Bonjour tout le monde. Voici ma première fanfic sur Tintin. Alors ne vous étonnez pas si vous voyez un nombre à partir d'une certaine ligne; c'est pour indiquer à partir de quel moment j'invente «vraiment» le récit. En effet, les premiers mots sont en réalité situés vers la fin d'une version de «Tintin et l'Alph-Art» achevée par Yves Rodier, fan d'Hergé. Pas d'inquiétude, vous n'avez pas besoin de l'avoir lu pour comprendre ma fic. Les mots d'Yves Rodier sont juste là pour poser une petite partie du contexte de ma fic car j'ai envie que la rencontre avec l'un des personnages de cette version de «Tintin et l'Alph-Art» aient des conséquences dans cette fic.

Maintenant que les explications sont finies, bonne lecture

Prologue: Incompréhension

A l'aéroport

«-Monsieur Tintin?

-Eh bien! Mademoiselle Martine! Comment allez-vous?

-Très bien, monsieur Tintin.

-Je voulais vous féliciter. J'ai été très déçue d'apprendre que le mage était un terroriste très connu mais je suis heureuse que vous ayez réussi à éclairer toute cette histoire.

-Moi, je serais plus heureux s'il n'y avait pas eu tous ces meurtres: Monastir et votre patron Foucart.

-En effet

Euh…Monsieur Tintin,je…J'aimerais vous inviter à dîner. Je voudrais vous faire rencontrer mes parents.

11-…

Euh…Je…Je suis vraiment désolé mademoiselle Martine mais je…je n'ai vraiment pas le temps pour…ça. Sinon, je…peut-être une autre fois mais si cela est possible…Au revoir mademoiselle Martine.

-Les hommes…»

I

Au Château de Moulinsart.

«-Eh bien fiston, qui y a-t-il?

-Heu…rien.

-Comment ça, rien? Ce matin, vous touchez à peine votre petit déjeuner. Cet après-midi, vous n'avez pas envie de faire une promenade et maintenant, vous lisez la même page de votre livre depuis près d'une heure. Ne mentez pas, quelque chose vous tracasse.

-Oh je…Ecoutez Capitaine, je ne pense pas que ce soit quelque chose dont je puisse parler avec vous. J'ai besoin de réfléchir par moi-même. Désolé mais je dois être seul. Vraiment seul, Milou.

-Oui je sais Milou. Moi non plus, je n'aime pas le voir comme ça. On dirait qu'il a perdu toute son assurance. Si seulement je pouvais l'aider.

-Capitaine, vous avez remarqué? On dirait que Tintin a l'air tout triste.

-Oui Tryphon. Je ne l'ai jamais vu comme ça.

-Qu'est-ce vous racontez Capitaine? Je ne l'ai jamais vu comme ça. Il faudrait trouver un moyen de le faire parler. Il ne peut pas rester ainsi, dit Tournesol en quittant le salon

-Je suis du même avis mais je crois que le moussaillon a raison. C'est sans doute quelque chose de trop personnel et nous ne devons pas nous en mêler.»

I

Il pleuvait à torrent dans un paysage entièrement composé de brume. On entendait que le vent et le tonnerre. Seul le froid régnait en maître et il semblait qu'aucune chaleur, ni lumière ne chasserait ce néant glacial.

Soudain, au milieu de ce torrent, un cri se fit entendre.