Bonjour tout le monde !

Un grand merci à Leithi pour les corrections, les conseils et l'avis sur ce chapitre !

Merci à keelhaulrose pour avoir accepté la traduction de sa fanfiction !

Merci pour les nombreuses reviews que vous m'avez laissé !

Bonne lecture !


Elle avait peur et elle ne savait pas trop pourquoi. Elle était à mi-chemin de chez elle, à un pâté de maisons de chez elle, mais elle sentait ses petits cheveux à l'arrière du cou s'hérisser. Elle faisait aussi attention qu'elle le pouvait, mais elle n'entendait que le doux écho de ses talons sur le trottoir.

Lentement, elle a mis sa main dans sa veste et a retiré sa baguette. Elle la gardait près d'elle, donc c'était tout sauf invisible pour le monde extérieur, mais elle était prête à réagir à la moindre provocation. Elle passa devant une voiture au ralenti sur le bord de la route, ses phares inondant faiblement la zone devant elle. Dès qu'elle fut hors du regard des deux personnes en train de se disputer à l'intérieur de la voiture, elle murmura un charme Supersensoriel. Elle ne voyait à présent pas seulement ce qui se trouvait devant elle, mais également ce qui était derrière elle. Et elle pouvait immédiatement dire ce qui la faisait se sentir si mal à l'aise.

Un jeune homme pâle et beau avec des yeux sombres, pas beaucoup plus âgé qu'elle, marchait à environ un demi-pâté de maison derrière elle, la regardant attentivement. Les hommes au hasard ne provoquait pas cette réaction en elle, elle n'avait pas peur de certains moldus, et pourrait facilement se défendre. Mais il y avait quelque chose dans cet homme, quelque chose qui n'allait pas, quelque chose que son corps lui criait de ne pas ignorer.

Elle réfléchit à ce que cela pouvait être pendant quelques secondes jusqu'à ce que l'homme entre dans la lumière des phares. Et il y eut un scintillement, pas plus d'une fraction de seconde, de quelque chose dans ses yeux qui lui glacèrent le sang. Elle se dégrisa alors que l'adrénaline coulait dans ses veines.

Ces yeux étaient non seulement sombre, mais il y avait une touche pourpre en eux.

Son souffle se bloqua un instant. Elle a réalisé qu'elle était traquée. Par un vampire.

Sans le vouloir, son rythme de marche s'accéléra et derrière elle, l'homme accéléra légèrement pour la suivre. Elle savait qu'elle pouvait juste transplaner, pourrait se retourner et disparaître, mais quelque chose était différent dans la façon dont ce vampire l'avait regardé. Elle avait déjà vu un regard affamé et avait lu un douzaine de récit de personne ayant rencontré des vampire, et aucun d'entre-eux n'avait jamais décrit l'intensité avec laquelle celui-ci la regardait. Son instinct, le plus fort qu'elle ai jamais eu, lui disait que l'Apparition ne lui ferait pas gagner beaucoup de temps. Elle connaissait leurs pouvoirs, savait qu'il l'avait probablement entendu dire à Harry qu'elle ne vivait qu'à trois rues du club. Ils avaient déjà traversés deux rues, elle n'avait plus qu'a avancer un peu avant d'arriver chez elle. Il savait où elle vivait et quelque chose lui disait qu'il attendrait, enlevant ses voisins un à un, jusqu'à ce qu'il la trouve.

Elle s'est détournée de sa maison, a presque sprinté dans le pâté de maison suivant, a pris un autre virage serré, et lorsque des buissons lui ont temporairement empêché de la voir, elle a transplané dans le bâtiment voisin, qui se trouvait être une église. S'il la traquait vraiment, il serait encore capable de la sentir. Il y avait un homme à côté de chez elle qui réparait sa voiture, et il représentait une cible beaucoup plus atteignable qu'elle, qui venait de disparaître dans les airs. Elle se sentait légèrement coupable d'avoir mis l'homme en danger, mais elle était presque certaine que le vampire l'éviterait. S'il entrait dans l'église, elle serait que sa faim n'était que pour elle. Elle se tenait sur les chevrons au-dessus de l'autel, un charme de bouclier qui l'empêcherait de l'atteindre avant qu'elle puisse s'enfuir. s'il entrait dans l'église, elle irait chez Harry pour trouver un plan là-bas. Avec un peu de chance, si le vampire pensait qu'il ne pourrait jamais l'atteindre, il abandonnerait et continuerai sans tuer la moitié de son quartier. Dans le noir et le froid, ses oreilles ramassaient tous les bruits et son cœur s'arrêta alors que la poignée de porte grinçait en s'abaissant.


Elle était nerveuse, il le savait pratiquement sans utilisé sa capacité d'empathe. Mais en passant devant une voiture garée sur le bord de la route, il sentit sa nervosité si transformer en terreur. Pendant un moment, il pensa qu'elle avait découvert qu'elle était suivie, mais comment l'aurait-elle fait ? Elle ne s'était pas retournée et il ne voyait aucun miroir ni rien qui lui permettrait de voir derrière elle. Elle avait fait un mouvement assez particulier avec son bras, mais cela ne pouvait pas amener quelqu'un à voir derrière eux, n'est-ce pas ?

Il savait qu'il y avait quelque chose de différent chez cette fille, quelque chose qu'il ne pouvait pas trouver. Elle et son ami avait parlé d'Apparition, peu importe ce que c'était. Peut-être un nouveau terme pour quelque chose, il ne savait pas. Et peu importe, quoi qu'il en soit, elle choisi de continuer à marcher, ce qui la rendait infiniment plus facile à suivre. Il a décidé de retenir le meurtre jusqu'à ce qu'elle soit chez elle. Il n'y aurait aucune possibilité que quelqu'un voit quoi que ce soit et il serait beaucoup plus facile d'éliminer le corps. Personne ne soupçonnerait quelque chose qu'une personne aussi déprimée qu'elle se suiciderait.

Elle marchait plus vite maintenant et elle se retourna. Ils avaient dépassé trois blocs, alors elle devait être près de chez elle, où elle se sentirait en sécurité et où elle s'installerait dans sa routine nocturne. Encore un peu de patience, dit-il à son monstre intérieur. Attends que ce soit plus facile. Alors je pourrais savourer le moment.

Elle se retourna et il la perdit de vue. Il couru plus rapidement, puis a tourné autour des buissons, elle venait de marcher par là.

Rien.

Il grogna alors que ses yeux balayaient la zone. Il y avait un homme seul, la porte du garage ouverte, penchée sur le capot de sa voiture, mais aucun signe de la jeune fille. Il inspira profondément et attrapa juste une trace de son odeur. Cela venait de l'église à côté de lui. Il a souri. Elle avait choisi un endroit intéressant pour ses derniers moments.

Combattant ses muscles pour garder ses mouvements humains, il se dirigea vers la porte de l'église et abaissa la poignée. Elle était fermé à clef, mais avec une flexion rapide du muscle, la serrure se brisa et il pouvait ouvrir la porte. Il entra, son odeur le maîtrisant et ferma la porte derrière lui. Il parcourut la pièce et ne la vit pas. Mais il l'entendait respirer lourdement et leva les yeux vers le toit.

« Tu pensais pouvoir te cacher là-bas, n'est-ce pas ? » ronronna-t-il en marchant vers elle, mais il ne fût pas surpris quand, alors qu'il approchait de l'autel, une force invisible l'empêchait de se rapprocher.

« Je savais que je pouvais me cacher ici. » dit-elle avec confiance.

« Un petit tour que tu as ici. » marmonna-t-il, passant sa main sur la barrière invisible et la regardant. C'est à ce moment-là qu'il a vu le bâton serré dans sa main blanche.

« J'ai plusieurs astuces. » a-t-elle répondu.

« Toutes contenu dans cette baguette, sorcière ? » il ricana.

« Elle ne m'a jamais laissé tomber. » répondit-elle, sa voix tremblant légèrement. « Pourquoi m'as-tu suivi ici ? Cet homme à l'extérieur était beaucoup plus facile à tuer. »

« Ce serait difficile pour toi de comprendre, la mia cantante. » il sourit.

« Ta chanteuse ? » son front se plissa. « Qu'est-ce que ça veut dire ? »

« Cela signifie que ton sang m'appelle d'une manière à laquelle je ne peux pas résister. Cela signifie que je continuerai à te chasser, même si tu utilise ta magie et que tu t'enfuis. Je sais dans quel quartier tu vis et je patrouillerai jusqu'à ce que je trouve où tu habites, même si tu as une protection contre moi, parce qu'un jour tu vas faire une erreur, peut-être demain, peut-être dans quatre-vingt dix ans, mais tout le monde fait des erreurs. Ou ton compagnon, que je pourrai contraindre à me dire où tu habites, et ensuite tuer par ennuis. Je te tuerai, ma chérie. Je ne pourrais pas me reposer avant d'avoir goûté ce que ton odeur m'a promis. »

« Laisses Harry en dehors de ça. » murmura-t-elle. « Il n'a rien fait. »

« Et pourtant, il est la seule source d'information sur ta situation. Il semble se soucier de toi pour connaître au moins les informations générales sur ta localisation. Je le garderai jusqu'à ce que je te trouves, alors son utilité est un plus. »

« Non. » murmura-t-elle, une lame coulant sur son visage.

« Si tu tiens à lui, pourquoi ne viens-tu pas ici ? Je promets que je vais rendre ça rapide et indolore. Ça sera comme aller dormir. » dit-il, testant ses capacités à travers son bouclier, essayant de la calmer.

« Qu'est-ce que tu fais ? » siffla-t-elle, luttant contre ce sentiment de calme, se sentait plus terrifié que jamais. « Arrête ça ! »

« Ah, alors tes protections ne peuvent pas tout garder. » il sourit, convaincu qu'il avait le dessus dans quelque chose, bien qu'un peu perturbé qu'elle reconnaisse ses tentatives.

« Je veux vivre. » dit-elle fermement.

« Et j'attendrai. Même si cela signifie que je dois t'emmener sur ton lit de mort, ma chérie, je t'aurai. »

Il y eut un bruit derrière l'autel et il baissa les yeux. Réalisant son erreur, il jeta un coup d'oeil au chevron, mais la fille était partie. Il jura légèrement alors qu'un vieux vicaire, en robe de chambre et portant une lanterne, émergeait dans l'église.

« Qu'est-ce que tu fais ici si tard, mon fils ? » demanda-t-il alors qu'il s'approchait du vampire.

« Je pensais que je pouvais trouver quelque chose ici, mais comme toujours, ce dont j'ai besoin s'échappe toujours de moi. » grommela-t-il en se retournant, mais la main de l'homme se posa sur son bras.

« Il échappe à la personne qui le cherche. qu'est-ce que tu cherches, mon fils ? » demanda-t-il doucement.

Il soupira. Il était tard et la fille le privait de son repas et le laissait trouver quelque chose pour le satisfaire, bien que rien ne lui convenait. Il aurait besoin de force pour la chasser, il le savait et ne devrais pas se priver d'un repas facile pour l'instant.

« Faîtes-moi une faveur, père. » marmonna-t-il, se retournant vers l'homme, qui le regarda soudainement avec terreur alors que la lumière de la lanterne attrapait le cramoisi de ses yeux. « Priez. Priez pour votre âme, car je ne veux pas vous envoyez au ciel sans une discussion finale avec Dieu. »

L'homme laissa tomber la lanterne et se retourna pour courir, mais trouva son chemin bloqué par Jasper. Il a tourné dans l'autre sens, mais a été bloqué à nouveau. Reculant vers l'autel, l'homme commença à trébucher dans la prière des seigneurs. Jasper le laissa finir et, alors que son « Amen » mourrait dans la pièce, il attaqua.


Reviews !

A bientôt.