Le premier prix

Chapitre 4

Une violente tempête de sable balayait la ville de Shi'Kahr. C'est la seconde en moins d'un mois, songea Sarek qui maintenait le cap avec virtuosité, se fiant davantage aux indications du tableau de bord qu'à sa vision. Ce dernier pilotait le jet familial avec à son bord son épouse, son fils et sa précieuse cargaison. L'école de Spock, sculptée à flanc de montagne, apparaissait à l'horizon.

Assis à ses côtés, le visage neutre, Spock contrôlait son immense stress.

Ce stress n'était pas dû aux mauvaises conditions météorologiques ni à la crainte que le jet dans lequel il se trouvait s'écrase sur la ville au-dessous de lui.

Le concours commençait dans deux heures. La complexité du projet de Spock nécessitait la mise en place d'un champ de gravité autour d'une planète virtuelle, représentée par sa pierre de lave. Celle-ci, bien que poreuse, pesait tout de même 4657g et était actuellement posée sur les genoux de sa mère. Cette dernière la couvait comme s'il s'agissait d'un diamant brut.

« Nous arriverons dans 4 minutes et 43 secondes. » Annonça Sarek. « Cette tempête devrait s'arrêter dans moins d'une heure. Les présentations devant se dérouler à l'extérieur ne devraient donc pas être retardées. »

« En effet. » Commenta simplement Spock, songeant aux robots de ces principaux concurrents.

oooOOOooo

Sur les onze projets en concurrence avec son satellite, deux seulement méritaient, selon lui, le titre de concurrent sérieux. Le premier était un robot mimant un serpent dans sa forme comme dans sa façon de se mouvoir. T'Len l'avait conçu pour se déplacer aussi bien sur un sol rocheux que dans le sable. Bourré de matériels électroniques et d'instruments de mesure, il pouvait ainsi explorer le sol d'une planète en donnant par exemple sa composition. Spock était très admiratif du travail de T'Len, l'une des rares filles de sa classe à avoir été sélectionnées.

Le second concurrent sérieux était un robot lui aussi terrestre et ressemblant à un scorpion des sables géant. Tout comme le serpent de T'Len, il se mouvait avec aisance dans le sable et sur terre. Second avantage : ses pinces préhensibles étaient capables de prélever des échantillons du sol pour des analyses ultérieures.

Ce projet était celui de V'Rin, un jeune garçon né sur l'une des Colonies Vulcaines du quadrant Delta et arrivé sur Vulcain l'année passée. D'abord considéré par les autres comme un étranger, Spock avait un temps espéré s'en faire un ami. Hélas, le fait d'être né hors planète ne faisait pas de lui un non-Vulcain et très vite, comme sous l'influence des nombreux élèves xénophobes de sa classe, V'Rin avait vu en Spock un bâtard, un Terrien à demi-Vulcain. Au mieux V'Rin l'ignorait, au pire il l'insultait. V'Rin était cependant un très bon élève, le troisième de sa classe derrière Spock et T'Len…

oooOOOooo

Spock branchait et démarrait son matériel informatique sous le regard vigilant de Sarek et d'Amanda. Comme eux, d'autres parents étaient arrivés, les bras chargés de caisses contenant le matériel de leurs enfants. Chaque élève occupait l'espace qui lui était réservé. La salle dans laquelle ils se trouvaient était immense et d'une hauteur de plafond impressionnante. Elle fut malgré cela vite remplie. Il était à présent difficile de s'y déplacer. Le sol était jonché de câbles reliant les onze ordinateurs au collecteur central, lequel allait réceptionner les données envoyées par les différents robots et le satellite de Spock.

Les sept enseignants et membres du jury étaient arrivés et parcouraient déjà la salle par petits groupes, allant d'un projet à un autre. Savalon et le directeur marchaient en direction de Spock, en portant une étrange caisse métallique.

Sa'Nahr, le Directeur, salua comme il se doit les parents de Spock. Si le Directeur ne montrait aucune émotion, Savalon montrait à l'égard d'Amanda une certaine gêne.

« Spock, dis-moi où je dois poser ta …planète. » Demanda Amanda, d'un air amusé. Mais avant même que Spock ne lui réponde, Sa'Nahr annonça :

« Spock, afin de tester l'efficacité de ton satellite, il serait logique que la pierre utilisée ne soit pas celle qui t'a déjà servi à le paramétrer. »

« Logique, en effet… » Dit Sarek. « Ainsi on ne pourra pas suspecter une tricherie de ta part… »

« Une tricherie ? » Répéta Amanda, choquée par les sous-entendus de son époux.

« Madame, Spock pourrait avoir préenregistré dans son ordinateur les données devant être collectées. L'expérience, pour être valide, doit être réalisée avec une roche inconnue du satellite et de l'ordinateur de votre fils. Cette demande est légitime et émane de l'ensemble des concurrents de votre fils. »

« Certes, » Répondit sèchement Amanda. « Mais les autres élèves n'ont-ils pas cet avantage que leurs projets doivent étudier le sol de Vulcain ? »

« Mon épouse, le but du satellite de Spock est de cartographier avec précision la surface d'une roche et d'en renvoyer une image en 3 dimensions au collecteur de données central, en plus d'en calculer la masse et la composition. Il est exact que ce test aura plus de valeur si la roche utilisée est inconnue. »

Amanda se contenta d'acquiescer avant d'aller reposer la pierre de lave qu'elle transportait pour rien depuis deux heures…

Savalon et Sa'Nahr ouvrirent la caisse pour en sortir ensemble une lourde pierre oblongue d'environ 60 centimètres de diamètres. Sa surface était irrégulière et à l'instar de la Lune, satellite de la Terre, elle présentait de multiples aspérités et cratères…

Spock affichait un visage serein. Son satellite donnerait un rendu exact et en 3D de cette mini-lune sans le moindre problème tout en évoluant en orbite de celle-ci dans son champ de confinement.

« Pouvons-nous l'installer ? » Demanda Savalon.

Quelques minutes plus tard, Spock actionna une commande depuis son ordinateur. La pierre et le satellite s'élevèrent dans les airs jusqu'à quinze mètres au-dessus du sol. La pierre était entourée d'un halo bleu dont l'espace s'étendit sur une dizaine de mètres, englobant le satellite de Spock. Le satellite ne mit que deux minutes et trente-sept secondes à se placer en orbite, après quelques rotations et trajectoires hasardeuses. A présent, la petite Lune et son satellite étaient parfaitement synchronisés, à l'intérieur d'une sphère géante recréant les conditions de l'espace. A la vue d'un tel spectacle, toutes les têtes se tournèrent. Certains adultes eux-mêmes avaient du mal à masquer leur admiration devant un tel travail.

Amanda se cramponnait fièrement au bras de son époux, sous la sphère flottant à présent au-dessus de leur tête. Spock quitta un instant son ordinateur pour les rejoindre. Il n'attendait aucun commentaire positif de la part de Sarek, cela eut été trop Humain. Cependant, il lut dans son regard une fierté à peine dissimulée.

Les compliments vinrent de Savalon.

« Spock. Le travail fourni pour créer cet environnement est à lui seul admirable. Il est très rare de voir un garçon aussi jeune que toi concevoir et réussir un tel projet. J'ai hâte de voir ton satellite en action. Combien de temps lui faudra-t-il avant de reconstituer la cartographie globale de ta …planète ? » Demanda Savalon, reprenant les mots de sa mère.

« Il lui faudra effectuer 702 rotations. A raison de 6 rotations par minute, il faudra attendre 1 heure et 57 minutes. Mais nous pouvons suivre sa progression sur mon écran d'ordinateur, lequel reçoit les données en temps réel. » Répondit Spock. Il se tenait droit, les mains jointes dans le dos. Une posture souvent adoptée par Sarek. Amanda sourit devant ce mimétisme qu'elle avait déjà remarqué par le passé.

« Excellent. » Ajouta Sa'Nahr qui avait suivi Savalon jusqu'à l'écran. Sarek les avait également suivi, visiblement intéressé d'entendre les réponses de Spock aux nombreuses questions de Savalon et du directeur.

Amanda était quant à elle demeurée sous la sphère. Loin de comprendre le langage scientifique et quelque peu soporifique utilisé par son fils, elle préféra rester admirer la beauté de la sphère et ce qui s'y passait à l'intérieur.

oooOOOooo

À suivre…