Ceci est ma première participation au défi aventure. C'est une réécriture (très très libre) d'un conte de noël (je donnerai le titre à la fin pour laisser une chance de trouver)

Bonne lecture

Bob s'en allait dans la neige en tapant les talons. Il était parti de son camp ce matin-là, alors que le soleil se levait à peine. Son camp, c'est à dire là ou son groupe avait choisi de passer la nuit.

Lui, c'était un pyromage, demi-diable aussi. Avec les cheveux bruns et bouclés qui lui tombait sur les épaules, vêtu d'une grande robe rouge de mage recouvrant sa frêle carrure, d'épaulettes de cuirs, ne lui offrant qu'une bien maigre armure et de son bâton.

En se réveillant, il s'était senti déprimé et terriblement seul. Ses compagnons n'étaient pas amicaux du tout. Il fallait qu'il effectue toutes les tâches du camp : aller chercher le bois et l'eau, monter les tentes, faire la cuisine, veiller à la satisfaction de tout le monde, soigner tout le monde après les batailles, et bien sûr il n'y avait personne pour l'aider ou s'occuper de ses propres blessures. Et si quelque chose n'était pas à leurs goûts, s'était forcément de sa faute, et les remarques désobligeantes fusaient, parfois accompagnées de quelques coups, soi-disant amicaux, mais qui lui laissait tout de même de gros bleu sur le dos ou les épaules.

- J'en ai assez de rester avec eux, d'être au service des gens. Je veux être libre de vivre ma vie comme je l'entends, pouvoir me poser dans une petite ville, profiter de la vie de citadin en faisant mes recherches tranquilles. Sans obéir aux ordres d'abrutis se prétendant aventurier.

Et bien qu'il regrettait la chaleur du feu, tant que ses compagnons dormaient encore, Bob était parti à la fin de son tour de garde, non sans avoir vérifié qu'aucun danger ne guettait ses anciens compagnons.

Maintenant, il s'en allait dans la neige... Il levait haut les pieds, l'un après l'autre, et chaque fois qu'il en posait un, cela faisait dans la neige un petit trou.

Or, depuis bien cinq minutes, un voleur le suivait. Un de ces voleurs qui tentait de vous approcher furtivement pour vous jeter dans la neige, vous détrousser et repartir aussi vite qu'ils étaient arrivés. Celui-là suivait discrètement Bob, mais quand celui-ci se retournait, il plongeait vite derrière un buisson.

- Hmmm, disait Bob, j'avais bien cru pourtant entendre...

Et dans son buisson, le voleur retenait son souffle. Mais, Bob finit par l'apercevoir du coin de l'oeil.

- Brrr ! Lui fit-il au nez tout en envoyant une gerbe de flammes dans sa direction.

Pauvre voleur ! Il eut si peur qu'en fuyant il trébuchait sur toutes les branches et que se fut miracle qu'il ne se cassa rien. Il partit dans la forêt et l'on ne le revit plus.

- Tradéridéra, tralala ! Chantait Bob en arrivant en ville, c'est très agréable de retrouver une ville après tout ce temps à crapaüter dans la nature. Je ne veux plus jamais partir à l'aventure !

Après cela, au détour d'une ruelle il trouva un pot de miel, une paysanne l'avait sans doute perdu au retour du marché. Mais Bob n'arrivait pas à l'extraire du trou ou il s'était coincé. Après avoir essayé de toutes les manières, il devint furieux.

- Tiens, grande bête de pot, dit-il en lançant un coup de pied, reste là si ça te plait !

Et la pierre qui coinçait le pot bougea légèrement, juste assez pour que Bob puisse récupérer le miel sans soucis.

- Mm ! Mm ! Faisait Bob en se régalant, que la vie est belle en ville, plus jamais je n'irai à l'aventure, ça non !

Naturellement, quand il eut bien déjeuné, qu'il se fut bien frotté le ventre, il eut envie de faire la sieste, il loua donc une chambre dans une auberge et dormit un bon coup.

Quand il se réveilla, c'était presque le soir... Deux enfants jouaient bruyamment en discutant :

- C'est le soir de Noël ! Disait l'un

- C'est ce soir que chacun doit aider quelqu'un, secourir les malheureux, réparer les injustices..., répondit l'autre plus âgé, un adolescent sans doute.

- Oui, mais c'est surtout le soir ou on reçoit des cadeaux ! Dit-il tout excité le plus jeune

- Oui, bien sûr, mais seulement si tu as été très gentil toute l'année. Aller viens, on va aller aider maman à préparer le repas.

" Tiens... Tiens..., se disait Bob, je ne connaissais pas cette coutume... " Et puis les deux garçons s'enfuirent en courant et en riant.

Et Bob sortit de sa chambre et repartit en ville, cherchant une bonne action à faire... Mais les rues étaient désertes. Tout le monde semblait affairé chez lui, à préparer la fête. Pas une personne dehors, pas une porte ou un magasin ouvert. Soudain au détour d'une petite ruelle, alors qu'il s'apprêtait à rentrer dans sa chambre, il vit une porte entrouverte et l'on pouvait distinguer des voix:

- Messier, Messier, du calme, disait une première personne un peu nerveuse, je vais traiter toutes vos demandes, mais il me faut un peu de temps, voyons...

- Ouai ben t'as intérêt à te dépêcher le vieux..., répondit quelqu'un, beaucoup plus agressif

- Et si vous alliez vous détendre avec une bonne bière dans la salle voisine, ajouta la première personne, vous trouverez un tonneau et des chopes juste à côté de l'entrée.

Bob entendit des grognements d'approbation, puis il s'approcha de la porte avant d'entrer doucement en toquant.

- Bonjour... commença-t-il doucement avant de se faire couper par le propriétaire des lieux

- Désolé je ne prends plus de demandes ce soir, revenez demain.

- Je ne viens pas pour demander, j'ignore même ce que vous proposez, j'ai cru entendre que vous étiez en difficulté et je voulais proposer mon aide. Rectifia Bob en se figeant sur le pas de la porte

- He bien, alors ce n'est pas de refus, ici c'est la guilde des aventuriers, entrez donc, je vais vous expliquez.

En rentrant dans la boutique Bob vit une petite porte, donnant sur la salle avec les aventuriers que l'on entendait à peine, deux petites fenêtres qui donnait sur la ruelle de l'autre côté de la taverne, la salle principale composée de quelques tables et chaises ainsi que d'un comptoir qui semblait déborder de petits papiers, les annonces et demandes.

Il devait lire les différentes réclamations, demande de membre pour groupes déjà formés ou demande de groupe pour les solitaires, ainsi que les annonces de missions, puis tout répartir pour que tout le monde ait une réponse favorable à ses sollicitations et une mission à son niveau.

Bob s'amusait comme un fou, et il était très efficace grâce à sa mémoire, il retenait toutes les annonces et répartissait à une vitesse ahurissante. Si bien que le commerçant lui avait proposé de l'embaucher à mi-temps et de lui louer la petite chambre qu'il possédait, ainsi il pourrait s'installer dans cette ville qui avait l'air fort sympathique. S'il était resté, sage membre du groupe, aurait-il jamais connu une joie pareille ? De temps en temps, cependant, il pensait :

" Et ma bonne action dans tout ça ? "

Et alors qu'il était satisfait d'avoir tout distribué et qu'il s'apprêtait à rappeler tout le monde pour les en informer, Bob remarqua un petit bout de papier par terre. C'était une demande d'un groupe, ils étaient déjà trois, un guerrier, un nain et un archer et étaient à la recherche d'un mage, offensif de préférence, pour une mission.

Le tavernier regarda Bob d'un air désolé. Il était visible par tous que c'était un pyromage et pour sa réputation il ne pouvait pas se permettre de satisfaire tout le monde sauf un seul groupe.

Alors Bob fit un soupir, regarda par la fenêtre la ville où il faisait si bon vivre et puis se décida à repartir à l'aventure avec ce groupe. Il l'avait trouvé sa bonne action finalement, il aiderait cet homme qui lui avait tant proposé et ces aventuriers, avant de retourné a sa petite vie tranquille de citadin.

Après la distribution, seul ces trois personnes restaient présentes : " Et nous alors ? " Lança le nain, qui avait un bras mécanique

.

Bob paniqua un peu en remarquant que le guerrier était en fait un paladin, ou un inquisiteur il ne savait pas. Il pensait : " Bon de toute manière ce n'est que pour une mission, et puis il me semble sentir des émanations de magie venant de l'archer donc s'il voyage avec lui j'ai une chance de passer inaperçu aussi. "

Bob sortit de derrière le comptoir en parlant de sa plus belle voix, " Bonsoir, je suis Balthazar Octavius Barnabé Lennon, ou Bob c'est plus simple. Comme vous pouvez sans doute le voir, je suis pyromage, je viendrais avec vous pour cette mission, je serais prêt d'ici une demi-heure le temps que j'aille récupérer mes affaires à l'auberge. Ensuite, nous pourrons partir quand il vous ira ".

Le paladin le jaugea du regard quelques secondes avant de déclarer, la voix dure " On comptait passer la nuit à l'auberge et se mettre en route demain, vous nous montrez le chemin ? "

Bob vit le nain lancer un petit regard de reproche en direction du guerrier et ajouter plus doucement " On pourra en profiter pour faire connaissance "

En s'engageant avec ce groupe Bob pensait juste accomplir une simple mission, il n'imaginait pas une seule seconde trouver de véritables amis qui lui redonnerais goût pour l'aventure, qui l'accepterais tout entier et qui l'accompagnerais pour une bonne partie de sa vie.

Voilà, le conte repris était Michka de Marie Colmont un conte de noël qui m'a bercé pendant les veillées de l'avant.

Merci d'avoir lu

Hykus