Chapitre 7

Le docteur McCoy ôtait prudemment les bandages de T'Meï, faisant particulièrement attention à ne pas toucher sa peau, il portait des gants en caoutchouc de sorte à ne pas l'indisposer par un contact télépathique non souhaité s'il venait accidentellement à l'effleurer. La petite fille encore un peu craintive se tenait droite et raide tandis que le médecin s'occupait de ses blessures.

« Bien, on dirait que tes blessures vont mieux. Est-ce que tu as mal quelque part ? » Interrogea le médecin. La petite fille secoua la tête, elle ne ressentait aucune douleur de ses anciennes blessures. C'était inhabituel, de ne pas éprouver de douleur, il ne passait pas une journée normalement où elle n'éprouvait pas de la douleur, et à présent même celle dans sa tête s'était apaisée grâce au contact avec Monsieur Spock. Ce dernier n'avait pas laissé son côté durant toute la durée des soins du docteur McCoy, lui tenant même la main quand la petite fille avait peur. Le médecin rabaissa le bas de sa robe et replaça correctement ses manches.

« Tout est très bien, je ne vois rien qui ne s'oppose à que tu ne sortes de l'infirmerie, j'aurais besoin de prendre tes constantes tous les jours mais pour l'heure tu peux regagner tes nouveaux quartiers, tu as été très courageuse T'Meï. » La félicita le docteur. Ses joues se couvrirent de vert et elle baissa la tête en signe de remerciement. Elle ne voyait pas en quoi elle était particulièrement courageuse, elle ne faisait que faire ce qu'on attendait d'elle.

« Pouvez-vous marcher ? » Questionna Spock, la petite fille remua ses jambes sur le lit, elle se sentait bien plus en forme qu'il y a deux jours quand il lui avait posé cette même question dans sa cellule, elle hocha la tête.

« Bien, voulez-vous venir avec moi ? » C'était un peu bizarre qu'ils lui demandent toujours ce qu'elle voulait, elle ne comprenait pas pourquoi Spock lui demandait son avis puisque de toute façon elle devrait aller avec lui. Elle hocha la tête à nouveau et prudemment descendit du lit.

« Avez-vous besoin de me tenir la main pour vous diriger ? » Demanda Spock. T'Meï secoua la tête, elle était capable de se diriger en suivant le son de ses pas. Spock prit congé du docteur et initia T'Meï hors de l'infirmerie.

« Au revoir T'Meï, on se revoit demain, au revoir Spock. » McCoy leur fit ses adieux tandis qu'ils sortaient. T'Meï s'arrêta brusquement une fois de l'autre coté de la porte, consciente d'entrer en terrain inconnu, Spock s'arrêta un peu plus loin lorsqu'il prit conscience qu'elle ne le suivait plus, il revint sur ses pas et s'agenouilla devant elle.

« T'Meï, tout va bien ? Vous êtes en sécurité ici, avec moi. » La rassura-t-il. La petite fille prit une inspiration avant de hocher la tête et de prendre un pas prudent en avant. Spock se releva et se remit à marcher, T'Meï le suivant de près. Ils traversèrent le vaisseau jusqu'au pont où se trouvaient les quartiers de Spock, qui seraient aussi ceux de T'Meï pour les jours à venir. Lorsqu'ils croisaient un membre d'équipage, T'Meï se rapprochait de Monsieur Spock, se cachant derrière lui. Enfin, après cinq minutes d'une marche tranquille, ils arrivèrent devant les quartiers de Monsieur Spock.

« Ici, nous sommes arrivés. » Annonça Spock alors qu'il s'arrêtait devant la porte, T'Meï venant à un arrêt derrière lui. Il entra le code pour entrer dans ses quartiers et la porte s'ouvrit, les laissant tous deux pénétrer à l'intérieur. T'Meï nota qu'il faisait plus chaud dans les quartiers de Spock que dans l'infirmerie, non qu'elle ait eu froid, elle était habituée à des températures bien plus basses, mais la chaleur des quartiers de Spock était agréable, et bien plus proche de ce qui était optimale comme température pour son corps.

« Ce n'est pas très grand mais j'espère que ça sera confortable, sentez-vous libre d'explorer. » L'invita-t-il. T'Meï qui était habituellement curieuse de tout explorer se sentait un peu mal à l'aise dans ce nouvel endroit qui lui était inconnu et même si Spock lui avait dit qu'elle était libre d'explorer elle avait un peu peur de faire une bêtise et qu'il la renvoie. Elle resta donc debout et immobile près de la porte.

« Voulez-vous plutôt vous asseoir ? » L'invita Spock. « Je n'ai pas pensé que ça pouvait être une longue marche depuis l'infirmerie. » La petite fille regarda dans la direction de la voix de Spock. Elle ne comprenait pas ce qu'elle était sensée faire. Elle se sentait perdue. Elle s'assit à genoux sur le sol, comme elle avait l'habitude de le faire quand les maîtres lui demandaient de s'asseoir. Elle entendit un souffle venant de Spock, puis elle l'entendit marcher vers elle, elle du se retenir de reculer et de s'enfuir.

« Asseyez-vous plutôt sur le canapé, vous serez plus à l'aise que sur le sol. » L'invita-t-il. Elle se releva, se remettant sur ses jambes, il posa une main sur son épaule et la guida doucement jusqu'au canapé où elle s'assit. Celui-ci était effectivement bien plus confortable que le sol.

« Souhaitez-vous boire ou manger quelque chose ? » Demanda Spock. Elle n'avait pas vraiment faim mais elle n'avait pas mangé depuis sa rencontre avec le Capitaine, elle ne savait pas combien de temps s'était écoulé depuis, mais elle devrait sûrement manger quelque chose. Elle hocha la tête. Elle entendit Spock se déplacer autour du canapé puis il pianota sur quelque chose, sans doute un synthétiseur déduit-elle, elle était étonnée que les quartiers disposent d'un synthétiseur personnel, c'était sans doute un privilège du au rang de monsieur Spock.

« La nourriture sur le vaisseau vient exclusivement des synthétiseurs, par souci d'économie, mais sur New Vulcain vous pourrez manger de la véritable nourriture cuisinée. » Expliqua Spock tandis qu'il leur synthétisait deux repas. New Vulcain, c'est vrai, elle n'allait pas rester avec Spock éternellement, ils allaient l'amener sur cette planète qu'elle ne connaissait pas et la confier à des gens qu'elle ne connaissait pas. Elle se demandait si Spock voudrait la garder si elle était suffisamment gentille, elle devrait peut-être faire certaine de ces choses qu'elle n'aimait pas… Tandis qu'elle réfléchissait Spock vint et plaça une assiette sur la table basse devant elle, ainsi que sa propre assiette et s'assit à côté d'elle.

« Quand vous vous sentirez mieux nous irons manger dans le mess des officiers, mais en attendant nous pouvons toujours manger dans mes quartiers. Mangez. » L'invita-t-il. Elle tâtonna à la recherche de couverts qu'elle trouva à côté de son assiette, elle commença à manger avec sa fourchette, elle ne connaissait pas ce plat là.

« Qu'est-ce que c'est ? » Demanda-t-elle timidement en se tournant vers l'endroit où se trouvait Spock.

« Ce sont des spaghettis avec des légumes. Aimez-vous ? » Demanda-t-il. Elle hocha la tête, la nourriture synthétisée avait toujours un drôle de goût, mais elle trouvait qu'elle aimait bien les spaghettis. Et c'était bien meilleur que tout ce que ses maîtres avaient pu lui donner à manger. Elle mangea son assiette rapidement et eut terminé bien avant Spock.

« Je vais devoir travailler souvent sur le pont et dans les laboratoires, je vais vous trouver de quoi vous occupez pendant que je ne suis pas là. » Expliqua Spock. T'Meï n'avait pas besoin d'occupations futiles et elle pouvait rester seule longtemps ce n'était pas un problème, mais elle hocha quand même la tête, elle ferait ce que Spock lui dirait.

« Savez-vous lire en braille ? » Demanda-t-il. Elle ne savait pas ce qu'était le braille et elle secoua la tête. « Je vous apprendrai, en attendant je vais vous programmer un padd qui pourra lire à haute voix pour vous, comme ça vous pourrez lire des livres et d'autres choses. » Livre, elle savait ce que c'était, sa mère lui en avait parlé et lui en avait lu lorsqu'elle était petite. Elle n'en avait cependant jamais lu elle-même, et elle pensait que ce n'était pas possible à cause de sa cécité, elle était impatiente de pouvoir en lire.

« Avez-vous déjà lu un livre ? » Questionna Spock. T'Meï secoua la tête et se demanda si c'était bon ou mauvais qu'elle ne l'ai jamais fait, elle avait remarqué que pour les maîtres moins elle était instruite mieux c'était.

« Je suppose que ce n'était pas possible pour vous là-bas… Que diriez vous que je vous lise une histoire avant de dormir ce soir ? » Proposa-t-il avec douceur. Une histoire pour le coucher ? Sa mère le faisait quand elle était toute petite, et lorsqu'elles étaient emprisonnées elle lui raconterait aussi des histoires qu'elle créait pour la divertir de leur condition. Elle hocha la tête.

« Ça serait appréciable. » Murmura-t-elle en se tournant vers lui. Il y eut un petit silence avant que Spock ne parle à nouveau.

« T'Meï, pour aider à la recherche de votre famille, nous aurions besoin de vous poser quelques questions… Voulez-vous essayé d'y répondre maintenant ? » Demanda-t-il, elle releva le ton prudent dans sa voix. Elle n'aimait pas beaucoup parler et elle supposait que s'ils voulaient lui poser des questions cela demanderait qu'elle parle. Elle hocha la tête, ne sachant pas quel choix réellement elle avait.

« Pouvez-vous me dire quel est votre nom de famille ? » Demanda Spock. Elle n'avait jamais eu à l'utiliser et cela faisait très longtemps qu'elle ne l'avait pas entendu, en faite cela faisait même des années, depuis qu'ils avaient été fait prisonniers… Elle dut chercher dans sa mémoire pour s'en rappeler.

« Sel-ka-t'chaï. » Répondit-elle doucement. Elle entendit Spock bouger puis taper sur quelque chose, sans doute un padd.

« Quel âge avez-vous ? » L'interrogea-t-il. C'était une question plus facile, quoique pas si évidente que ça, étant donné qu'elle n'avait eu aucun moyen de mesurer le temps au cours de sa captivité, enfin sauf avec son horloge interne vulcaine, il n'était pas si évident que ça de savoir l'âge qu'elle avait.

« 7 ans. » Murmura-t-elle. C'était à peu de chose près l'âge qu'elle estimait avoir, étant donné qu'elle ne disposait d'aucune information sur l'année dans laquelle ils étaient et qu'elle ne se rappelait pas de l'année à laquelle elle avait été capturée.

« Vous souvenez-vous de l'âge que vous aviez lorsque vous avez été capturé ? » Questionna Spock. Cette fois c'était plus compliqué, cela remontait à il y a assez longtemps, une époque où elle était assez jeune et n'avait pas la même notion du temps.

« Je suis désolée je ne dispose pas des données exactes. » S'excusa-t-elle en baissant la tête. « Mais je dirai que j'avais à peu près 1 an. » Elle gardait assez peu de souvenirs de cette époque là, ils étaient très diffus dans son esprit. Elle avait peur de décevoir Spock parce qu'elle ne savait pas.

« Ça ne fait rien si vous ne vous souvenez pas bien, les informations que vous avez déjà pu nous donner nous serons utiles dans nos recherches, je vous remercie pour vos réponses. » Répondit-il. Elle relâcha un souffle, soulagée qu'il ne soit pas en colère contre elle pour ne pas savoir.

« Bien, voulez-vous faire quelque chose ? » Demanda-t-il. Elle se tourna dans sa direction, une expression perdue sur le visage, elle ne comprenait pas, qu'était-elle sensée vouloir ?

« Je ne comprends pas... » Répondit-elle, l'anxiété commençant à apparaître sur son visage.

« Ce n'est qu'une question kan-bu, qu'avez-vous envie de faire ? » Même formulée d'une autre façon, la question n'en était pas plus simple. Personne ne se préoccupait jamais de ce qu'elle pouvait bien vouloir, elle n'était qu'une esclave elle n'avait pas à avoir d'envie ou de désir, elle devait seulement se contenter de répondre aux désirs des autres.

« Je ne suis qu'une esclave, je n'ai pas de volonté propre, je réponds à vos désirs. » Répondit-elle en baissant la tête. Spock fit un bruit étrange d'étranglement ce qui provoqua en elle une petite inquiétude pour son gardien. Elle l'entendit bouger sur le canapé et elle se raidit.

« Kan-bu… » Commença-t-il, sur un ton qui était un étrange mélange de douceur et de sévérité. « Vous n'êtes pas une esclave, vous avez votre propre volonté et vous n'avez pas à répondre aux désirs de qui que ce soit. » Elle avait beaucoup de mal à comprendre cela, n'était-elle réellement plus une esclave ? N'y avait-il vraiment plus de maître ? Avait-elle le droit de vouloir des choses pour elle-même ? N'avait-elle vraiment plus à répondre aux désirs des autres ? Même quand ils voulaient faire les choses méchantes ? Pouvait-elle vraiment croire en ce que disait Spock ? Comment savoir s'il lui disait la vérité ? Et comment pouvait-elle faire pour exprimer ses envies quand on ne lui avait jamais laissé la liberté d'en avoir ?

« Comprenez-vous Kan-bu ? » Demanda Spock. Elle secoua la tête, non elle ne comprenait pas.

« Qu'est-ce que nous ne comprenez pas ? » Questionna-t-il. Tout, mais elle ne pouvait pas répondre cela. Elle ramena ses jambes contre sa poitrine et serra ses bras autour de ses genoux.

« Suis-je libre ? » Interrogea-t-elle.

« Oui. » Vint immédiatement la réponse de Spock. « Vous êtes libre et vous avez des droits et personne n'a le droit de vous en priver. » Des droits ? Elle ne comprenait pas ce mot. Mais elle comprenait la liberté, la liberté c'était le temps d'avant qu'elle soit capturée, quand elle était encore un kan-bu, cela faisait si longtemps… C'était quand elle n'était pas obligée de faire de mauvaises choses, quand elle pouvait manger tous les jours, quand sa ko-mekh lui lisait des histoires avant de dormir… Sa ko-mekh n'était plus, mais elle avait le droit de manger et personne ne l'avait forcé encore à faire de mauvaises choses depuis qu'elle était ici. Devrait-elle encore faire les mauvaises choses ? Elle ne savait pas comment poser la question à Spock, et elle avait peur de demander.

« Dois-je encore faire les choses méchantes ? » Demanda-t-elle dans un murmure.

« Quelles choses méchantes ? » Interrogea Spock. Elle se tortilla un peu sur son siège mal à l'aise.

« Les choses sexuelles… » Expliqua-t-elle doucement. Elle entendit Spock inspirer.

« Non, T'Meï, vous n'avez plus à faire ce genre de choses. Je veux que ce soit clair pour vous, ce que ces gens vous en fait était criminel. Profiter d'un enfant de cette façon est un crime. Ils n'avaient pas le droit de le faire. Personne n'a le droit de vous toucher de cette façon, d'accord ? » Plus de mauvaises choses ? Devrait-elle croire en ce que disait Spock ? Elle hocha timidement la tête, elle ne savait pas si elle pouvait lui faire confiance, mais pour l'instant elle ferait ce qu'il disait. Mais elle ne comprenait pas, si c'était interdit, pourquoi les maîtres et tous leurs clients faisaient-ils cela ? Elle était punie lorsqu'elle faisait quelque chose d'interdit, les adultes n'étaient-ils jamais punis ?

« Je veux en faire une règle, personne n'a le droit de vous toucher sans votre consentement et personne n'a le droit de vous faire quelque chose que vous ne voulez pas. » Élabora Spock. Elle connaissait les règles, les maîtres en avaient beaucoup, elle devait leur obéir, elle hocha la tête, même si elle ne comprenait pas le mot consentement. Elle demanda à Spock.

« Que veut dire consentement ? » Interrogea-t-elle.

« Consentement signifie votre accord, personne n'a le droit de vous toucher si vous n'êtes pas d'accord. Comprenez-vous ? » Elle n'était pas sûre de bien comprendre comment elle pouvait empêcher les gens de la toucher si elle n'était pas d'accord mais elle hocha la tête.

« Très bien, pouvez-vous me répéter les règles que j'ai énoncé ? » Demanda-t-il. Elle ne comprenait pas pourquoi il voulait qu'elle répète les règles, mais qu'elle comprenne ou non n'était pas vraiment important, l'important était qu'elle devait lui obéir. Elle hocha la tête et commença à répéter.

« Personne n'a le droit de me toucher sans mon accord, et personne n'a le droit de me faire quelque chose que je ne veux pas. » Énonça-t-elle, bien qu'elle ne comprenait toujours pas comment elle était sensée faire cela. Elle se mordilla les lèvres.

« Et si quelqu'un veut me toucher et que je ne suis pas d'accord ? » Demanda-t-elle.

« Vous lui dites non, et s'il insiste ou s'il veut vous toucher pour de mauvaises raisons vous venez m'en parler, à moi ou un autre adulte en qui vous avez confiance. D'accord ? » Expliqua-t-il. Elle se souvenait de quelques mauvaises expériences où elle avait osé s'opposer en disant non elle avait été brutalement punie pour cela.

« Mais je n'ai pas le droit de dire non. » Expliqua-t-elle, perdue et inquiète. Il y eu un moment de silence avant que Spock ne réponde.

« Considérez qu'à présent vous en avez le droit. » Répondit-il. Vraiment ? Elle ne serait pas punie si elle disait non ? Comment s'assurer de cela ? Le seul moyen aurait été d'en faire l'expérience mais elle aurait trop peur d'essayer.

« Je sais que c'est encore difficile pour vous, que vous ne me faite pas encore tout à fait confiance et que vous avez sûrement peur, mais vous verrez, ça ira mieux avec le temps. » Tenta-t-il de la rassurer, mais malheureusement elle avait encore trop de mal à le croire.