Avant toute chose, j'aimerais que vous sachiez que le sujet abordé est très grave et doit être pris au sérieux.

Après, est ce qu'on peut être sérieux avec moi ? Je ne suis pas sûr.

Algérie, Tchétchénie et Sibérie (qui fera son apparition au deuxième chapitre) sont des des OC.

Sur ce, bonne lecture.

Algérie: Abbess

Tchétchénie: Nej

Sibérie: Anki

-666-

-Algérie, où vas-tu ?

-Ça te regarde pas.

Ignorant ses frères (surtout cet insupportable d'Arabie saoudite) Abbess sortit de la grande demeure pour rejoindre celle de son ami Nej.

Déjà deux mois qu'il n'avait pas rendu visite au Caucasien ni même aux autres membres du Crazy trio.

Même Syrie, il n'a pas eu l'occasion de le voir.

Triste est sa vie.

Après un long voyage en avion et en train, Algérie arriva à destination.

Dans les rues, il voyait des policiers s'activer pour embarquer des hommes plutôt violemment.

Il se promit de demander à Nej ce qui se passait chez lui.

Il marcha dans les rues de Grozny jusqu'à arriver chez la personnification de la république.

-Nej ! NEEEEJ ! OOOOOUVRE !

À force de crier, il attira un groupe de policiers qui lui posèrent des questions plutôt étranges.

-Bonjour, vous venez voir quelqu'un ? demanda l'un des policiers

-Yep ! Il habite ici mais il ne veut pas m'ouvrir !

-Et quel genre de relation entretenez-vous ?

Algérie était bouche bée.

C'est quoi cette question ?

-Bah on est amis...'fin...on se connaît depuis un moment quoi...

-Et est-ce que votre ami où vous-même fréquentez d'autres hommes ?

-...C'est-à-dire ? J-je ne comprend pas le sens de votre question monsieur...

Et il ne comprenait vraiment pas.

Qu'est-ce qui se passait ici ?

-Est-ce que vous avez eu une relation intime avec un autre homme ? répéta le policier en insistant sur le mot "intime"

-Heu non...ce n'est pas trop notre délire...

-Bien, merci d'avoir répondu à nos questions et bonne journée à vous.

-À vous aussi...

Tout cela était étrange.

Pourquoi toutes ces questions plutôt personnelles ?

Il devait vraiment demander à Nej ce qui se passait chez lui.

Il sonna de nouveau à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'un tchétchène très mal en point lui ouvre la porte.

-Entre et dépêches-toi...!

Nej l'attira à l'intérieur et referma brutalement la porte.

Il mit sa main devant sa bouche et toussa, se penchant légèrement en avant comme s'il allait tomber.

Abbess le rattrapa immédiatement, inquiet pour son ami.

-Ça va ? Vas t'allonger dans le canapé ou tu vas tomber par terre.

Lentement, il le guida vers le canapé et l'allongea, rajoutant une couverture sur son corps malade.

-Nej, tu peux me dire ce qui se passe chez toi ? C'est vraiment bizarre !

-Trop long...à expliquer...appelle... Ivan...

Il ne se fit pas prier et s'empara du téléphone portable de Nej pour appeler le russe.

Au bout de plusieurs sonneries, Ivan décrocha avec son ton joyeux habituel.

-Nej ! как дела* ?

-Ivan, je parle pas russe trou du cul !

-Алжир* ? Qu'est-ce que tu fais avec le portable de Nej ?

-J'suis chez lui et il m'a demandé de t'appeler, je te l 'passe.

Il donna le téléphone à Nej et arrêta de suivre la conversation parce que le russe, ce n'est pas la langue la plus facile à comprendre.

- Да...да снова...хорошо...спасибо*...

Et il raccrocha.

-Ivan va passer...il t'ex...pliquera.

-Ok, ok, dors maintenant, tu'en as b 'soin.

Abbess se fichait pas mal de savoir ce qui se passait, pour l'instant, l'état de Nej l'inquiétait plus qu'autre chose.

Tchétchénie était dans un état pitoyable, et le pire, c'est qu'il ne savait même pas pourquoi.

Le voir comme ça lui brisait le coeur car, habituellement, Nej était fort.

C'est ce qu'il aimait montrer en tout cas.

《Guéris vite idiot...》

-666- (:3)

-il ne va vraiment pas bien...

Depuis dix minutes, Ivan étudiait Nej sous toutes les coutures.

Certaines parties de son corps étaient grotesquement décorées de cicatrises, hématomes et brûlures.

Certaines blessures étaient récentes, d'autres dataient mais étaient toujours là comme celles de la guerre entre Russie et Tchétchénie.

Une guerre violente pour le caucasien, qui s'en était vite remit pour ne pas paraître faible, mais qui en gardait un souvenir traumatisant.

Algérie avait observé cette guerre de loin, de très loin en encourageant Ivan car il ne connaissait pas encore Nej.

Mais s'il avait rencontré le tchétchène avant cette guerre, l'aurait-il soutenu plutôt qu'Ivan ?

Sûrement.

Il aimait tellement Nej.

Aimait...

C'était donc ce genre de sentiment qu'il avait pour son ami...

Honnêtement, il ne savait pas quoi en penser.

Il n'était pas spécialement contre les relations homosexuelles, au contraire, mais il ne s'attendait pas à l'être lui-même.

La vie était pleine de surprise dis donc !

-Ivan, tu m'expliques ce qui s 'passe ? demanda-t-il en s'affaissant dans un fauteuil

-He bien...il y a comme qui dirait, une sorte de purge...de l'homosexualité chez Nej...

C'était donc ça...

Le sujet était très tabou en Russie et encore plus dans les républiques croyante et musulmane du Caucase.

Mais pour en venir à ce genre d'extrémités, il fallait être sacrément perché !

Bien sûr, ça ne se faisait pas seulement en Tchétchénie mais bordel, ça n'excusait rien !

Et le président ne se rend pas compte qu'il détruisait sa république ?

Fallait être vraiment con pour ne pas voir ça, même Amérique l'aurait remarqué.

Ivan soupira et se leva de sa chaise.

-Tu peux le surveiller, commença le russe, je vais demander à Anki et Yao de passer pour le soigner un peu mieux que moi.

-Pas d 'problèmes, à plus.

-À plus tard !

Il sortit de la maison.

Algérie se retrouva donc seule avec un malade dont il va devoir s'occuper...

-666-

*Comment ça va ?

*Algérie

*Oui...oui encore...d'accord...merci

Un two-shot eh oui !

J'avais envie d'aborder le sujet assez grave qu'est la "purge" de l'homosexualité en Tchétchénie et peut être même en Ingouchie, faudrait que je me renseigne.

De mon point de vue, le Caucase va TRÈS mal, surtout les républiques musulmanes qui ont des DICTATEURS au pouvoir !

Ne venez pas me dire que Ramzan est un mec bien !

Bref, ça me tenais à coeur car mes origines restent avant tous caucasienne et non pas sibérienne ou pas totalement.

Les gens, l'homophobie c'est mal !

Et c'est pas en envoyant les homos au Canada que tous va se régler.