il resterait sur New Vulcain avec elle… « Est-ce que vous aimez le capitaine ? » Demanda-t-elle faiblement. Il y eu un petit silence et elle sentit Spock bouger maladroitement près d'elle.

« D'où vient cette question? » Interrogea Spock. Elle haussa les épaules. « Le capitaine… il avait l'air vraiment triste tout à l'heure… et vous aviez l'air triste aussi, et quand vous êtes ensembles, vous avez l'air… heureux… Comme quand Ko-mekh et Sa-mekh étaient ensembles.» Dit-elle. Il y eut à nouveau du silence et elle se tendit un peu se demandant si elle avait dit quelque chose de mal. Spock dut le sentir car il l'apaisa immédiatement, passant une main dans ses cheveux. « Ça va T'Meï, je… oui, vos observations sont en effet relativement exactes… » Répondit-il. Elle leva un regard écarquillé dans sa direction. « Est-ce qu'il le sait ? » Demanda-t-elle en se redressant légèrement. « Non, je ne sais pas, je pense qu'il l'ignore… » Répondit le vulcain. « Mais… Vous ne pouvez pas partir sans lui dire… » S'écria-t-elle. Elle ne savait pas grand-chose au sujet de l'amour, mais elle savait deux choses, que le bonheur de Spock était important, et que s'il aimait le capitaine comme sa Ko-mekh avait aimait son Sa-mekh, il serait triste et malheureux sans lui. « Si vous lui dites, et qu'il vous aime aussi, peut-être est-ce qu'il voudra venir avec nous ? » Demanda-t-elle. Spock serra doucement ses bras autour d'elle. « Je ne sais pas… j'ignore s'il éprouve de semblables sentiments pour moi et, l'Enterprise, sa place de capitaine, sont très importants pour lui vous savez… je doute qu'il veuille les abandonner pour venir avec nous… » Répliqua Spock. Elle n'en était vraiment pas si sûre, elle avait senti les émotions qui venaient du capitaine… il y avait des choses qu'elle n'avait pas comprises là-bas, mais même si elle était trop jeune pour les comprendre, elle les reconnaissait, c'était la chaleur, la compassion, c'était l'amour. « Si vous ne lui dites pas, vous ne saurez jamais… » Répondit-elle. « Vous êtes étrangement perspicace pour un jeune de votre âge. » Observa Spock. Elle haussa légèrement les épaules. Elle avait eu largement le temps d'observer et d'étudier les sentiments des humanoïdes avec qui elle avait été en contact. Elle était loin de tout savoir sur ces choses là, notamment sur l'amour, mais elle savait les reconnaître. « Est-ce que vous allez lui dire ? » Demanda-t-elle, pleine d'espoir. « Je vais y réfléchir. » Lui répondit-il. C'était aussi proche qu'elle obtiendrait d'un oui.

« Bien… » Continua Spock en se redressant. « Comment vont vos blessures ? » Demanda-t-il, elle reconnaissait un changement de sujet quand elle en voyait un. Elle réfléchit, sondant son corps, elle ne sentait pas de mal. Néanmoins, elle était toujours plutôt effrayée. « Mieux. » Dit-elle. « Voulez-vous visiter le gymnase et que je vous enseigne quelques techniques pour vous défendre ? » Proposa Spock. Elle hocha la tête, sautant hors du canapé et sur ses pieds. Spock l'invita hors de leur quartier, mais en sortant, ils tombèrent nez à nez avec un officier de sécurité en poste devant les quartiers de Spock. Dès qu'elle sentit la présence étrangère, T'Meï courut se cacher derrière le vulcain. Ce dernier passa un bras rassurant et protecteur autour de ses épaules. « Tout va bien T'Meï, je vous présente l'officier Evans, que vous avez déjà rencontré lorsque nous vous avons trouvé. » Expliqua Spock, c'est vrai, elle se rappelait que le capitaine avait prononcé ce nom dans la prison, à l'époque. « Commandeur, le capitaine a assigné mon équipe à la sécurité des enfants. » Annonça l'officier. « Oui, je suis au courant, le capitaine a énoncé le souhait d'augmenter la sécurité autour des enfants. » Répliqua calmement Spock. « T'Meï, le lieutenant Evans va nous accompagner au gymnase et rester avec nous pour s'assurer que vous soyez en sécurité. » Lui expliqua-t-il. La petite fille hocha anxieusement la tête. « Je serais aussi discret que possible, je ne vous dérangerai pas dans vos activités. » Annonça le lieutenant. « Allons-y. » Invita Spock en la poussant doucement en avant. Ils se remirent en marche, elle entendit le lieutenant leur emboîter le pas, il restait à une courte distance d'eux, assez près pour assurer sa tâche, assez loin pour ne pas trop inquiéter la petite fille.

Au bout d'une petite dizaine de minutes, ils arrivèrent au gymnase. « Nous y sommes. » Annonça Spock en la faisant entrer dans la salle. Il lui décrivit la grande salle, qui se composait de plusieurs espaces aménagés pour s'entraîner au combat, de machines et d'appareils de musculation et de tapis de course et il la guida jusqu'à un des espaces dédié à l'entraînement au combat. Il y avait des espèces de tapis doux et souples posés sur le sol, Spock lui fit enlever ses chaussures et elle s'avança pieds nus sur ce qu'il lui expliqua s'appelait des tatamis. L'agent de sécurité s'installa à distance, les laissant à leur occupation tout en continuant de veiller à sa sécurité. Spock l'invita à s'asseoir sur le sol dans un premier temps, elle s'exécuta et il s'assit avec elle. « Bien, nous allons commencer par un peu de théorie, si vous le voulez bien. » Expliqua-t-il. Elle ne savait pas ce que le mot théorie signifiait mais ça avait l'air assez important. Elle nota dans son esprit de le demander au padd quand elle reviendrait dans leur quartiers.

« Avant d'entreprendre tout combat, il est important de cerner exactement quelles sont vos forces et vos faiblesses. » Commença Spock. C'était facile, pensa-t-elle, elle était minuscule face à ses adversaires et sa cécité l'empêchait de pouvoir voir ses opposants, quant à ses forces… Elle n'en voyait pas beaucoup. « A votre avis, quels sont vos forces ? » Demanda justement Spock. Elle haussa les épaules. « Je ne sais pas, je suis trop petit pour pouvoir me battre et je ne peux pas voir mes ennemis… » Expliqua-t-elle. Ce n'était pas exactement ce qu'il lui avait demandé, mais elle ne voyait que ses faiblesses et aucune force en elle. « Être petit peut effectivement être une faiblesse, mais ça peut être aussi un avantage. » Fit noter Spock. Elle leva un regard surpris vers lui. « Comment ça ? » Demanda-t-elle. Elle l'entendit se lever. « Levez-vous. » Dit-il et elle s'exécuta. « Je me tiens actuellement en face de vous, à environ un mètre, nous allons essayé l'exercice suivant, je vais tenter de vous attraper, et vous allez essayé de m'esquiver. » Expliqua Spock. Elle hocha la tête. « Nous y allons dès que vous êtes prête. » Indiqua-t-il. « Je suis prête. » Répondit-elle. Elle l'entendit bouger vers elle et elle recula sur le côté, elle courut rapidement pour s'éloigner de lui et elle l'entendit courir à sa suite. Le jeu dura ainsi une petite minute, où il courait après elle et elle essayait de l'éviter, sautant brusquement d'un côté ou de l'autre, jusqu'à qu'il y mette fin. « Cela suffit. » Dit-il et elle s'arrêta. « Bien, que s'est-il passé à votre avis ? » Demanda-t-il. « Je me suis servie du bruit de vos pas pour anticiper vos déplacements. » Dit-elle. « Exact, et par votre petite taille, vous êtes aussi plus difficile à attraper, vous êtes aussi assez rapide. Votre ouïe compense votre cécité et votre vitesse compense votre manque de force. » Elle n'avait pas pensé à cela. C'est vrai qu'elle avait déjà usé par le passé de ce genre de procédé pour fuir certaines situations. Mais, elle était systématiquement punie lorsqu'elle essayait de se battre ou de se dérober, alors elle avait arrêté d'essayé de s'échapper.

« Maintenant, voyons comment vous pouvez vous défaire d'un agresseur qui vous tient. » Annonça-t-il. Elle l'entendit s'approcher d'elle et il la saisit doucement par le bras puis l'attira près de lui. « Que pouvez-vous faire dans cette situation ? » Demanda-t-il. « Je peux essayé de me débattre ? » Proposa-t-elle. « Allez-y. » Dit-il. Elle tira sur son bras et se tortilla en vain pour se délivrer mais il la tenait fermement. Elle abandonna au bout de quelques secondes en voyant que ça ne fonctionnait pas. « Votre force n'est pas suffisante pour vous défaire de la prise d'un adulte. » Annonça-t-il en la tenant toujours. « Avez-vous une autre idée ? » Interrogea-t-il. Elle ne voyait vraiment pas, elle secoua la tête. Il relâcha doucement son bras. « Quand quelqu'un vous tient de cette façon, vous pouvez essayé de mordre son bras pour le faire lâcher. » Expliqua-t-il. Mordre son bras ? C'était un peu sauvage ? Il lui conseillait vraiment de mordre les gens ? « Je peux mordre les gens ? » Demanda-t-elle, surprise. « Seulement quand ils essayent de vous faire du mal, mais oui, vous pouvez mordre pour vous défendre. » Expliqua-t-il. Elle hocha la tête, elle comprenait.

« Bien, maintenant, savez-vous ce qu'est une prise vulcaine ? » Interrogea Spock. La petite fille secoua la tête. « La prise vulcaine est une technique de neutralisation, qui consiste en une pression des doigts exercée sur un point précis de l'épaule et qui provoque une perte de conscience immédiate. Vous êtes un peu petite pour réussir à l'effectuer mais je pense qu'il serait bon que vous en connaissiez le principe de fonctionnement et comment l'exécuter, au cas où vous vous trouveriez dans une situation où vous pourriez atteindre l'épaule de votre adversaire. » Expliqua Spock. Oh, c'était intéressant, même si elle était effectivement trop petite pour pouvoir atteindre l'épaule de son opposant et elle n'avait sans doute pas la force nécessaire au coup. « Je vais vous montrer où exactement vous devez appuyer. » Indiqua-t-il. Elle hocha la tête, elle l'entendit s'approcher d'elle et il prit sa main doucement, il se baissa et la porta à son épaule, installant ses doigts sur les points de pression particuliers. « Ici, vous devez trouver la bonne pression à exercer pour que la prise vulcaine soit efficace. Essayez. » Elle écarquilla légèrement les yeux et voulut reculer sa main, elle ne voulait pas lui faire du mal, il la laissa s'écarter. « Ne vous inquiétez pas, vous n'allez pas me faire de mal, et même si vous réussissez à me faire perdre conscience ce n'est pas grave d'accord ? Mais je veux que si jamais vous vous retrouviez dans une situation où vous pourriez vous libérer avec une prise vulcaine, vous soyez capable de l'exécuter. » Expliqua-t-il. « Mais, je ne veux pas vous faire mal… » Répondit-elle, légèrement effrayée. « Il n'y a aucun risque, ne vous inquiétez pas. » Rassura Spock. Aucun risque ? Et si elle arrivait à lui faire perdre conscience ? S'il se blessait en tombant ? Elle secoua la tête, elle ne voulait pas prendre le risque de le blesser. « D'accord, nous ne le ferons pas si vous ne voulez pas, mais je veux que vous sachiez où se trouve exactement les points de pression, essayez de les trouver sur mon épaule. » Elle hocha la tête et tendit la main devant elle, elle trouva son épaule et fouilla jusqu'à que ses doigts trouvent la bonne position qu'il lui avait montré plus tôt. « Voilà, c'est très bien. » Indiqua Spock et elle écarta sa main.

« C'est déjà un bon début. Vous pouvez travailler sur vos autres sens pour compenser votre cécité et sur votre vitesse pour compenser votre force. » Expliqua-t-il. Elle hocha la tête, elle savait faire ça, elle se servait souvent de son ouïe pour repérer les personnes qui se déplaçaient autour d'elle et elle savait qu'elle pouvait courir vite. « Maintenant, une dernière chose très importante, je veux que vous soyez en mesure de vous défendre si vous vous trouvez dans une situation où cela est nécessaire, mais, je veux que vous compreniez qu'il est vital d'avant tout préserver votre vie. Si vous vous trouvez face à un adversaire armé et qui vous menace, vous ne devez pas chercher à vous battre et vous devez vous rendre, vous devez avant toute chose essayé de rester en vie, d'accord ? » Prévint-il avec sérieux. Elle hocha la tête, elle avait déjà été menacée par une arme et elle comprenait. « Bien, je pense que ça ira pour aujourd'hui. Avez-vous des questions ? » S'enquit Spock. La petite fille baissa la tête et réfléchit intensément. Il y avait bien quelque chose qui la dérangeait à propos de tout cela… « Quand j'étais chez les maîtres… Chez les méchantes personnes… » Se corrigea-t-elle. « J'étais tout le temps punie quand j'essayais de me battre, est-ce que je serais punie si j'essaye de me défendre ? » Demanda-t-elle. « Si vous êtes prise au piège par des méchants, il y a de forts risques qu'ils vous punissent effectivement parce que vous avez essayé de vous défendre, mais vous avez le droit de vous défendre et ni moi, ni le Capitaine ou le docteur ou quiconque sur ce vaisseau ne vous punira parce que vous avez cherché à le faire, vous comprenez ? » Répondit Spock. Elle n'était pas sûre de tout comprendre mais elle hocha la tête. « Avez-vous d'autres questions ? » Demanda-t-il. Elle se demandait toujours si elle serait punie ici comme elle l'était chez les maîtres, mais Spock semblait dire que non et jusque là il ne l'avait jamais punie. Mais c'était bizarre qu'ils ne la punissent jamais… Elle en avait tellement l'habitude chez les maîtres. Elle voulait demander à Spock comment les punitions fonctionnaient ici mais elle ne savait pas comment formuler sa question.

« Est-ce que… si je fais quelque chose de mal… je serais punie ? » Demanda-t-elle timidement. « Pour quelles raisons seriez vous punie ? » Interrogea curieusement Spock et elle haussa les épaules. « Les gens méchants… ils me punissaient toujours quand je désobéissais… » Répondit-elle. « Quel genre de punitions étaient-ce ? » Questionna Spock. « Ils… ils me faisaient mal… » Murmura-t-elle en baissant la tête, elle sentit sa main sur son épaule. « Personne ne va plus vous faire de mal, je ne vous ferai pas de mal, même si vous faites quelque chose de mal, vous pouvez être punie si vous faite une grosse bêtise, mais ça ne sera pas une punition qui vous fera du mal. » Expliqua-t-il. Oh, il existait des punitions qui ne faisaient pas mal ? Pourquoi les maîtres faisaient-il toujours des punitions qui faisaient mal alors… Spock lui avait dit qu'ils lui faisaient mal parce qu'ils étaient méchants… Est-ce qu'ils faisaient aussi des punitions qui faisaient mal parce qu'ils étaient mauvais ? Elle comprenait, du moins un peu, elle hocha la tête. « Bien, allons-y si vous le voulez bien. » Proposa Spock en l'initiant hors des tatamis, elle remit ses chaussures et elle le suivit à l'extérieur, le lieutenant toujours sur leur trace.