Encore merci pour vos reviews ! Certains commentent vite, ça fait plaisir ! Bravo à tous pour m'avoir supportée jusqu'ici ! J'espère que ce chapitre vous plaira !

Bonne lecture !


Remus termina sa page avant d'attraper un morceau de papier qu'il posa dans la reliure. Sa pause était terminée et les élèves avaient fini d'envahir l'espace. Les derniers bruits de chaises grinçant sur le parquet lui indiquèrent qu'ils étaient prêts à commencer. Remus ferma son livre et le posa plus loin sur la table avant de lever la tête pour regarder ses cinquièmes années Serdaigle et Poufsouffle.

Du moins, d'après sa mémoire. À la place, il fut accueilli par un mélange de couleurs qui ne faisait aucun sens. Roger Davies était au troisième rang, dans un uniforme Gryffondor, discutant avec sa voisine, Jannah Faucett, en habit de Poufsouffle. Derrière eux, les jumeaux Weasley, en uniformes Serdaigles, discutaient énergiquement, racontant des blagues qui firent rire les deux véritables Serdaigles. Cédric Digory était dans le rang en face, une cravate bleue autour du cou, discutant avec ses voisins qui avaient retiré leurs cravates. Ils les avaient coupées en deux avant de les passer à une voisine de derrière pour qu'elle recouse ensemble les deux cravates de couleurs différentes.

Loin d'eux, Samuel Capper, dans son uniforme féminin, terminait d'installer Cutty La Citrouille, tout de vert vêtu, au premier rang avec sa paire de lunettes assortie. Apparemment, le pauvre fruit avait une mauvaise vue depuis que Harry avait accidentellement mangé les amandes qui lui servaient de pupilles, maintenant remplacées par des olives. Samuel retourna rapidement à sa place alors que le vrai Cutty Flam rentrait dans la salle, poussé par une de ses camarades de classe en uniforme masculin. Les jumeaux Weasley l'applaudirent et Cutty les salua d'un 'Salut bros', son slip recouvert de l'animal représentatif de sa maison.

Remus ne savait même pas par où commencer. Poudlard partait vraiment en vrille depuis la fermeture temporaire du dortoir Serdaigle. À côté de Cédric, Skelett réapparu d'en dessous de la table, portant un uniforme violet, qui correspondait à celui d'Hermione Granger. La jeune fille rentra dans la salle sur la pointe des pieds et s'assit à côté de Cutty La Citrouille, avant de lui arracher un doigt pour se faire un goûter. Ils arboraient tous deux une carpe en tant que symbole de leur maison. Visiblement, une cinquième maison était en chemin. Avec un peu de chance, quelqu'un avait prévenu le choixpeau.

Remus avait bien remarqué que les élèves n'avaient que faire de leurs maisons dernièrement à Poudlard. Il avait surpris Harry changeant de couleur plus vite qu'un caméléon, entendu les professeurs se plaindre d'un jeu géant de lits musicaux. Il avait surpris Ginny Weasley et Hermione Granger sortant de bon matin du dortoir Poufsouffle, Harry sortant du Serpentard, Neville et Terry sortant du Serdaigle. Au début, juste après les réprimandes de la maison Serdaigles, il n'y avait effectivement que cette bande de jeunes qui ignorait les convenances. Puis Remus avait rencontré Dean et Seamus sortant des Serdaigles, avec de grands sourires et lui demandant comment avait été sa nuit comme si c'était la chose la plus banale qui soit. Il avait entendu —comme tout le château— quand Severus avait surpris les jumeaux Weasley sortants du dortoir Serpentard au petit matin. Puis il avait entendu les élèves parler entre eux, et ce fut le début de la fin. Les Serdaigles avaient apparemment oublié le savon qu'ils avaient reçu, mais avaient en plus emporté les autres maisons avec eux.

"Je suis fatiguée, je pense dormir chez les Poufsouffles ce soir." Remarqua, à voix haute, une Serdaigle en se tournant vers une de ses voisines. "Pss, Laura, je peux te piquer ton lit ce soir ?"

Cette dernière agita ses cheveux en se retournant.

"Oui, bien sûr ! On a examen demain, je comptais dormir chez les Serdaigles de toute façon."

"Super !" La Serdaigle leva son pouce de contentement. "J'ai des livres qui pourraient t'intéresser sur mon bureau, et mes notes sont dans le tiroir. Elza a échangé sa place avec une Gryffondor, vous allez pouvoir réviser ensemble."

La Poufsouffle rayonna de joie.

"Ce serait génial ! Et j'ai eu un nouveau pyjama pour mon anniversaire, bien chaud et tout doux. Tu pourras le prendre ! Avec les chaussettes de ma grand-mère, tu verras, c'est formidable !"

La Serdaigle sautait presque sur place.

"J'ai hâte !" Elle fouilla dans son sac et en sortit un nounours en peluche. "Regarde, j'ai pris mon doudou pour l'occasion !"

Les deux filles échangèrent des cris de plaisir, et Remus se décida à se lever. Il ignora le badge de préfet Serdaigle qui quitta Kent Buddy et atterrit sur la veste d'un jumeau Weasley. Les élèves se l'échangeaient comme un bonbon depuis plusieurs jours (quand la grand-mère de Cutty lui avait finalement retourné son cadeau) et Remus aurait juré qu'il en avait vu plusieurs exemplaires circulant à leur table. Il avait même vu une première année l'arborent fièrement un après-midi. Poudlard n'avait plus de sens pour la moitié de ses élèves. Surtout quand Cédric Diggory avait proposé un échange de joueurs pour les équipes de Quidditch.

Remus fit une rapide réflexion dans sa tête, voyant si les cinq élèves qui n'avaient rien à faire là pourraient suivre la leçon. À vrai dire, Cutty la Citrouille n'étant pas un élève, juste quatre. Les jumeaux en étaient au même niveau avec leur classe, Hermione n'était apparemment jamais perdue, et Skelett serait à surveiller tout au long de l'heure comme d'habitude, afin qu'il ne se perde pas et écoute.


Nami s'approcha de Luffy avec un grand sourire. Elle avait une pierre brillante dans les mains qui intriguerait sans nul doute son capitaine.

"Harry ?" Demanda-t-elle avec une voix de crécelle, envoyant des frissons dans les dos de Dean et Seamus. "Puis-je te parler un instant ?"

Luffy, qui tachait d'encre une de ses copies, se tourna vers sa navigatrice.

"Que se passe-t-il ?"

Nami envoya un rapide regard à Dean et Seamus, le premier occupé à rédiger une lettre alors que le deuxième lisait un journal de Quidditch. Probablement pas d'oreilles indiscrètes.

"Tu te souviens de la pierre ? Celle que je t'avais remise en première année ?"

Luffy se creusa la cervelle avant de s'illuminer.

"Oui, bien sûr ! Que veux-tu ?"

"Te l'échanger !" S'exclama Nami avec innocence.

Luffy grogna à cette idée. "C'est ma pierre !"

Nami sourit. "Oui, mais regarde ce que j'ai trouvé !" Elle sortit de sa poche un morceau d'améthyste. "Il s'agit d'une pierre très rare que seuls les plus grands aventuriers possèdent !"

Luffy brilla à cette vue. "Vraiment ?"

Nami hocha la tête de manière complice. "Tout le monde en convoite. Il s'agit du rêve de tout homme ! Cette pierre est un véritable trésor !"

Elle avait obtenu toute l'attention de Luffy.

"Et j'accepte de te l'échanger contre la pierre que je t'ai donnée en première année." Annonça Nami, comme si elle lui faisait une faveur.

Luffy se dépêcha d'accepter. Il attrapa le fil qui pendait autour de son cou depuis deux ans maintenant, et le retira pour secouer la petite poche pendue au fond.

Mais rien ne tomba. Luffy secoua plus fort.

Toujours rien. Luffy écarta les morceaux de tissu et jeta un oeil dans le sac. Il était vide.

"Je ne sais pas où elle est passée." Avoua Luffy. "Je crois que je l'ai perdue."

"TU L'AS PERDUE ?!" S'énerva Nami en attrapant le collier de son capitaine. Elle le secoua et en sonda l'intérieur, mais rien n'y faisait, il était vide. Depuis quand était-il vide ? Où était passée la pierre philosophale ?! Où était son pass pour transformer des métaux en or ? "OÙ ? QUAND ?" Hurla Nami en attrapant Luffy et en le secouant comme un prunier.

"J-Je n-ne sais p-pas." Articula difficilement le chapeau de paille, balloté dans tous les sens.

"Il est peut-être dans la chambre ?" Risqua Dean, essayant de sauver son ami des griffes de la rouquine.

Il n'en fallut pas plus pour activer la rousse. Comme son frère avant elle, elle retourna toute la chambre de Luffy.

Mais aucune trace de la pierre.


"Amato Animo Animato Animagus."


Nami allait devoir fouiller tout le château. C'était un travail long qui allait demander beaucoup d'énergie. Mais elle en avait plein à dépenser.

Enfin, ses esclav—nakamas en avaient plein à dépenser.

"En avant !" Hurla Nami, espérant déchaîner son armée dans les couloirs. "Trouvez-moi cette pierre !"

"On n'est pas à tes ordres !" Se défendit Usopp.

"Tout de suite, ma Ginny d'amour !" Sanji fila retourner chaque pièce du château.

"Même pas en rêve." Commenta Zoro. "Je rentre."

"Peut-être ici ?" Se demanda Luffy en attrapant le casque d'une armure pour le poser sur sa tête.

"Un peu de musique ne nous ferait pas de mal." Décida Brook en sortant un violon, avant de recevoir une chaussure de Nami.

"ET ON RESTE DISCRET !"

"Commence par arrêter de hurler." Proposa Zoro. Il reçut une droite qui le mit K.O.

"C'est l'heure d'utiliser mon Aspiratout !" Dévoila Franky, sortant une machine de nulle part. En un coup, il aspira tous les tableaux, les armures, les fournitures et Luffy. "Il est peut-être un peu trop puissant." Remarqua Franky en le désactivant.

"IL EST BEAUCOUP TROP PUISSANT !" S'énerva Nami en assommant le mécanicien. Puis elle se tourna vers les pirates restants. "Dépêchez-vous ! Je ne veux pas y passer la nuit !"

"Bien sûr ma Ginny chérie !" Assura Sanji en dansant avant de retourner passer les lieux au filtre fin.

"J'ai demandé aux elfes." Informa Robin en aidant Luffy à s'extirper de l'Aspiratout. "Ils ont dit qu'ils n'avaient rien trouvé."

Usopp, qui faisait semblant de chercher, respira à grosses gouttes. Il savait parfaitement où était passée la pierre. Luffy l'avait accidentellement —selon la définition attribuée à ce mot— jetée dans un mélange de Franky. La pierre avait été dissoute par le liquide.

L'équipage pouvait bien passer plusieurs nuits à fouiller le château, il n'y avait plus de pierre à trouver.

Mais Usopp ne savait pas comment l'annoncer à la navigatrice. Nul doute qu'elle allait être folle de rage.

Il feignit de chercher la pierre et se rapprocha de Chopper.

"Pss, Terry ?"

Chopper, qui tâtonnait le sol à la recherche de la pierre en essayant de ne pas regarder les alentours, effrayé par la décoration, se retourna.

"Oui ?"

Usopp ne savait pas vraiment comment aborder le sujet. "C'est à propos de la pierre." Il se tourna les doigts ensemble. "Ce n'est pas la peine de la chercher."

"Tu l'as trouvé ?!" S'exclama l'ancien renne un peu trop fort.

"Shut !" Demanda Usopp en jetant un oeil vers Nami.

"Il se passe quelque chose là-bas ?" Cria la navigatrice.

"On cherche !" Répondit Usopp, heureux de perdre l'attention de la rousse en faveur de son capitaine, plus occupé à s'habiller comme un chevalier qu'à chercher la pierre qu'il avait perdue.

Usopp se retourna vers leur médecin. "Non, je ne l'ai pas trouvée."

Chopper prit une expression dégoûtée.

"Et on ne la trouvera pas." Ajouta Usopp. "Parce qu'elle a été détruite."

"Comment ?"

Usopp hocha sa tête. "Harry l'a accidentellement détruite l'année dernière. Il l'a jeté dans un chaudron de Cutty."

"D-Donc… Elle n'existe plus ?" Récapitula Chopper.

Usopp acquiesça. "Oui. On ne pourra pas la trouver."

"M-Mais c'est horrible !" S'exclama Chopper. "Il faut prévenir Ginny."

Usopp devint blanc. "O-Oui, il faudrait." Et Chopper comprit le problème. Il n'avait pas non plus envie de l'annoncer à la rousse.

"Et si on lui écrivait une lettre ?" Proposa le médecin.

"Elle devinera rapidement qu'elle est de nous." Avoua Usopp.

"Là-bas !" Cria Nami. "Moins de paroles, plus de recherches."

Les deux pirates cessèrent de chuchoter et retournèrent à leurs fausses recherches.

Désireux de faire cesser la punition, Usopp accentua ses recherches dans la direction de Robin.

"Pss, Hermione."

La brune se détourna du couloir où elle surveillait que personne n'arrivait.

"Oui ?"

Peut-être que l'archéologue saurait gérer la situation ?

"La pierre…" Usopp chercha ses mots. "Comment dire… Je crois qu'Harry l'a détruite. Il l'a jetée dans un chaudron de Cutty."

Robin tourna son buste vers le tireur d'élite.

"Voilà qui est fâcheux."

Usopp hocha la tête énergiquement. C'était un euphémisme.

Robin lui fit un petit sourire.

"Je m'en occupe."

Elle avança vers la rouquine et échangea quelques mots.


"Ginny ?"

Nami tourna la tête à l'entente de son nom.

"Oui, que se passe-t-il, Hermione ? Tu as trouvé la pierre ?"

"Je viens d'entendre une discussion." Mentit Robin. "Le professeur McGonagall informait le professeur Chourave que la pierre philosophale a été retrouvée. Ils ont dû mettre la main dessus avant nous."

Le visage de Nami se décomposa et la rousse tomba à terre. "Non ! Pourquoi ?! Pourquoi maintenant ? Qu'ai-je fait ? J'étais si proche du but !" Les yeux de la rousse s'enflammèrent soudainement. "Il faut aller la récupérer !"

Robin posa une main sur l'épaule de Nami pour l'empêcher de s'en aller.

"Ils ont ajouté qu'ils l'avaient détruite." Continua Robin. "Je suis désolé."

Nami tourna sa tête vers Robin et l'archéologue vit son visage se briser.

"I-Ils l'ont quoi ?"

Robin s'agenouilla à terre et enlaça Nami.

"Tout va bien. On trouvera d'autres trésors."

Mais des larmes coulèrent le long des joues de Nami.

"MA FORTUNE !"


"Amato Animo Animato Animagus."


"Il est bizarre le professeur Rogue." Commenta Jannah Faucett en discutant avec ses voisins. "Vous saviez qu'il a fait un cours sur les loups-garous à toutes les classes quand il remplaçait le professeur Lupin ? Même les premières années !"

"Il doit aimer vraiment beaucoup les loups-garous." Nota Fred Weasley, infiltré dans le territoire allié qu'était la table Serdaigle.

"Il veut un devoir sur 'comment les tuer'." Ajouta George Weasley. "Vous croyez qu'une de ses copines l'a quitté pour un loup-garou ?"

Fred parut épouvanté.

"Rogue, avec une copine ?!"

Lee ajouta son grain de sel.

"Elle était menacée ?"

"Mieux !" S'exclama George. "Et si on racontait partout que Rogue est tombé amoureux d'un loup-garou, mais que ses sentiments étaient à sens unique et qu'il veut maintenant se venger ?"

"Bien plus crédible que la copine !" Encouragea Lee.

Beaucoup trop habitué à répandre des rumeurs, le groupe de trois se dissolu immédiatement, courant aux trois coins du réfectoire lancer le potin. De leurs côtés, les Serdaigles alentour relayèrent l'information à leur table.

L'amour secret de Rogue pour un loup-garou fut rapidement un fait avéré chez les élèves.


"…mais je t'assure que si !"

"Voyons, ce n'est pas possible !"

"Je vais demander !"

Remus s'arrêta devant les deux pipelettes qui avaient cessé de prêter attention à son cours un moment plus tôt. Il fut plutôt étonné de devoir esquiver un bras levé.

"Lavender, je peux vous aider ?"

La susnommée rougit légèrement en s'apercevant de la proximité du professeur. Elle avait peut-être manqué d'attention un petit moment. Mais cela ne faisait rien.

"Professeur, les loups-garous sont-ils acceptés à Poudlard ?"

Remus se retint de tressaillir en entendant la question. Que Rogue et ses remplacements soient maudits.

"Je pense que vous voulez plutôt parler d'humains atteints de lycanthropie, Lavender." Corrigea Remus. "Et ce n'est pas le sujet de ce cours."

"Vous voulez brimer ma soif d'apprendre ?" S'écria Lavender Brown. "C'est odieux !"

"Ce n'est pas le sujet de notre cours." Continua Remus. "Mais pour votre information, je n'ai pas ouï que leur présence à Poudlard soit interdite. Reprenons le cours, vous voulez bien ?"

Lavender acquiesça joyeusement. Mais dès que Remus lui tourna le dos, elle se remit à discuter avec sa voisine.

"Je t'avais dit, Pavarti ! Soit il s'agissait d'une camarade de classe quand Rogue étudiait à Poudlard, soit il est tombé amoureux d'une élève ! Ce n'est pas possible autrement ! Il est toujours enterré dans ses donjons !"

"Peut-être pendant les vacances ?" Proposa Pavarti Patil. "Il aurait très bien pu la rencontrer pendant qu'elle achetait sa potion ! Une histoire d'amour chez l'apothicaire !"


"Amato Animo Animato Animagus."


Autour d'une table, six silhouettes se jaugeaient dans l'ombre de la nuit.

"Tout d'abord…" S'avança l'une d'elles pour laisser le clair de lune se refléter sur ses cheveux roux.

"…merci d'être venus." Compléta sa voisine avec un grand sourire et une lueur de malice dans les yeux.

"Il se fait tard et certains aimeraient aller se coucher !" Détruisit la personne en face d'eux, Rémi. "J'ai des responsabilités, moi ! Et des examens ! Peut-on accélérer, s'il vous plaît ?"

Les jumeaux Weasley firent des petites moues boudeuses. L'atmosphère qu'ils avaient créée avait été détruite sans même un préavis.

Sans tenir compte de leur avis et par égard pour son Préfet, Cédric agita sa baguette et la pièce s'éclaira.

"Alors, pourquoi nous avez-vous fait appeler ?" Demanda-t-il avec un sourire.

George tourna la tête, boudeur, alors que Fred soupirait sur sa chaise.

"La théâtralité, mes amis. On ne peut faire des plans de supers méchants sans un certain environnement."

"On avait même des costumes en chemin." Grogna George. "Pour la peine, vous ne les aurez pas !"

"Oh non !" Roger Davies semblait réellement déçu. "C'était l'occasion ou jamais de porter autre chose que nos uniformes !"

"Je suis sûr que Dumbledore aurait adoré." Assura Rémi sarcastiquement. "Peut-on accélérer ? Fred, George, pourquoi vous nous avez appelés ?"

"Je ne sais pas si j'ai envie de le partager avec toi." Bouda George, les bras croisés, en regardant dans la direction opposée.

"Très bien." Soupira Rémi en se levant. "Dans ce cas, bonne nuit tout le monde."

"Non !" Hurlèrent les jumeaux en se jetant sur lui pour attraper ses vêtements. "Attends ! On va parler !"

Prisonnier des rouquins, Rémi se décida à se rasseoir sur sa chaise, laissant les jumeaux se redresser et se replacer autour de la table.

"D'accord."

"Alors voilà…"

"…vous avez remarqué, nos trois maisons s'entendent très bien."

"Et ne font quasiment qu'une." Commenta Rémi, ayant déploré le remplacement de nombre de ses Poufsouffles par des Serdaigles et des Gryffondors ses derniers jours. "Je crois que tout le monde connait le moyen d'entrer chez nous. Et il y a une copie des mots de passe des Gryffondors accrochée au-dessus de notre cheminée." Ce qui avait épaté Rémi le jour où il l'avait découvert. Encore plus quand il avait vu des Gryffondors le mettre à jour nonchalamment. 'S'entendre très bien' était un euphémisme. Leurs étudiants n'avaient plus aucun respect pour la maison dans laquelle ils avaient été envoyés.

"Exactement." Approuva George.

"Cependant, les Serpentards restent dans leur coin."

"Ce qui est inadmissible."

"Ils refusent de se mélanger."

"Il faut donc faire quelque chose."

Rémi les regarda avec des yeux ronds. "Vous nous avez réunis pour sociabiliser les Serpentards avec les autres maisons ?"

"Tout à fait." Confirma Fred. "Nous allons avoir besoin d'aide."

"Vous avez un plan ?" Se renseigna Cédric.

George se leva et se pencha vers leurs quatre invités.

"Il va falloir les bouger…"

Fred répliqua le mouvement de son frère et chuchota.

"…de l'intérieur."

"Votre soeur est déjà infiltrée, non ?" Nota Roger. "Elle va s'en charger ?"

Les jumeaux se rassirent en secouant leur tête.

"Ce n'est pas suffisant. On pensait à plus d'infiltration."

"On pensait à toute une bande."

"Blaise nous fera rentrer."

"Nous avons juste à ramener nos matelas."

"Et nous avons assez de cravates."

Rémi cligna des yeux. "Tout le monde sait que vous êtes des Gryffondors. Une cravate verte ne trompera personne."

Les jumeaux Weasley échangèrent un regard espiègle.

"Qui a dit que nous comptions juste changer de cravate ?"


"Amato Animo Animato Animagus."


Le grand jour était finalement arrivé. Les jumeaux Weasley avaient teint leurs cheveux en blond, mis du fond de teint sur leurs taches de rousseur, revêtu leurs uniformes de façon irréprochable et effacé toute marque de Gryffondor. Ils étaient vêtus de vert, leur dos droit, un matelas porté entre eux deux. Lee avait décliné leur invitation à se joindre à l'expédition immédiatement, mais avait promis de les rejoindre plus tard. Ils avançaient vers leur point de rendez-vous où Dean et Seamus les attendaient déjà, surexcités dans des uniformes trop grands de Blaise. L'idée d'aller rejoindre Harry dans le dortoir Serpentard leur avait plu au plus haut point. Ils ne tenaient plus en place.

Une fois que les jumeaux posèrent leur matelas à côté du leur, les représentants de Serdaigles arrivèrent. Cutty pédalait dans un petit vélo, trainant deux matelas derrière lui. Sur le premier, Roger, à genoux, discutait avec lui et faisait de grands signes aux Gryffondors. Derrière, bien installées, Ginny, Hermione, Jannah Faucett et Luna Lovegood jouaient aux cartes.

Il ne manquait plus que les Poufsouffles. Justement, Alexis Stebbins, Etienne Summerby, Wayne Hopkins et Neville Londubat, tremblant, arrivèrent. Rémi avait refusé de participer à cause de son titre de Préfet, ayant une obligation d'être à son dortoir pour surveiller ses élèves qui y étaient et ceux des autres. Cédric avait dû laisser sa place aussi à cause de son titre de capitaine de l'équipe de Quidditch et de la très forte chance que Flint essaye de l'égorger dans son sommeil. Quant à Skelett, au vu de la raison diplomatique de l'infiltration, il avait été unanimement décidé (entre Rémi et Cédric) de lui interdire de participer. Terry avait dû laisser passer aussi, trop occupé par son stage à l'infirmerie pour avoir le temps de s'infiltrer. Les remarques de Neville et de son besoin d'accorder du temps aux plantes du professeur Chourave avaient, eux, été totalement balayés. Il avait juste eu le temps d'attraper un de ses camardes de classe, Wayne Hopkins, avant d'être amené de force dans la mission par ses aînés. Stebbins et Summerby, des amis de Rémi et de Cédric avaient été totalement séduits par cette idée. Apparemment, Stebbins avait un coup de coeur pour une Serpentard, mais cela ne motivait en rien sa participation à la mission. Il venait pour la beauté du geste. Forcer les Serpentards à se mélanger, voilà qui était un noble acte auquel il se devait de participer.

"Nous voici complets !" Sourit George en regardant les matelas s'empiler. "Il ne nous reste plus qu'à attendre les guides ! Harry et Blaise ne devraient plus tarder."

Ginny lâcha un petit rire noir.

"Tu penses qu'ils pourraient arriver ici tout seuls ?"

"Bien sûr que non !" Assura Fred en agitant une main et en s'approchant des Serdaigles pour parfaire leurs déguisements. Il lança quelques charmes de trompe-l'oeil pour qu'ils aient l'allure de parfaits Serpentards.

"Nous avons envoyé une escorte les chercher." Compléta George en s'occupant de Dean et Seamus.

"Ginny ne pourrait pas s'occuper de nous faire entrer ?" Remarqua Dean pendant que le jumeau tripotait sa cravate.

Sa remarque fut totalement ignorée.

"On a bien fait d'amener nos matelas." Commenta Seamus. "Si on doit attendre que Blaise et Harry nous trouvent, nous allons probablement devoir dormir ici."

"Tututu, ils ne vont plus tarder." Assura George en tartinant leurs cheveux avec une bombe blanchissante. Il s'appliqua ensuite à les coiffer pour qu'aucun cheveu ne dépasse.

Il eut juste le temps de tourner les deux jeunes Gryffondors en parfait sang pur haut de gamme, qu'une armure arriva en trombe, tenant les tee-shirts de deux élèves.

"Seigneurs ! Est-ce là les deux marauds que vous cherchiez ?"

"Exactement !" Lança joyeusement Fred en ignorant les jurons de Blaise, mécontent d'avoir été malmené.

L'armure leva une main à son casque en garde-à-vous.

"Mission accomplie Seigneurs !"

"Repos soldat." Autorisa George. "Nous prenons le relais. Beau travail."

L'armure hocha la tête dans un capharnaüm de métal, et laissa les deux pirates choir devant les jumeaux Weasley avant de partir décorer un coin quelconque du château.

"Vous nous cherchiez ?" S'étonna Luffy en réajustant son tee-shirt.

"Nous avions rendez-vous." Rappela Fred, bien que leur 'prise de rendez-vous' consistait en lui et son jumeau courant dans le couloir et criant à Luffy et Zoro, au passage, de les retrouver dans le couloir dans l'après-midi.

Mais ils avaient plus important que discuter logistique. Fred les retourna et les poussa dans la direction du dortoir Serpentard.

"Il se fait tard et nous devons encore nous installer."

Derrière lui, son frère sortit sa baguette et souleva leur matelas alors que Seamus et Dean hissaient le leur sur leur dos, les Serdaigles roulant derrière eux, Cutty et Roger discutant joyeusement de ce qu'ils allaient faire, suivit par Stebbins et Summerby, le second plus grognon que le premier, qui enjoignaient Neville et Wayne à accélérer le pas.

Fred les guida à l'entrée du dortoir Serpentard et poussa Zoro et Luffy devant pour qu'ils donnent le mot de passe.

Ils ne l'eurent pas. À peine Zoro avait été jeté devant le mur qu'il s'ouvrit tout seul.

"Mais… et le mot de passe ?" S'étonna George.

"Tu l'as chuchoté à voix basse ?" Ajouta Fred en tournant un regard étonné vers Zoro.

Ce dernier haussa un sourcil.

"Quel mot de passe ?"

"Pour ouvrir le mur." Expliqua Fred.

Luffy pencha sa tête sur le côté.

"Le mur s'ouvre tout seul. Pourquoi voulez-vous un mot de passe ?"

Les jumeaux Weasley regardèrent les deux pirates, incrédules.

"Le mur s'ouvre toujours tout seul ?"

Luffy et Zoro acquiescèrent avec évidence.

"Forge." Fred soupira à l'oreille de son jumeau. "Je crois que ces enfants sont des sorciers."

"Et moi qui croyais qu'ils étaient des cracmols." Chuchota George.

Fatigués de porter leur matelas, Dean et Seamus contournèrent les jumeaux et rentrèrent dans le dortoir Serpentard sans battre d'un cil.

"On aurait dû inviter Anthony." Remarqua Seamus, une fois à l'intérieur, perdu sur la direction à suivre.

"On pourra le faire demain." Proposa Dean, sa tête enterrée dans le matelas qu'il portait à bout de bras. "Alors où nous installons-nous ?"

"Dans la chambre des Serpentards de notre année serait le plus logique." Réfléchit Seamus.

"Alors, en avant !" Enjoignit Dean.

Seamus, qui menait leur troupe, s'aventura du côté qu'il espérait garçon, et, étant donné qu'il ne fut pas éjecté par une force supérieure, peut-être eu-t-il raison, et appela ses camarades de classe.

"Nott, Goyle, Crabbe !"

"Shut !" Hurlèrent, derrière eux, les jumeaux. "On s'infiltre."

"Mais on ne sait pas où est la chambre des garçons de notre classe." Chuchota Dean.

"Regardez dans toutes les chambres." Conseilla Fred.

"Mais vous ne vous étiez pas déjà invité ?" Se rappela Dean. "Vous avez dormi où ?"

"On sait où sont les cinquième année, mais pas les troisièmes." Détailla George.

"Blaise, Harry !" Murmura fortement Dean. "Vous pouvez passer devant et nous montrer le chemin ?"

"Bien sûr." Harry rampa sur le matelas des jumeaux, avant de passer sous celui de Dean et Seamus pour montrer le chemin. "C'est par ici."

Il passa devant plusieurs chambres, et les jumeaux virèrent à droite, suivit par les Serdaigles et la moitié des Poufsouffles.

"On ne les suit pas ?" S'étonna Wayne Hopkins en voyant leurs aînés s'installer.

"On va avec ceux de notre année." Chuchota Neville.

Harry les mena au dortoir des troisième années. Dean et Seamus posèrent leur matelas entre les lits de Vincent Crabbe et Gregory Goyle, laissant la place entre les lits de Theodore Nott et Blaise à Wayne Hopkins et Neville.

"C'est terne ici." Commenta Seamus en étirant son dos.

"On va devoir rester longtemps ?" Se renseigna Wayne.

"Le temps d'infecter les Serpentards avec notre aventurisme." Sourit Seamus, fouillant les placards.

Une petite tête rousse passa par la porte.

"Pour les gens normaux, le mot de passe est 'Silence en classe'."

Une deuxième tête apparue.

"Je crois qu'on a obtenu un bon indice sur qui choisissait les mots de passe de Serpentard."

"Un vote à la majorité, sans nul doute."

"Il y va de soi."

"Sur ce, on va rejoindre Cutty et Roger avant qu'ils ne fassent exploser quelque chose."

"On ne voudrait pas louper cela !"

Et les jumeaux s'en allèrent comme ils étaient arrivés.

"J'ai trouvé les uniformes !" S'écria Seamus. Il en attrapa deux et les lança aux Poufsouffles. "On se dépêche, j'ai faim."

"On n'aurait pas dû s'installer pendant le repas." Se plaignit Wayne.

"Il valait mieux avoir un dortoir vide pour s'installer." Remarqua Dean.

"Si on rentre dans la Grande Salle maintenant, on va se faire repérer, non ?" Interrogea Neville. "L'objectif n'était pas d'être discret ?"

"L'objectif est de paraître installé !" Vint une voix du couloir. Roger Davies rentra dans la salle, une glacière à la main. "Je ramène le repas. Mangez vite et allez vous doucher. Soyez sûrs d'agir avec naturel !"

"Évidemment !" S'écria Seamus en attrapant la glacière.

Blaise attrapa Harry.

"Dans ce cas, nous allons nous promener."

Harry tourna sa tête. "Pourquoi ? Je veux rester ! On va s'amuser !"

"Parce que tu mens atrocement mal." Assura Blaise.

Harry fixa un point au loin, commença à suer et chuchota sur le côté. "C'est pas vrai."

Seamus en lâcha la glacière. "Beaucoup trop ! Dehors Harry !"


Chien avait profité d'un cours que donnait Hagrid pour lui emprunter du papier et un stylo. Il avait écrit un message et, le message et la carte du Maraudeur dans la gueule, était parti dans la forêt attendre l'heure du dîner.

Au dîner, il était entré dans les couloirs, marchant jusqu'au bureau qu'il savait attribué à Remus Lupin. Il déposa le mot et la carte et repartit.


Severus n'en pouvait plus. Il ne savait pas qui avait commencé la stupide rumeur de son amour pour un loup-garou. Mais s'il attrapait les fautifs, qu'il imaginait, peut-être à tort, peut-être à raison, être deux petites têtes vides identiques rousses, il leur montrerait pourquoi il était le respecté et craint directeur de la maison Serpentard.

Mais pire que les élèves, ces pourtant têtes blondes incapables de retenir la moindre de ses paroles, mais très talentueuses pour répandre de fausses informations, se trouvaient les professeurs. Particulièrement Dumbledore. À chaque repas.

"Remus ! Ne vous asseyez pas là voyons !" L'arrêta, une fois encore, Dumbledore. "Hagrid voulait essayer cette chaise."

Le susnommé, qui venait d'entrer dans la salle, comprit immédiatement son rôle à jouer. Il trottina jusqu'à ladite place et posa son énorme popotin dessus avant que Lupin ne puisse réagir.

"Je voulais absolument tester cet emplacement !" Continua Hagrid, pas crédible pour une Noise. "La vue est magnifique."

La vue était la même à chaque place. Surtout pour lui, avec sa tête tout en haut de la montagne qui lui servait de torse.

"Mettez-vous là !" Indiqua Dumbledore en pointant la chaise juste à côté de Severus. "Vous serez très bien." Et comme si toute la scène n'était pas déjà de trop, Dumbledore termina son show avec un petit clin d'oeil pour Severus.

Lupin rendit les armes et obéit. Il était toujours en colère à cause des cours de Severus, mais il pouvait se rassurer, Severus les payait très cher.

Lupin devait s'en apercevoir, car il était toujours celui obligé de s'asseoir à côté de lui. La veille, Filius, à côté de qui Severus avait fait exprès de s'asseoir pour bloquer les places à côté de lui —il en était abaissé à cette hérésie— s'était levé en vitesse en le voyant entrer et avait crié :

"Cette place est libre ! Cette place est libre !" Il avait attrapé son assiette et ses couverts et s'était enfui à côté de Pomona.

Quand Lupin lui avait assuré qu'il n'avait pas besoin de s'asseoir à cet emplacement précisément, Filius avait agité sa main.

"Non, non, il fallait que je discute d'une chose avec Pomona. Mettez-vous là."

Encore une fois, Lupin avait été obligé de s'exécuter, car, pour une raison obscure, il s'agissait de la seule place non occupée. Severus n'avait pas manqué le regard complice de Dumbledore et le sourire encourageant de Filius. Pourtant, il aurait aimé.

Mais le pire était encore à venir.

"Il y a encore une sortie au Pré-au-lard ce week-end, si je ne me trompe pas ?" Demanda Dumbledore avec malice.

"Vous êtes si bien renseigné, Directeur." Appuya Minerva en se servant de la salade.

"Skelett a oublié de demander son autorisation !" Soupira Pomona. "Quelle tête en l'air."

"Juste après le match !" Ajouta Filius. "Qui veut des pommes de terre ?"

Dumbledore attrapa sa serviette et s'essuya les lèvres.

"Au vu des évènements de la dernière sortie, je pense qu'il serait préférable de remettre la permanence pour les élèves non autorisés à sortir. Remus, vous accepterez de vous en charger une fois encore ?"

Severus sentait le piège à plein nez.

"Oui, sans aucun souci." Accepta Lupin.

"Tant mieux." Sourit Dumbledore avec une lueur que Severus avait appris à détester dans le regard. "Cependant, comme la dernière permanence ne s'est pas très bien passée, je pense qu'il vaudrait mieux affecter deux professeurs au lieu d'un. Severus, je compte sur vous."

Évidemment. Et contrairement à Lupin, on ne lui demandait même pas son avis.

"Merci, Messieurs, c'est très gentil à vous !" Assura Filius en agitant sa baguette pour servir Hagrid en poulet.


Goyle et Crabbe revinrent du dîner tranquillement pour découvrir leur chambre prise d'assaut par trois visiteurs qui n'avaient rien à faire là.

"Ce n'est pas ma faute si tu n'as plus de dentifrice." Se défendit Wayne, en tee-shirt, une serviette sur les cheveux et sortant visiblement de la salle de bain. "Pique celui de Dean."

"S'il te plaît !" Supplia Seamus en pyjama. "Je lui en ai déjà emprunté hier."

"Demandes-en à tes parents." Commanda Wayne en croisant les bras.

"Tu peux prendre du mien." Proposa Neville qui travaillait sur un des bureaux.

"Vraiment ?" Seamus sauta de joie puis se précipita sur Neville et l'enlaça. "Merci Nev' ! T'es le meilleur !"

"Ce n'est que du dentifrice." Calma Neville, secoué de toute part.

Goyle et Crabbe échangèrent un regard avant de reculer. S'étaient-ils trompés de chambre ? Pire, de dortoir ? Ils décidèrent de revenir sur leurs pas pour vérifier que les portraits d'anciens Serpentards décoraient bien les murs de la Salle Commune.

Mais quand ils tournèrent les talons, ils se retrouvèrent face à face avec Dean, de retour de la salle de bain, un uniforme Serpentard roulé en boule dans ses bras.

"Vince, Greg, bon retour ! Désolé de ne pas vous avoir attendu, mais vous sembliez tellement pris dans vos assiettes que je ne voulais pas vous embêter, et je voulais profiter que la douche soit libre." Il leur fit un grand sourire. "Et maintenant, elle l'est pour vous !"

Goyle fronça les sourcils.

"Mais vous n'avez rien à faire ici."

Dean cligna des yeux et inclina sa tête, perdu, comme il avait vu Harry si souvent le faire.

"De quoi parles-tu, Greg ?"

"Vous n'êtes pas des Serpentards." Continua Goyle avec un doigt accusateur.

Dean leva un sourcil et abaissa l'autre, sidéré par leur accusation.

"Heu…" Vint une voix derrière eux. Il s'agissait de Seamus armé de sa brosse à dents. "Vince, Greg, vous êtes tombés sur la tête en revenant ici ?" Demanda-t-il. "Nous avons toujours été des Serpentards."

"Je devrais peut-être les accompagner à l'infirmerie." S'inquiéta Dean. "Ils ont peut-être une contusion."

"C'est deux-là ?" S'approcha Wayne. "Nan, ils sont nés comme ça. Maintenant, arrêtez de bloquer la porte. Vince, Greg, Dean, rentrez et laissez Seam sortir. Dean, j'ai besoin d'aide avec le devoir de Métamorphose."

Dean étouffa un petit rire.

"Tu as toujours besoin d'aide avec tes devoirs de Métamorphose. Je m'occupe de toi. Greg, Vince," il regarda les deux susnommés, "vous allez vous laver et je vous aide à faire les vôtres comme d'habitude ?"

Goyle et Crabbe clignèrent des yeux stupidement. Ils ne pouvaient pas dire non à de l'aide pour faire leurs devoirs. Surtout que les autres membres de la maison Serpentard étaient fatigués de les aider à faire les leurs. Ils foncèrent dans la chambre, attrapèrent leur pyjama et disparurent en direction de la salle de bain.

"Hey ! Je voulais me brosser les dents !" Cria Seamus en leur courant après. "Greg, Vince !"


Adrian Pucey, Cassius Warrington et Graham Montague revenaient de leur entraînement de Quidditch quand un éclat de lumière les aveugla sur le seuil de leur chambre.

"Aïe !" Hurla Adrian.

"Cutty, nous t'avions dit de régler plus bas la luminosité." Remarqua Fred, assit droit comme un piquet sur une chaise, une jambe posée sur l'autre, parfait copié-collé de son frère assis à côté de lui.

Cutty Flam, une cravate verte autour du cou, rouvrit la caisse posée sur son bureau. "Vous aviez raison, je suis désolé de ne pas vous avoir écouté."

"Moins de bruit, plus d'action." Coupa Alexis Stebbins, assis à un bureau, coiffé impeccablement, des livres étalés devant lui. "Certains travaillent."

"Alex, tu peux me passer le livre sur les plantes exotiques ?" Demanda Etienne Summerby à côté de lui. "Je pense avoir une idée pour remplacer le sang de salamandre dans la Solution de Force."

"Je l'ai remplacé avec du sang de lézard." Remarqua George, levant la tête du livre qu'il lisait. "Les dosages sont plus importants, mais il est plus facile de s'en procurer."

"Je l'avais remplacé par de la poudre de corne de licorne." Grimaça Roger Davies en fournissant des outils à Cutty. "Je devrais changer ma réponse."

"Vous devriez surtout changer de chambre !" S'exclama Adrian. "Dehors ! Ce n'est pas votre chambre !"

Les six étudiants installés se tournèrent vers lui et le dévisagèrent.

"Si, justement." Assura Alexis avec une grimace. "Tu t'es blessé à l'entraînement Ad ? Cass, Gram, dites-lui."

"Non, vous n'êtes pas des Serpentards !" Défendit Graham. "Je vais prévenir le professeur Rogue."

"Cutty ! C'est ta lumière !" Accusa Fred en fermant violemment le livre qu'il tenait. "Tu as effacé leur mémoire !" Il se leva et attrapa Graham avant qu'il n'ait eu le temps de partir. "Gram, te souviens-tu de quel jour nous sommes aujourd'hui ?"

"Je vais parfaitement bien !"

Dans son dos, George agita sa baguette, et chuchota :

"Confundo."

Les trois Serpentards portèrent leurs mains à leurs têtes.

Graham fronça les sourcils, perdu.

"Non, en fait… Je ne sais plus…"

"Vous devez être fatigués à cause de l'entraînement." Assura Fred en escortant Graham à son lit.

Adrian resta légèrement sceptique, essayant de se souvenir de quoi ils parlaient. Il se tourna vers le couloir et attrapa le premier Serpentard qui passa par l'épaule.

"Hey, toi."

Le jeune qui se brossait les dents, se tourna vers lui.

"Oui ?"

Adrian pointa du pouce ses nouveaux camarades de chambre.

"Ils ont toujours été là ?"

Le jeune ouvrit à moitié sa bouche et fronça son nez. Quelle question !

"Bien sûr." Une lumière s'éclaira alors dans son esprit. "Oh, Cutty a encore testé ses machines sur vous. Vous devriez vraiment lui demander d'arrêter."

À cette annonce, Adrian relâcha son épaule. Le jeune Wayne en profita pour retourner en direction de la chambre qu'ils avaient envahie en lançant un petit.

"Tous cinglés."


Lupin était fatigué. Entre ses transformations, ses cours, les copies à corriger, les gardes supplémentaires à assumer, et le personnel enseignant qui insistait pour le caser avec Severus Rogue —à qui il en voulait encore pour ses cours contre les loups-garous—, ses journées paraissaient interminables.

Il rentra dans son bureau, exténué, espérant corriger quelques copies avant d'aller se coucher. Il attrapa sa chaise, la tira, et s'assit, quand il remarqua deux choses qui n'avaient absolument rien à faire là.

Lupin ne prenait pas beaucoup de précautions avec son bureau, mais il verrouillait tout de même la porte en partant. Qui était parvenu à entrer ? Et comment leur vieille carte de Poudlard avait-elle rejailli ?

Il fronça les sourcils et saisit le papier plié en deux. Le titre, en grandes lettres capitales, le frappa immédiatement.

PETER PETTIGREW EST EN VIE.

Regarde la carte. Il est dans l'école. Il dort dans le dortoir des Serdaigles la nuit et se promène avec les élèves la journée. Il était le Gardien du Secret de James et Lily. Nous avons changé au dernier moment. Il est celui qui les a trahis.

Ce soir-là, j'ai mal agi. J'étais énervé. Je lui ai couru après pour venger James et Lily, et il s'est échappé, tuant des moldus et se coupant un doigt pour se faire passer pour mort. Depuis, il se déguise en rat.

Je préfèrerais que tu me croies, mais je comprendrais que tu n'y arrives pas. Tu as les cartes en main. Tu peux attraper Peter.

Tu-sais-qui

Remus regarda le papier sans voix. Non seulement Sirius Black s'était infiltré dans Poudlard jusqu'à son propre bureau malgré la présence des détraqueurs, mais il était parvenu à mettre la main sur leur vieille carte du maraudeur.

Et si ce qu'il disait était vrai ?

Remus attrapa la carte, posa sa baguette dessus, et murmura les mots magiques qu'il n'avait pas oubliés.

"Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises."

De l'encre se répandit sur le papier, et des noms se tracèrent. Remus les survola, et jeta son dévolu sur le dortoir des Serdaigles. Il lut les noms de ses élèves —dont beaucoup n'avaient rien à faire dans ce dortoir, accessoirement— et tomba sur ce qu'il cherchait.

Peter Pettigrew.

Peter était bien là. Peter, qu'il croyait mort depuis des années, était à Poudlard. Peter était donc en vie ? Comment ? Pourquoi ? Pourquoi serait-il resté caché ? Craignait-il des retombés ? Il ne risquait rien, Voldemort avait été défait et Sirius emprisonné. Pourquoi se faire passer pour mort ? Remus ne demandait pas une apparition publique, mais juste de le contacter lui. N'était-il pas son vieil ami ? Savait-il la lourde période de deuil que Remus avait enduré ? Perdre James, Peter, Lily, voir Harry être emmené au loin, et se penser trahi par Sirius. Pourquoi Peter ne l'a-t-il jamais contacté ?

Il n'y avait qu'une façon de connaître les réponses. Les arracher au principal concerné.


Theodore Nott rentra un peu tard dans sa chambre. Il avait discuté avec les filles un peu trop longtemps, peu pressé de retourner dans sa chambre où seuls Crabbe et Goyle l'attendraient. Peut-être aussi Zabini et Potter, mais il ne les aimait pas plus.

Il fit un pas dans sa chambre, entendant distinctement le ronflement habituel de Goyle, mais aussi beaucoup trop d'autres respirations. Il fronça les sourcils et, à la lueur du lac, remarqua deux matelas qui n'avaient rien à faire là. Theodore s'approcha de son lit, détaillant la tête qui s'était installée entre son lit et celui de Zabini. De dos, les cheveux bruns ressemblaient peut-être à ceux de Neville Londubat, mais il n'était pas sûr. Ce qu'il savait, en revanche, était que la forme dans le lit de Zabini n'était pas Zabini. Ou alors, il avait choisi de dormir dans les draps avec une perruque rousse.

Theodore haussa les épaules. Ce n'était pas de son ressort.


"Amato Animo Animato Animagus."


Six personnes étaient réunies dans l'obscurité de la nuit.

"Je ne comprends pas ce qui a raté." Avoua une des silhouettes humaines. "Le plan était pourtant parfait."

"Et exécuté d'une main de maitre." Ajouta son voisin.

"Notre mélange au petit déjeuner était irréprochable."

"Notre comportement, digne de tout sang pur bien élevé."

"Rien n'aurait pu nous distinguer de la masse verte."

"Et notre passé couvert."

"Comment nous sommes-nous fait attraper ?" Demandèrent en coeur les deux sorciers.

"Il devait y avoir un traitre parmi nous."

Leurs regards balayèrent l'assistance avec accusation.

"Si je puis me permettre," les coupa Rémi, "outre le fait que j'ai mieux à faire, car j'ai des examens, et vous aussi, en plus de vos entraînements de Quidditch et de vos incroyablement nombreuses punitions, —sérieusement, essayez-vous d'établir un record ?—, peut-être que votre subterfuge était fragile. Faire croire que vous étiez dans cette maison depuis le commencement et remettre en doute leur mémoire était un acte risqué. Je ne parlerai pas de la façon dont vous avez multiplié les matelas sans multiplier la partie en bois qui donnait vraiment l'impression que vous campiez dans leur chambre. Et croyez-moi, je sais de quoi je parle, j'ai reçu la maison Serdaigle en entière et on ne pouvait plus mettre un pied nulle part. Les deux seuls Serpentards originaux qui ont attesté de la véracité de vos propos étaient Ginny, qui manquait cruellement de foi sur le sujet, et Blaise qui s'était trompé de table. Sincèrement, votre plan était en péril depuis ce moment-là. Mais je pense que le coup fatal était Dubois qui est venu vous chercher en hurlant pour que vous reveniez aux entraînements pour, je cite 'battre à plat de couture ces bons à rien de Serpentard et faire mordre la poussière à Flint'. S'ils avaient qu'émis le doute que vous soyez effectivement des Serpentards, vous étiez immédiatement assimilés à des traitres."

"Cela n'a effectivement pas joué en notre faveur." Nota Fred en griffonnant dans un calepin.

"Je n'arrive pas à croire qu'ils nous aient mis à la porte !" S'exclama Franky. "Et ils n'ont même pas donné suite à mon invitation à boire du thé."

"Vu tes notes en potion et les nouvelles qu'on apprend en cours de divination, je les comprends." Répliqua Rémi. "Rassurez-moi, vous n'avez pas d'autres idées pour les forcer à se mélanger ?"

"La suivante dans la liste était le kidnapping." Lut Fred. "Mais qui ? Si on prend un joueur de Quidditch, on sera accusés de vouloir saboter la coupe. Et Dubois aura notre tête."

"On pourrait utiliser nos Préfets !" S'exclama George. "Cutty et Cédric pourraient inviter des Serpentards dans leurs maisons et les coller s'ils refusent !"

"Rémi est le Préfet des Poufsouffles." Corrigea Cédric.

Le susnommé tourna une tête lasse vers lui.

"Tu peux prendre le titre, cela ne me dérange pas. Comme ça, je pourrais aller me coucher tranquille."

Un bruit sur la porte surprit les six comploteurs. Ils n'eurent pas le temps de sauter se cacher sous la table que la porte s'ouvrit sur Remus Lupin.

"Il se fait tard les garçons, vous devriez aller vous coucher."

"O-On y allait." Couina Rémi, honteux d'être attrapé dehors après le couvre-feu.

Remus sourit. "J'en suis sûr. Venez, je vais vous raccompagner dans vos maisons respectives."

"Tu as le droit d'être dehors." Chuchota Cédric à son ami. "Tu es Préfet."

Rémi, tremblant, acquiesça. S'il était puni, il allait prendre encore plus de retard dans ses révisions. Il allait finir par rater son année et allait devoir redoubler !


Remus les guida jusqu'aux tonneaux des Poufsouffles et laissa Cédric ouvrir la porte. Les deux blaireaux murmurèrent un 'bonsoir' à leurs amis et au professeur, avant de disparaître dans le terrier de leur maison.

"Deux de moins." Compta Lupin en tournant sa lanterne vers le couloir.

"Je t'avais dit de prendre la carte." Chuchota Fred dans l'oreille de George.

"On n'allait pas l'utiliser devant les autres de toute façon. Elle est beaucoup mieux là où elle est." Répliqua son frère. Ils montèrent les escaliers, et se retrouvèrent devant la Grosse Dame qui dormait.

"Gertrude !" Appela Fred. "Nous aimerions rentrer."

Mais la Grosse Dame dormait à poings fermés.

"Yvonne !" Appela George. "Debout ! Tes deux plus adorables lionceaux sont bloqués à la porte !"

La Grosse Dame fut parcourue d'un mouvement brusque, mais ne se réveilla pas.

Les jumeaux inspirèrent de l'air et hurlèrent :

"DEBOUT BERNADETTE !"

La Grosse Dame se réveilla soudainement.

"Quoi ? Qui ? Alerte ? Que se passe-t-il ?" Tenant son chapeau, la Grosse Dame s'agita dans tous les sens. "Il y a un problème ?"

"On aimerait rentrer." Informa Fred.

La Grosse Dame cligna des yeux. "À cette heure ?"

"Justement." Continua George. "On aimerait dormir."

La Grosse Dame leva le menton. "Le mot de passe ?"

"Tu es la plus belle." Lança Fred.

La Grosse Dame cligna des yeux. "C'est ma foi fort vrai et gentil, mon petit, mais ce n'est pas le mot de passe."

"Serait-ce une référence à vos magnifiques yeux plus beaux que le plus brillant joyau ?"

La Grosse Dame rougit. "Vous ne m'aurez pas avec vos flatteries ! Pas de mot de passe, pas d'entrée. Et ne faites pas ceux qui ne le connaissent pas, j'ai vu les trois quarts de Poudlard me le rappeler aujourd'hui. À se demander quelle partie d'un mot de passe vous ne comprenez pas."

"Bravoure."

La Grosse Dame remonta sa jupe et ouvrit la porte.

"Bonne nuit, Juliette !" Chantèrent en coeur les jumeaux.

"Bonne nuit, les garçons !" Retourna la Grosse Dame. "Et je ne m'appelle pas Juliette !"

Remus s'autorisa un petit sourire et salua la Grosse Dame avant de partir vers le dortoir Serdaigle. Cutty Flam et Roger Davies saluèrent également le portrait qui soupira d'aise.

Que Poudlard était agréable quand tout le monde était poli.

Remus guida les deux sorciers restant à la tour Serdaigle et s'arrêta devant le heurtoir. Franky fit un pas dans sa direction et une voix s'éleva.

"Quel est le mot de passe des Gryffondors ?"

"Bravoure." Répéta Franky, et la porte s'ouvrit.

Remus resta béa face à la facilité et étrangeté de la question. Les élèves lui dirent au revoir et rentrèrent dans le dortoir. Mais Remus les suivit, voulant profiter de la situation pour remettre la main sur Peter Pettigrew ; il n'était pas sûr de retrouver tout de suite une occasion de rentrer chez les Serdaigles, mais tomba nez à nez avec Pénélope Deauclaire.

"Professeur ! Vous m'avez ramené mes camarades égarés !" Sourit la jeune fille. "Merci infiniment. Je vais prendre le relais. Nous allons avoir une petite discussion avant qu'ils aillent au lit."

Sans que Remus ne sache comment, il fut éconduit du dortoir, et se retrouva dans le couloir, la porte des Serdaigles claquant dans son dos. Il se retourna stupidement et attendit la question du heurtoir Serdaigle.

"Je peux tourner sans bouger. Qui suis-je ?"

Remus cligna des yeux. Cette question n'était pas du même acabit que celle des élèves. Le heurtoir s'adaptait-il à son audience ?

Ce soir-là, il testa plusieurs réponses avant de devoir tourner les talons, faute de pouvoir répondre à la question.


"Amato Animo Animato Animagus."


"Lee, nous t'assurons, tout va bien." L'informa Fred en voyant leur ami les couvrir comme une mère poule.

"Non, rien ne va ! Je sais que ça va arriver." Assura leur ami. "Vous allez perdre quelque chose. Je ne sais pas quoi, mais sa perte va vous déprimer."

"Tu l'as vu dans ta boule de cristal ?" Ricana George. "Félicitation, tu dois être le premier à voir quelque chose !"

"C'est évident ! Ron, Percy, Ginny, tous vos frères et soeurs ont perdu quelque chose et dépriment. Un rat, une copine, une bague ou je n'ai pas vraiment compris quoi. Vous êtes les prochains." Lee attrapa le sac de Fred. "Arrête-toi, je vais vérifier qu'il n'est pas décousu. George, tu es le suivant sur la liste."

George attrapa les épaules de son ami.

"Lee. Tout va bien."

"Vous allez peut-être perdre le match de Quidditch !" S'écria Lee. "Je vous assure, ce n'est pas grave ! Gryffondor y survivra !"

"Du calme, Lee." Demanda Fred. "Je t'assure, même si on perd le match, on s'en remettra."

"Ce ne sera pas le premier." Ajouta George. "Et si on perd, tu ferais mieux de t'inquiéter pour Dubois. Il serait capable de redoubler juste pour revenir se battre pour la coupe l'année prochaine."

"Allez Lee, tout va bien se passer." Continua à le rassurer Fred. "Il va être l'heure d'aller jouer le match, je pense qu'on t'attend pour commenter, non ?"

Lee hocha la tête. "Ne vous noyez pas dans la dépression pendant mon absence."

"Ne t'en fais pas, on t'attendra !" Lança George en agitant la main pour leur ami Gryffondor qui s'éloignait. "Allez, on a un match à désorganiser."


"Remus !" Cria Dumbledore en voyant Lupin arriver. Severus allait le brûler le vif. Ce qu'il craignait arriva, Dumbledore, qui s'était étrangement assis à côté de lui, se leva et indiqua à Lupin son ancienne place. "Venez vous asseoir avec nous. Mes yeux se font vieux et je ne vois pas très bien. Je n'aurais pas trop d'yeux de jeunes pour m'aider à suivre."

Lupin accepta, il ne pouvait vraiment rien refuser au vieux sorcier, mais essaya de s'asseoir de l'autre côté de Dumbledore, loin de Severus, quand Filius apparu en trombe et lui vola cette place.

"Pas ici, c'est déjà pris."

Une veine était clairement visible sur le front de Lupin, mais il prit tout de même la peine de contourner les deux sorciers pour s'asseoir entre Dumbledore et Severus. Il espérait vraiment que le corps enseignant cesse de soutenir leur couple imaginaire rapidement.

"J'ai apporté du pop corn." Annonça Dumbledore en sortant une boîte de sa barbe. C'est donc la raison pour laquelle il s'entraînait à mettre du pain dedans. Pour pouvoir s'en servir de placard à l'avenir.

"Enfourchez vos balais." Ordonna Bibine. Puis elle siffla, et les treize joueurs s'envolèrent.

Severus admira ses élèves, espérant qu'ils ratatinent les Gryffondors. Les autres maisons se croyaient tout permis dernièrement, et Severus espérait vraiment que le sérieux et l'ordre de sa maison l'emporteraient. Il voulait montrer leur supériorité aux autres. Surtout aux jumeaux Weasley. Ils méritaient une défaite en bonne et due forme. Sirius comptait sur les six joueurs de sa maison pour les battre à plat de couture…

Six ? Pourquoi six ? Severus recompta, mais nul trace du septième joueur.

"…quel dommage que Zabini ne soit pas là !" Hurla Lee dans son micro. "Avec lui, les Serpentards auraient certainement bloqué ce point ! C'est ce qui arrive quand on n'escorte pas ses joueurs jusqu'au terrain Flint ! Tu regrettes ?!"

Severus serra ses dents. Évidemment. Blaise Zabini ne pouvait pas s'empêcher de se perdre, même pour aller à un endroit aussi bruyant et visible que le terrain de Quidditch. Il n'avait vraiment qu'un caillou dans la tête. Pas étonnant que Durmstrang l'ai ramené.

Une pression sur son pantalon attira son attention. Il se tourna sur la droite, regardant au-delà de Lupin qui avait l'air absorbé par le match. Filius lui fit de grands gestes incompréhensibles avec son bras, l'entourant au-dessus du vide.

Severus ne voulait pas savoir. Il retourna au match. Une nouvelle pression sur son pantalon lui refit tourner la tête. Filius pointa clairement du doigt Lupin, puis Dumbledore. Dumbledore, la moitié du pop corn sur sa barbe, se tourna vers lui, le regarda, et mit son bras sur les épaules de Filius. Filius lui fit de grands signes, montrant le bras de Dumbledore puis Lupin. Dumbledore aussi bougea sa tête pour indiquer Lupin avec un grand sourire et la lumière maudite dans ses yeux.

Non, il était hors de question que Severus mette son bras sur les épaules de Lupin. En revanche, si Zabini ne ramenait pas ses fesses sur le terrain rapidement, Severus allait l'attraper par les oreilles et l'y trainer.

Sentant probablement ses intentions, Blaise apparut depuis l'autre côté des tribunes.

Dubois, bon prince, secoua sa tête en direction de Bibine. Pas la peine de punir l'équipe adverse car Zabini était sorti des limites du terrain. Sa demi-heure de retard était déjà un handicap suffisant, et Dubois ne pensait même pas à ce que les entraînements avec lui devaient ressembler. S'il parvenait à aller aux entraînements, bien sûr.

Autant Severus appréciait ce geste, autant la pitié dont elle était issue ne lui plaisait pas du tout. Mais il n'était pas un Gryffondor. Ils allaient faire regretter ce lionceau pour son impertinence. Il allait regretter de les avoir pris de haut.

Une main sur son épaule interrompit ses pensées. Mais pourquoi ses collègues ne se comportaient pas mieux que leurs premières années en cours magistral ? Severus se retourna, s'assurant de montrer toute son irritabilité sur son visage, pour tomber sur ceux, enjoués, de Pomona et Septima Vector, la professeur d'arithmancie. Pomona posa sa tête sur l'épaule de Septima, et les deux sorcières lui firent signe de faire pareil avec Lupin. Derrière, Bathsheda Babbling, la professeur d'étude des Runes, fit de grands gestes encourageants.

Severus se retourna prestement, décidant de rayer leurs pitreries de sa mémoire. Il pourrait en faire des cauchemars la nuit. À la place, il se concentra sur les élèves de sa maison qui se battaient dans le match, comme devaient l'oublier ses très chers collègues.

Le match progressa, aucune des deux équipes ne prenant une avance remarquable. Blaise disparut à plusieurs reprises du terrain, mais parvint à être suffisamment efficace lors de ses réapparitions pour rattraper le temps perdu.

Bien sûr, s'il pouvait rester sur le terrain, Severus aurait apprécié. Mais cet espoir semblait aussi perdu que celui que ses collègues cessent de l'importuner.

Finalement, le match se termina sur une victoire des Gryffondors, grâce au talent de leur attrapeur, qui parvint à attraper le Vif d'or entre deux disputes avec Zabini.

Dès qu'il put se lever sans paraître hâtif, Severus quitta les tribunes.


Remus avait une impression de déjà-vu. Il était à nouveau devant les élèves n'ayant pas obtenu de permission de sortir. Cependant, cette fois, Harry s'était mis au deuxième rang, et discutait joyeusement avec Skelett qui était retourné devant lui, alors que Blaise, à côté du Poufsouffle, tenait une planche que Cutty Flam ponçait. Cutty la Citrouille, quant à lui, tenait gentiment les outils de son homonyme.

Peut-être que Remus pouvait les laisser en paix ? Ils s'occupaient apparemment très bien tout seul. Mais la pression qu'il sentait derrière lui l'en empêchait. Severus n'avait vraiment pas apprécié de devoir le suppléer pour l'après-midi. Remus lui avait proposé de corriger ses copies et de faire ses potions dans un coin de la classe et Remus l'appellerait si nécessaire. Il ne valait mieux pas qu'il se mette plus à dos le sorcier qui confectionnait ses potions.

Mais le potionniste était quand même de mauvaise humeur. Il n'aimait pas être enchaîné quelque part. Et certainement pas avec le ramassis d'imbéciles qui peuplaient la salle de classe.

Remus frappa son bureau pour obtenir l'attention des élèves.

"S'il vous plaît ?"

Skelett cessa sa conversation et se retourna vers le professeur. Cutty Flam lâcha sa ponceuse et remonta ses lunettes de protection.

"Rebonjour à tous." Sourit Remus, recevant un salut général. "Vous savez pourquoi vous être ici. Nous allons passer une nouvelle après-midi tous ensemble. Et j'espère que les choses se dérouleront mieux que la dernière fois. En cas de problème, cette fois-ci, nous aurons le professeur Rogue pour m'aider."

Les élèves ne cillèrent pas à l'information.

"Avez-vous réfléchi à ce que vous désiriez faire ou apprendre cette après-midi ?"

Plusieurs bras se levèrent.

"Je veux tabasser un monstre du placard." Proposa Harry.

"On peut s'en aller ?" Demanda Blaise.

"On peut faire apparaître des petites culottes ?" Quémanda Skelett.

"Je voudrais faire un peu de chirurgie !" Informa Cutty Flam.

Les quatre élèves amorcèrent un brouhaha à eux tout seuls.

"Il faudra juste que j'avale quelques potions et que vous suiviez mes consignes…"

"J'ai essayé en suivant mes livres de transfigurations, mais impossible de le faire correctement ! Et Cédric refuse de m'aider ! Sinon, on pourrait s'infiltrer dans les douches des filles…"

"Les chaises ne sont pas confortables, il n'y a pas d'alcool, et on s'ennuie par ici !"

"Ou alors, refaire des fantômes ! Ou, les deux ! On tabasse un monstre de placard, puis on fait des fantômes ! On peut se battre avec les fantômes ?"

Remus sentit les foudres du regard de Severus. Nul doute qu'il voulait se plaindre du bruit et insulter les compétences pédagogiques de Remus.

"S'il vous plaît !" Remus frappa dans ses mains. "Que diriez-vous de faire des duels ? Je vous présenterai des sorts à votre niveau et vous les reproduirez."

Les élèves approuvèrent vocalement et attrapèrent leurs sacs. Remus fut très heureux de voir que son cours sur où-ranger-sa-baguette les avait partiellement touchés.

Il le fut pendant la demi-minute qu'il lui fallut pour comprendre les réelles intentions des élèves.

Harry rangeait son chapeau et son serpent dans son sac pour ne pas les blesser, avant de faire craquer les articulations de ses poings.

Skelett extirpait un violon et un archet étrangement aiguisé.

Blaise sortit un sabre et son fourreau.

Cutty attrapa deux énormes gants équipés de plusieurs lames en tout genre et assaisonnés de petits canons, si les yeux de Remus ne le trahissaient pas.

"Des duels magiques !" Précisa-t-il rapidement. "Avec pour seule arme, vos baguettes !"

Les sorciers en herbe lâchèrent des lamentations.

"Oh…"

"Dommage…"

Et rangèrent leur artillerie. Était-ce normal qu'ils soient si bien équipés ? Remus devait-il prévenir Dumbledore ?

"Écartez les tables, que nous ayons de la place."

Ils prirent chacun leur baguette et déplacèrent les meubles rapidement, dégageant un espace au centre pour s'affronter.

"Harry contre Blaise et Skelett contre Cutty." Décida Remus, faisant des groupes de niveaux.

Les duos se mirent en place à une certaine distance les uns des autres.

"Pour commencer, je propose le sortilège de désarmement."

Il montra le signe et articula la formule, bien que les élèves étaient déjà censés le connaître.

"Facile." Sourit Blaise en attaquant en traître son adversaire. "Expelliarmus !"

Malgré l'attaque-surprise, Harry se jeta en arrière et esquiva, une main sur le chapeau qu'il avait finalement décidé de garder sur la tête. Il leva sa baguette et essaya de répliquer le sort, mais rien ne surgit de son bâton.

Blaise prit un sourire goguenard.

"Expelliarmus !"

Harry dut esquiver les nombreuses attaques du Serpentard en essayant vainement d'effectuer également le sort.

"Sentipermus ! Non." Il se baissa pour éviter un sort. "Espelliarmus !" Une piteuse fumée colorée s'échappa du bout de son arme.

Il continua son entraînement, Blaise l'attaquant gaiement, pendant que Skelett refaisait le signe.

"Je crois que je vois." De la même façon que Blaise plus tôt, il pointa sa baguette sur Cutty sans prévenir et articula. "Expelliarmus !"

La baguette de Cutty s'envola.

"Yohohoho !" Ricana Skelett. "Voilà qui est fort simple."

"Expelliarmus !"

La baguette de Skelett s'envola. Ce dernier fronça les sourcils et se tourna vers Cutty. "C'est indigne de toi ! Tu attaques en traître maintenant ?"

"Je voulais vérifier que je savais reproduire le sort." Expliqua Cutty. "Je suis prêt, nous commençons quand tu veux !"

Skelett prit son temps pour marcher jusqu'à sa baguette. Il s'accroupit, attrapa le morceau de bois puis fit rapidement le mouvement sous son bras avant de se retourner, de viser, et de crier "Expelliarmus !".

Cutty pencha sa tête et esquiva le sortilège, avant de le lancer à son tour.

Sous les yeux étonnés de Remus, les quatre sorciers-pirates s'inondèrent d'expelliarmus tout en parvenant à esquiver ceux qui leur étaient envoyés. Des graines de champions de duel.

Ce jour-là, Remus leur apprit expelliarmus, stupefix et un charme de bouclier que les élèves répliquèrent avec plus ou moins de talent. Ce fut quand l'après-midi se termina et que Severus lui lança un petit "Je te laisse nettoyer la salle." que Remus regretta d'avoir donné le cours dans sa salle de classe.


"Tu la trouves ?"

"Non, pourtant je la cherche ! Je suis sûr qu'elle était là !" Grogna George en vidant son sac sur le sol.

"Tu ne l'as pas rendu par mégarde à un professeur avec une de tes copies ?" Interrogea son frère.

"Je n'espère pas ! Mais où peut-elle être ?!"

"Lee avait raison." Blanchit Fred. "C'est notre tour."


Nami se rongeait les ongles en observant l'orage à l'extérieur. Mais que faisaient ses frères ? Pourquoi mettaient-ils autant de temps ? Le temps pressait.

"Ne t'inquiète pas, ma fille, ils vont bientôt arriver." Assura la Grosse Dame en voyant la Serpentard stresser en regardant par la fenêtre.

Mais Nami n'était pas aussi sûre. Elle n'avait pas suivi ses frères, car ils avaient assuré que cela ne prendrait qu'une minute, et elle devait encore retrouver Luffy et Zoro. Merry s'en était probablement chargée à l'heure qu'il était, et Sanji savait ce qu'il avait à faire, mais Nami était quand même stressée. Elle ne voulait par recommencer tout le processus. Elle le sentait qui battait en elle. Elle sentait un deuxième coeur. Et elle ne voulait pas le perdre.

La Grosse Dame s'ouvrit sur son frère Fred qui semblait désolé.

"On ne la trouve pas."

Un orage cria derrière Nami, représentant son état d'esprit. Ils ne la trouvaient pas. Sans la carte de ses frères, comment allaient-ils faire ? Le plan reposait dessus ! Les deux coeurs de Nami battaient la chamade.

Fred attrapa son coude et la mena plus loin, loin des oreilles de la Grosse Dame.

"On peut faire office de gardiens si tu veux. Je suis désolé que nous ayons perdu la carte à un moment qui semble aussi crucial pour toi, mais on doit pouvoir faire quelque chose avec George. Que vouliez-vous faire avec la carte ?"

"On a besoin d'un coin tranquille, au calme, où personne ne pourrait nous entendre." Dévoila Nami, à fleur de peau. "Non surveillé et on ne sait pas pour combien de temps." Pas la chambre des secrets. Nami ne voulait pas y aller. Mais s'ils ne trouvaient pas rapidement une solution, Robin les mènerait là-bas.

"On doit pouvoir vous cacher dans un passage secret." Proposa Fred. "On connait ce château comme notre chambre. Ce ne sera juste pas très confortable."

Nami grimaça. Elle n'aimait pas l'idée des passages secrets. L'endroit pourrait être trop étroit selon leurs transformations. Et s'ils criaient tous les neuf, quelqu'un les entendrait sûrement.

La foudre s'abattit sur la cour de Poudlard. Il n'y avait plus le choix. Il fallait se dépêcher. Tant pis, ce sera la chambre des secrets en espérant que Mimi Geignarde accepte de se taire.

"Ce ne sera pas bon. Nous allons nous arranger autrement. Préviens-moi si vous retrouvez la carte. Sinon, je compte sur vous pour nous couvrir."

"Tout ce que tu veux, petite soeur !" Assura Fred.

Nami fit demi-tour pour partir, mais son frère lui attrapa le bras.

"Promets-moi de rester prudente." Demanda son frère avec sérieux.

Nami fit son sourire de voleuse.

"Tu oublies qui nous sommes ! Nous ne craignons rien !"

Fred lâcha son bras et Nami s'en alla.

"C'est bien ce qui me fait peur." Souffla Fred.


Sous la tempête, Usopp était trempé jusqu'aux os. Il portait dans ses bras une partie des flacons rouge sang de l'équipage et se rendit au point de rendez-vous avec Robin et Brook. Nami devait ramener le moyen de trouver un endroit sûr, loin des professeurs, Sanji devait escorter Zoro et Luffy là-bas, et Chopper et Franky devaient juste se libérer au plus vite pour venir au point de rendez-vous.

Quand Usopp, Robin et Brook arrivèrent, tout le monde était là, sauf Nami. Sunny grognait, n'appréciant pas d'être mouillée, et Merry s'était perchée dans un arbre pour être plus abritée.

"Il ne manque que Ginny d'amour !" Comptabilisa Sanji.

Usopp se permit tout de même de faire son propre compte des membres d'équipage, n'accordant aucune confiance à la comptabilisation des présents de Sanji. Mais il avait raison.

"On pourrait aller sur le toit." Proposa Luffy.

"Pour que tout Poudlard nous entende ?" S'exclama Usopp. "Il en est hors de question."

"Il a raison." Approuva Zoro. "Je ne vois pas comment nous pourrions couvrir les bruits de mon yéti."

"Tête de cactus, on a dit un animal." Rappela Sanji.

"Le yéti est un animal !" Défendit Zoro en fusillant du regard le cuisinier.

"J'aimerai bien un troll !" S'exclama Robin en imaginant la créature trapue aux cheveux en bataille avec un gros nez et des boutons. Si mignon !

"Hermione, tu ne vas pas t'y mettre !" S'exclama Usopp, déprimant.

"Vous croyez qu'on aura une licorne ?" Demanda angéliquement Chopper.

"Moi, je serais un lion !" Assura Luffy avec conviction en se pointant du pouce.

Chopper brilla d'admiration. "Vraiment ? Génial !"

"Pas mieux que le grand Neville !" Se disputa Usopp. "Je ne pourrais qu'être un Roi des Mers ! Ou un kraken !"

Les yeux de Chopper et Luffy pétillèrent d'admiration à cette idée.

"Moi aussi ! Moi aussi !"

"Il n'y aura jamais assez de place à Poudlard pour tout le monde." S'amusa Robin.

"Je serais une sirène." Décida Brook. "Comme ça, je pourrais regarder ma poitrine tous les matins ! J'ai hâte !"

"Tu me la montreras aussi ?" Demanda Sanji, intéressé.

"Un mammouth." Réfléchit Franky. "Ce serait bien un mammouth."

"Ginny d'amour arrive !" Prévint Sanji en regardant la forme s'élancer sous la pluie pour les rejoindre.

La rouquine brava les éléments pour arriver jusqu'à leur point de rendez-vous, sous un amas d'arbres.

"Mauvaise nouvelle, je n'ai pas pu avoir la carte." Annonça-t-elle à contrecœur. "Nous allons devoir descendre dans la chambre des secrets. Cutty, tu aurais une échelle pour en sortir après ?"

"On pourrait passer prendre des balais dans les vestiaires du stade." Proposa Sanji.

"J'espère que Mimi ne nous dénoncera pas comme le jour où je lui ai demandé si elle portait une culotte." Remarqua Brook.

"Il faudra aussi éviter les esprits en chemin." Rappela Franky. "Atteindre les toilettes du deuxième étage sans se faire repérer risque d'être difficile."

"Et empêcher Mimi de lancer l'alerte dès que des garçons entreront." Ajouta Usopp. Le plan se compliquait.

"Il faudra peut-être faire diversion pour l'attirer ailleurs." Proposa Nami avant de sentir une pression sur son tee-shirt. Elle se retourna avec colère. "Ce n'est vraiment pas le moment, Harr—" Et tomba sur le deuxième chien d'Hagrid. "Chien. Comment tu nous as trouvés ? L'odeur ? Tu n'as pas ramené Hagrid, j'espère ?"

Le Chien secoua sa tête et aboya.

"Il peut nous amener dans un endroit en sécurité !" Traduisit Chopper.

Chien continua à aboyer en agitant sa queue.

"Tu pourrais faire ça ?" S'étonna joyeusement Luffy en cessant de faire le pitre dans les arbres. Il posa sa main sur la tête de l'animal et le caressa. "Vas-y, on te suit."

Chien tourna sur place et avança, jetant sans cesse des regards en arrière pour vérifier que les pirates le suivaient. La troupe avança d'un pas mal assuré, incertaine que le Chien parvienne à les guider jusqu'à un endroit qui leur conviendrait. Usopp faisait extrêmement attention à ses fioles, et Sunny courrait devant, au même niveau que Chien. Lors du trajet, Brook glissa et lâcha involontairement une fiole. Heureusement, Merry veillait et la rattrapa. Brook la récupéra rapidement sous le regard accusateur de la chouette et fit semblant de rien. Par chance, il refermait la marche et personne n'avait remarqué.

Chien les guida jusqu'au Saule Cogneur où il s'arrêta.

"Je ne suis pas sûr que tu aies compris ce que nous recherchions." Commenta Brook en regardant l'arbre.

Mais Chien aboya.

"Il assure que si." Traduisit Chopper. "Attendez pour voir."

Sous leurs yeux, Chien fonça vers le Saule Cogneur en se faisant tout petit, jusqu'à atteindre son tronc. Il s'enfonça alors dans un trou présent entre les racines et disparu de la vue.

"Il y a un passage secret !" Comprit Robin.

"Si on survit à l'arbre." Blanchit Usopp en regardant les branches s'agiter.

"Allons-y un par un." Décida Nami. "Blaise, tu m'escortes !"

"Tu n'as pas dit qu'on y allait un par un ?" Rappela Chopper.

"Sauf moi !" Brilla la navigatrice.

"Ginny chérie ! Je pourrais t'escorter beaucoup mieux que ce rustre !" Se battit Sanji.

"Qui appelles-tu un rustre ? Sale coureur de jupons !" Cria Zoro.

"Non." Refusa Nami. "Avec Harry, vous allez partir devant et nous dire si l'endroit où nous amène Chien est convenable."

"Tout de suite Ginny d'amour !" Roucoula Sanji avec des coeurs dans les yeux. Puis il se tourna vers Luffy et tonna. "Allez, dépêche-toi, ne faisons pas attendre les filles par ce temps."

Les deux garçons et Sunny coururent, esquivant sans difficulté les branches, et se glissèrent entre les racines.

L'orage tonna au-dessus des pirates laissés derrière.

"On attend leur retour ou on essaye de les rejoindre ?" Demanda Franky en serrant sa chemise trempée. Il allait encore attraper froid !

"Je préfèrerais attendre." Avoua Nami, incertaine de ce qui pourrait se cacher entre les racines.

Un peu plus tard, Sunny réapparut et miaula quelque chose. La tête de Sanji apparue ensuite derrière lui.

"C'est parfait ma Ginny chérie !"

Nami sourit.

"Alors, en avant ! Zoro, couvre-moi !" Elle s'élança dans le périmètre de l'arbre.

"Nous aussi !" Demanda Usopp en la suivant, Chopper sur les talons. "J'ai les fioles !"

"Hey !" Hurla Brook, abandonné derrière. "Moi aussi, j'ai des fioles ! Et je suis vieux ! J'ai besoin de protection !"

Robin s'amusa des actions de ses amis avant de se tourner vers Franky.

"Tu ne viens pas ?"

Les yeux de Franky reflétèrent la foudre qui s'abattit non loin.

"Pas tout de suite. Je vais l'affronter comme un homme !"

Robin haussa les épaules et traversa la zone dangereuse avant de sauter entre les racines rejoindre ses amis.

Elle ne savait pas comment s'était passé le combat, mais Franky la rattrapa rapidement, boueux de la tête au pied, dans la cabane crasseuse et détruite à laquelle menait le passage.

"Tout le monde est là ?" Interrogea Luffy en voyant les derniers arriver. "Hermione, cet endroit te paraît bien ?"

Robin se promena et jeta un coup d'oeil aux fenêtres et aux morceaux de meubles. Il y avait un bon pouce de poussière sur le sol. Avec la longueur du chemin pour arriver ici, sa conclusion était totalement possible.

"Nous sommes sûrement dans la cabane hurlante."

Luffy cligna des yeux. "La quoi ?"

Chopper et Usopp avaient déjà commencé à faire bloc, se rapprochant de Franky pour profiter de sa protection. Nami fit quelques pas vers eux et attrapa Usopp pour se cacher derrière lui. Cet endroit ne leur inspirait pas confiance.

"Il s'agit d'une célèbre maison hantée du Pré-au-lard." Expliqua Robin. "Il paraît que, la nuit, des hurlements en proviennent."

"Hantée ?!" S'exclama le groupe des courageux en resserrant les rangs.

"Vous vivez dans un château hanté." Leur rappela Franky en les regardant essayer d'agripper un morceau pas trop sale et pas trop mouillé de sa chemise.

"Cet endroit fera parfaitement l'affaire !" Sourit Robin. "Merci, Chien."

Le chien aboya.

"Il t'en prie." Traduisit Chopper, caché dans les jambes de ses amis.

"Tout le monde dans la pièce principale !" Appela Luffy, impatient.

À contrecœur, son équipage lui obéit. Une fois qu'ils furent tous extirpés du couloir et dans la pièce, Robin ferma la porte.

"Chien, tu veux rester ou partir ?"

Chien posa son derrière sur le sol, en position de garde. Sunny accourut à côté de lui et l'imita. Merry se posa sur une armoire, et Robin était sûre qu'elle ricanait des deux autres animaux.

Laissant les animaux à leurs affaires, Robin regarda les étiquettes des fioles qu'elle portait. S, L et R. Elle distribua la S à Sanji et la L à Luffy dont une peau de serpent brillait autour du cou.

"Antidote ne va pas pouvoir rester là." Prévint Robin en regardant le protégé de son capitaine.

Luffy baissa la tête vers le concerné et parla en fourchelang. "Antidote, il va falloir que tu t'éloignes. Je te récupérerai quand on aura terminé."

Le serpent grogna, mais quitta sa place favorite. À la place, il partit se cacher sous une armoire.

"Tout le monde a sa fiole ?" Demanda Robin en regardant les membres de son équipage.

Chopper agitait la sienne en essayant de comprendre sa consistance. Luffy respira son odeur et grimaça. Zoro faisait tourner le liquide dans sa fiole, intrigué. Usopp avalait sa salive, stressant pour l'épreuve à venir.

"Nous allons placer notre baguette sur notre coeur et réciter la phrase que je vous dirais." Expliqua Robin. Elle prit bien soin de ne pas prononcer la phrase, certaine que son capitaine l'aurait répétée immédiatement. "Il faudra ensuite avaler votre fiole d'un trait. La transformation s'effectuera alors. Il faudra que chacun garde son calme."

"On aurait dû le faire en plusieurs fournées." Grimaça Nami, persuadée que certains —Luffy et Zoro, entre autres— ne garderaient pas leur calme. Leur excitation allait définitivement prendre le dessus.

"Il faudra ensuite écarter les baguettes." Les yeux de Merry et Sunny brillèrent. Ils étaient prêts à s'en charger. "Pour reprendre forme humaine, quand la transformation sera terminée, il suffira de visualiser votre forme humaine."

Luffy secoua sa fiole, s'agitant sur place. Il n'avait certainement rien écouté.

"L'incantation est la même que celle que nous avons répétée matin et soir." Dévoila finalement Robin en pointant son coeur avec sa baguette.

Les pirates l'imitèrent tous, et ils prononcèrent la formule en décalés, certains plus pressés (Luffy) que d'autres (Usopp, Chopper).

"Amato Animo Animato Animagus."


Finish ! Le chapitre vous a plû ? J'espère qu'il n'y avait pas trop de fautes d'orthographes et de tournures bizarres...

Auriez-vous des idées pour qui va se transformer en quoi ? J'ai fait une liste avec un croisement de ce qui semble logique et qui me serait utile, voire, serait fun, mais j'aimerai avoir votre opinion sur les transformations qui vous sembleraient logique ! Peut-être que vous saurez m'inspirer ! (Je dois avouer que je ne suis pas vraiment fixée pour certains membres de l'équipage.) Et les Patronus également ! (Bien que je ne suis pas sûre que tout le monde utilisera ce sort d'ici à la fin de la fic.)

Malheureusement, j'ai publié tout l'avance que j'avais ! Les prochains chapitres mettront plus de temps. J'espère néanmoins rester un minimum efficace, j'aimerai bien clôturer ce tome !

N'hésitez pas à laisser un commentaire ! J'aime les commentaires ! Cela me fait vraiment plaisir de voir votre vision de cette fic, ce qui vous a marqué, ce que vous avez aimé, ect...

À la prochaine !