La huitième porte était celle de la mort. Étrangement – tristement – c'était aussi celle du cœur. L'ouvrir vous déchirait les muscles et les tendons, vous brisait le corps et faisait s'évaporer votre sang en une étrange nuée rougeâtre identique à celle qui avait commencé à entourer Gaï.

-Nous devons l'aider, décréta Itami.

-Madara est toujours debout, approuva Kakashi. Il y a le problème de ses orbes noirs.

Ils flottaient dans le dos de Madara. Ils lui permettaient une attaque redoutable et une défense qui ne l'était pas moins.

-Ce sont des armes physiques, fit remarquer Minato. Tu devrais pouvoir utiliser ton Kamui sur elles, Kakashi.

Itami jeta un regard perplexe à l'intéressé. Kakashi n'avait pas l'air au mieux de sa forme. La guerre et les combats précédents les avaient déjà passablement usés.

-Pour être honnête, je ne vois plus très bien de l'œil gauche, soupira-t-il. Je doute de pouvoir viser correctement.

Minato eut l'air songeur. Son regard passa sur les ninjas qui l'entouraient. Itami esquissa un sourire en coin elle pouvait presque voir les rouages tourner sous le crâne de son frère. Bon sang, comme il lui avait manqué.

-Gaara, prépare ton sable, ordonna finalement Minato.

-Pour transporter Kakashi ? Mon sable ne sera pas assez rapide pour éviter les attaques de Madara.

-C'est là qu'Itami entre en jeu. Tam, tu as placé ton sceau sur Kakashi, exact ?

-Tu as vraiment besoin de demander ? lui lança-t-elle en roulant des yeux.

Minato sourit. Il avait envie de retrouver l'enfant qu'elle avait été, de la prendre dans ses bras, de lui ébouriffer les cheveux et de lui assurer que tout irait bien. Que, même sans lui, elle aurait les épaules pour surmonter cette absence.

-Minato !

Le cri d'Itami le ramena brusquement au présent. Le temps qu'il cligne des yeux, sa sœur avait disparu. Plus loin, Gaï filait droit sur Madara, mais celui-ci s'était entouré d'une sphère noire pour se protéger de l'attaque et avait envoyé ses orbes noirs sur son adversaire.

-Gaara, Kakashi, maintenant ! cria Minato.

Sautant sur le nuage de sable de Gaara, Kakashi fonça dans leur direction. Au même moment, Itami réapparut entre les sphères de Madara et le poing de Gaï, levé et prêt à frapper. L'instant suivant, elle avait de nouveau disparu, ne laissant qu'un kunai qui se ficha dans le sol.

-Kamui ! s'exclama Kakashi.

Un trou béant apparut dans la sphère protectrice de Madara. Avant que ce dernier n'ait eu le temps de réagir, Gaï porta son attaque. Brutalement projeté contre la paroi de sa sphère, Madara la fit voler en éclat avant de s'écraser violemment sur le sol, soulevant un épais nuage de poussière.

Puis, essuyant le sang qui avait perlé au coin de sa bouche, il se releva.


Lorsque le petit garçon avec l'affreuse coupe au bol et la combinaison verte était entré dans la classe ce jour-là, Kakashi avait croisé les bras. Il n'arrivait pas à croire qu'on ait finalement admis ce raté, même pas fichu d'utiliser le ninjutsu. On n'était pas un vrai ninja si on n'utilisait pas le ninjutsu.

Itami, elle, avait simplement levé un sourcil et jeté un regard perplexe à Rin, qui avait haussé les épaules avec un sourire. Elle ne savait pas qui était cet énergumène, mais il avait sérieusement besoin de passer chez le coiffeur.

Gaï n'était pas comme eux. Il n'était même pas comme leurs autres camarades. Parfois, il apparaissait au milieu d'un de leurs entraînements pour défier Kakashi, qui se contentait de le fixer d'un œil impassible.

-Je suis occupé, Gaï.

Malgré les éternelles rebuffades, Gaï ne se décourageait jamais. Ses camarades le considéraient au mieux comme un original, au pire comme une nuisance et il tapait en permanence sur les nerfs de Kakashi, qui se refusait à le considérer comme son rival – il ne lui arrivait pas à la cheville. Il était bien plus intéressé par la petite fille qui lui avait tenu tête à l'Académie. Mais Gaï… Gaï était Gaï. Et lorsqu'Itami disparut de Konoha, lorsque Kakashi se retrouva seul, sans coéquipier, sans maître, sans sa partenaire d'entraînement, Gaï lui sauva probablement la vie.


Aujourd'hui, oui, il était devenu son rival. Comme son père l'avait prédit un jour, tant d'années plus tôt. Parce que Gaï n'avait jamais su maîtriser le ninjutsu, mais il n'en était pas moins un formidable ninja. Personne n'était aussi bon que lui au taijutsu, personne.

Et pourtant. Son Éléphant du soir lui-même n'était donc pas assez. Seul face à Madara, Gaï ne jeta pas même un regard en arrière vers ses compagnons. Il savait que sa prochaine attaque serait la dernière. Et ce n'était pas comme s'il avait le choix. Parce que la huitième porte était celle de la mort.

-Gaï de la nuit !

Dans son dos, ses camarades durent lever la main pour se protéger les yeux. Sans hésiter, Gaï mit tout ce qui lui restait dans cette ultime attaque. Il se jeta sur Madara avec une force et une vitesse qui le déconcertèrent. Son pied rencontra le torse de son adversaire, brisant ses côtes, écrasant ses organes… et faisant voler en éclats les os de sa propre jambe. L'attaque dégagea une telle énergie que le sol se fissura sous les pieds de Gaara, Minato et Kakashi, les projetant à terre. Puis soudain, le calme.

Une main se posa sur l'épaule de Kakashi tandis qu'il se relevait. Il tourna les yeux vers Itami.

-Ça va ? s'enquit-il.

Elle hocha la tête :

-Toi ?

Il acquiesça à son tour. D'un même mouvement, ils tournèrent le regard en direction de l'endroit où était tombé Gaï. Itami sentait son cœur battre à tout rompre : il avait un sens du style douteux, il était pénible, bruyant et embarrassant mais il était Gaï. Son affection pour lui était apparue peu à peu, presque en traître. Mais le jour où était revenue, à l'instant où elle avait aperçu cette tenue abominable, elle s'était aussitôt rendu compte à quel point il lui avait manqué. Et maintenant, il gisait au loin.

-Viens, dit-elle à Kakashi. Filons d'ici.

Son Hiraishin les ramena auprès de Minato et Gaara. Kakashi se laissa tomber sur le sol, éreinté. Les autres lui jetèrent un regard un peu inquiet, mais il leur fit signe que tout allait bien. Itami se tourna de nouveau en direction de l'endroit où gisait Gaï :

-Je vais le chercher, décida-t-elle.

La suite se passa très vite. Si vite qu'elle-même n'eut pas le temps de se déplacer. Trop loin pour qu'ils puissent s'en rendre compte, Madara, esquinté mais encore vivant, lança une de ses sphères sur Gaï pour l'achever. Lorsqu'elle réalisa la menace, Itami lança une balise dans cette direction. Mais, filant comme l'éclair vers sa cible, l'attaque allait atteindre Gaï avant elle.

Puis une silhouette apparut là où elle aurait voulu être et envoya bouler la sphère d'un vulgaire coup de pied.


-C'est…

-Naruto, compléta Itami.

Là-bas, le jeune ninja se baissa pour effleurer l'épaule de Gaï. Lorsqu'il se redressa, Kakashi et Itami plissèrent les yeux. Il y avait quelque chose de nouveau, de différent, qui se dégageait à présent de Naruto. Ils en eurent la confirmation très vite, dès que Madara passa à l'action et que Naruto le repoussa apparemment sans difficulté. Il contre-attaqua aussitôt, faisant apparaître un Rasenshuriken de lave que Kakashi et Itami regardèrent avec des yeux ronds.

-Je ne suis pas certain de comprendre ce qui se passe, lâcha Kakashi.

-Naruto est en train d'attaquer… Oh !

Propulsé en direction du tronc gigantesque de l'arbre divin, le Rasenshuriken de Naruto le trancha net.

-Incroyable, souffla Gaara. C'est Naruto qui a fait ça ?

Mais ce n'était pas fini : sous leurs yeux toujours stupéfaits, l'arbre disparut brusquement. Leur attention fut toutefois rapidement détournée par l'arrivée près d'eux de Naruto, qui portait sur son dos le corps roussi de Gaï, qui avait déjà commencé à être consumé par l'utilisation de la huitième porte.

-Gaï ! s'exclama Itami à son approche.

-Il ne va pas mourir, les rassura Naruto en déposant le corps meurtri de Gaï sur le sol. Je l'ai soigné.

-Impossible, le contredit Minato. Il a activé les huit portes.

Naruto haussa les épaules et baissa les yeux sur ses mains, l'air songeur :

-Peut-être, mais on dirait que je peux faire toutes sortes de choses à présent.

Déjà, ses yeux cherchaient Madara.

-Papa, prête-moi l'une de tes balises, réclama-t-il.

Surpris, Minato obtempéra et lui tendit l'un de ses kunai modifiés. Naruto le prit avec un sourire.

-Sois prudent, Naruto, lui conseilla son père. Tout seul, tu…

-Oh, je ne serai pas tout seul.

-Qui…

Mais Naruto était déjà reparti. Il se dirigea rapidement vers Madara et s'arrêta juste aux pieds de son légendaire adversaire.

-Sasuke, comprit Itami.

Et comme pour confirmer son intuition, Sasuke apparut soudain aux côtés de Naruto, téléporté par le Deuxième Hokage grâce à la balise de Minato.


Une fois encore, ils n'étaient que spectateurs d'un combat qui les dépassait de loin. Kakashi comme Itami, et même Minato, suivaient l'affrontement avec les yeux arrondis de ceux qui se savent impuissants. Sauf que cette fois, quelque chose avait profondément changé Naruto et Sasuke, qui parvenaient enfin à tenir tête à Madara. Bientôt, leurs mouvements devinrent si rapides que les autres peinaient même à comprendre ce qu'il se passait. Kakashi renonça à essayer de suivre agenouillé par terre, il cherchait encore à reprendre son souffle et à récupérer un peu. Itami s'était accroupie près de Gaï et gardait un œil attentif sur sa respiration. Gaara et Minato tentaient bien de comprendre le combat, mais c'était peine perdue. Il leur semblait que Naruto et Sasuke avaient toujours une longueur d'avance sur eux, comme s'ils savaient quelque chose qu'eux-mêmes ignoraient.

Peut-être fut-ce pour cela qu'ils furent si lents à réagir. Que même Minato et Itami n'eurent pas le temps d'esquisser un mouvement avant qu'il ne soit trop tard. Que lorsqu'ils firent enfin volte-face vers Kakashi, Madara avait déjà brusquement fondu sur lui, la main tendue vers son Sharingan.

-Kakashi ! hurla Itami.

La seconde suivante, Madara avait filé. Kakashi s'effondra sur le sol au moment où Minato et Itami le rejoignaient. Minato soutint son ancien élève pour l'aider à se relever et Itami se pencha pour regarder la plaie béante de son œil gauche.

-Il faut arrêter le saignement, déclara-t-elle.

Déchirant sa manche sans hésiter, elle plaça le tissu contre la blessure, arrachant un gémissement de douleur à Kakashi.

-Ne sois pas douillet.

-J'aimerais t'y voir.

Itami secoua la tête.

-Ça va aller ? s'enquit Minato.

-Ce qu'il faudrait, c'est…

Un bruit de chute les fit sursauter. Le frère et la sœur se tournèrent vers la silhouette qui venait brusquement de s'écraser dans leur dos. L'œil restant de Kakashi s'arrondit légèrement.

-Sakura ? lança Itami en reconnaissant la jeune fille. Qu'est-ce que tu fais là ?

Sakura se redressa avant de s'expliquer. Mais son regard tomba sur Kakashi.

-Maître Kakashi ! Votre œil ! Qu'est-ce que…

-Madara a mis la main sur mon Sharingan.

-Laissez-moi m'en charger, décréta-t-elle.

Itami fit un pas en arrière et la laissa prendre sa place. Son jutsu médical serait plus utile à Kakashi que tout ce qu'elle-même pouvait faire pour l'aider. Néanmoins, Sakura pouvait faire deux choses en même temps, et pour le moment, Itami avait besoin qu'elle s'occupe à la fois de guérir et de parler.

-Sakura ? Que s'est-il passé ?

-Madara…

-Il a probablement utilisé le Kamui de Kakashi pour se téléporter là où vous étiez. C'est Obito qui t'a renvoyée ici ?

-Oui. Mais il a atteint sa limite, maître Itami. Il peut à peine se déplacer. Madara va mettre la main sur son Rinnegan !

Un bruit de pas les interrompit, suivi d'une voix stupéfaite :

-Sakura ?

Sans ôter les mains du visage de Kakashi, Sakura tourna la tête vers son ancien camarade. Elle pâlit visiblement, le cœur battant soudain à tout rompre. Elle avait essayé, pourtant, de se défaire de ces sentiments dont elle ne voulait plus. Mais rien à faire ils revenaient chaque fois plus forts, plus vaillants, plus adultes.

-Sasuke ?

-Oi, c'est une réunion de famille ? s'écria la voix de Naruto. Maître Kakashi, qu'est-ce qui vous est arrivé ?

-Madara, grinça Sasuke. Et son ombre ?

-C'est bon, c'est bon. Je l'ai immobilisée avec mes clones. Sakura, pousse-toi. Laisse-moi faire.

-C'est quoi, cette histoire d'ombre ? tenta Minato.

Itami haussa les épaules et les garçons ne lui répondirent pas. Sasuke avait l'air ailleurs et Naruto s'était approché de Kakashi pour lui placer doucement une main sur le visage.

-Qu'est-ce que tu essayes de faire, au juste ? lui demanda Sakura d'un air peu convaincu.

-Chut, observe. Allez-y, maître, ouvrez votre œil.

Précautionneusement et un peu inquiet, Kakashi s'exécuta. Sa paupière se souleva, dévoilant un œil gris identique au second. Kakashi laissa échapper une exclamation de surprise.

-Comment as-tu fait ça ? voulut savoir Itami.

-Ben, euh… C'est un peu difficile à expliquer, mais…

-Naruto ! l'interpella sèchement Sasuke. Je m'apprêtais justement à dire à tout le monde de rester sur ses gardes.

-Hé, je réponds seulement à la question ! rétorqua Naruto.

Tandis que les garçons commençaient à se chamailler, seulement interrompus par la voix agacée de Sakura, Kakashi les observa tour à tour avec nostalgie. Trop occupé à se rappeler les enfants qu'ils avaient été lorsqu'il les avait eus dans son équipe pour la première fois, il ne remarqua pas tout de suite le regard qu'Itami avait fixé sur lui. Lorsqu'il s'en rendit finalement compte, il leva un sourcil :

-Quoi ?

-Rien.

Il roula des yeux :

-Je te connais par cœur, Tam.

-Peu importe, balaya-t-elle. Comment va ton œil ?

-Très bien, même si c'est un peu étrange. J'ai l'impression d'être ramené très loin en arrière.

-Et eux, tu vas les laisser se disputer comme des mômes pendant longtemps ?

Kakashi esquissa un sourire.

-Ils ont beaucoup grandi et beaucoup changé, mais au fond…

Il se racla la gorge pour attirer leur attention. Les trois adolescents se tournèrent vers lui d'un même mouvement. Oui, c'était toujours son équipe 7. Mais il était aussi vrai que beaucoup de choses avaient changé depuis ce temps-là.

-Kakashi, l'avertit Itami d'une voix pressante.

-J'ai remarqué. Attention, équipe 7. Devant vous ! J'espère que vous n'avez pas oublié votre toute première mission, celle des clochettes…

-Non, maître ! s'exclama Naruto avec un sourire.

-Nous avons retenu la leçon, approuva Sasuke avec ce qui ressemblait à un soupir.

-C'est le travail d'équipe qui est la clé ! conclut Sakura en serrant les poings.

-Parfait ! Le voilà !


[A/N: Il ne reste que 5 chapitres et un épilogue à cette histoire... J'ai du mal à croire qu'on approche déjà de la fin ! Merci beaucoup pour vos dernières reviews qui m'aident à voir ce récit d'un autre œil.]