Titre : Petit Sevy deviendra grand. Mais on pourrait mettre… Les supers potions de Neville ? Ou bien… Les ravages du temps ? (hou c'est sérieux ça !)… Harry et Drago petit couple modèle ? … Jamais Sirius n'aurait pensé… ? Etc, etc.

Auteur : Lychee, qui devrait d'abord terminer les fics en cours qui envahissent sa chambre, avant d'en commencer d'autres. C'est pas bien Lychee.

Source : Harry Potter 1,2,3 et 4.

Genre : Petite fic pour bien rigoler, yaoi, rien de sérieux, pas de place précise dans le bouquin. On va dire que ça se déroule dans la sixième ou septième année à Poudlard. Attention ! Si vous n'aimez pas Severus Snape et/ou Drago Malefoy (que la foudre s'abatte sur vous), pas la peine de lire (mais naaaan y vont pas être ensemble ! Y'a des limites à tout). Si vous ne SUPPORTEZ pas l'idée qu'on puisse séparer Sirius et Lupinouchou, vous pouvez également partir. ^_^

Petit Sevy deviendra grand.

Chapitre 1 : Arrivée de Sevy à Poudlard.

                         (Oùske survient un pitit problème…)

C'était un cours de Potions comme tous les autres, un matin comme tous les autres.

C'est-à-dire que Snape avait déjà enlevé 153 à Gryffondor, sous des prétextes divers tels que la couleur de la potion de Neville et Harry –'Rose à pois verts ? 30 points pour Gryffondor.'-, le feu trop fort de Harry –'Vous voulez faire griller l'école, Potter ? 50 points !'-, la découpe des queues de limaces femelles de Harry –'Trop fin, Potter, TROP FIN ! 70 points pour Gryffondor !'-, et la minuscule tache de sang de chauve-souris sur la manche de Harry –'Je ne vous félicite pas pour votre tenue, Potter : 3 points !'.

En bref, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, quand…

BOUF !

… la potion de Neville explosa.

Même Malefoy en arrêta de ricaner.

Au beau milieu de la classe, enfoui sous une petite montagne de vêtements noirs, un adorable bébé d'un an environ, aux adorables yeux noirs et aux fins cheveux de jais, gazouillait non moins adorablement, l'air un peu étonné.

- Oups… murmura Harry.

Et il s'effondra mort de rire, aussitôt suivi de Ron, d'Hermione qui ne put résister, de Neville qui en oublia d'avoir peur et de tous les Gryffondors. Même les Serpentards, une fois la surprise passée, se mirent à hurler de rire avec eux.

- QU'EST-CE QUI SE PASSE ICI ? QUE…

Le Professeur MacGonagall s'arrêta net, le souffle coupé, et expira avec un sifflement à faire rougir la locomotive du Poudlard-Express à la vue des Serpentards et des Gryffondors se roulant par terre à cœur-joie tous ensemble.

- Potter ! Expliquez-vous !

- Je… nous… BWAHAHAHAHAAAAA !!!!!!!

Il voulut s'appuyer sur son pupitre, dérapa et s'étala en se tenant le ventre.

- Je… je crois que nous avons un nouvel élève, Madame… balbutia Hermione en désignant le bébé, en train d'essayer d'attraper la baguette avec laquelle Malefoy le taquinait.

- Gouzigouzi ! Oukilébôlebébé ! C'est le petit Sevy à son tonton Drago ça !

- M. Malefoy ! Un peu de tenue ! QUI est ce bébé !

Les élèves se calmèrent instantanément. Hésitants, ils se regardèrent, puis Ron prit la parole.

- Et bieeennnn… on faisait une potion…

- Une potion de St-Guy !

- Et puis…

- Neville…

- Enfin je me suis un peu trompé Madame…

- Et la potion de Neville…

- Elle a explosé !

- Nan elle a fait 'BOUF !'

- C'est bien ce que je dis elle a explosé !

- Nan 'BOUF !' c'est pas exploser c'est 'BOUF !'

- C'est quoi exploser pour toi ?

- C'est un truc comme 'BANG !'

- Ma foi si on regarda ça comme ça c'est pas une explosion…

- C'est quoi alors ?

- Une sorte de… vaporisation ?

- Je dirais plutôt…

- SILENCE !

Le professeur MacGonagall tenta de garder son calme.

- D'accord. Je vois plus ou moins ce qui a pu se produire. Mais, par le ciel, QUI est ce BEBE ? Et où est le professeur Snape, au fait ?

Tous les élèves la fixèrent en silence. Puis regardèrent le bébé. Qui les regarda à son tour tranquillement.

- Areuh ?

C'en fut trop. Incapables de tenir debout, les 20 élèves se retrouvèrent de nouveau au sol en se tenant les côtes.

- Que quelqu'un m'arrête… hoqueta Ron affalé sur un Goyle quasi-agonisant.

- Je n'en peux pluuuus ! hurla Harry en tapant du poing sur un truc mou qui s'avéra être Malefoy, à plat ventre, la tête enfouie entre ses bras, les épaules secouées de soubresauts. Hé ! Malefoy ! Ca va ?

Le blond releva la tête, révélant un visage hilare trempé de larmes. Et au milieu de cet asile de fous furieux, le professeur MacGonagall comprit.

- Oh mon Dieu…

- Areuh ?

- Bon, reprit calmement Dumbledore. La potion de M. Neville a donc explosé, et quand le nuage s'est dissipé, ce… bébé se tenait à la place du Pr. Snape ?

- Areuh ?

- Chut, dit doucement Malefoy qui le tenait dans ses bras.

- C'est à peu près ça monsieur, répondit Harry en tentant de réprimer son fou-rire.

Neville et son binôme Harry, ainsi que Ron, Hermione, Malefoy et Crabbe, les plus proches de leur table, se tenaient dans le bureau de Dumbledore, de même que le Pr. MacGonagall.

Et le bébé, bien sûr.

- M. Londubat ?

- Oui professeur ? répondit Neville en tremblant, mais cette fois peut-être davantage d'hilarité contenue que de peur.

- Vous rappelez-vous votre potion ? Les ingrédients, une caractéristique…

- Ma foi… A part qu'elle était rose à pois verts…

Ron eut un gloussement et se précipita dehors en se tenant la bouche à deux mains.

- Excusez-moi professeur. Le Pr. Snape –Harry regarda le bébé qui gazouillait et un sourire béat lui monta aux lèvres- … le Pr. Snape m'avait dit que mes queues de limaces étaient trop fines. Ca peut avoir de l'importance ?

- Mh… Non, je ne pense pas.

- Que fait-on, Albus ?

Le Pr. Dumbledore resta quelques instants songeur, puis soupira.

- D'abord, il ne faut pas que l'affaire s'ébruite.

- Albus… Toute l'école est au courant.

- Et bien il ne faut pas que cette histoire sorte de Poudlard. Je parlerai au dîner. Ensuite, il faut un remplaçant au poste de Pr. des Potions, mais j'ai une idée là-dessus. Ensuite…

Il se pencha et ramassa son petit collègue vautré à ses pieds en train de vérifier la résistance de sa barbe.

- Il faut s'occuper de ce garnement.

- Ne pourrait-on pas le confier à quelqu'un de Pré-au-Lard ? proposa le Pr. de Métamorphoses.

Harry sentit son cœur se serrer et observa que Malefoy semblait peiné. Mais le Pr. Snape –enfin le bébé- fixa alors MacGonagall d'un sublime regard plus noir que du Nescafé, et poussa un hurlement indigné.

- Visiblement, il a gardé son charmant caractère, marmonna Harry.

- Il est quand même moins impressionnant comme ça, remarque Ron entre-temps revenu.

- C'est une bonne idée, Minerva. Mais Severus n'a pas l'air tout à fait d'accord.

- Professeur…

Harry et Drago se regardèrent, embêtés et énervés d'avoir parlé ensemble. Et sans doute d'avoir eu la même idée.

- Messieurs ?

- Professeur, commença Drago, il pourrait rester ici ? Les élèves s'occuperaient de lui ?

- On l'emmènerait en cours avec nous et il coucherait dans les dortoirs ?

- Mais tu es fou, Harry ! C'est SNAPE !

- Mais regarde-le, Hermione ! C'est un bébé !

Le bébé en question avait entrepris de plumer méthodiquement Fumseck, les lunettes de Dumbledore sur le nez.

- S'il vous plaît Pr. Dumbledore !

- Je doute que le Pr. Snape, une fois revenu à son… état normal, apprécie fortement d'avoir servi de 'mascotte' à l'école…

- Mais Pr. MacGonagall, il faut que Snape… le Pr. Snape… reste ici pour qu'on cherche un antidote !

- Weasley a raison, ajouta Crabbe, et puis les langues vont courir si on envoie un bébé inconnu à Pré-au-Lard. Les gens vont se poser des questions pas nettes…

Harry fixa le Serpentard la bouche ouverte comme un tunnel de TGV : Crabbe INTELLIGENT ? Ca et le Pr. Snape –à présent en train de faire des galipettes sur le tapis… Plus rien ne pourrait l'étonner.

- Ils n'ont pas tord Minerva… Bien. Le bébé… enfin le Pr. … reste ici.

- Ouaaiiis ! Mer…

- Attendez ! Par contre, je vais faire venir quelqu'un pour s'occuper de lui : il est hors de question que je le laisse aux élèves.

- Dommage, chuchota Ron, on aurait enfin pu se venger de tout ce qu'il nous avait fait subir.

- On peut au moins le garder jusqu'à l'arrivée de la… nurse ?

- Très bien, M. Malefoy. Je vous nomme responsables, vous et M. Potter. Mais au moindre incident, je vous le reprends immédiatement.

- Oui monsieur.

- Vous pouvez sortir. Oh, et demandez à Mme Pomfresh, de vous fournir ce dont vous avez besoin. Il va vous falloir des draps, des vêtements… et tout ce qu'il faut. Hein petit bonhomme ? conclut-il en prenant le bambin dans ses bras et en lui gratouillant le menton.

En guise de réponse, le petit bonhomme lui vomit angéliquement dessus. Dumbledore eut une grimace résignée et le confia aux jeunes gens.

- Allez… Et que Dieu vous garde !

- Passe-le-moi, Malefoy ! S'te plaît !

- Tiens. Prends-le doucement, Weasley !

- Ooooh… il est chou ! Neville, tu veux le prendre ? Après tout, c'est grâce à toi…

- Non, merci. Je serais capable de le lâcher.

- C'est vrai que je le préfère comme ça. Guili-guili !

- Harry ! Ce n'est pas un jouet ! C'est le Pr. Snape !

- Du calme, Granger. C'est bien la première fois qu'on s'amuse à cause de lui.

- Crabbe a raison. Tiens, Hermione, porte-le !

Ron lui mit dans les bras malgré ses protestations. La jeune fille soupira, puis regarda le bébé, prodigieusement intéressé à faire des bulles.

- Dites…

- Quoi, Herm' ?

- Vous croyez qu'il se rappellera de quelque chose, après ?

- Dieu nous protège, fit Crabbe avec un frisson après quelques secondes de silence total.

- Mais noooonnn…Regarde, Herm', est-ce qu'il a l'air de se souvenir de nous avoir déjà ôté 1782 points rien qu'à nous trois ?

- Ben…

- Alors FRANCHEMENT, pourquoi il se rappellerait de ce qu'on est en train de dire maintenant ?

- J'espère que tu as raison, Ron, fit Harry. Bon, si on s'éloignait d'ici ? On doit aller à l'infirmerie.

Les autres acquiescèrent et ils s'éloignèrent de la gargouille qui marquait l'entrée des appartements de Dumbledore.

- T'es sûr que tu veux pas le prendre un peu, Neville ?

- Ca m'effraie un peu…

- Allez, essaie !

- Bon.

BING !

- OOUUIIIIIINNNNNNN !!!!!!!!!

- Je vous l'avais diiiit !

- Hé ! Je sais parler bébé !

- Kesstu racontes, Potter ?

- Là il dit : ''Moins 200 points pour Gryffondor !''

- Seulement 200 ? Vu sa tronche j'aurais dit au moins 500…

- Sous quel prétexte : ''A lâché son professeur de Potions par terre'' ?

- On devrait peut-être le ramasser, non ?

- Avant qu'il ne trouve le moyen de nous faire renvoyer. Même comme ça il en est capable.

- Allez, viens là petit Sevy… C'est fini le gros chagrin. Tonton Drago va te faire un gros bisou et tout sera fini, d'accord ?

- Malefoy, on va pouvoir dire partout que tu as EMBRASSE Snape !

- Dans ce cas, il faudra aussi préciser qu'il a vomi sur Dumbledore, et puis… Qu'est-ce qu'il fait là ?

- Je crois qu'il dessine des moustaches sur le portrait de Cornélius Fudge.

- C'est vrai qu'il ne l'appréciait pas beaucoup…

Le garnement… le Pr. Snape… se retourna vers eux et annonça d'un ton triomphant un…

- NA !

… catégorique, puis se carapata sur ses quatre petites pattes en abandonnant les six adolescents écroulés de rire sur le tapis.

- Hé ! Faut le rattraper !

Harry l'arrêta et le prit dans ses bras malgré ses coups de pied rageurs.

- Qu'il est charmant ! siffla-t-il.

- REGARDEZ ! C'EST LE PR. SNAPE TRANSFORME EN BEBE !

Ils furent instantanément entourés d'une horde d'élèves curieux de voir le nouvel aspect de leur prof de Potions.

- Oooohh ! s'extasiaient les filles, il est choooouuuuu !!!!

- Il fait moins peur !

- Ca serait bien qu'il reste comme ça !

- T'es folle ! Pense à cette pauvre génération d'élèves qui devraient le supporter une deuxième fois !

- Oui mais on en aurait fini avec lui !

- Il sera peut-être plus gentil après ?

- Fait voir Potter…

- Arrêtez ! fit Hermione. Vous allez le faire pleu…

- OOOUUUIIIIIINNNNNNNN !!!!!!!!!!

- Et voilà…

- Allons, allons, c'est fini, le berça Harry. Ils vont partir les méchants…

En effet, les élèves quelque peu refroidis s'éloignèrent.

- Tu fais une parfaite mère-poule, Potter !

- Tu ne t'es pas vu tout-à-l'heure, Malefoy !

Drago rougit et marmonna un vague c'estmêmepasvraid'abordetpisc'estpasmafautes'ilesttoutmignon. Avec un grognement il ouvrit la porte de l'infirmerie et laissa passer Harry chargé du bébé… enfin du Pr Snape. Mme Pomfresh accourut l'air quelque peu affolée.

- Vous voilà ! Alors… c'est vraiment le Pr Snape ?

- C'est exact madame, dit Harry en le déposant sur un lit.

Il entreprirent de lui expliquer toute l'histoire. Mme Pomfresh fixa ensuite d'un air songeur le bambin en train de hurler sauvagement contre les draps dans lesquels il s'était emberlificoté, puis se mordit les lèvres et pouffa de rire.

- Venez, dit-elle, et prenez le… professeur avec vous. J'ai ce qu'il faut, le directeur précédent logeait avec sa famille, il a laissé des affaires de bébé…

Elle leur fournit quelques petits habits bleus ou blancs très simples, leur remit des draps et sortit finalement une pile de couches d'un placard.

- Voilà. Je suppose que le Directeur a prévenu les Elfes de maison pour les biberons ?

- Beuh…

- Cela m'étonnerait qu'il n'y ait pas pensé. Où allez-vous loger ?

Les ados s'entre-regardèrent. Drago ouvrit la bouche.

- Ce serait injuste que seule une Maison en 'profite'.

Harry, surpris de cette gentillesse, hocha la tête. Le Pr MacGonagall fit alors irruption dans la pièce.

- Potter, Malefoy, suivez-moi s'il vous plaît ! Avec le Pr Snape.

Les deux jeunes gens échangèrent un regard surpris avec leurs amis, puis haussèrent les épaules et la suivirent, Drago portant le bébé, Harry chargé des affaires. Après quelques kilomètres de couloirs, leur professeur s'arrêta dans l'un des coins les plus tranquilles du château et ouvrit une lourde porte de chêne avec une clef qu'elle sortit de sa poche. Les trois jeunes sorciers la suivirent à l'intérieur de ce qui s'avéra être une grande chambre mansardée, meublée de deux lits et…d'un couffin.

- Bien. Comme il est hors de question que le bébé… le Pr Snape loge dans une des Maisons, et que vous êtes responsables de lui jusqu'à l'arrivée de la personne qui le prendra en charge, vous dormirez dorénavant tous les trois ici.

- QUOI ?!

- Areuh ?

- Mais, Madame, je ne peut pas dormir avec… Malefoy ?

- Partager ma chambre avec Potter ?

- Il suffit, messieurs. C'est vous qui avez tenu à ce que le professeur reste ici, assumez-en les conséquences. Je vais faire apporter vos affaires.

Et elle sortit à grands pas.

Malefoy prit une grande inspiration, puis laissa tomber. Déposant le bébé par terre, il cracha :

- Je prends CE lit-là, Potter.

- Si ça te fait plaisir, je m'en fous.

- …

- …

- …

- …

- Non Sevy non on ne mange pas les franges du tapis !

- Tiens ! Ca c'est meilleur !

Harry lui colla un coin de mouchoir dans le bec et le laissa mastiquer énergiquement. Malefoy fronça les sourcils.

- Tu crois qu'il fait ses dents ?

- J'en sais rien… C'est à quel âge les premières dents ?

- On sait même pas quel âge il a.

- …

- …

- …

- Potter ?

- Mmh ?

- Tu sais changer une couche ?

- Normalement, leur chambre se trouve par ici…

Hermione, Neville, Crabbe et Goyle – ces trois derniers s'étant découvert une admiration commune pour l'équipe de Quidditch des Canons de Chudley – erraient dans les couloirs à la recherche de la chambre de leurs amis, renseignés par MacGonagall.

- Elle avait dit au bout de l'aile nord…

- NON ! POURQUOI C'EST MOI QUI CHANGERAIT SA COUCHE ?

- TU FAIS PARTIE DE SA MAISON !

- OUIIIIIINNNNNNN !!!!!!

- C'EST TRES BAS COMME ARGUMENT POTTER !!!

- ET MOI JE REFUSE DE CHANGER LE PR SNAPE !!!!!

- OOUUIIIIIINNNNNNNNNNN !!!!!!!

- ALLEZ POTTER ! C'EST QU'UN BEBE !

- ET BEN VAS-Y TOI ?!

- OOOUUUUIIIIIIIIIIIIIIIINNNNNNNNNNNNNN !!!!!!!!!!!!!!!

- Mais qu'est-ce qui se passe ici ?

Harry et Drago, qui étaient en train d'essayer de se refiler mutuellement bébé Snape, regardèrent Hermione d'un air un peu honteux.

- Vous ne savez pas changer une couche et vous ne voulez pas l'avouer ?

Les deux apprentis-mamans baissèrent la tête.

A la surprise de tous, Goyle s'avança, prit délicatement le Pr Snape, l'allongea sur la table, et lui changea sa couche en un tour de main. Les autres le regardèrent les yeux comme des soucoupes, puis applaudirent en cœur.

- Wahou Goyle ! s'exclama Ron. Où t'as appris ça ?

- Sur mes douze petites sœurs, soupira le jeune homme. J'ai eu de quoi me faire la main.

- DOUZE ? La vache !

- Tu l'as dit Potter.

Harry tenta de reprendre son souffle : Snape en bébé adorable, Crabbe intelligent, Goyle frérot modèle… Et à présent ? Malefoy en danseuse de French-cancan ? Il gloussa à cette idée : remarque, les collants lui iraient bien…

- Bon, il faut aller manger, les rappela Hermione.

- En plus Sevy a faim, fit remarquer Drago.

- Areuh.

- Ca me fout les boules quand tu l'appelles Sevy, Malefoy. Vous êtes sûrs qu'il ne se rappellera de rien ?

- T'inquiètes, Londubat. Pour une fois qu'on peut se moquer de lui.

Toujours aidés pas Goyle, ils habillèrent le petit garnement d'un body à rayures bleues – 'il va pas attraper froid ?' 'mais non Harry !' – puis descendirent dîner.

- Une cuillérée pour Tonton Harry… Et une cuillérée pour Tata Drago…

- Va te faire foutre Potter.

- Drago, ne parle pas ainsi devant le bébé voyons !

Les curieux qui les entouraient éclatèrent de rire. Assis au bout de la table des Gryffondor, où Harry, Hermione, Ron et Neville avaient gracieusement invité Drago, Goyle et Crabbe, à la grande surprise de toute la Salle et surtout des concernés, les sept ados bourraient consciencieusement leur professeur bien-aimé de purée aux épinards.

Drago haussa les épaules et arracha la cuillère des mains de Harry assis de l'autre côté de la chaise de bébé.

- Donne-moi ça ! Tu lui en mets partout.

Il essuya délicatement la bouche du gosse et lui présenta une autre cuillerée.

- Dites-donc vous deux ? Vous faites un véritable petit couple modèle !

- Tais-toi Vermotte.

Vermotte, un Serdaigle de troisième année à la figure molle et blafarde, tentait depuis quelques temps de piquer le titre d'emmerdeur-en-chef-général-de-Poudlard à Drago.

- A quand la mise en ménage ? ricana-t-il.

Malefoy, Potter et Snape lui jetèrent un regard excédé – 'nan mais on l'a utilisé comme serpillière à la naissance pour qu'il soit tordu du ciboulot à ce point ?' – puis l'enfant, avec un joyeux 'Brlrrlrllrlrlrlrbllll !' lui recracha ses épinards à la figure.

- Il a gardé toute son intelligence ! admira Goyle pendant que les autres s'étouffaient avec leur porridge.

Vermotte disparut sous le regard dédaigneux du petit Sevy-chou.

- Allez dodo Sevy.

Le bébé eut un énorme bâillement, puis ses paupières s'abaissèrent sur ses grands yeux noirs, et il s'endormit avec un petit soupir.

Harry et Drago restèrent un moment à le contempler, puis Drago bailla à son tour.

- Dodo aussi Drago !

Harry hocha la tête. Ils se glissèrent dans leurs lits respectifs et soufflèrent les bougies.

- J'espère que tu ne ronfle pas, Potter. Bonne nuit quand même.

- Toujours aussi aimable, hein, Malefoy ? Bonne nuit.

Le silence se fit.

Harry se retourna dans son lit. Dormir ? Impossible. Pas après une journée pareille… D'abord le Pr Snape. C'était vraiment un bébé ADORABLE, à l'opposé de ce qu'il était devenu. Harry se demanda confusément ce qu'il avait bien pu vivre pour tourner ainsi. Peut-être cela avait-il un rapport avec son père, ou peut-être pas. Il réalisa que si Snape restait ainsi, il ne le saurait sans doute jamais. *Il faudrait trouver un remède… Je me demande qui va le remplacer ? Et qui va s'occuper de lui…* Il laissa tomber la question. A chaque jour suffit sa peine, il verrait bien en temps voulus…

Et puis Crabbe et Goyle… Harry avait révisé son opinion sur eux. Avec surprise, il avait reconnu que Crabbe était intelligent et plein d'humour, et Goyle bourré de gentillesse. Il y a des choses quand même difficiles à accepter…

L'évènement de la journée demeurait cependant le comportement de Malefoy. Bon, c'était pas l'amitié absolue, mais une certaine entente s'était instaurée entre le blond et lui – bien forcés d'ailleurs. Le Serpentard pouvait même être drôle lorsqu'il s'y mettait et laissait tomber son air dédaigneux.

* Et ben… Si on m'avait annoncé ce matin que je me fendrais la gueule avec Malefoy et Snape et que je passerais la nuit avec eux…*

Harry s'endormit, bercé par la respiration paisible de ses deux ennemis jurés.

- Nous allons aujourd'hui étudier le sortilège du Caméléon, annonça le Professeur Flitwick. Ce sortilège permet non pas de disparaître, mais de se rendre ''inintéressant'', de se fondre dans le décor, un peu comme un sortilège de Repousse, sauf qu'il s'applique à une personne au lieu d'un endroit. La formule est : Decoris Similitus. Mettez-vous par deux : l'un lancera le sort et l'autre notera le résultat.

Harry et Drago se regardèrent au-dessus de la tête du bébé : depuis trois jours, ils suivaient tous les cours ensemble, assis à la même table de part et d'autre de Sevy Jr dans sa chaise haute. Les professeurs avaient fini par plus ou moins s'y faire, après moult coups d'œil, bégaiement et un infarctus du Pr Trelawney (qui avait hélas survécu).

Harry soupira et arracha sa baguette de la bouche de ce cher Snape.

- Je commence… Decoris Similitus !

Aussitôt le regard de Malefoy se détourna de lui, et le blond se mit à taquiner le bébé. Harry fronça les sourcils.

- Hé, Malefoy, ça a marché ?

- Qu'est-ce qu'il y a, Potter ? Qu'est-ce que je raconte, moi ? A qui je parle ?

- Malefoy ! Je suis là !

Drago eut l'air agacé.

- Je ne suis pas aveugle, Potter ! Oh… (son regard se fit à nouveau vague). Merde, j'ai tâché ma feuille…

Le brun comprit et sourit : Malefoy se ''désintéressait'' de lui dès qu'il l'avait vu ! Utile pour des bêtises, ça…

- Finite Incantatem.

- Tiens tu es là Potter ? Ou étais-tu passé ?

- J'étais là.

- Te fous pas de moi.

- J'étais là mais tu ne me ''voyais'' pas. Tu te ''désintéressait'' de moi !

Le Serpentard comprit.

- C'est génial pour faire des conneries…

- J'ai eu la même idée…

- On pourrait embêter Vermotte ?

Harry le regarda, étonné. Il y a quatre jours, c'est LUI que Malefoy aurait fait chier.

- Decoris Similitus !

BOUM !

- Mince ! Ca a foiré, Neville, je te vois encore…

- Comment ça se fait Professeur ?

- Il faut pointer la baguette sur soi. Sinon, c'est l'objet pointé qui devient inintéressant.

Harry et Drago se retournèrent avec un sourire et un haussement d'épaules. Sacré Neville ! Bon, où en étaient-ils ?

- Potter ?

- Quoi…

- Je ressens comme… un malaise.

- Oh, tu es malade Dragonichou ?

- Va te faire foutre chez les Trolls. Non, comme si quelque chose m'échappait…

- …

- Toi aussi hein ?

- Le bébé…

- Koikébébé ?

- Il était LA !

- Mais nan il est… heu… oukilé déjà…

- C'est le coup de Neville ! Mmh… de quoi on parlait à l'instant là ? J'ai oublié…

Drago s'empara rapidement d'une feuille et gribouilla à toute vitesse « bébé sortilège caméléon ».

- Voilà, comme ça on oubliera pas… Mais pourquoi j'ai écrit ça ?

Harry ferma les yeux et se concentra.

- Le-bébé-est-là. Finite Incantatem !

Tous les caméléons de la classe réapparurent.

Sauf le bébé.

- MERDE IL S'EST CASSE !

- POTTER ! LA PORTE EST OUVERTE !

Les deux non-amis se précipitèrent dans le couloir sous le regard un tant soit peu éberlué du reste de la classe.

- Voyons les choses positivement, fit Malefoy en courant comme un dératé. Le sortilège est levé.

- J'espère…

Tout à coup un cri rauque inhumain leur perça les tympans, et ils virent débouler à toute allure Miss Teigne, leur professeur de Potions agrippé à sa queue et riant aux éclats. D'un superbe plaquage Harry arrêta la chatte, pendant que Malefoy essayait de décrocher bébé Snape.

- PFFFCHHHHTTTTT !!!!!!!

- OOUUUAAAAHHHH !!!!!!!

Les deux ados se redressèrent, échangèrent un coup d'œil, et éclatèrent de rire : Harry avait l'air d'être passé sous un rouleau de fils barbelés, Drago entre les mains d'un coiffeur fou.

- Tu pisses le sang. Tiens, fit le blond en lui tendant un mouchoir.

- Tu ne t'es pas vu, tu ressemble à une pelouse mal tondue ! Merci.

Harry lui jeta un regard en s'essuyant la figure. Il était trop mignon avec ses cheveux décoiffés ! Il faisait petit garçon… surtout avec ce sourire… à croquer. Miam ! *Nan mais Harry, tu parles de MALEFOY là ! Ouhouh, calme-toi !* N'empêche…

- Aïe… Nan Sevy, lâche mes cheveux !

- Bouge pas.

Harry dégagea doucement les mèches blondes des petits poings serrés, pendant que Drago restait immobile, retenant son souffle.

- Voilà. C'est dommage que tu laques tes cheveux, dit le brun sans réfléchir. Je veux dire…

Harry rougit et se tut. Drago eut l'air surpris, mais le bébé détourna son attention en lui mordant le poignet.

- Bordel de merde de chiotte de sale mouflet !

- Voyons Malefoy, se moqua Harry heureux de cette échappatoire, on ne jure pas devant le bébé !

- Ouais et ben le bébé, il ne sent pas la rose ! Tiens ! dit-il en lui flanquant dans les bras.

Dumbledore surgit à cet instant d'un couloir voisin.

- Ah, je vous cherchais Messieurs… Des ennuis ? s'enquit-il en remarquant leur mise désordonnée.

- Aucun Monsieur !

- Ah… De toutes façons, votre successeur – pour le bébé – arrive au début de la semaine prochaine. Vous n'en avez plus pour longtemps.

- Oh…

- Bien, je vous laisse à vos… tâches, conclut-il en fronçant le nez.

Une fois le sorcier parti, les deux adolescents s'entre-regardèrent, un peu tristement.

- Dommage hein ?

- Tu l'as dit Potter…

- Ouais. Allez viens, toi. ET BON DIEU, NE FOUT PAS MES LUNETTES DANS TA COUCHE ! SURTOUT QUAND…

- Mmh… C'est ton nouveau parfum Potter ?

A suivre…

Et voilà !

Pôv Sev'… Kesske je lui fais faire… MWAHAHAHAHAHAHAHAHAH !!!! *rire sadique* Et il est pas sorti de l'auberge…Gniark gniark gniark…

Il n'y aura que deux autres chapitres… C'est préférable pour votre santé mentale… et la mienne. Au programme : un nouveau prof-de-Potions/baby-sitter (roh-on-se-demande-qui-ça-peut-bien-être ?), des batailles de purée entre profs, un Sirius tenancier de bordel (non-non c'est une blague ! enfin presque…), des gens qui se rêveillent pas dans leurs lits, des élèves un peu sadiques, Dumbledore obligé de se mettre en colère contre tout ce petit monde…

Houlà.

Une corde, quelqu'un a une corde ? Je me fais peur…J'ai honte…

J'veux un Sev' tout pareil… Enfin j'le veux bien adulte aussi…*bave*

                 Lychee ( lychee.ln@libertysurf.fr )