Star Trek, Les vagues du temps.

Kirk était assis sur une chaise rudimentaire et inconfortable. La pièce était austère, baignée d'une intense lumière que diffusaient de puissants néons au plafond. Le mobilier était sobrement constitué de trois chaises flanquées autour d'une petite table. C'était une salle d'interrogatoire, après tout, pas un salon privé. À moins qu'elle ne fut aménagée à cet effet, spécialement pour lui.

Kirk avait du mal à imaginer cette pièce en salon cossu et confortable, trop exiguë… Un fauteuil là, une plante dans le coin, quelques bibelots, une table basse avec des alcools, vin klingon, liqueur andorienne…

_C'est un holodeck…

En face de Kirk, deux officiers de Starfleet, un homme plutôt grand, élégant, le visage anguleux, fermé, des yeux bleu-gris froids, et une femme, petite, les cheveux blonds, le teint pâle et le regard acéré, étaient assis sur les chaises restantes. Tous deux portaient un uniforme qu'il ne reconnaissait pas.

_Un, quoi ?

_Un holodeck…

_Holodeck…, répéta Kirk en détachant les syllabes. Connais pas !

_Tout le monde co… laissez tomber, fit l'homme.

_Commençons avec quelque chose de simple, dit la femme. Votre nom, et votre grade ?

_C'est un interrogatoire ? s'enquit Kirk, perplexe.

L'homme se racla la gorge.

_Non… euh… c'est informel… N'ayez aucune crainte…

_De toute façon, le coupa la femme, nous ne vous demandons rien que vous ne soyez autorisé à nous dire, n'est-ce pas ? Nom et grade…

_C'est juste, admit Kirk.

_Bien.

_Je m'appelle James Tiberius Kirk, capitaine du vaisseau d'exploration de la Fédération, Enterprise. Désignation NCC 1701 B.

_Impossible…, souffla l'homme.

_Impossible ? s'offusqua Kirk. Je ne suis pas… impossible…

_Mais vous êtes… vous êtes… mort ! balbutia la femme. Enfin, je veux dire, disparu…

_Disparu ? Mais de quoi vous parlez ? Où est Spock ? Et…

Ils le regardaient d'une façon bizarre.

_Quoi ?! (Kirk pressentit que quelque chose n'allait pas) Attendez… nous sommes en quelle année ?

L'homme et la femme se regardèrent.

_Vous allez me répondre ?

_Peut-être vaut-il mieux que le médecin assiste à l'entretien…, proposa l'homme.

_Notre HMU pourrait…

_Eh oh ?! Ce ne serait pas trop vous demander de me répondre, les comiques ?!

Ils observèrent Kirk comme s'il s'agissait d'une créature étrange, venue d'un autre univers…

_Nous sommes en 2691. Date stellaire 368066.7.

Kirk demeura coi un instant.

_Je vois, fit-il. J'ai fait un bond dans le futur… Comment je retourne dans le passé ? Et comment j'ai pu faire ce bond ? Je me souviens de…

_Euh… Non, vous n'avez pas fait de voyage dans le temps…, expliqua la femme.

_Il ne faut pas le brusquer ! murmura l'homme à l'intention de sa collègue.

_On ne le brusque pas ! se défendit-elle. Il faut bien lui expliquer, non ?

_Peut-être que le HMU pourrait…

_Et s'il n'était pas à même de…

Kirk se racla la gorge.

_Vous pourriez arrêter ça ? C'est agaçant. Je ne suis pas dingue, j'essaie simplement de comprendre. Alors on va se raconter les choses, petit à petit, et calmement… Ah, et c'est quoi un HMU ?

La femme le toisa, perplexe, tandis que l'homme lui lança un regard de travers qui voulait dire je-vais-bientôt-t'envoyer-un-conseiller-psy.

_C'est un médecin holographique, lui répondit la femme.

_Un médecin holographique…, souffla Kirk. Bones aurait adoré… Dites-moi si au moins mon équipage… non, ils doivent être vieux… Non, Spock doit être vieux, les autres… Leurs descendants peut-être ?

_Il ne reste personne de votre équipage, confirma l'homme. Mais il y a eu des descendances, oui… enfin, je suppose… Pouvons-nous nous concentrer sur l'essentiel ?

Kirk hocha la tête.

_Oui, oui, l'essentiel… et qui est ?

_Si vous êtes bien le célèbre capitaine Kirk, dites-nous pourquoi et comment l'Enterprise a disparu ?

_Vous devez le savoir ça, ironisa Kirk.

_En fait…

_Il y a une version officielle, qui, de toute évidence est fausse, coupa la femme.

_Une version officielle ?

_Starfleet maintient cette version depuis…

_Starfleet… ah, oui…, soupira Kirk. Parlez-moi cette « version officielle ».

La femme se cala dans sa chaise, qui grinça légèrement.

_Eh bien, selon Starfleet, l'Enterprise était parti secourir deux vaisseaux de la Fédération pris dans un phénomène astrophysique étrange, une sorte de fracture dans le continuum spatio-temporel, que l'on appelle Nexus…

_Sulu…, murmura Kirk à part lui.

_Pardon ?

_Non rien, mes excuses, poursuivez.

_Donc, reprit la femme, il fallait porter assistance à ces vaisseaux, et à leurs équipages. On ne sait pas grand chose du Nexus, ni de la façon dont il fonctionne, d'ailleurs cette zone est aujourd'hui complètement interdite. Bref, l'Enterprise réussit sa mission en sauvant l'équipage en danger, du moins en partie. Cependant, l'Enterprise lui-même fut pris dans le Nexus, et si tous réussirent à s'échapper à temps, le capitaine et son vaisseau sombrèrent.

_Le Nexus…, murmura Kirk songeur.

_Le Nexus, confirma l'homme avec une pointe d'agacement.

Kirk leur lança un regard amusé, puis s'avança un peu, comme s'il voulait leur faire une confidence.

_J'ai été dans le Nexus… j'ai vu le nœud des espaces-temps, des univers… j'ai vu ma maison… enfin je crois que c'était ma maison, je veux dire pas une réplique… j'ai vu Picard…

L'homme écarquillait les yeux à s'en faire une exophtalmie.

_Impossible…, murmura-t-il.

La femme se racla la gorge.

_Nous n'avons pas d'informations à ce sujet…

_Tu m'étonnes, ironisa Kirk.

_Ça suffit ! s'emporta l'homme. Tout cela n'est qu'un tissu de mensonges ! Kirk, l'Enterprise, le Nexus ! Starfleet a été clair sur le sujet, aucun vaisseau, aussi puissant soit-il ne peut échapper à la puissance du Nexus… L'Enterprise est perdu depuis longtemps… Ce gars est soit un menteur habile, soit un fou !

_Lieutenant, calmez vous…, l'enjoignit la femme.

_Que je me calme ? éructa celui-ci.

_Gardez votre sang froid. On attend de nous…

_Je ne sais pas ce qu'on attend de nous, parce que le capitaine ne va pas nous croire ! Et d'ailleurs, personne ne va nous nous croire ! Vous imaginez raconter que Kirk est vivant ?!

_Comment vous expliquez le vaisseau sur cette planète ? Il s'agit bien de l'Enterprise, non ?

_Peut-être, peut-être pas. Qu'est-ce qu'on en sait ? Ces foutus scientifiques, ces archéologues du dimanche, ils auraient bien pu nous mentir… Ou pire, falsifier leur découverte pour se faire mousser ! Ah oui ! C'est pratique, un vieil universitaire en mal de notoriété, monte le truc de toute pièce…

_Et lui ? (la femme pointa son pouce vers Kirk).

_Quoi, lui ?

_Il vient bien de quelque part… du vaisseau…

_Il vient bien de quelque part, mais peut-être d'un asile… un dingue égaré sur une station en bordure… Oh ! J'en sais rien, moi ! Mais pas ça !

_Eh ! Les clowns, intervint Kirk d'une voix douce. Votre numéro est très drôle, mais moi aussi je voudrais comprendre…

_Bien sûr, fit la femme. Nous souhaitons tous comprendre.

_C'est ça…,grommela l'homme.

_C'est que… de notre point de vue, tout cela est franchement bizarre…, expliqua la femme. Un vaisseau retrouvé sur une planète isolée, sans la moindre valeur stratégique, loin de la Fédération… Ce vaisseau s'avère être l'Enterprise, censé être perdu dans le Nexus… et de surcroît, son capitaine, le mythique James T. Kirk, réapparaît… comme si de rien n'était…

_Mythique… mythique…, grommela Kirk.

_Comment savoir que vous n'êtes pas un espion, ou quelque chose du genre ?

Kirk secoua la tête.

_Je ne sais même pas qui sont nos ennemis aujourd'hui, ni si la Fédération existe encore…

_Elle existe encore, confirma l'homme. Elle est même la seule structure politique qui ait tenu la route à l'échelle intersidérale… Des milliers d'espèces différentes se côtoient… Et, aujourd'hui… On peut dire, qu'il n'y a plus d'ennemis…

_Les Klingons ?

_Ils font partis de la Fédération… Qo'noS a bien changé…

_Les Romuliens ?

_Font partis de la Fédération. Eux aussi.

Kirk se cala dans le siège et croisa les doigts sur sa poitrine.

_Ah, ben ça… Nous n'avons plus à nous soucier de quoi que ce soit, alors…

_Il y a toujours les Q et les Sitarys…

_Les… quoi ?

_Les Q et les Sitarys, répéta l'homme froidement.

La femme lui lança un regard désapprobateur.

_Oui, euh, en fait ce ne sont plus des menaces que nous devons craindre…

_Pour les Sitarys, peut-être, mais les Q sont toujours là, quelque part dans l'univers… enfin à ce qu'on dit…

Cette fois, elle le fusilla du regard.

_Nous sommes assez forts pour faire face à n'importe quelle menace, rassurez vous.

_Eh bien en fait, on ne sait rien… Je veux dire, comment savoir s'il ne reste pas, quelque part dans le quadrant delta, dans l'univers, des Sitarys, même une infime cellule sitary, même un Sitary congelé… et je ne parle même des Q !

_Lieutenant !

_Commander ?

_Inutile d'entrer dans les détails…

_Non, non, intervint Kirk qui craignait une nouvelle dispute entre les deux officiers. Ne me ménagez pas, dites-moi tout… Je dois connaître ce monde…

_Tout ? s'exclama l'homme avec une surprise non feinte.

La femme soupira d'agacement.

_Veuillez excuser le lieutenant… Il semble avoir oublié le but de notre entretien… (elle le regarda de travers) Ainsi que sa mission…

L'homme se raidit.

Kirk se demanda lui aussi à quel moment il perdrait son calme.

_Quelle est votre mission ? demanda-t-il sur un ton badin.

La femme le gratifia d'une œillade maternelle, comme s'il était un enfant qui ne comprenait pas.

_Eh bien, en ce qui vous concerne, éclaircir le mystère de votre présence, répondit-elle tout sucre.

_Oui… comprendre ce qui s'est passé… C'est bien ce que je souhaite aussi…

La femme se concentra sur Kirk, et l'homme sembla se détendre.

_Bon, alors commençons par le Nexus…

_Le Nexus ? Qu'est-ce que je peux vous en dire ? Je ne sais rien de plus que vous… Je ne sais pas comment il fonctionne. J'étais dedans, et j'en suis sorti… Je n'étais pas seul…

_Non, je voulais dire, après le Nexus. Selon Starfleet vous vous êtes perdu dans le Nexus… En fait, vous pourriez y être encore… non ?

_Très joli conte de fée. Bon, allons-y… Je suis sorti du Nexus, avec mon vaisseau, quelques trous dedans, mais rien que Scotty et son équipe n'aient pu réparer. L'Enterprise en a dans le ventre… Nous sommes allés aux spatio-docks de Gracchus II. Ce ne sont pas des spatio-docks de première classe, mais nous avons pu y trouver tout ce dont nous avions besoin…

_Attendez, intervint l'homme. Vous étiez dans des spatio… ? Je veux bien concevoir que personne ne vous ait vu sur Eridanni II, puisque la planète est déserte… mais les spatio-docks…

La jeune femme lui lança un de ses regards lourds de sous-entendus.

_Les spatio-docks de cette zone sont automatisés depuis des siècles…, expliqua-t-elle.

_Oui, renchérit Kirk. Une station automatisée… et pas en excellent état. Mais nous avons trouvé les pièces dont nous avions besoin… Et surtout, nous étions loin de ce Nexus…

La femme hocha vigoureusement la tête.

_J'en avais eu ma dose…, fit Kirk pensivement. Enfin, nous nous en sommes sortis sans trop de casse. Ce n'était pas si mal…

_Pas si mal…, accorda l'homme, un brin perplexe.

_Continuez, je vous prie, capitaine, l'enjoignit la femme.

_Oui… Nous avons pris quelques jours pour réparer… et nous avons reçu un ordre de mission de Starfleet…

_Quel genre ?

Kirk hésita un instant. Devait-il révéler les détails de sa mission, ou rester vague ? Après tout, bien que ces deux officiers et ce vaisseau semblaient appartenir à Starfleet, il pouvait s'agir d'une supercherie… un piège. Oui, mais pour lui soutirer quelle information ? Parce qu'en réalité, il ne savait rien…

_Genre top secret.

_C'est monnaie courante chez Starfleet… cela ne signifie pas que…

_Allez-y expliquez nous, coupa la femme.

_Je me demande si… Oh, et puis, qu'est-ce que ça peut bien faire… cela fait des siècles maintenant… il y a prescription pour les missions top secrètes, non ?

La femme acquiesça.

_Bon… Alors, je disais que nous avions reçu un ordre de Starfleet… enfin, moi je l'ai reçu, étant donné sa… particularité. Mission priorité 1, top secret. L'amiral… l'amiral… Ah, je ne sais plus son nom ! Il commandait les services secrets… Bref, il m'a contacté en personne. La mission était de nous rendre sur Farthend, avant-poste en zone frontalière, tout près des Romuliens, sous mandat de la Fédération, pour récupérer un colis, que nous devions ensuite convoyer le plus vite possible vers une zone isolée du quadrant gamma. Là-bas, deux vaisseaux de Starfleet, probablement des services secrets, devaient nous attendre… Je ne sais pas, peut-être pour nous escorter, ou récupérer le colis…

_Vous ne savez pas ? s'enquit l'homme.

_Je ne les ai jamais vu…

_Ils ne vous attendaient pas ?

Kirk secoua la tête.

_À aucun moment…

_Étrange…

_C'est le moins que l'on puisse dire…, accorda Kirk.

_Vous êtes arrivés dans ce coin, et après ? demanda l'homme. Comment vous avez pu vous écraser sur cette planète ? L'Enterprise avait de plus grosses avaries que prévu ? Ou… un sabotage ! C'est cela ?

_Non, répondit Kirk. Nous avons été attaqués.

_Attaqués ?

_Oui.

L'homme parut médusé.

_Attaqués ?… Mais par qui ?

_Aucune idée. Nous sommes arrivés dans ce secteur le plus rapidement possible, puis un vaisseau est apparu sur nos écrans, et il s'est mis à nous tirer dessus…

_Et vous avez riposté…, continua la femme.

_Bien obligé, admit Kirk. Mais, nous n'avions pas le dessus… Ce vaisseau était beaucoup trop puissant…

_Vous l'avez identifié ? Vulcain ? Klingon ? Romulien ? demanda l'homme.

Kirk secoua la tête.

_Non, aucune identification… Il ne ressemblait à rien de connu, alors… (Kirk se tut brusquement. En avait-il trop dit ?)

_Alors, quoi ? répliqua l'homme.

Kirk jeta un regard perplexe sur les deux officiers, puis circulaire sur la pièce. L'écoutait-on ? Enregistrait-on cette conversation ? Probablement… Qu'est-ce que cela changeait ? Les services secrets étaient au courant puisque… De toute façon, il était lancé, alors autant finir.

_Je pense que c'était un prototype de vaisseau de combat, appartenant aux services secrets de Starfleet.

L'homme se cala dans sa chaise et siffla.

_Rien que ça !

_Une minute, intervint la femme, qu'est-ce qui vous fait dire ça ?

Kirk réfléchit un instant, tentant de se remémorer tous les détails… En fait, c'était Spock qui avait émis cette hypothèse, et il y avait adhéré aussitôt.

_D'abord la forme du vaisseau… il avait quelque chose de similaire aux vaisseaux de Starfleet… vous savez, des nacelles de distorsion et tout ça… Ensuite, des éléments de son armement sont apparus reconnaissables, comme les phaseurs… plus puissants, mais cela restait des phaseurs…

_Oui, mais des phaseurs, il y en a sur presque tous les vaisseaux de la Fédération… Ce n'est pas significatif… Qu'en est-il de sa signature énergétique ?

_Inconnue. Vous avez raison, nous avons supposé qu'il s'agissait d'un vaisseau de Starfleet, un prototype secret, quelque chose comme ça, mais rien n'indique que cela soit le cas…

_Rien n 'indique le contraire, non plus. Mais pourquoi les services secrets de Starfleet enverraient un vaisseau pour vous intercepter ? Ça n'a pas de sens…

_Surtout si ce sont les mêmes services secrets qui vous ont confié cette mission…, renchérit la femme.

Kirk acquiesça sans mot dire.

_Cela n'a pas de sens…, réfléchissait l'homme à part lui.

_Et ce vaisseau, qu'est-il devenu ?

Kirk les regarda. Ils ne savaient rien… Cet interrogatoire n'était somme toute guère plus qu'une conversation badine.

_Détruit, déclara-t-il froidement.

Les deux officiers demeurèrent silencieux un instant.

_Vous… vous l'avez détruit ? se reprit la femme. Comment ? Je veux dire, il était, semble-t-il, plus puissant que l'Enterprise, n'est-ce pas ?

_Oui.

_Alors comment ?

_Vitesse de distorsion à quelques mètres de lui…

La mâchoire inférieure de l'homme s'affaissa.

_Vous… ? Mais c'est de la folie !

_Ou une manœuvre de génie, ajouta la femme, pleine d'admiration.

_De génie ?! s'étrangla l'homme. Le champ de distorsion aurait pu s'effondrer, vous auriez pu manquer votre destination sur un bond aussi court, et que sais-je encore ?! C'est de la pure démence !

_La folie confine parfois au génie…, rétorqua la jeune femme.

L'homme grogna, ce qui pouvait être interprété soit comme un assentiment tacite, soit comme sa reddition inconditionnelle.

_Et l'artefact ? demanda brusquement la femme.

Kirk se pencha en avant et posa les coudes sur la petite table.

_Une minute les comiques. Ce n'est pas que votre duo ne me fait pas rire, mais je vous en ai dit bien plus que je ne l'aurais dû… Enfin peut-être… et vous n'avez pas été très équitables… J'ai, moi aussi, quelques questions.

L'homme ouvrit la bouche, mais la femme l'interrompit d'un geste de la main.

_Soit. Nous vous écoutons. Et nous allons essayer de vous répondre, le mieux possible, fit-elle en se calant dans son siège.

_Bien. (Kirk réfléchit un instant, rassemblant ses pensées). Je sais la date, puisque vous me l'avez gentiment annoncée. Alors admettons. J'ai été mis en mémoire dans le capaciteur du téléporteur, et je me réveille plusieurs siècles dans le futur. Admettons. Je suis à bord d'un vaisseau, de la Fédération, ça, je n'ai pas eu trop de mal à le deviner. Mais de quel vaisseau s'agit-il, quelle est sa mission, et pourquoi je n'ai toujours pas vu le capitaine ?

_Oui, euh…, répondit l'homme laconiquement, ce qui, pour Kirk n'était pas une réponse du tout.

_Eh bien, vous êtes à bord du Reliant NCC-2304, sous le commandement du capitaine Torokh, vaisseau de soutien de la Fédé…

_Le capitaine… comment ? l'interrompit Kirk.

_Torokh, répéta la femme, calmement.

_Torokh… Torokh… (ce nom avait quelque chose de…) C'est un Klingon !

La femme acquiesça lentement.

_Vous comprenez maintenant pourquoi il a préféré éviter de vous rencontrer tout de suite… disons, pour ne pas parasiter notre entretien…

Kirk fit la moue. Il n'aimait pas les Klingons, c'était certain, mais il faisait la part des choses, et il se doutait bien que dans un futur aussi éloigné beaucoup de choses avaient pu changer.

_Je comprends, fit-il. Cependant, il faudra peut-être que nous parlions malgré tout…

_Ah ? s'étonna l'homme.

_Il a probablement accès à des informations auxquelles vous n'avez pas accès…, précisa Kirk.

_Oui, admit l'homme.

_Quelle est la mission du Reliant ? demanda Kirk.

_Nous patrouillons dans cette zone, en soutien des équipes scientifiques…, répondit la femme.

_Un vaisseau de soutien… l'équipe d'archéologues ?

_C'est cela.

_Donc vous n'êtes pas équipés pour…

_Le combat ? coupa l'homme. Non, certainement pas. C'est un petit vaisseau… C'est tout juste si nous disposons d'un HMU… euh, pardon, un médecin holographique… et deux holodecks… Vous êtes dans l'un d'eux.

_Le Reliant est un petit vaisseau, expliqua la femme, c'est un classe Deinonicus, rapide et fort… D'autres dans la flotte de Starfleet ont été armés pour le combat, et ils sont redoutables, mais pas celui-ci…

_Nous n'avons pas de torpille ! s'indigna l'homme.

_Exact, fit la femme. Nous ne disposons que de batteries de phaseurs…

_Moteurs à distorsion ? s'enquit Kirk.

_Bien sûr ! Deux nacelles à distorsion. Il peut atteindre distorsion 8. Et en vitesse d'impulsion il est redoutable… Mais le Reliant a été équipé pour le soutien…

_Ce qui veut dire, précisa l'homme, autant de soutes et de hangars que possibles afin de stocker des échantillons de je-ne-sais-quoi, ou bien organiser des labos scientifiques, etc. Pourquoi ?

_Pourquoi ? répéta Kirk.

_Oui, pourquoi voulez-vous savoir ça…

_Rien, une intuition…

_Si nous parlions de l'artefact, maintenant ? intervint la femme.

_C'est vous qui voyez, mais vous risquez d'être déçus…

_Laissez-nous en juger. De quoi s'agissait-il ?

Kirk secoua négativement la tête.

_Je n'en ai pas la moindre idée.

_Comment cela ?

_Nous avons embarqué quelque chose à bord, sur les ordres de Starfleet, c'est certain, mais quant à savoir ce que c'était…

_Vous devez tout de même en avoir une petit idée, non ?

_Pas la moindre… Nous avons embarqué une caisse de la taille d'un homme, à peu près, scellée hermétiquement. Pour ce que j'en sais, il pouvait y avoir à l'intérieur, des torpilles, des statuettes antiques, des phaseurs, des totems en bois, des assiettes, des manuscrits, et j'en passe…

_On ne vous a rien communiqué ? demanda l'homme, perplexe.

_Absolument rien. J'avais ordre de récupérer un artefact, sans savoir ce que c'était…

_Cela aurait pu nuire à votre… équipage, non ?

_Une éventualité, admit Kirk. Les services secrets ont leurs… petits secrets.

_C'était bien pratique de vous envoyer tout de suite après le nexus…, réfléchit la femme.

_Bon, vous ne saviez rien de l'artefact, ce qui signifie qu'on a fait de l'Enterprise un coursier. Soit. Mais vous connaissiez au moins l'endroit où vous avez embarqué cet artefact, non ?

Kirk hocha la tête.

_Oui… Une petite planète du nom de Farthend, un avant-poste minier, presque entièrement automatisé. Quelques ingénieurs et scientifiques (des géologues, deux en fait) sur place, trois ou quatre mineurs pour surveiller les opérations, rien de plus. Je ne sais même pas si cette planète est référencée dans la Fédération… Rien qui m'ait mis la puce à l'oreille. D'après ce que j'ai pu comprendre, c'est lors d'une procédure d'excavation que les mineurs ont découvert ce truc. Ils l'ont emballé, ont prévenu Starfleet, qui a transmis aux services secrets, et eux, ont donné l'ordre de ne rien dire à qui que ce soit…

_Y compris vous.

_Y compris moi.

_Vous ne pensez pas que cet artefact devrait-être le centre de vos préoccupations ? insista l'homme.

Kirk soupira.

_Bien sûr. Cependant, j'avoue ne pas avoir eu trop de temps pour m'en occuper… entre ce vaisseau inconnu qui nous a attaqué, ce petit sommeil dans un téléporteur et mon réveil des siècles plus tard… C'est en haut de ma liste… Peut-être pourrais-je en parler à votre capitaine, non ?

Les deux officiers échangèrent un regard perplexe.

_Quoi ? (Kirk compris soudain.) Vous l'avez à bord, n'est-ce pas ?

Voilà la raison pour laquelle ils étaient nerveux et inquiets, la raison pour laquelle ils le questionnaient avec insistance…

_Vous avez l'artefact à bord…, souffla Kirk.

_Exact, répondit l'homme.

Kirk se gratta le menton.

_Vous l'avez ouvert ?

L'homme fit non de la tête.

_Vous comprenez nos inquiétudes…, intervint la femme. Si cette chose est dangereuse, elle met tout l'équipage en danger… Peut-être même pire, si nous la ramenons sur une base stellaire, ou sur Terre…

_Oui, je m'étais fait la même réflexion… Je peux en déduire que votre capitaine a fait mention de cela dans son message à Starfleet et qu'on lui a expressément ordonné de ne pas y toucher, n'est-ce pas ?

_C'est ça…, répondit la femme…

_Il faut que je parle à votre capitaine… comment déjà ?

_Torokh…

_Oui, Torokh… Il faut que je parle à Torokh…

La perspective de converser avec un gentil Klingon n'enchantait guère Kirk, d'autant que les Klingons n'avaient rien de « gentils »… Toutefois, la situation étant ce qu'elle était…

_Euh… Je ne sais pas si…, hésita l'homme.

La femme le gratifia d'un bon coup de coude.

_Après tout ce que nous lui avons demandé… et puis je pense que le capitaine serait d'accord… (elle regarda Kirk de façon insistante) Si vous êtes d'accord…

_Nous avons perdu assez de temps… Une dernière question…

_Allez-y…

_Qu'a dit Starfleet à mon sujet ?

Les deux capitaines se jaugeaient mutuellement. Kirk réprimait autant que possible son aversion pour les Klingons, se rappelant sans cesse que le voyage dans le futur qu'il venait malencontreusement d'effectuer, avait changé beaucoup de choses. Le Klingon, lui, sous des dehors de guerrier froid et coriace (attitude qui n'avait donc pas évoluée chez les Klingons), réprimait son mécontentement et sa grande perplexité. Après tout, ne se trouvait-il pas devant le célèbre James Tiberius Kirk, capitaine de Starfleet, commandant l'Enterprise NCC-1701-B, perdu dans le nexus selon Starfleet… ? Information erronée d'après ses officiers de sécurité Marla Dunn et Red Gorwin…

C'était une légende, somme toute… Le seul capitaine ayant réussi à passer le test du Kobayashi Maru… Certes, il avait triché, mais l'épreuve étant elle-même un non sens voué à l'échec… cela se défendait. Torokh avait toujours aimé cette élégance dans la fourberie. Toutefois, en tant que Klingon, il se devait de suivre un code d'honneur strict, celui du guerrier, à n'enfreindre sous aucun prétexte. L'art du combat n'était pas pour les fourbes et les traîtres. On ne plaisantait pas avec cela sur Qo'noS. Mais cet humain avait quelque chose de différent… enfin, s'il était bel et bien ce qu'il disait être…

_Je vous dis qu'il faut l'ouvrir, répéta Kirk le plus calmement du monde.

_C'est dangereux, rétorqua Torokh, lui aussi tentant de garder son calme.

_On n'en sait rien ! insista Kirk. On ne sait pas ce qu'il y a là-dedans, cela pourrait être n'importe quoi…

_Oui, c'est précisément pour cette raison que je ne souhaite pas l'ouvrir… Cela pourrait mettre en danger mon équipage…

_Après tout ce temps dans le… enfin, ça m'étonnerait beaucoup… Cela aurait du affecter l'équipage de l'Enterprise…

Torokh fronça les sourcils, ce qui, en raison des plaques osseuses sur son front, lui donna un air encore plus belliqueux.

_Oui, si votre histoire est vraie…

Kirk soupira.

_Vous ne me croyez pas… Je vous comprends, c'est une histoire à dormir debout…, concéda-t-il. J'ai du mal à y croire moi-même…

_Je veux bien vous croire… Cependant, j'ai reçu des ordres…

_Des ordres… (Kirk fit la moue) Admettons que tout ce que j'ai raconté à vos deux hurluberlus soit vrai… tout…

Le Klingon resta silencieux, impassible.

_Bon, continua Kirk, si tout cela est vrai, vous pouvez me faire confiance il y a forcément un lien avec cet artefact…

_Vous avez été attaqué par un vaisseau inconnu…, lâcha Torokh.

_Oui ! C'est exact !

_Vous pensez que c'était un prototype secret de Starfleet…

_Ma seule hypothèse… enfin, la plus plausible disons… Donc vous voyez où je veux en venir ?

Torokh demeura perplexe, laissant Kirk conclure seul.

_Si Starfleet a attaqué mon vaisseau… pour ce truc… pourquoi serait-ce différent aujourd'hui ? Je veux dire, vous plongez droit dans la gueule du loup… Si cet artefact est si important, du moins s'il était si important il y a des siècles, il ait à parier qu'il l'est encore aujourd'hui… suffisamment important pour éliminer toutes les personnes ayant été en contact avec lui… vous me suivez ?

Torokh contracta sa mâchoire, en proie à une intense réflexion.

_Oui… mmmmh… cela se tient… je suppose…

_Alors, il faut l'ouvrir.

_Et si vous aviez tort ? rétorqua Torokh. Et si tout cela n'avait rien à voir avec Starfleet ? Ou pire, vous seriez… vous ne seriez pas Kirk…

_Quoi d'autre ? J'ai passé des siècles dans un foutu téléporteur…

_Oui… J'ai tout de même des doutes, et lorsqu'il s'agit de la sécurité de mon bâtiment…

Kirk trépignait.

_La question que vous devez vous poser est, si par hasard j'avais raison, seriez-vous prêt à risquer la vie de tout votre équipage ?

Ils étaient devant le caisson, dans la soute numéro 3, pont 2.

_Comment on ouvre ça ? demanda Torokh.

Kirk tournait autour de l'objet cherchant un moyen de l'ouvrir.

_Pas la moindre idée… Je n'ai pas l'impression qu'il y ait une quelconque ouverture… c'est étrange…

_Je pense toujours que c'est une mauvaise idée…, grogna le Klingon.

_Oui, mais maintenant que nous y sommes… Il devrait y avoir un dispositif d'ouverture…

_Et si l'artefact n'était pas dedans ?

_Que voulez-vous dire ?

_C'est peut-être ça l'artefact, et non ce qu'i l'intérieur… Il n'y a peut-être rien à l'intérieur…

Kirk se gratta le menton, perplexe.

_L'artefact serait un caisson ? C'est ridicule… Et puis pourquoi le faire aussi grand ? Une boîte de la taille d'une main aurait suffi… pas un truc de la taille d'un homme… Il doit y avoir un objet précieux à l'intérieur…

_Qu'est-ce que j'en sais ? Il y a de nombreuses inscriptions dessus, le texte ne tenait probablement pas sur une boite de la taille d'une main… Et puis, ces inscriptions sont peut-être un avertissement : n'ouvrez pas le caisson sous peine de mort…

_Vous dramatisez… (Kirk s'était accroupi près du caisson) Comment ça s'ouvre ?

_Pour information, capitaine Kirk, nous avons de très bons archéologues, dont un de renommé interplanétaire, le professeur Howards, qui n'ont de cesse d'ennuyer mon équipage avec leurs questions incessantes… sur vous, en l'occurrence.

_Nous verrons plus tard…

_Je ne pense pas que…

_Ah ! J'ai trouvé ! fit Kirk triomphalement. Ce n'était pas facile, mais regardez, là, les inscriptions sont différentes… Il suffit de faire pivoter ce drôle de S…

_Qu'est-ce que vous attendez ?

_Rien.

Kirk s'exécuta, un clic sonore indiqua qu'un mécanisme avait été activé, puis le caisson s'ouvrit en deux.

_Alors ça…, souffla Kirk, stupéfait.

_Oui… effectivement… Je ne m'attendais pas à cela…, concéda Torokh, lui aussi surpris par ce que contenait le caisson.