Note l'autrice: Écrit à l'occasion d'un jeu entre autrices où le principe est un lancement de trois dés où on doit écrire sur les images pendant 20 minutes maximum.

Alors cela va devenir un peu un recueil fourre tout... dans un même registre quand même.

Bonne lecture :)


Le combat de coq

Lucius avait la plus majestueuse des cannes. C'était un fait. incontestable. Si belle.

C'était pourquoi il n'acceptait pas la comparaison. Sa canne était plus belle. Un point et c'était tout.

Et il n'y avait qu'à voir la fortune qu'il avait mis pour l'acquérir. Il n'y avait juste rien à dire. Elle était d'un meilleure ouvrage que celles du bas peuple. Lui il était au dessus de tout cela.

Quiconque dirait le contraire était un idiot.

Et cette personne... en face de lui.

Cette canne...de...bois.

C'était...laid.

D'une telle laideur que cela en était outrageant. Il émit un rictus méprisant. Décidément, il était hors compétition.

Satisfait, la supériorité faisant briller ses yeux, il déclara:

-Vous devriez savoir à qui vous avez à faire, un Malfoy, une illustre famille, ce que sans doute vous ne pouvez comprendre. Ce qui est normal. Mais sachez que transformez mon fils en loup, même si c'est une belle créature ne-

-Une fouine.

-Comment? Demanda froidement Lucius, il ne supportait pas qu'on ne le coupe, c'était dire.

Alors que Fol'oeil, venait l'interrompre alors qu'il...il... sa cane si moche.

-Je l'ai transformé, enfin ce n'était pas moi mais c'est ce que j'aurais fait, en fouine.

Lucius Malfoy papillonna des cils-c'était un noble et les nobles avaient toujours des cils long, c'était un fait parce qu'il était un malfoy et que les Malfoy en avait dans la feuille, c'est-à-dire dans la langage malfoyen, toujours raison- avant de répondre incertain:

-Amusante cette blague mais mon fils m'a dit que vous l'avez transformé en loup et-

Son vis-à-vis éclata de rire, son œil fou tournant dans tous les sens. La nausée l'envahit à cette vue.

-Possible, possible. Après tout, qui sait, vous a-t-on menti ou vous ai-je menti, je n'ai qu'une chose à vous dire VIGILANCE CONSTANTE!

Draco Malfoy qui marchait de long en large devant la porte où s'entretenait son père avec cet individu détestable, se figea. Cette voix... Il grimaça. Tellement insupportable.

Et ce... vigilance constante... Qu'il le sache, il n'y avait pas de vigile au garde à vous. C'était stupide.

Et c'était pourquoi, il devenait nerveux. Et si..si.. Cet être annonçait à son père qu'il... Non. De toute manière il ne le croirait pas. Son père préférait toujours entendre ce qu'il avait envie qu'on lui dise. Et non...

Voir son fils transformer en fouine au lieu d'un loup ne faisait pas partit de ses fantasmes...

Il s'immobilisa, statufié.

Non pas parce qu'il venait de découvrir que c'était le fantasme de son père -et encore cela se négociait- mais bien parce qu'il venait entendre un bruit.

Encore.

Tape.

Comme des choses qui s'entrechoquaient.

Il hésita. Regarda la porte. S'arrêta. Nerveux. Si son père le surprenait à écouter au porte...sa canne de nouveau réparé risquerait bien de lui tomber sur le crâne.

Son visage blanchit.

Non. Non.

Sa main passa dans ses cheveux qui ferait rougir l'Oréal paris parce qu'il le valait bien.

Le dilemme enfin résolu. Il s'approcha de la porte, où dans sa bouche discutait joyeusement des bulles rouges qui lui donna des ailes, car il n'eut plus peur de la réaction de son père. Aux à guets tel un loup -pas pour rien qu'il avait dit qu'il avait été transformé en cet animal- il tendit l'oreille.

-...elle est plus belle...

-Oui mais la mienne est plus longue et c'est le plus important.

-Vous avez sans doute raison mais la beauté marque plus les esprits.

-Oui mais la taille permet plus facilement d'atteindre son but. Et... hum... c'est meilleur. Plus dur.

Au fur et à mesure que les mots prenaient place dans son esprit, il verdissait.

La taille.

Atteindre son but.

En une seconde, il vit sa vie défiler devant ses yeux, jusqu'à s'arrêter sur un souvenir. Bien spécial. Son père qui adroitement, son air digne toujours collé à son visage, lui expliquait les cours d'éducation sexuelle.

-Et au garde à vous, c'est encore plus parfait.

-Oui.

Un ton presque... béat.

Son père.

Draco, à cet instant perdit son calme et s'enfuit, en courant alors que c'était pourtant interdit par le règlement et Salazar savait à quel point Draco y était rigide dessus. Mais la panique courrait dans ses veines, ne s'arrêtant même pas à la voix du concierge qui lui hurlait après, le coursant tandis que Severus, le croisa, choqué de voir le fils Malfoy se comporter ainsi. Il devrait en faire part à Lucius Malfoy. Si même cet élève ne se tenait pas correctement... C'était un comble. Il hésita à aller voir Lucius mais il se dit que cela attendrait après ses merveilleux chaudrons. Et ses potions.

Mal lui en prit car s'il était venu, il aurait vu une scène bien surprenante à telle point que c'en était un scoop.

-Oui, je pense que cela donnera une bonne leçon à mon fils avec cette longueur de canne, il s'en souviendra longuement et de manière, douloureusement cuisante.

-Et ce... au garde-à-vous! ajouta Alasator Maugrey.


Oui oui... c'est...

En même temps en 20 min, le soir et tout... bon ok.

J'espère que cela vous a plu quand même :)

Sur ce,

A la prochaine :)