Les Casques Volants-1ère partie

"-C'est bon, on a tout ce qu'il faut, dit Ingrid, Mais je ne comprends pas la nécessité d'emporter de l'herbe à dragon.

-C'est pas mon idée, dit Irena

-Si jamais Irena envoie ces gens qu'elle connait en mission et qu'ils tombent sur des dragons, comme ils les connaissent mal, ils ne s'y prendront pas bien avec eux, dit Harold, Ils ont donc besoin de cette herbe avant d'essayer de gagner leur confiance.

-Même avec ça, je continue à trouver que c'est une idée trop dangereuse, dit Astrid

-On n'a pas le choix Astrid, dit Ingrid, Tu le sais. Ne t'inquiète pas pour nous. On reviendra aussi vite que possible.

-Ingrid...

-Varek, je ne serai pas seule."

Varek baissa les yeux tandis qu'Harold regarda Irena.

"-Hé. Bonne chance, Maschiaccia.

-Merci Harold mais j'ai pas besoin de ça.

-Si tu le dis.

-Je le dis. Je serai sur mon terrain. Et t'inquiète pas pour Ingrid, Varek. Je ferai attention à elle.

-T'as intérêt.

-Quand je pense qu'elles vont faire un truc de dingues et qu'on est même pas invités à la fête, râla Kranedur

-Ouais, c'est vraiment injuste, dit Kognedur"

Harold resta silencieux. Irena pouvait lire dans son regard que, malgré ses mots, il semblait à la fois embêté et inquiet. Elle préféra attendre qu'il parlât et resta immobile, refusant de partir avant qu'il ne décida à avouer ce qui l'ennuyait.

"-Bon, je vais pas te le cacher. Je sais qu'il vaut mieux que je reste ici pour la sécurité de Krokmou mais même si tu vas sur un terrain que tu connais bien, ça m'embête de pas pouvoir partir en mission quand je sais que celle-ci est très importante pour tout le monde.

-Je comprends. Après tout, tu es le Chef des Dragonniers. Ce serait normal que tu partes en mission. Mais là, c'est trop risqué pour lui. Et ça le serait également pour toi.

-Qu'est-ce que tu racontes?

-Ben, sans vouloir te vexer, avec ton look de Petit Prince. tu ne passerais du tout inaperçu dans un repaire de voleurs.

-Hé, je ne ressemble pas à un Petit Prince!

-Ca, c'est que tu crois.

-Attends un...

-Allez, on y va. Viens Ingrid.

-Je te suis."

Nuit Étoilée et Sonovent s'envolèrent avec leurs dresseuses sous les yeux d'Harold qui avait encore la bouche grande ouverte. Il finit par se tourner vers les autres Dragonniers.

"-Vous êtes sérieux? Vous l'avez laissé dire ça?

Oh allez, vous pensez quand même que je ressemble à..."

Il n'avait pas du tout envie de dire ces deux mots. Il les trouvait très vexants. Mais ce qu'il trouvait encore plus vexant, c'était qu'Astrid n'ait rien dit au moment même où Irena avait prononcé ces mots. Même Krokmou n'avait pas fait un geste au moment où son amie avait dit ces mots.

"-Bon, puisque vous n'avez rien à dire, le...vous-savez-quoi va faire un tour.

Seul, ajouta-t-il en se tournant vers Krokmou"

.

"-Petit Prince? Hihi! J'avoue que j'avais jamais pensé à ça.

-T'as vu sa tête? Il s'y attendait pas du tout.

-Ouais.

-Bon, blague à part, il s'en serait vraiment jamais sorti sur cette île. Même avec tous les Dragonniers réunis. Ils ont pas du tout conscience des dangers d'Ãsafõlk. S'ils se font fait attaquer plusieurs fois sur les Marchés du Nord dès qu'ils étaient forcés de s'y rendre parce qu'ils pouvaient pas faite autrement, ça l'aurait jamais fait sur cette île. Et puis, quand Kogne m'a raconté la fameuse histoire de la jumeaunition, j'ai compris qu'ils s'en sortiraient jamais là-bas si elle et Krane savaient déjà pas la fermer sur les Marchés du Nord. Je te le dis, à côté des voleurs d'Ãsafõlk, les Cuirassiers et les Chasseurs de Dragons, c'est des gens généreux. Quand on sera là-bas, on devra parler à voix basse et nos dragonnes devront nous suivre de loin.

-Si ce que tu dis est vrai, pourquoi tu m'emmènes avec toi? J'ai seulement bossé pour ces "gens généreux". Je ne connais rien à Ãsafõlk.

-Parce que tu m'as dit que tu avais vécu seule et que tu avais pillé des bateaux. C'est déjà une très bonne base pour s'infiltrer parmi des voleurs. En plus de ça, tu as une double-hache. C'est un très bon atout pour se défendre là-bas. Tu seras très intimidante, crois-moi. Une bonne Ãsafõlkienne.

-Hum. Merci.

-C'est bon, on y est."

Elles atterrirent sur une île où l'ambiance était loin d'être chaleureuse. Sentant que leurs dragonnes ne seraient pas les bienvenues, elles leur fit signe de rester hors de vue. Ãsafõlk était une île où personne ne souriait. Tout ce qu'on y voyait était des gens qui semblait fâchés les uns avec les autres, se lançant des regards mauvais prêts à s'entretuer. Il était clair que personne ne s'aimait car tout le monde n'hésitait pas à faire en sorte que ses armes furent bien visibles. Irena et Ingrid avaient bien comprit qu'elles devaient faire en sorte que personne ne les regardât afin de rester en sécurité et, surtout, de ne pas les attirer.

"-Viens, murmura la jeune rousse, Avant toute chose, on va convertir les pierres précieuses en or."

"-Ben dis donc mes jolies, ça en fait du butin. Vous allez l'utiliser pourquoi?

-Est-ce qu'on se mêle de tes oignons? demanda Ingrid en pointant sa double hache sur la gorge de l'orfèvre clandestin

-Heu...non mademoiselle.

-Bien. Alors mêle-toi des tiens.

-Et t'as intérêt à nous donner la valeur exacte en or que constitue ces pierres précieuses, dit Irena

-O...oui bien sûr."

"-Pas mal ta réplique, Ingrid. Tu te débrouilles bien pour une première fois.

-Merci.

-Bon. On a bien réussi à dissimuler la caillasse. Maintenant, il reste plus qu'à trouver les gens que je connais. Et je sais où se trouve leur lieu habituel.

...

-Qu'est-ce que tu as? Tu es toute pâle.

-C'est...C'est rien. C'est juste que...Tu vois, ça fait super longtemps. Et comme je l'ai dit, on s'est quittés sur de...pas très bons termes. Alors, faut pas s'attendre à des joyeuses retrouvailles. Mais...mais ça sera pas trop grave. Je l'ai dit. Quand je leur proposerai un boulot, ils seront content. D'être payés, j'veux dire.

-O...Ok.

...

T'es sûre qu'il y a pas autre chose dont tu veux parler?

-N...non.

Bon, on y va."

.

"-Oh mais pourquoi elle a dit ça? Sérieux, je ressemble à tout sauf à...ça. Non, ne ris pas Krokmou, c'est pas drôle. Quand je pense qu'ils ont rien dit quand ils ont entendu ça. Sérieux, même Rustik a rien dit. Il a pas contredit Irena en disant que si je ressemblais à...tu-sais-quoi, lui, c'était une mauviette ou un truc dans le genre. Quand je pense que pour une fois, j'aurais aimé qu'il se moque de moi."

Lorsqu'on frappa à la porte, Harold qui avait envie de tout sauf d'être poli envoya un agressif

"-Oh, quoi?

-Merci pour l'accueil.

-Oh Astrid. Je...Je suis désolé.

-Ne me dis que tu es énervé à cause de ce qu'Irena a dit. Elle ne faisait que te taquiner.

-Me taquiner? Mais elle peut pas dire que je ressemble à un...Oh!

-Qu'est-ce qui te gêne tant dans ces deux mots-là?

-Ah, je comprends pas comment ça a pu lui venir dans la tête, dit Harold en sortant de sa hutte

-Harold.

-Astrid, sois honnête, tu trouves quand même pas que j'ai que je ressemble à un...tu-sais-quoi?

-Ben...

-Non, pas toi.

-Ecoute Harold, il n'y a rien de mal à ça.

-Mais qu'est-ce qui me rend...tu-sais-quoi? Autrefois, j'ai été réputé comme le pire viking existant.

-C'est une pensée tellement subjective. Aujourd'hui, on sait que c'était totalement faux.

-Et maintenant, on pense que je suis...tu-sais-quoi.

-Ecoute Harold, il y a plusieurs signes qui montrent que tu as l'allure d'un tu-sais-quoi.

-Quoi?

-Et bien déjà, tu...portes une armure.

-Vous aussi, vous vous protégez pour as des épaulettes.

-Pas avec une armure aussi bien perfectionnée que la voit qu'elle ne peut se faire qu'avec des outils perfectionnés qu'on ne trouve pas n'importe où.

-Bon, quoi d'autre?

-Tu as une belle épée.

-Vous avez tous des as une hache.

-Elles ne peuvent pas faire de flammes.

-Ok, dit Harold en grinçant les dents

-Tu es devenu une légende après avoir mis fin à la guerre entre les dragons et les vikings dans un combat dans lequel tu as perdu une jambe remplacé par une jambe en métal que tu as perfectionné seul par la suite par du métal qu'on ne pouvait pas trouvé n'importe où.

-Tu as aussi des doigts de métal que tu as eu après avoir perdu tes doigts quand tu t'es battue contre des bébés Razolames.

-Moi, je ne les ai pas perfectionné. J'ai juste eu la chance d'être aidée par les Dames Ailées. Toi, tu t'es débrouillé seul. Bon, je continue, tu es le fils d'un Chef Viking.

-Oh, s'il te plait, ne sors pas ça. Ca n'est qu'accessoire. N'importe qui peut être fils ou fille de Chef et peut ou ne pas avoir d'allure de Prince ou de Princesse. Regarde Irena. C'était la fille d'une Chef Viking et pourtant, elle était loin d'avoir une allure de Princesse quand on l'a rencontré.

-Bon d'accord, mauvais argument. Bon, tu chevauches un dragon...

-Vous chevauchez tous des dragons!

-Je n'ai pas fini! Tu chevauches un dragon et pas n'importe lequel. Un Furie Nocturne. Probablement le dernier de son espèce. Espèce que beaucoup de gens prennent encore pour une légende."

Harold ne trouva rien à répondre face à ça. Remarquant son silence, Astrid poursuivit.

"-Et pour finir, tu es le Chef des Dragonniers réputé pour avoir accompli des exploits contre les Cuirassiers et les Chasseurs de Dragons.

-Oh! C'est pas possible, dit Harold sur un ton défaitiste

-Allez, fais pas cette tête. Y a rien de dévalorisant de ressembler à un tu-sais-quoi. Au contraire. Ca prouve que tu as été capable d'aller au-delà de ce que les autres pensaient de toi.

-Peut-être mais...

-Mais quoi?

-Irena a dit ces mots comme si elle se moquait de moi.

-Ce n'était pas méchant. Et puis, elle n'a laissé qu'Ingrid venir avec elle. Et elle avait sans doute raison. On y connait absolument rien à ces voleurs. Ni comment ils s'y prennent pour leurs fameuses affaires, ni leurs manières de survivre, ni leurs manières de vivre et de faire qui doivent être loin d'être roses. On peut sûrement mourir là-bas si on y sait pas comment s'y prendre avec eux ou à moins d'être un voleur soi-même.

-Je comprends ce que tu veux dire et c'est vrai que je suis dans ce cas aussi mais...

-Mais quoi?

-Je...Tu vois, Irena et moi, on a une chose en commun: on est tous les deux des enfants de Chefs. Mais à cause de ce qui est arrivé à son Île, elle n'a jamais pu grandir en tant que tel et est devenue une voleuse menant une vie dangereuse et surtout...C'est mon amie, Astrid. J'aimerais tant être capable de comprendre cette partie de sa vie. Et même si ces mots n'étaient pas méchants, ça me donne l'impression qu'elle me reproche quelque chose.

-Oh, je suis sûre que tu te trompes. Écoutes, parles-lui à son retour. Tu verras qu'il n'y a absolument rien qui cloche entre vous.

-Tu en es sûre?

-Hé, tu la connais mieux que moi. Tu sais qu'elle a un caractère un peu spécial qu'on peut pas toujours comprendre. Mais toi, tu peux. Penses-y...mon Prince.

-C'est pas drôle!

-Parce que tu croyais que je plaisantais?"

A ces mots, elle lui attrapa le menton et posa brutalement ses lèvres sur les siennes. Surpris, Harold ne réagit pas.

"-Tu es très bien comme tu es, dit Astrid entre deux baisers, Et si tu es mon Prince, tu sais ce que ça veut dire, pas vrai?

-Hihi! Tu sais quoi? Tu es bien plus que ça.

-Ah oui? Je suis quoi?

-Une Valkyrie.

-Hum. Et bien, la Valkyrie souhaiter t'emmener dans sa hutte. Tenté mon Prince?

-Et comment!"

.

"-Fais attention Ingrid, on a à faire à des gens dangereux. Je sais que c'est pas la première fois que tu es face à des...voleurs mais ceux-là, tu les connais pas. Alors, tu me laisses parler.

-D'accord."

Irena et Ingrid étaient arrivées à ce qui ressemblait à une espèce de grande taverne délabrée. La pierre s'effritait, la lumière était faible et les tables et les chaises étaient dans un bois tellement abimé que tout menaçait de s'écrouler. On voyait des hommes en train de boire mais qui ne disaient rien. Lorsque les deux jeunes filles entrèrent, leur premier geste fut d'aller voir le tavernier:

"-Bromeur, est-ce qu'il est ici?"

Lorsque l'aubergiste se retourna, il fixa la jeune fille rousse avec appréhension.

"-Hé! Comment tu connais mon nom, toi?

-Bromeur, ne te moque pas de moi. Où est-t-il?

-Attends une minute, ce masque.

Irena, c'est bien toi? Oh!

-Moins fort Bromeur, je ne suis pas ici pour faire des retrouvailles mignonnes toutes pleines mais pour parler de choses sérieuses. Où est-t-il?

-Tout au fond de la salle, là-bas. Les autres aussi sont là.

-Oh c'est pas vrai. La bande au complet. Bon, je m'en doutais un peu.

-Attends, je vais leur demander de te faire de la place. Ce serait pas gentil qu'ils te laissent pas d'espace. Ah et aussi pour ton amie. Comment tu t'appelles?

-Bromeur, je l'ai dit, je suis ici pour parler de choses sérieuses pas pour faire des trucs mignons alors doucement.

-Bon, je peux au moins savoir ton nom, toi?

-Heu...Ingrid.

-C'est un joli nom. Bon, je vais aller voir les autres et leur demander de vous faire de la place. Olalala, c'est tellement inattendu.

-Il est pas comme ça d'habitude, crois-moi. Normalement, c'est une grosse brute terrifiante qui n'a aucune pitié pour personne. Il agit comme ça seulement quand je suis là.

-Ah.

-Bon viens."

Lorsqu'elles arrivèrent au fond de la salle, elles virent une table avec plusieurs personnes assissent dessus. A son centre, on pouvait voir un homme d'âge moyen avec des cheveux blonds-miels et une barbe descendant jusqu'à son cou. Il avait une allure assez robuste et un regard sévère. A côté de lui se trouvait une femme aux longs cheveux auburns et aux yeux bleus. Sa peau, elle, était très légèrement mate et on pouvait distinguer une certaine musculature sur ses bras. Elle devait avoir dans les environs de la trentaine. A côté d'elle, il y avait un homme au très long menton. Celui-ci n'avait que quelques cheveux marrons sur la tête. Il semblait être le plus costaud de la bande. A côté de lui, il y avait une jeune femme devant avoir entre vingt et trente ans à la longue tresse beige. Elle avait la peau aussi blanche que la neige. Quand aux deux autres membres de la bande, on voyait clairement qu'il s'agissait de deux frères jumeaux. Ils ne semblaient pas plus âgés qu'Irena et Ingrid. Tous deux avaient les cheveux courts et portaient des tuniques. Ils avaient également des visages ronds. Mais en dehors de cela, ils ne se ressemblaient pas. Les yeux et les cheveux du premier étaient noirs tandis que les cheveux du deuxième étaient couleur soleil et ses yeux bleus marine. Le premier portait une tunique verte tandis que l'autre avait une tunique bleu ciel.

"-Ingrid, je te présente les Flokkr1. Voici Quateur, Lotia, Longuir, Ukia, Auõr et son frère jumeau Biörn. Salut à tous, je vous présente Ingrid.

-Héhé! Visez donc ce que le vent nous amène à la taverne de Fenrir, dit Biörn moqueur

-Dis donc, vous saviez que "jamais" voulait dire "temporairement" pour certains? demanda Ukia

-Peut-être que la gamine a enfin comprit que sa vraie place était avec nous, dit Longuir"

A ces mots, tous les membres de la bande de voleurs se mirent à éclater de rire à l'exception d'Auõr qui semblait à la fois très gêné et un peu triste et Quateur qui gardait toujours son air sévère.

"-Irena, finit par murmurer Auõr à voix basse

-Attendez, si ça se trouve, non seulement, elle va nous supplier de la reprendre mais aussi de prendre cette fille avec nous parce qu'elle lui a fait des promesses mais qu'elle est pas fichue de se débrouiller pour la nourrir, dit Ukia"

A ces mots, ils ne firent que rire davantage.

"-Je vois que vous avez tous toujours autant d'humour, dit Irena avec tout le calme dont elle était capable, Mais non, je ne suis pas ici pour revenir parmi vous. Je suis tout à fait capable de me débrouiller seule et j'ai réussi à faire ma vie depuis les quelques années où j'ai décidé de vous quitter.

-Je veux bien te croire jeune fille."

Celui qui avait parlé n'était autre que Quateur. Il avait gardé son air sévère et était resté silencieux jusqu'à cet instant. Le plus âgé, et sans doute le meneur de la bande de voleurs, toisait Irena qui ne perdait pas son sang-froid pour autant.

"-Mais si tu ne veux pas revenir avec nous, que fais-tu ici?

-Une affaire, ça vous tente?

-Quoi? demanda Longuir, Tu veux dire qu'après des années de séparation où tu as affirmé ne plus vouloir ni bosser avec nous, ni nous revoir parce que tu ne supportais plus notre comportement, tu es juste venue ici pour nous proposer une affaire comme une simple cliente n'hésitant pas à payer des voleurs prêt à n'importe quoi juste pour du fric?

-Exactement.

-...

On t'écoute, dit Quateur

-Je suppose que vous avez entendu parler des Cuirassiers et des Chasseurs de Dragons.

-Ouais. Comme tout le monde, dit Lotia

-Bien. Voilà ce que j'attends de vous. Voici les insignes des Cuirassiers et Chasseurs de Dragons qui vont permettront de distinguer leurs bateaux. Si vous en voyez, essayez de pénétrer discrètement à bord de leurs navires et de libérer des dragons à bord des navires. Mais ce n'est pas tout. Demandez-leur des informations sur tout ce qu'ils savent au sujet d'éventuelles prochaines livraisons, achats, ce que sont les autres cargaisons attendues et pourquoi. Vous savez ce que vous avez à faire s'ils refusent de parler.

-Oh ça oui, dit Lotia avec délectation

-Autre chose, si vous entendez des conversations, écoutez-les très attentivement et rapportez-moi tous leurs propos. Si jamais vous croisez Ingrid avant moi, dites-lui tout aussi. Elle me dira tout après. Et quand je dis tous les propos, c'est tout sans exception.

-Oui, oui, dit Ukia lasse

-Une dernière chose. Si vous trouvez des objets à bord, n'importe quoi, ramenez-les nous. Interdiction de garder quoique ce soit pour vous. Et n'essayez pas de faire des cachotteries ou de faire semblant de donner tout ce que vous avez pu trouver en gardant des choses pour vous si vous avez trouvé des trucs. Nous nous en apercevrions aussi bien Ingrid que moi. Autre chose, vous aurez le droit de couler les bateaux mais pas d'effusion de sang. Et surtout, faites en sorte que le travail soit terminé avant cela. Je ne veux aucune faille.

-Ok, on a compris, dit Biörn, Mais j'ai une question.

-Laquelle?

-Comment on va faire pour libérer des dragons, comment dire? Sans se faire tuer?

-En utilisant ça. C'est de l'herbe à dragons. Ca vous permettra de les calmer. Ensuite, vous devrez absolument éviter de faire le moindre geste brusque mais surtout gagner leur confiance. Ne leur parlez pas brutalement, soyez doux. Le mieux, c'est de baisser la tête et de tendre la main. Après ça, si jamais vous croisez des Cuirassiers sur des Rôtisseurs, vous pourrez leur dire de tirer sur les Cuirassiers, je dis bien les Cuirassiers et tous les dragons seront libres.

-Toi et ton amour des dragons, dit Biörn lassé

-Ne te moque pas de moi, dit Irena en mettant son épée sous la table, J'ai l'impression que tu ne te souviens pas que j'ai horreur d'être vexée. N'oublie pas que d'un simple coup de poignet, je peux t'enlever ce que tu as entre les jambes en quelques secondes.

-Hahahaha, toujours aussi persuasive, chère petite, ricana Quateur, Je suis heureux de voir que même si tu n'es plus avec nous, tu te sers toujours de ce que nous t'avons apprit pour t'en sortir. En tout cas, l'affaire que tu nous proposes est intéressante. Nous n'avons jamais été confronté à des Cuirassiers et des Chasseurs de Dragons. Et ces derniers temps, les missions qui nous ont été confiées ont été bien loin d'être intéressantes.

-Ca, tu peux le dire, dit Lotia, Faire voyager des types qui transportent des yaks clandestins, c'est tellement naze.

-En effet, dit Quateur, Toutefois, bien que l'affaire soit tentante, il nous reste encore un détail à régler.

-Si tu veux parler du paiement..."

A ces mots, Irena montra l'or qu'elle avait obtenu chez l'orfèvre clandestin. Toute la bande des Flokrr ne pouvait en croire leurs yeux.

"-Ne demandez pas comment elle a fait pour obtenir tout ça, dit Ingrid, C'est pas vos affaires.

-Je vois, dit Quateur, Nous accomplirons le travail.

-Mais on veut payés tout de suite! dit Ukia

-Et comment je peux être sûre que vous ferez le boulot si je vous paie maintenant? demanda Irena dubitative

-J'ai toujours dit que tu étais futée, dit Quateur, Néanmoins, j'avoue que j'aimerais bien avoir de l'or maintenant.

-Bon. Puisque vous désirez tant avoir quelque chose, disons la moitié maintenant et l'autre moitié une fois le travail accompli. Ca vous va?

-Moi, je suis d'accord, dit Longuir, Là au moins, on a une bonne raison de faire ce boulot même si c'est très dangereux.

-C'est donnant-donnant, non? affirma Biörn plus qu'il ne demanda, En tout cas, ce qui est clair, c'est que tu as besoin de nous. Mieux que ça, tu nous demandes quelque chose d'urgent. Quelque chose que personne d'autre que nous ne pourrait accomplir.

-Biörn, dit Auõr gêné

-Si ça n'était pas le cas, tu n'aurais jamais fait appel à nous vu la manière dont tu es partie. Pas vrai, Irena?

-Biörn, ça suffit, dit Quateur d'une voix sévère, Très bien, Irena. L'affaire est entendue.

-J'espère bien.

-Nous nous mettrons au travail demain, dit Quateur, On saura utiliser la "Méthode Mélodieuse" même dans un boulot aussi dur.

-Parfait. Et n'oubliez pas ceci: vous n'avez pas droit à l'erreur.

Ingrid."

Les deux jeunes filles quittèrent la table et s'en allèrent. Lorsqu'elles furent dehors, Irena poussa un soupir de soulagement. Ingrid, sentant qu'elle était pressée d'être loin de cette taverne, l'incita à marcher vite. La jeune fille rousse semblait commencer à se sentir un peu mieux.

"-Irena.

-Oh!"

C'était Auõr qui les avait suivit. Irena semblait très agacée par cela car elle ne se retourna même pas le jeune garçon aux cheveux noirs.

"-Qu'est-ce que tu veux? dit-t-elle en tentant de ne pas s'énerver

-Je...Je suis content de te revoir.

-Oh vraiment?

-Oui.

-C'est bon, t'as dit ce que t'avais à dire?

-Irena...

-Reviens Auõr, dit Biörn qui se trouvait un peu loin, Elle en vaut pas la peine.

-C'est ça, retourne avec...eux, dit Irena d'une voix froide, Viens, Ingrid."

Lorsqu'elles s'en allèrent, Ingrid ne pût s'empêcher de se retourner un instant. Auõr semblait triste mais, surtout, il avait l'air de se retenir de pleurer.

"-Si on allait retrouver nos dragonnes? Elle doivent se demander où on est passées.

-Bonne idée. Regarde cette étendue de forêt là-bas. Je la connais bien. Si on va à gauche, on les retrouvera. C'est dans cette direction que tous les animaux.

-Okay

-Quand on sera dans la forêt, on établira un campement pour dormir. C'est trop risqué de laisser nos dragonnes dehors pour la nuit sur île aussi dangereuse.

-Compris. Heu, Irena?

-Oui?

-C'est quoi, la "Méthode Mélodieuse"?

-Vaux mieux pas que tu le saches.

-Oh!

-Ah au fait, Ingrid. J'aimerais que toi et Sonovent, vous surveillez cette bande de FDP pas fiables de loin demain. En tout cas, jusqu'à ce que le travail soit accompli. On sait pas du tout de quoi ils sont capables. Tu en seras capable.

-Heu...Héhé! Sans problème. J'ai roulé des Chasseurs de Dragons pendant très longtemps, je me débrouillerai bien avec ces gars-là.

-Merci. J'aurais pas su comment faire autrement.

-Je peux très bien comprendre qu'elle soit partie parce qu'elle ne supportait d'être dans une bande totalement immorale et sans aucun principe. Ils avaient l'air tellement dénués de tous principes humains. Je sais ce que c'est d'être seul et désespéré mais là, ils semblaient juste...odieux. Si j'avais été obligé de vivre comme eux, j'aurais été tellement...Pauvre Irena. Ca a dû lui faire tellement de mal de les revoir. Et elle a réussi à garder son sang-froid pendant toute la discussion. Tu es vraiment admirable. Mais je ne te comprends pas. Pourquoi tu as ignoré Auõr comme tu l'as fait? Il semblait si sincère, si...gentil dans sa manière dans sa manière de te parler. Qu'est-ce qui s'est passé pour que tu agisses comme ça envers lui? J'aimerais comprendre."

.

Le jour suivant, les Flokrr s'étaient dissimulés sur des barques cachées derrière une petite île sur laquelle se trouvait une falaise. L'endroit parfait pour ne pas être vus. Certains d'entre eux trépignaient d'impatience.

"-Espionner et se battre contre des Cuirassiers et des Chasseurs de Dragons? Vous trouvez pas ça génial les gars? demanda Longuir

-Ca, c'est du boulot, dit Ukia, Et en plus, très bien payé. Vous avez vu la quantité d'or qu'Irena avait. Et dire qu'on va toucher encore plus quand le boulot sera finit. Je suis trop contente.

-Ouais, dit Lotia, Je nous vois d'ici nous infiltrer dans leurs bateaux comme des anguilles venimeuses et avant même qu'ils ne s'en rendent compte, on leur fera goûter le tranchant de nos armes afin de leur faire regretter d'être venus au monde.

-Allez-vous vous taire? ordonna Quateur, Vous avez bien tous entendu Irena. Pas d'effusion de sang même si on les coule. Ce que doit faire, c'est les espionner, rapporter des informations, des objets et libérer des dragons. C'est pas pour rien qu'elle nous a donné cette herbe. Et je ne pardonnerai pas le moindre écart. C'est clair?

-Oh pourquoi ça? demanda Biörn, Irena est plus avec nous. Pourquoi on devrait respecter à la lettre une mission qu'elle nous confie?

-Parce que partenaire infidèle ou pas, le client est Roi. Et on se doit de le satisfaire.

-Bon, puisque tu le dis. Mais moi, je dis qu'on aurait pas dû accepter ça; parce que cette fille, c'est rien qu'une emmer...

-L'insulte pas! dit Auõr d'une voix suppliante

-Pourquoi tu la défends alors qu'elle t'a complètement ignoré?

-Tu peux pas comprendre.

-Auõr, je te l'ai déjà dit. Tout ce qui l'intéresse, c'est de dériver, rien d'autre. Alors, redescends sur Terre et concentre-toi sur ce qu'i faire; même si je dois avouer que j'aimerais que ce soit autre chose que...ce boulot.

-Chut! ordonna Quateur, J'entends quelque chose approcher."

Une flotte de trois navires était apparue. Il y avait également quelques Rôtisseurs avec des hommes sur ces derniers. Leurs couleurs indiquaient bien qu'il s'agissait des Chasseurs de Dragons et des Cuirassiers dont Irena avait parlé.

"-Ouah, vous avez vu ces dragons? dit Biörn, On arrivera jamais à les passer.

-Pas avec une bonne stratégie, dit Quateur, Regardez, ils ne font que couvrir les bateaux.

-Ouais et ils sont pas très nombreux en plus, dit Lotia

-Ils se sont sûrement organisés en plusieurs groupes précis, dit Quateur, Une cargaison, un navire avec un équipage et un autre avec des objets précieux. Si ça n'était pas le cas, il n'y aurait pas des dragons pour protéger si peu de navires.

-Tu crois que la cargaison, c'est les dragons? demanda Longuir

-Qu'est-ce que tu veux qu'il y ait d'autre sur un navire de Chasseurs de Dragons, abruti? Du marbre? demanda Ukia consternée

-Vous vous souvenez de ce qu'a dit Irena, hein? demanda Auõr, On fait pas de mal aux dragons.

-Heu...et ceux qui sont commandés pour tuer, on fait comment avec? demanda Longuir

-As-tu écouté ce qu'Irena a dit ou pas? demanda Quateur, Une fois que les dragons seront libérés, ils nous aideront à débarrasser les Rôtisseurs des Cuirassiers. Mais avant ça, il faut faire ce qu'Irena nous a dit. Allez. Prêt pour la diversion?

-Prêts?

-Vas-y, Lotia. Méthode Mélodieuse."

La personne désignée relâcha une nuée de mouettes chantantes que la bande de voleurs gardait toujours précieusement avec eux. Ils avaient été dressés précisément pour faire peur aux marins et permettre aux voleurs de s'introduire discrètement à bord des navires en passant derrière eux sans que personne ne s'en aperçut le temps que les marins se débarrassent de ces volatiles envahissant. Ce n'était qu'une fois le méfait accompli que les oiseaux retournaient discrètement vers leurs maîtres.

"-Allons-y."

Comme les Rôtisseurs n'aimaient pas les hautes altitudes, ils n'eurent pas le réflexe de monter vers le ciel pour éviter les mouettes. Et elles étaient si nombreuses qu'ils n'avaient aucune place pour ouvrir la gueule et tirer. D'autant plus que les Cuirassiers étaient incapables de les diriger car ils ne voyaient rien devant eux. Quateur et Lotia se dirigèrent vers le premier bateau, Longuir et Ukia vers le deuxième et Auõr et Biörn vers le troisième. Les deux jumeaux se retrouvèrent face à des Chasseurs de Dragons qui les repérèrent rapidement une fois qu'ils furent à bord. Biörn n'hésita pas un seul instant et les assomma avant de les ligoter et les bâillonner en ayant bien prit la peine de les débarrasser de toutes leurs armes.

"-Va voir ce qu'il y a dans cette cale, je vais surveiller ceux-là pour éviter qu'ils fassent les malins une fois qu'ils auront finit leur sieste, dit Biörn à son frère jumeau

-D'accord."

Sur le deuxième bateau.

"-Un coffre? Oh! Je parie tout ce que tu veux que...Oh, regarde ça. Des diamants! Hahaha! Vous avez bien fait de me prendre dans l'équipe. Y a que des bras comme les miens qui peuvent soulever ça. Je me rappelle quand Irena était avec nous. Elle nous aidait aussi à transporter les coffres avec sa dragonne. Oh d'ailleurs en parlant d'Irena, on est pas obligés de lui dire qu'on a trouvé ça. Après tout, y a rien de mal contre les suppléments.

-Tu l'as pas entendu, espèce d'abruti? On doit ramener tout ce qu'on trouve. Si jamais on garde des trucs, Irena va s'en rendre compte et on sera fichus. Et sa pote aussi le saura.

-Et comment tu peux être si sûre de ça juste parce qu'elle l'a dit?

-Primo parce qu'elle a été avec nous donc elle sait voir quand des gens comme nous mentent. Deuzio, elle nous connait. Tertio, j'ai bien vu la tronche de cette Ingrid. Elle protègera Irena à n'importe quel prix. Alors, on fait pas n'importe quoi.

-Bon, si tu le dis.

-Tiens? Ca ressemble à une lettre. Non, je vais pas la lire. Toutes ces histoires nous regardent pas. C'est Irena que ça intéresse. Faudra lui ramener."

Sur le premier bateau.

"-Y a pas grand-chose ici, t'as remarqué?

-C'est vrai. Mais c'est souvent dans les endroits où y a rien qu'il faut se méfier le plus.

-Qu'est-ce que tu racontes?

-Chut! Cache-toi, quelqu'un vient.

-T'es sûr que le chargement de diamants est bien gardé?

-Les Chasseurs de Dragons et les Cuirassiers sont censés toujours tenir parole. Enfin, moi, ce que j'espère, c'est que personne à bord sera tenté de le piquer. T'imagines si les patrons perdent le soutien des Casques Volants?

-Bah, c'est pas nos affaires. On en a d'autres, non?

-Ils font partie des plus tu sais ce qu'on dit: quand les affaires du patron vont mal, les employés en bavent.

-Oui, je comprends. D'ailleurs en parlant des Casques Volants, ils deviennent de plus en plus énervants: tu te rends compte qu'en plus de la paie, ils veulent qu'on leur montre un Dramillion de près pour leur montrer qu'on gère honnêtement le commerce?

-Ouais. Ils sont vraiment paranos.

-Les Casques Volants? C'est quoi ça?

-Aucune idée; mais ça nous regarde pas. Oh, qui sait dans quoi s'est jetée Irena pour s'intéresser à des gens aussi dangereux.

-Dire qu'ils parlent de diamants. Dis Quateur, on va les piquer, pas vrai?

-Oui mais on ne les gardera pas pour nous. Si on le faisait, Irena s'en rendrait compte.

-Comment tu peux savoir ça?

-Parce que je lui ai appris à détecter les mensonges de gens comme nous...Malheureusement.

-...

-De toute façon, les diamants ne sont sûrement pas ici. S'ils parlent de chargement, ça veut dire qu'il est dans un des autres navires. Les autres ont dû tomber dessus. Viens, on assomme ces deux-là et on va rejoindre les autres.

-D'accord."

Sur le troisième bateau.

"-Oh! Des dragons. Irena se doutait bien qu'il y en aurait. Non, non, calmez-vous, je suis là pour vous aider. Je ne suis pas comme ces barbares qui vous font du mal. Regardez, j'ai prit les clés des cages d'un des types en haut. Oh! Avant de les libérer, il faut que je prenne de l'Herbe à dragons sinon je m'en sortirai pas. Là, ça devrait aller. Doucement. Oh! Chhh! Là, tout va bien."

Auõr était face à un Cauchemar Monstrueux, un Dragon Vipère, un Gronk, un Braguettaure et un autre dragon bleu. Celui-ci avait deux cornes sur une bouche triangulaire partant vers le bas ainsi qu'une autre sur sa tête. Il avait deux yeux jaunes et deux grandes ailes sur lesquelles on pouvait voir des tâches rouges orangées. C'était un bipèdes mais il avait également des pattes en dessous des ailes ressemblant à des mains.

"-Oh! Je savais qu'il y avait pleins de races de dragons différentes mais jusqu'ici, le seul que j'avais vu, c'était Nuit Étoilée. Vous êtes si...Concentre-toi Auõr, t'es pas là pour t'extasier. Bon, fais-les sortir et sers-toi de l'Herbe à dragons."

A ce moment-là, Auõr ouvrit les cages, les dragons prirent peur et le jeune garçon se dépêcha de lancer la fameuse herbe à chacun des dragons afin de les calmer. Ceux-ci devinent immédiatement plus dociles. Lorsqu'il fut sûr qu'il ne risquait plus rien, Auõr approcha sa main vers l'un d'entre eux. Son choix se porta vers le dragon bleu. Il se rappela alors de la manière dont Irena lui avait dit qu'elle s'était rapprochée de Nuit Étoilée: elle avait tendu la main vers elle et attendu qu'elle approche son visage d'elle sans bouger.

"-Est-ce que ça va? osa-t-il demander"

Le dragon bleu rapprocha doucement son visage de la main du jeune garçon qui se mit à sourire. La créature bleue se releva et fut bientôt imitée par les autres dragons. Auõr, un peu paniqué, essaya de garder son calme en tentant de se rappeler des moments passés avec Irena où Nuit Étoilée s'était montrée gentille.

"-Venez, dit-t-il d'une voix un peu plus assurée, Je vais vous montrer la sortie."

Contre toute attente, le dragon bleu poussa un grognement ressemblant davantage à un gémissement.

"-Qu'est-ce que tu as? demanda le jeune garçon"

Le dragon bleu montra sa queue. On avait placé une chaîne sur cette dernière. Ces monstrueux Chasseurs de Dragons. Sûrement un moyen pour restreindre ses mouvements et l'empêcher de se défendre.

"-Ils t'ont fait ça pour t'empêcher de bouger, c'est ça? Pour pas que tu puisses protester? C'est monstrueux! Attends, je vais te l'enlever."

Il prit sa masse et frappa la chaîne de toutes ses forces. Malheureusement, cela ne fit aucun effet à sa grande frustration.

"-Je vois. Ah, c'est sûrement un truc fait avec du matériel très spécial. Ca vient sûrement d'une forge. Si seulement y avait un truc pour le chauffer et le casser."

A ces mots, le Gronk cracha de la lave sur la chaîne. A peine Auõr eût-t-il eu le temps d'être surprit que le Braguettaure cracha du gaz et du feu sur la lave; ce qui fit tousser Auõr et exploser la chaîne par la même occasion libérant ainsi la queue du dragon.

"-Ouah, vous êtes vraiment pas banals, dit Auõr impressionné, Pas étonnant qu'Irena vous aime. Allez, sortons vite d'ici avant d'attirer l'attention."

"-Mais qu'est-ce que tu fichais? Ah, mais t'es dans un état. Et c'était quoi ce raffut? T'as envie qu'on se fasse choper ou quoi?

-Désolé, une petite difficulté. Et j'ai ramené de la compagnie.

-Ah, les fameux dragons. Bon, on les a libéré, c'est parfait. Allez, on va vite rejoindre les autres avant qu'on regrette d'être venu ici.

-Attention! Les mouettes sont parties. Les Cuirassiers approchent.

-Ah! Tout ça, c'est ta faute. T'es resté trop longtemps dans cette cale.

-Ecoute, tu me feras des reproches plus tard. Pour le moment, il faut se défendre.

-Ah oui? Parce que tu penses qu'on est équipés pour se battre contre des reptiles de cinquante mètres cracheurs de feu, peut-être?

-Heu..., dit Auõr en pointant le doigt

-Quoi?"

Devant eux, les dragons libérés étaient en train d'attaquer les Cuirassiers. Petit à petit, les Rôtisseurs s'envolaient tantôt pour libérer leurs camarades enchaînés, tantôt pour retrouver leur liberté laissant les deux jumeaux tranquilles. Ceux-ci, ébahis, ne comprenaient rien à ce qui se passait.

Sur le deuxième bateau.

"-Tu penses qu'Irena sera contente de ce qu'on a entendu? C'était pas très clair.

-Pour nous, non mais pour elle, ça voudra peut-être dire quelque chose. Tu as bien entendu ses instructions. Elle a sûrement des comptes à régler avec ces gens et c'est la raison pour laquelle elle nous a donné ce travail. Pour mieux s'infiltrer parmi eux.

-Quand je t'entends dire ça, j'ai l'impression que tu t'inquiètes.

-Aussi tentant que cela puisse paraître, nous vanter de ce que nous faisons sera la dernière chose à faire une fois le travail accompli. Tourner en ridicule des Cuirassiers et des Chasseurs de Dragons est une chose dont on peut être fier, ce sont des gens très dangereux. Aussi bien payés que nous allons l'être mais, surtout, aussi alléchante que sera notre exploit, nous ne devrons jamais parler de ce que nous avons fait que ce soit à Ãsafõlk ou ailleurs. Tu vois ce que je veux dire?

-Oui. Je comprends.

-Bien. Maintenant, sortons d'ici avant de nous faire repérer. Qu'est-ce que tu as fait, Irena? Quelle raison as-tu de t'en prendre à des gens aussi dangereux? Je sais que tu tiens à ta dragonne mais avec toi, elle ne risque rien. Tu sais parfaitement la protéger. Qu'est-ce que tu mijotes?

-Quateur.

-Quoi?

-Les dragons. Ils sont en train de couler les bateaux. Il faut qu'on s'en aille vite d'ici avant de finir grillés ou noyés.

-Je te suis."

Le groupe finit par se retrouver dans leurs barques. Comme prévu, les mouettes étaient venues les retrouver.

"-Vous n'avez pas été chouettes aujourd'hui, dit Biörn, On a failli être cramés parce que vous manquiez de coordination. Il va falloir travailler dessus.

-Tu n'as pas tort, dit Quateur, En attendant, il faut vite retrouver Irena. On a beaucoup de choses à dire et, je pense, à lui remettre vu ce que ce coffre doit contenir.

-Une minute! dit Ukia, Pourquoi les cracheurs de flammes ambulants ont pas coulé ce bateau comme ils l'ont fait pour les deux autres?

-Ah, on était dessus Biörn et moi. On a libéré tous les dragons qui s'y trouvaient. Ils ont dû vouloir nous le laisser pour nous remercier.

-Oh mais on ne peut pas garder un navire comme ça. Regardez ces formes, c'est bien trop voyant.

-Tu parles des gueules de dragons et des insignes de Chasseurs? demanda Longuir, Laisse faire les pros."

A ces mots, le mini-géant de la bande arracha la voile et les insignes du navire de sorte à ce qu'on ne le reconnût plus.

"-Et voilà, plus de problème.

-Bon, faut reconnaître que ça nous ferait un meilleur moyen de transport, dit Ukia

-C'est vrai. Mais il faut encore le temps de le mettre au point. Ca ne sera pas long mais en attendant, il faut le cacher. Maintenant, allons retrouver Irena et expliquons-lui tout. Et je dis bien tout. Sinon, son amie qui nous observe de loin nous punira.

-Quoi?!

-Vous n'avez toujours pas comprit? A votre avis, pourquoi Irena est venue à Ãsafõlk avec une amie? Parce que cette amie avait pour but de nous observer de loin au cas où on ferait les malins.

-Quoi? Mais comment, Ingrid ne...

-Bien sûr que si. Irena s'est toujours déplacée de cette façon, il est donc évident qu'un jour ou l'autre, elle se serait fait des amis qui chevauchent eux aussi des dragons. Souvenez-vous, Nuit Étoilée nous suivait toujours de loin pour éviter d'éveiller les soupçons sur nos méthodes de travail dans le passé mais aussi pour éviter qu'on lui fasse du mal. Il est donc évident qu'Ingrid a aussi un dragon qui fait cela pour les mêmes raisons que Nuit Étoilée mais également pour ce que je viens de dire.

-Ah, j'aurais dû m'en douter, dit Biörn, Si ça n'avait pas été le cas, cette fille ne serait jamais venue l'accompagner pour proposer ce boulot. Irena. Vraiment, c'est rien qu'une...

-Ne l'insulte pas! objecta Auõr

-Ecoute, elle va encore partir comme elle l'a fait avant. Elle ne s'est jamais souciée de nous, ce qui t'inclus. Alors, arrête de la défendre.

-Bon, arrêtez de vous chamailler tous les deux, objecta Quateur, De toute façon, on a fait le boulot. Cette Ingrid va sûrement arrêter de nous surveiller maintenant qu'on a finit. Mais ça veut pas dire pour autant qu'on doit garder des trucs pour nous. C'est bien trop risqué. Vaut mieux avoir la part déjà prévue que rien du tout.

-Tu veux dire que...

-Oh oui. S'il manque quelque chose, Irena reprendra ce qu'elle nous a donné et gardera le reste de l'or. Bon assez parlé. On va faire une pause et on va retrouver Irena tout à l'heure à Fenrir pour expliquer ce qui s'est passé.

-Ouais. Je serai pas contre une sieste avant, confessa Biörn

-Pareil, dit les voleurs les uns après les autres

-Okay. Retournons sur la côte et allons dormir.

-Regarde Sonovent. Ils ont fait ce qu'il fallait. J'avoue que cette...Méthode Mélodieuse était assez étrange. Mais elle est efficace. Bon, ils ont fait le travail comme il faut. On en assez vu. On s'en va."

Un peu plus tard, ils étaient tous aller se coucher. Tous dormaient paisiblement. Mais lorsqu'un petit bruissement se fit entendre, un voleur poussa un gémissement et remua dans son sommeil.

.

A la taverne de Fenrir, dans un endroit bien isolé au fond de la salle.

"-Est-ce bien tout?

-Absolument tout Irena, dit Quateur, Nous ne pouvons pas nous permettre de mentir en face de toi.

-Comment peux-tu savoir cela?

-Nous t'avons apprit bien trop de choses. Tu sais quand nous mentons et tu sais quand nous ne mentons pas. Par exemple, là, tu sais que nous ne mentons pas mais tu veux t'assurer que nous sachons que tu verras toujours quand nous mentirons.

-Je déteste quand tu fais ça, Quateur.

-Je sais. Mais n'oublie pas quand j'ai été ton...

-N'importe quoi! Je savais déjà beaucoup de choses avant de vous rencontrer, tu sais.

-Je veux bien te croire. Mais ce n'est pas le sujet, non?

-Sale sournois!

-Le sale sournois ainsi que tous les Flokrr t'ont permit d'avoir des informations précieuses ainsi que des objets importants. Ils ont également libéré des dragons, terrassé des Cuirassiers et ont coulé des navires sans faire d'effusion de sang comme tu l'as demandé.

-Mais garder un navire pour vous tous seuls n'était pas prévu. Imaginez si vous êtes repérés.

-On a tout prévu pour que ça ne ressemble plus à un navire de Chasseurs de Dragons.

-Oh, c'est pas possible! C'est censé être donnant-donnant cette histoire. Or, avec des gens comme eux, vous perdrez tout même si vous avez l'intention de me trahir pour vous sortir de la mouise si jamais vous vous faites prendre à cause de vos délires. Ces types, ils tuent tout le monde même ceux qui leur rendent service. Vous comprenez ce que je veux dire?

-Ca va, ça va, dit Ukia

-Écoutez-moi bien. J'ai pas envie d'avoir d'ennuis à cause de vos débilités. Alors, si c'est pas les Cuirassiers ou les Chasseurs de Dragons qui s'en prendront à vous, je m'en chargerai.

-Irena! dit Ingrid choquée

-Compris?

-Irena, murmura Auõr

-D'accord, d'accord, dit Biörn

-C'est bon, dit Quateur, Nous pensions juste garder ce navire parce que nous le voyons comme un meilleur moyen personnel de gérer nos affaires mais à l'avenir, nous éviterons les fantaisies si cela peut être aussi dangereux que tu le dis pour nous.

-J'espère bien. Tenez, voilà ce que je vous avais promis. Viens Ingrid, j'ai pas envie de trainer plus longtemps avec ces...imbéciles."

"-Irena, t'étais pas sérieuse quand t'as dit que...

-...que je me chargerai d'eux si les Cuirassiers et les Chasseurs de Dragons le feraient pas. Bien sûr que non. Je voulais seulement leur faire peur.

-Ah...oui?

-Mais j'ai dit ça, c'était juste pour qu'on se retrouve pas dans la mouise à cause de leurs conn...Enfin, quoique...T'as jamais eu des envies de meurtres, toi?

-Bon. Peut-être une ou deux.

-J'en étais sûre. Et si je ne me trompe pas, c'était envers ton frère, n'est-ce pas?

-Je te l'ai dit, il a fait des erreurs mais il a changé.

-Ex...Excuse-moi. Je ne sais pas ce qui me prends. Bon, maintenant qu'on en a finit, il vaut parte d'ici le plus vite possible. Seulement, il va bientôt faire nuit et ce sera impossible pour nos dragons de faire le trajet dans le noir. On partira demain à l'aube.

-J'espère qu'Harold ne se fait pas trop de soucis pour nous. Il a toujours été du genre inquiet.

-Bah, qu'il s'inquiète. C'est pas un survivaliste contrairement à nous. Il sait pas qu'on peut pas faire certaines choses de manière "organisée" à cause de...

-...complications dangereuses?

-Oui. Néanmoins, je tiens toujours mes promesses. Ces types, je leur dois rien. Quand ils m'ont trouvé quand j'étais gosse, ils pensaient d'abord que j'étais une démone avec une bête féroce. Quand ils ont comprit que Nuit Étoilée ne faisait que réagir quand on l'attaquait, ils se sont servie d'elle pour intimider les "victimes"

-Et toi dans tout ça?

-Moi. Quoi de plus idéal que se servir d'une pauvre fillette défigurée pour attiser la pitié et appâter les gens pour mieux les piéger?

-...

-Quand j'ai grandi, par contre, ça a plus été possible. C'est pour ça qu'après Nuit Étoilée et moi, on a fait d'autres trucs comme surveiller les opérations de loin, intimider les cibles et faire des prisonniers. Et quand je devais faire des recherches seule, Nuit Étoilée fouinait de son côté pour ramener les trucs qu'aucun d'entre nous ne pouvait ramener. Elle se montrait surtout si les missions tournaient mal pour faire peur aux cibles afin qu'ils nous laissent tous les butins.

-...

Irena?

-Hum?

-Qu'est-ce qui a changé?

-Qu'est-ce que tu veux dire?

-Pourquoi tu es partie? Qu'est-ce qui t'a poussé à quitter les Flokrr?

-Oh ben, on s'entendait plus. Ils arrêtaient pas de me complimenter sur mes capacités en combat, ma grande efficacité en mission et ma malice en ce qui concernait les plans mais ils arrêtaient pas de dire que j'avais "trop de principes" et que ça finirait par mettre l'équipe dans la mouise si je continuais à me la jouer "soucieuse d'autrui". Alors un jour j'ai craqué et je me suis tirée.

-Ah.

-Oui. Il était hors de question que je reste dans une soi-disant équipe prête à s'entretuer pour une pièce de bronze. Mais j'ai plus envie d'en parler. Là, je suis fatiguée. Faut qu'on se repose pour demain.

-Bon d'accord. Je suis sûre que tu penses sincèrement ce que tu dis. Mais cet Auõr...Il n'a pas l'air comme eux. Alors, pourquoi te comportes-tu de la même manière que tu le fais avec les autres? Ou alors...peut-être que tu le nargues d'une manière...Oh, à quoi ça servirait de tenter d'en savoir plus? On les reverra plus."

.

"-Héhéhé! Tout cet or, c'est trop bien. Irena est peut-être une partenaire infidèle mais qu'est-ce qu'elle paie bien.

-Du calme, Longuir, dit Ukia, Il ne faut pas tout dépenser d'un coup.

-Elle a raison, dit Quateur, Et puis, pour l'instant, il faut se préoccuper d'autre chose.

-Quoi donc? demanda Lotia

-Il vaudrait mieux qu'on se fasse oublier pendant un certain temps. On doit s'en aller temporairement de l'Île d'Ãsafõlk le temps que les Cuirassiers et les Chasseurs de Dragons oublient cette attaque.

-Me dis pas que t'as peur, demanda Biörn

-Il ne s'agit pas de peur mais de prudence. Irena ne plaisantait pas. Ces types sont très dangereux. Nous partirons d'ici demain et nous reviendrons dans un mois le temps que cette attaque se soit calmée et que ces gars aient trouvés les vraies personnes à qui ils doivent s'y prendre.

-Tu veux dire qu'Irena ne travaillerait pas qu'avec cette Ingrid? demanda Longuir

-Réfléchissez un peu, vous tous. Même si les voleurs d'Ãsafõlk n'ont jamais rien su de précis à ce sujet, personne n'ignore que les Chasseurs de Dragons ont des tas d'ennemis. Personne ne s'attaque à eux à moins d'avoir de très bonnes raisons de le faire. Ils doivent déjà connaître Irena. Chasseurs de Dragons et personne qui chevauche un dragon, c'est pas fait pour s'entendre. Elle a dû s'embrouiller avec eux au point qu'ils connaissent son visage. Et même si ça ne nous regarde pas, le fait d'avoir travaillé pour Irena fait de nous des ennemis potentiels de ces gens très dangereux. Et il n'y a pas que ça. Ils sont nombreux et intelligents. Ils peuvent retrouver notre trace. C'est pour ça que nous devons disparaître pour un temps. Ils nous oublieront et ils reprendront la piste d'Irena.

-Tu penses vraiment qu'ils sont si intelligents que ça? demanda Biörn, Ils savent même pas qu'on existe et ils ont pas vu nos visages. Et puis, où est-ce qu'on pourrait aller?

-Avec ce nouveau bateau, on peut prendre autant d'eau et de provisions dont on a besoin que nécessaire. Ensuite, on reste en mer pendant un ou deux mois et après, seulement, on revient à Ãsafõlk.

-Heu..., balbutia Ukia, Je pense que t'as pas tout à fait tort sur le fait qu'on doit rester prudents mais même en disparaissant temporairement, je crois pas qu'on sera discret avec...ça."

A ces mots, elle pointa un doigt vers le ciel. Un dragon était en train de se diriger vers le groupe. Celui-ci était bleu. Il avait deux cornes sur une bouche triangulaire partant vers le bas ainsi qu'une autre sur sa tête. Il avait deux yeux jaunes et deux grandes ailes sur lesquelles on pouvait voir des tâches rouges orangées. C'était un bipèdes mais il avait également des pattes en dessous des ailes ressemblant à des mains.

"-Oh! s'exclama Auõr, Mais qu'est-ce que tu fais ici?"

Le dragon frotta sa tête contre le visage du garçon qui eût un léger rire.

"-Il manquait plus que ça, soupira Biörn

-Qu'est-ce qu'il fait là, lui? demanda Longuir"

A cet instant-là, le dragon émit un grognement agressif avant de cracher de la lave.

"-Oh, oh, calme-toi, c'est un ami, dit Auõr

-Longuir, je crois que c'est une femelle, dit Lotia

-Comment tu peux savoir ça?

-Tu te rappelles comment Nuit Etoilée a réagi la première fois qu'on l'a rencontré? Quateur a dit "un dragon" et elle s'est énervée comme cette dragonne.

-Ah, c'est vrai. Bon ben, qu'est-ce qu'elle fait là, elle?

-Auõr l'a sorti des cages où y avait les dragons sur les bateaux des Chasseurs. Mais je pensais qu'elle reviendrait. Qu'est-ce qu'elle veut?"

A ces mots, la dragonne bleue regarda Auõr avec des yeux suppliants.

"-Auõr, on dirait bien que t'as un rencard, dit Ukia en ricanant

-Allez, embrasse-la. On dirait bien qu'elle attends que ça, ajouta Longuir

-Soyez sérieux, dit Biörn, On peux laisser cette dragonne rester avec nous. On sait pas voler sur un dragon. J'aurais jamais cru dire ça un jour mais j'aimerais bien qu'Irena soit là.

-Irena...Hum...

-Voilà un regard que je connais bien, Quateur, dit Lotia, Qu'es-tu en train de mijoter?

-Peut-être que Biörn a raison finalement. Peut-être que nous n'avons pas besoin de fuir. Et je dois avouer que...je n'ai pas aimé être dans cette mouise-là. Jusqu'ici, nous arrivions à nous en tirer sans problème mais là, je ne peux tout simplement pas accepter qu'une partenaire infidèle m'oblige à quitter mon repaire et soit même allée jusqu'à me faire des menaces. Si je découvre tous ses secrets, qui sait ce que je pourrais faire?

-Wow!

-Quateur, tu ne penses quand même pas...

-Auõr, Irena nous a trahis.

-Elle ne nous a pas trahi, elle est partie. C'est différent.

-Et elle est revenue pour se servir de ce qu'on lui avait apprit afin d'arriver à ses propres fins et de tous nous menacer. Tu appelles ça comment?

-Je sais qu'elle n'est pas mauvaise.

-Ca suffit! C'est moi le chef, tu n'as pas à protester. Puisque cette dragonne te fait confiance, tu vas la chevaucher et retrouver Irena et la suivre de loin afin de découvrir ce qu'elle mijote. On te retrouvera en prenant notre nouveau bateau.

-Je refuse d'utiliser Azura pour faire quelque chose d'aussi sournois.

-Azura? demanda Biörn

-Je...je lui ai trouvé un nom. Mais c'est pas le sujet.

-Tu le feras! dit Quateur, Biörn, va avec lui. Et assure-toi qu'il le fasse. Nous ne devons pas perdre cette gosse de vue.

-Compris. Allez Auõr. Il ne faut pas contrarier notre chef.

-Je suis désolée Azura, dit Auõr à la dragonne qui émit un grognement de tristesse"

.

"-Heureusement qu'on est bientôt arrivés, dit Irena, Nuit Etoilée a sérieusement besoin de se reposer.

-Et les autres seront soulagés de nous revoir vivantes.

-Parle pour toi. Moi, je pense plutôt qu'ils nous feront tous des reproches sans comprendre ce qu'on a vécu.

-T'inquiète. Quand ils verront ce qu'on a ramené, ils seront contents.

-...

Chut!

-Tu l'as entendu, toi aussi?

-Oui."

Elles se retournèrent. Il y avait un pic rocheux sur la mer. Ce fut Ingrid qui décida de prendre la parole.

"-Sortez de là. Si vous êtes des Cuirassiers, on n'hésitera pas à se battre."

Mais à leur grande surprise, ce ne fut pas des Cuirassiers qui se dévoilèrent.

"-Vous! s'exclama Irena

-Ecoute, Irena, dit Auõr, Ne fais pas de mal à Biörn ou Azura. Elle me défendrait si tu essayais de la libérer. Je te le jure. Quand je l'ai libéré, elle est revenue vers moi et elle n'a plus voulu repartir.

-Azura, la dragonne? Je vois, l'herbe à dragon a été plus efficace que nous ne le pensions. Mais ça ne vous sauvera pas. Azura, fais tout ce qu'on te dit ou ces deux-là le paieront. Ingrid, prends Biörn avec toi et fais en sorte qu'il soit docile. Auõr, tu viens avec moi.

-Qu'est-ce que vous allez faire de nous? demanda Biörn

-Ce n'est pas nous qui nous chargerons de vous.

-Tu sais ce que ça veut dire, pas vrai? demanda Ingrid

-Malheureusement, on a pas le comme c'est moi qui ai eu cette idée et je n'ai fais que te demander de venir, j'assumerai toutes les conséquences. Je sais qu'il acceptera."

.

Sur la Rive des Dragons

"-Harold...

-Ca fait trop longtemps, Astrid! Elles sont allées dans un repaire de voleurs. Je sais qu'Irena et Ingrid sont des survivalistes et que j'ai une allure de "Petit Prince" mais je suis le Chef des Dragonniers. Je devrais partir à leur recherche.

-Calme-toi enfin. C'est normal qu'un plan illégal prenne plus de temps qu'un plan officiel.

-Harold, elles sont revenues, dit Varek

-Tu vois.

-Enfin.

Vous voilà enfin, toutes les deux. J'étais mort d'inquiétude.

-Bien sûr, dit Rustik, Tout le monde s'inquiète pour tout le monde, sauf pour moi.

-Désolée pour le retard, dit Irena, Seulement...

-Hé, c'est quoi ce dragon? demanda Kranedur

-Et c'est qui ces types? demanda Kognedur

-Et bien voilà, dit Irena, On a de bonnes nouvelles...et des mauvaises."

1Flokrr est un mot scandinave qui a donné le mot normand Flo désignant un troupeau de moutons.