Hey !

Ça fait longtemps que je voulais m'essayer au drabble. Chacun de ses petits textes fait donc précisément 100 mots, et peut-être lut séparément, où comme un tout.

J'espère m'en être sortit correctement au moins. x)

.


.

C'est un matin.

.

Deux regards. Une rougeur.

La patte serrée contre une poitrine Humaine. Deux ailes d'ange qui les entourent.

Ce sont des souffles. Un rire étouffé, venu d'un petit-frère attentif et amusé. Un regard interloqué, venu d'un enfant qui les aiment avec toute l'innocence du monde. Un sourire silencieux, venu d'une mère aimante.

C'est Dean tombé sur Castiel. C'est l'Humain qui chute et l'ange qui le rattrape.

C'est une patte de lapin, chanceux cupidon.

Et même s'ils la brûlent juste après. Même si rien ne change vraiment. Jamais vraiment. Deux mains qui se cherchent. Deux regards. Et une même rougeur.

Sourire entendu.

.

C'est un bar. Une ambiance feutrée. Et le bruit des verres qui s'entrechoquent.

C'est le chasseur qui lève sa bière. L'avale en une fois pour tirer son frère et cet ange. Il y a longtemps que la table de billard, feutrine verte infernale, l'appelle de l'autre côté de la salle.

Mais l'ange ne sait pas. Et le frère l'aide. Lui apprend.

Trop près. Trop doux.

Murmures à l'oreille. Mains sur les hanches. Sourires complices. L'Humain et l'ange se rapprochent avec délicatesse. Bulle qui s'épaissit dans l'odeur rance du bois.

Sam disparait.

Il n'a pas assez but pour ne pas savoir.

.

Ce sont des mots.

Juste elle qui les surprend au milieu du couloir. Leurs mains enlacées. Leurs fronts l'un contre l'autre. Leurs souffles courts. Elle qui les prends dans ses bras. Qui les enlace.

Ce sont les mots d'une mère.

Protecteurs. Tendres. Qui claquent avec fermeté mais touchent avec douceur. Promesse égarée qui traverse l'espace. Arrache donc l'Éther et façonne les nébuleuses. Résonne dans le cosmos. Aux oreilles de chaque dieux. Chaque anges. Chaque démons. Chaque monstre. Chaque créature. Chaque Humains.

Ce sont les mots de Mary.

Mère. Amie. Chasseuse.

C'est une menace à l'infini. Un foyer à leurs cœurs.

.

Un coup d'œil par dessus une épaule. Un froncement de sourcils.

Le message est claire sur l'écran de téléphone. Mais questionne le Néphilim. Une question qui lui brûle les lèvres. Qu'il pose à ce père de substitution. A cet ange qu'il aime plus que tout. Dont il ne veut pas être tenu à l'écart.

Et une réponse qui se veut plus sincère que les confins du monde connu. Plus vraie. Plus réelle. Une réponse sans mots et sans paroles.

C'est le bruit délicat d'une grâce dans l'Éther. Que Jack peut enfin entendre. Enfin.

C'est l'amour d'un ange pour un Humain.

.

C'est un matin.

C'est un matin. Deux mains. Deux bagues.

C'est un matin. Et des sourires.

C'est un matin. Et pas une question.

C'est un matin. Où ils prennent tous un congés.

C'est un matin. Se roulent en boule sur les nouveaux canapés. Regardent un film.

C'est un matin. Sam qui mange des pop-corns. Mary qui rit. Jack qui se coule entre les cousins.

C'est un matin. Où Dean demande Castiel en mariage. Où l'ange dit oui à l'Humain.

C'est un matin. Où ils envoient chier l'Apocalypse, les tribulations divines.

C'est un matin. Et ils s'embrassent enfin sans se cacher.