Cet OS est écrit dans un cadre du jeu du Fof, il fallait écrire sur le thème "pandémonium" en une heure. Pour plus d'informations vous pouvez m'envoyer un MP.


Ce peuple s'appelle « monstre », mais de la façon dont ils se comportent, on pourrait très bien les considérer comme des démons. Le chaos, le vacarme et la décadence sont typiques de l'Underfell, et eux-mêmes considèrent que la caverne qui leur sert de prison est un enfer qu'ils alimentent de leur violence. Un véritable pandémonium, dirigé par un diable enragé.

Ça a toujours été comme ça. C'est le lieu où tous les démons qui effraient les hommes sont entassés, et suivent la loi du plus fort. Tuer ou être tué. Pourquoi, mais surtout comment ça pourrait changer ?

L'espoir ? Il n'y a pas d'espoir. Juste l'impatience de massacrer la dernière âme tombée et de déferler à la surface, même s'ils ne sont pas dupes, car ils savent que les humains sont beaucoup plus forts qu'eux. Pourquoi espérer la mort à venir ?

Tout ce qui compte, c'est de tenter de survivre. Vivre au jour le jour et ne pas penser à la possibilité d'être devenu un tas de poussière le lendemain.

Même si Frisk les libère, même s'iel parvient à leur apporter la possibilité d'un avenir meilleur, il sera difficile de changer leur mentalité. Il est difficile d'apprendre à des démons la rédemption, eux qui ont été déchus de leur liberté et de la simple notion de bonheur.

Ce n'est pas grave, se dit Frisk. Certaines choses se font petit à petit. Iel est patient, déterminé à leur enseigner ce qu'il sait, même s'il n'est qu'un enfant. Iel est prêt à ouvrir la marche, pour montrer qu'il existe un chemin.

Le pandémonium de l'Underfell n'est pas obligé de durer éternellement. Le soleil peut éclairer l'enfer : une brèche vers la surface, vers l'espoir, suffit. Une fois que l'on connaît son existence, il est difficile de détourner le regard.

Et personne n'ignore le paysage qui, contemplé depuis la falaise, est si beau.


Les reviews sont les bienvenues. J'espère que ça vous a plu :D

Bye,

Cao