Notes de l'auteur : comme les scénaristes de ST Discovery, je crois que je délire…

Découverte à Babel

Chapitre 3

« Jim ! Mais où étiez-vous passé ? » Demanda Léonard en voyant son Capitaine entrer dans son bureau en tenue de combat. « Cela fait deux heures que je vous attends ! »

« Désolé, Bones, mais j'avais besoin de me détendre. Annoncer au Haut Commandement de Starfleet que le corps de l'Ambassadeur Tellarite a été retrouvé dans un tube de Jeffries n'a pas été facile…Quant à leur dire que l'Ambassadeur Sarek, soupçonné un temps d'avoir commis ce meurtre, a été victime d'une défaillance cardiaque…bref, j'avais besoin de me vider la tête, voilà pourquoi je me suis entraîné au tir dans le Holodeck. »

« Le …Le Holodeck? C'est quoi ça ?»

« Le Holodeck, Bones ! Vous savez bien, la salle où l'on programme des séances de tirs sur des hologrammes…Je me suis entraîné sur des cibles 'holographiques' ! » Expliqua Jim comme s'il s'adressait à un enfant.

« Mais…Depuis quand a-t-on cette technologie à bord ? » Demanda le docteur.

« Bon sang, Bones, je ne suis pas médecin mais il me semble que vous souffrez de surmenage…Mais changeons de sujet, qu'aviez-vous de si important à me dire ? Cela concerne-t-il l'intervention sur l'Ambassadeur Sarek ? » Jim s'était assis face au Docteur, prêt à écouter son ami, lequel ne masquait pas sa nervosité.

« Et bien c'est une opération complexe et très risquée. Sarek va perdre beaucoup de sang. Mais si j'arrive à convaincre Spock de faire cette transfusion sanguine pendant l'intervention, ça peut marcher… » Expliqua le Docteur McCoy, mal à l'aise.

« Où est le problème ? Spock peut le faire ! »

« Le problème c'est que Spock agit très bizarrement depuis l'arrivée de ses parents à bord. Lorsque je lui ai parlé tout à l'heure, pour lui dire que sans opération son père allait mourir, savez-vous ce qu'il m'a répondu ? »

« Euh…non. »

« M'en fous ! Voilà ce qu'il a dit : m'en fous ! »

« Cela ne ressemble pas à Spock… » Lança Jim.

« Et ce n'est pas tout ! Il a ajouté que son père n'avait pas besoin de lui puisqu'il avait Michael ! Il a parlé de katra, un truc comme ça…Sarek n'a qu'à passer un appel longue distance avec son téléphone katrique…Bref, encore un truc vulcain que je n'ai pas compris…Et quand je lui ai demandé ce qu'était un katra, il m'a répondu qu'il ne voulait pas me le dire, mais qu'il le ferait peut-être dans une vingtaine d'années ! Jim, depuis qu'on m'a appris l'existence de sa sœur, j'en sais encore moins sur Spock !...Imaginez, si ça se trouve il nous cache encore des choses ! Qui sait ! Si ça se trouve on apprendra dans vingt ans qu'il a aussi un frère ! » S'énerva Léonard.

« Allons, Bones. Calmez-vous ! Avez-vous essayé de le raisonner ? »

« Bien entendu que j'ai essayé. Mais …le problème est qu'il était encore intoxiqué par tout le chocolat Pascal qu'il a mangé ce matin…chocolat qu'il a ingurgité après avoir appris la maladie de son père… »

« Le chocolat Pascal ? Mais on n'est même pas à Pâques ! » S'étonna Jim.

« Je ne parlais pas de chocolat de Pâques mais du chocolat Pascal, le célèbre chocolat Belge…Vous ne connaissez pas ? Il est pourtant connu dans toute la Fédération ! »

« Je ne savais même pas qu'on en avait à bord. » Avoua Jim.

« Le Capitaine de l'U.S.S Saga nous en a donné 200 boîtes le mois dernier, en échange d'une caisse de bières Romuliennes…Spock a acheté tout le stock ce matin. Quand il est arrivé ici tout à l'heure, il en avait une boîte aux deux tiers vides ! »

« Oh…Et où est-il en ce moment ? » Demanda Jim, inquiet. « Il faut à tout prix que je lui parle. Même s'il en veut terriblement à son père, on ne peut pas le laisser commettre un parricide ! »

« Il est dans ses quartiers. Sa mère est partie le rejoindre… »