Titre : Amour et Boules de Neiges

Auteur : JongInWan Kenobi

Sources : Gundam Wing

Genre : Fluff, amitié, amour, yaoi, slash, hétéro, légèrement angst, un peu OOC

Pairings : HeeroxDuo, WufeixKari

Disclaimers : Ceci est une ancienne fic à moi que j'ai entièrement revisitée parce que quand je l'ai relue, je me suis demandée comment j'avais fait pour écrire une daube pareille... Non mais Heero complètement OOC et qui finit ses phrases par ^^ sans parler de Wufei...

Ah et les phrases entres "" sont les pensées des personnages bien sûr.

Bonne lecture

Chapitre 1

-Allez oni chan (1) ! Viens !

Les vacanciers de la station de sports d'hiver regardaient avec un drôle d'air les deux jeunes gens qui se donnaient en spectacle, ce qui n'avait pas vraiment l'air de plaire au garçon qui se faisait tirer le bras par une jeune fille d'environ 18 ans.

-Kari lâche moi... Tout le monde nous regarde en plus.

La jeune fille sembla se rendre compte de l'attention qu'ils avaient attirés sans le vouloir et lâcha le bras du jeune garçon et s'excusa à voix basse, recevant un simple haussement d'épaule de la part du jeune garçon. La dite Kari se mordit la lèvre, légèrement honteuse d'avoir mis le jeune garçon dans une situation que lui qualifiait embarrassante alors qu'elle de son côté estimait n'avoir rien fait de mal, voulant simplement emmener le garçon sur une piste qu'elle avait repéré ce matin pendant que lui était occupé à finaliser les abonnements. Elle sourit d'ailleurs en se rappelant s'être fait remonter les bretelles en bonne et due forme. Elle avait fortement soupiré car pour elle, elle n'avait rien fait de mal, elle s'était juste contentée d'aller regarder le tableau qui montrait une carte des pistes de la station, mais pour lui, on aurait dit que la jeune femme d'origine japonaise avait commis un crime de lèse majesté.

« Tu t'inquiètes trop Heero, je ne suis pas en sucre » pensa la jeune fille en triturant une fermeture éclaire de sa combinaison de ski.

-Mais oni chan...

-Pourquoi m'as tu amené ici d'ailleurs ? L'interrompit le garçon, japonais tout comme elle, d'un ton bourru. Tu sais très bien que je déteste la montagne et le ski.

-Pour te faire voir autre chose que ton ordinateur ou ta console de jeu. Rétorqua la jeune fille. Et puis, si tu n'avais réellement pas envie de venir, tu n'avais qu'à pas venir. J'ai 18 ans et je sais me débrouiller toute seule.

-C'est ça, pour te faire draguer par le premier venu ? Hors de question. Grogna Heero.

La jeune fille soupira encore devant le comportement têtu et beaucoup trop protecteur de son frère à son goût.

-J'ai 18 ans Heero, je sais me débrouiller toute seule. Tu sais, si j'avais voulu j'aurais pu emmener Yuka ! Elle au moins aurait été de meilleure compagnie !

-Hn... Heero émit ce simple son qui avait le don d'énerver sa sœur au plus haut point.

-Je te préviens, si c'est pour que tu fasses la gueule pendant 3 semaines, je te plante là et je vais skier toute seule. Fit-elle en se dirigeant vers le local à ski pour aller chercher une paire qui lui conviendrait afin d'aller s'aérer la tête sur les pistes qu'elle aimait tant.

Elle se fit tout de même rattraper par le jeune garçon qui la prit doucement par la main et la regarda d'un air qui fit disparaître toute trace de colère chez la jeune femme. « Je suis désolé, ne pars pas » disaient ces yeux cobalt.

-On peut aller boire un truc avant si tu veux. Proposa-t-il.

La jeune femme sourit devant l'effort et s'accrocha au bras de son frère pour l'amener dans un bar où ils pourraient savourer une boisson chaude tout en admirant les paysages enneigés. Heero laissa Kari aller s'installer près d'une fenêtre puis se dirigea vers le bar pour commander un chocolat chaud et un lait chaud au miel. Il paya après avoir remercié le serveur puis retourna à la table où sa sœur l'attendait. Elle le remercia d'un grand sourire en prenant sa tasse fumante.

-Kami Sama, ce que c'est bon. Murmura-t-elle après y avoir trempé ses lèvres. Ils en faisaient ?

-Non, mais je lui ai demandé et il a bien voulu rajouter du miel.

-Merci Oni Chan ! Tu lui as promis un rencard pour qu'il accepte ? Le taquina gentiment Kari.

-Arrête tes bêtises imouto. (2)

Kari ne put s'empêcher de sourire face au nom gentil sorti de la bouche de son frère. Le jeune japonais était, comme vous l'aviez remarqué, plutôt taciturne, solitaire et grognon, mais il avait une réelle affection pour sa sœur et jamais il ne pourrait s'énerver ni rester fâché avec elle longtemps, il se sentirait beaucoup trop mal sinon.

-Pourtant il est plutôt mignon. Remarqua la jeune fille.

-Hum... Fit Heero en buvant pensivement son chocolat chaud tout en admirant les montagnes qui s'étendaient à perte de vue devant lui.

-C'est vraiment magnifique n'est-ce pas ? Questionna la Japonaise.

Le japonais se contenta de hocher la tête et de terminer son chocolat chaud.

-Tu as fini ? Demanda-t-il.

-Oui ! Il faut juste que j'aille aux toilettes. Je reviens. S'exclama la jeune fille avant de se diriger vers les toilettes.

20 minutes plus tard, ils étaient en haut de la piste qu'avait repéré la jeune femme plus tôt et il ne savait pas pourquoi, mais Heero avait un véritable mauvais pressentiment quant à cette décente qu'il qualifiait de trop dangereuse.

-Bah alors Oni Chan, on a la trouille ? Se moqua tendrement Kari. Ne t'inquiète pas, ce n'est qu'une piste bleue ! Tu n'as qu'à me suivre !

Le japonais n'eut même pas le temps de répondre quoique ce soit que Kari s'était lancée sur la piste et la descendait avec grâce et dextérité. Heero serra les dents et amorça une descente, les mains crispées sur ses bâtons.

« Mon Dieu que je n'aime pas skier... » Pensa-t-il avec appréhension tandis qu'il descendait les ski en canard.

Le jeune homme avait beau plutôt sportif, il avait un sens de l'équilibre plutôt précaire donc pour lui ce genre de sports était plus ou moins proscrits. Ce n'était pas qu'il ne savait pas skier, au contraire. Ils venaient régulièrement avec leurs parents dans cette station quand ils étaient petits. Ils avaient tous les deux leur étoile d'or, mais ils n'étaient pas retournés à la montagne depuis la mort de leurs parents. Peut-être était-ce son inconscient qui le torturait ? Pfff, mais non c'était franchement n'importe quoi. Toujours était-il que Kari était tout de même plus douée et agile que lui sur une piste de ski.

Tout ce passait à peu près bien jusqu'à ce qu'il soit déconcentré par la voix de sa sœur qui l'encourageait. Et là, ce fût le drame... Le pauvre japonais perdit le contrôle de ses ski et descendit la piste à vitesse grand V, passant devant une Kari horrifiée.

-AHHHH TASUKETE ! (3) COMMENT TU ARRETES SES MACHINS ! Ne put-il s'empêcher de crier totalement paniqué.

Le jeune japonais, ne sachant absolument pas quoi faire et sourd aux conseils que sa sœur lui hurlait tout en tentant de le suivre. Il fit alors la grosse erreur de fermer les yeux et il entra en pleine collision avec un surfer qui n'avait pas fait attention. Ils se retrouvèrent ainsi tous les deux, quasiment imbriqués l'un dans l'autre, se retrouvant dans une position plus bizarre que réellement génante. Le jeune japonais grogna et tenta de se relever mais perdit l'équilibre et tomba sur un regard qui lui coupa le souple. Deux lagons bleus, mais entièrement différents des siens. Deux magnifiques pierres précieuses avec des paillettes à la nuances améthyste.

« Kami Sama... (4) Ce mec est un vrai canon » Ne put s'empêcher de penser Heero tandis qu'il n'arrivait pas à détacher son regard de ces deux orbes réellement splendides.

-Euh... Sorry... Est-ce que ça va ? Demanda le dit canon d'une voix ultra sensuelle et grave comme il fallait aux oreilles de Heero.

Le japonais sembla se réveiller de sa torpeur et se mit à rougir furieusement tout en trouvant miraculeusement la force de se relever sans avoir à se rétamer et d'avoir à se rendre ridicule encore une fois. Il baissa les yeux une fois sur ses jambes et s'excusa platement.

-Oh ce n'est pas grave ! Plus de peur que de mal ! S'exclama l'inconnu avec gentillesse. Et toi tu n'as rien ?

-Euh...n-non..Tout va bien. « Il est canon mais il se permet de me tutoyer, et puis son accent, il doit être américain ou quelque chose dans le genre » Se dit le japonais, fier de son sens de déduction qui ne le trompait jamais, ou presque.

Le jeune garçon allait continuer quand il se fit interrompre par le cri paniqué de Kari se fit entendre. La jeune femme avait dévalé la pente sur ses skis et se retrouvait maintenant devant les deux garçons. Elle enleva ses gants puis déchaussa ses skis avant d'inspecter Heero sous toutes les coutures.

-Mon Dieu Heero tu vas bien ? S'exclama-t-elle. Tu aurais dû te voir foncer sur la piste ! J'ai bien cru que tu allais créer un accident ou quelque chose de ce genre ! Mais qu'est-ce qui t'as pris enfin ! Tu te débrouillais bien pourtant ! S'énerva la jeune femme, sous le regard médusé de l'inconnu.

-Ca va arrête je n'ai rien ! S'énerva Heero, gêné d'être sermonné de la sorte devant quelqu'un d'autre.

La jeune femme lui lança un drôle de regard avant de se tourner vers l'inconnu et de s'incliner devant lui.

-Je suis vraiment désolé de l'inaptitude de mon frère.

-Hey ! S'exclama Heero, bien évidemment ignoré par sa sœur.

-Vous n'avez absolument pas à vous excuser ! Répondit le jeune garçon en relevant les mains en signe de paix, avec un sourire gêné. J'aurais dû faire attention où j'allais. Et ne vous inquiétez pas je n'ai rien !

La japonaise se releva et lui adressa alors un splendide sourire avant de lui tendre la main.

-Je m'appelle Kari. Kari Yuy. Enchantée de vous rencontrer.

-Hum, arrête moi si je me trompe, mais je pense que nous avons sensiblement le même âge. Il est donc inutile d'être aussi formel. On peut se tutoyer. Moi c'est Duo. Duo Maxwell. Egalement ravi. Fit-il avec un sourire adorable en serrant la main de Kari dans la sienne.

-Maxwell ? Tu es américain ?

-Ouaip comment t'as deviné ? Ca ne se voit pas sur ma tronche pourtant !

-Non, ton accent par contre se reconnaît bien. Sourit-elle.

Et ils étaient partis dans une grande conversation, sous les yeux interloqués du japonais. Il était vrai que Kari, contrairement à lui, se liait plutôt facilement, mais il était tout de même surpris. Il avait l'impression d'assister à une réunion de deux vieux amis qui se connaissaient depuis toujours mais qui ne s'étaient pas vu depuis des mois.

« Ouah, il est canon mais quel moulin à paroles » Se dit le japonais tout en profitant pour l'admirer plus longuement.

Le jeune homme devait en effet avoir le même âge qu'eux. Il devinait un corps svelte mais certainement musclé et finement siselé sous sa combinaison de ski noir. Sa peau blanche, voire diaphane pouvait rivaliser avec les plus beaux paysages enneigés qu'il admirait encore ce matin. Il avait des traits fins quoique sur la fin de l'adolescence, des joues rebondies donnait la forme d'un cœur à son visage, une chevelure couleur caramel qui lui descendait dans le dos en une natte parfaitement coiffée et un sourire tellement doux.

« Mon Dieu ses lèvres... Arrête calme toi Heero ».

-MAXWELL !

Les frères et sœurs Yuy sursautèrent et se tournèrent d'une traite pour tomber devant un jeune homme qui devait avoir l'âge de Duo à quelques mois près. Il avait de magnifiques yeux en amandes aussi noirs que la plus profondes des onyx. Une peau tanée par le soleil, des trais durs et un air sévère. De fins cheveux noirs rattaché en une petite queue de cheval. Le jeune inconnu était vêtu d'une combinaison de ski blanche, et avait des lunettes autour de son cou.

« Et ben la vache, moi qui pensait qu'il n'y avait rien à mater » Pensa Heero. Il jeta un coup d'oeil à sa sœur qui fixait l'inconnu avec un air qu'il ne lui connaissait que trop bien : la convoitise.

-Oh Wuffy ! S'exclama Duo en se jetant pratiquement sur le jeune homme qui rougit aussitôt à la proximité de l'américain.

-Combien de fois devrais-je te dire que je m'appelle Wufei. WU-FEI. Bon sang Maxwell mais t'as quel âge ?! S'énerva le dit Wufei.

Tandis que l'américain s'excusait platement, Wufei tourna la tête vers les deux autres et il crut sombrer dans un lac bleu magnifique et profond. Bien qu'il ne le montra pas, il ne put s'empêcher de dévisager cette splendide jeune fille qui se trouvait devant lui. Un visage fin, de grands yeux bleus, des lèvres roses et des cheveux si longs, presque aussi longs que ceux de Duo. Son cœur qu'il croyait de pierre depuis sa rupture avec Meiran se mit à battre la chamade et pour éviter de montrer son trouble, il se pencha devant les deux jeunes inconnus.

-Excusez la maladresse de mon cousin. J'espère qu'il ne vous a pas importuné. Dit-il d'un ton solennel tout en ignorant les protestations de l'américain.

-Euh... Au cas où vous vous adresseriez à moi. Répondit Kari. Je n'ai rien, c'est juste mon frère qui a perdu le contrôle de ses skis et qui a foncé dans Duo.

-Hum, Maxwell devait encore une fois être dans la lune. Répondit Wufei en relevant la tête et en plantant de nouveau son regard dans celui de Kari.

« Oh là là, mais il est vraiment trop beau ce mec! » Pensa Kari en son fort intérieur.

-Enchanté, je m'appelle Chang. Wufei Chang. Et je suis le cousin de cet abruti de Duo Maxwell.

Ignorant elle aussi les protestations de l'américain, la jeune femme s'inclina devant Wufei en se présentant à son tour.

-Enchanté également. Je m'appelle Kari Yuy.

-Et moi c'est Heero Yuy. Je suis son frère.

« Ahah ma chère Kari, sans le savoir tu gagnes des points auprès de Wufei. Il est très attaché à la tradition » Se dit Duo en souriant.

-Excuse-moi... Euh pardon Excusez-moi... Fit Kari, s'interrompant devant son erreur. Elle baissa les yeux en rougissant légèrement, ce qui fondre totalement l'homme aux yeux noirs en face d'elle.

-Je pense qu'on peut se tutoyer. Ca ferait trop bizarre que tu tutoies Maxwell et que tu me vouvoies non ?

Kari le remercia et lui adressa un sourire resplendissant.

-Excuse moi, mais tu n'as pas l'air d'avoir une goutte de sang américain en toi, je me trompe ? Chang ça sonne plutôt chinois comme nom.

-Tu as tout à fait raison. En fait ma mère est chinoise, mais ma tante, la mère de Maxwell donc, est américaine.

-Oh je vois. La jeune femme ne fit aucun commentaire sur le fait que le chinois n'avait pas mentionné le père de l'américain, ni son propre père.

Ils se regardèrent ensuite pendant quelques secondes jusqu'à ce que Kari propose finalement d'aller prendre un verre dans le chalet des deux japonais, ce que l'américain accepta volontiers, n'ayant pas eu trop de mal à convaincre le chinois qui avait l'air totalement charmé par la jeune femme.

-Génial ! J'ai un thé Woolong, il est délicieux ! S'exclama-t-elle à l'adresse de Wufei. Tu m'en diras des nouvelles !

-Du thé Woolong ?

-Oui. C'est un thé chinois. Je l'adore ! Ah mais... Pardon, tu n'aimes peut-être pas ?

La jeune femme se sentit alors stupide. Quel cliché ridicule. Ce n'était pas parce que Wufei était chinois qu'il aimait forcément les boissons typiquement chinoises. Elle était bien japonaise et elle n'appréciait pas particulièrement le sake.

-Sumimasen. (5) Enchaina-t-elle dans sa langue natale, signe qu'elle était réellement gênée. On a du coca aussi hein.

-Ne t'inquiètes pas. J'adore le Thé Woolong. Je suis juste surpris que tu en aies ici, alors que tu nous sommes en France.

-Je suis passionnée par la culture chinoise Répondit-elle simplement. Hey mais au fait, tu as compris ce que j'ai dit quand j'ai parlé japonais ? Demanda-t-elle surprise.

-Tu n'es pas la seule à être passionné par une autre culture que la tienne. Se contenta de dire Wufei avec un micro sourire.

La scène plus ou moins surréaliste se jouait devant les yeux médusés de l'américain, laissé en arrière en compagnie du japonais.

-Quelque chose te tracasse Duo San ? Demanda Heero.

-Du...San ? Oh non Heero tu n'as pas besoin d'être aussi formel avec moi ! Duo tout court c'est très bien. Mais je me demandais... Ta sœur elle aime vraiment la culture chinoise ?

-Oui, pourquoi ? Elle entre même en licence de chinois l'année prochaine quand on sera à la Fac.

-Non parce que d'après ce que je vois Wufei lui a tapé dans l'oeil. Mine de rien mon cousin a beaucoup de succés et j'ai vu tellement de filles faisant semblant d'apprécier sa culture pour entrer dans ses bonnes graces.

-Et bien il le verra par lui même, mais ma sœur est hyper calée.

-Je vois, ben c'est cool car je connais mon cousin et je peux te dire que c'est clairement réciproque. Il est complètement mordu de ta sœur.

« Qu'est-ce qu'il raconte celui-là ? Ils se connaissent seulement depuis 15 minutes ».

-Je vois t'es un grand romantique toi. Ironisa l'américain. Le coup de foudre tu connais ?

« K'so... J'ai parlé tout haut sans m'en rendre compte ». Pensa Heero en rougissant, attirant alors un grand éclat de rire de la part du jeune homme au visage d'ange.

Ils marchèrent encore une bonne dizaine de minutes avant de se retrouver devant la porte du chalet que partageaient les deux japonais. Kari les invita à entrer et Heero ferma la marche. Ils déposèrent leurs après ski dans le meuble prévus à cet effet et Heero alla rapidement dans sa chambre pour enlever sa tenue de ski rendue humide par la neige qu'elle avait amassée quand il était tombé dans la neige. Kari quant à elle, déposa les combinaison de ski des deux autres jeunes hommes ainsi que la sienne convenablement sur les chaise de la cuisine américaine.

-Faîtes comme chez vous. Les invita-t-elle avec son sourire habituel.

-Ouaouh c'est vraiment sympa ici ! S'exclama Duo, admiratif devant la décoration du chalet, sobre mais réellement accueillante.

-Hn... Merci... Fit Heero qui était revenu dans le salon, vêtu d'un pantalon noir chaud et d'un pull à col roulé blanc.

Il se baissa pour allumer le feu dans la cheminée, ne remarquant alors pas les yeux de l'américain qui le regardaient avec convoitise.

-Au fait où est Kari ? Demanda le japonais alors qu'il prenait place sur un fauteuil près de l'âtre.

-Je crois qu'elle est allée préparer le thé. Répondit Wufei.

-Tssss et je parie qu'elle ne t'a même pas demandé ce que tu voulais Duo.

-Espèce de mauvaise langue ! S'écria Kari de la cuisine. Il veut un chocolat chaud !

Duo regarda Heero en souriant légèrement géné. Le jeune japonais, embarrassé de s'être fait rabroué de cette manière par sa sœur devant les deux autres, rougit et baissa la tête. L'américain ne put s'empêcher de le trouver réellement mignon.

Il se passé peut-être une petite dizaine de minutes et la jeune japonaise revint chargée d'un plateau avec 2 tasses vides, 2 tasses fumantes sentant bon le chocolat chaud, une théière et une assiette de petits gâteaux à la canelle. Le chinois se leva aussitôt et se proposa de l'aider à disposer les boissons sur la table basse. La jeune fille le remercia d'une voix douce et alla s'installer sur l'autre fauteuil libre en face du canapé.

-On se disait avec Wuffy que ce chalet était franchement sympa ! Fit Duo. Vous y venez souvent ?

-On y allait souvent quand on était petits avec nos parents. Mais c'est la première fois qu'on y retourne depuis leur mort. Répondit le japonais en attrapant un gâteau.

Duo le regarda horrifié et se confondit en excuses.

-De quoi tu t'excuses ? Tu ne pouvais pas savoir. Répondit simplement le japonais.

-Mais... Euh quel âge avez-vous ? Demanda Duo.

-Maxwell ! S'énerva le chinois. Ce n'est pas poli de demander son âge à quelqu'un !

-Ce n'est pas grave Duo. Fit Kari qui trouvait tout de même que Wufei était peut-être un petit trop rigide. Je viens d'avoir 18 ans et Heero 19 ans, bientôt 20. Nos parents sont morts l'année dernière et on va dire que dans notre malheur nous avons eu la chance de ne pas être séparés car Heero était déjà majeur quand c'est arrivé, ça a donc été mon tuteur légal durant les derniers mois de ma majorité.

-Oh...

Il y eut de nouveau un silence gêné qu'Heero se dépêcha d'interrompre en entamant la conversation sur un autre sujet.

-Et vous qu'est-ce que vous faîtes dans la vie ? Demanda alors le Japonais en prenant une gorgée de son chocolat chaud.

-Ben moi je vis en Amérique comme l'a très justement fait remarqué Kari. J'ai 18 ans comme toi Kari. Je suis à un lycée de New York et l'année prochaine, je compte rentrer à l'université pour entamer des études de journalisme. Oh et j'adore les jeux vidéos ! J'aurais adoré pouvoir créer mon propre jeu vidéo mais je suis une vraie quiche en informatique. Avoua Duo penaud.

-Oh ça tombe bien Heero adore ça vrai geek. Tu peux lui demander tout ce que tu veux en ce qui concerne les ordinateurs, c'est un vrai crack. Et puis pour des beaux yeux comme les tiens, crois moi il ferait bien plus. Sourit-elle alors que le japonais lui lançait un regard de tueur.

-Bah dis donc, t'es du genre directe toi. Répondit Wufei d'un ton légèrement sec.

La jeune femme plongea son regard bleu dans le noir des yeux du chinois, pas du tout impressionnée par son ton cinglant.

-Oui et en général ça plait. Et toi Wufei que fais-tu dans la vie ?

-J'ai 19 ans. J'ai vécu mon enfance en Chine mais lorsque mon père est mort, ma mère m'a envoyé auprès de la mère de Maxwell, donc ma tante depuis que j'ai 11 ans. Je suis au même lycée que mon cousin et j'étudie la littérature anglaise et chinoise. J'aimerais faire des études dans ce domaine avec pour but de devenir libraire. Le rêve pour moi serait d'avoir ma propre boutique de littérature avec un rayon entièrement consacré à des livres anciens.

-Oh ça a l'air vraiment très intéressant. Sourit Kari.

Le jeune chinois la dévisagea de nouveau, étonné par sa réaction. Il s'attendait plutôt à ce que, comme tout le monde quand il leur répondait de manière froide, voire agressive, elle se vexe ou qu'elle s'excuse. Elle lui plaisait vraiment.

-Et toi que fais-tu dans la vie ? Demanda le chinois.

-J'ai donc 18 ans comme je le disais toute à l'heure. Nous vivons à Tokyo Heero et moi. Je suis en dernière année au lycée de Tokyo, le lycée Hanari.

-Le lycée du Pr. Miyazaki ?

-Oui. Tu connais ? S'étonna-t-elle.

-Bien évidemment ! On parle bien du réalisateur des studios Ghibli ? Demanda-t-il.

-Exactement. C'est mon professeur d'histoire et j'ai réussi à passer les examens d'entrée pour aller dans l'Université où il enseigne la civilisation japonaise.

La jeune femme n'était pas du genre à se vanter mais n'hésitait pas à le montrer quand elle était fière de quelque chose ou de quelqu'un. Que ce soit de ses amis et sa famille ou de ce qu'ils pouvaient accomplir, ou que ce soit d'elle-même ainsi que de ses propres exploits.

-Et c'est elle qui a les meilleures notes dans son cours. Fit Heero. Sans parler qu'elle a réussi ses examens haut la main avec 99 % de réussite.

-Oni Chan... Murmura la jeune fille rougissante tout en baissant la tête.

-Ouah, je suis réellement admiratif. Affirma Wufei. J'adore tous ses films.

-Dieu merci, enfin quelqu'un qui aime ce genre de films. Soupira Duo. Comme ça Wuffy arrêtera de me souler avec ça !

-Maxwell... Grogna Wufei. Arrête ça tout de suite.

-Tu n'as pas à avoir honte Wufei. Fit Kari. Et puis il faut de tout pour faire un monde n'est-ce pas ?

-Tu as raison. Fit Wufei en souriant tendrement, un sourire que Duo remarqua forcément.

L'américain glissa discrètement sa main dans le dos du chinois pour lui administrer une tape amicale. Son cousin était quelqu'un de fermé voire très secret et il était content de le voir s'ouvrir au contact de personnes qui lui étaient totalement étrangères.

Le chinois avait toujours été solitaire, mais il l'était devenu encore plus quand son père avait été emporté par le cancer. Etait-ce pour cela que Wufei tentait de vivre le plus sobrement possible, sans commettre un seul excès ? Duo ne le savait pas. Toujours était-il que le chinois s'était interdit la moindre émotion qui pourrait montrer sa faiblesse et son mal-être dûs à la perte de son père, la seule image masculine qu'il avait connu et énormément respecté jusque là.

Wufei avait voulu quitter la Chine, car le pays lui rappelait trop de souvenirs douloureux, et malgré le fait que cela brisait le cœur de sa mère, elle avait accepté et l'avait envoyé en Amérique chez sa tante Hélène et son cousin Duo. L'américain avait d'abord cru qu'ils ne s'entendraient jamais, ce fût d'ailleurs le cas jusqu'à leurs 15 ans environ. Ce fût l'époque où Wufei rencontra une jeune fille du nom de Meiran. Duo ne sût jamais comment elle avait réussi à briser le mur de glace autour de son cousin mais il se souvint exactement du jour où elle lui brisa le cœur également. Il l'avait surpris dans sa chambre en train de pleurer à chaudes larmes. Duo, d'un naturel gentil, s'était approché et Wufei contre toute attente s'était blotti dans ses bras et lui avait tout raconté.

Depuis, Wufei était toujours aussi distant, froid et solitaire, sauf avec Duo. Ils demeuraient inséparables et malgré leurs chamailleries incessantes, il était très rare de voir le Chinois sans l'Américain.

Le jeune américain se félicitait d'avoir une intuition qui ne le trompait jamais et dès qu'il avait rencontré les beaux yeux de la jeune fille, il avait senti que Wufei craquerait facilement pour elle et il ne serait pas étonné que le Chinois lui avoue rapidement qu'il était tombé éperdument amoureux de la jeune japonaise.

-Au fait Kari, ton thé est réellement délicieux. Fit Wufei.

Quelques heures étaient déjà passées et le jour finit par sérieusement baisser, surprenant ainsi les 4 occupants du salon du petit chalet. Wufei, se rendant compte de l'heure, se releva si brusquement qu'il ressemblait à un clown sortant de sa boite à ressort.

-Wǒ de tiān a (Mon dieu en chinois) ! Kari je suis désolé on a beaucoup trop abusé de votre temps !

-Dis moi Wufei. Je peux te poser une question ? Demanda-t-elle en se levant de son fauteuil. Tu es toujours aussi poli ?

-Kuānshù? (Pardon?) Demanda-t-il interloqué.

-Oh et tu utilises toujours ta langue maternelle quand tu es gêné aussi ? C'est trop mignon ! Fit-elle en baissant la tête sur le côté.

-Kari, tu le gènes là. Répondit Heero, comme pour aller à la rescousse du chinois.

-Tu n'as pas à te sentir gêné. Déclara la japonaise à l'adresse de Wufei et Duo. On a beaucoup aimé être en votre compagnie. N'est-ce pas Heero ?

-Croyez moi, si vous dérangiez, l'énergumène que vous avez à côté de moi n'aurait pas hésité à vous le faire sentir. Fit le japonais d'un ton moqueur.

-HEY !

Duo éclata de rire avant de prendre les tasses pour aller les ramener dans la cuisine. Il fut suivi de Heero tandis que Kari restait dans le salon avec Wufei pour lui montrer les dernières notes de cours du Pr. Myazaki qu'elle avait emportées avec elle.

-Merci Duo. Tu es aussi poli que ton cousin. Fit Heero alors qu'il mettait les tasses dans le lave vaisselle.

-Tu crois toi aussi que c'est une tare d'être bien élevé ? Demanda Duo.

-Nani ? Bien-sûr que non ! Ni Kari ni moi ne pensons cela. C'est juste que nous ne sommes pas aussi à cheval sur la politesse. Bien-sûr nous sommes pour le respect mais nous n'allions pas nous offusquer si toi ou Wufei ne s'était pas proposé pour débarrasser. Vous êtes nos invités, ce n'est pas à vous de faire la vaisselle.

-Je te taquine Heero. Dis donc, tu as parlé plus en 2 minutes que durant les quelques heures où nous étions ici.

Heero baissa la tête, rouge de honte.

-Il ne faut pas te sentir gêné. C'est juste que tu …

-Oui, je ne parle pas énormément. Complèta le japonais.

-Sauf si c'est pour défendre ceux auxquels tu tiens. Mais je t'assure que je ne voulais m'en prendre ni à toi ni à ta sœur.

-Je sais.

L'américain lui adressa un sourire qui retourna les tripes du japonais, peu habitué à ce genre de sensations depuis longtemps, depuis... Non il ne voulait plus y penser.

Ils retournèrent ensuite dans le salon où Wufei dévorait les notes de Kari tandis qu'elle ressortait les manteaux chauds des deux invités du placard pour les installer sur les chaises à côté des combinaisons de ski.

-Et bien, merci beaucoup tous les deux c'était super sympa ! Les remercia l'Américain avant de se revétir de sa combinaison noire.

-Ca nous a fait plaisir également. Répondit Kari en souriant à Duo. Au fait, on ne vous a même pas demandé, vous restez combien de temps ?

-Encore 15 jours. Répondit Wufei alors qu'il venait de terminer les notes de la japonaise.

-Oh mais c'est génial ! On peut se retrouver demain pour aller skier ensemble si vous voulez ! Enfin, si vous n'aviez pas d'autres projets. Se calma-t-elle, pestant contre son enthousiasme qui était encore sorti trop naturellement.

-Ce serait avec plaisir. Répondit Duo. Qu'est-ce que t'en dis Wuffy ?

-J'en dis que ce serait même avec grand plaisir. Renchérit Wufei.

-Génial, alors 10h ici ? Ou peut-être qu'on peut se retrouver sur les pistes ? Proposa Heero.

-Non, chez vous ce sera parfait. C'est plus proche des pistes. Fit Duo.

Les deux invités se rhabillèrent complètement avant de remercier leurs hôtes et de sortir du chalet non sans que Duo ne soit f ait tirer les oreilles par un Wufei rouge de honte face à une remarque qu'il qualifiait de fortement lourde et indiscrète sur la jeune femme qui la laissa complètement indifférente, mais totalement charmée par la timidité du chinois.

-A demain Hee-Chan ! S'exclama Duo avec enthousiasme avant de fermer la porte derrière lui.

« Hee Chan »

-Pfiuu et ben dis donc c'est un sacré numéro ce Duo Maxwell. Murmura Heero.

-A qui le dis tu ? Fit Kari qui l'avait entendu. Et je crois que tu lui plais bien.

-Arrêtes de raconter n'importe quoi Inouto. Répondit le japonais en détournant le regard.

-Moi j'aimerais bien plaire à Wufei comme toi tu plais à Duo tu vois. Rétorqua Kari.

« Oh c'est le cas Imouto. Crois moi c'est le cas ».

TBC

(1) Grand frère en japonais

(2) Petite soeur en japonais.

(3) Au secours en japonais

(4) Mon Dieu en japonais

(5) Excuse moi en japonais

Donc voici le premier chapitre. J'espère qu'il vous plaira. J'adore lire du angst et en écrire également mais de temps en temps j'aime aussi le non prise de tête, ce qui sera le cas dans cette histoire. Ce chapitre était plus axé sur Wufei et Kari mais ne vous en faîtes pas Dudulle et He eChan vont rapidement arriver en force

Je pense la publier au rythme d'un chapitre par semaine.

Voilà voilà, j'espère que vous allez tous bien et laissez moi votre avis en commentaire please, ça fait toujours plaisir et ça aide à s'améliorer.

Bisous !

JongInWan