Je poste ce chapitre assez rapidement, parce que je sais pertinemment que - en l'état - le premier n'a rien d'intrigant. Dans le pire des cas, mes textes finiront par se noyer dans la masse.

Bonne lecture !


Isaak N. BARBARA
Localité : USS Enterprise
Entrée 2

Je suis épuisé, mais content d'être enfin posé dans ma cabine qui est, avouons-le, assez grande (tout est relatif, mais comparé au placard que je devais partager avec Tyler, c'est le grand luxe). Quelle journée ! Je suppose que ça se passe toujours comme ça quand le vaisseau part en mission. Monsieur Scott est... énergique. Ce n'est pas un mal en soi, mais il a constamment l'air d'engueuler tout le monde. Entre les vérifications, les ajustements, les réparations de dernière minute et les accidents cons, il n'a pas fallu longtemps pour le voir péter une durite.

Un des cadets - un certain John Lars, je crois – s'est coincé le poignet dans un des moteurs d'appoint, provoquant une panique générale dans la salle des machines. Après coup, je me demande très sérieusement comment il a fait pour se retrouver dans cette situation. C'est tellement improbable que j'ai presque envie de le féliciter. Dans toute cette effervescence, j'ai rencontré Ethan Black, mon aîné de 2 ans, auxiliaire de communication et sous-lieutenant spécialisé dans le traitement des informations. Sur l'Enterprise depuis un an, il réceptionne, tri et réparti les messages reçus sur les différents canaux de communication. Un travail qui demande beaucoup de concentration et une connaissance pointue des différents dialectes. Ethan est sympathique et un peu râleur, mais le courant passe bien. Il ricane ou fait la grimace à chaque fois que je fais mention de ma joie d'être ici. ''Ça te passera'' m'a-t-il dit.

Le calme est revenu en fin de journée. Ethan m'a fait visiter une partie du vaisseau, je n'ai pas osé lui dire que j'avais minutieusement étudié les plans avant de venir. Il aurait sans doute encore ricané. À la cafétéria, il m'a présenté Elly Kyle, une jeune femme de 27 ans, solaire et éloquente. Ils se connaissent depuis l'Académie et ont fait leurs classes ensemble. Elle m'a tout de suite adopté et m'a parlé comme si on se connaissait depuis toujours. Je n'ai pas l'habitude de ce genre de familiarité, mais j'ai l'impression que c'est de coutume sur l'Enterprise. Elly fait partie du corps médicale. Elle était psychiatre avant de s'engager, elle exerce à présent en tant qu'infirmière sous les ordres du Docteur McCoy. ''Un homme compliqué'' d'après ses dires. Je n'ose même pas imaginer comment le cadet Lars et sa maladresse ont été accueilli.

L'Enterprise est un bijou de technologie. En plus d'être une machine terriblement sophistiquée, c'est un lieu en mouvement constant. Une véritable fourmilière. Les équipes se relaient toutes les 8 heures. D'après ce que m'a dit Elly, ils s'arrangent pour préserver l'horloge interne des membres de l'équipage. Je trouve ça vraiment malin d'adapter la luminosité des structures en fonction des heures terrestres. La lumière est légèrement tamisée de 6 heure à 10 heures pour simuler le levé de soleil. Elle est à son maximum de 11 heures à 19 heures, puis décline lentement jusqu'à 23 heures. Mis à part en ingénierie, à l'infirmerie, dans le réfectoire et sur la passerelle, l'éclairage est à son minimum de minuit à 6 heure du matin. En ce moment même, les couloirs sont éclairés par des veilleuses. C'est vraiment rassurant, pour être honnête. Le vaisseau est très blanc et propre, voire trop, de quoi devenir fou. Ce genre de variation est bienvenu.

Pour revenir au travail j'ai des horaires convenables, je fais partie de l'équipe de jour. Je travaille de 8 heures à 16 heures. Je me repose, fais mes exercices sportifs et autres activités libres durant le deuxième quart, et dors pendant le troisième. Ça me convient très bien. D'après ce que j'ai compris, le capitaine Kirk, le commandant Spock, le chef ingénieur Scott et le médecin chef McCoy ne disposent pas de ce luxe. Il y a bien un système de quarts, mais leurs grades leur imposent d'être accessible à tout moment de la journée. Les pauvres...

Tyler est aussi de l'équipe de jour, il était sensé me rejoindre pour qu'on parle de notre journée, mais je suis sûr qu'il préfère se détendre. Le connaissant, il a dû trouver de la compagnie pour la nuit. J'ai bien douillé en ingénierie, mais je n'ose même pas imaginer l'activité sur la passerelle. Parce que, oui, il est bel et bien sur le pont de commandement en tant que navigateur. J'étais présent quand il a reçu la nouvelle, si je ne m'étais pas éloigné il m'aurait embrassé de joie. Merci, mais non merci.

Bon sang, j'ai envie de parler de tellement de choses que j'en oublie l'essentiel : d'après le communiqué du capitaine Kirk, nous nous dirigeons actuellement vers Sigma V, un planétoïde sur lequel se trouve un avant-poste de Starfleet. Les 30 membres du personnel sont victime d'un problème sanitaire : une invasion de nuisibles appelé khiil. Une bestiole pas plus grosse qu'un rat, rapide et terriblement affamée qui s'attaque aux denrée de la base et menace la survie de l'équipage. Notre mission est d'accueillir les 30 personnes le temps d'endiguer la prolifération des khiils qui sont – à ce jour – presque 580. Une mission de routine, d'après Ethan et Elly.

La fatigue me rattrape, je vais terminer cet enregistrement et passer ma première nuit ici. Demain s'annonce comme état plus calme.

- FIN DE L'ENTRÉE -


Fichier suivant en cours de chargement...


Isaak N. BARBARA
Localité : USS Enterprise
Entrée 3

Les gens sont cons. C'est un fait qui se confirme chaque jour un peu plus. Le degré de connerie dépend bien évidemment de la personne qui en est la source. Dans l'immédiat, je dirais que – bien que toutes les personnes relayant la blague d'origine soient variablement cons – le taux de connerie du patient zéro crève le plafond. Même si la chose n'est pas bien grave en soit, la probabilité qu'elle me poursuive jusqu'à la fin de mon service sur le vaisseau est vraiment très élevée, d'où ma lassitude. Merci au fameux patient zéro.

Bref, contextualisons...

La journée a bien commencé, pour être honnête. J'ai débuté mon service à 8 heures tapante, en compagnie d'Ethan. Son poste se trouve dans mon périmètre d'action, je peux donc passer mes périodes de creux en sa compagnie. J'en ai appris un peu plus sur son travail et sur lui. Il s'est engagé pour des raisons sentimentales, d'après ce qu'il m'a dit. Une relation amoureuse qui aurait mal tournée, suffisamment pour le dégoûter au point de vouloir partir loin de ses problèmes. D'abord en changeant de ville, puis de pays, puis de planète. Sa première affectation en tant ingénieur en communication s'est faite à bord de l'USS Valiant, sur lequel il a passé trois ans, avant de se faire muter sur l'Enterprise. Ça se serait mal passé avec le premier officier. Il n'a pas développé et, à vrai dire, je n'ai pas réellement la curiosité d'insister.

Pause déjeuné à midi, nous avons rejoint Elly et quelques-unes de ses (bruyantes) amies. Je sais à présent qu'à cette heure de la journée le réfectoire est à éviter. Il y a vraiment trop de monde. Je m'arrangerais pour préparer mes rations à l'avance, afin de profiter de ma demi-heure de repos plus posément. Quitter l'ingénierie pour un lieu encore plus bruyant n'est vraiment pas l'idée que je me fais d'une pause.

Et c'est là qu'arrive le patient zéro...

Tyler, et deux de ses nouveaux collègues, nous ont rejoint à la table. J'ai pu le présenter à mes nouvelles rencontres et il m'a présenté aux siennes. Bon... je suis une queue en relations humaine, mais il me semble qu'Elly a trouvé Tyler à son goût (la malheureuse) et que le sentiment est réciproque. Quant à Ethan, vu l'expression qui s'est dessiné sur son visage quand il l'a aperçu, je pense qu'il a immédiatement décidé de ne pas l'aimer. Ça s'annonce très bien... Bref, tout se passe pour le mieux, même si le brouhaha environnant m'est désagréable, quand Tyler sort la connerie qui me colle à présent au cul.

''Vous savez, j'ai accepté de faire ma colocation avec Isaak parce que je croyais que son prénom était Barbara. Je pensais vraiment que j'allais habiter avec une nana, mais bon c'est tout comme.''

En plus d'être complètement fausse, cette anecdote a eu pour effet de provoquer l'hilarité générale. De un, j'ai accepté Tyler dans mon appartement. De deux, il m'a demandé mon nom au bout de 4 mois de cohabitation, quand- bourré - il a décidé de m'adresser la parole pour la première fois (une histoire assez drôle que je développerai à l'avenir). Mais bon, jusque-là tout va bien, j'ai l'habitude de ses petits mensonges destinés à attirer l'attention. Non, ce qui est vraiment con, c'est que ses collègues ont décidé de m'appeler Barbara. Que Tyler a décidé de m'appeler Barbara à partir de ce jour. Et que, maintenant, TOUT LE MONDE pense que je m'appelle Barbara ! En retournant bosser, M. Scott m'a nommé ''Enseigne Isaak'' après s'être brièvement excusé (non sans un sourire en coin) de s'être trompé jusqu'à maintenant... Je dois maintenant préciser à tout le monde que Barbara est mon foutu nom de famille. J'ai conscience de ne pas être un modèle de masculinité, comme j'ai conscience du manque de nécessité d'être irrité par cette situation, mais tout de même. Merde quoi !

Une fois de retour à nos postes, Ethan a profité de ma contrariété pour cracher sur Tyler. Il y a quelque chose d'étrange dans sa manière d'en parler. Quand je lui ai demandé pourquoi il le détestait, il m'a juste dit qu'il connaissait ce genre de personnalité et que je n'avais rien à y gagner à traîner avec lui. Encore quelqu'un qui ne comprend pas pourquoi nous sommes amis. Ethan n'est ni le premier ni le dernier à se poser cette question.

J'ai passé la deuxième partie de ma journée de travail à courir d'un bout à l'autre du vaisseau. John Lars, le cadet maladroit, devait normalement contrôler les nacelles avec moi. La tâche n'étant pas prioritaire, il n'a pas été remplacé. Mais bon, je suis plein d'abnégation et j'ai la naïveté d'un enseigne, les tâches ingrates risquent d'être mon quotidien, autant s'y mettre tout de suite. C'est sportif, vous savez, de faire des allers-retours continus entre les deux propulseurs principaux du vaisseau. Quatre longues heures à relever les données, vérifier l'équilibre des panneaux, la jauge de combustible, l'intégrité des turbines, entendre des ''hey Barbara !'' à chaque passage, suivi de rires goguenards. La vie est si bien faite... (tu as de la chance Tyler, je ne suis pas rancunier.)

Mon quart a pris fin à 16 heures, comme prévu (je précise, parce qu'Ethan a fait des heures supplémentaires). J'ai décidé de flâner dans le vaisseau pour décompresser un peu. J'y ai recroisé Elly qui m'a proposé de me faire visiter l'infirmerie. Je dois avouer que l'idée d'imposer ma présence dans un lieu tenu par l'ours grincheux qu'est docteur McCoy ne m'a pas réellement enchanté. Heureusement, le calme régnait dans la grande salle de soin. Mis à part Elly et John Lars il n'y avait personne. J'ai pu discuter avec ledit John, un petit gars de 17 ans, timide, mais gentil comme tout. Il n'a pas arrêté de s'excuser de son absence. Travailler seul m'a épuisé, mais ça restait vivable. J'ai passé plus de temps à le rassurer qu'à en apprendre sur lui. Bref, la fin de journée s'est passé sans problème.

Bon, attention, je vais parler comme une collégienne émotionnée, mais j'ai croisé le capitaine Kirk dans un couloir. Voilà, c'est tout. Je l'ai juste croisé, et ça a fait ma soirée... Lamentable.

Ahem ! Nous devrions atteindre Sigma V dans quelques heures. On m'a bien fait comprendre qu'il s'agissait d'une mission de routine, mais honnêtement je suis du genre à prévoir le pire. Dans le doute, vaut mieux que je sois parfaitement reposé.

- FIN DE L'ENTRÉE -


Traitement des enregistrements 2 et 3 en cours.
Nombre d'informations liées à l'enquête trouvé : 3
Niveau d'implication : important


''Important''

L'écho de ce dernier mot n'eut pas le temps de mourir qu'un vent de protestation s'éleva de l'estrade. Il se tortillait nerveusement sur son assise en tentant de calmer son rythme cardiaque. De là où il se trouvait il pouvait voir la totalité des personnes présentes. Ethan semblait à deux doigts de suffoquer, Elly lui pressait amicalement le bras, le juge tentait de calmer la foule et la défense de prendre la parole. Le capitaine le fixait, mais il ne se sentait pas prêt à soutenir son regard. Être mis à nu, comme ça, devant une centaine de personne n'avait rien d'agréable.

- Ça n'a rien d'incriminant ! protesta la foule.

- Votre honneur, tenta l'avocat de Kirk, je ne vois pas en quoi...

- Silence ! hurla le juge en frappant la cloche beaucoup trop fort, je réclame le silence !

Tandis que le calme revenait, il s'autorisa à lever les yeux vers Kirk qui, malgré la situation, affichait un air confiant. Son regard semblait dire ''Ça n'a aucune importance. Ne t'en veux pas''. Et pourtant, il s'en voulait. La seule chose qui, à la base, le l'empêchait de tenir un journal était l'éventualité qu'il puisse être écouté. Ce cas précis faisait partie des pires scénarios possibles. Non seulement on l'écoutait publiquement, mais surtout de manière légale. Il risqua un coup d'œil en direction de l'accusation, les yeux perçant de l'Amiral lui firent l'effet d'un coup de poing dans l'estomac. La panique l'envahi soudainement, il ne voulait pas être là. Il ne voulait pas ça ! Sa respiration s'emballa, il commençait à trembler. Il voulait fuir. Fuir loin du bruit. Loin de ces regards. Loin des oreilles violant son intimité. Loin de tout.

- Veuillez poursuivre la diffusion, fini par dire le juge visiblement agacé, êtes-vous prêt lieutenant-commandant Barbara ?

Isaak ne sut pas par quel miracle il parvint à garder le contrôle, mais le soutien muet de Kirk devait y être pour beaucoup. Il se redressa et inspira profondément.

- Continuez.


AH ! Le coup du procès ? Réellement ?
Le cliché est demandé à la barre !

Bref. J'ai actuellement une faim de loup... Cette information est inutile, mais je tenais à partager les manifestations de mon corps avec vous. Il parait que parler de choses personnelles donne un sentiment de proximité avec le public.