Attention: Labyrinthe ne m'appartient pas et Bleach non plus.


Tsukishiro se releva avec difficulté, bientôt aidée de Newt. Minho agitait les bras pour capter l'attention des blocards, la plupart le virent et s'attroupèrent autour de lui. Difficilement Tsukishiro et Newt les rejoignirent. Ils devaient s'abriter au plus vite. La blanche se dit qu'ils devraient emmener l'homme avec eux, ses couvertures s'étaient envolées et il était recroquevillé sur lui-même, pourtant quelque chose lui disait qu'il ne les laisserait pas l'emmener si facilement.

Elle posa de nouveau son attention sur Minho, qui leur indiquant le bâtiment le plus proche. En courant ils l'auraient atteint en une demi heure, mais allaient-ils tenir jusque là ? Mais ils n'avaient pas le choix…

Minho se mit à courir, les blocards derrière lui. Cette fois Ichigo et Newt fermèrent la voix, la blanche ayant déjà assez de mal à résister au vent, et ce malgré l'aide de Toshiro. Mais elle était inquiète, tant pour la tempête, que pour les mots du vieil homme :''Restez à l'écart. Mauvaises personnes.''

La visibilité s'amoindrie de plus en plus au fur et à mesure qu'ils avançaient, bientôt ils ne réussirent plus à distinguer la ville, dont ils étaient pourtant si proches. Le vent se faisait toujours plus fort, à tel point que la maton des coureurs n'arrivait plus à marcher.

Puis la foudre zébra le ciel noir.

L'orage s'abattait violement sur le sol en immenses jets de lumière blancs, projetant sable et graviers dans les airs. Le brouhaha était intenable et la plupart des blocards commencèrent à devenir sourds. Mais pour la jeune maton ce fut bien plus douloureux, son ouïe étant naturellement fine, elle avait l'impression que ses oreilles saignaient.

Le groupe courait à toutes jambes, certains tombaient au sol avant de se relever presque immédiatement. Devant Newt failli tomber mais fut relevé in-extrémis par Ichigo qui le poussa devant lui, si ils restaient immobiles ils allaient griller jusqu'aux bout des os.

Après un éclair bien plus fort que les autres la jeune fille failli se laisser tomber au sol, ses oreilles la brûlaient, elle aurait voulu hurler mais ses cris n'étaient que murmure parmi le fracas de l'orage. Heureusement le jeune capitaine la retint de justesse et la poussa à continuer d'avancer. Elle aurait voulu le remercier mais elle avait si mal qu'elle ne pouvait rien faire d'autre que d'avancer parmi les éclairs calcinant l'atmosphère autour d'eux.

Il fallait qu'ils atteignent l'immeuble avant que qu'ils ne puissent plus rien voir, ce qui ne tarderai pas à arriver car elle ne pouvait déjà plus distinguer que quelques blocards devant elle. Et où était la pluie ? Pourquoi ne pleuvait-il toujours pas ? Le ciel était si noir… il aurait déjà dû commencer à pleuvoir…

Soudain un éclair s'abattit juste devant elle, projetant les deux blancs quelques mètres en arrière. Son souffle se coupa quelques secondes avant qu'une grêle de terre calcinée et de cailloux ne lui tombe dessus. Elle grimaça et tenta de se redresser, sa vue était encore floue à cause du choc mais elle put se relever. Où était Toshiro ? Inquiète elle jeta des regards tout autour d'elle, elle ne voyait plus rien. Elle jura et réussi finalement à distinguer la forme floue de l'immeuble vers lequel ils se dirigeaient. Puis l'odeur de la chair calcinée lui parvint, morte d'inquiétude elle se dirigea vers le cratère formé par l'impact de l'éclair sur le sol.

C'était Jack. Le pauvre garçon se tortillait au sol près du cratère en se tenant fermement la cuisse. Elle mit ses mains devant sa bouche, le pauvre avait perdu une partie de sa jambe, toute la partie du mollet au pied avait disparue. Il ne restait qu'un épais sang noir coulant de la blessure. Ses vêtements avaient brûlés, laissant son corps brûlé à vif. Il n'y avait plus rien à faire pour lui, elle le savait mais… Elle voulu descendre à sa rencontre mais une poigne ferme sur son épaule la dissuada. Elle tourna vivement la tête vers le propriétaire de la main, c'était Minho. Celui-ci secouait la tête et empoigna son bras pour la tirer à sa suite. Elle aurait voulu lui dire d'attendre, qu'il y avait peut-être quelque chose à faire, mais elle savait que c'était inutile, Jack avait perdu trop de sang et l'état général de son corps ne lui laissait aucune chance, il était condamné. Puis elle repensa à Toshiro, elle voulu crier à Minho de s'arrêter mais elle savait qu'il ne l'entendrait pas et sa prise sur son bras était trop forte pour qu'elle réussisse à s'en défaire, elle était trop affaiblie pour ça. Elle pria intérieurement pour que le blanc ait réussi à s'en sortir.

Le duo continua de courir, croisant de temps en tant un autre blocards parmi les éclairs, il était impossible de se réorganiser en groupe, pour l'instant c'était chacun pour soi. Un nouvel éclair s'abattit devant elle, la projetant violement au sol une nouvelle fois. Elle secoua la tête pour chasser le bourdonnement qui y avait prit place et retourna au cratère, espérant que Minho allait bien. Tout d'un coup elle vit des flammes s'élever du cratère. Elle couru et vit que les vêtements de Minho avaient prit feu. Elle se laissa tomber à côté de lui et projeta autant de sable que possible sur lui, décidant de se transformer en louve pour être plus efficace. Le jeune homme l'aida en se roulant au sol et en se frappant le haut du corps pour éteindre les flammes. Le feu s'éteignit, laissant Minho avec des vêtements en lambeaux et quelques plaies à vif.

Sans lui faire mal elle mordit son poignet gauche, tirant sur les restes de sa chemise pour l'inciter à se relever. Minho se releva en grimaçant avant de se laisser guider à travers le nuage de poussière. Après un moment elle remarqua que le vent s'était calmé mais que les éclairs s'étaient épaissis. En fur et à mesure de leur course elle sentait chaque impact la traverser des pattes à la queue. Mais elle ne ralentit pas, trainant toujours un Minho titubant derrière elle. Quand celui-ci fini par trébucher et tomber au sol elle s'arrêta et le hissa difficilement sur son dos. Il était plus lourd que ce à quoi elle s'était attendue et même si sa forme de louve était plus grande qu'un loup normal il était un poids mort, la ralentissant.

A sa droite elle vit Newt, Poêle-à-frire et Aris. Tous semblaient complètement paniqués mais couraient dans la même direction, vers l'immeuble. A sa gauche elle vit un blocard s'écrouler, mais elle se fit violence pour avancer, sa vie et celle de Minho en dépendait. Un éclair tomba à sa droite puis derrière mais elle continua à avancer. Elle couru aussi vite que possible, évitant un éclair face à elle puis de nouveau à sa droite. Enfin ils arrivèrent à l'immeuble tant désiré. Ichigo et Aris furent les premiers à pousser les portes de l'immeuble délabré. Ils laissèrent passer Poêle-à-frire et Newt avant d'entrer à leur tour.

Elle passa les portes à toute vitesse et dérapa sur la poussière présente dans la bâtisse avant de s'arrêter, à bout de souffle. En la voyant sous sa forme loupine les blocards présents eurent un moment d'arrêt avant que Newt et Ichigo ne vinrent la débarrasser de Minho, qu'il adossèrent contre un mur à côté des portes. Épuisée elle se laissa tomber au sol, soulevant un petit nuage de poussière. Quand elle eut reprit son souffle elle se retransforma. La minute qui suivit ils virent entrer Toshiro et deux autres blocards, essoufflés eux aussi. Quand ils eurent passé la porte la pluie commença enfin à tomber.


Il pleuvait averse à présent. Tsukishiro était adossée contre un mur entre Toshiro et Minho. Elle avait été soulagée de voir que les blocards présents étaient entiers, seul Minho semblait avoir reçu un gros coup. Tout le monde était silencieux, essayant de faire passer les différentes douleurs dont ils souffraient. Pendant près de deux heures la blanche garda les yeux fermés, essayant de récupérer un peu de son ouïe, ce qui prenait trop de temps à son goût. Enfin le battement de la pluie lui parvint, faisant baisser son anxiété. Sans trop savoir pourquoi le son et l'odeur de la pluie l'apaisaient, peut-être qu'avant d'atterrir au Labyrinthe elle aimait ça ? Surement.

Les blocards étaient éparpillés dans la pièce sombre, assis pour certains, allongés pour d'autres… Minho s'était mit en boule à côté de la blanche, ne bougeant pas d'un muscle, à chaque fois qu'il avait essayé la jeune fille avait sentit comme des frissons le parcourir de tout son long. Newt se tenait à côté de lui, Poêle-à-frire non loin de lui. A bout de force la maton fini par s'endormir, de même que la plupart des blocards.

Un peu plus tard elle ouvrit lourdement les yeux, elle entendait la pluie tomber plus fortement au sol, mais ça ne l'inquiétait pas plus que ça, au contraire, ça l'apaisait. Avant de tomber une nouvelle fois endormie elle vit que la nuit était tombée. Déjà à moitié endormie, elle s'allongea contre la cuisse de quelqu'un avant de sombrer.

Quand son sommeil se fit moins lourd elle perçu la douce sensation de quelqu'un entrain de lui caresser tranquillement les cheveux. Elle profita de cette douce sensation de bien être pendant qu'elle se réveillait doucement. Après un moment elle ouvrit les yeux, en tournant la tête elle vit que la pluie avait cessé, puis elle leva les yeux et croisa le regard tranquille du capitaine shinigami. Celui-ci lui sourit, sans pour autant cesser son geste. Elle lui rendit son sourire et ferma une nouvelle fois les yeux, profitant de ce rare moment de calme.

- Ce n'est pas la première fois que tu fais ça… Murmura-t-elle.

- Comment ça ? Demanda-t-il.

- Dans le labyrinthe…

Effectivement, au moment où Minho et Tsukishiro n'avaient pas réussis à rentrer au Bloc, portant un Toru inconscient. Il sourit, il était vrai qu'il le lui avait fait à ce moment là, ça lui paraissait si naturel…

La jeune fille se plaça sur le dos avant d'ouvrir à nouveau les yeux. Elle vit quelques rayons de l'aube filtrer à travers les vitres brisées du bâtiment en ruine. Elle vit que des dizaines d'étages étaient éventrés jusqu'au ciel rosé. Qu'est-ce qui avait pu provoquer des dégâts pareils ? En tournant la tête elle vit que tout le monde dormait à part Newt, qui avait le regard dans le vague.

- Newt ? ça va toi ? Demanda-t-elle.

Le jeune homme leva les yeux vers les deux blancs avant de hocher la tête.

- Dans l'ensemble, oui. On est en vie, je suppose que c'est tout ce qui compte.

La blanche se fit silencieuse un moment avant de lui répondre.

- J'imagine oui. Il serait pourtant tellement plus facile de tout laisser tomber et mourir ici.

- Qu'est-ce que tu… Protesta le blanc, effaré.

- Je ne dis pas que c'est dans mes intentions, pas du tout, mais je dis les choses comme elles sont.

- Ouais mais bon, tu es d'un réconfortant.

- J'essayais d'être aussi morose que toi. Se moqua-t-elle.

- Très drôle. Railla-t-il, néanmoins avec un sourire amusé. Merci Tsuki.

Elle secoua la tête, elle se sentait mieux elle aussi. Finalement le blond reprit en pointant Minho.

- Il s'est passé quoi avec lui ?

- La foudre a mit le feu à ses vêtements. Heureusement on a réussit à l'éteindre assez rapidement pour éviter de trop graves blessures.

- Pas trop grave ? Tu l'as bien regardé ?

La blanche lui envoya un regard noir avant de répondre.

- Bien sur que oui, je l'ai porté sur plus d'une centaine de mètres, et je peux te dire qu'il pèse sont poids le bougre.

- C'était pour ça la forme de loup alors.

- Entre autre, avec mon poids plume je ne pouvais pas faire autrement.

- Je m'en doute. Admit le blond.

- Au moins il est vivant, c'est ce qui compte. Termina-t-elle.

- Tu as raison.

- En plus il lui reste des vêtements, ça veut bien dire qu'il n'est pas brûlé de partout. Observa le capitaine.

- Très juste. Il s'en remettra, c'est un dur à cuire celui-là. Rit le blond.

La blanche ne put qu'approuver, Minho était trop têtu pour mourir comme ça. Finalement elle décida de se relever et de s'assoir contre le mur, restant néanmoins toujours proche du blanc. Puis le trio entendit un gémissement venir de leur ''chef'', celui-ci ouvrit difficilement les yeux avant de tourner la tête vers eux.

- Oh les gars, je mange. Je mange grave, je peux vous le dire. Gémit-il.

Le garçon se redressa lentement, grimaçant à chaque mouvement. Il réussit finalement à s'assoir les jambes croisées.

- Si tu peux t'assoir c'est que ça ne doit pas être trop mauvais quand même. Nota la blanche.

- Fiche-moi la paix. Grogna-t-il.

- Cela dit elle n'a pas tord. S'amusa Newt.

- Ho toi n'en rajoute pas. Je suis un dur moi. Même avec deux fois plus de blessures je pourrais encore botter son petit derrière de monteur de poneys !

A sa réplique la blanche leva les yeux au ciel, c'était un gamin, dur à cuire ou pas. Cependant ça semblait amuser Newt.

- J'aime bien les poneys. Si on pouvait en avoir un pour le déjeuner ce serait le paradis !

Il était vrai que la faim commençait sérieusement à se faire sentir. Minho soupira et regarda le reste des blocards endormis.

- On est combien ? Demanda-t-il.

Le trio se regarda avec peine, ils avaient perdus beaucoup de leurs camarades.

- Onze. Avoua tristement Tsukishiro.

Elle qui avait souhaité ne plus perdre aucun camarade, voilà que leur nombre avait diminué de moitié, qu'elle ironie, le sort s'acharnait pour lui donner tord.

- Ça nous fait combien de morts dans la tempête ? Sept ? Huit ?

- Neuf. Répondit sèchement Newt avant de devenir plus doux. Neuf à moins que d'autres aient pu s'abriter ailleurs.

- Comment va-t-on réussir à traverser la ville avec onze gars ? Il y a peut êtres des centaines de fondus dehors et on ne sait pas à quoi s'attendre !

- C'est tout ce qui te vient à l'esprit ? Vociféra la blanche. Et que fais-tu de ceux qui sont morts ? Jack, Winston, Stan, Tim et tous les autres ? Nos compagnons, nos amis… Minho !

- Holà ! S'exclama Minho en levant les mains en l'air. Calme-toi Tsuki ! Je n'ai pas demandé à être le chef, aux dernières nouvelles c'est toi qui a refusé ! Je t'ai connue avec bien moins de scrupules ! Protesta-t-il.

- C'est faux et tu le sais ! S'emporta-t-elle. Devant les autres oui, pour assumer mon rôle de maton mais j'ai toujours été inquiète pour vous tous ! Je ne suis peut-être pas la personne la plus accueillante mais ça ne veut pas dire que je ne ressens rien ! Tu n'as pas le droit de me dire ça, tu sais ça mieux que les autres !

Le jeune homme baissa les yeux et soupira.

- C'est vrai. Excuse-moi, tu as raison. On est tous sur les nerfs en ce moment. Je sais que tu n'es pas comme ça. Mais il faut bien avouer que depuis qu'on est sortis du Labyrinthe tu es plus… démonstrative.

- Démonstrative ? S'étonna-t-elle.

- Tu montres plus ce que tu ressens.

- J'avais compris. Grommela-t-elle, gênée.

Les garçons sourirent avant que Minho ne reprenne, plus sérieusement.

- Mon rôle aujourd'hui c'est de décider où aller et quoi faire pour avancer. C'est tout, nos morts il faudra les pleurer quand on en aura fini avec tout ça. D'accord ?

- Si on en fini un jour.

- Très encourageant, Tsuki. Je crois que je préfère te voir comme ça.

- Fiche-moi la paix. Fit-elle en imitant le ton qu'il avait prit à son réveil.

L'asiatique sourit avant de voir qu'Ichigo et Aris s'étaient réveillés, il les salua et invita le nouveau à se joindre à eux pour ne pas réveiller les autres.

- Vous aviez déjà vu une tempête comme ça ? Demanda-t-il.

- Pas vraiment non. Répondit Newt.

- Elle ne semblait pas naturelle, même avec des souvenirs en moins je suis certain que quelque chose comme ça n'est pas normal. Affirma le capitaine.

- Je suis d'accord. Admit la maton.

- En même temps souvenez-vous de ce qu'avaient dit la femme dans le bus et l'homme rat, cette histoire d'éruption solaire. Il y a de quoi dérégler le climat avec ça. De mon point de vue ça aurait pu être pire. Fit Minho. On a eu de la chance, je pense.

- ''Chance'' n'est pas le mot qui me serait venu spontanément. Assura Ichigo en accord avec Aris.

Minho haussa les épaules et Newt reprit.

- Qui plus est c'est fini, il faut savoir ce qu'on va faire maintenant.

- Je suis complètement d'accord. Ajouta Minho en croisant les bras.

- Si il faut trouver quelque chose il faut le faire avant qu'une bande de ces cauchemars ambulant ne vienne nous trouver. Fit Tsukishiro.

- Et il faut manger. On n'ira pas loin sans nourriture. Intervint le capitaine.

- Manger ?

La blanche se leva d'un bond, la voix leur était parvenue d'en haut, dans les étages de l'immeuble. En levant les yeux le groupe put voir le visage d'un jeune hispanique qui les observait du premier étage.

- Qui es-tu ? Lui cria Minho.

Sous les regards surpris des blocards le jeune homme sauta du plafond et atterrit non loin d'eux, faisant une roulade pour se réceptionner correctement après son atterrissage.

- Je suis Jorge. Dit-il avec les bras écartés. C'est moi le fondu qui commande ici.