Pour la petite histoire, cette fanfiction est née d'un jeu sur un forum (''continue la phrase'' pour ceux qui connaissent ), je n'ai donc pas de mérite pour le début de l'histoire même si je l'ai approfondie ainsi que les personnages par la suite. Je tiens donc à remercier Flamme, Tris, ThéoAddict, patoche23, Marieamelie, QueenyDoll, Eowyn, Anaïs Eaton, Princess of Love, Angie, Liliie sans qui cette fanfic n'aurait jamais vu le jour !

Pour expliquer un peu mieux le contexte, l'histoire commence 1 an/ 1 an et demi environ avant la trilogie sur Tris. Elle va suivre son propre déroulement puis à partir de l'attaque des altruistes va se dérouler en parallèle de l'histoire de Tris. Il n'y aura pas vraiment de changements dans les événements qui vont arriver, justes quelques petites modifications par-ci par-là pour pouvoir caser les nouveaux personnages. Je ne toucherai pas au couple Tris/Tobias et la fin aussi restera la même.

Bien évidement l'univers de Divergente et les personnages crées par Véronica Roth ne m'appartiennent pas.


Prologue

Je m'appelle Eva Gray. Il ne vous est pas vraiment utile de connaître ça au fond, je ne suis qu'une fille parmi tant d'autres dans cette ville. Toutefois, à la vue des événements actuels, je pense que mon histoire vaut la peine d'être racontée. D'où je viens et comment j'ai choisi de trahir ma famille pour essayer de comprendre qui je suis. Pourquoi j'ai choisi d'aller vivre au milieu d'inconnus afin d'avoir une chance d'être moi-même.

Tout a commencé il y a seize ans. Je suis née un jour ensoleillé du mois d'avril dans une famille tout aussi chaleureuse. Mes parents n'ont jamais souhaité avoir d'autres enfants. Ils me l'ont clairement dit, comme on le fait toujours dans une famille de Sincères. J'ai grandi avec tout ce que l'on peut souhaiter : une famille aimante et attentionnée, des amis honnêtes et fidèles, une bonne éducation. Malgré tout cela je ne me suis jamais sentie à ma place, comme si une partie de moi était constamment absente à la recherche de ce qui pourrait me rendre heureuse. Ces pensées sont utopiques alors j'ai commencé à dissimuler, à déformer la vérité – on ne ment pas dans une famille de Sincères. L'école et le contact avec les autres élèves me permettaient de me soustraire à mon hypocrisie constante. Personne ne s'intéresse à vous quand vous avez le nez derrière un manuel scolaire, pas besoin de faire attention à son comportement.

En réalité je n'ai jamais vraiment aimé mentir, mais le fait que tous les membres de ma faction connaissent les moindres détails de ma vie personnelle m'est insupportable. Et je n'ai pas non plus envie d'être aux courant de tous leurs faits et gestes. Mais je dois m'y plier, car c'est là que je suis et où je dois rester. Jusqu'au jour où je pourrai faire basculer ma vie, pour le meilleur, ou pour le pire.

Les années ont passé et en un battement de cils j'ai eu seize ans. La monotonie de mon quotidien m'a laissé du temps pour réfléchir mais je n'ai pas saisi cette chance assez tôt, et, le temps d'un second battement de cils, la date fatidique est arrivée.