Léonard arriva près de la vitre et vis Spock assis, à regarder l'espace semblant réfléchir.

- Jim m'a dis que vous étiez ici. Je tenais à m'excuser pour tout à l'heure.

- Ne le faites pas.

- Je regrette vraiment vous savez.

- Oui je le sais, bien sur que je le sais. Mais vous n'avez rien fait qui le mérite. Vous avez dis la vérité, ça ne mérite pas d'excuse.

- A mes yeux si.

- Vos yeux ne voient pas la même chose que les miens.

Léonard vient s'asseoir près de Spock.

- Que voyez vous ?

- A chaque fois que vous me blessez, que vous me dites des paroles horribles, je souffre mais je m'en remets et je deviens meilleur. C'est pour cela que c'est si important. Vous faites de moi quelqu'un de meilleur à chaque fois que vous me dites la vérité, même si je dois me relever.

Léonard regarda le sol un moment, alors que Spock avait les yeux perdu dans les étoiles. Le docteur soupira, puis repris d'une voix faible.

- Nous ne pourrons jamais être ami pas vrai ? A un moment, j'ai vraiment cru que c'était possible, vous êtes ami avec Jim et moi aussi, mais entre nous... J'ai l'impression que nous ne pouvons que nous disputer.

- C'est notre amitié. C'est pour cela que c'est si important je crois. Parce que des amis se disent la vérité et essaie de faire de leur mieux pour leur amis. Et je crois que c'est ce que l'on fait, à notre manière. Quoi qu'il arrive, malgré tout ce qu'il se passe, sans vous je suis perdu.

- Je serais bien plus perdu si vous n'étiez pas la.

- Alors je crois que cela fait de nous des amis. Et même si la plupart des gens ne peuvent pas comprendre pourquoi nous le sommes, je crois que le plus important est que nous le savons.

- C'est drôle de vous entendre parler ainsi. Vous qui ne voulez jamais vous épancher.

- C'est de votre faute je le crains. Vous êtes toujours là pour me rappeler que les humains peuvent être bon.

- Pour moi c'est une bonne chose.

- Pour moi aussi aujourd'hui. Vous m'avez changé, plus que je ne voudrais l'admettre je crois.

- J'admets sans soucis que vous m'avez beaucoup apporté, et que je tiens à vous.

- Moi aussi je tiens beaucoup à vous Docteur. Et si je devais être sincère, cela fait longtemps que je vous considère comme beaucoup plus que mon ami. Je ne pensais pas pouvoir un jour dire que je suis tombé amoureux de vous, mais voilà, c'est arrivé.

Léonard tourna la tête, le visage légèrement rouge vers Spock qui repris rapidement.

- Ne vous inquiétez pas, je ne vous demande rien et cela ne changera rien de notre relation cordiale.

- Notre relation n'est pas cordiale Spock. Nous le savons tout les 2. Et sachez que je vous apprécie beaucoup aussi. Même si je ne suis pas sur que se soit une bonne idée.

- Et si nous continuions comme ça, en avançant lentement? J'aime notre relation, et j'espère qu'elle évoluera, mais je pense aussi que nous avons tout les deux besoin de temps.

- Pour une rare fois, je suis d'accord avec vous Spock. Il faut que je retourne à l'infirmerie, j'ai encore du travail, profitez bien de votre repos.

- Merci Docteur, je vous vois demain?

- Comme toujours Spock, comme toujours.

Le docteur se leva et partit lentement rejoindre son infirmerie, laissant Spock seul avec ses pensées.