Le Caporal Phoenix Wright, tout juste passé de Marine à ODST, attend appuyé contre le Pélican. Il est sensé transporter une IA détenant des informations sur une explosion. Cette explosion a détruit l'un des spatioport d'Estuary, et elle provenait d'une bombe artisanale Covenant. Dans ce contexte d'après guerre, des tensions risquent d'apparaître entre Humain et Covenant, d'autant plus que la planète Estuary a été en partie vitrifié durant cette guerre. Mais l'IA possède des informations pouvant inocenter les Covenants et ainsi éviter la reprise de la guerre. Phoenix est tiré de ses pensées par une énorme armure rouge devant ses yeux. Du plastron, il remonte vers le casque. Un officier Sangheili au tein gris clair se tient devant lui. Impressionné car n'ayant jamais vu que des Humains d'aussi près, le soldat se retrouve dans l'incapacité de parler.

- Je suis Hun't Terar. Je suis celui qui doit vous aider à transporter l'IA.

Phoenix avale sa salive et sourit en lui tant la main, un peu plus à l'aise.

- Je suis le Caporal Phoenix Wright.

Le Sangheili le toise du regard puis, jugeant que sa mission n'est pas en péril s'il ne serre pas à cet Humain, il décide de ne pas le faire et d'entrer directement dans le Pélican. Un peu déçut, le soldat le suit, sans un mot, et s'assoit en prenant soin de laisser un espace entre eux. Ils décollent peu après.

Le silence lui pesant, Phoenix cherche dans sa tête un sujet assez intéressant pour arriver à entraîner l'Élite dans une discution. L'explosion ? Non, non, mauvaise idée. L'IA ? Pas sûr que ça l'intéresse...Armure ? Et puis quoi encore... D'ailleurs, comment s'appelle-t-il déjà ?

- C'est...c'est Hunter, c'est ça ?

- Hun't Terar.

- Oh. Hunter vous allait bien, en tout cas. Chez les Humains, ils traquent les animaux et des trucs comme ça.

Le Sangheili se tourne pour le regarder.

- Eh bien, si votre langue d'Humain est incapable de prononcer mon nom, Hunter fera l'affaire.

L'ODST détourne la tête, un embarassé. Ce n'était pas une bonne idée, visiblement. Il est en train de chercher un nouveau sujet lorsque le vaisseau s'ébranle. Le Sangheili saute de son siège pour entrer dans le cockpit. Il revient rapidement et s'attache. Pas confiant par rapportà la situation, Phoenix fait de même. Il tourne la tête en direction de son partenaire de mission.

- Problème au moteur.

Le soldat acquiesce. Le Pélican perd de l'altitude et le pilote a vraiment du mal à le maintenir. Il décide de se poser en urgence. Il fait de son mieux, mais l'atterrissage est sec. Respirant à nouveau, Phoenix s'appuie contre le dossier de son siège. Les deux passagers sortent du vaisseau par la porte arrière. Au dehors s'étendent des terres totalement cristallisées, brillantes sous l'étoile qui allume Estuary. Ce paysage semble à la fois magnifique et catastrophique.

- Alors là, si on veut faire des vitraux, il y a de quoi.

Le Sangheili laisse échapper un sifflement irrité.

- Vous osez déshonorez vos morts en plaisantant ?

- Non, je voulais... C'est une blague, quoi. C'est pour détendre l'atmosphère...

Mais il ne lui prête déjà plus attention. Le pilote sort du Pélican avec le Warthog, leur signalant qu'il a déjà prévenu la base pour le problème technique et qu'ils doivent continuer avec le véhicule terrestre. Sans un mot, le Sangheili monte sur le siège passager. Phoenix hésite un peu.

- Hum... Je ne sais pas conduire...

L'Élite se tourne vers lui. Voyant qu'il ne ment pas, il fait claquer ses mandibules d'exaspération avant de changer de siège. Le soldat monte enfin à ses côtés. Le Sangheili ne se sent pas très à l'aise dans ce véhicule humain, mais il sait qu'il s'y adaptera rapidement. Ils ne tardent pas à repartir.