Welcome and bienvenue !

Cette fanfiction a commencé le 10 octobre 2017. Début Novembre j'avais déjà dépassé les 50 000 mots et je me suis rendue compte que je m'étais attaché à mon personnage, à mon univers. Alors j'ai décidé de m'y consacré lors de mon NaNoWrimo. Et le 23 novembre 2017, j'avais fini mon histoire avec grand plaisir.

C'est basé très largement sur le film, mais incorpore des éléments du livre, du jeu en ligne Lord Of The Ring Online et de l'univers de Tolkien en général. C'est un mélange de fanfiction écrit par une jeune ado', tranche de vie et tout ce que j'aimerais pouvoir vivre si un jour j'avais la chance d'arriver dans l'univers.

Je me suis régalée à écrire et beaucoup amusé. Il y a eut beaucoup de retour en arrière pour éditer des scènes qui me semblaient faible, rajouter des choses qui me faisaient rire. Beaucoup de travail de recherche (j'avais JAMAIS lu le livre avant de commencer à écrire), beaucoup de délire et beaucoup de temps passé en général dessus.

J'y ai passé beaucoup de temps et même si je sais que je le sujet a déjà été traité des centaines de fois, j'ai passé trop de temps dessus pour juste le laisser croupir dans un bout de mon google drive.
J'espère sincèrement que ma fanfiction vous plaira à la lecture.

Si jamais certains sont curieux, j'ai fait un article regroupant la couverture en grand (et bonne qualité) ainsi que quelques fanarts que j'ai fait de ma fanfiction ici : http*:/*/*scotis*.*fr/*index*.*php */2018/02/03/par-dela-le-clavier/ (sans tous les astérix)

Je vous laisse découvrir mon histoire.

Gros beusous.

Musique du chapitre (identifiant de vidéo Youtube) : LOTRO Music Bree-Shire-Eriador YoNQiKNqMdU


Chapitre 1
Bienvenue dans la Comté

13 mai


Non, mais je SAIS que je joue trop au Seigneur des anneaux En ligne.

Je sais que j'y ai passé un peu trop de mon temps avec mes deux amies.

Faut dire qu'avec mes deux persos que je monte en parallèle, leurs métiers, mon amour du farming, mon envie de tout faire et tout voir, ainsi que tous les festivals, je manque pas une occasion d'être en ligne le soir (bon, la nuit aussi, parfois, j'avoue).

Mais de là à en rêver trois heures durant ?!

Enfin, c'est un rêve, tout est relatif. Si ça se trouve, ça fait juste deux minutes et je m'en rends pas compte. Mon cerveau essaye vraiment de me faire décrocher ou de me faire comprendre que je souffre peut-être d'une addiction.
Ou alors que je joue pas assez, mais dans ce cas, ça sert à rien : j'y joue déjà trop.

M'enfin, ça n'explique pas vraiment mes p'tits pieds qui sont devenus des gros pieds bien poilus. Je brosse mes jolis poils de la main. Bon, au moins ils sont toujours aussi doux que des poils de chats et ont pas perdu de leur douceur. Même si maintenant ils sont bleus.
Cela fait plusieurs minutes que je vois des hobbits passer et j'ai bien eut le temps de me détailler. Mes cheveux sont toujours aussi longs, là que je suis assise, ils traînent au sol, visiblement toujours aussi aigue-marine puisque mes pointes le sont encore. Mes pieds sont devenus des pieds de hobbits, littéralement. Mon anatomie s'est tassée et arrondie, mes poils se sont déplacés sur mes pieds, je suis toujours aussi rondouillette ceci dit. Bref, on peut dire que je suis un hobbit.

Peut-être que j'aime pas mon physique.
Ou alors c'est encore un message caché chelou.
Est-ce que j'ai encore mon PDF avec la signification des rêves ? Non, parce que ça serait rigolo de constater combien j'vais pas super bien en ce moment. Sois j'me surmène, sois je m'écoute pas assez. Faudra p'tet que je songe à retourner chez le psy. Ou à prendre des vacances.

Je vois passer devant moi Arthur, mais sans peignoir et avec une anatomie un peu différente (genre moins humains, plus hobbit). À moins que ce soit un des acteurs du dernier pub avant la fin du monde (que je n'ai jamais vu en entier, la fin me terrifie de trop).
En vrai, je sais qu'il s'agit de Bilbo Baggins, mais j'suis pas encore très à l'aise avec la notion d'être dans le seigneur des anneaux.

En tout cas, je suis vraiment dans la Comté, dans un village hobbit. Assise dans l'herbe, j'ai en face de moi des fermiers qui viennent déposer des caisses en bois qu'ils transportent avec des charrettes. Caisse en bois qui passe par ce qui doit être des marchands avant de repartir dans d'autres charrettes. Ça ressemble à une place de marché, mais ça ne semble pas être ouvert au tout public. Pas d'étal ou d'étalage de marchandise, juste des échanges rapides de caisses contre de l'argent. C'est une étrange effusion d'activités.
À ma droite, un moulin active sa roue à eau près d'un pont traversant une rivière. Encore plus loin, le village continue. Les hobbits s'amassent par groupe et discute vivement, des enfants courants parmi eux.
À ma gauche, le chemin s'éloigne dans une colline. Je crois apercevoir une forêt au loin, mais je suis pas sûre.
Derrière moi, il y a des greniers à grain. C'est de là que sortent toutes les caisses en bois qui passent devant moi.
Les transporteurs de charrettes me regardent avec des yeux ronds comme des soucoupes avant de détourner vivement les yeux comme s'ils ne m'avaient jamais vu quand je les regarde.

Je suis la seule nana (hobbite ?) avec des cheveux pas châtain ou brun : j'ai les cheveux BLEUS bon sang. Je suis tout à fait remarquable.
Un peu trop, justement.
Je suis un hobbit shiny.

En plus, le fait d'être assise sur un bord de chemin depuis trois heures ne doit pas franchement aider.

Je grogne et remets ma tête entre mes bras, croisés sur mes genoux.

Ou alors mon cerveau m'en veut d'adorer faire des quêtes dans la Comté alors que mes persos sont une elfette et une naine qui ont pas grand chose à y faire. Il voudrait que je crée un troisième personnage qui soit un hobbit.
Pas que j'aime pas les hobbits, mais j'ai pas le temps de créer un troisième personnage, j'ai déjà du mal à me concentrer sur deux.

La Comté c'est genre le paradis : c'est vert, plein d'animaux, il y a une jolie rivière, les ours sont bas level et m'ignorent complètement, il y a plein de champs pour farmer, la musique est sympa, s'y balader c'est cool et reposant.
Y être dans ses rêves, c'est y ajouter la douceur de l'herbe, la chaleur du soleil sur la peau, le chant des oiseaux et les bonnes odeurs de nourritures.
Bon, il serait peut-être temps de me réveiller. Ce rêve est nul, tout bien réfléchit. J'me sens mal à l'aise à force d'être observée. J'ai faim. J'peux pas voler dans les airs ni marcher, en fait, j'ai pas l'air de contrôler grand chose.
En arrivant dans ce rêve, j'ai tenté de faire trois pas et patatras, je me suis étalée de tout mon long sur le chemin. Heureusement, on est dans un rêve, en dehors de ma fierté, rien n'a été blessé. D'habitude, c'est dans mes cauchemars que j'suis aussi désavantagée, mais il y a une raison. Là, rien ne se passe. C'est le calme plat. Je pige pas.

" Est-ce que tout va bien ? "
Je relève la tête. Bilbo est devant moi, il semble respirer vite, mais il me parle. Je dois l'intimider.
" Non ? " Je vais bien physiquement, mais je sais pas vraiment ce que je dois dire : je veux juste me réveiller de ce rêve.
" Vous êtes assises ici depuis un bon moment. Vous êtes-vous foulé la cheville ? "
Je l'observe, il tremble carrément des mains en fait et ses yeux sautent de moi à ses pieds. Je fais si peur que ça ?
" J'arrive pas à marcher. " Je préfère faire confiance à mon rêve, au pire, quoi, j'me réveille ? Ça va aller, autant profiter un peu. Enfin, je pense.

" Je vais aller chercher quelqu'un. Attendez-moi ici, s'il vous plaît. "
Comme si j'allais bouger. Et il file le long du chemin en courant presque en direction de la rivière, puis du village, saluant tous ceux qu'ils croisent. Comment il a fait pour battre Smaug ? Un dragon c'est autrement plus terrifiant qu'une hobbite aux cheveux bleus et incapable de marcher, nope ?
Ou alors j'ai un truc flippant au visage, même si j'ai rien senti en me tripotant, il y a p'tet quelque chose qui m'a échappé.
Ou alors on est avant la quête d'Érebor. Possible aussi. Très probable, même.

" … et cette jeune personne n'arrive pas à se déplacer. " raconte le hobbit à un autre, plus vieux avec une barbe. Je l'envie. Tant qu'à être ici, j'aurais aimé être une naine et avoir une barbe. J'suis sûre qu'elle aurait été douce en plus quand on voit la douceur de mes poils de pieds. Et j'aurais adoré la coiffer ma p'tite barbe.
Le vieux s'accroupit et prend ma tête entre deux mains, en me saluant rapidement d'un " Bonjour, je me présente : je suis Dinodas Took. " Super, le mec me tripote alors que j'le connais ni d'Ève, ni d'Adam. Je me laisse faire tranquillement en suivant les mouvements qu'il me fait faire. Il a l'air de savoir ce qu'il fait, alors si ça lui fait plaisir. Autant voir où me mène le rêve. Ceci dit : c'est trop tangible comme sensation d'avoir ses doigts dans mes cheveux, d'habitude ça fait pas ça, d'habitude dans mes rêves tout est distant, imperceptible. Il marmonne d'autres trucs en me palpant doucement la tête, puis les bras, puis le dos, puis les jambes. Il doit faire un inventaire rapide de mon état. Pendant que moi je réalise qu'il est définitivement trop réaliste comme rêve.

D'abord, c'est trop détaillé. Mes rêves sont toujours flous. Pis, j'ai tous mes sens là, genre le toucher, le goût, l'odorat et tout. Mes rêves sont pas en odorama d'habitude. C'est pas normal.
" Un truc … cloche. " je dis à haute-voix, pour rendre ça plus vrai, en les suppliant du regard qu'ils aient une réponse.
" Oui, en effet. Quelque chose dans tout cela n'est pas logique. " réponds vaguement le vieux en se frottant la barbe, se relevant pour m'observer d'un peu plus loin. Visiblement, il a rien trouvé de plus que moi.
" Et si nous allions prendre le thé pour en discuter plus amplement et discuter à l'abri des curieux ?
- Je propose que l'on aille chez moi. Cela sera plus simple, je suis celui qui habite le plus proche d'ici. "
Je crois que je viens de me faire inviter à prendre un thé chez Bilbo. Genre, j'vais entrer pour la première fois dans un smial en dehors de mon jeu. Dans d'autres circonstances, j'aurais été super heureuse, mais là j'avoue que le sentiment global que j'ai c'est le stress, je sens mon cœur tambouriner comme celui d'un colibri en plein vol. Enfin, je suis contente de savoir que j'vais être dans une pièce et pas dehors sous tous les regards de tout le village qui se demande autant que moi : qu'est-ce qui se passe ?

Je sais pas ce qui est le plus désagréable, que les deux me prennent chacun sous un bras pour m'aider à me relever comme si j'étais impotente (ce que je suis, en fait) ou mon postérieur qui semble engourdi d'être restée assise si longtemps sans bouger.
En tout cas, au premier pas qu'on tente, je trébuche. Et c'est comme ça tout le long du chemin. Je me mords la langue farouchement pour ne pas grogner ou gémir de honte, en me concentrant comme je peux sur mes pieds trop grand. Dire que j'étais persuadée que les grands pieds faisaient qu'on était plus stable (j'avais tort).

Plus vite que prévu, je me retrouve assise sur une chaise. Non, pas de doute : je suis chez Bilbo Baggins.
" C'est super mignon chez vous. " je ne peux m'empêcher de penser à haute-voix en observant tout grand autour de moi. Il n'y a pas de plafonds, tout est rond, les portes aussi, il y a du bois partout, des rideaux mignons à la fenêtre et du papier peint à fleurs aux murs. Je veux garder ça en mémoire pour mon réveil. Je rêve, donc il y aura un réveil, hein ?
J'entends l'eau qui bout dans la cuisine et j'observe le vieux hobbit (Dinoquoi ?) qui m'observe, parfois du coin de l'œil je vois Bilbo qui de la cuisine m'observe en remuant son nez. J'ai toujours trouvé ça très mignon comme tic, mais là j'avoue que je préférerais aller visiter la Comté voir si je retrouve les endroits où je farme avec mon elfe fermière, faire un peu de tourisme quoi. Si j'arrivais à marcher.
Il y a tellement d'endroits que je veux graver dans ma mémoire pour les peindre plus tard.

" Comment t'es-tu retrouvée dans notre village alors que tu n'arrives pas à te déplacer sans aide ? " Le vieux me tutoie et me ramène au présent.
" Je sais pas. " Je hausse les épaules.
" Comment cela, tu ne sais pas ? "
Je fronce les sourcils en me concentrant très fort pour rassembler mes pensées de façon cohérente.
" J'ai fini ma journée de boulot, j'ai mangé en lisant une fanfiction, j'ai joué un peu à mon jeu favori, me suis mise dans mon lit pour regarder Youtube avant d'aller dormir et … tada ? "
Je lève les mains en l'air, telle un magicien ayant fini un tour. Mais mon public n'est pas convaincu. Pas plus que moi à vrai dire. J'ai dû m'endormir devant Youtube, ce qui explique que je suis encore toute habillée et pas nues. Une chance, quand on y pense, débarouler dans la Comté nue ça tient du cauchemar niveau mille. Bilbo me pose une tasse avec sa soucoupe sur la table, ainsi qu'au vieux. Un silence bien pesant s'installe. Personne n'est à l'aise : moi parce que j'sais pas ce que je fais ici, eux parce qu'ils ne savent pas qui je suis et ce que je fais là.

" Puis-je … ? " propose le vieux en approchant les mains de ma personne, de mes poches plus précisément.
" Me fouiller ? " Il acquiesce. J'y ai pas pensé, à vrai dire. Alors je me lève (sans trébucher !) et retourne mes poches, pour l'aider. Même si je suis pas dans un rêve, j'ai pas trop envie de me faire fouiller par un vieux de cinquante balais plus que de raison, déjà tantôt c'était pas super agréable, j'ai pas spécialement envie de réitérer si je peux l'éviter. Je suis donc habillée de ma tenue de travail habituelle : un t-shirt trop grand noir avec un motif quelconque (aujourd'hui j'ai dû en choisir un d'un groupe de metal puisque j'ai le logo de Dio d'inscrit en blanc dessus), une salopette en jean avec une grande poche sur le devant et pleine de taches de peintures et de tâches diverses (du diluant sans doute). Je ne porte pas de bijoux, pas plus que de chaussettes (pourtant, je suis certaine d'avoir mit des chaussettes ce matin) et niveau sous-vêtement, juste une culotte et pas de soutien-gorge (gênant, mais j'comptais pas ressortir). Je continue de me fouiller là où je veux pas qu'il m'approche. Il semble me laisser faire et pour ça je le remercie silencieusement. Je sors le contenu de mes poches sur la table : mon porte-monnaie traînait dans ma poche gauche, des écouteurs dans ma droite, sur ma poche centrale il y a plein de papiers (tickets de caisse et papier de brouillon), mon téléphone et un stylo quatre couleurs. Les deux hobbits inspectent déjà mes affaires, visiblement, ils ont jamais vu de stylos et déjà Bilbo tente de dessiner avec.

Je me rassois aussi doucement que possible (en vérité je tombe dans ma chaise plus qu'autre chose) et tente de rassembler mes pensées en fouillant dans mes papiers. Je suis donc quelque part dans la Comté. Avec des hobbits. Je suis moi-même en hobbit. J'ai encore toutes mes affaires (en dehors de mes chaussettes, détails). Sur mes papiers, il y a ma to-do liste, des crayonnés de dessins et des notes diverses et variés. Rien d'intéressant.
Dans mon porte-monnaie, il y a encore tous mes sous et mes deux pièces commémoratives, ainsi que des timbres et ma pièce d'identité (qui indique clairement que je fais un mètre soixante-dix, j'suis pourtant taille hobbit maintenant). Je prends une gorgée du thé de Bilbo et fronce les sourcils.
" Han, il est super bon comme thé ! Menthe, thé vert et amande ? C'est ça ? "
Bilbo semble ravit, semblant enfin se détendre un peu, délaisse mon stylo et me vante en long et en travers les bienfaits de son mélange maison. S'engage une discussion animée sur le thé pendant que le vieux m'observe. Je le laisse faire, j'suis pas du genre à réussir à faire deux choses en même temps, donc que mon rêve soit monofocus n'est pas vraiment étonnant. Je lui jette de temps à autre des p'tits coups d'œils, mais il a les sourcils froncés et se caresse la barbe d'une main, sans doute en train de réfléchir.

" Tu ne sais vraiment pas d'où tu viens ? Sais-tu où l'on est ? " demande-t-il au bout d'un moment, coupant notre discussion.
" Si, je viens de chez moi. " je réponds rapidement en reposant ma tasse dans sa soucoupe " Après comment je suis arrivée là, aucune idée ... " par magie, je pense " Et on est quelque part près de Hobbiteville, non ? Dans la Comté en tout cas. " Après, je sais pas où est Cul-de-sac plus en détail, j'ai beau adorer mon jeu, je suis pas la meilleure niveau contexte, surtout quand ça concerne les films ou les livres. J'connais globalement l'histoire, mais c'est tout.
Je sais juste qu'à gauche de la map il y a l'Ered Luin, la Montagne Bleue et un coin trop plein d'elfe bas level et à droite, Bree et la boutique de tenues où je vends plein de colorants. C'est une des zones de base du jeu et une zone que je connais bien pour y retourner souvent pour aider à XP les p'tits nouveaux de notre compagnie ou pour juste les aider.
" Nous sommes à Hobbiteville, dans la Comté. " m'explique le vieux hobbit en me prenant la main et en me la tapotant doucement. Cela me met mal à l'aise, mais il ne semble pas s'en rendre compte et doit sans doute vouloir me rassurer, donc je laisse faire, malgré moi.
" C'est un miracle que tu ne te sois pas retrouvé seule dans la forêt, avec ta perte de mémoire ... Ou encore près des Hommes. Je n'ose pas imaginer leurs réactions et ce qui te serait arrivé. Heureusement que Bilbo est passé par là et a eu la bienveillance de te venir en aide. "
En temps normal, j'aurais hoché la tête et remercier les deux hobbits, mais mon cerveau a buggé sur un mot en particulier.
" Ma … perte ? … de mémoire ?
- Oui, tu ne te rappelles plus d'où tu viens. Ni de la façon dont tu es arrivée ici. Tu n'as pas de problème d'élocution, pas de problème de réflexion, pas de contusion : juste des problèmes de mémoires et d'équilibre. " Il m'explique tranquillement en observant son thé qu'il tient dans une main.
Je cligne des yeux successivement.
" Ou alors je rêve, non ? J'vais bien finir par me réveiller, hein ? "
Ce sont à leur tour d'être étonné. Ils ont pas eut le même raisonnement que moi, visiblement. Mais si c'est mon rêve, ils devraient être omnipotents. Dinodas regarde Bilbo, les sourcils froncés. Ils semblent tous les deux perdus. Le vieux repose doucement sa tasse sur la table et me fixe droit dans les yeux.
" Voyons : est-ce que dans tes rêves, tu as toutes tes sensations ?
- … non.
- Et dans tes rêves, as-tu autant d'affaires que cela sur ta personne ? "
J'observe autour de moi une nouvelle fois. Regarde ma tasse quasiment vide. Mes effets personnels sur la table. Les regarde tous les deux. Regarde mes mains.
Et comme toute personne censée, me pince.
" Aiie. Bon sang de bois. Non, je rêve pas. " Qu'est-ce que ça veut dire ? Je suis dans le vrai monde réel de la réalité véritable " Okay, je suis dans la merde. " je me lève brutalement, avant de me re-asseoir parce que je sais pas marcher et que j'ai les jambes qui flageolent de trop de toute façon. J'ai la tête qui tourne, mal au ventre et je m'efforce de respirer trois coups, bloquer la respiration, compter jusqu'à cinq et on recommence. Allez, les conseils de ma psy marchent d'habitude, ça va marcher là aussi. Pendant que je m'occupe de moi et de ma crise de panique, je sens des mains doucement m'emmener au sol et me mettre en boule en position fœtal sur le flanc. Okay, cool, au moins j'me fracasserai pas par terre. Merci qui que ce soit. Ma vue se trouble de points noirs, je ferme les yeux et j'entends au-delà d'un brouillard qu'on me parle, même si je comprends rien. Mais moi, je pleure, au sol. Seule dans ma tête et pas dans un rêve.

Qui va s'occuper de mes chats ?!