Tout était noir et elle courrait dans l'obscurité. Les murs étaient tapissés de cris, des hurlements, elle savait qu'elle reconnaissait leur voix, mais elle était incapable de dire de qui il s'agissait. Tout se mélangeait dans son esprit et une espèce de sentiment d'urgence la poussait en avant. Elle entendait les pas lourds après elle, il y avait quelque chose qui courrait à sa suite, elle était poursuivie. Elle essaya de courir plus vite, mais plus elle accélérait son rythme, plus il lui semblait ralentir et plus les pas derrière elle paraissaient se rapprocher. Il était quasiment dans son dos maintenant, et elle savait, que si elle s'arrêtait, il la rattraperait. Elle devait continuer de courir. A mesure qu'elle courrait, le sol sous ses pieds semblait se déformer, se recouvrant de creux et de bosses dans lesquels elle trébuchait, elle tomba finalement et gémit en heurtant le sol. Elle essaya de se relever rapidement, mais le temps qu'elle se redresse la forme qui la poursuivait était sur elle. Elle sentit une main s'enrouler autour de son bras et elle poussa un cri de terreur. L'être la tira, la traînant sur le sol, elle l'entendait pousser des grognements étranges. Elle cria, appelant Spock, Ko-mekh, Bones, le capitaine, n'importe qui à son secours. Elle entendit le son de l'ouverture d'une porte et elle fut jetée en avant sur le sol, elle se dressa sur ses pieds, ses jambes tremblaient, mais elle essaya de courir pour atteindre la porte, mais celle-ci se referma sur elle et ses poings vinrent se fracasser contre le mur.

« Non ! » Hurla-t-elle en tapant la porte avec ses poings, en vain. Finalement, elle se recroquevilla sur le sol, serrant ses jambes à sa poitrine et éclata en larmes. Alors que le bruit de ses sanglots semblait remplir tout l'espace de la petite pièce, elle perçut le son d'une autre respiration, qui semblait venir de l'autre côté de la cellule. « Est-ce qu'il y a quelqu'un ? » Appela-t-elle d'une voix tremblante. « Qui est là ? » Appela-t-elle encore. « Spock ? Bones ? » Demanda-t-elle avec espoir. Alors qu'elle disait leur noms, elle entendit un rire, venant de l'autre bout de la pièce. Le rire était rauque, guttural et effrayant, il lui glaça le sang. « Ils sont tous morts… » Répondit une voix. « Quoi ? Non… non, non, non… » Répéta-t-elle, sa voix tremblante. Elle sentit la boule de terreur dans son estomac grossir. « Ils sont tous morts, à cause de toi… » Répondit la voix en riant. Non, non, non, pourquoi ? Ce n'était pas possible… La menace des pirates lui revint en mémoire… Ils les avaient tué, ils avaient tué tout le monde… Parce qu'elle n'avait pas obéi, et maintenant elle était de retour dans une cellule sombre et froide et il n'y avait plus de Spock, plus de Bones, plus de gentil capitaine pour la protéger, par sa faute… Elle entendit un bruit de mouvement à l'autre bout de la cellule, puis le son de pas se dirigeant vers elle. Elle se redressa et chercha à reculer mais son dos heurta le mur derrière elle. « Pitié… » Pleura-t-elle alors que la présence continuait d'avancer dans sa direction. Elle l'entendit de nouveau rire.

« Tu penses que tu mérites de la pitié ? Alors que ta mère, ton père, Spock, tous les gens que tu aimais sont morts par ta faute ? » Grogna la voix, plus proche maintenant. Non, ce n'était pas vrai, Spock avait dit que sa Ko-mekh n'était pas morte à cause d'elle, et son Sa-mekh était mort dans l'explosion, il mentait… C'était faux… Ça ne pouvait pas être vrai… « Vous mentez ! » Pleura-t-elle. « Spock ! » Cria-t-elle. « Sa-mekh aidez moi, à l'aide ! » Implora-t-elle. La présence était toute proche à présent, elle recula vers un coin de la pièce et s'effondra sur le sol. « Pitié ! » Elle l'entendit rire à nouveau, puis elle sentit des mains froides s'enrouler autour de ses bras, ramper sur sa peau, se glissant sur son corps. Elle chercha à se débattre, frappant son adversaire avec ses pieds et ses poings, mais c'était comme si toutes ses forces l'avaient quittée, elle était impuissante, incapable de lutter. Elle essaya de crier, d'appeler à l'aide, mais en vain, aucun son ne semblait plus sortir de sa bouche. Elle sentait les mains, partout sur elle, ramper et se faufiler, tordre et gratter sa chaire. Soudain, elle entendit la porte craquer et s'ouvrir sous un coup violent. Puis un cri, sombre, déchira l'air. « Kroykah ! » Elle reconnut immédiatement la voix. Elle entendit la nouvelle présence faire son chemin à travers la pièce, puis la forme au-dessus d'elle et les mains sur sa peau disparurent soudainement, comme si on les avait arraché d'elle. Elle se recroquevilla dans le coin de la pièce, effrayée et tremblante.

« C'est fini, je suis là… » Rassura doucement la voix. Elle leva la tête et regarda à l'obscurité tout autour d'elle. « Sa-mekh ? » Appela-t-elle faiblement. « Je suis là… » Répéta-t-il. Elle l'entendit bouger vers elle et elle se tendit. « Il n'y a plus rien à craindre. Tu es en sécurité. » Elle l'entendit s'asseoir près d'elle et des bras chauds et forts vinrent la serrer doucement, elle alla se blottir contre son torse et il la tint contre lui. Elle sentit un baiser doux effleurer ses cheveux. « Où sommes-nous ? » Demanda-t-elle, un peu perdue, elle se rappelait vaguement de s'être assoupie dans les quartiers et elle ne se souvenait pas de ce qu'il s'était passé après. Avaient-ils été attaqués ? « Nous sommes dans ton esprit, tu faisais un cauchemar, mais c'est fini maintenant, je suis là, je vais veiller sur ton sommeil, reposes-toi… » Dit-il. Oh, elle rêvait ? Pourquoi était-il dans sa tête ? « Êtes-vous réel ? » Demanda-t-elle. Elle ne savait pas s'il était vraiment dans son esprit, ou si elle l'avait juste imaginé, elle n'avait jamais reçu de visite d'un autre esprit dans son sommeil avant, elle ne savait même pas que c'était possible. Mais en y réfléchissant, c'était quelque chose de plutôt logique. Si les télépathes pouvaient entrer dans l'esprit des gens quand ils étaient éveillés, ils pouvaient sûrement aussi le faire quand ils dormaient… « Oui… Je suis là maintenant… » Entendit-elle faiblement. Elle sentit quelque chose de chaud l'envahir, et les sentiments d'amour et de protection couler en elle. Elle se blottit dans la chaleur et les sensations douces et elle resta longtemps ainsi, jusqu'à que le rêve s'estompe…

Elle cligna des paupières et ses yeux s'ouvrirent à nouveau sur l'obscurité. C'était un des principaux défauts de ses rêves, quand elle se réveillait d'un cauchemar, elle n'était jamais sûre d'être vraiment bien éveillée ou de rêver encore… Elle flottait ainsi quelques instants, perdue encore dans l'écume du rêve, quelque part entre le sommeil et l'éveil. Mais, jusque là, son quotidien avait été pareil à ses cauchemars et qu'elle soit éveillée ou endormie ne changeait pas grand-chose. Jusqu'à il y a quelques jours du moins. Tout avait changé maintenant, son monde de douleur avait disparu. Elle était encore hésitante et incertaine, face au nouvel univers, à la nouvelle vie qui s'offrait à elle, craignant que tous ces bienfaits disparaissent soudainement et qu'elle se réveille dans le froid de sa prison, ou que ses gardiens se changent brusquement en montres. Mais ça n'arriverait pas, n'est-ce pas ? Spock, le capitaine, Sulu, le docteur, ils étaient tous gentils… Ils ne lui feraient pas de mal ? Elle entendit du mouvement dans la pièce et elle se figea.

« Kan-bu, tu es réveillée. » Vint la voix de Spock, elle se détendit très légèrement et se déplaça sur le canapé pour s'asseoir, tenant la couverture autour d'elle. « Comment te sens-tu ? » Le souvenir de sa nuit agitée et de ce qu'il s'était passé dans la soirée lui revint en mémoire. Elle baissa la tête, honteuse. « Je suis désolée… » Murmura-t-elle. Elle l'entendit se déplacer jusqu'au canapé et prendre place à côté d'elle. « Il n'y a rien pour lequel tu doives être désolée, pourquoi l'es-tu ? » Lui demanda-t-il. Elle haussa légèrement ses épaules. « Hier… » Répondit-elle simplement. « Hier, tu n'allait pas bien, tu n'as pas à t'excuser de ne pas aller bien, ce n'était pas de ta faute. Tu comprends ? » Elle hocha la tête, ses mains papillonnèrent à la recherche de son lapin, elle trouva Sor non loin et le prit soigneusement sur ses genoux. « J'aimerai savoir comment tu te sens aujourd'hui ? » Demanda de nouveau Spock doucement. La petite fille réfléchit, fixant l'obscurité devant elle, elle ne sentait rien, elle était comme vide, son corps et son esprit étaient comme engourdis.

« Vide… Engourdie… » Répondit-elle. Elle avait peur, aussi, mais elle n'osait pas le dire. Elle savait qu'il lui demanderait ce qui l'effrayait et elle ne savait pas quoi répondre. Elle avait peur de tout, du monde derrière la porte de leur quartier, de retourner dans sa prison, des maîtres, de la Nouvelle Vulcain, et aussi un peu de Spock… Elle ne se l'expliquait pas et en réalité elle avait aussi un peu honte d'avoir peur encore de lui. Il avait été si gentil avec elle et malgré cela, elle avait toujours peur… Elle se demandait si un jour elle finirait par ne plus avoir peur… « Je… » Elle hésita, incertaine de ce qu'elle voulait dire exactement. « Tu peux tout me dire. » La rassura Spock en la poussant gentiment. « J'ai… j'ai peur… » Murmura-t-elle. « De quoi as-tu peur ? » L'interrogea-t-il. A nouveau elle haussa faiblement les épaules. Comment pouvait-elle lui expliquer ? Elle aimerait pouvoir partager ses pensées avec lui, mais elle avait peur de le blesser… Elle soupira doucement, serrant faiblement ses bras autour d'elle. « J'ai peur de retourner chez les maîtres… » Murmura-t-elle, ce n'était pas tout mais c'était déjà un bon début. « Ça n'arrivera pas, je te le promet. Je ne les laissera pas te reprendre et je ne t'abandonnerai pas. De quoi d'autre as-tu peur ? » Demanda-t-il. « D'être blessée à nouveau… » Dit-elle faiblement. « Ça n'arrivera pas non plus, tu es en sécurité, personne ne va plus te faire de mal. Quoi d'autre ? » Insista-t-il. Elle avait peur de se retrouver seule dans un endroit inconnu. « J'ai peur d'aller seule sur la Nouvelle Vulcain… » Expliqua-t-elle. « Tu n'y seras pas seule, quoiqu'il se passe, je serais avec toi, tout le temps. Y a-t-il autre chose dont tu as peur ? » L'interrogea-t-il. Elle se mordit la lèvre, hésitante, elle ne voulait pas le mettre en colère en lui avouant la vérité, ou pire, le blesser, mais, elle voulait… il méritait son honnêteté. Elle ouvrit la bouche, hésita, puis la referma, elle ne pouvait pas le dire. C'était trop dur.

« Je ne peux pas… » Murmura-t-elle en baissant la tête et en serrant ses bras autour d'elle. Elle l'entendit bouger près d'elle et elle sentit sa main effleurer doucement son épaule, elle tressaillit au contact et il retira sa main. « Tu as peur de moi ? » Demanda-t-il, il n'y avait aucune accusation, aucune violence, aucune colère dans son ton. Doucement, elle hocha la tête, ses joues s'étaient recouvertes de vert. « C'est normal et compréhensible que tu ais encore peur. Je ne t'en veux pas, je ne suis pas en colère et je ne te ferais pas de mal. » La rassura-t-il. Elle voulait lui demander, quand est-ce qu'elle n'aurait plus peur ? Comment faire pour qu'elle cesse d'être constamment terrifiée ? Comment pouvait-elle encore avoir peur d'eux, alors qu'ils étaient si gentils et ne lui faisaient aucun mal ? « Quand est-ce que je n'aurais plus peur ? » Demanda-t-elle faiblement. « Ça viendra, peut-être, mais il va te falloir du temps pour reprendre confiance en les autres et en toi-même. Ça sera long et difficile aussi parfois, mais tu ne seras jamais plus seule, et je ferais tout ce qui est possible pour que tu ne sois plus jamais blessée comme tu l'as été. Tu es en sécurité maintenant, je sais que tu as du mal à le croire encore, mais ça viendra, ça prendra du temps pour que tu le comprennes, et c'est normal, d'accord ? Tout ce que tu ressens est normal T'Meï. » Expliqua-t-il. Pourquoi était-ce normal ? Pourquoi devait-elle avoir si peur ? Pourquoi avait-elle du subir toutes ces choses ?

« Pourquoi est-ce que j'ai tout le temps peur ? » Demanda-t-elle finalement. « Parce que tu as été traumatisée et que ce que tu as subi est très grave. Mais tu peux guérir maintenant, il te faudra du temps, mais je te promet que ça va aller, ça va s'arranger, d'accord ? » La petite fille hocha doucement de la tête, elle ne savait pas si elle serait capable d'aller mieux mais elle pouvait essayé. Une autre question lui vint en tête, alors qu'elle se remémorait ce qu'il s'était passé hier et la discussion qu'il y avait eu pendant le repas, elle fronça les sourcils et se tourna vers Spock. « Est-ce que je pourrais jouer avec Shiva aujourd'hui ? » Demanda-t-elle. Elle ne savait toujours pas en quoi consistait exactement le jeu, ni ce que c'était, mais elle avait envie d'essayé et elle avait envie de passer du temps avec son amie avant qu'elles ne soient séparées. « Bien sûre, vous pourrez jouer ensembles après le petit déjeuner et après avoir été toutes les deux vues par le docteur McCoy. » Répliqua Spock. Oh, et le docteur voudrait quand même bien qu'elles jouent ensemble même après ce qu'il s'était passé hier soir ? « Le docteur nous laissera jouer ensemble ? » Demanda-t-elle timidement. « Oui, pourquoi ne le ferait-il pas ? » Interrogea Spock. Elle haussa les épaules. « A cause de ce qu'il s'est passé… » Murmura-t-elle. « Hier soir ? » Demanda-t-il et elle hocha la tête. « Personne n'est fâché à cause d'hier soir, d'accord ? Personne ne t'en veux, il n'y a aucune raison que tu sois punie, et tu n'as pas t'en vouloir. » Dit-il. « Tu comprends ? » L'interrogea-t-il. Elle hocha la tête. « Oui. » Murmura-t-elle.

« As-tu d'autres questions ? » Demanda-t-il. Elle secoua la tête. « Bien, que veux-tu manger ? » La questionna-t-il. Elle haussa légèrement un sourcil. « Puis-je avoir des fruits ? » Demanda-t-elle. « Bien sûre. » Dit-il en se levant, elle l'entendit se diriger vers le synthétiseur. « Veux-tu autre chose ? » L'interrogea-t-il. Elle se mordit la lèvre, hésitante, le capitaine lui avait donné de la crème glacée hier après son cauchemar, elle avait trouvé ça plutôt bon, est-ce qu'elle aurait le droit d'en avoir de nouveau ? « Puis-je avoir de la crème glacée ? » Demanda-t-elle faiblement. « Bien sûre. » Répondit-il. Il synthétisa deux petits déjeuners puis ramena les assiettes et les bols jusqu'à la table basse. Elle se posa la question de pourquoi il ne lui avait pas proposé d'aller manger dans le mess aujourd'hui ? Peut-être était-ce à cause de ce qu'il s'était passé la veille ? Peut-être était-il inquiet ? « Tu peux manger. » Dit-il. Elle chercha sa cuillère et la trouva près de son assiette de fruits, elle commença à piocher dedans, alternant avec des cuillères de crème glacée, elle se demandait quel serait le résultat si elle mélangeait les fruits à la crème glacée… Elle avait très envie d'essayer mais elle n'osait pas demander à Spock si elle pouvait. Finalement, au bout de quelques minutes elle termina son assiette et le petit bol, Spock lui demanda si elle avait encore faim et elle secoua la tête, elle avait bien assez mangé et elle n'avait plus du tout faim. Il lui proposa alors d'aller prendre une douche et de se changer dans la salle de bain, elle hocha la tête et se leva, emportant Sor avec elle dans la pièce d'à côté.

Après une douche rapide et avoir enfilé de nouveaux vêtements elle retourna dans les quartiers où l'attendait Spock. Il lui demanda si elle était prête à aller voir le docteur et elle hocha la tête et ils sortirent tous les deux, elle emportant évidemment Sor avec elle, la peluche ne la quittait quasiment plus maintenant. Dehors ils furent salué par le lieutenant Evans qui avait repris son poste devant les quartiers du Commandeur tôt ce matin. Il demanda à T'Meï comment elle se sentait aujourd'hui, la petite fille à moitié cachée dans le dos de Spock répondit un « Bien. » timide et Spock les entraîna en direction de l'infirmerie. Après quelques couloirs et un court passage en turbolift, ils arrivèrent tous trois devant les portes de la baie médicale. A l'intérieur ils furent accueillis par l'infirmière Chapel qui les salua et dit à T'Meï de s'installer sur un lit tandis qu'elle allait chercher le docteur. Spock la guida jusqu'au lit et l'aida à grimper dessus. Le docteur arriva quelques instants plus tard.

« Spock, T'Meï. » Les salua-t-il. « Comment ça va ce matin enfant ? » L'interrogea-t-il d'abord. La petite fille haussa légèrement les épaules, elle ne se sentait pas particulièrement bien ni particulièrement mal. « Je fonctionne correctement… » Répondit-elle. Elle savait que c'était une réponse acceptable pour un vulcain, mais elle ne savait pas si c'était la réponse qu'attendait le docteur. « T'Meï, j'aimerai partager avec le docteur une partie de ce que tu m'as dis ce matin si ça ne te dérange pas ? » Sonda Spock. L'enfant hocha la tête, ce demandant de quelle partie il voulait parler avec le docteur. « Qui y a-t-il Spock ? » Questionna le médecin. « J'ai demandé à T'Meï comment elle se sentait ce matin et elle m'a dit qu'elle était engourdie et vide… » Répondit le vulcain. « Oui, ça peut-être une réaction à la crise qu'elle a traversé hier soir, c'est une réponse émotionnelle normale dans cette situation, il n'y a pas à s'en faire, ça va passer avec un peu de temps et de soin. » Répondit-il. « A propos d'hier soir, j'aimerai qu'on parle un peu de ce qu'il s'est passé T'Meï, si tu veux bien. » Questionna le médecin. La petite fille se tendit un peu, mal à l'aise, mais hocha la tête. Elle se doutait qu'il voudrait en parler avec elle.

« Bien, d'abord, de quoi te rappelles-tu ? Prends ton temps. » Demanda-t-il. Elle réfléchit un moment, se remémorant les évènements de la veille. Elle se souvenait qu'elle était entrain de méditer, puis ensuite, tout était flou… Elle se rappelait qu'elle avait eu l'impression d'être comme déconnectée de son corps, qu'elle ne sentait plus rien à part la peur et qu'elle ne pouvait plus ni bouger ni parler. « Je méditais avec Spock… Puis j'ai commencé à me sentir bizarre… Tout était flou et… c'était comme si plus rien n'était réel… Je ne pouvais plus bouger ni parler… » Expliqua-t-elle. Elle frémit un peu au souvenir. « Tout va bien T'Meï. Je pense que tu as eu ce qu'on appelle une crise de dissociation et de déréalisation. C'est un moment où ton esprit se déconnecte de ton corps et de ton environnement pour se mettre en sécurité. Le problème c'est que ton cerveau a pris l'habitude de faire ça parce que tu étais maltraitée, mais maintenant que c'est fini, ça peut arriver qu'il le fasse encore quand tu te sens menacée ou que tu as peur et comme tu as eu très peur hier ton esprit a violemment réagi. Mais je veux que tu comprennes que c'est une réponse normale à un événement traumatique, on va essayé de le traiter et de te soigner, mais ce n'est pas grave si tu traverses à nouveau ce genre de crise, personne ne va se mettre en colère contre toi à cause de ça, d'accord ? » Expliqua-t-il. Elle hocha la tête, peu convaincue. Ensuite, il l'examina, observant ses signaux vitaux, il lui demanda si elle avait mal quelque part et elle répondit que non, mis à part la douleur qui persistait dans sa tête et il lui parla de sa rencontre avec le guérisseur.

« Il montra à bord quand nous serons à la station, nous devrions y arriver cet après-midi et si tu te sens prête à le voir il pourra te rencontrer dès aujourd'hui. » Expliqua-t-il. Elle baissa la tête et se mordit les lèvres. A vrai dire, elle était assez effrayée par la rencontre. « Que va faire le guérisseur ? » Demanda-t-elle timidement. « Il va regarder dans ton esprit, essayer de comprendre ce qui ne va pas et le réparer, ça ne se fera sûrement pas en une fois mais il va t'aider à avoir moins mal. » Dit-il. Il allait regarder dans son cerveau ? C'était logique après tout, c'était un guérisseur pour l'esprit et un télépathe… Mais, elle avait fait mal à Spock quand il était entré dans sa tête, si elle faisait mal aussi au guérisseur ? S'il se mettait en colère contre elle et la blessait ? « Il est obligé de regarder dans mon esprit ? » Questionna-t-elle, inquiète. « Pour te soigner oui, mais il ne fera rien sans que tu ne sois d'accord, j'ai remarqué que depuis quelques temps tu sembles avoir peur des fusions, n'est-ce pas ? » Lui demanda-t-il. Elle hocha la tête. « Qu'est-ce qui te fait peur dans la fusion Kan-bu ? » Interrogea Spock doucement. Elle serra ses mains sur ses genoux. « J'ai peur de vous faire mal… » Répondit-elle.

« De me faire mal ? » Répéta Spock. Elle hocha la tête de nouveau. « Pourquoi est-ce que ça me ferait mal ? » Demanda-t-il curieux. « Parce que vous avez dit que ça vous avez fait mal la première fois que nous avons fusionné… » Expliqua-t-elle. Elle l'entendit se déplacer et venir s'asseoir à côté d'elle. « Ça m'a fait un peu mal, oui, parce que ton esprit était gravement blessé et que pour l'instant quand on se connecte à toi on est obligé d'éprouver ta douleur psychique, mais ce n'est pas grave et ce n'est pas de ta faute. Je n'étais pas en colère contre toi, d'accord ? » Dit-il. Elle ne répondit pas et ne bougea pas. « T'Meï ? » Appela-t-il doucement après un moment et elle hocha de la tête. « Personne ne va se mettre en colère contre toi et personne ne va te faire de mal. Le guérisseur va venir pour essayé de t'aider et pour te soigner. Et je resterai avec toi de toute façon, tu ne seras pas seule. » La rassura-t-il. Elle hocha de la tête à nouveau, elle n'était pas totalement convaincue mais elle était un peu rassurée de savoir que Spock serait avec elle.

« Avez-vous terminé Docteur ? » Interrogea Spock. « Tout me semble bon, vous pouvez y aller, j'ai entendu dire que tu allais jouée avec une amie ce matin T'Meï ? Tu dois être impatiente. Allé, allez-y, on se revoit cet après-midi, je veux être là aussi quand elle verra le guérisseur. » Indiqua le docteur. Elle sauta du lit médical et alla après Spock hors de l'infirmerie. A sa surprise, celui-ci n'emprunta pas le chemin de leur quartier, mais les mena vers une autre direction. « Où allons-nous ? » Demanda-t-elle un peu soucieuse. « Nous rejoignons le lieutenant Lee et Shiva dans une salle de jeu. » Répondit Spock en l'entraînant après lui. Une salle de jeu ? Les vaisseaux spatiaux disposaient vraiment d'une salle de jeu ? Elle trouvait décidément cet endroit bien surprenant. Cependant, elle ignorait toujours ce qu'était un jeu et elle espérait que cette absence de connaissance ne lui ferait pas défaut le moment venu… Elle se demandait si elle ne devrait pas interroger Spock sur ce sujet. Elle s'arrêta dans le couloir et Spock s'arrêta à son tour en voyant qu'elle ne le suivait plus. Elle l'entendit se déplacer vers elle puis quand il parla sa voix venait de quelque part en face d'elle. « Qu'y a-t-il Kan-bu ? » Demanda-t-il. Elle se mordit la lèvre, hésitante et serra ses mains nerveusement devant elle. « Qu'est-ce qu'un jeu ? » Demanda-t-elle. « C'est une activité à laquelle se livrent les enfants, et parfois aussi les adultes, pour se distraire. Les vulcains jouent assez peu, mais la plus part des enfants des autres espèces aiment jouer. » Expliqua-t-il. « Mais… je ne sais pas jouer… » Répondit-elle. « Ça va aller, tu n'auras qu'à suivre ce que fait Shiva, tu vas y arriver, j'en suis sûre, ne t'inquiète pas. » La rassura-t-il. Elle hocha la tête et ils se remirent alors en marche. Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent enfin devant la porte de la salle de jeu… Celle-ci s'ouvrit devant leur petit groupe, et ils pénétrèrent tous trois à l'intérieur.