Après l'appel, Spock retourna à son travail et T'Meï s'installa sur le canapé avec son padd et Sor. Elle jouait avec la petite peluche tout en réfléchissant à ce qu'elle pourrait chercher sur son padd, la veille le Capitaine avait employé ce mot compliqué et qu'elle n'avait pas compris. Xén… Xénophobie ? Elle ne savait pas ce que ça voulait dire. Elle interrogea le padd à ce sujet qui lui expliqua en réponse que la xénophobie était la peur des étrangers et une forme de racisme. Racisme ? Qu'est-ce que ça voulait dire ? Et pourquoi les gens avaient-ils peur ? Elle chercha le dernier mot et découvrit que le racisme était une forme de discrimination fondée sur la race basée sur l'hypothèse d'une hiérarchie entre ces dernières. Elle fronça les sourcils, est-ce que toutes ces définitions comptaient à chaque fois citer de nouveaux mots qu'elle ne connaissait pas ? Elle chercha de fait la signification de discrimination et découvrit que des gens excluaient d'autres groupes de gens pour les maltraiter sous prétexte qu'ils étaient différents d'eux… C'était horrible. Elle reposa assez brusquement le padd sur la table pour l'éloigner d'elle et serra Sor contre sa poitrine.

« T'Meï ? » Appela Spock. Elle l'entendit se lever et marcher jusqu'au canapé. « Tout va bien ? » Demanda-t-il en prenant place à côté d'elle. Elle secoua la tête. « Pourquoi les gens sont-ils méchants entre eux ? » Demanda-t-elle. « Parce qu'ils ont tendance à avoir peur de ce qu'ils ne connaissent pas… Mais, aujourd'hui les gens se connaissent bien mieux qu'avant et ils ont moins peur les uns des autres et ils se font moins de mal… » Expliqua Spock. Mais… Le capitaine avait dit que le guérisseur avait été xénophobe, et si elle comprenait bien ce dont ils avaient parlé hier et tout ce que Spock lui avait dit, son peuple l'avait aussi maltraité parce qu'il était différent… Elle fronça les sourcils. « Est-ce que les gens étaient méchants avec vous parce qu'ils avaient peur de vous parce que vous étiez différent ? » Demanda-t-elle. « En quelque sorte oui… Parce que j'étais le premier hybride vulcain humain et pour les vulcains je ne leur ressemblais pas assez et je n'étais pas non plus assez humain pour les humains. » Dit-il. Elle ne connaissait pas le mot hybride, mais elle supposait qu'il voulait dire qu'il était à la fois vulcain et humain, une sorte de mélange des deux.

« Mais, c'est méchant… » Elle ne comprenait pas. Pourquoi avaient-ils peur de ce qui ne leur ressemblait pas ? Et pourquoi est-ce que ça les rendait méchants ? Ce n'était pas logique, elle savait que quand elle avait peur, elle ne devenait pas méchante, elle fuyait, elle essayait de se cacher, mais elle n'était pas méchante… Mais… Elle repoussait aussi les autres, parce qu'elle ne les connaissait pas. Mais ce n'était pas parce qu'ils étaient différents d'elle, elle les repoussait parce qu'elle avait peur qu'ils lui fassent du mal, comme les maîtres. Elle les repoussait parce qu'elle avait peur qu'ils soient méchants… Est-ce que… Était-ce semblable à ce dont parlait Spock ? Elle écarquilla légèrement les yeux. Était-elle méchante comme eux ? Elle leva la tête vers Spock. « Est-ce que je suis méchante comme eux ? » Demanda-t-elle anxieusement. « Bien sûre que non, pourquoi penses-tu cela ? » L'interrogea-t-il. Elle se mordit la lèvre. « Parce que j'ai peur des gens… » Murmura-t-elle.

« Est-ce que tu as peur des gens parce qu'ils sont différents ? » Questionna-t-il. Elle secoua la tête, non, elle avait peur des gens parce qu'on lui avait fait mal. « Tu as peur des gens parce qu'on t'a fait beaucoup de mal, et tu as peur qu'on te fasse du mal, mais tu n'as pas peur d'eux parce qu'ils sont de différentes espèces, tu n'avais pas peur de Shiva parce qu'elle était Orion, et tu ne penses pas non plus que les autres sont inférieurs à toi parce qu'ils sont d'espèces différentes… » Rassura Spock. Évidemment non, ce n'était pas logique de penser une telle chose ou d'avoir peur des gens seulement parce qu'ils étaient différents. « Non, ce n'est pas logique… » Répondit-elle. Mais, les vulcains étaient pourtant un peuple logique, alors pourquoi avaient-ils peur de Spock ? « Les vulcains ne sont-ils pas sensés suivre la logique ? » Demanda-t-elle. « Ce n'est pas logique d'avoir peur des autres parce qu'ils sont différents… Pourquoi avaient-ils peur de vous ? » Elle ne comprenait pas cela.

« Même les êtres les plus logiques peuvent parfois se tromper… » Répliqua Spock. Il posa une main rassurante sur son épaule. « Ne te préoccupe pas de cela… » Mais… Et si les vulcains la rejetaient aussi parce qu'elle était différente ? S'ils ne l'aimaient pas parce qu'elle n'était pas tout à fait comme eux… Elle baissa la tête, ses doigts remuant nerveusement les longues oreilles de la peluche. « Et si ils ne m'aiment pas… » Murmura-t-elle. « Pourquoi est-ce qu'ils ne t'aimeraient pas ? » Répliqua doucement Spock. « Parce que je ne suis pas comme eux… » Répondit-elle, et lui non plus, il n'était pas comme eux, et ils l'avaient maltraité et rejeté pour cela… « Tout va bien se passer, je te le promet, et je te l'ai dis, si jamais ça ne se passe pas bien là-bas, nous irons dans un autre endroit. » Expliqua-t-il. « Tout ce qui m'importe maintenant, c'est que tu puisses vivre et grandir dans un endroit où tu pourras être heureuse, si la Nouvelle Vulcain ne correspond pas à cet endroit, il y a des centaines d'autres planètes où nous pourrons aller… » Rassura Spock. Il la serra doucement contre lui et elle se lova contre son côté. Ils restèrent ainsi un moment puis Spock, une fois sûr qu'elle ne se sentait pas mal, la laissa à ses occupations, pour retourner travailler. Elle déposa prudemment Sor sur ses genoux et récupéra le padd sur la table basse. Elle abandonna pour l'instant ses recherches et écouta à la place des histoires, sur la Terre et sur Vulcain.

La porte des quartiers sonna. T'Meï baissa le padd sur ses genoux et leva la tête, se raidissant un petit peu dans le canapé. Elle entendit les pas de Spock faire leur chemin jusqu'à la porte et celle-ci s'ouvrir. « Capitaine. » Salua Spock laissant l'homme pénétrer à l'intérieur. « C'est Jim, Spock, comment allez-vous tous les deux ? » Dit-il en allant tirer une chaise du bureau qu'il rapprocha de la petite table basse. T'Meï nota qu'il semblait éviter soigneusement la région du canapé dans laquelle elle séjournait. « Je fonctionne dans des paramètres acceptables. » Répondit le vulcain, très vite imité par l'enfant timide, ce qui sembla provoquer un certain amusement chez le capitaine. « Alors, T'Meï, qu'as-tu fait d'intéressant aujourd'hui ? » L'interrogea Jim. La petite fille pencha la tête, pensive, réfléchissant aux éléments de sa journée qui pourraient intéresser le capitaine…

« J'ai parlé avec le guérisseur Sanu et avec le père de Spock, et j'ai écouté des histoires sur le padd et joué avec Sor. » Ça ne semblait pas très intéressant… Ses joues verdirent et elle baissa la tête un petit peu effrayée. « Comment ça s'est passé avec le guérisseur ? » Demanda le Capitaine. Elle haussa les épaules, penaude. On ne pouvait pas vraiment dire que ça se soit très bien passé… « Il… il posait des questions bizarres… » Dit-elle. « Ah oui, quelles questions ? » Demanda-t-il sérieusement. Elle serra doucement ses bras autour d'elle. « Il voulait que je parle des mauvaises choses et des gens qui étaient entrés dans ma tête… » Expliqua-t-elle. Il y eut un petit instant de silence avant que le Capitaine ne reprenne la parole. « Ah… et ça t'as fait peur ? » L'interrogea-t-il. Elle hocha la tête. « Je vais aller lui parler d'accord… Pour qu'il ne dise plus des choses qui te font peur. Et comment était-ce avec le père de Spock ? » Questionna Jim en changeant de sujet, conscient que cela la rendait mal à l'aise et ne voulant pas répéter les erreurs du guérisseur. La petite fille se mordit la lèvre, hésitante. « Il était un petit peu effrayant… mais il avait l'air gentil… » Répondit-elle. « Il a dit qu'on pourrait vivre chez lui quand on serait là-bas, il a posé des questions sur moi et il a dit… Il a dit qu'il n'avait pas de raison de s'opposer à ma présence… » Rajouta-t-elle.

« Je pense que c'est le plus proche qu'on pourra avoir d'un je vous accepte tous les deux de la part de ton père Spock… » Plaisanta Jim. « Je suis d'accord. » Admit le vulcain. « Je comprends que tu ais eu peur de Sarek, il est assez impressionnant, moi aussi il me fait peur… » Avoua le Capitaine, la jeune fille écarquilla les yeux à cette révélation. « Vous avez peur du père de Spock ? » Demanda-t-elle. Ce n'était pas tant qu'il ait peur de lui qui l'étonnait, non, c'était plus que le Capitaine du vaisseau lui avoue qu'il ait peur de quelque chose qui la surprenait. « Un peu oui… » Répondit-il. « Je ne pensais pas que les capitaines de vaisseaux avaient peur. » Répondit l'enfant surpris ce qui provoqua de nouveau le rire du Capitaine. « Tu sais, tout le monde a des choses qui leur font peur, même les capitaines de vaisseaux. » Expliqua-t-il. C'était vrai ? Même un capitaine de vaisseau, fort et courageux comme lui avait peur de certaines choses ? Elle ne pouvait pas le croire. Elle haussa un sourcil et demanda curieusement : « De quoi avez-peur ? »

« Hum… » Sembla réfléchir le capitaine, amusé. « J'ai peur de Sarek, j'ai peur de perdre mon équipage, j'ai eu peur quand les pirates t'ont attaqué… et j'ai peur de perdre les gens que j'aime… » Répondit-il. Elle haussa un sourcil surpris, penchant la tête légèrement sur le côté. Il avait eu peur quand les pirates l'avaient attaquée ? Pourquoi ? « Pourquoi les pirates vous ont fait peur ? » Demanda-t-elle. « Parce que je ne savais pas si nous pourrions te récupérer à temps, j'avais peur qu'ils puissent te faire du mal, ou qu'ils réussissent à t'emmener loin, j'avais peur de te perdre. » Expliqua-t-il. Il avait peur de la perdre ? Pourquoi ? Elle n'était rien… « Pourquoi… ? » Commença-t-elle, ne sachant pas exactement comment poser la question qui l'occupait. « Pourquoi j'ai eu peur de te perdre ? » Devina-t-il et elle hocha la tête. « Je te l'ai dis, je ne veux pas perdre les gens que j'aime. » Dit-il.

Il l'aimait ? Vraiment ? Mais elle n'était rien pour lui, et elle n'avait rien fait pour qu'il l'aime. Est-ce qu'il l'aimait comme Spock l'aimait ? Comme un père ? Elle lui avait demandé hier s'il deviendrait son deuxième papa si jamais Spock et lui restaient ensembles et Kirk lui avait répondu que oui, si elle le souhaitait… Est-ce qu'elle le souhaitait ? Elle ne lui faisait pas tout à fait confiance, mais il était gentil, avec elle et avec Spock, et il aimait Spock et Spock l'aimait alors elle voulait qu'ils soient heureux ensembles… Alors peut-être il pourrait être son père aussi… Elle avait toujours un peu peur mais Spock lui avait assuré qu'il ne lui ferait jamais jamais de mal, et que si quelqu'un lui voulait du mal, ils la protégeraient, et elle avait vu dans son esprit que Spock disait la vérité, il n'y avait pas eu une once de mensonge ou de tromperie dans ses pensées quand ils avaient fusionné ensemble. Alors peut-être, pouvait-elle croire aussi Jim… Elle pencha la tête sur le côté.

« Vous… vous m'aimez comme Spock m'aime ? » Demanda-t-elle timidement. « Bien sûre que je t'aime… » Répondit Jim, faisant apparaître un sourire léger sur le visage de l'enfant. « Et tu sais, si je dois être un jour ton nouveau papa avec Spock, tu peux me dire tu… » Invita Jim, provoquant le vert qui apparut sur ses joues. « C'est une discussion que nous avons déjà eu… » Informa Spock doucement. « T'Meï semble avoir certaines difficultés à ce sujet à cause des règles qu'elle devait suivre là où elle était avant. » Expliqua-t-il. « Ouais… je vois… » Répliqua Jim sombrement. « Eh bien saches que tu es libre de le faire, quand tu te sentiras prête. » Proposa le Capitaine. La petite fille hocha la tête doucement, agitant les oreilles douces de Sor entre ses doigts. Elle ne savait pas quand elle se sentirait prête, elle se sentait rarement prête pour toutes les choses qui arrivaient… Elle avait rarement le choix aussi… Mais ici, ils lui laissaient le temps et le choix.

« Est-ce que vous avez déjà dîné ? » Demanda Jim en se redressant. « Non, nous vous attendions. » Répondit le vulcain, Jim se leva. « Bien, je meurs de faim. » Clama-t-il en tapant dans ses mains et ils se mirent en mouvement, organisant le repas, commandant de quoi manger au synthétiseur et plaçant les plats sur la table basse. Spock la rejoignit sur le canapé tandis que Jim retournait à son poste sur la chaise en bout de la table basse. Ils se mirent à manger tout en discutant tranquillement, elle avait pour sa part une sorte de potage de légumes, c'était très différent de la soupe de Plomeek, mais ce n'était pas désagréable, c'était chaud et doux dans son estomac.

« Comment est ton repas T'Meï ? » Interrogea Jim. Elle posa sa cuillère sur le rebord du bol et leva la tête vers lui. « C'est chaud et bon… » Répondit-elle doucement, toujours un peu timide. « Alors, tu as recherché de nouvelles choses sur ton padd ? » Demanda-t-il. Elle fronça légèrement les sourcils, elle ne comprenait pas bien, elle lui avait dit qu'elle avait occupé son après-midi à jouer et à écouter des choses sur son padd, alors pourquoi lui reposer la question ? Elle ne comprenait pas le penchant des humains pour les petites discussions. Ils ne semblaient la plus part du temps pas dérangé par la futilité de leur sujets de conversation. Comme si au fond ces derniers leur importait peu. Néanmoins, elle hocha la tête.

« Et qu'as-tu trouvé ? » La questionna-t-il alors. Elle haussa doucement les épaules. « J'ai fais des recherches sur la xénophobie. » Expliqua-t-elle. « Et j'ai écouté des histoires de la Terre et de Vulcain. » Ajouta-t-elle. « Sur la xénophobie ? » L'interrogea-t-il curieux et surpris. « C'est un sujet très sérieux… » Constata Jim. « Qu'as-tu appris alors ? » Lui demanda-t-il. Elle lui raconta ce que le padd lui avait enseigné ainsi que sa conversation avec Spock. « Je vois… Cela t'as plutôt inquiété ? » La questionna-t-il. La petite fille hocha la tête. « Je comprends, mais tu n'as pas à t'en faire, ce genre de choses ont pratiquement disparu de nos jours… Du moins dans la Fédération. Mais malgré tout c'est important de se renseigner dessus pour les connaître et ainsi ne pas répéter les tragédies du passé. » Expliqua-t-il. Elle hocha doucement la tête, elle ne voulait pas que les gens se détestent parce qu'ils étaient différents… Elle ne voulait pas qu'on la déteste pour ce qu'elle était, ni détester les autres pour ce qu'ils sont. Ça ne lui semblait pas normal, ça ne lui semblait pas logique. Le repas se poursuivit dans le calme et lorsqu'ils eurent fini Spock et le Capitaine rangèrent les assiettes et installèrent le jeu d'échec. T'Meï se percha curieuse sur le canapé, elle ne pouvait pas regarder le jeu, mais aurait bien voulu pouvoir l'observer. Jim remarqua sa soudaine curiosité.

« Est-ce que tu connais les échecs T'Meï ? » Demanda-t-il, elle secoua la tête et il lui proposa d'expliquer, elle accepta, ravie de la proposition et il commença à lui décrire le jeu, les pions, les règles. Le jeu normal se déroulait sur un seul plan, mais leur jeu, plus récent, se déroulait sur trois dimensions, ce qui complexifiait beaucoup la partie. Il y avait de nombreux types de pions différents, le but était de faire tomber le roi de son adversaire, qui était défendu par toute une armée dont à la tête se trouvait la reine. Il y avait des cavaliers, des fous, des tours et des simples pions faisant office de soldats. Ils avaient tous une façon particulière de se déplacer, par exemple le fou ne se déplaçait qu'en diagonale, la tour, seulement en ligne droite… Ils commencèrent la partie et contrairement à hier, au lieu de discuter tout en jouant, ils expliquaient à T'Meï ce qu'ils faisaient et pourquoi. Jim lui expliqua qu'il fallait voir les choses à l'avance, anticiper les mouvements de l'adversaire, pour mieux le bloquer ou le piéger et faire tomber ses pions. Il appelait ça de la stratégie. Il lui dit que le jeu de Spock était très logique et que pour le contrer il utilisait de l'aléatoire, afin de confondre Spock et de l'empêcher de prévoir à l'avance ses coups, bien sûre ça ne marchait pas toujours… En faite ils gagnaient chacun 50 % du temps et il n'y en avait pas vraiment un qui avait l'ascendant sur l'autre. Spock lui assura que Jim était un adversaire redoutable et le capitaine lui dit que Spock était bien trop intelligent pour lui. Elle sourit légèrement, il y avait une alchimie assez évidente entre eux, et ils semblaient comme rayonner intérieurement quand ils se trouvaient dans la même pièce. Elle voudrait que son Sa-mekh puisse être toujours heureux avec son papa. Elle rougit en le pensant, elle avait glissé facilement dans son esprit de Jim à père.

Bientôt elle commença à bailler et tandis que le jeu et la conversation se firent plus tranquille elle se blottit contre le dossier du canapé, serrant Sor contre elle. Doucement, elle commença à s'endormir. « Devrions nous la déplacer dans son lit ? » Entendit-elle une voix demander au loin. « Je ne veux pas la réveiller, ça risque de lui faire peur. » Répondit une autre. Elle sentit quelque chose de chaud être posé sur elle et elle se pelotonna dans la couverture. « Elle est adorable. » Murmura la première voix. « Elle l'est… Voulez-vous… Passer la nuit ici ? Mon lit n'est pas très grand mais… » Questionna la seconde voix. « Il sera parfait, et bien sûre, je resterai. » Les voix se brouillèrent alors qu'elle perdait conscience et s'enfonçait dans les rêves et le sommeil…