Me revoilà avec le quatrième chapitre. Nos jeunes amis vont descendre sur la planète Altaïr III. Cette planète existe réellement dans l'univers Star Trek mais je n'ai repris que le nom. Ce que j'y décris n'est donc sorti que de mon imagination. Je vous souhaite une bonne lecture.

Chapitre 4 : Rapprochement ?

Précédemment : Et il comprit. Spock venait d'entrapercevoir, dans son esprit, l'amour que lui accordait Jim. [...]C'est le cœur en miettes, le moral au plus bas et des questions irrésolues et angoissantes que Jim entra dans le Turboflit afin de commencer son quart qui allait s'avérer long et ennuyeux.

Coefficient espace-temps : 71733.3

Cela faisait maintenant deux jours que l'accident avec Spock avait eu lieu. Et comme l'avait craint Jim, son Second devenait de plus en plus distant avec lui. Lors des heures de travail, il restait certes poli mais était également glacial et professionnel. Seule une personne au regard averti aurait pu noter le léger changement qui s'était opéré entre nos deux amis. En dehors des heures de travail, Jim n'arrivait plus à lui parler, il aurait voulu s'expliquer, s'excuser mais son ami le fuyait comme la peste. Même les parties d'échecs tridimensionnels n'avaient plus lieu et pour cause. A chaque fois que Jim arrivait à interrompre Spock dans son travail pour lui proposer de jouer une petite partie, ce dernier refusait, trouvant toujours une excuse logique. Bref, l'éloignement progressif de Spock commençait à lui faire mal. Il était certain qu'un jour son cœur se briserait en mille morceaux.

La sonnette de son communicateur tira Jim de ses sombres pensées.

- Kirk j'écoute.

- Ici McCoy. Nous sommes prêts à descendre sur Altaïr III. Il ne manque plus que vous. Nous vous attendons tous dans la salle de téléportation.

- Bien, j'arrive. Kirk terminé.

Jim se leva, attrapa son tricordeur et se dirigea en courant jusqu'à la salle de téléportation. Tout le monde l'attendait. Le lieutenant Uhura, le docteur McCoy qui ronchonnait comme à son habitude, l'enseigne Pavel Chekov, une dizaine d'enseignes de sécurité, quelques biologistes, scientifiques et géologues. Et bien sûr Spock, qui discutait avec quelques scientifiques. En le voyant Jim eut un petit pincement dans sa poitrine. Le fait de le voir, beau et sexy dans son uniforme, mince et solide à la fois et ne pas pouvoir en profiter lui faisait mal au cœur. Spock, comme s'il avait pu sentir le regard du Capitaine balayant tout son corps, se retourna et s'avança vers lui à grandes enjambées.

- Capitaine puis-je vous parler ? fit le Vulcain.

- Je vous en prie répondit Jim, sans cacher la surprise qui se peignit sur ses traits.

- Je tenais à m'excuser pour l'accident qui s'est déroulé exactement il y a deux jours, cinq heures et 25 minutes. C'est entièrement de ma faute si j'ai eu la possibilité d'accéder à vos pensées. La longue durée de travail que j'ai fourni à la passerelle m'avait momentanément fatigué. Ce qui a eu pour conséquence que je n'ai pas su gérer mes barrières mentales de manière adéquate. Toutefois, l'entrée dans vos pensées sans votre autorisation est une grave erreur. J'accepterai toute sanction de votre part, répondit le Vulcain, le visage impassible.

- Ne vous inquiétez pas Spock, personne n'est parfait, surtout moi. J'accepte votre excuse fit Jim, l'ombre d'un sourire étirant ses lèvres.

- Merci Capitaine dit le Vulcain, toujours impassible. Il se retourna et d'un pas raide retourna à la conversation qu'il avait quittée un peu plus tôt.

Jim était heureux que Spock soit venu le parler mais il aurait bien voulu que ce ne soit pas pour lui présenter des excuses, inutiles de son point de vue, mais bien pour parler de ce que Spcok avait vu dans son esprit. Kirk espérait qu'avec le temps leur relation redeviendrait comme avant. Mais ce n'était pas le temps pour penser à ce genre de choses. Une planète n'attendait plus qu'eux pour être explorée et il était content de pouvoir se dégourdir les jambes et de troquer son ennui contre un peu d'aventure. Il se racla la gorge et dit d'une voix forte pour attirer l'attention du groupe vers lui :

- Les enseignes de sécurité vont descendre en éclaireur en deux groupes. Normalement le lieu où nous allons atterrir est loin des sédentaires. Mais mieux vaut prévenir que guérir. Ensuite le commandant Spock, le lieutenant Uhura, Chekov et moi-même nous descendrons puis le reste du groupe nous suivra. Est-ce clair ?

- Oui Capitaine, répondit en chœur l'équipe d'expédition.

Après que les enseignes de sécurité débarquèrent sur la planète et signalèrent qu'il n'y avait aucun danger, Jim et ses amis s'installèrent sur la plateforme de la téléportation. Le docteur n'arrêtait pas de ronchonnait :

- Je suis médecin pas aventurier bon sang. Je te jure Jim que si je finis en milliards de molécules réparties aux quatre coins de l'univers, je te plante une centaine d'hypo sprays dans ton cou !

- Remarque illogique fit Spock. Puisque vous serez mort, il vous sera impossible de mettre en pratique …

- Vous avec vos « Logique », « Illogique », « Fascinant » et j'en passe vous feriez mieux de la fermer. La remarque que j'ai faite sur les hypo sprays à Jim tient également pour vous. Quoique je les planterai bien avec un peu plus de sadisme.

- Votre prévenance me touche énormément ironisa Spock.

- Maudit gobelin au sang vert, je t'en foutrais des…

- Taisez-vous hurla Jim. Ce n'est pas le moment pour des gamineries pareilles. Vous aurez tout le temps pour ça après notre mission. Energie, enchaina-t-il afin de mettre fin à cette conversation.

Jim sentit le chatouillement caractéristique de la téléportation, qui dura un temps anormalement long. La salle disparut de ses yeux et fut remplacée par un paysage de roches mauves où poussaient de nombreuses plantes inconnues, de toutes les couleurs. Elles s'étendaient à perte de vue, et formaient un tapis multicolore. Les autres membres arrivèrent et se mirent directement au travail.

- On se croirait au pays des Bisounours ricana le docteur McCoy. Vous croyez que les nuages sont faits en barbe-à -papa et que des licornes se cachent entre les rochers ?

- Qui sait ? Il y a peut-être des fontaines de chocolat quelque part, fit Jim en souriant. Il suivit Spock du regard et le vit se pencher vers une plante bleue aux nombreux piquants. Il put le contempler à son aise. Le soleil tapait haut dans le ciel et faisait briller ses magnifiques cheveux noirs corbeaux, ce qui accentuait la blancheur de sa peau. Ho que Jim aurait bien voulu goûter à cette peau, la marquer comme étant la sienne, l'embrasser, la mordiller délicatement afin de trouver les zones sensibles, ….

- Arrête de le fixer comme ça, tu baves chuchota McCoy les yeux innocents en s'approchant de Jim, les mains dans le dos.

- N'importe quoi murmura Jim en fermant néanmoins la bouche.

- Fait bien attention alors. Si tu continues comme ça, il va se douter de quelque chose. Et ta décision de ne rien lui dire va tomber à l'eau répondit le docteur.

- Ne t'inquiète pas pour ça répondit Jim. Il n'avait pas le cœur de dire à Léonard que Spock savait déjà tout. Et qu'il s'était éloigné de lui et ne lui parler presque plus. Le sentiment d'avoir perdu un ami refit surface et son cœur s'alourdit.

- Bon je te laisse. J'ai hâte de découvrir cette planète.

- Je croyais que tu n'étais pas un aventurier ironisa Jim.

- En effet, mais plus on avance vite dans les recherches, plus on remonte rapidement sur l'Enterprise. C'est d'une logique pourtant, railla Bones en levant un sourcil qui n'égalisa malheureusement pas celui de Spock. Et c'est sur ces mots, qu'il partit à la découverte de la planète, les mains dans le dos et en sifflotant gaiement.

Le sifflement de son communicateur le fit sursauter.

- Capitaine ?

- Oui. Que se passe-t-il ?

- Ici Scotty. Il y a eu un accident avec le téléporteur. Un circuit a sauté et a entraîné une panne dans tout le système de câbles.

- Comment sont les dégâts ?

- Importants mais rien d'irréparables. Par contre on ne pourra pas vous rapatrier avant une quinzaine d'heures. Le temps de changer les câbles, de réparer …. Débita l'ingénieur en chef d'une voix rapide.

- Calmez-vous Scotty. On peut très bien se débrouiller jusque-là. Faites au mieux.

- Bien Capitaine.

Cette mission allait s'avérer passionnante. Et ils seraient obligés de dormir sur cette planète. Programme intéressant. Pour faire passer le temps, il profita du paysage, s'intéressa aux plantes aussi spéciales et colorées les unes que les autres. La nuit ne tarda pas à tomber et il rappela tous les membres de l'expédition.

- Nous avons subi une panne de téléporteur. Nous ne pouvons donc pas remonter à bord de l'Enterprise. Nous devrons donc passer la nuit sur cette planète.

- C'est une blague ronchonna le docteur McCoy.

- J'ai bien peur que non. Il faut absolument trouver un endroit pour dormir avant qu'il ne fasse complètement noir.

- Lors de mes recherches, j'ai découvert une grotte qui ferait parfaitement l'affaire Capitaine répondit Spock.

- Où se trouve-t-elle ?

- A 500 mètres d'ici. Si nous nous dépêchons, nous pourrions y arriver dans 3 minutes et 24 secondes.

- Allons-y alors fit Jim en lançant un regard noir à Bones qui s'apprêtait à ouvrir la bouche pour faire une remarque au Vulcain.

Le petit groupe se mit en route et ils arrivèrent, au bout de quelques minutes, à l'entrée d'une immense grotte. Ils y entrèrent et s'avancèrent jusqu'au centre de la grotte. Il y faisait chaud ce qui n'empêchait pas la présence de centaines de stalactites et stalagmites.

- Selon mes calculs, ces stalagmites ont entre 20 et 25 milles ans.

- Vous ne pourriez pas être un peu plus précis ? Railla le docteur, toujours prompt à taquiner le Vulcain.

Tout le monde ignora sa remarque. Ils préférèrent trouver un endroit au sec, protégé du vent qui soufflait depuis un bon moment. Puisque passer la nuit sur Altaïr III n'était aucunement prévu, ils n'avaient pas pensé à se munir de couvertures et de nourriture. Durant leurs explorations, aucun des membres n'avaient découvert d'animaux. Les seules plantes qu'ils avaient rencontrées étaient inconnues, il était donc préférable de ne pas les manger afin d'éviter tous risques d'empoissonnement, d'allergies ou d'apparitions de maladies étranges. C'est donc le ventre vide que les participants de l'expédition se couchèrent, les uns sur les autres afin de se protéger du froid, qui s'installait doucement mais sûrement dans la grotte.

Le destin sourit enfin à Jim. En effet, il se retrouva coincé entre Bones et…. Spock ! Mais il n'osa pas bouger, ni de s'approcher de lui. Il se replia donc sur lui-même et fit le vide dans son esprit. Mais rien n'y fit. Impossible pour lui de fermer les yeux. Il faisait froid, ses membres étaient engourdis, ses lèvres se gercèrent lentement. Et il n'était pas le seul à être gelé. Il pouvait entendre les claquements de dents des membres de son équipage couchés un peu plus loin. Il s'étonna de ne pas entendre le bon docteur pester. Et pour cause, Léonard dormait comme un bébé, dans une position fœtale, un léger filet de bave s'échappant de ses lèvres entrouvertes*. Jim ne put s'empêcher de rire en comparant son ami à un koala endormi mais il se reprit rapidement afin de ne pas le réveiller.

Au bout d'une trentaine de minutes, Jim ne dormait toujours pas. Habitué au confort de sa cabine, dormir dehors sans la moindre couverture pour le protéger du froid, pouvait se révéler très incommodant. Je serais mort gelé avant demain matin pensa Jim. C'est à ce moment-là que Spock s'approcha brusquement de Jim et l'enveloppa de sa chaleur corporelle. Ce dernier se raidit, le cœur battant, ne sachant quelle attitude adopter face au comportement pour le moins inhabituel de Spock. Mais celui-ci était endormi et ne semblait pas se rendre compte de ce qu'il faisait. Jim décida d'en profiter et cala son dos contre le torse solide de son ami, se réfugiant dans ce cocon de douce chaleur. Inconsciemment, le bras de Spock passa la barrière du corps de Jim et partit aveuglément à la recherche de sa jumelle. Lorsqu'il la trouva, les doigts de Spock s'entrelacèrent à ceux de Jim et le Vulcain enfouit sa tête dans le creux de son cou, en poussant un soupir de bien-être. Jim pouvait sentir le souffle chaud et rassurant du vulcain sur sa nuque et le chatouillement de ses cheveux.

Un mot rassurant et plein d'amour retentit dans son esprit.

- t'nash-veh [mien] fit la voix, telle une douce caresse.

Et c'est sur cette rassurante parole que Jim s'endormit, serein et le sourire aux lèvres.

*Image très sexy je confirme

Voilà déjà la fin du chapitre 4. Au fur et à mesure que j'avance dans mes chapitres, je me rends compte que ce sont plutôt les personnages de TOS qui me viennent à l'esprit. Et vous lorsque vous lisez cette histoire, quels personnages vous viennent plus facilement en tête ? Ceux de TOS ou ceux du reboot ?

Bref, j'espère que ce chapitre vous a plu. Le prochain s'intitulera Sacrifice. Comment Spock se comportera-t-il à son réveil? Réponse dans le prochain chapitre:) Sur ce, je vous souhaite une bonne après-midi.

Bisous.