Warning : Crise de dissociation, pensées suicidaires implicites (je ne sais vraiment pas comment on en est arrivé là..)

Après leur retour du gymnase, T'Meï et Spock s'étaient installés tranquillement dans la sécurité et le calme de leur quartier. Spock était retourné travailler à son ordinateur tandis que T'Meï s'occupait sur son padd. Elle avait mené quelques recherches, sur ce qu'était la théorie, le terme qu'avait utilisé Spock plus tôt dans le gymnase. Elle n'avait pas tout à fait tout compris, mais de ce qu'elle en avait saisi, la théorie était une sorte d'ensemble d'idées, le padd avait utilisé les termes de concept et d'abstrait, appliqué à quelque chose. Elle avait évidemment immédiatement recherché le sens de ces deux nouveaux termes, le premier, concept, renvoyait aussi semble-t-il à une idée, une représentation, là encore le padd utilisa le terme d'abstrait et elle rechercha en suivant des informations à ce sujet. Mais, ce dernier semblait encore plus complexe à comprendre que théorie et concept, la définition la renvoya au mot abstraction et elle poursuivit son enquête, mais en vain, tout ce qu'elle comprenait c'était que l'abstraction était une chose hors de la réalité, elle ne comprenait pas bien, comment une chose pouvait exister mais en même temps ne pas être ? Est-ce que les idées étaient comme les rêves ? Des mirages…

Le temps passa ainsi dans une tranquillité relative jusqu'à qu'arrive le soir où Spock proposa à nouveau à T'Meï de se rendre au mess pour partager le repas avec le capitaine et le docteur. La petite fille, encore très effrayée par la mémoire de ce qu'il s'était passé le matin, hésita d'abord, avant d'accepter en ayant les assurances de Spock que tout allait bien se passer et qu'elle ne courrait aucun danger. Ils quittèrent les quartiers et se dirigèrent comme le matin en direction du mess des officiers, le lieutenant Evans sur leur talons. Ils arrivèrent quelques minutes plus tard et furent accueillis par la foule et le bruit qui régnaient toujours ici et à ces heures là. Le docteur ni le capitaine n'étaient déjà là et Spock leur trouva une petite table tranquille, il laissa T'Meï avec le lieutenant le temps d'aller chercher leur deux plateaux de nourriture et revint une petite minute plus tard. Il lui avait pris un bol d'un potage aux légumes, accompagné d'une portion de riz et d'un fruit. Alors qu'il posait le plateau devant elle et s'asseyait sur la chaise d'en face, l'invitant à manger, l'enfant perçut le bruit des pas qui s'approchaient d'eux, et se tendit légèrement.

« Commandeur, pouvons-nous nous joindre à vous ? Je suis sûre que Shiva et T'Meï apprécieraient de manger ensemble ? » Annonça une voix féminine. « Bien sûre, lieutenant Lee, qu'en dites-vous T'Meï ? » L'interrogea Spock. La petite fille ne s'était pas vraiment attendue à que l'on demande son avis et se contenta de hocher la tête et les deux nouvelles venues prirent place autour de la table. Shiva, dès qu'elle fut installée à côté d'elle, se mit immédiatement à lui parler, discutant à propos de tout et de rien, elle lui parlait de la poupée que sa gardienne lui avait donnée et de la base où ils arriveraient demain, elle était assez inquiète à ce sujet, comme ils ignoraient à qui ils allaient être confiés, mais elle trouvait la présence des autres enfants avec elle rassurante. T'Meï ne pouvait pas en dire autant, comme elle allait être séparée des autres enfants, ne se dirigeant pas vers le même endroit qu'eux, mais temps qu'elle serait avec Spock elle savait qu'elle n'aurait rien à craindre. Elle en dit de même à Shiva, la jeune Orion fut surprise d'apprendre qu'elle ne les accompagnerait pas demain, cela en particulier sembla l'inquiéter plus que de mesure et Spock dut intervenir pour expliquer que T'Meï, en raison de sa nature vulcaine, serait conduite sur New Vulcain, afin d'être retournée parmi les siens. Cela ne sembla pas particulièrement rassurer Shiva, qui lui demanda si elle s'y retrouverait toute seule, T'Meï hésita à lui parler du fait que Spock l'accompagnerait, comme elle n'était toujours pas tout à fait sûre de ce fait là, mais Spock prit les devants, expliquant à sa place la situation à la jeune Orion. Shiva parut surprise mais ne rajouta pas d'autres questions, gardant semble-t-il ses interrogations pour plus tard, probablement pour quand les deux jeunes filles pourraient se parler seule à seule, aucune des deux ne savaient cependant si une telle occasion se présenterait. Alors que la table était plongée dans une discussion tranquille, tout en étant occupé à leur repas, des traces de pas se firent entendre, la jeune fille se tendit immédiatement au bruit, puis se détendit en entendant Spock saluer le Capitaine. Ce dernier salua la tablée, avant de demander s'il pouvait prendre place avec eux, après un sondage rapide auprès des deux enfants Spock et le lieutenant Lee lui dirent de s'asseoir et il prit place à la table.

« Alors T'Meï, comment était ton après-midi ? » L'interrogea le capitaine, elle posa sa cuillère sur son plateau et tourna légèrement son visage dans sa direction. « J'ai fais des recherches sur mon padd et Spock m'a enseigné comment me défendre. » Expliqua-t-elle. « Spock vous a appris à vous battre ? » Releva Kirk avec un air étonné. « T'Meï a émis la demande d'apprendre à se battre afin de mieux pouvoir se défendre, je lui ai surtout appris à identifier ses forces et ses faiblesses et à s'en servir pour établir une stratégie de défense quand elle se retrouve dans une situation d'affrontement. » Expliqua Spock. « Je vois. » Répondit le capitaine, visiblement satisfait de cette explication.

« Est-ce que je pourrais aussi apprendre à me défendre ? » Questionna alors timidement la jeune fille Orion. « Euh, je pense que c'est envisageable, je peux vous donner quelques cours d'autodéfense, qu'en pensez-vous Capitaine ? » Interrogea avec hésitation le lieutenant Lee. « Pourquoi pas, tant que c'est fait en faisant attention à la sécurité des enfants. » Répondit le Capitaine. « Et vous, Shiva, qu'avez-vous fait de votre après-midi ? » Demanda-il alors. La petite fille, visiblement intimidée par le capitaine, répondit faiblement qu'elle s'était occupée à jouer avec des jouets que lui avait fournie sa gardienne. « Pourquoi ne joueriez-vous pas ensembles toutes les deux ? » Questionna alors le capitaine. « Ça serait une grande idée je pense, qu'en penses-tu Shiva ? » Répondit le lieutenant Lee. « Ça me plairait. » Répondit-elle timidement. « Et toi T'Meï ? » La questionna-t-on. La petite fille, toujours surprise que l'on vienne chercher son avis se contenta d'abord de lever un sourcil perplexe. Elle voulait bien jouer avec Shiva, si elle comprenait seulement ce qu'était un jeu, elle supposait qu'elle verrait bien sur le moment. « Je n'y serais pas opposée. » Répondit-elle.

« Nous pourrions nous retrouver demain matin après que les enfants aient été vu par le docteur, si vous êtes disponible Commandeur et si cela vous convient, comme ça les enfants pourrons jouer un peu ensemble avant que nous arrivions à la station ? » Proposa le lieutenant Lee. « Si cela convient à Shiva et à T'Meï, ça me convient tout à fait. » Accepta facilement Spock. Les deux enfants hochèrent la tête ensemble. Shiva était très satisfaite de pouvoir passer du temps avec sa nouvelle amie vulcaine, quant à T'Meï… elle n'était ni satisfaite, ni insatisfaite et se contentait de suivre le mouvement. Le repas se poursuivit dans le calme, les trois adultes discutant tranquillement entre eux. Shiva posait de temps en temps une question à T'Meï mais, les deux n'osaient pas tellement interrompre les adultes et se contentaient d'être silencieuses la plus part du temps, à part quand on leur posait une question. Finalement, après qu'ils eurent terminés leur repas, le petit groupe se sépara, chacun regagnant ses quartiers, Spock et le Capitaine échangèrent encore quelques mots avant de se quitter. Le capitaine proposa à Spock une partie de jeu d'échec, dans une soirée prochaine, et le vulcain accepta facilement l'offre, indiquant seulement qu'il préférait que T'Meï puisse se reposer tôt ce soir, après la journée qu'elle avait eu, et qu'ils pourraient jouer demain soir. Le Capitaine accepta et ils se séparèrent. Spock, T'Meï, accompagnés du Lieutenant Evans, regagnèrent leur quartier. Un nouveau lieutenant attendait devant la porte, il se présenta sous le nom de Ghan et expliqua qu'il venait prendre la relève d'Evans qui quitta alors leur compagnie, les assurant qu'il les retrouverait demain matin.

« Voulez-vous méditer un peu avant d'aller dormir ? » Questionna Spock alors qu'ils pénétraient à l'intérieur des quartiers. La petite fille se frotta doucement les yeux, elle était fatiguée, mais elle redoutait le sommeil, avec toute l'agitation de la journée, méditer ne pourrait pas être mauvais, et peut-être cela l'empêcherait de faire des cauchemars. Elle hocha la tête et ils se déplacèrent vers l'espace de méditation. Spock l'invita à prendre place sur un coussin et elle obéit, elle l'entendit se déplacer autour puis une odeur étrange, qu'elle avait déjà senti quelques jours auparavant quand elle avait médité avec Spock, s'éleva dans l'air. Elle interrogea le vulcain à ce sujet. « Qu'est-ce que c'est qui sent ? » Demanda-t-elle. « C'est de l'encens vulcain. » Répondit Spock. « C'est quelque chose qu'on utilise pour se concentrer pendant la méditation, est-ce que l'odeur vous dérange ? » L'interrogea-t-il. Elle secoua la tête et il vint prendre place en face d'elle. Comme la première fois où ils avaient médité ensemble, il lui demanda si elle souhaitait méditer librement ou si elle voulait qu'il la guide, elle choisit à nouveau cette seconde option, comme elle ne se sentait pas tout à fait sûre d'y arriver par elle-même, et ils commencèrent la méditation.

Spock l'invita d'abord à se concentrer sur son corps, ses sensations physiques, extérieures, puis intérieures. Elle trouvait l'exercice un peu désagréable, se concentrer sur son corps la rendait le plus souvent un peu mal à l'aise. Elle était comme trop… consciente de ses différentes sensations, et plus elle se concentrait dessus, plus elles étaient présentes. Le contact le plus doux commençait à lui gratter la peau et la douleur, fantôme à présent, revenait à l'avant de son esprit. Il l'interrogea sur ses sensations et elle commença à énumérer tout ce qu'elle ressentait : La surface du coussin sous elle, ses pieds qui effleuraient la moquette, ses cheveux qui tombaient en cascades sur ses épaules et son dos, le contact doux de ses vêtements, sa peau qui grattait un peu par endroit, un chatouillement désagréable dans son nez… Elle énuméra toutes ces sensations, omettant, elle ne savait vraiment pourquoi, de parler de la douleur de ses anciennes blessures, qui semblait prendre en force à mesure qu'elle était focalisée dessus. Elle remua légèrement sur le coussin, quelque peu mal à l'aise. Le mouvement et le bruit soudain et léger alerta Spock qui la questionna.

« Vous sentez-vous bien ? » Lui demanda-t-il et elle haussa légèrement les épaules avant de secouer la tête, penaude et un peu honteuse de ne pas parvenir à effectuer un exercice de méditation aussi simple. « Que ressentez-vous ? » La questionna-t-il. Elle serra ses bras faiblement autour d'elle, comme pour sa rassurer alors qu'elle cherchait un moyen d'expliquer ce qui l'indisposait. « Tout est trop… sensible… » Tenta-t-elle d'expliquer. « Vos sensations ? » Demanda-t-il et elle hocha la tête. « Avez-vous mal quelque part ? » L'interrogea-t-il soudainement soucieux. Elle ne savait pas comment répondre, elle ne savait pas comment lui expliquer que les blessures faisaient parfois encore mal, même quand elle n'était plus blessée, que la douleur dans son corps revenait parfois comme une morsure, brûlante, qu'elle avait l'impression que son esprit et son corps avaient été déchirés et qu'elle était détruire à l'intérieur. « T'Meï ? » L'interrogea-t-il d'une voix inquiète après un moment, elle secoua la tête, des larmes se glissant dans ses yeux et dévalant ses joues, comme autant de torrents désespérés. Elle l'entendit bouger, se lever, se déplacer vers elle et involontairement elle se tendit. Tout était soudainement trop sensible, son corps, ses émotions, elle ne voulait pas avoir peur de lui, mais dans cet instant elle aurait eu peur, elle aurait sursauté au moindre bruit et au moindre mouvement. Il ralentit et s'arrêta en voyant la peur transpirer à travers son corps, puis s'assit doucement à côté d'elle.

« De quoi avez-vous peur présentement ? » L'interrogea-t-il. De tout, absolument tout, comment pouvait-elle expliquer, ce fleuve de terreur pure qui se rappelait à elle, comme autant de souvenirs horribles qui déchiraient à travers ses pensées ? A nouveau, elle était de retour là-bas, enfermée dans cette cellule froide, elle pouvait presque sentir le collier serré autour de sa gorge, la morsure de l'air froid sur sa peau et les mains sur elle comme autant de fantômes. Elle n'arrivait pas à parler ni à penser, tout était soudainement si fort, trop présent et rien ne paraissait réel. Elle ne savait plus, ce qui était vrai ou faux, après tout peut-être dans son désespoir, sa douleur et sa solitude, avait-elle imaginé tout ceci, Spock, l'Enterprise, le docteur, le gentil Capitaine. Elle sentit la chaleur du contact d'une main sur son épaule, sa peau, elle voulait courir, fuir, loin, mais son corps restait figé, elle ne pouvait pas bouger, elle ne pouvait pas s'enfuir, elle était paralysée. Elle avait peur, elle avait tellement peur, la main sur son épaule s'éloigna alors et elle entendit une voix appeler son nom.

« T'Meï ? » Elle savait qu'elle devait, qu'elle devrait répondre, mais elle était incapable de bouger ou de faire un son. « Je vais appeler le médecin, d'accord ? » Parla de nouveau la voix. Le médecin ? Elle ne voulait pas voir de médecin, elle n'aimait pas les docteurs. Qu'est-ce qui n'allait pas avec elle ? Elle écouta distraitement la voix parler à quelqu'un, expliquant qu'elle ne se sentait pas bien et qu'il fallait que le docteur vienne. Quelque part, là aux confins de son esprit où elle s'était solidement enfermée, elle pensa qu'elle ne voulait pas déranger le docteur pour rien. Elle allait bien, elle n'étais pas blessée… Elle aurait du ? Ne devrait-elle pas être blessée ? Pourquoi avait-elle si mal si elle n'était pas blessée ? Pourquoi avait-elle mal ? « Attendez… » Parla la voix et elle l'entendit bouger près d'elle, se lever, et marcher dans la pièce, avant de revenir. « Je vais poser Sor sur vos genoux, d'accord ? » Elle ne bougea pas, elle était incapable de répondre. Elle sentit une masse légère être posée sur ses jambes. Même la pauvre petite peluche qu'elle affectionnait tant lui paraissait comme une menace à présent, et elle voulait reculer, s'enfuir, mais elle ne pouvait pas faire un seul geste, un seul mouvement.

« Le docteur va arriver, tout va bien T'Meï, vous êtes en sécurité… » Rassura la voix, elle n'était pas en sécurité, elle ne pouvait pas être en sécurité, pas ici, ni nulle part, pas avec les maîtres, pas avec personne. La voix continuait de lui parler, mais elle ne l'entendait qu'à moitié, elle avait l'impression qu'il était de plus en plus éloigné, et un bourdonnement de plus en plus fort semblait recouvrir tous les sons. Elle entendit vaguement après un moment une porte s'ouvrir, elle savait ce qui allait arriver, elle y était préparée. Il y avait une nouvelle voix maintenant, une autre voix d'homme, c'était toujours des hommes, elle demanda à la première voix ce qu'il s'était passé. L'autre voix expliqua qu'ils étaient entrain de méditer quand elle avait commencé à avoir un comportement étrange et que depuis elle ne bougeait plus et ne répondait plus. Méditer, oui, elle était entrain de méditer, c'est vrai. Pourquoi n'arrivait-elle pas à méditer ? Elle entendit le bruit d'appareils et des mouvements autour d'elle.

« Ses signes vitaux sont bons… mais ces signaux neuraux sont partout… Je pense qu'elle est dans une sorte d'état de choc, un état dissociatif… T'Meï ? Est-ce que tu m'entends enfant ? » Demanda la voix. Oui. Elle l'entendait, doucement, elle rassembla ses forces pour hocher la tête. Elle entendit l'homme pousser un soupire, était-il soulagé ? Est-ce qu'elle l'agaçait ? Elle n'était pas sensée les agacer, ce n'était pas bien, elle devait être sage, docile, obéissante. « Enfant, est-ce que tu sais où tu es ? » L'interrogea la voix. Était-elle sensée le savoir ? Elle ne savait pas, elle aurait du le savoir… Ce n'était pas normal… Pourquoi tout paraissait aussi étrange ? Devrait-elle dire qu'elle ne savait pas ? Cela les mettraient-ils en colère ? Elle ne voulait pas qu'ils soient en colère contre elle, elle avait peur. Elle ne répondit pas. « T'Meï ? Tu te trouves sur le vaisseau Enterprise, de la Fédération. Est-ce que tu t'en souviens ? » Demanda la voix. Le vaisseau… Oui… Elle se rappelait, le vaisseau était venu les chercher dans la prison… Alors, elle n'était plus là-bas ? Elle voulait demander, si elle n'était plus là-bas, c'était une question idiote sûrement mais elle avait besoin de savoir, mais elle ne pouvait rien dire. Elle se contenta seulement de hocher la tête.

« T'Meï, est-ce que tu sais qui je suis ? » L'interrogea-t-il. C'était le docteur… Elle le savait… Mais pourquoi avait-elle besoin d'un docteur, était-elle blessée ? Elle avait mal, elle devait être blessée… Mais la douleur, elle était étrange… Tout était bizarre… Pourquoi ne pouvait-elle pas bouger ? Parler ? Est-ce qu'elle était morte ? Est-ce qu'elle était entrain de mourir ? Elle ne savait pas vraiment comment se sentir à se sujet… Était-elle soulagée ? Avait-elle peur ? Elle était terrifiée, mais de toutes ses sources de terreur, la mort paraissait une crainte bien moins importante. Sans doute, aurait-il du revêtir en cet instant un bien plus grand intérêt, mais elle n'arrivait tout simplement pas à considérer ce fait là avec la crainte qu'elle aurait du éprouver à ce sujet, tout son esprit était déjà occupé par la terreur et le débordement de sentiments qu'elle ressentait. « Je suis le docteur McCoy, Bones, et nous sommes avec Spock aussi… » Expliqua-t-il. Bones… Pourquoi s'appelait-il Bones ? C'était un nom étrange. Mais elle connaissait ce nom, elle le savait, elle connaissait aussi Spock, c'était le vulcain qui l'avait sauvée, c'était Sa-mekh, et le docteur McCoy l'avait aidée à guérir et il était gentil, pas comme les autres docteurs…

« Je suis là. » Vint l'autre voix, cette fois elle reconnut celle de Spock. Elle voulait, à présent, elle aspirait à sa présence, son contact, elle voulait qu'il la réconforte comme sa Ko-mekh la réconfortait, en la prenant et en la serrant contre lui dans ses bras. Même si, elle avait sans doute trop peur présentement pour pouvoir être touchée. « Tu es en sécurité enfant, essayes de te concentrer sur ma voix… Est-ce que tu penses que tu pourrais me parler ? » Questionna le docteur McCoy. Elle ne savait pas, elle ne semblait même pas capable de bouger. Elle essaya, cependant, péniblement. « Oui… » Vint sa voix fragile et faible, elle avait l'air d'être sur le point de se briser… « Est-ce que tu peux me dire où est-ce que tu es et qui nous sommes ? » Demanda-t-il. Elle dut réfléchir et se concentrer pour pouvoir lui répondre. « Sur l'Enterprise… Bones et Sa-mekh… » Répondit-elle faiblement. « Sa-mekh ? » Interrogea le docteur. « C'est un mot vulcain… ça veut dire père… » Répondit Spock, elle l'entendit se rapprocher légèrement. « Oh… d'accord. C'est très bien T'Meï, continue de te concentrer sur ma voix, tout va bien, ça va aller, tu es ici, sur l'Enterprise, en sécurité, il n'y a aucun danger, d'accord ? Est-ce que tu peux me dire comment tu te sens ? » L'interrogea-t-il. Elle réfléchit un moment, elle ne savait pas comment dire, comment expliquer, tout paraissait si irréel… Elle secoua la tête.

« Je peux peut-être tenter une fusion pour essayer de comprendre ce qui ne va pas. » Proposa Spock. Non ! Elle ne voulait pas, elle ne pouvait pas fusionner, elle allait lui faire mal, elle ne voulait pas le blesser, elle secoua brutalement la tête. « D'accord, d'accord, nous ne ferons rien que vous ne voulez pas. » Rassura Spock. « De toute façon, je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée, je n'ai aucune connaissance sur les effets que pourrait avoir une fusion mentale avec un patient en pleine crise de dissociation, je ne veux pas prendre de risques… » Expliqua le docteur. Elle se demandait ce que voulait dire le mot dissociation, est-ce que c'était pour ça qu'elle se sentait de cette façon et que tout paraissait irréel ? Elle entendit le vulcain interroger le docteur sur ce terme, elle se concentra sur la réponse pour essayé de comprendre ce qui se passait.

« C'est un état psychique où la personne se sépare, en quelque sorte, d'elle-même et du monde qui l'entoure. C'est un mécanisme de sauvegarde du cerveau pour survivre à une situation de stress extrême… Son esprit a du mettre ça en place pour survivre aux abus qu'elle subissait, le problème c'est qu'une fois qu'il n'y a plus d'agression, le cerveau peut garder ce réflexe et dissocier dès qu'il se sent menacé… T'Meï a eu une journée difficile, son esprit a sûrement du résister toute la journée, et quand elle a essayé de méditer, elle a du relâcher son contrôle, elle a été envahie par ses émotions et ses sensations, et son esprit a dissocié. Je pense que c'est ce qui s'est passé, on en saura sûrement plus quand on pourra l'interroger à ce sujet, mais pour l'instant elle n'a pas l'air en capacité de nous répondre, elle a besoin de se reposer, je peux lui donner quelque chose pour qu'elle dorme, mais je pense qu'elle peut réussir à dormir toute seule. Pas besoin de l'amener à l'infirmerie mais gardez un œil sur elle et prévenez moi si jamais quelque chose d'autre arrive. » Expliqua le docteur. Oh, alors quand elle se séparait de son corps, quand les maîtres faisaient les mauvaises choses, c'était à cause de ça ?

« Que puis-je faire quand elle dissocie ? » Demanda le vulcain. « Vous pouvez l'aider à se concentrer sur l'endroit où elle se trouve et avec qui et lui rappeler qu'elle est en sécurité. La dissociation va souvent de paire avec de la déréalisation, c'est à dire qu'elle ne va plus se rappeler d'où elle est ni avec qui elle est, je vous laisse imaginer dans quel genre d'endroit elle peut penser qu'elle se trouve alors… Quand vous voyez qu'elle commence à répondre vous pouvez aussi essayer de lui parler de souvenirs agréables pour qu'elle se focalise sur les bonnes choses et pas sur les mauvais souvenirs… » Expliqua-t-il. Alors c'était pour ça qu'il lui avait demandé toutes ces choses ? Elle entendit le docteur s'éloigner et des traces de pas venir vers elle, elle se tendit. « C'est juste moi, Spock… » La rassura-t-il et elle se détendit légèrement. Elle l'entendit se baisser puis sa voix vint de quelque part en face. « Je suis là, tout va bien, tu es en sécurité, il n'y a rien à craindre, je ne vais pas te faire de mal… » Ses mains s'agitèrent soudainement et elle chercha la forme molle sur ses genoux, ses doigts se glissèrent dans le pelage doux de l'animal en peluche. « Sa-mekh … » Appela-t-elle faiblement.

« Tout va bien, je suis là. Puis-je vous toucher ? Je ne vais pas te faire de mal. » Répéta-t-il. La petite fille réfléchit un instant avant de hocher la tête. Elle sentit le contact d'une main sur son bras, et les émotions passer à travers, protection, stabilité, sécurité, amour. Elle voulait se fondre dans le contact, dans ses sentiments. Il dut sentir son besoin et il se déplaça doucement vers elle, et lentement, il passa ses bras autour de son dos. Elle trembla légèrement, avant de se détendre, et alla se blottir dans ses bras. Il la serra doucement contre son torse, lui répétant les assurances qu'elle était en sécurité et que personne n'allait plus lui faire de mal. Ils restèrent là un long moment, elle blottit contre lui, et lui, la serrant dans ses bras. Jusqu'à qu'elle le sente se déplacer, il la souleva tout en se redressant et elle les sentit bouger, puis il l'allongea quelque part. « Essayez de vous reposer, je vais rester là, il ne va rien se passer, d'accord ? » Lui demanda-t-il et elle hocha doucement de la tête. Elle était épuisée, elle se demandait si c'était un contre coup de ce qu'il s'était passé… Elle commença à flotter, elle résista un peu au début, de crainte de faire encore la chose, de se séparer de son corps, mais le contact de la main de Spock sur son bras et le murmure doux et rassurant de ses émotions la fixait à l'endroit et à l'instant où elle se trouvait. Elle se recroquevilla, serrant doucement la petite peluche contre sa poitrine, elle sentit Spock bouger contre elle et quelque chose de doux et de chaud vint la recouvrir. Elle entendit vaguement le docteur parler, et Spock lui répondre, mais elle était trop fatiguée pour faire attention à ce qu'ils disaient, finalement, elle sombra dans le sommeil…