« Bien. » Dit Jim en tapant dans ses mains, la faisant sursauter au son. « Si tout va bien et que tu te sens d'attaque, que dirais-tu d'un peu d'exploration ? » Demanda-t-il.

L'enfant sourit timidement, elle ne s'en rendait pas compte, mais c'était la première fois qu'elle souriait devant eux, et aussi la première fois qu'elle souriait tout court depuis des années. Elle hocha la tête et sauta presque du lit.

« Doucement. » Prévint le docteur alors qu'elle atterrissait sur le sol. Elle frémissait d'impatience à l'idée de pouvoir visiter enfin ces lieux. En plus elle faisait ça légalement, elle n'avait pas besoin de mentir ou de se cacher. C'était aussi une nouvelle idée étrange, ne pas avoir besoin de mentir ni de dissimuler. Elle ne leur faisait pas encore tout à fait confiance bien sûre, et elle n'avait pas encore comprit tout à fait qu'elle était libre désormais. Mais, rien que le fait qu'elle puisse visiter cet endroit sans avoir à se cacher, qu'on lui en offre la possibilité, c'était déjà quelque chose d'important.

« Est-ce que tu as besoin d'aide T'Meï ? » Demanda Jim qui planait près d'elle. La petite fille, habituée à être autonome, secoua la tête. Comme elle l'avait fait auparavant elle commença par sonder ce qu'il y avait autour de son lit, elle trouva la tablette où se trouvait son gruau abandonné ainsi que la table couverte d'instruments, doucement elle en effleura les contours tout en frémissant, elle se tourna vers là où elle pensait que se trouvait Jim.

« A quoi servent ces objets ? » Demanda-t-elle. Elle entendit Jim se rapprocher. « Ce sont des instruments médicaux, c'est pour soigné, mais je ne pense pas que tu sois sensée y toucher. » T'Meï retira brusquement sa main en s'excusant, elle recula de la table d'instruments. Elle repensa à ses bandages, ils l'avaient visiblement soignée pendant qu'elle dormait. « Pourquoi m'avoir guéri pendant mon sommeil ? » Demanda-t-elle, curieuse. « As-tu eu peur pendant qu'on te soignait ? » Répondit-il, elle secoua la tête, elle ne comprenait pas le sens de sa question, elle était endormie, elle ne pouvait pas avoir peur, et il ne répondait pas à sa propre question. « As-tu eu mal ? » Continua-t-il. A nouveau elle secoua la tête. « Bien, c'est pour ça qu'on t'a soigné pendant ton sommeil, pour que tu n'ai pas peur et que tu n'ai pas mal. » Ses sourcils s'élevèrent sur son front, de surprise et de perplexité. Ils l'avaient vraiment endormie pour lui épargner les petites douleurs incommodantes et la peur des soins ? Elle ne comprenait pas. Pourquoi avoir fait cela ? Les docteurs qu'elle avait rencontré par le passé se moquaient bien qu'elle ait peur ou mal pendant les soins. Il y en avait bien eu quelque uns, certains, plus doux, plus gentils que les autres, mais la plus part s'étaient moqués qu'elle ait eu peur ou mal. Pourquoi le docteur McCoy était-il différent ? Soudainement le docteur lui apparaissait sous un nouveau jour, il lui paraissait bien plus doux et gentil qu'il ne le laissait paraître.

Délaissant pour l'instant toutes ses questions et ces nouvelles révélations, elle entreprit de reprendre le cours de son exploration. Tendant la main sur sa droite elle toucha le bout d'un lit, elle s'accroupit pour passer en dessous, elle entendit les pas de Jim contourner le lit pour la suivre. « Tu es une vraie petite exploratrice dis dont. » Dit-il avec un air amusé. De l'autre côté elle découvrit à nouveau un lit et déduit qu'il devait y en avoir encore plus par là bas.

« N'y-a-t-il que des lits sur cette rangée ? » Demanda-t-elle toujours à l'adresse de Jim. « Oui, il y en a 6 de ce côté, et 6 sur le mur d'en face, il y a une table de chevet entre chaque lit, actuellement il n'y a que les enfants que nous avons récupérés dedans, ils dorment encore donc fait doucement. » Prévint-il. Elle hocha la tête et s'écarta du lit pour revenir dans le couloir central. « Pourquoi suis-je la seule réveillée ? » Interrogea-t-elle. « Je suppose que c'est parce que tu es vulcaine et que tu récupères plus vite et que tu as besoin de moins de sommeil. » Hasarda Jim. Elle hocha la tête, cette explication lui semblait logique. Elle posa sa main sur le bout du lit et suivit la rangée jusqu'au dernier lit, elle tendit la main et rencontra le mur qui terminait l'infirmerie. Elle le suivit jusqu'à heurter quelque chose, c'était froid et dur, du métal, elle sonda l'objet jusqu'à trouver deux poignées. Elle s'entrouvrirent dans un grincement aiguë et elle sauta brusquement en arrière.

« C'est une armoire. » Expliqua Jim dans son dos, la petite fille hocha la tête en refermant les deux battants, c'était bon à savoir, les armoires étaient de bonnes cachettes, mieux que les dessous de lit. « Le docteur a dit quelque chose de bizarre… » Dit-elle en repensant à ce qu'il avait dit plus tôt à propos de sa planète. « Il a dit que vous aviez contacté ma planète… mais c'est impossible, elle a été détruite… » Elle baissa la tête en le disant, la mémoire du trou béant à la place de son monde alors qu'ils s'échappaient par une navette se ravivant dans son esprit. « Ah… » Elle entendit un froissement de tissu et quand la voix de Jim vint elle venait de plus près du sol, il avait du s'accroupir devant elle, ce n'était pas la première fois qu'il le faisait pour lui parler, elle ne comprenait pas bien pourquoi il se rendait plus petit lorsqu'il s'adressait à elle.

« Les vulcains qui ont pu s'échapper avant que la planète ne soit détruite ont fondé une colonie sur un nouveau monde que nous appelons la Nouvelle Vulcain. Nous allons remettre les enfants à une base de la Fédération où ils seront pris en charge, mais toi comme tu es une réfugiée vulcaine on nous a demandé de te ramener directement à la Nouvelle Vulcain. » Expliqua-t-il. Elle fronça les sourcils, soudainement inquiète. Ils allaient la séparer des autres enfants, comme le faisaient les maîtres, et ils allaient la laisser seule sur une planète qui lui était inconnue. Et elle allait être séparée de Spock. Rien dans tout cela ne lui plaisait. Mais elle n'avait pas le pouvoir de s'opposer à leur volonté. Qu'allaient-ils faire d'elle sur la Nouvelle Vulcain ? Elle n'avait plus de parents, elle était seule. Les larmes lui montèrent aux yeux et elle les ferma, serrant fort ses paupières, pour ne pas pleurer.

« Hey, qu'est-ce qui se passe ? » Interrogea Jim, soudainement inquiet. Elle secoua la tête, elle savait que si elle parlait elle se mettrait à pleurer. « J'ai dis quelque chose qu'il ne fallait pas ? Je suis désolé. » S'excusa-t-il un peu paniqué. « T'Meï ? Je comprends que tu ais peur et que tu es sûrement triste pour ta planète, mais je t'assure que ça va aller, tu es en sécurité, plus personne ne va te faire de mal, nous allons essayé de rechercher des membres de ta famille et… » Elle secoua vivement la tête, ses parents étaient morts, elle n'avait plus de famille. « Ils sont morts… » Murmura-t-elle dans un sanglot. « Sa-Mekh n'a pas pu monter dans le transport, puis nous avons été attrapé et ils ont tué Ko-Mekh quand elle a essayé de s'échapper avec moi… » Elle sentait l'humidité des larmes sur son visage et elle les essuya avec le bas de la manche de sa robe. Il ne fallait pas qu'elle pleure, elle ne pouvait pas se montrer faible.

« Je pleure avec toi… » Répondit Jim sobrement. « Je suis désolé T'Meï. Les choses vont s'arranger, je te le promets. » Elle secoua la tête à nouveau, les choses ne pouvaient pas être arrangée, les planètes détruites ne pouvaient revivre de même que les personnes qui étaient mortes. Elle était toute seule dans un monde grand, inconnu et effrayant. « Tu te souviens si tu avais un oncle ou une tante ? Ils sont peut-être toujours vivants, tu pourras aller avec eux et sinon tu seras adoptée par une gentille famille vulcaine, tout va bien aller, tu ne seras pas toute seule…» Ses souvenirs de sa planète remontaient à sa très jeune enfance, elle n'était pas capable de dire si les quelques visages familiers autre que ses parents qui habitaient encore sa mémoire leur étaient liés par le sang. De toute façon, elle ne voulait aller nulle part, elle voulait rester avec Spock, il était la première personne gentille qu'elle avait rencontré depuis des années. Et il était vulcain, comme elle, il pouvait l'adopter ?

« Monsieur Spock est vulcain, est-ce qu'il peut m'adopter ? » Demanda-t-elle avec espoir. Jim ne répondit pas dans un premier temps, se contentant d'un « euh… » Puis il essaya d'expliquer : « Tu sais Monsieur Spock fait un métier très dangereux et je ne suis pas sûre… » La petite fille renifla et hocha la tête. C'était stupide, elle était stupide, bien sûre que Spock ne voudrait pas d'elle, personne ne voudrait d'elle non plus sur Vulcain, elle était un monstre, une chose horrible, qui ne méritait pas d'être aimée. Elle était juste un objet vouée à satisfaire les besoins des hommes et une fois qu'ils l'auraient compris ils la renverraient sûrement, ils la revendraient à des esclavagistes, elle savait comment ça fonctionnait elle avait déjà été vendue plusieurs fois.

« Eh, T'Meï, ça va aller, tout va bien aller, je te le promets. » Jim avait beau promettre, elle ne lui faisait pas confiance et elle ne croyait pas en leurs promesses. Elle l'entendit s'avancer vers elle et elle recula presque automatiquement, son dos heurtant la surface froide de l'armoire, cela lui rappela les murs froids de sa cellule et l'espace d'un moment elle était de retour là-bas, elle tressaillit et se recroquevilla instinctivement sur elle même. Les traces de pas s'arrêtèrent brutalement à côté d'elle. « Je suis désolé, je te promets que tu n'as rien à craindre, tu n'as pas à avoir peur de moi. » Comment pouvait-elle ne pas avoir peur, quand la violence et la peur étaient tout ce qu'elle avait connu jusqu'à maintenant ? « Je sais que tu ne me crois pas, que c'est difficile, crois moi je comprends, mais je peux te jurer que tant que tu es sous ma protection, personne ne te feras de mal. Et après je m'assurerai que tu sois toujours protégée par des personnes qui prendrons soin de toi et qui ne te ferons pas de mal. Je sais que hier encore tu vivais un enfer, que je ne peux même pas imaginer, mais c'est fini maintenant, et tu auras besoin d'un peu de temps pour t'y habituer, et c'est normal, mais je te promet que tu es en sécurité. Viens, tu veux retourner dans ton lit ? » Elle secoua vivement la tête, elle n'aimait vraiment pas rester dans un lit, il s'y passait toujours de mauvaises choses.

« Tu as besoin de te reposer T'Meï. » Insista-t-il doucement. Devant son air effrayé il rajouta : « Mais si tu veux nous pouvons continuer d'explorer, que dirais-tu d'aller dans le bureau du docteur McCoy ? » Elle hésita, se mordillant les lèvres, c'était tentant de continuer d'explorer, mais en même temps le bureau du docteur, elle n'avait certainement pas le droit d'y rentrer. Et puis, si c'était un piège pour l'attirer quelque part ? « J'ai le droit d'y aller ? » Demanda-t-elle prudemment. « Si le docteur t'y autorise oui bien sûre. » Répondit-il. Elle hésitait toujours. « Mais, je ne vais pas le déranger ? » Elle entendit le capitaine rire, c'était un son joyeux et doux qui lui fit esquisser un petit sourire. « Justement, déranger Bones, c'est tout l'intérêt. » Répondit-il, elle ne comprenait pas, pourquoi trouvait-il intéressant de déranger le docteur ? Devant son air circonspect Jim, bien habitué maintenant aux vulcains et à leur incompétence à lire les émotions, rajouta : « C'est de l'humour, nous ne le dérangerons pas. » De l'humour ? Elle sonda sa mémoire, mais il semblait qu'elle ne connaissait pas ce mot. Ses parents n'avaient pas eu le temps de le lui enseigner et elle ne l'avait pas appris auprès de ses maîtres.

« Que veut dire humour ? » Demanda-t-elle avec sérieux. « Quoi? » Demanda Jim interloqué. « Tu ne sais pas ce que veut dire le mot humour ? » Elle se mordit à nouveau la lèvre, était-ce mauvais qu'elle ne le sache pas. Est-ce qu'ils allaient la punir si elle ne savait pas ? Elle eut peur soudain. Elle voulut reculer mais elle était déjà acculée contre le mur froid de l'armoire. « Hey, ce n'est pas grave, tu as le droit de ne pas connaître un mot, si tu veux je peux te l'expliquer ? » Proposa gentiment Jim. Elle hocha la tête. Elle aimait apprendre des choses, c'était rare que ses maîtres lui enseignent des choses intéressantes. « l'humour… » Réfléchit Jim. « C'est quelque chose que tu trouves amusant, qui te fait rire. » Elle hocha la tête, amusement et rire, elle connaissait ces concepts, certains maîtres avaient évoqué qu'il était amusant de jouer avec elle, même si elle n'avait pas compris ce qu'il y avait d'amusant et qu'ils n'étaient jamais entrain de jouer, et elle avait déjà entendu les maîtres rire, et Jim aussi tout à l'heure, même si elle n'en avait jamais fait l'expérience elle-même. Il n'y avait rien dans son existence qui l'eut prêté à rire, quant à l'amusement il était absent jusque là de son quotidien sinistre. Peut-être maintenant pourrait-elle rire et s'amuser. « Ai-je le droit ? » Demanda-t-elle timidement.

« Le droit de quoi ? » Demanda-t-il perplexe. « De rire ? » Elle hocha la tête avec sérieux. « T'Meï, bien sûre, pourquoi… enfin… » Il souffla profondément, comme quand on était en colère ou frustré, est-ce qu'elle le mettait en colère ? Elle ne voulait pas le mettre en colère. Elle s'excusa, elle parlait trop. « Pardon. » Dit-elle en baissant la tête. « Tu n'as rien fait de mal, T'Meï, tout va bien. Tu as le droit de parler, de poser autant de questions que tu veux, et de rire, tout va bien. » La rassura-t-il doucement. « Allez viens, allons embêter le docteur McCoy. » Finit-il par dire. Il se retourna et commença à marcher, elle se délogea du mur pour le suivre, se déplaçant dans ses traces en suivant le son de ses pas. Il marchait lentement, de sorte à qu'elle puisse le suivre sans difficulté. Ils traversèrent l'infirmerie et Jim vira à gauche à un moment, elle tourna aussi, il s'arrêta enfin, et elle s'arrêta derrière lui, elle le suivait comme une ombre. Il toqua contre ce qu'elle devina était une porte, une voix bourrue qu'elle reconnut comme étant celle du docteur McCoy les invita à entrer.

« Bones ! » Chanta Jim en venant dans le bureau. Elle l'entendit faire un pas de côté pour la laisser entrer, elle pénétra avec appréhension dans le bureau, le suivant de près. La porte se referma derrière eux comme un piège et ses sentiments d'appréhension et de peur s'accentuèrent. « Jim ? T'Meï ? Tu continue de lui faire visiter l'infirmerie ? Tu n'as pas du travail à faire sur le pont ? » Grommela le docteur. Elle prit un petit pas en arrière et son dos heurta la porte close, le docteur n'avait pas l'air d'apprécier leur visite. Elle voulait sortir maintenant, s'enfuir et regagner son lit. « Il fallait bien qu'elle voit la pièce maîtresse, sinon la visite n'aurait pas été complète ! » Déclama Jim avec emphase. « Tu as conscience qu'elle ne voit pas vraiment mon bureau… » Répondit le docteur. « C'est vrai. Mais elle sera au moins rentrée à l'intérieur. C'est maintenant moins inconnu et effrayant, pas vrai T'Meï ? » La petite fille tourna la tête vers l'endroit d'où provenait la voix de Jim, la perplexité devant leur échange s'inscrivant dans ses traits. Qu'était-elle sensée répondre ? Était-elle sensée avoir moins peur parce qu'elle avait visité cet endroit ? Elle ne se sentait pas moins effrayée. En réalité, elle était même assez effrayée d'être ici.

« Arrête de perturber mes patients Jim. » Répondit le docteur à sa place, sa voix s'était adoucie, elle tourna la tête dans sa direction. « Je ne perturbe pas T'Meï, je lui fais une visite. N'est-ce pas T'Meï ? » Elle tourna la tête vers lui. « Et puis tu verras, quand tu visiteras le pont, c'est quelque chose… il y a aussi la salle des machines, mais c'est peut-être un peu dangereux, et les laboratoires, hum dangereux aussi, mais je suis sûr que tu adorerais les jardins botaniques… » Elle fronça les sourcils, inquiétée par sa diatribe soudaine. Il voulait vraiment lui faire visiter tout ça ? Elle aurait le droit ? Elle n'avait jamais visité de vaisseau avant, même si elle s'était retrouvée enfermée dans beaucoup d'entre eux, elle était surprise qu'ils ne l'enferment pas et plus encore qu'ils veuillent lui faire visiter, c'était pour le moins inattendu. « J'aurais le droit ? » Demanda-t-elle tout doucement.

« Oui, bien sûre, dès que tu te sentiras mieux tu pourras visiter le vaisseau, pas toute seule évidemment, c'est dangereux. » Prévint Jim, elle hocha la tête, elle comprenait. C'était déjà beaucoup qu'ils la laissent en liberté, alors qu'ils lui fassent visiter le vaisseau… Elle était déçue de ne pas pouvoir voir bien sûre, mais elle était habituée à son handicap, cela faisait longtemps que ses yeux avaient brûlés et qu'elle avait perdu la vue. « Bon ! » S'exclama Jim. « Mon travail de guide s'arrête ici, comme tu disais, il faut que je retourne sur le pont et j'ai encore tout un tas de paperasse à faire. » Elle l'entendit bouger près d'elle et à nouveau la voix vint d'en bas lorsqu'il lui parla. « T'Meï c'était un honneur de faire ta connaissance. » Elle haussa les sourcils de surprise, elle ne comprenait pas pourquoi c'était un honneur, c'était elle qui devrait être honorée de pouvoir rencontrer le capitaine et qu'il lui offre même le droit de visiter l'infirmerie au lieu de se voir être enfermée et maltraitée. Elle baissa la tête et murmura : « Merci de bien avoir voulu me faire visiter l'infirmerie et d'être gentil avec moi. »

Elle ne vit pas le sourire contrit du Capitaine. « Pas de souci, c'est normal, petite dame vulcaine. » Dit-il toujours à sa hauteur. Petite dame vulcaine ? Le surnom peu commun lui arracha un petit sourire et elle manqua l'illumination sur le visage de Jim. Ils laissèrent le docteur McCoy à son travail et le capitaine la raccompagna jusqu'à son lit, elle y grimpa après un peu de persuasion de Jim qui à nouveau la borda avant de lui faire ses adieux, promettant de lui rendre à nouveau visite bientôt et qu'il lui ferait visiter le pont du vaisseau dès qu'elle serait capable de sortir de l'infirmerie.