Et voilà, c'est la fin. ^^ Merci à tous d'avoir suivi cette fic avec autant d'enthousiasme, pour une histoire dont le but était de me distraire, je pensais pas qu'elle plairait autant ! ^____^

Pour les mises à jours de Précieux et autres, allez voir dans mon profil.

Ombre et Lumière

Scribouillarde : Shakes Kinder Pinguy

Mail : Mei_Fanel@hotmail.com

Couples : 2x1x2 3+4+3 Solo+H+Solo 5+M+5 D+R+D

Genre : Romance/général, tapage sans raison sur Hee-chan AU

Rating : PG-13

Disclaimer : les beaux yeux d'Heero sont pas à moi…ni ceux des autres, d'ailleurs. . Mais ses lunettes sont miennes ! MWAWAWAWA !!

Petite note : pour ce dernier chapitre, retour à mes premières amours : sponsorisé par l'OST Lovers Only d'Escaflowne. ^^

Au passage, vous me croiriez si je vous disais qu'au tout début d'Ombre et Lumière j'avais affirmé à Shinia Marina que ce serait une petite fic qui ne dépasserait pas les trois chapitres ?

***

Epilogue

Heero tourna la tête vers la fenêtre d'un air absent. Les premiers jours de mai étaient beaux, et le jardin explosait de fleurs et de couleurs.

Damian, fâché de ne plus être le centre de son attention, attrapa un de ses doigts et le porta à la bouche. Heero sourit doucement à son petit frère.

Damian était né il y avait un peu plus d'un mois, prématuré comme tous les Newtypes. Il avait échappé au prénom Kiseki de justesse : après des semaines de bataille avec Hikari, Odin et Heero avaient réussi à amener un compromis. Le bébé ne s'appellerait Kiseki que s'il s'agissait d'une fille.

Damian avait les grands yeux bleus de son frère et de son père, pour l'instant les cheveux clairs mais ils s'obscurciraient avec le temps. Il ressemblait un peu plus à un Asiatique que Heero.

Sa naissance avait été moins spectaculaire que celle de son frère. Si Heero avait fait savoir à tout le monde que son pouvoir principal était l'hydrokinesie en faisant exploser les conduits d'eau de la salle d'accouchement, Damian s'était contenté de faire couler tous les robinets de l'étage.

Ils avaient un hydrokinesiste de plus dans la famille, un qui pouvait contrôler son pouvoir. Damian était né avec un joli niveau deux et ne comprenait pas pourquoi il ne pouvait pas se nourrir au sein de son frère.

Ça avait beaucoup fait rire tout le monde, sauf Heero. Damian avait une connexion naturelle à son frère grâce à l'hydrokinesie et cessait de pleurer dès que celui-ci le prenait dans ses bras. Heero se retrouvait donc avec le rôle de baby-sitter. 

On sonna à la porte et Heero reposa le bébé dans son berceau pour aller ouvrir à Duo. Il avait bien choisi son moment, ses parents n'étaient pas là de l'après-midi. Il s'y était soigneusement préparé, Heero se doutait que la conversation n'allait pas être agréable.

Duo l'embrassa en entrant avant d'aller dire bonjour à Damian qui avait une adoration pour sa natte, puis ils s'installèrent dans le salon.

Heero, au lieu de s'asseoir contre Duo, se mit en face et le châtain sentit immédiatement qu'il n'allait pas aimer la conversation. Quand Heero avait dit qu'il voulait lui parler, Duo ne s'était pas spécialement inquiété. Tout allait bien, en principe....

Mais là, il commençait à douter.

_ Heero ? Quelque chose ne va pas ? demanda-t-il, inquiet.

_ Je repars dans les Colonies à la fin de l'été, déclara le brun.

Duo le regarda un instant sans comprendre.

_ Quoi ? Co…comment ça ? balbutia-t-il.

_ J'ai accepté d'être initié à la politique par mon grand-père.

_ Mais…et ton école d'art ? demanda Duo à voix presque basse, perdu.

_ Je suivrai celle de L4 en parallèle.

Duo se leva d'un bond, sentant la colère grandir en lui, accompagné d'un pincement au cœur de plus en plus prolongé et d'une boule dans la gorge.

_ Je croyais que tu suivrais celle de la capitale, que t'irais faire tes études là-bas aussi, avec moi !

_ Je n'ai jamais dit ça, répliqua doucement Heero.

_ Bon dieu, Heero !

Duo serra les poings, furieux.

_ Ça ne change rien entre nous, fit Heero avec hésitation.

_ Je crois pas à l'amour à distance ! cingla Duo. Vivre d'amour et d'eau fraîche je veux bien, mais l'amour, quoiqu'en disent les romantiques, c'est autant de spirituel que de physique, l'un sans l'autre ça peut pas durer ! Autant casser dès ton départ !

Heero leva des yeux blessés vers lui. Il s'y était préparé, il savait que ce ne serait pas facile, mais ça faisait mal.

_ Qu'on casse ou pas tu me manqueras l'année prochaine, dit-il, les dents serrées. Ça ne change rien. Si on reste ensemble on peut avoir un but, un soutien. Savoir que c'est pas fini.

Duo eut un petit rire moqueur.

_ Tu seras dans les Colonies, Heero. Partagé entre les leçons de ton grand-père et ton école d'art, t'auras plus de temps pour moi.

Heero se leva à son tour, tendu comme un arc, le regard dur et douloureux.

_ S'il faut qu'on se sépare, alors on le fait maintenant, parce que je vivrais pas les prochains mois avec une échéance.

Duo le fixa, choqué, et secoua la tête avec désespoir.

_ Je veux pas qu'on se sépare, dit-il, la gorge nouée. Je veux que tu restes sur Terre, tu peux faire ton école d'art ici !

Il serra les poings, de nouveau furieux.

_ Finalement tu pars dans les Colonies pour faire de la politique alors que t'aimes même pas ça ! Et pourtant ça reste plus important que moi ! Ça peut pas marcher.

Duo sortit du salon rapidement et Heero entendit la porte claquer comme une gifle. Il se laissa tomber sur le canapé, et se cacha la tête dans les mains.

Dans la nursery, Damian se mit à pleurer et Heero se leva, pâle. Il prit son petit frère dans les bras et alla s'asseoir sur un fauteuil. Il ferma les yeux.

***

Duo marcha rageusement jusqu'au sommet de la cascade et se laissa tomber sur le sol. Il se prit la tête dans les mains, furieux, la boule dans sa gorge énorme.

Comment Heero pouvait lui faire ça ?! C'était dégueulasse de sa part ! Tout allait si bien, bordel, Duo était tellement sûr que ça durerait longtemps, peut-être même qu'ils se marieraient vraiment…

Il l'aimait tellement !

Il avait fait des projets, tout seul dans son coin. Ils vivraient tous les deux à la capitale, Duo convaincrait Odin et Hikari de les laisser être colocataires, ils apprendraient à vivre ensemble tous les jours…

Et pendant ce temps là, Heero préparait son départ !

Duo serra les dents. Apparemment, ils n'avaient pas tous les deux le même degré d'affection l'un pour l'autre.

Avec un soupire, il se laissa tomber en arrière et regarda le ciel, sa colère calmée. Il était égoïste. Qu'est-ce que son frère lui avait dit, l'été dernier ? Tu veux épouser le petit prince des Colonies, quand même !

Heero avait un avenir brillant devant lui. Il allait rencontrer des gens brillants. Le petit prince des Colonies, hein… Qu'est-ce que Duo était, par rapport à ça ? Rien, un simple Terrien sur Terre, comme il en existait des milliards d'autres…

Le premier amour, ça ne comptait pas. Parce que le premier amour était rarement celui avec lequel on construisait sa vie. Et le départ d'Heero annonçait suspicieusement la fin prochaine de leur amour, et Duo ne voulait pas. Là où il serait, Heero rencontrerait tellement de gens mieux que lui.

Il ne voulait pas perdre Heero. Il ne voulait pas !

Duo prit une grande inspiration. Pour l'instant il n'avait pas perdu Heero. Pour l'instant, Heero l'aimait et Heero était encore avec lui.

Carpe Diem.

Il se leva et retourna lentement vers la maison des Yuy-Lowe, entrant sans prévenir. Heero était assis dans la nursery, mais Damian dormait dans son berceau.

Duo s'approcha en silence et prit Heero dans ses bras. Le brun posa la tête sur son épaule et le serra fort en se mordant la lèvre.

_ Je veux bien essayer parce que je t'aime, murmura Duo. Mais j'y crois pas.

Heero releva la tête et ils s'embrassèrent doucement. Heero plongea ses yeux dans ceux de Duo, sérieux, déterminé.

_ Je t'y ferais croire, répondit-il.

***

Onze ans et demi plus tard.

Heero s'étira et posa son crayon. Il observa le dessin une dernière fois avant de sourire d'un air satisfait. C'était le dernier, il ne lui restait plus qu'à les scanner et les envoyer à la maison d'édition. Il avait enfin rattrapé son retard.

Il se leva et ralluma son téléphone. Il y avait au moins trois messages de Quatre. Heero le rappela sur sa ligne privée et le petit blond décrocha tout de suite le vidéophone.

_ Heero ! Ça fait des heures que j'essaye de t'avoir !

_ J'essayais de rattraper mon retard…

_ Ne prends pas ce ton accusateur, se défendit Quatre. Je voulais te dire que le projet a été accepté ! C'est bien sûr ton père qui s'occupe de tout. Tu aurais pu venir à la réunion, quand même…

Heero haussa les épaules.

_ Quatre, tu m'as demandé de constituer le dossier, je l'ai fait. Je n'avais pas à être au vote.

_ Sylvia a demandé après toi.

_ J'avais assez de retard sur mes illustrations à cause de ton dossier.

_ Je sais, je sais… Excuse-moi.

_ Ça ne va pas t'empêcher de redemander mon aide plus tard…

_ Je sais aussi... Mais il me semble qu'on s'était mis d'accord comme ça, non ? Je m'occupe de la diplomatie et toi de la paperasse !

_ Quatre…

_ Je me tais, je me tais ! Je te laisse, j'ai encore une réunion après ça.

Heero raccrocha en secouant la tête et se dirigea vers la cuisine, allumant la télévision au passage.

 « …dissensions au sein de l'Alliance Coloniale et Terrestre ont été apaisées par un discours de la député Noventa et un dossier présenté par le président Winner. Le projet de construction de deux nouvelles Colonies a été approuvé par le Conseil. Le président Winner espère ainsi pouvoir désengorger les Colonies principales L2 et L3, ainsi que les satellites de L1. »

Heero se versa un verre d'eau et alla s'asseoir sur le canapé, laissant se dérouler les informations en attendant le reportage qui l'intéressait.

« Soothe,  La pilule destinée aux Newtypes Wasted de pouvoir secondaire empathe fait ses preuves. Mise au point par le professeur Sally Po et le docteur Duo Maxwell, jeune génie de la biologie Newtype, elle réduit l'influence du pouvoir secondaire et ainsi le nombre de crises. C'est une révolution pour les Newtypes Wasted qui jusque-là n'avaient aucun moyen de lutter. Mais le docteur Maxwell ne compte pas s'arrêter là :

_ Soothe est pour le moment destinée uniquement aux empathes secondaires, et par extension à certains télépathes. Mais il existe bien d'autres pouvoirs, nous avons  l'intention de réussir à créer une pilule pour chaque. Et dans un futur plus lointain, réussir à faire en sorte que les Wasted puissent contrôler leur pouvoir principal, voire les deux ! »

Heero releva la tête en entendant les clefs dans la porte et baissa le son de la télévision. La porte s'ouvrit, il y eut le bruit d'un manteau qu'on enlève, et son fiancé entra dans la pièce avec un air fatigué sur le visage.

_ Tu rentres tôt.

_ Moi aussi ça me fait plaisir de te voir, Heero…

Les yeux rieurs, le brun l'attira vers lui et ils s'embrassèrent longuement.

_ Tu viens de te rater, déclara Heero. Le reportage se termine juste.

_ Ah ? fit Duo. Et j'étais bien ?

_ Très bien. Tu as dû te faire molester par la journaliste, vu le sourire que tu lui faisais.

_ Jaloux, mon cœur ? sourit le châtain.

_ Baka.

Duo s'installa sur le canapé et attira Heero contre lui.

_ Au fait, félicitations pour le projet !

_ C'est Quatre qu'il faut féliciter.

_ C'est toi qui a fait le dossier…

_ Mais Quatre a su le présenter.

Duo se mit à rire doucement.

_ Oui, toi tu aurais été tellement désagréable avec eux qu'ils auraient refusé juste pour t'embêter. Tu as pu rattraper ton retard ?

_ Oui.

Heero, appuyé contre Duo ferma les yeux, un sourire sur les lèvres.

C'était vrai que ça avait été dur, au début. Duo et lui, chacun plongé dans leurs études, la perte d'assurance d'Heero que tout irait bien, et puis le miracle quand Duo lui avait annoncé qu'il venait continuer ses études dans les Colonies.

_ J'ai une bourse, un labo s'est intéressé à ce que je fais. Tu connais le professeur Po ?

Bien sûr qu'Heero la connaissait. Sally Po était *la* spécialiste sur les Newtypes. Ça n'expliquait pas ce que Duo avait à faire avec elle.

_ J'étudie les Wasted, Heero. Je me spécialise.

Le choc.

_ Je veux trouver quelque chose pour te protéger de tes crises ! J'en ai assez d'être impuissant.

Duo lui avait raconté, plus tard, ce qui avait déclenché cette soudain vocation. Ça faisait un moment qu'il avait ça en tête sans oser en parler. Et puis un jour, chez WuFei et Meiran pendant l'une des rares fois où ils arrivaient à se voir, Heero et lui s'étaient disputés violemment, leur première véritable altercation.

Heero avait fait une crise dans la foulée, violente et douloureuse. Duo avait plus ou moins paniqué, persuadé que c'était de sa faute et avait essayé de déshabiller Heero pendant que Meiran faisait couler le bain. WuFei était venu aider le châtain, mais Duo tremblait de culpabilité, de jalousie à voir le Chinois se débrouiller si bien et, quelque part aussi, de savoir qu'il avait plusieurs fois été celui à aller dans la baignoire, nu avec Heero, et finalement WuFei l'avait littéralement mis dehors.

_ Bouge de là, Maxwell ! Tu es incapable de rester calme, tu ne fais que gêner, tu ne sers strictement à rien !

WuFei n'avait pas voulu le blesser, mais ce n'était pas un tendre et Duo avait pris sa déclaration comme une claque.

_ Je ne veux plus jamais te voir souffrir comme ça et être incapable de faire quoique ce soit pour te soulager. Plus jamais, Heero !

Et il était ainsi devenu le docteur Duo Maxwell. Heero sourit.

Son grand-père avait fini par renoncer à faire de lui un politicien. Heero en comprenait parfaitement les rouages, mais n'avait aucune diplomatie. Alors le brun, tout en travaillant comme illustrateur pour enfants, était l' « ombre » de Quatre.

Pas que le blond avait particulièrement besoin de lui, c'était juste pour le soulager de temps en temps.

Heero voyait régulièrement ses parents et son frère. Damian, à onze ans et demi, était un petit monstre mais n'avait pas perdu son affection de bébé pour son frère aîné.

Heero veillait à ce que la pression « Yuy » ne se fasse pas sentir sur lui.

Damian nageait en compétition, et Heero pensait conseiller à Quatre de faire des ligues spéciales Newtypes, ce qui faisait hurler de rire Duo.

Duo.

Duo qui était avec lui, qui vivait avec lui. Duo qui avait fini par "y croire".

Duo qu'il épousait dans deux mois et demi.

Le sourire d'Heero s'accentua et il déposa un baiser dans le cou de son fiancé qui s'endormait à moitié, épuisé par sa journée au laboratoire.

_ Duo, la douche fuit encore.

_ Un jour je t'apprendrai à t'occuper de ça tout seul, marmonna le châtain en refermant les bras autour d'Heero, fourrant le nez dans ses cheveux.

_ Hn.

Heero attendit que Duo se soit endormi, puis éteignit la télévision. Duo était aussi doué pour la cuisine que pour la plomberie, il était vraiment doué de ses mains… C'était lui en général qui s'occupait de préparer le repas, ça le détendait. Mais ce soir le châtain était trop fatigué pour faire le dîner, Heero s'en occuperait cette fois.

"Mais pas tout de suite" pensa-t-il.

Les bras de Duo étaient plus importants.

OWARI.

Dimanche 27 juillet 2003

Shakes : Mwawawawawa ! Bon, la plaisanterie est finie et vos vacances aussi, les gars.

Duo : Oh My God.

Heero : Hn.