Bonsoir tout le monde!

Après un peut plus d'un an sans publication sérieuse (autres que les drabbles), me revoilà avec une vrai première! Ma première fic à chapitre pour le challenge de Septembre du Collectif NoName ! Nous devons "Emmener notre fandom au boulot". Du coup, pour l'occasion l'inspiration est venue toute seule.

Mon but à travers les lignes qui vont suivre n'est pas une satire ou une critique d'un milieu. Je tiens à juste énuméré des faits réels, avec des anecdotes réels et des gens réels. Bien évidemment, les noms ont été modifiée par de subtil (pas du tout enfaite) jeux de mots qui résume assez bien chaque personnalité. C'est un travail difficile dans l'écriture car il faut faire interagir des êtres humains sans l'implications de jugement ou de critique. J'espère réussir du mieux que je peut cette tache. Si jamais je venais à échouée, je vous invite à me laisser un petit message afin que je corrige mon erreur!

Comme toujours, aucun des personnages ici ne m'appartient ! Je ne tire aucun bénéfice monétaire suite à cette publication, juste le soulagement de pouvoir posée à l'écrit mon quotidien.

Peut-être que cette fic comportera un chapitre en M, je vous préviendrais à l'avance pour ne pas gêner la lectures des autres ! Cela sera comme un petit bonus. Je ne sais pas combien de chapitre vas comporter cette fanfiction, mais le chapitre un est en cours de correction et le second est en rédactions. Je ne promet pas de publication régulière, je ferais au mieux m

Je remercie infiniment Electre1964 pour avoir donnée de son temps et de sa personne pour la correction de mon français plutôt aléatoire !


« Bonjour. Je dois vous avouer que votre demande m'a surprise. C'est bien la première fois que je fais passer un entretien à deux personnes en même temps. »

James Kirk et Spock se retrouvent dans un bureau, face à une femme brune d'une trentaine d'années pour un nouveau travail.

Suite à une énième erreur de téléportation, les deux comparses se sont retrouvés bloqués sur terre à une époque révolue. Ils sont actuellement sur Terre, en France métropolitaine quelque part au milieu de l'an deux mille dix-huit. Ayant perdu tout contact avec l'Enterprise ils sont désormais livrés à eux-mêmes dans un milieu à la fois étranger et familier. Ils ont préféré rester en France. Ils sont plus connaisseurs de la géographie et de l'histoire de l'Amérique du nord. Mais Jim, avec sa chance légendaire, serait capable de croiser ses ancêtres !

Dans ce siècle, la monnaie a encore une valeur autre que culturelle. Ils se doivent de trouver un travail pour subvenir à leurs besoins primaires. Heureusement, dans un certain sens, que la pauvreté est encore d'actualité. Cela leur permet de camper gratuitement et sans trop de problème dans les jardins municipaux ouverts de nuit. Les logements coûtent une fortune, même en location ou co-location, et il est déjà difficile de se nourrir convenablement en prenant en compte le végétarisme de Spock. La viande, les légumes et les fruits frais ont un tarif élevé. Le surgelé est compliqué à conserver et les plats préparer sont chers et ils ne peuvent pas les réchauffer. Ou du moins, ils n'ont pas le droit de les réchauffer avec leurs méthodes. L'utilisation des phasers pourrait se faire remarquer et ils ne sont pas prêts à courir le risque.

Il est interdit de dévoiler quoi que ce soit sur l'avenir de cette planète aux l'habitants de cette époque. Cela pourrait modifier des évènements qui les bloqueraient dans une réalité parallèle à la leur. Ça anéantirait toutes chances de pouvoir rentrer chez eux. Même entre eux c'est risqué d'évoquer les évolutions. A l'heure de ce monde, les Hommes découvrent tout juste les téléphones portables tactiles, les smartphones, les tablettes numériques, les montres ou lunettes connectées, la technologie de reconnaissance faciale ou vocales, l'aérospatiale, la composition de Mars. Ils ne sont pas prêts à savoir quand aura lieu la troisième et dernière guerre mondiale, ils ne connaissent que les armes à feux et les guerres de religions persistent. Ils subissent encore la famine, les morts par cancers et les autres maux de cette avancée médicale archaïque. Le premier contact Extra-Terrestre avec les vulcains est loin d'avoir lieu. Tout comme l'arrivée des maladies dûes aux autres formes de vie ou même simplement des premiers métissages inter-espèces. Alors comment parler librement d'erreur de téléporteur, de modification des communicateurs, de Starfleet et de la fédération ?

Spock passe comme un original dans les yeux des Hommes. Il créé aussi la peur et le dégoût pour beaucoup d'autres. La preuve que la population n'est pas prête à supporter plus qu'un extra-terrestre qui passe pour un Terrestre. C'est compliqué de garder le moral et la tête haute dans de telles circonstances. Spock semble toujours ne pas se soucier des regards blessants et des mots cruels. Mais Jim sait. Il sait ce qui se cache sous la carapace d'indifférence du Vulcain. Il sait ce que le brun ressent et la honte qui grandit en lui. Encore cette histoire de génétique qui le dévore de l'intérieur. Même si pour le coup, il préfèrerait être plus humain que vulcain afin de se fondre dans la masse. C'est comme si Spock était retourné dans son enfance, et Jim le sait, et il souffre autant que le vulcain de cette situation.

Pour ressembler aux habitants de cette époque, le duo a dû abandonner l'uniforme de Starfleet, déposer les communicateurs et cacher les phasers. Ils sont donc munis de téléphones portables dont le fonctionnement leur semble à la fois rare et étrangement contraignant. Jim a pu garder son style d'avant car un t-shirt avec une veste en cuir et un jean, c'est intemporel. Par contre, pour Spock c'est un peu plus compliqué. Les hommes avec des robes ou des tuniques vulcaines ne sont pas courants dans la région. Ils ont fait plusieurs magasins de vêtements à la recherche de pantalon et t-shirt dans lequel le vulcain pourrait être à l'aise avant de trouver, mais ce n'est pas évident avec des matières qui ont disparu de leur monde et des découpes plutôt étranges. Ce n'est pas avec leurs revenus inexistants qu'ils pourraient se payer le luxe de vêtements confortables de toute manière.

Avec cet accoutrement Spock a l'infime espoir que le regard des gens sur lui va changer afin qu'ils puissent trouver un travail. En tout cas, le regard du blond sur Spock n'a pas changé. Toujours autant d'affection et de joie de voir ce vulcain accepter de s'ouvrir à lui. Jim est fier des progrès du brun sur lui-même. Il commençait à accepter son métissage et le blond se fait un devoir de ne pas laisser Spock se refermer à cause de la mentalité actuelle.

Il est vrai qu'une telle demande peut sembler curieuse voire mal avisée. Cependant, mon ami ci-présent -Jim désignait alors le vulcain- présente des difficultés à être accepté et compris. Or je suis le mieux placé pour cela.

Malgré sa locution qui peut le faire croire souffrant d'une forme d'autisme ou d'insubordination, sachez qu'il n'en est rien ! Ses connaissances vous surprendront et sa logique quasiment implacable serait sûrement utile au quotidien. Imaginez un débutant qui comprend le fonctionnement d'une caisse enregistreuse du premier coup !

Son contact avec la clientèle peu paraitre froide ou rustre mais ses conseils seront toujours justes et utiles.

Merci, mais je suis sûre qu'il aurait pu se présenter tout seul… Du coup et vous ? Quels sont vos atouts et vos défauts ?

Heu … »

En voilà une question à laquelle il ne savait pas répondre. Jusqu'à aujourd'hui il n'a pas eu besoin d'y penser. Les écoles dans l'Iowa sont ouvertes sur dossier et c'est plus Starfleet qui l'a débauché pour l'académie qu'autre chose. Par la suite il a plus ou moins gagné le commandement de l'Enterprise grâces aux épreuves endurées et à la foi sans faille de son équipage.

James Kirk est un excellent élément moteur au sein d'une équipe. Il sait mieux que quiconque remonter le moral, encourager et pousser les personnes à devenir meilleures et à donner leur maximum. Il prône la morale et la justice qui sont pour lui des valeurs certes humbles mais surtout essentielles à une bonne cohésion.

Il est plutôt têtu et n'abandonne jamais une idée. Il est doté d'une empathie exemplaire et d'une joie de vivre unique très contagieuse.

Ses précédentes aptitudes à la gestion d'une équipe nombreuse lui permettent de s'adapter à chaque individu se présentant à lui. »

C'est Spock qui, jusqu'à maintenant, n'avait pas prononcé un mot en fixant un point dans le fond du bureau, qui avait parlé. Ses yeux s'était immédiatement posés sur Jim. Ce dernier n'osait pas le regarder. Il n'avait pas pour habitude qu'on chante ses louanges et même si de la part de Spock c'était la plus belle preuve d'affection, cela restait désagréable. Il ne s'était jamais rendu compte de l'impact qu'il semblait avoir eu sur son équipage et il tenta de ne pas trop penser à l'Enterprise.

Le vulcain détourna son attention pour attendre le verdict de leur interlocutrice.

Dans ce cas messieurs, je vais garder vos papiers et vous donner rendez-vous lundi matin à huit heures trente devant le magasin. Je vous laisserai aux mains d'Iris. Notre réserviste qui vous fera visiter l'entreprise et faire votre première ouverture de magasin. A bientôt Jim et Spock. Bon dimanche à vous et bienvenue à Bambiland. »