Bonjour/soir à tous. On continue notre petite aventure chez les Stark. Aujourd'hui gros plan sur un Iron Man qui reste lui-même malgré les changements dans sa vie. On retrouve également Little Peter qui va faire son entrée à l'école.

Un gros merci pour vos commentaires toujours aussi enthousiastes (et pour l'accueil de notre Loki chéri). Je vous souhaite une très bonne lecture et à la prochaine !

Merci à ma besta/bêta Melli-Mello, change pas t'es super.


Papa est un héros

Tony Stark s'était toujours senti différent. Déjà de par son éducation, on l'avait élevé dans l'idée qu'il était supérieur intellectuellement et socialement aux autres. Il n'était pas n'importe qui, il était un Stark. Dans une autre vie, on l'aurait paré de peaux de bêtes, d'une couronne sur le crâne, et on l'aurait envoyé chasser les loups géants dans la forêt. Mais dans le monde actuel, on était loin des épées et des dragons. Ici tout n'était qu'invention, technologie et prestance.

Avec le temps et l'expérience, mais surtout avec les rencontres qui marquèrent sa vie, Tony apprit que tout ce que lui avait inculqué son père n'était pas totalement faux. De par son intelligence phénoménale, il était effectivement différent de la plupart des gens. Mais il n'était pas obligé d'être un connard fini pour le prouver au monde entier. Et surtout, il n'était pas seul dans ce cas. Bruce, Loki et mêmes certains employés de son entreprise, des scientifiques devenus ses amis, tous pouvaient tenir une conversation avec lui sans ressortir avec un mal de tête. Mieux ! Ils pouvaient l'élever intellectuellement, lui apporter de nouvelles choses. Des idées, des concepts qui n'avaient jamais effleuré son esprit si bouillant.

Et puis il y avait ses expériences amoureuses. Lucy, la jolie blonde aux grands yeux verts dont il était fou amoureux quand il avait neuf ans. Quand elle avait déménagé pour ses études, il avait eu le cœur brisé de voir la jeune femme partir. Et du haut de ses douze ans il s'était juré de ne plus jamais tomber amoureux. Il avait tenu cette promesse pendant de nombreuses années, et encore aujourd'hui il repensait à cette ancienne voisine, qui lui souriait toujours chaleureusement quand ils se croisaient aux réceptions entre gens de bien, avec tendresse. D'ailleurs il retrouvait un peu de ses traits chez Natasha, peut-être la bouche ? Ensuite, bien des années plus tard, il y avait eu Pepper. Une blonde encore. La jeune femme avait commencé à le changer, lui montrant par A + B qu'on pouvait être un génie et un homme sain avec une vie saine. Son amie et collègue l'avait largué avant de terminer le travail mais les bases étaient là. Et quand elle s'était mariée quelques années plus tard avec un obscur écrivain anglais du nom de Charles Brooker (1), il avait été heureux pour elle. Même si il ne comprenait pas ce qu'elle pouvait trouver à cet écrivaillon venu à New York en vacances et jamais reparti. Sois disant monsieur était un génie visionnaire et que ses livres marqueraient l'histoire. Génie visionnaire, bah voyons ! Lui était un génie visionnaire. Il avait mis au point une énergie nouvelle qui pouvait changer le destin de la planète. Qu'est-ce qu'il avait fait le Brooker ? Quelques livres de science-fiction obscurs, rien d'autre. Lui aussi il pouvait imaginer des choses affreuses avec les réseaux sociaux, il ne fallait pas être un génie pour écrire ce genre d'absurdités. Miroir sombre, quelle idée de titre tiens ! Non il n'était pas de mauvaise foi. Non il n'avait pas promis à Steve de regarder la saison 4 de l'adaptation télé avec lui samedi prochain. Celle dont il avait demandé à Jarvis de fouiller tout le net pour trouver la moindre photo exclusive. Fan lui ? Jamais ! D'ailleurs à chaque nouveau livre envoyé par Brooker, la dédicace indiquait bien « Pour Steve & Tony », c'était son mari le fan, pas lui. Son nom n'apparaissait que par simple courtoisie. Après tout, ils avaient partagé la même femme, ça créait des liens. Steve lui rabâchait les oreilles depuis que la date de la prochaine saison avait été officiellement annoncée. En quelques années, il avait rattrapé tout son retard sur le XXIe siècle. Un vrai boulimique de technologie et de nouveauté. Il était loin le temps où l'équipe pouvait le charrier parce qu'il regardait son téléphone portable comme s'il s'agissait d'une étrange relique extraterrestre, ou parce qu'il n'avait pas les références quand ils blaguaient entre eux. Maintenant c'était lui qui tenait les autres au courant des nouveautés. Culture, technologie, politique, Steve avait toujours un temps d'avance sur les autres Avengers. C'était fascinant.

Steve. Tony avait un lien particulier avec Captain America. Lorsqu'il lui avait révélé, ça avait été un moment particulièrement gênant pour lui et touchant pour son compagnon. Un blond encore. A croire que Tony avait un désir profond pour tout ce qui se rapprochait de près ou non à l'or. Un certain psychanalyste aurait décrété qu'il fantasmait inconsciemment sur l'image idyllique de sa grand-mère maternelle, blonde devant l'éternel. D'autres en concluraient qu'il était tout simplement vénal. Lui, ça lui rappelait juste les heures passées à son bureau, devant la fenêtre de sa chambre à dessiner sans relâche des schémas de tout et n'importe quoi. Il adorait son bureau et cette fenêtre. Lorsque l'été approchait, les rayons du soleil venaient le réchauffer, lui qui avait toujours manqué d'une certaine tendresse. Sa mère, bien qu'aimante, n'était pas très démonstrative. Quant à son père, n'en parlons même pas. Pepper l'avait accueilli dans ses bras, Steve lui refusait de le laisser partir. C'était tout ce qu'il demandait. Le héros national l'avait bousculé, emmerdé, harcelé pour qu'il change. Et finalement ça avait fonctionné. Les romantiques diront que Tony avait changé par amour. Mais lui considérait qu'il avait changé d'abord pour lui. Pour se sentir bien, mieux. Et qu'ensuite, il avait accepté de se regarder en face en ce qui concernait ses sentiments naissants. La vie avec Steve coulait de source et était loin d'être simple en même temps. Quand on s'appelait Iron Man, on avait forcément une vie hors norme. Alors si on associait un autre héros sur la balance, ça donnait une équation assez risquée. Mais tout les deux ça fonctionnait, et c'était tout ce qui comptait. La vie semblait plus simple avec Steve à ses côtés. Plus d'alcool, plus de drogue, plus d'orgie, de réveil ahuri, de trous de mémoire, de fric dépensé n'importe comment. Une maison accueillante, des amis, un fils. Lorsqu'il était aux mains de ses ravisseurs, jamais il n'aurait cru tout cela possible. A l'époque il venait de recevoir sa première baffe en pleine face. Steve lui en avait donné une bonne centaine d'autres au cours de leur vie commune. Et c'était tout simplement parfait.

Pourtant, quand on était Tony Stark, les amis aussi bien que le mari ne vous changeaient pas totalement. Et dans son rôle de papa, Tony restait égal à lui-même. Peter était son digne héritier, alors il ne se privait pas de lui apprendre tout ce qu'il jugeait utile. La physique, la biologie, la technologie, Jarvis, la politique, les coups de pute, les armures… Quand bien même Peter n'avait que cinq ans et ne comprenait pas tout, Tony lui apprenait. Et puis Peter était un élève très attentif, alors c'était un vrai plaisir de lui parler de toutes ses passions. Mine de rien, l'enfant avait visiblement un esprit scientifique. Tony avait vite remarqué que son fils semblait très intéressé par tout ce qui touchait la chimie et les calculs. Bien que le petit n'était pas encore capable de faire des équations à plusieurs chiffres, il était déjà assez débrouillard niveau mathématiques pour la plus grande joie de son père. Ce dernier le collait d'ailleurs dans les pattes de Bruce et Loki quand il devait retourner travailler dans son atelier, avec la musique à fond. Il avait donné aux deux hommes pour mission d'instruire son héritier. Bruce lui avait rappelé que techniquement, son fils n'avait même pas fait son entrée à l'école primaire, mais Loki avait semblé enchanté de parler magie avec son filleul. S'amusant à lui faire voir quelques tours pour le plus grand bonheur du petit, fasciné par les dons de son parrain (officiel à presque 95 %, il gagnait du terrain sur la légitimité juridique d'année en année).

En parlant de rentrée justement. Celle de Peter avait marqué l'Amérique toute entière. Le petit n'était pas allé ni en crèche, ni en maternelle, ses pères jugeant qu'il était tout aussi bien à la Tour pour encore quelques années. Papas poules ? Jamais ! Mais Peter avait grandi et il devait désormais entrer dans le monde à tout juste cinq ans. Steve voulait qu'il soit dans une bonne classe, avec un ou une enseignant(e) attentif/ve. Tony JesuisdevenuplussageetmeilleurmaismavieestenormassifetjesuisIronfuckingMantagueule voulait que son fils intègre l'école la plus prestigieuse (et la plus chère mais chut, on ne parle pas argent entre gens bien éduqués). Du coup Peter avait été rapidement inscrit à la Edith Sharpe School (2), un établissement privé allant de la crèche au collège. Vieille école ouverte par les descendants de la célèbre femme de lettres, l'Edith Sharpe School était reconnue pour son éducation moderne et ouverte et pour ses enseignants surdiplômés. L'école, bien que privée et profitant allégrement des chèques des familles aisées, était également un lieu accessible pour des enfants plus modestes qui, si ils possédaient un don naissant pour n'importe quel domaine, pouvaient obtenir une bourse et intégrer une classe. Le côté clinquant plaisait à Tony et le côté humaniste plaisait à Steve. Le lieu idéal pour leur petit prince.

Lorsque le couple phare des Etats-Unis avaient adopté un enfant, les médias en avaient fait des gorges chaudes. Et depuis son arrivée à la Tour, le petit Peter était aussi connu que le prince George. Le couple Stark avait un héritier et devenait officiellement la famille Stark. Ne manquait plus que le manteau d'hermine et le trône de fer. Beaucoup de journalistes avaient fait des recherches sur le petit, mais Tony était rapidement intervenu et avait obtenu que ni le visage, ni le dossier de son fils ne soient accessibles. Du coup les américains connaissaient le nom de Peter mais ne savaient pas à quoi il ressemblait. Et ça allait doucement changer au fil des ans, puisque Peter allait côtoyer des camarades de classe. On ne pouvait pas empêcher Peter de grandir, aussi Tony décréta qu'il fallait qu'il fasse une entrée dans le monde digne d'un Stark.

Son plan initial prévoyait un jet mais c'était trop gros, du coup il s'était résigné à un hélicoptère. Mais là encore son cher et tendre lui avait clairement fait comprendre que c'était niet, Iron Man dû donc se résigner à sortir sa chère Acura, son joujou préféré parmi toute sa collection. Quelle tristesse, on ne pouvait même pas en jeter plein la vue en allant à l'école. Quelle honte ! Mais n'était pas Stark qui veut et Tony n'avait pas dit son dernier mot. Son homme ne pourrait pas venir, une réunion importante avec Fury, aussi il ferait à sa sauce. Revêtant son tout dernier costume cousu sur-mesure, mettant ses célèbres lunettes noires sur son nez et paradant avec le tout dernier Stark Phone pas encore sur le marché, Tony tenait sagement un Peter tout timide par la main, le menton relevé avec son air si supérieur qui faisait craquer les femmes et les jeunes scientifiques fans du génie. Lui et son fils avaient traversé la foule de photographes, qui les attendaient au pied de la Tour, avec l'aide des agents de sécurité et montèrent sagement dans sa voiture du luxe. De cette journée, les américains retiendront deux choses. Que Tony Stark était certainement le père le plus classe du monde (même si il avait l'air d'un mafieux avec son costume rayé à l'italienne et son air mauvais quand il fixait les paparazzis) et qu'il galérait comme n'importe quel mortel en voulant attacher correctement la ceinture de sécurité sur le siège enfant de son fils. Surtout quand Peter, oubliant sa timidité, gesticulait de partout, tout excité à l'idée de faire sa rentrée des classes. Lorsqu'ils arrivèrent à l'école, Miss Nelly (future maîtresse de Peter) et les parents d'élèves eurent du mal à garder leur calme. Iron Man juste devant eux ! Et Iron Man junior ! Rapidement cependant, Miss Nelly repris son rôle au sérieux et accueillit le papa poule non assumé avec patience, répondant à toutes ses questions et lui faisant même visiter la salle de classe. Les parents, eux, mirent près d'un mois à se faire à l'idée qu'ils voyaient effectivement le couple de héros le plus huppé du pays venir déposer et chercher leur merveille tous les jours. Quant aux enfants, ils étaient bien incapables de les reconnaître sans leurs tenues de combat. Aussi Peter n'eut pas trop de souci le premier jour. Mardi, deux petits malins le bousculèrent dans la cour de récré. Jeudi, ils lui firent perdre son plateau à la cantine. Vendredi, ils finirent à l'infirmerie avec l'arrière-train légèrement brûlé. Pas de quoi avoir de cicatrices, mais suffisant pour que les petits retiennent la leçon. Le samedi matin, pendant que toute la Tour dormait encore, Peter entra en silence dans le labo de son père et son oncle Bruce pour reposer sagement les quelques ustensiles qu'il avait emprunté la veille.

- On peut savoir ce que tu fais ici à cette heure ?

Oups ! Papa était réveillé ! Enfin, visiblement il n'avait pas dormi. Peter aurait du être plus prudent. Relevant la tête, le petit chercha ses mots, ses mains tenant toujours les preuves. Finalement il haussa les épaules et sourit timidement à son père. Tony Stark soupira et passa une main lasse sur le visage. En tant que père modèle, que devait-il faire ? Steve devait encore dormir dans leur lit comme un bienheureux, et Jarvis était occupé ailleurs à sa demande. Il s'agenouilla près de son fils et jeta un regard à ce qui manquait hier dans son placard.

- Tu…tu vas le dire à Daddy ?

- On sait que c'est toi ?

- Non. La maîtresse a pas cru Martin et Dave, et puis Marie-Jane a dit que j'étais resté tout le temps avec elle.

- Bien joué gamin.


Réponses aux reviews

Miss Homme Enceinte 2 : J'espère que tu as un bon canapé où t'installer parce que mon histoire va avoir pas mal de chapitres ! On est effectivement loin du one-shot ! ;) Je suis comme toi Loki & Thor sont mes petits préférés. Par contre j'ai du mal à imaginer Steve sans Tony, même si on a tendance à échanger de temps en temps avec Bucky (qui est juste adorable).

Julia13verseau : Oups ! Désolée pour le pavé je n'avais pas réalisé sur le document word. J'espère que tes yeux souffrent moins avec ce chapitre.

MlleSRL68 : J'aime ton enthousiasme ! Il y aura sans doute un chapitre spécial Loki/Peter, mais je ne sais pas encore quand il apparaîtra. En tout cas ce ne sont pas les idées qui manquent.