Bonjour à tous, mes petits tribules 3 ! Voici le chapitre 4 et plus particulièrement la partie II du labyrinthe tridimensionnelle. Il reste une partie III et nous pourrons passer à l'obstacle suivant ;) devinez lequel ! J'espère que l'ambiance de ce chapitre va vous plaire, il est un peu hard mais j'adore torturer mes persos XD je suis un monstre. Je vous promets qu'il y aura aussi de l'amour et de la tendresse dans les chapitre à venir ! Je vous souhaite une bonne lecture et ça serait super si vous me donniez votre impression dans une petite review ;)

TITRE : L'ODYSEE DE L'ESPACE

CHAPITRE 4 : LE LABYRINTHE TRIDIMENTIONNEL (2)

Bones parcourait les couloirs du vaisseau. Au bout d'un moment, il en avait perdu le compte. Ils se ressemblaient tous. Tous les quarts d'heure, il vérifiait son communicateur et tentait de capter un quelconque appel.

« - Ici, le Docteur McCoy. A vous. »

Seul le grésillement du vide lui répondait. Il jura. Dans la petite sacoche de cuir accrochée à son flanc se trouvait la fiole qui contenait la brume suspecte. Comment cette chose pouvait-elle modifier le temps et l'espace de cette manière ? C'était biologique puisque les atomes et les particules qui la composaient se modifiaient. La seule chose dont le Docteur était certain était que cela pouvait interagir avec son environnement. Il regarda au sol. Un fin tapis blanc recouvrait ses pieds et montait jusqu'à mi-mollet quand il avançait. Il était exténué. De la sueur perlait sur son front et faisait se coller ses cheveux bruns à son crâne. Son uniforme lui collait dans le dos. Il mourrait littéralement de chaud. Des démangeaisons commencèrent à parcourir son corps.

Un bruit sourd se fit entendre dans l'un des couloirs mais lequel ? Léonard tendit l'oreille. GONG. Le bruit se répercutait contre les murs et ce vide environnant empêchait le docteur de déterminer avec précision l'origine du bruit. Le « gong » se répétait à intervalle régulier. Autant suivre l'unique son qu'il entendait depuis une éternité. Après une petite marche forcée, il se retrouva devant la porte du sas de décompression. La petite fenêtre était recouverte de buée et une odeur pestilentielle de viande carbonisée planait dans l'air. Bones fronça le nez et réprima une envie de vomir. Il passa sa main sur le verre chaud. Son instinct lui dictait de partir le plus loin possible mais il était cloué sur place. Il ôta la buée et approcha son visage. Dans l'habitacle, seul Khan aurait pu apercevoir quelque chose tant l'obscurité était dense. Les seuls moments où Bones pouvait voir quelque chose était quand les lumières de sécurité s'allumaient. Quelque chose bougea. Un mouvement bref et rapide.

« - Est-ce qu'il y a quelqu'un dans le sas ? cria Bones pour être sur qu'on l'entende de l'intérieur ».

Aucune réponse ne vint. Cela l'agaçait d'autant qu'il y avait bien une personne à l'intérieur. Son mauvais présentiment revint au galop. Et si ce n'était pas quelqu'un mais quelque chose ? Léonard eut envie de pleurer, d'hurler et de frapper la porte. L'histoire se répétait. Mais comment en être certain ? Comment savoir qu'il ne devenait pas fou ? Après tout, l'équipage ne pouvait pas avoir disparu ? Et si son cerveau inventait tout cela en provoquant des névroses psychotiques ?! Il devait savoir. Il approcha à nouveau son visage pour scruter l'obscurité. Quand les lumières orangées se rallumèrent brièvement, il aperçut la forme d'un homme au centre de la pièce, recroquevillé au sol.

« - Hey ! Je vous vois ? Est-ce que tout va bien ? »

L'odeur de pourriture s'accentua. Des hauts le cœur le saisirent. Puis soudain, un visage en décomposition se jeta sur la vitre. Ce faisant il se recula si vivement qu'il en trébucha et tomba contre le mur juste derrière lui. L'homme hurlait et bavait de folie et probablement de douleur. Sa peau se décomposait comme si elle subissait diverses nécroses à différents stades. Puis Bones crut défaillir. Ce n'était pas n'importe quel homme. C'était lui qui se décomposait sous ses propres yeux.

« - AAAAAAAARRRGHH ! »

Léonard hurla. Il hurla pour couvrir les hurlements de son autre lui. Il hurla de terreur. Ses propres cauchemars prenaient formes sous ses yeux : les infections extra-terrestres. Il cacha sa tête dans ses bras et se mit à se basculer d'avant en arrière. Fou, il devenait fou alors que c'était lui qui faisait la morale à Jim.

XOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOX

Jim se débattait dans son lit. Les sangles le maintenaient fermement et sa perte de poids ne l'aidait en rien. La redshirt qui était en charge de sa surveillance était inerte au sol. De la brume recouvrait partiellement son corps. Jim tendit le cou et interpella l'agent.

« - Agent Cliff ? »

Seul la paisible respiration lui répondit.

« - Et merde … ralla-t-il. »

Pour la énième fois, il tira sur les liens de toutes ses forces. Il entendit un léger bruit de tissu qui se déchirait. Il ne put s'empêcher de sourire. Il leva le visage et se vit dans la vitre floutée du bureau de Léonard. Ses traits étaient tirés, des cernes encerclaient ses yeux. Ses cheveux blonds avaient légèrement poussé, des mèches lui tombaient à présent devant ses yeux bleus. Ses lèvres étaient pâles et sèches. Il les humecta et se remit à tirer sur les liens.

Soudain, il entendit des bruits de pas dans le couloir. Des pas lourds et titubants. Jim hésita à appeler à l'aide mais il devait sortir. L'agent ne se relevait pas, il pouvait avoir besoin d'aide. Et surtout, il voulait absolument savoir ce qu'était cette brume qui visiblement avait investit tout l'étage. Pourquoi était-ce encore le bordel sur son vaisseau !

« - Qui est là ? hurla Jim. Je suis James Tiberius Kirk, Capitaine du vaisseau. »

Les pas se stoppèrent devant les portes de l'infirmerie.

« - Bones, c'est toi ? tenta Jim. »

Les portes s'ouvrirent dans un bruit de sucion. Ce n'était pas le Docteur mais Khan. Il semblait ne pas être bien. Le regard dans le vague, la peau d'une blancheur à faire pâlir un mort.

« - Khan, c'est toi ! je suis content de te voir ! que diriez-tu de me détacher ? lança Jim en montrant ses liens.

Sa semi bon humeur s'envola d'un coup quand l'Augment posa un regard froid et dangereux sur lui. Il murmurait. En tout cas, il parlait tellement faiblement que Jim n'entendait rien. Mais à qui s'adressait-il ? Soudain, Khan écarquilla des yeux sur la porte du bureau pourtant fermée.

« - Léo … supplia-t-il. »

Jim regarda à l'endroit où son ami aurait dû être mais l'endroit était toujours vide. La scène était assez flippante. Khan amorça un pas en direction du « fantôme » puis se stoppa.

« - Pourquoi me fais-tu ça ? »

Sa voix se brisa et ses yeux bleus s'embrumèrent. Ses joues se creusèrent et son menton trembla l'espace d'un instant. Khan semblait manquer d'air. Il regardait toujours le vide ne sachant plus quoi dire. Puis son regard se porta sur Jim. Ce dernier frissonna. Cela faisait longtemps qu'il n'avait vu se regard sur ce visage. La haine. La haine à l'état pure. Khan leva la main et pointa son capitaine du doigt.

« - C'est à cause de lui, n'est-ce pas ?! Tu l'aimes toujours ! »

Khan hurlait à présent. Il semblait écouter le fantôme du Docteur. Il était au bord des larmes.

« - Je n'étais qu'un substitut ! »

Il se tourna vers Jim de nouveau.

« - Tu es heureux ?! Maintenant que tu l'as baisé, tu crois sincèrement que je vais te laisser me narguer ? »

Jim était complètement perdu. Choqué même, jamais il n'avait pensé un jour coucher avec son meilleur ami. Cette idée lui donna des frissons. Il tenta de rappeler la raison de son ami.

« - Khan, je te jure que je ne l'ai pas touché.

- LA FERME ! hurla-t-il. »

Jim tirait frénétiquement sur ses liens. La situation devenait terriblement dangereuse. Khan se jeta sur lui. En chemin, l'Augment sembla pousser quelqu'un du bras comme si cette « ombre » s'était interposée. Puis il se saisit du col de la robe de patient de Jim et le plaqua contre le mur derrière son lit. Les liens tirèrent sur les bras de l'humain qui senti sa peau se tendre. Ou ses os. Il n'était pas en position pour réfléchir lequel lui faisait le plus mal.

« - Tu me l'as volé ! »

Khan semblait possédé.

« - Tu vas me le payer ! »

De cela, Jim n'aurait certainement pas parié sur le contraire.

« - Mais avant … grogna Khan un sourire pervers sur les lèvres. »

Khan prit possession des lèvres de Jim de façon sauvage et douloureuse. L'Augment força le passage, frottant sa langue contre les dents de Jim qui refusait obstinément de les ouvrir. Ce dernier, tentait de se débattre du mieux qu'il pouvait à cause des liens donnant des coups de jambe et d'épaule. Soudain, Khan frappa du poing le ventre du blond. Jim manqua d'air et il dû ouvrir la bouche pour respirer. Khan y engouffra la langue et viola avidement la bouche du plus jeune. Jim était au bord de la nausée. Khan était peut-être un bel homme mais jamais, au grand jamais, Jim n'avait éprouvé quelconques sentiments pour lui autre que l'amitié. Il devait arrêter avant que ça ne dégénère. Il mordit la langue de Khan et le goût du sang lui donna le haut le cœur. Khan se recula en hurlant.

« - Espèce de petite merde … siffla-t-il. »

Khan donna une gifle du revers de sa grande main qui fit voler la tête de Jim. Sonné, il cessa de se débattre le temps de reprendre ses esprits. Il sentit le sang couler de sa narine gauche. Sa lèvre s'était ouverte et commençait à gonfler. Et que dire du mal de tête ?! Quand il porta son regard sur Khan, il écarquilla les yeux. Khan affichait toujours ce regard pervers et portait sa main à la ceinture de son pantalon.

« - Je vais te détruire avant de te tuer. Dit Khan d'un calme à faire pâlir un mort.

- Non, je t'en supplie ! Laisse-moi partir ! On va trouver Léonard et il va te dire que je ne lui aie rien fait. Paniqua Jim.

- Ne prononce pas son nom ! ».

Soudain la porte de l'infirmerie s'ouvrit sur Spock accompagné du Docteur Léonard McCoy.

XOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOX

Spock resta figé quelques secondes devant le spectacle qui s'imposait à ses yeux. Khan dominait Jim de toute sa hauteur, à cheval sur le corps du blond et la main défaisant la ceinture de cuire. Mais ce qui choqua le plus le vulcain, ce qui le mettait dans une rogne sévère, ce fut le visage abîmé de son Thy'la.

« - Khan, par égard pour notre collaboration, je te laisse 2 minutes pour te reculer et te calmer. »

Mais Khan semblait surpris. Il fixait Bones.

« - Léonard … balbutia-t-il. »

Puis il se retourna vers le bureau et semblait ne pas comprendre.

« - Tu étais là … Comment …

- Lâche Jim et nous allons tous discuter. Je pense comprendre ce qui se passe. Continua calmement Spock. »

Spock se rapprochait doucement, une main devant comme pour calmer un animal sauvage et apeuré. Khan serrait toujours fermement le col de Jim à la différence que sa main tremblait. Il marmonnait les mêmes mots en boucle.

« - Sortez de ma tête, sortez de ma tête, sortez de ma tête … »

Spock arriva enfin à hauteur de l'Augment. Il posa doucement ses doigts puis sa main sur le bras de l'homme mais ce contact effraya Khan qui se saisit de Spock en redescendant du lit et l'envoya valser dans la vitre qui séparait le bureau de Léo de l'infirmerie. Spock tomba à terre avec les morceaux de verre éparpillés. Il se remit debout très rapidement. Un genou à terre, prêt à bondir, il aperçu Bones qui lui faisait signe de ne pas bouger. Le docteur s'avança à son tour, prudemment.

« - Khan, regarde-moi. »

Khan n'osait pas regarder l'homme de son cœur. Il semblait brisé et il se détestait pour ça. Quand Bones réussit à le toucher, il ne broncha pas. Il tremblait, son corps était secoué de spasme

« - Hey … regarde-moi. Dit-il en prenant son menton et en le tournant vers lui. »

« - Tu n'as rien fait … de grave. Dit-il en choisissant ses mots. »

Khan semblait se calmer en regardant Léo. Ce dernier scrutait son visage à la recherche de quelques signes. Et il en trouva. Les pupilles de Khan étaient dilatées à l'extrême et se rétrécissaient progressivement. Il était drogué. Tout comme il l'avait été dans ce putain de couloir.

« - Ecoute-moi, cette brume m'a aussi fait divaguer. J'ai vu des choses horribles et j'ai cru devenir fou jusqu'à ce que Spock arrive. Tu ne pouvais rien y faire.

- Je …commença difficilement Khan.

- Tu n'es pas obligé d'en parler. Pas tout de suite et pas ici. Lui répondit gentiment Léonard. »

Bones se tourna vers Spock.

« - Occupe-toi de Jim, je l'emmène dans la salle d'auscultation annexe pour l'ausculter. »

Spock le remercia d'un hochement de tête. Puis Bones disparut dans une salle avec l'Augment qui reprenait doucement ses esprits. Spock s'approcha de Jim qui était choqué.

« - Il ne t'a rien fait ? demanda-t-il hésitant.

- C'est plutôt pour lui qu'il faut s'inquiéter. Il a des capacités physiques supérieurs aux nôtres et tu n'as pas vu ce que cette chose lui a faite. Couina Jim en désignant la fumée. »

Jim tira deux fois sur ses liens.

« - Par pitié, retire-les-moi ! demanda-t-il exaspéré. »

Spock se rua sur le lit pour s'exécuter. Puis Jim se massa les poignets. Il se leva enfin et s'étira en grimaçant.

« - mais dis-moi, pourquoi nous n'avons pas été affecté par cette brume. Non, explique moi d'abord comment elle a fait pour entrer dans le vaisseau. »

Spock lui raconta tout. Depuis le début. Les erreurs que Jim avait commises et qui les avaient amenés à se perdre. Comment la brume avait progressivement attaqué la coque pour s'insinuer partout.

« - Au moment où la brume a rencontré le vaisseau, le Docteur McCoy se trouvait en extérieur. C'est moi qui l'y ait envoyé. La brume est entrée rapidement et tout l'équipage est tombé dans le comas. Je suis le seul à ne pas avoir été directement affecté. Cependant, il m'est arrivé quelque chose d'étrange sur la passerelle. Alors que je voyais nos hommes s'évanouir sans rien pouvoir faire, une voix sortie de la brume s'est élevé pour s'adresser à moi. Elle semblait surprise de voir quelqu'un résister à sa brume. Cette voix a disparu rapidement.

- Pour toi, cela peut s'expliquer, commença Jim en se lavant le visage. Tu es à demi-vulcain. Ton organisme est encore plus différent de celui de Khan ! C'est peut-être pour cette raison que tu n'as pas été affecté. »

Spock hocha la tête. Il n'avait pas vu les choses sous cet angle. Jim était un homme très vif d'esprit et en cela, Spock le trouvait encore plus beau. Il se rapprocha de lui et prit son visage en coupe. Son Thy'la lui manquait et il semblait avoir retrouvé quelque peu ses esprits.

« - Tu m'as manqué … lui dit-il en embrassant doucement ses lèvres pâles. »

C'est à ce moment que Léonard arriva. Il était bizarre. Mais qui ne le serait pas dans cette situation ? Il revenait avec quelques documents. Il les donna à Spock qui les lut précautionneusement. Léonard se rapprocha de Jim, lui tendant un uniforme noire standard.

« - Je n'avais que celui-là dans le vestiaire mais au moins il est à ta taille et propre.

- Je crois que la couleur n'a pas d'importance dans notre situation. Plaisanta Jim. »

Bones prit un air plus grave. Il posa sa main sur son bras.

« - Je m'excuse pour ce qui s'est passé. Khan m'a tout raconté. Il s'en veut maintenant qu'il a repris ses esprits.

- Il ne doit pas s'en vouloir, il n'était pas maître de son corps. Lui dit Jim souriant. Je le lui dirais. »

Bones se saisit du menton de Jim et fit tourner son visage des deux côtés.

« - Il ne t'a quand même pas raté … railla Léonard. A quel moment comptais-tu répliquer ?

- Je l'aurais fait si un vieux con ne m'avait pas attaché les bras. Rigola Jim.

- Et le vieux con ne l'aurait pas fait, si le jeune idiot ne s'était pas ouvert un bras. Se défendit Léonard en montrant le bras du blond. »

Spock fronçait des sourcils. Bones l'interpella.

« - Alors, Commandeur, je pense que vous rejoignez mon point de vue ?

- Comment est-ce possible ? Ce n'est pas logique …

- L'un de vous deux peut-il me dire de quoi il s'agit ? rappela Jim.

- Cette brume fait partie d'un ensemble organique. Elle est composée d'un élément chimique qui affecte les capacités du cerveau. Mais la partie pensante de cet ensemble semble dissociée. Je ne saurais l'expliquer mais nous devons trouver ce qui dirige cette brume. Cette entité qui s'est adressé à Spock. »

Jim se redressa après avoir mis les bottines de l'uniforme. Il n'avait pas demandé à Léo ce qu'il avait vu et il ne le ferait pas. Il attendrait qu'il lui en parle lui-même. Quant à Khan, Jim décida qu'il lui parlerait en privé plus tard. Il devait s'en vouloir. Il avait porté la main sur un ami et connaissant la loyauté de l'Augment, cela devait être difficile. Spock préparait déjà leur future expédition alors Jim se rapprocha de Bones.

« - Léo, va chercher Khan. On doit définir un plan d'attaque et essayer de trouver les autres. »

Puis il lui lança doucement à l'abri des oreilles de son vulcain : « - Rassure-le, il tient énormément à toi. »

Le message était passé. Bones lui sourit gentiment étirant sa mâchoire carrée puis il retourna avec Khan en se frottant le dos. Le temps faisait vraiment son œuvre et il accusait de moins en moins les coups.

XOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOXOX

L'ingénieur se réveilla en premier. Il était appuyé contre le mur et un violent mal de crâne le saisit. Il regarda dans ses bras et constata que l'officier Hikaru Sulu était encore inconscient. Tout doucement, les souvenirs s'imposèrent. Ils s'étaient évanouis tout les deux et il avait eut le temps d'échapper Sulu à une chute qui se serait révélée mortelle. Une brume opaque et blanche les entourait. Scotty y passa une main puis la secoua quand il se rendit compte que la brume s'entortillait autour de ses doigts. Sulu grogna dans son sommeil. Il grognait de douleur. Scotty décida qu'il était temps pour lui de se réveiller.

« - Hey, Sulu. Dit-il en le secouant. »

Le jeune homme restait endormi. L'ingénieur ne comprenait pas. Il frotta son crâne douloureux. Puis il entendit des pas sur sa droite. Dans l'obscurité du couloir. Une forme blanche s'approchait. Elle semblait émaner directement de la brume … à moins que ce ne soit l'inverse et que ce soit la brume qui émanait du corps. Toutefois, l'écossais n'avait jamais vu cela. Il s'agissait d'un homme, plus grand qu'un humain et surement de la même corpulence de Khan. Son corps entier était fait de brume mais on pouvait voir de nombreux détailles comme la musculature de son ventre. La veste courte qu'il portait. Ses cheveux courts, le pantalon et les bottines. La chaine autour de son torse qui faisait du bruit à chacun de ses pas. Quand l'entité aperçut Scotty qui était conscient, il tiqua.

« - Et bien, que vois-je ? Un troisième jouet qui ne dort pas ? dit l'entité d'une voix qui semblait dédoublée à la fois grave et aigue.

- Déclinez votre identité ! hurla Scotty cherchant son communicateur qu'il vit un peu plus loin.

- C'est la journée des surprises …. Ricana l'entité. Je crois que je vais bien m'amuser …

- Veuillez déclinez votre identité ! réitéra Montgomery. »

Mais l'entité disparut d'un coup. Elle partie littéralement en fumée. Scotty en resta bouche bée. Il maintenait fermement le corps de Sulu qui grognait toujours. Il secoua plus fermement le corps de Sulu mais celui-ci ne bronchait pas.

« - On ne peut pas rester là ! »

Scotty se remit debout malgré sa tête qui le lançait. Une fois stabilisé, il prit le japonais par les aisselles et le tira jusqu'à sa serre. Il ferma la porte et une idée lumineuse lui vint à l'esprit. Il se dirigea vers la clim de la salle et l'enclencha. Petit à petit, la brume présente dans la salle se fit aspirer. Ensuite, Scotty fouilla la salle de fond en comble pour trouver de quoi se défendre. A part des ustensiles de jardinages, Scotty ne trouva rien d'intéressant à l'exception de masque à gaz que le plus jeune utilisait lorsqu'il maniait une plante dont les spores pouvaient être dangereux. Il en prit un et le plaça sur le visage du jeune homme.

« - Comment ça fonctionne ce truc … »

Le masque entièrement transparent recouvrait l'entièreté du visage. Sur les côtés, Scotty voyait divers boutons. Lequel enclencher pour purifier l'air entrant dans le masque ? Après quelques analyses des symboles, il opta pour celui qui montrait trois petites vagues. Quand il l'enclencha, un léger bruit de décompression sorti de l'instrument et le corps de Sulu inspira une grande bouffée d'air frais. Au bout de quelques minutes, Sulu montrait des signes d'activité. Scotty tira le corps de Sulu sur ses genoux le temps qu'il reprenne connaissance. Le jeune japonais bougea des mains puis il ouvrit des yeux. Il se releva brusquement en hurlant. Il essaya même d'ôter son masque mais Scotty l'en empêcha.

« - Sulu, calmez-vous ! si vous le retirez, vous allez reperdre connaissance ! »

Sulu comprit rapidement ce à quoi il s'exposait. Il se calma et cesse tout mouvement brusque. Il mit cependant plus de temps à retrouver une respiration régulière.

« - J'ai rêvé que je tombais … dans le vide … tout était noir et je tombais. A un moment, je me suis même demandé si je ne flottais pas tout simplement. »

Il ferma les yeux puis posa la question fatidique.

« - Que ce passe-t-il ?

- Et bien mon garçon, il semblerait qu'une entité extra-terrestre ait décidé d'investir le vaisseau. »

Sulu était étonné de voir le calme apparent de Scotty. Mais en vérité, le plus âgé était tout aussi terrorisé.

« - Mais comment ce fait-il que vous ne portiez pas de masque ?

- Je n'en sais trop rien mais apparemment je ne suis pas le seul.

- Comment le savez-vous ? demanda le jeune intrigué.

- Cette entité semblait surprise de me voir et à mentionner le fait que je n'étais pas l'unique cas.

- Nous devons trouver les autres qui ne sont pas affectés. »

Sulu se leva monter comme sur des ressorts. Puis il se dirigea dans la pièce d'à coté où était rangé le terreau et les ustensiles. Puis il revint avec deux phaseurs qu'il positionna sur le mode mortel.

« - Tout doux officier, si on tombe sur l'un des nôtres et que l'on a la gâchette facile, il sera content qu'on ait enclenché le mode paralysant.

- Et si l'on tombe sur l'Autre ?

- On le paralyse et on change de mode. »

Sulu opina et il se préparèrent à sortir pour trouver de l'aide. Scotty ouvrit la porte doucement. Elle grinça tellement qu'ils pensèrent que le bruit porta jusqu'à l'opposé du vaisseau. Scotty lança un regard à Sulu qui se contenta d'hausser les épaules. La brume environnante devait gripper les systèmes d'ouverture. L'écossais regarda à gauche puis à droite avant de laisser Sulu sortir. Ils recommencèrent la manœuvre à chaque croisement. Ils arrivèrent devant le turbolift.

« - On devrait rejoindre le Commandeur sur la passerelle. Proposa Sulu.

- Trop loin. On devrait d'abord passer à l'infirmerie. »

Le jeune japonais accepta. Il s'inquiétait pour son capitaine. Au moment où il voulut appuyer sur le bouton, Scotty l'en empêcha en désignant le tube de Jefferies. Plus long mais plus sûre. Scotty passa devant ayant plus l'habitude de les utiliser. Sulu au bout de deux étages grimpés, commençait à ressentir l'engourdissement de ses membres alors qu'il était plutôt bien bâti du fait de l'entraînement militaire. Contrairement à Scott qui continuait de grimper comme s'il était né pour ça. Sulu se rendit compte que l'écossais avait l'habitude et qu'il lui fallait une stature adéquate. Ils arrivèrent enfin à l'étage des appartements des officiers. Ils se dirigèrent vers le tube qui conduisait à l'étage supérieur et donc à l'infirmerie. Mais au moment où ils arrivèrent juste en dessous, un bruit sourd se fit entendre à l'intérieure. Scotty fit signe à Sulu de reculer et de s'accroupir. Ils pointèrent leurs phasers sur l'ouverture et attendit que la source du bruit se fasse connaître. Soudain un corps en sorti et tomba au sol accroupi. Scotty se leva pour se jeter sur Sulu qui tira de surprise. Le laser sorti de l'arme et atteignit sa cible à l'épaule. Spock tomba lourdement au sol, le corps engourdit.

« - Spock ! hurla Jim qui descendait lui aussi du tube.

- Qu'est-ce qui s'est passé ? demanda Bones depuis l'extrémité du tube. »

Scotty se rua sur Spock. Il lui tâta le corps.

« - Vous sentez quand je vous touche ? demanda l'écossais. »

Spock hocha négativement la tête. Le plus âgé jura.

« - Il lui faudrait de l'adrénaline pour relancer son flux sanguin. Dit-il à l'intention de Jim.

- Attendez ! J'en ai dans ma mallette ! dit Bones en tombant du tube à la suite de Khan. »

Le docteur s'agenouilla près du corps et ouvrit sa mallette à la recherche d'une seringue déjà prête. Quand il l'a trouvé, il s'en servit sur le vulcain. Puis il commença un massage sur l'ensemble du corps pour relancer le flux. Progressivement, Spock retrouva l'usage de son corps. Sulu s'était rapproché et ne cessait de s'excuser auprès de son supérieur. Spock lui posa une main sur l'épaule.

« - Ce n'est rien mais la prochaine fois, regardez-bien sur qui vous tirez ! »

Jim aida Spock à se relever. Puis regarda Sulu et son masque.

« - Vous pouvez retirer le masque. D'après le Docteur McCoy, une fois qu'un patient est sorti de son état végétatif, il ne peut plus être affecté par la brume. Mais garde-le, il pourrait nous être utile. »

Sulu s'exécuta.

« - Nous devons trouver un moyen de nuire à cette entité. Lança Scotty.

- Pour cela, nous devons d'abord apprendre pourquoi il a sabordé le vaisseau. Marmonna Léonard.

- Mais comment le savoir ? C'est la première fois que nous voyons une entité pareille ? siffla Jim.

- Je ne vois qu'une seule solution : le lui demander. Dit Khan de sa voix grave. ».