La soirée avait été riche en émotions pour le jeune Kirua, membre de la Famille Zoldyck, l'une des plus fameuse familles d'assassins du monde connu.

Car alors qu'il effectuait une facile mais importante mission d'assassinat d'un membre de la pègre locale de Padokia, l'un de ses frères aînés, Illumi, avait fait irruption avant que Kirua ne passe à l'action. Cela n'avait que peu surpris le jeune garçon car il avait l'habitude qu'Illumi le surveille mais c'était plutôt ce qu'il dit et fit avant et après la mission qui avait quelque peu perturbé Kirua.

Son discours sur le fait de n'être qu'un 'objet insignifiant' ou l'impossibilité d'avoir des amis car cela finira toujours mal ne plaisait décidément pas au jeune Zoldyck. Mais le plus choquant fut que son frère aîné tue sans aucune hésitation, trois enfants qui avaient eu le malheur de s'adresser à lui tout en lui disant que c'est ainsi que pourrait finir toute amitié, dans le sang.

Pourquoi n'avoir pas simplement dit cela au lieu de tuer ces enfants en exemple ? Car même si en général tuer quelqu'un ne dérangeait pas Kirua vu son activité, ôter la vie d'enfants n'ayant absolument rien à voir avec la mission, ca, ca ne passait pas.

Ces événements renforça encore l'envie de Kirua d'abandonner le business familial et d'aller explorer le monde à la recherche de ce qu'il voulait vraiment faire dans la vie. Sentiment qu'il avait en lui depuis quelque temps maintenant et qu'il était apparemment le seul à avoir tant ses frères semblait être voués corps et âme dans l'avenir tout tracé par leur parents.

Cependant, pour le moment, il n'en avait pas la possibilité, Illumi le surveillant bien trop. De plus, Kirua avait un peu peur de partir ainsi dans l'inconnu le plus total.

C'est ainsi que le jeune assassin, quelque peu secoué, revint tout naturellement chez lui, dans l'immense domaine qu'était Kukuru Mountain, propriété des Zoldyck depuis de nombreuses générations. Un endroit inaccessible pour le commun des mortels car lourdement protégé.

La maison, au pied de la Montagne Kukuru, était immense mais assez austère avec une couleur noire assez peu joyeuse et une sorte d'aura oppressante qui émanait de la bâtisse.

Une fois rentré, Kirua constata que, comme souvent, il semblait n'y avoir personne à la maison même si il se doutait que Milluki, l'un de ses deux frères aînés, était dans sa chambre sur son ordinateur, vaquant à ses habituelles occupations, ne quittant pour ainsi dire jamais Kukuru Mountain.

N'étant pas en très bon termes avec lui, Kirua alla directement dans sa chambre pour réfléchir un peu à ce qu'il s'était passé ce soir.

La chambre du jeune garçon était assez spartiate. Il n'y avait qu'un lit et une grande armoire à vêtement où Kirua cachait des paquets de boules de chocolats ou des bonbons qu'il ramenait en cachette des ses missions. Ces douceurs n'étant pas admises par ses parents.

Kirua enleva alors son imperméable trempé et le fit pendre à l'un des crochet se trouvant près de la porte puis il enleva ses baskets et se coucha sur son lit, l'air songeur. Rapidement après, il sortit d'une des poches de son short, un paquet de boules de chocolat qu'il commença à manger tout en réfléchissant à ce qu'il voulait réellement faire à l'avenir. La réponse lui vint assez vite, il ne voulait pas du business familial mais plutôt se faire des amis et s'amuser tout simplement car ici à Kukuru Mountain, c'était toujours calme, lugubre et ennuyeux.

Cependant tout ce que voulait faire Kirua était interdit par ses parents ainsi que par Illumi. Cela rendait son désir d'amitié et d'amusement difficile voire impossible pour le moment.

Soudainement, l'arrivée impromptue de sa mère, sûrement rentrée d'une de ses missions, sorti le jeune assassin de ses pensées.

« Kiru chéri, tu es rentré ?! Comment cela s'est passée ? Tu as rempli ton contrat ? » bombarda Kikyo, sa mère.

« Comme si Illumi t'avait pas déjà tout raconté... » répondit Kirua d'un air un peu agacé.

« Oui mais je voulais l'entendre de ta propre voix et puis on ne sait jamais qu'il ai oublié quelque chose ! » répliqua frénétiquement Kikyo.

« J'ai rien a dire de plus, bonne soirée. » rétorqua Kirua d'un ton sec.

Sa mère n'insista alors pas et reparti aussitôt non sans rouspéter dans un monologue inaudible. Si son fils agissait ainsi avec elle c'est qu'au contraire de Kalluto, son plus jeune frère, l'amour étouffant de Kikyo l'agaçait fortement et les interactions entre lui et sa mère se terminait souvent en dispute ou dialogue froid et bref.

Après cette discussion peu chaleureuse, Kirua resta les yeux fixés au plafond en mangeant ses chocolats pendant une bonne partie de la nuit, jouant même parfois avec les petits robots qui était offert dans chaque emballage. Quand il eu fini le paquet, il décida de prendre un court repos avant le lever du soleil.

Le jeune Zoldyck enleva alors son t-shirt mauve clair puis son pull bleu ainsi que son short bleu -mauve pour ne garder que son caleçon gris à manche courtes. Ensuite il se couvrît de sa grosse couverture noire et ferma les yeux.

Et c'est vraiment tout ce qu'il fit car avec son entraînement d'assassin, le sommeil était quelque chose de vite combattu et souvent ce n'était que pour reposer son corps et se détendre un peu avant une nouvelle mission.

Quand les premières lueurs du soleil apparurent, Kirua était déjà réveillé mais il était toujours couché sur le côté vers l'armoire. Il entendit la porte de sa chambre s'ouvrir et, pensant que c'était encore sa mère qui venait l'ennuyer, il eu ces paroles peu agréables :

« Si tu viens à propos d'hier soir, je m'excuserai pas. »

« De quelles excuses tu parles ? » répondit une voix masculine assez grave.

A l'entente de cette voix, Kirua ouvrit grand les yeux de surprise puis se redressa subitement pour faire face à son interlocuteur, découvrant ainsi le haut de son corps.

« P-Papa ! T'es rentré ?! » s'écria Kirua surprit mais néanmoins content de voir son père.

Car dans la famille, Silva était bien la seule personne avec qui il ne se disputait jamais et pour qui il vouait une véritable admiration même si leur relation se limitait à des discussions professionnelles et très rarement d'ordre privé. Mais dans un sens, c'était l'une des choses que Kirua appréciait chez son père, c'est qu'il lui fichait une paix royale et qu'en général, ils étaient sur la même longueur d'onde.

« Oui comme tu le vois mais j'ai une nouvelle mission pour toi, il faut que tu accompagnes Kalluto pour un de ses contrats. » répondit Silva.

« Pourquoi faire ? Kalluto n'a pas besoin de moi pour exécuter un contrat d'habitude » se demanda Kirua étonné.

« C'est pas la cible le problème, mais plutôt comment y arriver qui va être compliqué, j'aimerais donc qu'il ai ton esprit vif pour que le contrat soit rempli au plus vite. » répondit encore Silva.

« OK dans ce cas, je m'habille et j'arrive. » fit simplement Kirua.

« Bien, il t'attends à l'entrée et sinon, le client de ta dernière mission est ravi, bravo, c'était un client important, il ne fallait pas le décevoir. » rajouta Silva avant de partir.

Kirua ne dit rien mais n'en fut pas moins ravi de compliment aussi léger et rare soit-il. Cela apaisa même quelque peu son trouble de la nuit passée.

La dessus, le jeune garçon de onze ans sortit de son lit complètement puis enfila rapidement ses vêtements qu'il avait laissé à terre avant de se coucher. Une fois habillé, il prit dans son armoire un paquet de bonbons pour la route qui fera office de petit-déjeuner puis quitta sa chambre pour rejoindre Kalluto dans le hall d'entrée.

Si Kirua avait une apparence des plus anodines, excepté ses cheveux en bataille argentés tendant vers le mauve très clair, son plus jeune frère Kalluto, 9 ans, était lui bien différent. Il portait souvent un long kimono noir et des chaussures en bois traditionnel. Il avait les cheveux noir mi-longs et des yeux roses foncé. Souvent il était confondu avec une fille, tellement la confusion était marquée.

Cependant, cette fois-ci, Kirua eu la surprise de voir que Kalluto était habillé d'un simple pull noir à longue manche ainsi que d'un pantalon blanc cassé serré par une simple ceinture et portant un sac à dos.

« T'a abandonné ton kimono pour une fois ? » demanda Kirua.

« Oui. Maman m'a dit que je passerai plus inaperçu comme cela pour cette mission. » répondit Kalluto d'une voix basse.

« Bien allons-y avant qu'elle arrive justement, elle va encore me casser les pieds sinon. » fit Kirua en levant les yeux d'un air déjà agacé.

Mais ce que Kirua ne dît pas c'est qu'il était d'accord avec sa mère, le kimono de Kalluto n'était pas très discret à son goût.

Les deux garçons quittèrent alors la demeure familiale et traversèrent le domaine Zoldyck sans un mot. Néanmoins, intérieurement, le jeune Kalluto était plutôt satisfait de partir en mission avec son aîné car si il avait déjà été accompagné, c'était surtout par Illumi dont il connaissait les techniques et le style d'assassinat par cœur alors que celles de Kirua lui était encore assez peu connues. De plus leur mère ne tarissant pas d'éloges sur ce dernier, Kalluto était assez curieux de voir le soi-disant prodige de la famille.

Une fois à la gigantesque Porte des Tests, composé de sept lourdes portes enchevêtré l'une sur l'autre, symbolisant la limite du domaine et constituant la porte principale, Kirua poussa les trois premières portes sans aucun soucis, poussant ainsi seize tonnes de pierre, et sorti aussitôt car les portes se refermèrent aussi vite que le jeune garçon les avait ouvertes.

Quand ils furent dehors, Kirua et Kalluto virent arriver un bus de touristes. Cela n'étonna pas les deux garçons car ils savaient que la Porte des Tests, appelé 'Porte des Enfers' par les Tour Opérateurs, était une attraction assez célèbre de la région.

Kirua eu alors l'idée de redescendre à Padokia, la seule ville des alentours, avec le bus pour ainsi changer de la traditionnel descente à pied à travers la dense forêt qui séparait Kukuru Mountain et Padokia.

« Pourquoi tu veux prendre ce bus ? » se demanda Kalluto assez étonné par l'idée de son grand frère.

« Ca pourrait être amusant d'entendre ce qu'on raconte sur nous. De plus, ca m'ennuie de refaire tout le chemin à pied. » répondit Kirua d'un ton désinvolte.

Kalluto trouva ca bien étrange mais il suivit tout de même Kirua, habitué qu'il était à suivre ses aînés.

Les deux garçons se firent alors passer pour deux enfants perdus après que leur parents aient tenté de s'introduire dans le Domaine des Zoldyck. Cette histoire émut les touristes et la guide qui laissa les deux frères monter dans le bus pour retourner à Padokia.

Le trajet fut long et pas aussi amusant que Kirua l'aurait voulu. Certes les légendes sur sa famille et leur Domaine - comme la bête des Enfers gardant le domaine alors que Mike, le chien de garde était certes immense et impitoyable envers les intrus, il n'avait rien d' 'infernal' - furent amusantes mais rien de bien excitant.

Le jeune Zoldyck à la chevelure mauve clair-argenté sortit alors du bus, les yeux fermés, l'air blasé et les mains dans ses poches. Kalluto le suivi de près ne comprenant toujours pas quel était l'intérêt de prendre ce bus.

Cependant, il ne dit rien, voyant bien que Kirua ne semblait pas avoir obtenu ce qu'il cherchait en prenant ce transport touristique.

« Bon...la cible se trouve où, qu'on en finisse. » demanda Kirua toujours d'un air blasé.

«Papa m'a dit qu'elle se trouvait dans une villa en plein centre de Padokia, près de la caserne de la ville. » répondit promptement Kalluto.

« Bien, allons-y alors, on va passer devant la villa et inspecter les lieux, ensuite on décidera de comment y rentrer. » fit alors Kirua.

Les deux frères se dirigèrent donc vers cette fameuse villa et une fois arrivé dans la rue, commencèrent à scruter discrètement tous les alentours. La rue, les hauts murs de la villa, le marché en face et bien sur la caserne non loin.

Après dix minutes de repérage, les deux garçons achetèrent de quoi manger puis s'installèrent sur un banc public non loin de leur cible.

« La villa est bien protégé par des hauts murs et des fils barbelés, sûrement électrifiés et sa proximité avec la caserne ne va pas nous aider mais ca n'est pas vraiment un problème, le soucis c'est l'intérieur de la propriété, on ne voit rien et donc impossible de savoir ce qu'i l'intérieur. » analysa Kirua avant de commencer à manger.

« On pourrait peut être infiltrer l'un de nos majordomes pour qu'il nous renseigne sur l'intérieur ? » proposa Kalluto.

« Non ca prendrait trop de temps, Papa veut qu'on fasse ça vite. On va plutôt s'installer au marché en face, j'ai vu un emplacement libre, on va aller acheter quelques trucs pour les vendre ensuite, ca nous fera une excellente couverture pour observer les va-et-vient de la villa en espérant que les portes s'ouvrent et qu'on y voit quelque chose. » contre-proposa Kirua.

Kalluto ne s'opposa pas à ce plan et lui et Kirua l'appliquèrent aussitôt. Leur stand fut donc vite installé après qu'ils ai été acheter quelques antiquités dont Kirua pensait qu'elles pourraient peut être attirer l'attention de leur cible qu'il savait amateur de vieilleries.

La journée passa ainsi assez vite, Kirua et Kalluto vendant leur achats tout en gardant un œil sur la villa qui, à leur grand regret, ne montrait aucun signe d'activité. Il ne resta plus grand chose à vendre jusqu'à ce qu'un homme assez grand au look bien habillé et l'air un peu louche s'approcha du stand des deux jeunes garçons.

« Je vois que les rumeurs étaient vraies, vous semblez vendre des objets intéressants, mon boss serait intéressé de voir ce que vous avez d'autres comme ça. » fit l'homme d'un air joyeux mais pas très net.

« C'est qui votre patron ? » demanda directement Kirua, étonnant Kalluto que son frère pose directement la question.

« Qui est mon patron ?! Vous me faites rire les gamins ! Mon boss c'est juste le type le plus riche de Padokia et vous êtes juste devant sa villa ! » fit l'homme assez amusé par l'ignorance de son jeune interlocuteur.

« Wow ! Vous devez être alors quelqu'un d'important pour travailler pour lui ! » s'extasia Kirua.

« Un peu que je le suis gamin alors soit honoré que je t'adresse la parole ! » s'enorgueillit l'homme.

« Merci monsieur et nos parents, ils ont encore plein d'artefacts anciens qu'ils seraient ravi de montrer à votre patron, ce serait même un honneur !. » bluffa Kirua d'un ton faussement gentil.

« Ha ha tu as tout compris gamin et que vos parents viennent ce soir vers vingt heures, on pourrait faire affaire. » répondit l'homme au costume bien chic.

« Pourquoi pas maintenant ? On a presque fini notre vente, on pourrait vite appeler nos parents et vous accompagner ensuite. » répliqua Kirua.

« Non le boss va aller au onsen bientôt et généralement ca prends du temps. » répondit l'homme.

« OK alors, ils viendront à vingt heures à la grosse villa derrière vous. » accepta Kirua.

L'homme s'en alla alors pour rentrer dans la villa et une fois disparu, Kirua s'adressa à Kalluto à voix basse.

« Voilà notre chance, on va s'occuper de la cible au onsen, la sécurité sera moindre et là on pourra repérer les lieux avant. »

« Mais on ne sait pas à quel onsen il va aller, il y en a beaucoup en ville. » s'inquiéta Kalluto.

« Oui mais ce type ne va pas risquer d'aller aux bains public et je sais qu'il détient un vrai onsen à l'extrémité de la ville, près des montagnes c'est donc le seul qu'il connaît parfaitement et où il se sent le plus en sécurité, c'est donc sûrement là qu'il va aller. » répliqua Kirua.

« T'es sur qu'on devrait pas vérifier avant ? Maman dit toujours que c'est mieux. » fit Kalluto pas complètement convaincu.

« Fais moi confiance plutôt qu'à elle. » répondit plus sèchement Kirua.

« OK d'accord, c'est toi l'aîné mais j'espère que tu as raison. » fit Kalluto.

Les deux garçons plièrent alors leur stand puis s'en allèrent pour l'onsen où Kirua pensait que leur cible allait se rendre.

Il était en effet assez éloigné du centre de la ville. Adossé à la montagne, ce onsen traditionnel ne semblait pas du tout détenu par un riche mafieux d'apparence. C'était une grande maison en bois sculpté fort joliment sans aucune présence de garde de sécurité. Les deux garçons y rentrèrent aisément et virent de suite qu'il n'y avait qu'une porte menant au onsen. Kirua alla tout de même à la réception pour demander si il pouvait occuper cet onsen.

« Je suis désolé les garçons mais l'onsen a déjà été réservé par Monsieur Zenji, il faudra revenir demain. »

« Oh c'est dommage mais merci quand même ! » fit Kirua, faussement déçu.

Lui et Kalluto sortirent alors puis commencèrent à escalader la montagne où était adossé l'onsen pour ensuite s'asseoir derrière l'un des arbres poussant sur le flanc de la montagne.

« Tu as vu, j'avais vu juste, c'est bien la cible qui a réservé cet onsen non ? » fit Kirua.

« Oui c'est bien son nom, bien joué. » répondit Kalluto jamais très bavard.

« Maintenant le tout et de pouvoir s'introduire dans l'onsen avant l'arrivée de ce Zenji..tu as des jumelles dans ton sac ? » fit alors Kirua.

« Bien sur. » répondit Kalluto avant de commencer à chercher dans son sac.

Une fois trouvé, Kirua s'en saisit puis observa l'onsen en lui même qui se trouvait à l'extérieur de la grande maison en bois mais cependant, il était bien cloisonné de haut murs en bois massif.

« Mmmh..regarde ça et dis moi ce que tu en penses. » fit ensuite Kirua en tendant les jumelles à son jeune frère.

« Les murs ont l'air assez haut mais je vois pas de caméra . Par contre l'onsen est assez dégagé, difficile de s'y cacher pour attendre la cible. » analysa Kalluto après avoir scruté les environs.

« Exactement..c'est pour ça que tu vas rester ici avec les talkie-walkie que tu as pris avec toi, tu me préviendra quand la cible arrivera sera rentrée. A ce moment là, j'entrerai dans l'onsen pour ensuite éliminer la cible. » expliqua Kirua.

« Mais ses gardes du corps vont sûrement fouiller la pièce avant, tu sera vite découvert. » répondit Kalluto.

« Oui bien vu, on va changer un peu le plan alors, dès que les gardes ont fini de fouiller l'onsen, tu me préviens et entre le moment où les gardes sortiront et où la cible entrera, je m'infiltrerai. Je sais déjà où me cacher » fit Kirua.

« OK ton plan à l'air bon, j'ai hâte de voir comment tu vas tuer la cible. » répondit Kalluto.

« Ca t'intéresse de voir ça ? » s'étonna Kirua.

« Bah oui, tu es le seul de la famille que j'ai jamais vu à l'œuvre. » répliqua Kalluto.

Kirua ne répliqua rien mais à l'expression de son visage, on voyait que ca l'étonnait. Cependant, il était temps d'agir, une voiture arrivant devant l'onsen. Les deux frères craignaient que c'était déjà leur cible mais quand Kalluto regarda avec les jumelles, il ne vit que les gardes du corps, sûrement déjà venu pour une inspection. Cependant, ils n'en virent aucun rentrer dans l'onsen proprement dit mais virent plutôt deux gardes se poser à l'entrée de la maison en bois ainsi que tout autour de la propriété.

Ce renfort de sécurité n'inquiéta pas plus que ça Kirua qui ne changea pas le plan déjà établi. Ce dernier demanda alors à prendre le sac de Kalluto vidé d'abord de son contenu. Cela étonna le plus jeune des frères mais devant l'urgence de la situation, il ne posa pas plus de question. Kirua partit donc avec le sac vide et l'un des talkie-walkie.

Arrivé près de l'onsen, Kirua se cacha derrière un buisson et attendait les informations de son jeune frère.

Assez rapidement, Kalluto annonça l'arrivée de la cible et vu le renfort de sécurité, Kirua décida de passer à l'action plus tôt que prévu en attendant juste que le garde positionné devant lui fasse son rapport pour ensuite foncer sur lui et en un éclair, lui arracher le coeur.

Cela surpris beaucoup Kalluto qui avait observé toute la scène avec les jumelles car il avait rarement vu un assassinat aussi vif que propre tout en restant impressionnant.

Ensuite le plus jeune des frères Zoldyck vit Kirua se déshabiller rapidement, ne gardant que son caleçon gris puis ensuite escalader avec facilité le haut mur de l'onsen.

C'est à ce moment là que leur cible entra seul, renvoyant ses gardes pour plus d'intimité.

« Y'a déjà des gardes à l'extérieur alors pas besoin ici, je veux être seul ! » cria-t-il à ses gardes.

Zenji retira alors sa serviette de bain puis rentra dans le grand bain d'eau thermale pour s'y prélasser.

« C'est bien le seul moment où je peux être seul .. » fit-il apaisé.

Cependant, ce qu'il ne vit pas c'est Kirua refaisant surface doucement de sous l'eau, ne laissant d'abord que le dessus de sa tête et ses yeux bleus perçant puis ensuite le haut de ses épaules dépasser de la surface de l'eau.