I'm back in black ! x) ENFIN j'ai pu me connecter avec un ordinateur ! Mon PC s'est cassé et avec ça je n'ai plus accès aux OS que j'avais écrit pour ce recueil, donc tant qu'il ne sera pas réparé (et ce, pour une durée indéterminée), je dois en écrire d'autres pour compenser, ce qui explique le hiatus (et aussi par le fait que je suis retournée en prépa donc temps libre limité enfin bref).

Couple : Mercykill, chanson : White lie (The Lumineers)

Bonne lecture !


As a kid, my hands were red

When you asked me I denied it

I've told lies that never came true

And I have stolen and so have you

Si Gabriel n'avait pas ouvert la porte à ce moment-là, s'il avait attendu quelques secondes de plus, il n'aurait rien vu.

Mais il était épuisé. Drainé d'énergie au point qu'il oublie que cette chambre n'était pas la sienne. Il voulait simplement prendre une douche réparatrice pour ensuite s'effondrer sur le lit, si possible aux côtés de son docteur préféré.

Souhait impossible, puisqu'il surprit Angela dans la salle de bain. Bien sûr, il l'avait dérangée dans son intimité, ce qui était gênant pour chacun d'entre eux. Mais il avait eu le temps de percevoir, avant qu'elle ne se couvre précipitamment d'une serviette, les longues marques roses qui lui striaient les jambes, les cratères blancs qui marquaient son torse et son dos.

Il avait aperçu son inconfort et l'éclat de honte dans ses yeux, et était sorti presque immédiatement. Il avait attendu avec une pointe d'anxiété qu'elle fasse de même, alors qu'il s'était assis sur le canapé, le dos voûté et les bras appuyés sur ses cuisses.

Il savait qu'il avait vu ce qu'il ne devait pas voir. Il l'avait compris au regard d'Angela, et en réfléchissant à ce que sa découverte impliquait.

Il n'aurait jamais pensé que son ange puisse avoir des traces, des souvenirs de la bataille. Pour lui, il était fréquent qu'on le dévisage, que les yeux de l'autre s'attarde sur les stries sur sa figure. Il vivait dans la violence, il était fait pour la parsemer, et en échange elle rappelait son rôle via ces traces. Il jouait le bad guy, le soldat de l'ombre, et il était cantonné à cela, qu'il le veuille ou non.

Mais Angela ? Elle était un rayon de soleil, une figure importante de la propagande d'Overwatch. Elle était toujours prête à risquer sa sûreté pour soigner ceux tombés sur le champ de bataille. Si elle pouvait se guérir elle-même ? Sûrement, mais apparemment sa technologie ne pouvait pas tout faire disparaître. L'ange guérisseur devenait une cible immédiate dans l'action, et les cicatrices en témoignaient, tout comme elles témoignaient de l'échec de Gabriel, échec dans la protection de son amante. Mais surtout, elles prouvaient que l'ange était blessé, que l'ange était humain. Or, pour ne pas ternir l'image parfaite de l'organisation ‒ cela fit rire amèrement Gabriel ‒ Angela se devait d'être intouchable.

Raison pour laquelle, Gabriel s'en rendit compte, le Dr. Ziegler ne portait jamais de décolleté, ou de jupes courtes, ou de pantacourts. D'ailleurs, la plupart du temps, elle était en blouse. Cela devait être douloureux pour Angela, que de porter la preuve qu'elle avait côtoyé cette violence militaire qu'elle abhorrait tant, qui avait été le principal motif de son refus, au départ, de rejoindre l'organisation. Et finalement, elle n'y avait pas échappé, malgré son rôle de médecin.

La guerre n'épargne pas les médecins, elle n'épargne personne.

Et lui avait volé un des secrets de l'ange, détenait une preuve de sa faiblesse.

If we can make it through another day

With you believing in my innocence

And we can make it through another year

'Cause we both need it to forget this fear

Leurs regards se croisèrent lorsqu'elle émergea enfin de la salle de bain, rhabillée.

- Angela…

- Reyes, le coupa t-elle, je ne t'en veux pas pour tout à l'heure.

Il en doutait, puisqu'elle utilisait son nom de famille et évitait de croiser ses yeux. Il ne dirait rien de ce qu'il avait vu, et il savait qu'elle le savait. Ce n'était pas ça qui inquiétait le docteur.

Elle vit Gabriel se lever, mais il ne se dirigea pas vers elle. Elle se sentit confuse, puis atrocement gênée quand il commença à enlever ses vêtements. Elle plaqua ses mains sur son visage et resta dans cette position, incapable de bouger, jusqu'à ce que la voix de ténor lui rappelle la présence de l'autre.

- Angela.

Elle se tint immobile, refusant de faire un geste.

- Angela. Je t'ai vue. C'est à toi de me voir maintenant.

Elle ne comprit pas ce qu'il entendait par là, mais obéit avec réticence.

Lui se tenait debout, presque nu. Ses yeux étaient baissés vers le sol, comme un enfant pris en faute. Malgré la pénombre, elle distinguait sa barbe, ses cheveux en désordre, ainsi que les muscles qui lui donnaient cette stature imposante, lesquels étaient labourés par des cicatrices plus ou moins imposantes.

- Je sais, souffla t-il au bout d'un moment, que ce n'est pas la même chose. Que contrairement à toi, chacun se doute de ce qu'il y a sous le tissu.

- Mais est-ce que quelqu'un t'a déjà vu… comme ça ?

Il secoua la tête.

Il n'exhibait pas ses "souvenirs" de guerre. Il n'en voyait pas l'intérêt. Et il n'avait pas envie de s'y attarder. Parce qu'il en avait beaucoup, beaucoup moins que Jack. Et ce fait, cette pensée l'enrageait, car c'était la preuve qu'il avait été écarté, qu'il n'avait pas assez joué "le bon ami" avec les Nations Unies comme l'avait fait l'autre. Mais surtout, les plus graves signifiaient l'échec, les missions ratées, les agents qu'ils n'avaient pas pu sauver. Quelqu'un avec un peu de jugeote, et surtout qui l'avait plusieurs fois reçu sur une table d'opération, comme Angela, pouvait facilement le deviner.

Il lui offrait un secret blanc. Un secret de polichinelle. Elle pouvait en faire ce qu'elle voulait.

If it's all the same to you

Then it's just a little white lie

Then it's all the same to me

And it's just a little white lie

If I was to blame would you?

Would you still believe?

Et le regard de l'ange se fit compréhensif. Pas de pitié, pas de dégoût dans ses yeux, juste des mains qui s'avancèrent pour saisir délicatement le visage de l'homme, caressant doucement les cicatrices, avant de descendre et de s'enrouler autour de son torse, dans une étreinte qui soudait les deux corps marqués. Lui posa avec tendresse une main sur ses cheveux, entremêlant les mèches dorées entre ses doigts.

- Tu arrives à vivre avec ? demanda t-il au bout d'un moment.

- Sous ton regard, oui.

- Pareil ici.

Ils se sourirent, puis il s'avança pour déposer ses lèvres sur son front.

Sous cette enveloppe, ils étaient toujours eux-mêmes. Et une fois de plus, ils venaient de prouver à l'un et à l'autre qu'ils savaient voir au-delà.

Cette apparence était un mensonge blanc qu'ils étaient capables de déceler.

Un mensonge blanc qu'eux seuls connaissaient, et partagaient.

Et cela leur apporta un peu de réconfort.

I don't want you to forget

Just pretend that it never happened

And it's just a little white lie

And it's just a little white lie

If it's all the same to you

Then it's just a little white lie

Then it's all the same to me

And it's just a little white lie

If I was to blame would you?

Would you still believe?


N'oubliez pas, les reviews c'est très important pour la santé, et si vous avez des suggestions de couples, je suis preneuse ! (Si possible qui ne sont pas encore présents dans le fandom français, allez vérifier avant de demander parce qu'il y a de vraies pépites, dont celles d'AngelScythe, il y a beaucoup de choix dans ses recueils ^^)

À bientôt !

Cao