Voilà le dernier chapitre de cette partie de l'histoire, mais haut les cœurs, ça n'en est pas la fin. J'ai pas encore d'idée sur le titre de la deuxième partie, ni de quand je la publierais, mais je vous tiendrais au courant naturellement. Je n'en est pas terminé avec Jim et Spock mouah ah ah.

D'ailleurs si d'aventure en attendant cette suite, vous avez envie d'aller faire un tour sur « paradoxe », crossover de mon cru avec cinq autre univers, à vos bon cœur messieurs dames. Oui je me fais de la pub xd


Ka'hann. J'y retournais enfin. Les étendues d'arbres qui m'étaient jusqu'à fouler ce sol inconnu, les reliefs fait de cette roche au reflet bleuté qui m'avait tant interpellé la première fois, celle qui m'avais fait penser que la neige était de cette couleur incongrue, bleu immaculé. Il fallait que je demandes plus amples informations à Asling sur ce sujet, si elle ne détenait pas elle même les réponses, elle me dirigerait j'en était certain, vers une source de connaissance fiable et ne s'en vexerait pas le moins du monde. Ce peuple pouvait il seulement se sentir offenser ? Est ce qu'ils éprouvaient de la colère ? Y avait il des conflits, des disputes entre eux ? C'était des questions que je poserais à la jeune femme. Je l'aimais bien, sa franchise et sa bienveillance étaient rafraîchissantes. J'aurais put tout aussi bien me tourner vers les Silins, les sages de la planète, également enclin à partager avec nous leurs savoir, mais Asling avait une espièglerie propre à son âge, que j'affectionnais. Pas seulement parce qu'elle agaçait Spock, pas uniquement, elle était pourvue d'une innocence attachante.

Léonard était de la partie, il n'avait inévitablement pas voulu me laisser retourner là bah sans un médecin compétant avait il dit, au cas où mon « malaise » se réitérerait. Je n'avais rien dit sur le fait que si mon « malaise » se repointait, Spock serait un bien meilleur atout que lui même. Mon premier officier était d'ailleurs à mes côtés. Naturellement. Il n'était jamais bien loin après tout. Je taisais Spock à Leonard, juste pour un temps. Il n'était pas encore près à savoir. Je lui laissais encore le luxe de profiter de sa bien heureuse ignorance. À dire vrai, je n'étais pas encore disposé à le dire à qui que ce soit. Pour l'heure, c'était notre secret à Spock et moi et ça avait quelque chose de grisant, je voulais d'abord me vautrer dans notre bulle d'intimité avant de l'ouvrir au monde extérieur. Je voulais être égoïste, seulement un peu, garder Spock juste à moi, le temps de m'habituer à notre proximité nouvelle.

J'étais pour le moins heureux d'assister aux dernières négociations pour faire de Ka'han une planète sous la juridiction de Starfleet. Après tout, c'était avec moi que ce peuple avait traité en premier lieu, c'était donc normal que ce soit avec moi qu'il termine cette aventure. Une simple affaire de confiance, je me refusais de les abandonner de la sorte. Ils s'en étaient remis à moi, à ma foi en starfleet, aux arguments que j'avais avancé sur la réciprocité des bienfaits qu'aurait cette alliance.

J'appréciais de traiter une affaire dans sa globalité. Je leur avais proposé cet accord de paix. C'était moi qui les avais exposé à tout ce que cela impliquait. J'avais toujours la certitude de faire le bon choix, jusqu'alors du moins. Concernant les autres planètes j'avais put m'appuyer sur un élément concret que Starfleet pouvait apporter. La sécurité dans la majorité des cas . Mais avant notre arrivée Ka'han était une planète paisible, qui vivait avec des moyens spartiate, néanmoins personne ne semblait manquer de rien. J'espérais que Starfleet contribuerais à y sauvegarder la paix, pas à y amener ses conflits. C'était un peuple pur et je n'avais aucune envie d'inciter malgré moi un changement quelconque. Pour la première fois je crois, je craignais de faire le mauvais choix. Je voyais clairement ce que Ka'hann pouvait apporter à Starfleet. Une extension sur l'univers, des ressources certaines, leurs pouvoirs de télékinésie... Quand à savoir ce que pouvait apporter Starfleet à Ka'hann... L'accès sur l'immensité. Mais était ce une si bonne chose ?

Après tout ils y auraient eut accès avec ou sans l'intervention de l'enterprise. Asling avait bien précisé qu'ils commençaient à explorer le ciel. Ça aurait sans doutes pris plus de temps soit, mais quoi qu'il arrive, ça aurait eut lieu. Mieux valait que ce soit nous qui les ayons trouvé après tout.

Le bâtiments des Silins se profile devant nous. Les pierres claires sans marques du temps. Les courbes et coupoles qui surplombent la structure, marquant l'importance du lieu, comme nous avions put le faire sur terre avec nos édifices religieux. À bien y réfléchir, j'ignorais s'ils avaient ici un quelconque culte. Encore une question à poser à Asling.

Tout autour de la bâtisse un jardin aux plantes colorées décorent l'endroit en un cercle parfait. Tout laissait à penser qu'il y avait là l'intervention de jardinier ou de leur équivalent Ka'hann pourtant, pour une raison qui m'échappait encore, j'avais la sensation que tout était fait dans le respect, dans une sorte de symbiose.

Asling nous attend visiblement trépignante d'impatience. Elle me saute littéralement dans les bras, lorsqu'elle me voit, je la laisse faire en riant, je sens plus que je ne vois Spock se tendre.

- « Capitaine Jim ! On m'a dit que tu étais endormis. Mais tu va bien. Tu ne vas pas te rendormir dit ? Il faut que tu restes éveillé ».

Elle parle vites, encore plus que d'habitude. Ses yeux sautent littéralement de Spock à moi pour finalement s'arrêter sur Spock.

- « Il ne faut pas s'attaquer aux Vireins. Ils ne sont pas dangereux la plupart du temps. Mais parfois un peu. Quand on va sur leur territoires surtout. Pour ça nous n'y allons pas. Il faut respecter les différents de nous. Il faut que tu reste éveillé aussi sinon le capitaine Jim... »

Vireins c'était donc le noms de l'étrange tigre qui avait attaqué Leonard. Je ne laisses pas à Asling l'occasion de finir sa phrase et la serre dans mes bras pour la faire taire. J'ai peur de ce qu'elle pourrait dire, de ce que son absence de contenance pourrait donner sur Spock que je pressens verdir de colère dans mon dos. L'extrême franchise de la jeune fille peut être problématique parfois. Je ne sais pas ce qu'elle sait, ou ce qu'elle pense savoir. Ce qu'elle a deviné peut être ? Décidément trop futée pour son propre bien cette enfant.

- « Tu m'as manqué aussi Asling »

- « Tu veux que je me taise sur ce sujet? »

Le ton de voix n'est pas modulé mais je pense être le seul à l'entendre.

- « Oui s'il te plaît »

Asling s'exécute donc, se libère de mon emprise et s'en va discuter avec Chekov « du vide et du plein d'en haut et des nous qui sont ailleurs »

- « Elle me manquera cette petite ».

Leonard est à ma hauteur, il contemple Asling la peau à la teinte rougeâtre, les cheveux immaculé au vent, le sourire toujours franc. Elle me manquerait aussi.


Les négociations c'étaient déroulées sans heurts, une simple formalité. Ka'hann faisait désormais partie intégrante de l'alliance. Tout le monde paraissait s'en satisfaire à merveille. Je ne voyais autour de moi que des sourires. Un banquet avait été préparé en notre honneur et les natifs de la planètes en étaient ravis. Spock, Asling et Leonard discutaient un peu à l'écart, je décidais donc de les rejoindre.

- « Capitaine Jim ! »

- « Bonsoir Asling »

Je répondais au sourire sincère.

- « C'est quoi la guerre ? »

L'interrogation de la jeune fille visait Leonard. Ils étaient dans une conversation visiblement importante. Mon compère me lança un regard que j'interprétais par « débrouille toi avec ça ». Je devrais sérieusement penser à changer de comparse. Vraiment. Je réfléchissais un instant au mot que je devais choisir.

- « C'est le contraire de la paix Asling, c'est quand les personnes ne sont pas d'accord et qu'elles utilisent la violence pour régler un conflit à grande échelle. »

Elle commençait à marcher, à déambuler, flanquée de trois idiots qui la suivait sans même savoir où. Asling avançait en faisant courir ses doigts dans les hautes herbes sur son passage. La planète bénéficiait de deux lunes, la lumière était donc conséquente pour se promener même durant la nuit. La fraîcheur de l'atmosphère était agréable.

- « Pourquoi ? Pourquoi ne pas simplement parler ? »

Les yeux rougeoyant nous scrutaient, elle voulait vraiment des réponses.

- « J'imagine que ça ne fonctionne pas toujours chez nous. »

- « Tu sais gamine, parfois les gens parlent mais ne s'écoutent pas vraiment. Dans ces cas là, la paix c'est compliqué. Souvent les différences ça fait peur. Quand les gens ont peur, la guerre c'est parfois une option. Jamais une bonne, mais ça on s'en rend compte seulement après ».

Léonard avait finalement décidé de m'aider. Un secours à point nommé. Spock lui gardait le silence. Je m'en étonnais, d'habitude il ne manquait pas d'exposer à la jeune indigène combien sa manière de voir la vie était étonnée. Là il s'en abstenait simplement. Je l'observais donc et il me rendit mon regard. Ses yeux souriaient encore. Il faisait des efforts avec Asling, pour moi. Elle ne l'exaspérait peut être pas autant qu'il voulait bien le laisser penser.

- « Les différences sont des forces, non des problèmes. Comme vous. Tout pareil »

D'un geste large de la main Asling nous désigne mon premier officier et moi je lui souri, même Spock lui fait un vague signe de tête pour signifier son accord.

- « J'avais bon capitaine Jim ? »

Un large sourire étire ses traits à présent. Elle est passée de soucieuse à ravie, en à peine une seconde. Mais oui bien sur qu'elle avait raison pour Spock et moi. C'était peut être l'une des raisons pour lesquels Ka'hann était à part pour moi. C'était ici que j'avais compris ce que cet être fabuleux représentait pour moi. C'était ici que tout avait débuté et c'était bien ça. Un début, rien de moins.

- « Oui, Asling »

J'avais envie de toucher Spock de rendre le lien que je sentais être entre nous, plus tangible presque palpable. Je le sentais réellement. Je savais sa manière de se tenir. L'expression de son visage. La distance à laquelle il se trouvait de moi. Sans y accorder de l'attention je savais son humeur, sans capter exactement ses pensées. Pour ça il fallait que je me concentre. Tout ça était nouveau j'en étais encore à l'expérimentation. Lui aussi je crois, après tout ce n'était pas plus habituel pour Spock que ça ne l'était pour moi.

« Hey »

Un simple cris qui me fit faire volte face. Leonard me regardait puis passait de Spock à moi avec une étrange rapidité tout en faisant des gestes désordonné avant de pointer un doigt accusateur sur ma noble personne.

- « Toi ».

Doigt accusateur qui passait cette fois sur Spock. Je me retenais de justesse de lui signifier que ce n'était pas poli de pointer ainsi les gens. Mauvais timing. Très clairement.

- « Lui »

Le retour des gestes girouette qui balayaient l'air passant de Spock à moi

- « Toi et Lui. Lui et toi. … Hey. Non, Non, Non. Toi. Lui. Rah »

Léonard. Ou l'éloquence d'un philosophe. Je me rapprochait de lui, main en avant en signe d'apaisement jusqu'à poser mes mains sur ses épaules. Non loin un peu derrière moi je sentais un Spock tendu et une Asling amusé. Je gère Léonard ça va. J'espérais que Spock en comprendrait l'essentiel.

- « Oui. Spock et moi. Oui. Léonard respire. Tout va bien. »

Je verrouillais son regard au mien. Il se calma rapidement. La nouvelle avait été brutale apparemment.

- « T'es un crétin. T'es un satané foutu crétin. Tu me l'as pas dit et ça c'est nul James. Tu es censé tout me dire, tu te souviens ? Bon peut être pas tout. Ce qui est important au moins et ça c'est important pas vrai ? Ça l'est ?. »

Sous la colère je sentais poindre le fait qu'il était réellement touché par mon mutisme. Mon prénom en entier. Jamais bon signe. Je sentais une satané culpabilité s'insinuait en moi. Je l'avais blessé. Vraiment et merde. J'aurais dut lui dire bien sur il avait raison.

- « Oui indubitablement. Carrément même. Désolé c'est récent. Vraiment récent. Je comprenais pas tout. J'avais besoin de comprendre. Avant. Je... Pardon »

Pardon. Le mot qui résumait le mieux mes pensées finalement ces derniers temps. Il ne fallait tout de même pas que ça devienne une habitude, j'avais une réputation de petit con à entretenir non mais.

- « Ok, Ok ça va, c'est bon. Ne te répand pas en excuse, tu détestes ça et à ma grande surprise, moi aussi. C'est bon»

On parlerait ensemble, plus tard, ailleurs. Je savais que je n'y couperais pas ne le voulais pas vraiment. Expliquer tout à Leonard m'aiderait probablement à mettre des mots sur tout ça. Quand il s'en donnait les moyens cet idiot savait vraiment écouter. Pour l'heure il était satisfait pas mes maigres excuses, je pensais surtout qu'il était soucieux de ne pas attirer 'attention sur nous. Je n'étais vraiment pas près pour tout ça, pas pour l'instant, plus tard oui. Je crierais à qui voudrait bien l'entendre et aux autres aussi d'ailleurs que Spock était à moi, mais pas maintenant juste plus tard.

- « Capitaine Jim. Je peux venir avec vous ? Je veux voir des vous et des autres aussi dans le vide. Chekov m'a dit qu'il y avait beaucoup de plein et des autres aussi, et un peu des vous et des vous aussi mr Spock, dans le haut. »

Asling voulait venir sur l'enterprise ? Je ne m'y attendais pas à celle là. À voir les mines éberlués de Spock et Leonard eux non plus.

- « Asling ce serait avec plaisir mais il y a tout un protocole et on part bientôt et c'est important de respecter le protocole... »

Je m'emmêlais dans mes explications moi qui défiais si souvent le dit protocole, mais c'était si soudain et la vie sur l'entreprise si éloigné de ce qu'elle connaissait ici. Il n'y avait pas de possibilité de changer d'avis. On ne la ramènerais pas si finalement elle ne se sentait pas à sa place sur le vaisseau.

- « Il y a des écoles à starfleet il serait mieux que vous y fassiez le nombres d'années requises. Ainsi vous pourrez choisir cette voix si c'est celle qui vous conviens le mieux. »

Spock ne la dissuadais pas, il lui donnait juste une alternative plus sure. Étonnant.

- « Je pourrais venir avec vous après ? »

Il y avait une innocence non feinte dans sa voix en cet instant.

- « On essaiera d'arranger ça, oui Asling. Mais même si tu ne vas pas avec nous, la haut tu verras plein de peuple différent des humains, comme nous et des vulcains comme Spock, mais aussi plein d'autre. »

Les grands yeux rouges me faisaient de la peine. Mais c'était mieux ainsi, pour elle.

- «Alors d'accord. On se reverra capitaine Jim? » me demanda Asling la voix triste.

Je m'approchais d'elle lui ébouriffant les cheuveux au passage.

« J'espère bien»


Je retrouvais l'enterprise avec bonheur, même si la planète Ka'hann me manquerait plus que je ne voulais pour le moment le reconnaître. C'était ainsi, il fallait bien que l'on continue notre route, une fois notre mission accomplie. Les adieux avec le peuple de Ka'hann avaient été rondement mené et j'avais dit en revoir à Asling le coeur légèrement serré. Même Spock avait semblé légèrement embêté de quitter cette planète.

La journée a été longue et je retrouves donc avec joie mes quartiers. À mon arrivé un Spock en pantalon large et seulement en pantalon large m'attend paresseusement sur mon lit, un livre vulcain en main. Il lève un regard distrait sur moi, parfaitement conscient de mes yeux sur lui et de mon hébétude. La peau pâle de son dos me nargue, ses muscles qui se contractent à chaque fois qu'il tourne une page. Je reste un instant à le contempler et je me décide enfin à le rejoindre pour faire courir mes doigts le long de sa colonne. C'est moi qui ai commencé à jouer de la sorte avec notre lien mental, visiblement Spock ne parait pas disposé à se laisser distancer. Parfait. Ce séjour dans l'espace promettait de supplanter aisément mes idées les plus folles. Spock. Juste Spock.

Parfait. Ce séjour dans l'espace promettait d'être intéressant.